Dead of Summer (S01)

Avis : C’est l’été et qui dit été, dit ambiance ensanglantée nécessaire, avec une savante dose de musiques creepy et de jump scares. Après Preacher ou Outcast (plus adultes) et après Scream (plus ado), il est donc temps d’accueillir sur scène la dernière nouvelle dans le genre diffusée cette semaine : Dead of Summer.

Avec Elizabeth Mitchell au casting, cette série m’a conquis en un rien de temps et j’ai su que je ne voudrais pas passer mon chemin. Côté technique, écriture et création, je retrouve de grands noms, notamment de LOST, comme Adam Horowitz, Edward Kitsis ou Ian B. Goldberg. Forcément, ça attire. Le rôle-titre est par ailleurs tenu par l’excellente Anna de la saison 4 de Once Upon a Time. Quant au titre, il vend un pur produit à consommer pendant les nuits interminablement chaudes d’été, avec le chant des cigales et à la lueur vacillante d’une bougie. Allez, je me sens déjà en vacances quand je regarde la fiche technique sur IMDB.

Bon, y a quand même un énorme bémol : c’est du Freeform, donc je n’attends pas non plus quelque chose d’énorme (je me souviens de ma réaction face à Shadowhunters), mais cette série dans un camp des années 80 promet du bon divertissement à se mettre sous la dent.

Le résultat du premier épisode est mitigé, il va falloir regarder comment ça se développe, parce que c’est parti pour être très, très, réchauffé de ce qui a pu se faire ailleurs. Le casting peine surtout à se démarquer de celui de Scream, qui apparaît déjà comme une grande sœur : on a l’héroïne blonde un peu neuneu (et en plus, elles se ressemblent), le bon pote, le mec faire-valoir, la bonne copine totalement garce, la bonne copine plus sympa, etc. Bref, tout pour faire un slasher, mais pas forcément encore les ingrédients de la réussite…

C’est parti pour mon avis à la semaine, sur chaque épisode, avec spoilers.

01Épisode 1 – Patience – 12/20
I want to make Stillwater as special for everyone else as it was for me.

Le manque flagrant d’originalité dans le synopsis de base est criant, c’est donc sans surprise que Freeform nous livre un pilot très convenu et pas franchement novateur. L’ambiance camp d’été fonctionne plutôt bien, c’est fait pour être regardé la nuit (les ¾ de l’épisode se déroulent dans le noir) après une chaude journée de bronzette et la météo ne me permet pas encore de le faire. L’épisode introduit ses personnages, en se centrant sur Amy, la blonde principale (hop, hop, cliché), qui a même droit à tout un tas de flashbacks dans lesquels sa meilleure (petite ?) amie décède (ou pas ?) dans l’accident le plus con du monde. Perturbée psychologiquement, elle en arrive à convaincre que les hallucinations qu’elle a viennent de ce traumatisme pendant que Joel filme des fantômes sans que cela ne le perturbe plus que ça. J’ai beaucoup aimé l’ambiance musicale de ce pilot et la réapparition d’Elizabeth Mitchell sur mon écran, mais ça s’arrête là pour le moment. Le mystère ne me traumatise pas plus que cela et les premières relations sont très prévisibles… Si ça poursuit sur cette voie, ce sera juste un Guilty pleasure de plus pour l’été, et c’est un peu dommage, même si ça peut suffire.

2 commentaires sur « Dead of Summer (S01) »

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.