9-1-1 – S05E03

Épisode 3 – Desperate Measures – 16/20
Il y a un peu trop d’incohérences à mon goût dans cet épisode, ou plutôt un petit peu trop de scènes où la logique voudrait que l’action se déroule autrement… Et ça m’a sorti de l’épisode à plusieurs reprises. Ceci étant dit, on a toujours le shot d’adrénaline et une histoire qui est sacrément prenante, avec des personnages que j’adore et à qui je ne veux pas qu’il arrive le quart de ce qui leur arrive. Les pauvres.

Spoilers

Jeffrey a enlevé Harry.


See, you’re not a mom who’s a cop. You’re a cop who happens to be a mother.

Oui, je sais, j’ai dit que j’allais prendre mon temps et regarder un épisode par semaine. Je n’ai aucune volonté quand il s’agit des séries, écoutez. J’ai hésité avant de lancer cet épisode, en plus, parce que j’ai plein d’autres séries à regarder aussi… mais en fait, tant que je suis dans l’ambiance de celle-ci, autant continuer, hein.

L’ambiance est presque digne d’Halloween là en plus, parce que nous sommes carrément plongés dans la tête d’un criminel avec cet épisode qui reprend en 2020 le jour de l’agression d’Athéna. C’est répétitif bien sûr, mais pas totalement inintéressant d’apprendre que lui aussi a eu des séquelles. Bien fait. Un an plus tard, il n’a pas hésité à tuer son avocate en l’accusant de l’avoir rendu meurtrier – alors même qu’elle était la meurtrière.

C’est fou d’avoir carrément de la pitié pour elle à ce stade, mais c’est bien le sentiment que j’ai pour elle. La pauvre, être avocate mais se faire manipuler comme ça… Ca prouve juste qu’il ne faut faire confiance à personne, j’imagine. Le pire dans cette affaire, c’est qu’elle n’est même pas une meurtrière en plus, puisque Lou a survécu. Par contre, elle est bien morte, merci Jeffrey.

Ce dernier part ensuite en quête d’Athéna, en commençant par la maison de Lou qu’il peut investir pépère. Depuis quand on accroche un cadre photo avec une de ses collègues, par contre ? Il a un truc à nous révéler Lou ? On dirait bien qu’il est amoureux d’elle à ce stade. Ce n’est pas le seul : Jeffrey l’est carrément lui aussi, parce qu’il fait une fixette sur Athéna qui l’emmène jusqu’à chez elle, puis jusqu’à son tiroir de sous-vêtements qu’il renifle. So creepy. Il est amoureux de la lessive, peut-être.

Bizarrement, Harry ne se méfie même pas quand il retrouve Jeffrey dans la chambre de sa mère, alors qu’il était clairement en train de fouiller. Il lui fait bien trop confiance, et c’est comme ça qu’il finit par se faire enlever, surtout quand Jeffrey menace finalement de tuer tous les invités de la petite fête organisée par Michael. Aïe, il est bon pour culpabiliser à vie, lui.

Athéna lui reproche bien sûr la fête quand on reprend enfin là où l’épisode précédent s’arrêtait. Bobby joue heureusement les arbitres pour calmer la situation, alors que David, le copain de Michael, espère encore retrouver Harry chez les voisins. C’est vrai que c’était une probabilité bien plus plausible, mais malheureusement, non, Harry a bien été enlevé et Athena en a la confirmation suite à un coup de fil de Jeffrey.

Arf. J’ai beaucoup aimé la scène, principalement parce que Jeffrey a la meilleure réplique pour décrire Athéna, rappelant qu’elle est flic avant d’être mère. Dur. Dur, oui, mais au moins tout n’est pas perdu : même si Jeffrey assure qu’il veut prendre quelque chose à Athena, il est au moins entré en contact avec elle. Cela laisse l’espoir d’un deuxième coup de fil de sa part, donc la police demande à Athena de simplement attendre un deuxième coup de fil.

Pendant qu’elle fait ça, Bobby retourne au travail, David chez lui et May apprend le kidnapping de son frère au boulot… mais bizarrement, son réflexe logique d’aller à la maison est interrompu par Sue qui lui demande de rester en sécurité à son job. Ben oui, bien sûr, elle va bosser bien après ça, et Bobby aussi. C’est quand même n’importe quoi, les séries parfois.

Bobby ne fait pas du super travail quand il se rend à sa première intervention, forçant les choses. Plutôt que de discuter avec quelques anarchistes, il préfère foncer dans le tas.

 

Pendant ce temps, Harry est toujours dans le coffre de Jeffrey, mais il est assez malin pour réussir à s’enfuir au premier arrêt. Il n’a pas le temps d’aller bien loin, par contre, parce que Jeffrey est malin et pas si loin que ça. Harry a tout de même la présence d’esprit d’appeler au secours et de se faire filmer par une passante. C’est un début. La passante balance la vidéo sur les réseaux sociaux, permettant à May, puis aux flics, d’avoir des informations supplémentaires, notamment l’info que Jeffrey utilise un badge de flic – celui de Lou, bien sûr.

En parallèle, Athena refuse bien sûr de rester assise chez elle, comme on pourrait s’en douter. Michael s’en doute aussi et il négocie pour être avec elle, bien sûr. Leur premier arrêt est évidemment la maison de Lou, dans laquelle ils trouvent la confirmation que Jeffrey dormait là depuis quelques jours. C’est tellement évident, les flics sachant qu’il utilise sa voiture, que je ne comprends pas vraiment comment aucun autre flic n’a pensé à aller voir dans la maison.

Comme souvent avec cette série, il faut se laisser porter et tant pis pour la cohérence et les petits détails. J’ai du mal avec ça cette année, je ne sais pas pourquoi. En tout cas, Athena et Michael ne traînent pas bien longtemps dans la maison – ils ont eu le temps de s’engueuler, de rire un coup pour évacuer le stress dans la voiture (j’ai beaucoup aimé cette scène d’ailleurs) et de s’engueuler à nouveau, pour déprimer ensemble. Leur relation est sacrément bien traitée dans l’épisode… mais ça m’a énervé de constater qu’Athena le laissait ensuite sur la touche.

En effet, alors qu’ils rendent visite à la passante qui a posté la vidéo de Jeffrey et Harry sur les réseaux, Athena reçoit un nouveau coup de fil de Jeffrey. Il lui donne rendez-vous dans une zone « autonome », dans laquelle les policiers ne sont pas les bienvenus. Ouep. Los Angeles est devenu un ghetto avec la panne de courant. Je trouve ça plutôt logique, même si c’est introduit grossièrement dans l’épisode tout de même.

Athena est maligne, par contre : elle utilise la vidéo de Jeffrey assurant qu’il est un flic pour que les gens de la zone autonome, anti-flics, l’aide à le traquer. C’était une sacrée bonne idée, et ça lui permet de retrouver bien vite Jeffrey. Par contre, elle n’a pas intérêt à faire de la merde ensuite : Jeffrey s’est débarrassé d’Harry en l’emmurant quelque part, donc si elle lui tire dessus, c’est foutu.

Athena ne sait pas exactement où est Harry, bien sûr, mais ça ne l’empêche de savoir qu’il est son seul espoir de revoir son fils. Elle tente ainsi de négocier avec lui, lui expliquant, sans savoir exactement où il est, qu’elle ne portera pas plainte contre lui et que Lou n’étant pas mort, il n’est pas vraiment responsable de quoique ce soit aux yeux de la loi, à part le meurtre de l’avocate qui pourrait très bien être de la légitime défense.

En vrai, ses explications tenaient à peu près debout étant donnée la situation. C’est moins le cas de la scène qui suit, avec les pompiers qui attendent avec un camion dans le métro sous-terrain pour éclairer Jeffrey en plein-phare. Genre. Comment est-ce seulement possible qu’ils soient pile dans le bon angle ? Ou que le camion soit arrivé jusque-là en pleine zone de non-droit sans que Jeffrey s’en rende compte ? Le sous-terrain, d’accord, mais ça n’explique pas comment ils sont arrivés pile au bon endroit.

Allez, on va à nouveau faire comme si et passer sur ce détail, histoire de s’énerver contre Athena. Quand elle voit Jeffrey menacer Bobby (avec un flingue au chargeur vide, c’est con), elle lui tire dessus pour sauver son mari. Le choix est logique… mais pourquoi décide-t-elle de limite vider son chargeur sur Jeffrey ?

Elle ne lui laisse aucune chance de survie, alors qu’il est toujours le seul à savoir où est Harry, sérieusement. Aucun des collègues de Bobby ne peut faire quoique ce soit face à ce « suicide par flics ». Et malgré tout, Michael reste encore fidèle à Athena et la rassure en lui assurant qu’elle a envoyé Jeffrey en Enfer où il méritait d’être. Certes. Que Michael soit fidèle à Athena, c’est une chose. Que sa capitaine la laisse gérer le commissariat et faire tout ce qu’elle veut, en revanche, c’est abusé.

Assez vite, elle parvient à se faire une idée de l’endroit où son fils peut être, grâce à un travail d’équipe familial assez cool. Je veux dire, même May a son rôle à jouer, c’est quand même la classe. Par contre, le fait que Bobby défonce le grillage de la résidence en travaux – abandonnée grâce au Covid – sans même vérifier si la clé était la bonne, c’était super con parce qu’ils n’avaient aucune certitude d’être au bon endroit. Ils le sont pourtant, et c’est une bonne chose, parce qu’ils peuvent retrouver bien vite Harry. C’était moins une, mais Jeffrey est un peu con à avoir repeint un mur. En théorie, ça devrait sentir la peinture, mais ça n’a pas l’air d’être le cas ?

Ecoutez, je ne sais pas, il y a quelques détails comme ça qui manquent, mais la bonne nouvelle, c’est qu’Harry est retrouvé en vie, doit être encore plus traumatisé par tous les gens qui lui tombent dessus quand il se réveille, et que l’électricité revient enfin en ville. Alléluia ! Et malgré le sentiment d’être devant cet épisode depuis une heure, ce n’est toujours pas fini !

En effet, il faut encore que les pompiers reprennent leur vie. C’est assez violent : Eddie n’est pas pressé de rentrer, car il ne sait pas quoi dire à sa copine. Ou ex-copine ? Elle s’est occupée de Christopher pendant cinq ou six jours, mais Anna est quand même sur le point de se faire larguer. Il y a clairement un malaise dans leur couple, et Eddie compte bien lui faire savoir.

Je trouve ça assez atroce à voir, parce qu’elle sait très bien qu’Eddie panique chaque fois qu’il pense à elle ou à leur futur ensemble. Elle est loin d’être idiote, elle a tout compris au problème d’Eddie. Je ne m’attendais pas à ce que cette intrigue soit à nouveau abordée de cette manière dans cet épisode. J’ai vraiment envie de les voir rester ensemble, moi, c’est nul qu’ils en soient à rompre pour de la merde comme ça. Ils s’aiment, mais ne restent pas ensemble parce qu’Eddie est trop stressé ? MOUAIS. Pauvre Christopher, en plus.

Va comprendre des histoires d’adultes comme ça. Heureusement qu’il aura encore Buck pour lui, même si Buck est un peu occupé par Taylor… et probablement par Maddie ? Sa dépression ne va pas mieux DU TOUT. Laissée cinq jours sans Chimney, Maddie pète un câble et décide de déposer sa fille à la caserne de pompiers, même si Chimney n’est pas là. Elle la laisse au bleu qui est bien embêté et attend le retour du capitaine pour faire quoique ce soit.

C’est horrible, parce qu’on voit très bien dès l’arrivée de Chimney à la caserne que ça va partir en vrille. Je m’attendais à un accident de Maddie ou quoi, mais certainement pas à ce qui suit : elle abandonne son bébé et Chimney, parce qu’elle est sûre que sa fille ne sera pas en sécurité avec elle. Pardon, mais non. Quelle fin atroce. Il ne laisse aucune minute de répit dans cette saison, dis donc. Et on n’est pas à l’abri d’un pétage de câble d’Harry, encore, parce que le choc post-traumatique, quoi.

> Saison 5

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.