9-1-1 – S04E14

Épisode 14 – Survivors – 17/20
Un fantastique début d’épisode, mais une résolution un peu trop précipitée et prévisible à mon goût font de cette fin de saison un agréable moment (de stress !) à passer. Je ne pense pas que ce sera l’épisode qui me marquera le plus, mais la transition vers la saison 5 est enclenchée et fonctionne plutôt pas mal.

Spoilers

Hen s’inquiète pour l’état de santé de sa mère.


Just another trauma to add to the pile.

L’adrénaline est de retour dès les premières secondes de l’épisode qui nous montrent Buck se rouler sous un camion pour tenter de venir en aide à Eddie. S’il n’y avait que ça, ça irait encore, mais ce connard de tireur continue de foutre la merde en tirant sur les camions, avec de l’essence qui se répand au sol et des étincelles pour y foutre le feu.

Buck est suffisamment génial pour sauver la vie d’Eddie et faire en sorte qu’un des camions puisse repartir quand l’autre prend feu. C’est une scène impressionnante honnêtement et comme en plus la vie d’un des héros de la série est dans la balance, ça marche sacrément bien. Rationnellement, je me dis que si je suis passé à côté d’un spoiler pareil, c’est probablement parce qu’il survit. Ou alors, j’ai juste vraiment la meilleure des timelines Twitter à force d’unfollower tous les comptes spoilant.

Quoiqu’il en soi, l’épisode peut donc continuer loin de ce sniper qui reste au cœur de l’intrigue. Athena et Bobby voient leur dispute de couple interrompue par un appel d’Hen informant de ce qu’il se passe, et aussitôt Athena se rend sur la scène de crime pour voir si elle peut aider les détectives – même si ce n’est pas son boulot. Le passé d’Eddie, ex-militaire, intéresse immédiatement les détectives d’ailleurs… mais ce n’est pour rien.

En effet, le tireur n’en a pas après Eddie particulièrement mais, comme je le pensais, après tous les pompiers. Une autre se fait donc tirer dessus lors d’une intervention pour aider les victimes d’un accident de voiture.

À l’hôpital, Buck arrive couvert de sang et est loin d’aller bien, mais personne ne s’occupe de lui, évidemment. Chimney le croise mais préfère passer du temps à rassurer Maddie – ce qui est plutôt une bonne chose vu l’état de la sœur de Buck.

Heureusement, Buck peut compter sur Taylor qui arrive non en tant que journaliste, mais en tant qu’amie fidèle. Elle est celle qui le prend en charge quand la seule idée de Buck est de parler à Christopher. Un vrai papa, sur ce coup-là. Taylor le force à se changer avant d’aller voir Christopher, par contre.

Elle fait bien, c’est un peu moins traumatisant comme ça. C’est donc Buck qui explique comme il peut ce qu’il s’est passé à Christopher, sans que la série ne semble se donner la peine de nous montrer Ana, qui pourrait aussi être là pour aider à apaiser le gamin, non ? Heureusement, Buck reçoit un SMS l’informant que la chirurgie d’Eddie s’est bien passé au même moment. Enfin après… C’est Buck qui s’effondre dans les bras du petit.

Le lendemain, on découvre qu’Ana est en fait à l’hôpital, ce qui peut s’expliquer. Pendant ce temps, tous les pompiers se préparent à une journée bien difficile – et les proches de ceux-ci aussi. Bien sûr, ils obtiennent des gilets par balle et une protection du SWAT, mais ça ne fait pas tout. Les personnes à qui ils viennent en aide ne sont pas tout à fait rassurés, mais toute une journée passe sans problème.

En plus, pendant la journée, Athena aide l’enquête à progresser avec une douille retrouvée. Le soir, elle prend le temps de parler avec Bobby pour s’assurer que leur couple survivra à la dispute de la veille. La réponse est oui, ça paraît une broutille tout ça après ces attentats. L’avantage, c’est aussi qu’ils sont capables de communiquer et de reconnaître les torts qu’ils ont. On progresse… mais par contre, ils ont un égo de ouf à se dire survivants, c’est quelque chose.

Un autre matin peut alors arriver à Los Angeles, et on se marre plutôt bien avec un Christopher beaucoup trop drôle avec Buck. Il s’occupe de lui plus que l’inverse, et c’est vrai que c’est mignon à voir. Le problème, c’est que Buck est désormais devenu une vraie tête brulée : il ne réfléchit plus, trop énervé par le trauma de voir Eddie se faire tirer dessus. Il devrait clairement être en arrêt, mais ce n’est pas le cas évidemment.

De manière super impressionnante, le voilà donc qui se décide à monter toute une grue pour venir en aide à un homme coincé en haut de celle-ci. L’homme est pourtant déjà quasi-mort : il a une blessure à l’artère, il est à des kilomètres au-dessus du sol, sur une grue exposée au vent et aux tirs de n’importe quel sniper. C’est juste flippant.

Bon, après, Lone Star nous a déjà fait le coup des tirs en hauteur comme ça, hein. Cela n’empêche pas la situation d’être super stressante pour Buck. Et puis, pour la victime de l’accident qui doit encore être redescendu. Le truc, c’est que dans l’épisode précédent, les tirs ont commencé quand les portes du camion se fermaient, alors j’ai eu sacrément peur jusqu’au bout… tout ça pour que l’on ne voit pas les portes se fermer.

Franchement, ça pourrait se justifier un sniper assez fou pour tuer des pompiers, mais seulement une fois que les « innocents » sont saufs. Il n’empêche qu’après tout ça, Buck doit encore se faire engueuler par Bobby parce qu’il a agit de manière impulsive, en se mettant en danger et en prenant le risque d’être une victime. Bobby ne s’en sort pas de Buck et de ses bons sentiments, mais j’ai vraiment pété un câble d’entendre Buck se sentir coupable de ne pas avoir pu protéger Eddie. Il est celui qui s’est démerdé pour le sortir de là, franchement !

Heureusement que Taylor est là pour engueuler un peu plus Buck, parce que Bobby a juste fait de la psychologie inversée pas bien efficace. Après l’engueulade, Taylor en profite aussi pour embrasser Buck, juste avant de s’enfuir. Je n’en peux plus de ces deux-là, se tourner autour comme ça, bordel, vous n’êtes plus des adolescents, n’abusez pas !

Buck ne peut pas lui courir après en plus, parce qu’il reçoit un appel d’Ana pour lui dire qu’Eddie est réveillé. Ah, tout est bien qui finit bien, avec Eddie qui prend même le temps de papoter avec Christopher en visio et Buck en vrai. Avec un peu de chance, tout ça pourra décharger Buck de sa culpabilité inutile.

Une fois que c’est fait, l’enquête sur le sniper peut avancer. On apprend ainsi que le sniper fait partie de la police, parce que les douilles étaient traçables. Le problème, c’est que tout le monde pense alors que le sniper est arrêté, mais c’est bien trop simple. Ainsi quand Athena l’interroge, elle comprend qu’ils ont fait fausse route…

C’est trop tard, par contre, parce que les pompiers sont déjà appelés pour s’occuper d’un incendie qui est clairement un piège. Je veux dire, « Ethan » appelle le 9-1-1 et comme par hasard s’évanouit ? Cela sent le piège à plein nez. Heureusement, Bobby reçoit à temps un appel pour informer qu’il faut évacuer l’immeuble.

Heureusement, oui, sauf qu’il ne l’écoute pas quand il pense tomber sur Ethan. C’est en fait un mannequin astucieusement placé pour que Bobby se penche sur lui et qu’Ethan, le vrai, le sniper, lui tire dessus. Mais avec un flingue, pas un sniper.

Franchement, je m’attendais à autre chose, mais le but d’Ethan est de partir sur un grand coup, alors il espère que Bobby appellera les secours. Ce n’est pas le cas, évidemment, mais les secours sont là quand même : Athena a compris qu’Ethan était le sniper, et elle débarque pour prendre en charge tout ce qu’il se passe.

Désolé Chimney, je sais que tu es le capitaine par interim tant que Bobby est dans l’incendie, mais n’abusons pas tout de même, Athena est la boss sur place. De manière pas du tout crédible, elle se fait donc habiller comme un pompier par Buck et Hen, et hop, elle se rend dans l’immeuble en flamme pour sauver son mari. C’était un brin ridicule tout ça, la flic habillée en pompier qui traverse les flammes pour tirer sur le méchant…

Je sais que la série ne brille pas par sa crédibilité, mais là, c’était encore moins crédible que d’habitude, je trouve. Je ne sais pas, je n’ai pas accroché à cette résolution, même si c’était bien d’avoir Athena qui s’occupe de Bobby et bien d’avoir les rôles inversés entre eux par rapport à la saison précédente. Et puis comme ça, tout est bien qui finit bien pour eux.

C’est aussi le cas pour Buck et Taylor : elle revient le voir, heureuse de savoir qu’il est en vie. Il reconnaît à voix haute qu’il en a marre de sentir qu’il n’est pas à la hauteur, et hop, ils s’embrassent. Il faut alors encore régler le problème de Maddie. Celle-ci décide de démissionner de son poste et reçoit le meilleur conseil possible de Sue : parler à Chimney de ce qui est en train de se passer. C’est exactement ce qu’elle fait dans une scène super touchante et bien triste.

Dans le même genre, on a aussi du super touchant quand Hen et Karen se font un pique-nique tout ce qu’il y a de plus banal au parc… jusqu’à ce que Nia débarque. C’est l’occasion pour elles de rencontrer la mère biologique de Nia qui ne s’attendait certainement pas à tomber sur elles, mais qui souhaite les remercier pour tout ce qu’elles ont fait pour Nia et pour elle. Touchant, mais pas si triste.

Toujours dans le touchant, Eddie sort de l’hôpital, mais avant ça, il précise tout de même à Buck qu’il a changé son testament il y a plus d’un an pour que ce soit Buck qui s’occupe de Christopher s’il devait lui arriver quoique ce soit. C’est hyper mignon, parce qu’il lui dit surtout pour que ce soit clair que Buck n’est pas qu’un accessoire, qu’il est essentiel pour d’autres.

L’épisode peut alors se terminer loin du covid sur de belles journées, des pique-niques, des repas de famille… et le frère de Chimney qui devient pompier. Sympathique cliffhanger.

EN BREF – La saison est sacrément raccourcie par le covid, mais cela ne l’a pas empêché d’être aussi efficace que d’habitude. Chaque personnage a vu son intrigue être développée petit à petit et, dans l’ensemble, il faut bien dire que ça fonctionne parfaitement. Comme d’habitude, on a eu bien des moments de stress avec cette saison, et je ressors plutôt satisfait de l’ensemble, même si je trouve que certains épisodes montraient un peu plus un essoufflement que d’habitude.

La vérité, c’est que j’accroche moins à certains personnages qu’avant et que je n’ai pas trop aimé le bait autour de Bucky en début de saison, je crois. Qu’importe, la fin prouve que la série reste au niveau. La saison 5 commencera dans un peu moins de deux mois désormais, je suis curieux de voir ce qu’ils feront de la dépression postpartum de Maddie, d’Hen une fois médecin (et gardera-t-elle contact avec la mère biologique de Nia ?) et de Buck en couple avec Taylor. Les autres n’ont pas trop avancé, mais j’imagine qu’on se concentrera pas mal sur Chimney maintenant qu’il est papa, qu’il va devoir gérer Maddie ET son frère qui devient pompier. D’ailleurs, super, on se retrouve avec Hen et Han dans la caserne, ça va être pratique ça !

> Saison 4

 

9-1-1 – S04E13

Épisode 13 – Suspicion – 17/20
Pfiou, quelques semaines après tout le monde, je rattrape cet épisode qui est chargé en émotions. Comme d’habitude, on sent bien que les scénaristes savent comment faire pour toucher nos cordes sensibles et pour viser juste à chaque fois. Pardon, c’est presqu’un mauvais jeu de mot sur la fin de l’épisode, ça. En tout cas, content de ne pas avoir à attendre une semaine pour voir la fin de saison !

Spoilers

Hen s’inquiète pour l’état de santé de sa mère.


Sometimes people just faint.

J’en parlais hier, et c’est donc sans surprise pour les plus mordus du blog que je reprends enfin mon visionnage de cette saison 4 afin de l’achever. Et ça commence bien avec une première intervention qui m’a fait mourir de rire, puisqu’il y est question d’une bridezella qui fait passer ses demoiselles d’honneur au détecteur de mensonges afin de savoir laquelle critique son mariage en ligne. C’est parfaitement ridicule et très américain comme intrigue, mais ça m’a fait rire écoutez.

J’imagine que le stress et la tension de l’organisation d’un mariage doit retomber sur le long terme et que si je suis mort de rire, c’est aussi parce que ça ne fait jamais que dix jours que j’en ai terminé avec le mariage de ma meilleure amie. Elle n’était pas comme ça, fort heureusement. Et on n’a pas eu de surcharge électrique ni d’incendie non plus.

La robe n’a pas survécu à cet épisode, mais la mariée si. On se marre bien avec un véritable show à l’américaine où la mère est celle qui critiquait la mariée en ligne (c’était visible depuis le début) et où les demoiselles d’honneur font ce qu’elles peuvent pour supporter la mariée sans sourcil. Ah vraiment, cette série me manquait.

La série enchaîne ensuite sur la vie privée de nos héros. Hen continue d’étudier en groupe pour devenir médecin, et rapidement, on comprend que la série va utiliser cette intrigue pour s’occuper de la mère d’Hen. Celle-ci a des problèmes de dos lorsqu’elle prend le chemin du marché, et une fois là-bas, elle s’y effondre, après deux ibuprofen.

Il s’agit d’un malaise vagal, ou juste d’un évanouissement, parce que les gens s’évanouissent parfois. Oui, oui, c’est littéralement le diagnostic du médecin aux urgences et ça énerve Hen de tomber sur des incompétents comme ça aux urgences. Tu m’étonnes ! Et pourtant, c’est une réalité, ça arrive, surtout quand on est noir et que le médecin est blanc.

En tout cas, Hen passe le reste de l’épisode à s’inquiéter pour sa mère, alors que la mère continue encore et encore de lui dire que tout va bien. La série en profite pour rappeler qu’il ne faut pas trop faire confiance aux médecins qui se méfient de vous, si jamais ils se méfient de vous, avant de faire de la mère d’Hen son nouveau cas d’étude, sur une bonne idée de Chimney.

J’ai bien aimé cette scène qui voit les trois étudiants en médecine essayer de comprendre quelle maladie la mère peut avoir à partir des éléments qu’ils ont à disposition… Et se planter totalement en pensant qu’elle va bien ; alors qu’elle s’effondre une nouvelle fois en se relevant. Cette fois, Hen comprend, au toucher, que sa mère fait possiblement un anévrisme aortique abdominal. Rien que ça. Le problème, c’est qu’en cas de rupture, elle mourra – et possiblement la rupture est là.

Ce n’est finalement pas le cas, mais j’ai bien ri de l’arrivée à l’hôpital où les étudiants réussissent à passer sans problème les points d’accueil. Hen finit par faire la morale au chirurgien de sa mère, et c’est tout de même important comme scène, même si pour le coup dans la vraie vie, ça n’arrive pas. Ou pas comme ça. Et puis t’attends au moins que la mère soit complètement hors de danger avant de le faire, quoi.

C’est heureusement ce qu’il se passe, avec la mère qui se réveille et remercie Hen de lui avoir sauvé la vie. C’est mignon.

Pendant ce temps, chez Athena et Bobby, on reprend la vie normale post-covid avec une soirée jeu en famille, et avec l’ensemble de la famille. Le problème, c’est que Bobby est étrange avec Athena, qui trouve qu’il prend des distances… et commence à craindre qu’il recommence à boire. Il a en effet besoin d’une douche dès qu’il rentre ; et en faisant la lessive, elle se rend compte que sa chemise sent le bourbon.

Elle en parle à Michael pour avoir des conseils, parce qu’elle ne sait vraiment pas comment faire pour poser des questions sans paraître accusatrice. Surtout Athena, quoi. Et quand elle finit par amener le sujet dans la conversation, elle est effectivement peu délicate. Elle parvient tout de même à aborder tout ça et à se faire inviter à une réunion des AA le samedi suivant… alors qu’elle pensait qu’il y avait réunion dès le lendemain.

Quand elle le suit, elle se rend compte que c’est bien le cas en suivant Bobby et elle comprend alors qu’il lui a menti. Mais s’il lui ment, ce n’est pas tellement parce qu’il boit, c’est parce qu’il est devenu parrain de Rachel, la nana qui avait trop bu et provoqué l’énorme accident de voitures d’il y a quelques épisodes. Franchement, avec tant de mois de retard dans mon visionnage, je ne l’avais pas reconnue.

Tout ça finit par mener en tout cas à une vraie crise, parce qu’Athena ne supporte pas que Bobby lui cache quelque chose… quand bien même elle passe sa vie à tout lui cacher et prendre ses décisions sans en parler. Si je suis plutôt du côté des choix qui reviennent évidemment à Athena concernant sa carrière, il est vrai qu’il y a un sacré problème de communication entre ces deux « partenaires » qui, justement, ne le sont pas.

Comme au travail, Athena ne veut pas de partenaire… Et ça finit par provoquer bien des remous quand Bobby souligne que peut-être leur mariage ne fonctionne pas. Ouille. Au moins, il n’a pas (encore) recommencé à boire.

Chez Eddie, la nouvelle copine – Ana – semble s’être définitivement installée… mais je sens qu’elle va vite se sentir menacée par l’arrivée de Carla, l’infirmière. Elle revient après le confinement et pas mal de temps à s’occuper de son père, mais ça signifie surtout qu’elle est là pour faire remarquer à Eddie qu’il n’a pas à tout faire pour rendre son fils heureux si lui ne l’est pas. Le sous-titre est clair : Ana n’est peut-être pas la bonne pour lui… Et la série va bien insister sur cette idée par la suite.

Au centre d’appels (ouf, un point pour le Bingo Séries !), Maddie fait une overdose de café pour compenser le manque de sommeil de son bébé qui aurait des coliques et pleure tout le temps. Le problème, c’est qu’elle répond alors au téléphone de manière totalement blasée, et je suis sûr que ça aura un impact pour la suite. Elle est clairement à bout de nerfs avec son bébé qui passe la journée à pleurer. Elle n’arrive pas à s’en occuper et c’est encore pire quand Chimney parvient à calmer sa fille en quelques instants après une journée à pleurer. Pauvre Maddie, on sent pendant tout l’épisode qu’elle est en pleine dépression post-partum, et personne ne semble s’en rendre compte. Elle était pourtant bien entourée jusque-là. J’espère que Chimney va rapidement ouvrir les yeux sur son état !

En attendant, elle prend au téléphone la deuxième intervention de l’épisode, qui consiste à venir en aide à une femme qui est coincée à mi-chemin entre son balcon et le balcon du dessous. Rassurant.

C’est son fils qui appelle et c’est lui que je n’ai pas senti pendant toute l’intervention, parce que la mère restait assez calme. En même temps quand Eddie vient te sauver, ça doit calmer. En plus, évidemment, Charlie, le fils, est immunodépressif et ne peut accompagner sa mère à l’hôpital, alors c’est Eddie qui reste.

Charlie peut ainsi sympathiser au téléphone avec Christopher, alors qu’Eddie se rend compte peu à peu que Charlie est littéralement prisonnier de sa mère. Elle vérifie tout ce qu’il mange, elle l’interdit d’aller à l’école ou de voir du monde… Avec le covid, j’imagine que ce genre de schéma familial doit être encore plus courant et accentué.

Par contre, alors que Christopher veut donner tous ses jouets à Charlie, Ana fait quelques recherches et se rend compte rapidement qu’il existe plein de pages de crowdfunding pour Charlie et sa mère. Tellement en fait qu’il y a clairement un schéma d’arnaque qui se dessine, avec des noms de famille différents à chaque fois.

Une maladie auto-immune ? C’est classique – elle se contente d’empoisonner son fils pour qu’il paraisse malade. Le lendemain, Eddie en parle logiquement à Bucky et Chimney, mais c’est déjà trop tard. En effet, Charlie rappelle Eddie parce qu’il a empoisonné sa mère. Et alors que tout va bien et que l’épisode semble sur le point de se terminer, la série nous rappelle subtilement que nous sommes sur l’avant-dernier épisode de la saison.

Ainsi, Eddie se fait tirer dessus, parce qu’un malade décide d’utiliser son flingue pour tirer sur les pompiers en intervention. Le trauma est réel, avec Bucky qui se prend tout le sang d’Eddie sur le visage mais qui ne peut ensuite pas intervenir pour l’aider, car le tireur est toujours là.

Je ne m’y attendais vraiment pas à cette fin, ça m’a pris totalement par surprise. J’ai clairement sursauté et ça me fait même chier pour le personnage d’Eddie. L’épisode était vraiment bien écrit du coup, parce que je n’ai jamais vraiment aimé Eddie durant cette saison… Mais là, le voir se faire tirer dessus, et devant Buck en plus ! L’enfer.

> Saison 4

 

9-1-1 – S04E12

Épisode 12 – Treasure Hunt – 17/20
J’aime bien ce genre d’épisode comme la série sait si bien le faire : il y a clairement un aspect enquête parodié dans la chasse au trésor de cet épisode, mais c’est prenant. Pas besoin de développer énormément les personnages à chaque épisode après tout, parfois, ça peut rouler comme sur des roulettes sans rien avoir à faire. La preuve.      

Spoilers

Un auteur a la bonne idée, avant de mourir, d’annoncer qu’il a enterré un trésor quelque part en ville.


We found a message in a bottle

J’ai eu un feeling très LOST devant ce début d’épisode où l’on suit une petit fille et son père en pleine randonnée. Ils trouvent rapidement une bouteille avec un message ensanglanté annonçant la présence, quelque part dans les bois entourant Los Angeles. Ils appellent aussitôt le 9-1-1 et Maddie prévient nos pompiers préférés qui se retrouvent dans une mission de sauvetage très aléatoire : la personne coincée a écrit son message sur une note de restaurant datant d’il y a cinq jours.

Chimney et Eddie se retrouvent rapidement hélicoptère à chercher un homme qui s’avère s’appeler Clyde. Sa cheville est enflée, il n’a plus mangé ou bu depuis quelques jours, il est complètement cramé et… il demande à Eddie de le laisser sur place. Il est honnêtement super louche à vouloir rester sur place.

Je le soupçonnais d’être une sorte de criminel, mais c’était sans compter sur le titre de cet épisode : chasse au trésor. Bien sûr, Clyde annonce donc que le trésor après lequel il était est pour lui, et rien que lui. Il demande aux pompiers de ne pas répéter que le trésor est probablement par-là et ça intrigue aussitôt Buck.

Celui-ci est hyper motivé pour partir à la recherche d’un trésor de cinq millions de dollars enterré quelque part à Los Angeles. Qui peut bien faire ? Un auteur, Hollis, qui est mort récemment et a eu cette idée pour qu’on se souvienne de lui. Et puis, ça va enrichir sa famille en vrai, la pub est géniale : il assure que le trésor est quelque part dont il était question dans son œuvre et dans un poème riche en indices très flous.

C’est très drôle, parce que ça mène à un tas d’interventions toutes plus perchées les unes que les autres pour les pompiers et pour les policiers de la ville. Athena est blasée de voir un autre riche foutre la merde en ville, mais c’est plutôt drôle à voir avec des personnes creusant un peu partout, quitte à se mettre en danger ou provoquer des incendies involontaires.

Pendant ce temps, et sans surprise, Buck fait rapidement équipe avec Taylor pour retrouver le trésor… sauf qu’Eddie finit par lui demander aussi de partager le trésor. C’est vrai que ça fait rêver le trésor, et c’est marrant à voir. Ils se retrouvent donc en trio, et même en quatuor avec le caméraman de Taylor, qui passe des journées longues avec des gens dingues voulant prendre le micro pour dire que c’est une arnaque… alors que l’assistant de l’auteur a confirmé que le trésor existait.

Alors que nos pompiers en interrogent un autre pour savoir les interventions auxquelles il a assisté pour éliminer certaines possibilités, Hen et Chimey ne sont pas ravis de voir Buck et Eddie bosser ensemble pour retrouver le trésor, alors ils s’y mettent eux aussi. Ils interrogent ainsi un homme attaqué par des fourmis, sans permettre à Eddie et Buck d’entendre quoique ce soit.

Ce n’est pas fou ça, mais ça l’est toujours plus que la journée de merde d’une autre femme qui découvre que son copain n’a pas envie de se marier avec elle parce qu’il est déjà marié. Et tout ça après avoir eu besoin de l’intervention des pompiers en tombant dans un trou peu charmant. Soit.

La série oscille toujours bien entre drame et humour, comme ça. Du côté dramatique, on a ainsi Athena qui découvre que Bobby a vraiment envie de trouver le trésor par lui-même finalement. Il semblait être imperméable à tout ça depuis le début de l’épisode, alors c’était surprenant, mais finalement, tout s’explique assez bien.

Il envisage déjà sa retraite parce qu’ils font des métiers dangereux, et il a peur surtout pour Athena qui a déjà failli mourir récemment. Elle n’a quand même pas très envie d’être mariée à un chasseur de trésor risquant probablement sa vie au passage. Elle préfère largement faire son job tranquillement.

Et tant pis si ses journées de boulot sont complètement dingues et l’emmènent sur la piste d’une effraction chez Hollis, l’auteur. Je ne l’ai pas précisé plus haut, mais j’adore cet acteur choisi pour l’incarner. Il m’a bien fait rire à être encore en vie quand Athena débarque chez lui.

La chasse au trésor ? Il a besoin de trouver la fin de son roman grâce aux personnes qui accepteront de trouver ce trésor, parce qu’il est en panne d’inspiration et que c’est bien dommage, tout de même. Athena est surprise de le voir en vie, assez énervée même, mais il n’a techniquement commis aucun crime, ce qui l’empêche de pouvoir faire quoique ce soit contre lui.

Pendant ce temps, du côté du centre d’appels 9-1-1, on tient les paris, mais la nouvelle de la survie de l’auteur casse quelque peu le fun des recherches. Chez les pompiers, on est dégoûtés de voir que la chasse au trésor est terminée, finalement, parce que c’est triste de voir que tout repose sur les dires d’un menteur.

Ils décident de laisser tomber la chasse, et Buck en parle aussitôt à Taylor, de qui il continue de se rapprocher dangereusement cette saison. N’en déplaise aux fans d’Eddie, avec qui Buck a de nouveau pas mal de scènes cette semaine, je préfère largement une relation entre Buck et Taylor, hein. Les scénaristes ne choisissent pas cette voie pour autant en ce moment.

Ils préfèrent se concentrer sur ce trésor à trouver. Et tous les groupes y parviennent en même temps : Athena comprend où est le trésor grâce au titre du prochain roman d’Hollis, Taylor grâce à l’habitude de l’auteur de faire du jogging à cet endroit et Hen grâce à Karen ayant mis en place un algorithme pour trouver le trésor.

Voilà donc notre fine équipe qui comprend qu’ils vont devoir diviser le trésor en sept et se retrouver avec 714$ chacun. C’est la théorie, en tout cas. En pratique, quand ils trouvent l’emplacement où se trouve probablement le trésor, le bleu de la caserne – interrogé plus tôt par Buck et Eddie – est déjà en train de creuser et le trouver sans aucun mal. Voilà qui est fait.

Le coffre est toutefois vide, ce qui pousse tout le groupe à se rendre chez l’auteur… dont le grillage est ouvert, de même que la porte d’entrée. Cela pousse Athena à entrer la première dans la maison, avec son flingue tant qu’à faire, et son badge bien en vue. C’est clairement très mystérieux tout ça.

Hollis est ainsi trouvé mort par Athena – le type a les paupières qui bougent sur le dernier plan par contre, ça n’a aucun sens – qui pourrait être soupçonnée de meurtre, si tout le reste du casting de la série ne lui servait pas d’alibi.

Il n’y a toutefois pas meilleur alibi que les caméras de vidéosurveillance qui révèlent que c’est la femme de Clyde la meurtrière. Elle commet même le meurtre parfait : Hollis la laisse entrer chez elle, donc il n’y a pas d’effraction, et même si elle a cassé des objets, il n’a jamais porté plainte avant de mourir. Il est mort d’une crise cardiaque et, même si elle n’a pas répondu au 9-1-1 qu’il a eu le temps de composer, il n’y a aucune preuve contre elle : elle aurait pu partir avant sa crise cardiaque ou ne pas avoir de réception pour annoncer la crise cardiaque face à laquelle elle était.

Sa haine de l’auteur ? Et bien, la chasse au trésor a blessé son mari qui ne pourra peut-être plus jamais bosser, il y a de quoi être frustrée, surtout qu’elle est enceinte.

C’est une fin sympathique, mais ça ne nous dit toujours pas où est le trésor. Nos héros se retrouvent pour un repas chez Athena et Bobby où ils finissent par comprendre où il est passé : l’assistant d’Hollis a été chargé de l’enterrer et quand il a appris qu’Hollis était encore en vie, il a décidé de tout récupérer.

Avant de partir aux Maldives. Malheureusement pour Taylor, ses boss refusent qu’elle continue de travailler sur l’affaire et lui disent de laisser tomber, et j’ai de la peine pour elle qui se retrouve à annoncer deux fois en une semaine la mort de l’auteur (cela dit, ça m’arrange car il y a là un point du Bingo Séries avec le mot « dead » à l’écran).

Et puis, je ne vais pas avoir trop de peine non plus pour elle, parce qu’elle en fait à Buck à lui assurer qu’ils sont amis. Non, une telle tension sexuelle, ce n’est pas de l’amitié, Taylor !

> Saison 4

 

9-1-1 – S04E11

Épisode 11 – First Responders – 17/20
Un épisode très sympathique cette semaine, avec une écriture intéressante qui permet aux intrigues d’avancer de manière fluide, tout en se concentrant sur des personnages secondaires que l’on apprend à mieux connaître. C’est tant mieux, car ça me fait les apprécier davantage ! En plus, comme toujours avec cette série, certaines scènes sont suffisamment marquantes pour qu’on se souvienne longtemps de l’épisode.

Spoilers

Depuis sa voiture, Sue est témoin de quelque chose qui la choque et va provoquer bien des remous pour tous les héros de la série.


Don’t even think about it, Buck.

Quel étrange titre d’épisode que celui-ci ! Et quel étrange début, en plus. On y voit un homme que l’on ne connaît pas faire ses courses et oublier d’acheter des fleurs pour sa femme, qu’on connaît très bien, elle, pour le coup. Il s’agit de Sue, la chef du centre d’appels que l’on suit depuis quatre saisons déjà. Et après sa réplique de la semaine dernière comme quoi elle est la mère de tout le centre, les scénaristes frappent directement un grand coup : elle se fait renverser par un chauffard sur le parking, hurlant à quelqu’un de s’arrêter.

Elle est clairement témoin de quelque chose, mais nous ne savons pas quoi, et elle fait beaucoup de peine à voir ensuite quand elle essaie d’indiquer aux pompiers qu’elle a une urgence pour eux. Heureusement, la garde du supermarché qui regarde l’accident sans pouvoir rien faire annonce à Buck que ce n’est pas un hasard, tout ça : elle a été percutée volontairement.

Cela n’a pas beaucoup de sens pour Buck, Josh et Maddie qui cherchent à comprendre comment il est possible d’avoir voulu s’en prendre à elle. En tout cas, en son absence, c’est à Josh de prendre la direction du centre d’appels, et bonjour l’angoisse. Il culpabilise en plus de l’accident de sa boss, parce qu’il était au téléphone avec elle juste avant l’accident. C’est dur pour lui de savoir qu’il était là sans être là pour elle.

En plus, il a une relation particulière avec Sue comme on le sait. Ce qu’on ne sait pas encore par contre, c’est qu’elle lui a sauvé la vie en 2006. En effet, alors qu’il commençait un nouveau job, Josh s’est retrouvé seul dans un immeuble possiblement en feu, au 32e étage. Personne n’a pensé à le prévenir de l’évacuation qu’il ne pouvait entendre et que l’on voit très peu en arrière-plan – il avait un casque, les gens ne le connaissent pas.

Et quand il appelle le 9-1-1, il tombe évidemment sur Sue, qui va lui venir en aide. Le problème, c’est qu’il n’est pas trop d’accord avec ses idées lorsqu’elle lui dit de monter vers le toit de l’immeuble. En même temps, le feu est juste en-dessous de lui. Il fait bien de descendre cependant, parce qu’il trouve une autre victime de l’incendie, une femme qui est inconsciente. Il peut lui sauver la vie grâce à Sue qui lui explique comment la prendre en charge.

Franchement, c’est un sacré héros ce Josh, parce qu’il a pris la femme sur son dos pendant cinq étages, histoire de s’éloigner des fumées. C’est une sacrée histoire, mais l’adrénaline fait faire des trucs de dingue après tout. Pour le coup, à sa place… Non, ben j’aurais suivi le conseil de Sue, franchement. Mais sinon… Mon dieu, je ne peux pas porter quelqu’un sur cinq étages, franchement !

Il s’en sort bien sûr en vie, la femme aussi, et Josh peut donc ensuite se rendre au centre d’appel pour remercier Sue de lui avoir sauvé la vie. Il est aussi en pleine crise existentielle et cherche à changer de job : il dactylographiait avant des conversations téléphoniques, finir dans un centre d’appel semble tout de même la chose logique à faire à présent. J’aime bien que la série prenne le temps de développer le personnage de Josh. Après tout, ce centre d’appel fait l’originalité de la série – on ne s’occupait jamais trop de ce genre d’endroits plus d’un épisode avant !

Dans le présent, Josh prend donc les commandes du centre d’appel et il s’en sort plutôt bien, avec l’aide de Maddie bien sûr. Cela ne l’empêche pas de gérer à fond ce qu’il fait, notamment lorsqu’il prend un appel compliqué : il s’agit d’une femme qui harcèle un homme devant chez lui. Quand Athena arrive sur place, elle découvre cependant que la femme a une bonne raison de le faire : elle soupçonne l’homme d’être responsable de la disparition de sa fille.

Comme trop souvent, c’est une situation qui n’est pas sans rappeler un épisode de Station 19 où une situation plus que similaire et bien plus marquante s’est déroulée. Ce n’est pas la première fois qu’ils nous font le coup. J’imagine qu’en plus de s’échanger des acteurs, ils s’échangent des scénaristes, et il serait bon de communiquer mieux sur les situations répétitives entre les séries.

En même temps, je dis ça, mais ça ne doit pas me détourner du vrai message à faire passer : comme la jeune femme qui a disparu, Tracie, est noire, personne ne semble se soucier d’elle au commissariat. Cela énerve énormément Athena qui se met aussitôt sur le cas avec un détective qu’elle entraîne là-dedans. Inévitablement. Elle en parle à l’occasion d’un petit apéro avec Hen, parce que ça la remue énormément d’avoir cette affaire en cours alors même que, pendant ce temps, May cherche à prendre son indépendance. L’idée lui vient en début d’épisode et semble sortir de nulle part, puisque ça ne fait que quelques mois qu’elle a un job, mais bon, admettons.

De son côté, Buck retrouve son ex, la journaliste dont il est vraiment temps que je me souvienne du nom, pour lui parler de ce qui est arrivé à Sue. Il espère lui vendre un sujet autour de Sue, présente depuis 1984 à la création du centre d’appel. Sue est un sacré personnage après tout, alors il y a de quoi faire un reportage sur elle.

Cela intrigue la journaliste qui se rend donc sur le parking après avoir fait un sujet sur Sue, histoire de voir la vidéo de surveillance de l’accident de Sue. Elle découvre à son tour que ce n’est pas un accident, et quand elle se rend compte qu’il y a des poubelles juste à l’endroit où était la voiture avant de démarrer, elle propose à Buck d’aller fouiller pour savoir ce qu’il en est.

Pas de bol pour eux, Athena et le détective arrivent pile à ce moment-là, parce que leur enquête sur Tracie et sa disparition a bien avancé. Ils ont ainsi compris qu’après une soirée au poker – vendue par sa collègue – Tracie a été droguée par un homme qui l’a ensuite escortée en-dehors du casino. C’est là que Sue a pu voir l’homme jeter ses papiers d’identité dans les bennes à côté du supermarché. Athena remonte donc cette piste et ça permet d’avoir beaucoup d’informations d’un coup, grâce à Buck qui prend conscience que le « nine-one-one » murmurée par Sue était peut-être « nine-one-walt », comme une plaque d’immatriculation.

Bon, c’est gros, mais ça fonctionne et ça permet le lancement d’une alerte qui permet de retrouver rapidement la voiture, puis Tracie, droguée et abandonnée dans un containeur. Tout ça n’est pas terminé pour autant, loin de là : les pompiers doivent venir la secourir alors que les flics sont en train de quadriller le secteur pour retrouver le kidnappeur.

Se faisant, il s’éloigne un peu trop de l’endroit où est Tracie et, franchement, ils auraient dû s’en rendre compte bien plus vite que ça. La série nous montre un Josh débordé par le fait que personne ne lui donne sa localisation exacte, quand c’est la première information-clé à donner lors d’une urgence. Il galère donc, fait des maths dans sa tête et explose le budget effets spéciaux numériques de manière plus inhabituelle que d’habitude, mais il comprend heureusement que nos pompiers sont en danger.

Grâce à ça, il sauve in extremis la vie de Bobby et permet l’arrestation de l’homme. Pfiou. Tout ça ne nous dit pas pour autant comment va Sue : tout le monde s’inquiète pour elle dans l’épisode, même la journaliste qui ne la connaît pas ! Il faut dire qu’une fois à l’hôpital, elle doit subir une opération d’urgence… mais finalement elle s’en tire intacte.

Après tout ça, Athena pose ses conditions au déménagement de sa fille, lui balançant beaucoup trop d’ordres alors que Sue peut revenir au travail auprès de tous ses enfants, comme elle les appelle, avec simplement une canne. C’est beaucoup trop rapide, mais ça permet une jolie séquence émotions pour tout le monde quand on lui souhaite la bienvenue.

Et hop, la série peut continuer comme si de rien n’était – comme d’habitude. Moi, j’en retiens que Bobby manque carrément de tact quand il annonce à May l’accident de sa boss, mais aussi que Buck et sa journaliste passent tout leur temps ensemble désormais. Ils finissent l’épisode autour d’une bouteille de champagne pour célébrer la justice et le sauvetage de Tracie et Sue.

> Saison 4