9-1-1 – S05E02

Épisode 2 – Desperate Times – 17/20
Je suis un peu frustré par cet épisode qui laisse en plan des pistes entières de drama et de moments forts en adrénaline, mais aussi décontenancé de voir que la série semble vouloir se focaliser sur plusieurs fils rouges à la fois cette saison. Il est bien plus intéressant de suivre deux ou trois affaires à la fois, cela dit, donc je suis plutôt content de cette tournure des événements.

Spoilers

Les pompiers s’occupent de l’hélicoptère qui s’est crashé sur le toit de l’hôpital, espérant que le courant reviendra vite. C’est peine perdue.


We were a little preoccupied by the end of the world.

On essaie vraiment de nous faire croire que les urgentistes de l’hélicoptère médical ont des conversations sur les miracles provoqués par l’organe qu’ils amènent à l’hôpital ? Je n’y crois pas du tout. J’ai trouvé en tout cas que ce début d’épisode était trop longuet à nous ramener à l’action de l’épisode. Je veux dire, on savait déjà qu’on allait avoir un blackout et un crash d’hélicoptère, ça ne servait pas à grand-chose de perdre tant de temps à y revenir.

On voulait voir l’intervention, nous. Par « on » et « nous », vous comprendrez bien sûr qu’il faut lire « je », et ça tombe bien, je ne suis pas déçu : toute cette intrigue d’hélicoptère à cheval sur le toit de l’hôpital a offert une scène magnifique d’intervention des pompiers. Ils ne sont pas équipés pour, ils n’ont pas de courant, mais ils sauvent la vie des deux paramédics à bord de l’hélicoptère comme s’ils avaient fait ça tous les jours.

Il n’y avait pas trop de suspense, car on se doutait bien qu’ils allaient s’en tirer, mais la situation est tellement incroyable et qu’il était difficile de ne pas avoir les yeux rivés sur l’écran. J’ai même eu peur pour Hen à un moment, parce que je me doutais bien qu’ils n’allaient pas laisser tomber le cœur et que je craignais le pire avec son entêtement habituel.

C’est finalement Bobby qui retourne dans l’hélicoptère pour aller chercher le cœur, en s’attachant juste à un tuyau qui ne semble pas du tout fait pour, sérieusement. En plus, ils ont tout fait pour qu’on stresse durant la scène, avec les bons ralentis qui vont bien et tout. Sans surprise, il s’en tire sans vrai problème, mais wow, la scène était superbe à voir, avec des effets spéciaux plutôt au point quand même.

Il n’empêche que sauver le cœur, c’est une bonne chose, mais que sans électricité, l’hôpital ne peut pas faire grand-chose niveau opération. Et si les pompiers assurent que le courant ne mettra pas longtemps à revenir, la vérité est ailleurs : cinq jours plus tard, la rançon n’a toujours pas été payée et l’électricité n’est pas revenue à Los Angeles.

Humph. J’ai du mal à y croire. Dans une petite ville, OK, mais dans tout Los Angeles ? Y a pas une star américaine pour payer la rançon en douce ? Bon, heureusement, il y a aussi des générateurs répartis un peu partout en ville, et notamment chez Athena. Celle-ci n’a pas le temps de passer chez elle, cela dit, parce que c’est le chaos un peu partout en ville. Elle laisse donc son ex gérer le générateur, apprenant sans trop d’appréhension que tout le quartier profite de sa maison et de son générateur, sans rien payer du tout, même si son fils essaie bien d’extorquer un peu tout le monde. Euh 5$ pour tout ce que Michael leur fournit, c’est clair que ce n’est pas grand-chose.

Pour ne rien arranger aux affaires de Los Angeles, la coupure a bien sûr lieu en pleine canicule, hein. Ce n’est toutefois pas ce qui préoccupe le plus Athena au cours de l’épisode : cinq jours après le cliffhanger flippant de l’épisode précédent, Athena découvre que son collègue est à l’hôpital. Cinq jours et personne ne s’est donc rendu compte qu’il était porté disparu. Personne n’a compris non plus que Jeffrey était de retour dans la nature. Oups.

Malgré les cinq jours de retard, la police envoie carrément le SWAT chez l’avocate dans l’espoir de trouver des indices Euh… Ca ne risque pas a priori ? Evidemment que Jeffrey n’y est plus. Par contre, l’avocate est morte. Jeffrey est vraiment un beau connard après ce qu’elle a fait pour lui. Athéna est heureusement une fine psychologue et a une bonne idée de ce qu’il fera ensuite. Par contre, c’est abusé : elle se comporte clairement comme une détective sur la scène de crime alors que bon… elle n’est que sergent, quoi. Ce n’est pas exactement le même job.

Bon, elle se retrouve à faire tous les jobs après, hein : elle surveille la maison des victimes – qu’elle ne prévient pas – et joue les infirmières auprès de Lou. Ce dernier se réveille enfin et finit par révéler l’évidence : c’est bien beau de surveiller les maisons de tout le monde, mais elle oublie juste qu’elle est une victime aussi, et que Jeffrey a une sacrée dent contre elle aussi. Du coup, Jeffrey sympathise avec le gamin d’Athéna, hein, pendant que la maison est envahie par les voisins. Facile.

À la caserne, l’absence de courant est un problème aussi, avec tout le monde s’organisant autant que possible pour se nourrir – grâce à Christopher et sa nouvelle belle-mère il faut bien le dire – ou pour charger son téléphone. Si on n’a toujours pas de nouvelles du frère de Chimney (mais où est-il passé ?), on retrouve le bleu de l’an dernier aux côtés de Buck, Ravi. C’est cool, je trouve. En plus, l’air de rien, il met les pieds dans le plat en demandant s’il est en train de rencontrer la femme d’Eddie. Pauvre Eddie.

On sent bien que les scénaristes ne vont pas lâcher cette intrigue de sitôt, mais en attendant, il est plus que temps d’en revenir à l’intrigue du zoo qui permettait d’ouvrir la saison la semaine dernière sur un moment incroyable. Et on y revient cette semaine avec l’équipe qui fait face à un éléphant avant de trouver une première victime, os de la jambe apparent. Eh, ça a l’air de faire mal, mais le pire, c’est de savoir qu’il a été aveuglé par un animal. Reste à savoir lequel.

Et alors qu’il est question de l’évacuer, le type apprend aux pompiers que son boss est encore à l’intérieur. Buck se retrouve à devoir contrôler les animaux comme il peut alors que Hen et Bobby vont chercher le patron à l’oreille bouffé par des alpagas. La scène était sympathique, mais ça ne nous dit finalement pas du tout comment la ville va pouvoir être remise en état face à cette invasion d’animaux sauvages. C’est un peu angoissant d’imaginer une situation comme celle-ci dans la vraie vie pourtant.

Comme souvent, la série déçoit un peu parce qu’elle a des idées de dingue et des intrigues incroyables, mais elle refuse d’aller au bout et d’exploiter tout le potentiel. L’adrénaline est le plus important, et une fois que c’est passé, hop, on enchaîne sur autre chose. C’est dommage, surtout avec un tel budget dans les animaux filmés.

Le budget passe clairement dans ces animaux, alors l’épisode propose ensuite une intrigue moins chère : un enfant de douze ans sous respirateur dont la machine n’a plus de batterie provoque bien des difficultés pour sa mère. Elle appelle le 911 désespérée, parce qu’elle aurait bien besoin de courant. May est assez maligne pour trouver une solution un brin incroyable, mais qui serait effectivement mise en place, je crois (j’espère), dans ce genre de situation : une voisine a un panneau solaire et réveille tout le quartier pour rassembler toutes les multiprises possibles et apporter du courant à la machine de son voisin, à l’autre bout de la rue.

La scène était mignonne et belle, mais un brin irréelle, particulièrement sur sa fin : la voisine se contente de regarder tous les gens qui l’aident… Je sais pas, dis merci, fais quelque chose, quoi. Non ? Ca manquait de quelque chose.

Pas le temps d’approfondir ce sentiment de malaise toutefois, puisqu’on enchaîne à nouveau sur Buck s’inquiétant pour Eddie alors que Chimney confie ENFIN à Hen son inquiétude concernant Maddie. Elle est en pleine dépression et ne donne plus tellement de nouvelles à Chimney. Et alors qu’Hen rassure Chimney, elle ne parvient pas du tout à me convaincre, surtout quand il n’y a plus de courant et qu’elle se retrouve seule à gérer un bébé.

Elle est à deux doigts de le noyer ce bébé, par accident bien sûr, puisqu’elle s’endort en lui donnant le bain – un bain qui doit durer une vie avec la coupure de courant et la canicule. Rien de grave ne se passe finalement et tout se termine bien à l’hôpital… mais je crains le pire pour la suite, car c’est clairement un fil rouge à ce stade.

Après, ça ne vaut pas le stress du fil rouge de Jeffrey Hudson. Quand Lou rappelle à Athéna qu’elle est l’une de ses victimes elle aussi, elle retourne précipitamment chez elle, ameutant Bobby et tous les flics également… mais c’est trop tard : il n’y a plus de courant chez elle, plus personne et, franchement, on se croirait dans son cauchemar du premier épisode.

Seulement voilà, il y a un détail à ne pas oublier : son fils. Et alors qu’elle pense que tout va bien quand elle voit Michael et son copain, elle comprend soudainement qu’Harry n’est plus là. Son portable est désormais sur la table basse du jardin et Harry est dans le coffre de Jeffrey. Celui-ci n’a aucun mal à passer les barrages policiers, en plus : il a un badge de police sur lui. Oh. Crap.

> Saison 5

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.