The Walking Dead World Beyond – S01E04

Épisode 4 – The Wrong End of a Telescope – 15/20
J’ai préféré cet épisode qui prend le temps de développer vraiment ses personnages et d’apporter quelques réponses satisfaisantes aux mystères qui les entourent. Le vrai plus de cet épisode a été son ambiance assez anxiogène et les dangers qu’il a mis en scène, nous changeant un peu de ce que l’on voit d’habitude dans la franchise. Il y a toujours bien des aspects négatifs, en revanche, parce que je n’apprécie pas encore tous les personnages, malgré les efforts faits pour ça.

> Saison 1


Spoilers

I’ve never wished for another Iris.

Il s’apprête à pleuvoir et Felix est toujours motivé à faire demi-tour, mais nos adolescents continuent de vouloir marcher on ne sait où. Maintenant que tout le groupe est réuni, on ne sait pas trop vers quoi la série va se diriger, mais ce n’est pas grave : les personnages ne le savent non plus. Elton fait donc un point de la situation, histoire qu’on se souvienne où on en est des soupçons des personnages envers la République…

Felix est le seul à savoir où est Ohama, mais il ne leur dit pas qu’ils vont vers l’Est au lieu du Nord. Huck et Felix sont de bien mauvais gardiens, parce que tout ce qu’ils veulent pour le moment, c’est faire demi-tour et gagner du temps. Je comprends l’idée, mais il y aurait de vrais moyens de convaincre les ados de faire demi-tour plus rapidement que ça… Bon, ça casserait toute la série cependant. J’imagine qu’il feront bien demi-tour à un moment pour découvrir que tout le campus est assassiné. Le seul problème, c’est que ce sera un drame pour eux, mais nous, on en a rien à foutre : on n’y connaissait personne, il n’y a pas d’enjeux.

Ils tombent finalement sur une école abandonnée juste avant l’arrivée de la tempête. Cela tombe bien, et c’est rigolo, parce que les adolescents ne sont jamais entrés dans un lycée auparavant. Oh, l’orage qui gronde au loin en dit long sur ce qui nous attend… malheureusement, j’étais encore loin d’imaginer ce qui allait suivre.

La série reprend ses effets étranges pour nous montrer Iris en train de fantasmer sur la vie au lycée grâce à un ancien album photo. Hope n’est pas du genre à rêver, elle préfère s’attaquer aux trophées du lycée pour trouver des armes. Elton et Silas sont plus malins que ça : ils récupèrent de quoi conserver l’eau de pluie. Assez vite, Iris prend la décision de diviser tout le groupe et ça me laisse perplexe d’un point de vue stratégique. En revanche, pour l’épisode, c’est une excellente chose qui fonctionne à merveille.

Silas et Iris font donc équipe, parce que ça n’arrange pas les gardiens de leur parler. Et oui, les groupes se définissent de manière maligne : Felix veut parler à Elton, Huck à Hope. Cette pauvre Hope voulait pourtant juste un moment pour parler avec sa sœur, mais bon. J’aime bien les duos qui se forment, ça devrait permettre de bonnes choses. Bon, d’accord, je dis les duos, mais je n’en ai rien à faire de Silas et Iris, parce que réunir les deux personnages que je déteste le plus, ce n’est pas gage de qualité.

Cela fonctionne beaucoup mieux quand il s’agit d’Huck et d’Hope. Les deux fouillent le lycée et Hope s’éclatent avec tout ce qu’il y a dans les casiers. On s’amuse bien, finalement, parce qu’il y a de quoi se déguiser dans le lycée. C’est très ridicule, mais puisque c’est le but, ça m’a convaincu… Malheureusement, on passe de cette scène où Huck essaie de faire parler Hope pour la faire changer d’avis à un flashback de Hope parlant avec son père et… pfiou, ce fut long.

Hope en adolescente ? Cela lui fait une tête énorme, c’est bizarre – en fait, c’est juste que l’actrice est tellement maigre que sans sa veste de cuir et son énorme sac, on se rend compte qu’elle n’a que la peau sur les os. On apprend qu’elle est un petit génie dans son genre, à être capable de créer des bombes puantes à retardement. Le plus intéressant ? On découvre qu’Iris et Hope sont adoptées, et que les parents ont choisi d’adopter les deux filles ensemble parce qu’elles partageaient le même berceau. La relation avec le père ? Elle est sympathique, avec un père qui fait une jolie déclaration d’amour à sa fille.

Un deuxième flashback nous montre ensuite le jour où il a pris la décision de fuir le Campus pour aller aider leurs alliés mystérieux. Hope fait tout ce qu’elle peut pour le retenir, lui expliquant même qu’elle fera de son mieux désormais pour être une bonne fille bien rangée… En retour, il lui explique qu’il a des choses importantes à lui dire, mais que ce sera pour son retour de la République civique. Il est sympathique son papa, mais il est sacrément con tout de même d’espérer un retour comme ça. Bref, il explique à Hope qu’il a créé un appareil pour communiquer avec elle, et voilà.

Dans le présent, Hope et Huck continuent de fouiller lycée jusqu’à tomber sur… un loup. Oh. J’aime l’idée de cette menace et je trouve ça vraiment bien que la série prenne le temps d’envisager des menaces que l’on ne voit pas assez dans les autres séries de la franchise (le nid de guêpes était cool lui aussi). Dans la série-mère, on nous dit que les animaux ont eu du mal à survivre aux zombies, mais ça ne peut suffire à expliquer une disparition totale.

En tout cas, Hope et Huck se retrouvent coincées par le loup. Elles comprennent assez vite que le loup ne leur veut pas vraiment de mal : il monte simplement la garde devant une porte, comme s’il protégeait ses petits. Grâce à cette intuition, les filles comprennent qu’elles peuvent passer devant lui sans souci… mais ça reste gênant de savoir qu’il y a des loups dans le lycée. Elles ne préviennent pas les autres pour autant.

Huck en profite pour faire une petite leçon à Hope, histoire de lui faire comprendre que la situation peut parfois la dépasser. Pour autant, Hope ne veut pas faire demi-tour, parce qu’elle veut désormais savoir ce que lui cachait son père. Tout ça les mène finalement à une réserve de nourriture gardée par un zombie unijambiste facile à tuer.

Pendant ce temps, Felix fait donc équipe avec Elton, et son but est très clairement de le faire changer d’avis… même si nous n’en sommes pas encore là de la discussion entre eux. Pour des gens chargés de récupérer de l’eau, ils bavardent beaucoup en se baladant dans le lycée du côté du laboratoire de SVT de celui-ci.

Admettons : ils y trouvent des bouteilles en plastique sous une table, et même de l’iode. C’est fou, ça, à croire que le lycée est un bon endroit pour survivre en cas d’apocalypse zombie. C’est toujours ça de pris. Leur petite conversation est finalement interrompue quand ils tombent sur des traces de sang au sol… Moi, je suis content, ça me valide le point goutte de sang du Bingo Séries, et pas qu’un peu. Felix, lui, est moins ravi, parce que les traces de sang sont fraiches.

Ils ne le voient pas, trop préoccupés par le sort de Silas et Iris qui ne répondent pas à la radio, mais un zombie est effectivement à proximité d’eux… avant d’être trainé dans une pièce, loin d’eux. Hmm. Louche. Ils préfèrent – enfin Felix – suivre les traces de sang, alors qu’Elton a clairement les meilleures idées.

Ils finissent par trouver un zombie… enfermé dans un casier. C’est le moment d’apprendre qu’Elton est claustrophobe. Ben ? D’où ? Il ne manquait plus que ça. Enfant, il était apparemment enfermé. Felix se sert de cette faiblesse d’Elton pour lui faire comprendre qu’il n’est pas prêt du tout pour affronter le monde qu’il veut absolument découvrir. Histoire d’être convaincant, il lui montre son tatouage et partage quelques larmes, mais j’ai… toujours du mal à accrocher à son personnage. C’est con, j’aime vraiment l’acteur pourtant.

Une fois que c’est fait, Felix et Elton tombent sur une salle de classe bien étrange, avec un zombie coincé dans des débris, mais pas coincé de manière naturelle. Silas et Iris ? Ils font leur vie dans le gymnase du lycée où ils ne savent pas ce que signifie Sadie Hawkins (c’est une soirée où les filles invitent les garçons, voyons) et où ils peuvent flirter en paix autour de pinceaux qu’Iris veut embarquer même si ce n’est pas très utile. Silas les lui prend, parce qu’il veut marquer des points auprès d’elle, avant de se rendre compte qu’ils sont enfermés dans le gymnase, sans radio. Notons aussi que ce sont les premiers de l’épisode à tomber sur un zombie, de l’autre côté d’une autre porte du gymnase.

Les voilà donc coincés dans un gymnase où ils trouvent tout de même un soda en canette. Silas est assez fier de sa trouvaille sous un gradin (mouais), parfaite pour draguer Iris, encore. Il est tout de même problématique à lui souligner qu’elle est en train de fantasmer sur un lycée assez similaire à son campus, tout de même.

Je n’accroche vraiment pas à ces personnages, c’est fou. J’aime toutefois la manière dont cet épisode prend enfin le temps de développer tout le monde dans cet épisode. Après, faire d’Iris et Silas des « artistes », je suis moyennement convaincu… et les faire écouter le morceau préféré de la grand-mère de Silas… Pitié, sortez-moi de cette scène et des rêves d’Iris ! En plus, ça finit par un bal de promo improvisé autour d’une danse pour Iris et Silas, quoi.

J’aime bien l’idée, j’aime beaucoup la mise en scène avec les effets spéciaux, mais… je n’aime pas les personnages, et ça casse tout. Elton a l’air moins ravi de ce qu’il voit quand il les retrouve, mais bon, il s’y fait vite et avertit Felix. Felix et Elton prennent ainsi la décision de contourner la porte coincée et d’aider les adolescents avec le zombie coincé de l’autre côté.

Ils mettent toutefois trop longtemps à rejoindre l’intérieur du gymnase. Tellement longtemps, en fait, qu’un bruit dérangeant dans les canalisations les fait bouger plus vide. Ils n’ont aucun mal à échapper à un premier « vidé », mais malheureusement pour eux, il y a plein de zombies de l’autre côté de la porte.

Ils les évitent encore et encore, jusqu’à tomber dans une pièce qui mène comme par hasard… sur le garde-manger où sont Huck et Hope. Cela tombe bien. La porte refuse toutefois de s’ouvrir elle aussi, juste assez longtemps pour que Felix et Elton débarquent aussi aux côtés d’Hope et Huck. C’est n’importe quoi, mais pas autant qu’Iris qui n’ose toujours pas tuer les zombies. Silas ? On en apprend un peu plus sur son passé grâce à des flashbacks nous faisant comprendre qu’il a de la rage en lui.

Il a apparemment tué son beau-père violent si l’on en croit les bribes d’informations qu’on a. En tout cas, il est toujours plein de rage et n’hésite pas à s’acharner à la main sur un zombie. C’est problématique, surtout qu’il finit par blesser Elton, par accident, en le repoussant au sol. La conséquence est qu’Elton envisage plus sérieusement que jamais de faire demi-tour, désormais. Bon, il ne le dit pas et ça m’embête, ça m’aurait fait un point de Bingo Séries.

En attendant, on termine sur Iris et Silas, avec celui-ci nous informant qu’il a possiblement tué son père, finalement. Iris n’en a rien à carrer, parce qu’elle est en total fantasme sur ce type plein de sang de zombies sur le visage (euuh, y a pas des risques d’infection là ?) qui lui a sauvé la vie deux fois. Il reprend ainsi confiance en lui et le groupe peut se remettre en route après une photo de groupe prise par Elton. Soit.

Je pensais que l’épisode se terminait ainsi, mais what ? Une scène post-générique a soudain surgit. On ne sait pas exactement ce qu’il s’est passé dans le lycée, mais on découvre que du côté de la CRM – Civil Republic Military – les choses ne sont toujours pas glorieuses du tout. On suit ainsi une scientifique en pleine expérimentation sur des zombies, des zombies qui sont des sujet-test qu’elle n’hésite pas non plus à appeler par leur nom… de scientifique. Oups. Un certain Dr Samuel Abbott passe donc sous son observation attentive au milieu de dizaines de zombies. Est-ce là le sort réservé au père des filles ?

> Saison 1

Dix pour Cent – S04E02

Épisode 2 – Franck – 18/20
C’est tout de suite beaucoup mieux avec cet épisode qui s’en tire très bien grâce à ses talents à qui l’on confie de très bonnes intrigues. En plus, les personnages continuent d’évoluer les uns avec les autres, et l’ensemble prend ainsi une tournure beaucoup plus intéressante. Comme quoi, il suffit parfois de peu pour faire la différence.

> Saison 4


Spoilers

Bergues ? C’est sur quelle ligne ?

Franck Dubosc ? Oh, je pourrais m’en passer, je ne suis pas fan de cet acteur… mais en même temps, j’ai vite accroché à l’intrigue qui le voit en galère dans un film au beau milieu d’une cité. J’étais d’autant plus content que j’aime l’actrice choisie pour interpréter la réalisatrice du film, hyper juste dans ce nouveau rôle. On se marre bien, quoi… sauf quand on est Franck Dubosc.

Le tournage se passe super mal pour lui, car il se sent largué au milieu des jeunes avec lesquels il travaille. Il souhaite donc mettre un terme au tournage de ce film, mais aussi à sa collaboration avec ASK. Gabriel reste un peu sur le tournage pour voir comment ça se passe et force est de constater qu’il a du mal à s’entendre avec Dylan, l’acteur face à qui il joue et qui est demandé par Télérama pour une couverture. L’acteur tout juste promu aux César à plein de choses à gérer, mais clairement, le film avec Franck, il s’en fiche pas mal.

Pour le remotiver, Gabriel essaie donc de faire inviter Franck pour une couverture de Télérama. Le seul problème, c’est que Franck le prend mal, parce qu’il voulait juste se barrer de son projet. Gabriel s’énerve alors contre Franck, parce qu’il ne prend pas bien du tout le fait que l’acteur ne l’écoute pas. Sans trop de surprise, c’est exactement ce qu’il fallait faire pour que l’acteur souhaite rester. Gabriel est heureux de booker Franck comme acteur ; mais c’est sans compter sur Audrey Fleurot qui les quitte.

Du côté d’ASK, on apprend que Sofia a réussi son casting avec Luchini. C’est chouette pour elle. Le truc, c’est qu’à la réception, Sofia est remplacée par un certain Antoine, on verra si on apprendra à le connaître avec le temps. Le but de l’épisode est de garder quoiqu’il arrive les talents de Mathias. Andrea gère tout heureusement, parce que les talents qu’elle vise sont tous d’accord pour rester avec elle. Tous ? Pas tellement, surtout avec Mathias qui continue de foutre des bâtons dans les roues d’Andrea.

Il parasite donc son rendez-vous avec Nathalie Baye, et ça donne de bonnes choses pour la série… même si Nathalie Baye refuse finalement de bosser avec Andrea, préférant aller à Star Média, elle aussi. Pauvre Andrea. Mathias, lui, marque un bon coup et fait comprendre à sa fille comme à Andrea que ses talents continuent de passer par lui pour faire de bons choix de carrière.

Perdre Nathalie Baye et son fengshui pour remettre en forme les juristes d’ASK (qui sont insupportables de stress et de coups de téléphone), c’est un coup dur, mais Andrea obtient un bon tuyau d’Arlette pour se remettre sur pied. Avant d’en arriver là, Arlette avoue à Andrea que François Cluzet ne bosse plus pour eux, alors que Dany Boon lui aussi les ghoste légèrement. Malgré son dépit constant, elle donne de bons conseils à tout le monde, et particulièrement à Hervé. Celui-ci essuie bien des refus d’une directrice de casting trouvant ses talents trop lisses… ce qui fait qu’il décide de retrouver une fausse espagnole croisée dans le métro sur la ligne 5.

Oh, c’était visible dès le départ qu’elle était (mauvaise) actrice sur ce coup-là, mais Hervé a un coup de cœur et décide d’en faire un casting sauvage. Bien sûr, elle fait sa diva dès le départ et elle est douée pour faire péter un câble à Hervé, mais j’ai trouvé qu’ils étaient excellents tous les deux. En plus, le conseil de lui faire faire un truc courageux dans sa vie est excellent. Tout cela redonne quelques couleurs à ASK, mais pas autant qu’Arlette qui file donc à Andrea un très bon tuyau pour récupérer Dany Boon… en allant parler à son institutrice de CE2. J’ai tellement ri, mais j’ai bien aimé.

C’est surprenant de s’éloigner d’ASK, mais la série se concentre aussi sur la reconversion de Mathias et de Noémie. Les deux se mettent à bosser ensemble donc, Noémie étant chargée de développement désormais. Il reste tout de même un problème : Mathias veut continuer de se cacher vis-à-vis de leur relation. C’est assez gênant, déjà que Noémie est sa « petite assistante »… Elle se retrouve à devoir faire du boulot d’assistante pour d’autres et n’est pas ravie d’avoir Mathias qui l’appelle « chérie » au bureau, au moment d’une séance potin avec une collègue.

La pauvre est complètement ignorée de ses collègues, alors que Mathias est tiraillé entre son passé et son présent. En effet, Star Media veut récupérer Danny Boon… mais ce n’est pas dans les plans de notre producteur de trahir complètement ASK. En plus, la pauvre Andrea s’est tapé tout un repas et une tarte au sucre chez l’institutrice, alors bon. En plus, elle en a raté son rencard avec Colette. La pauvre.

Le problème, c’est que Mathias fait de même pour refiler son ancien talent à Elise de Star Media. Elle n’est pas beaucoup plus avancée dans sa vie qu’Andrea, elle. Elle est dépitée de voir qu’elle manipule tout le monde dans sa vie et elle a une bonne raison pour ça : elle n’est pas nommée à la direction de Star Media…

Pour en revenir à Franck Dubosc, j’ai tout simplement adoré son intrigue. C’est tout le problème des guests et de cette série : on ne sait jamais à l’avance si c’est top ou non, et l’artiste invité, ça ne veut rien dire. Ainsi, je n’aime pas beaucoup Franck Dubosc, mais le voir en pleine crise de confiance vis-à-vis de son boulot était intéressant, d’autant plus que ça mène à un conflit de générations qui est assez facile à résoudre, mais pas non plus résolu hors écran comme pour Gainsbourg et son ami d’enfance.

Ici, j’ai adoré la scène de la baffe de Dubosc à Dylan, j’ai aimé que le tout soit encore et toujours la faute de Gabriel, et j’ai adoré voir que ça se terminait par une réconciliation entre Franck et Dylan autour d’une simple faiblesse de comédien – le besoin de travailler sa diction pour Dylan, une faille facile à trouver honnêtement. La gueguerre entre les deux comédiens et la réconciliation comme ça, grâce à une trouvaille d’Hervé et un cliché sur la drogue, c’est hyper cliché… mais c’est ce qui fait que ça fonctionne si bien, surtout avec cette série ! L’un comme l’autre a ses failles, et ils s’en rendent compte ce qui leur permet de mettre leurs différends de côté et de se réconcilier.

Ils deviennent assez amis pour envisager une interview croisée et une couverture de Télérama ensemble… avant de se la faire voler par Tony Parker. Normal ! On sent que la série a gagné en gallon encore cette année, avec beaucoup plus de guests que d’habitude. Je me faisais déjà la réflexion en saison 3, mais là, il y a du beau monde. Netflix doit aider avec sa distribution mondiale.

L’épisode se termine sur la pendaison de crémaillère de Sofia et Camille avec plein de perruques ramenées par la nouvelle copine de Gabriel. Cela ne plaît pas tellement à Sofia… qui passe tout de même la soirée avec lui. Il y a clairement encore une bonne romance entre eux et de la tension à résoudre… mais bon, c’est très frustrant, parce qu’il est toujours aussi boulet que d’habitude. Ainsi, il se laisse embarquer par sa nouvelle copine au moment même où Sofia était partie leur chercher des verres. Il ne lui dit même pas au revoir, sérieux, ça n’a aucun sens.

Et puisque Noémie elle-même est présente à cette soirée, il y a tout de même une grande absente dans cette soirée : Andrea. Elle est même ghostée par Gabriel, mais elle peut passer sa soirée avec Elise de Star Media. Celle-ci lui fait une proposition qui risque d’être bien importante pour la semaine prochaine… le seul problème, c’est que ça fait qu’Andrea néglige une fois de plus Colette. Celle-ci lui annonce donc sans pression qu’elle a revu Eva, son ex, et qu’elle a couché avec.

Si Camille Cottin est toujours exceptionnelle dans son rôle, toute la situation est super triste avec un bébé au milieu de ce couple qui se déchire encore… Colette prend même la décision de quitter l’appartement durant la nuit. Aïe. Mais communiquez, bordel !

> Saison 4