Ronen Rubinstein (#173)

Salut les sériephiles,

Franchement, mon introduction pour l’article de ce soir pourrait être quasiment la même que la semaine dernière… mais bon, on va tenter de se renouveler un peu. IL y a eu un acteur dont le jeu m’a marqué cette semaine, et non, ce n’est pas uniquement parce qu’il s’est déshabillé, promis. Il s’agit de…

Ronen Rubinstein GIF - Ronen Rubinstein - Discover & Share GIFs

Ronen Rubinstein

La série : 9-1-1 Lone Star L’épisode concerné : S03E02 – Shock and Thaw – 17/20

Pourquoi ?

Ronen Rubinstein GIFs - Get the best GIF on GIPHYParce qu’il s’est mis nu dans la neige et que même si c’était probablement de la neige, bordel, qu’est-ce que j’ai eu froid pour lui ! Entre ça et la scène juste avant où il plonge dans l’eau… Même si elle n’est pas gelée pour de vrai (j’imagine, j’espère), ça reste si désagréable de plonger avec ses habits. Tout ça pour finir à poil juste après en plus ! C’était bien la peine. Michael Guerin — Ronen Rubinstein GIF PackNon, bon, soyons sérieux un peu, vous voulez bien ? Oui, je vous le reproche alors que c’est totalement de ma faute si je ne le suis pas. Bref, Ronen Rubinstein a proposé un excellent épisode cette semaine. J’aurais aimé avoir une scène de plus, mais on l’a eu la semaine d’avant, où on aurait vu TK échanger quelques répliques avec Carlos histoire d’avoir une vraie représentation de tout ce qu’il sait faire. Pour cette semaine, l’épisode se contentait de nous le montrer en véritable héros n’hésitant pas à risquer sa vie pour sauver un enfant.

Très vite, on comprend que ça va mal

tourner grâce au jeu de l’acteur.

Sans nous spoiler, il nous fait comprendre que son personnage ne va pas si bien que ça avec quelques frissons bien interprétés et des absences dans son jeu de regard. Et bordel, ce n’est pas simple de jouer des frissons de manière crédible quand on est dans un environnement où il ne fait pas vraiment si froid que ça. Il a donc sacrément bien géré, et il y a eu des moments assez incroyables niveau performance d’acteur (ou alors, c’est juste parce que j’aime le personnage et qu’il était bien aidé par le maquillage, allez savoir). hypothermia Tumblr posts - Tumbral.com J’hésitais à attendre une semaine de plus avant d’en faire ma performance de la semaine, mais j’ai découvert qu’il n’y aurait pas d’épisode diffusé demain (pff) et je me suis dit, qu’en plus, il y avait de forte chance qu’il passe le prochain épisode sur un lit d’hôpital à ne pas jouer grand-chose. Il va vraiment être temps que les scénaristes arrêtent d’essayer de nous le tuer tous les trois épisodes.


Vu aussi dans : 

Butterfly Resources — Ronen Rubinstein in Dead Of SummerPeu de choses. Il est encore relativement au début de sa carrière le Ronen Rubinstein. C’est bien simple, il s’est fait repérer dans Dead of Summer et c’est son second gros rôle à présent. Bon. Comment dire ? Ce n’est pas gage de qualité d’être passé par cette série parce que l’écriture en était catastrophique, honnêtement – plus que sa coupe de cheveux, oui. ugly confession — Ronen Rubinstein GIF pack ['American Horror...Bien sûr, maintenant, les choses vont être un peu différente. C’est toujours un plus d’avoir joué dans une série de Ryan Murphy quand il s’agit de passer d’autres castings. Le monsieur a tendance à vouloir retravailler avec les mêmes acteurs et c’est donc sans surprise que je découvre que Ronen Rubinstein a également joué dans un épisode de American Horror Stories.

Le monde de Ryan Murphy est tout petit.


L’info en + :

Ronen Rubinstein GIF - Ronen Rubinstein - Discover & Share GIFsJouer le rôle de TK a aidé l’acteur à s’ouvrir d’avantage au monde des possibles, apparemment, et il s’assume depuis avril dernier comme bisexuel. J’étais complètement passé à côté de l’information : quand j’avais regardé ce qu’il en était en février dernier après avoir rattrapé la saison 1, j’en étais resté sur la conclusion qu’il était hétéro.

911Lone Star Rafael Silva GIF - 911LoneStar RafaelSilva CarlosReyes -  Discover & Share GIFs
Et puis, comme la dernière fois, je ne peux pas écrire cet article sans souligner à quel point ils forment un couple parfait, ces deux-là, ils sont tellement mignons !

Finalement, il a donc révélé qu’il était bisexuel et avait fait le choix de rester dans le placard pour éviter les insultes et les coups lorsqu’il était au lycée. C’est triste comme tout cette raison d’être resté caché, alors j’espère qu’il saura être heureux maintenant qu’il s’assume pleinement. C’est probablement le cas puisqu’il semble bien entouré par Rafael Silva, Ryan Murphy ou sa petite-amie, l’actrice Jessica Parker Kennedy. C’est elle qui l’a encouragé à dire la vérité. Je trouve ça mignon comme tout.


Voir aussi : Les performances des semaines précédentes

9-1-1 – S05E08

Épisode 8 – Defend in Place – 18/20
Et ben voilà, ce n’était pas si compliqué d’avoir une bonne idée pour pimenter à nouveau comme il se doit la série ! L’épisode est excellent, avec un rythme haletant, du suspense et un drama sur lequel j’étais partiellement spoilé avant de commencer l’épisode. Il est possible que ça joue sur mon avis global, d’ailleurs, parce que je craignais certaines décisions de scénaristes en lançant cet épisode.

Spoilers

Michael se rend compte qu’il veut passer sa vie avec David.

J’ai toujours voulu tester ce widget WordPress et je peux enfin le faire avec cet épisode qui me donne vraiment l’occasion de constater un avant-après pour le 318/81E. Vous en pensez quoi, vous, on se fout de nous ou pas ?

Right, they should move here, where nothing bad ever happens.

J’ai commencé l’épisode machinalement, l’enchaînant avec le précédent et regrettant presqu’aussitôt quand une vague de fatigue s’est abattu sur moi. Heureusement, ça commence bien avec Michael se moquant des gens habitant sur des îles où des ouragans frappent régulièrement… ce qui est stupide, comme le souligne son copain, de la part d’un type habitant le Los Angeles de cette série. Dans celle-ci, tout de même, il y a des catastrophes tous les ans, hein.

Le problème pour Michael est de découvrir que son copain, David, a envie de se rendre à Haïti pour un mois ou deux, peut-être plus. Il souhaite aider autant que possible les victimes de catastrophes naturelles, parce que les pompiers ont déteint sur lui. Bon, le départ de David perturbe tout de même pas mal Michael. Il est amoureux, fou amoureux et il n’imagine plus sa vie sans lui. Le voilà donc qui en est à déjà envisager de lui proposer de se marier avec lui.

Euh. Cela me paraît un peu rapide – ils sont ensemble depuis quoi, un an ? Admettons, hein, ils sont plus âgés que moi après tout. Les préparatifs sont super mignons en tout cas, mais aussi assez angoissants. J’hésite. Michael se sent en effet forcé de prévenir toute sa famille à l’avance de la demande qu’il s’apprête à faire, parce qu’il veut leur approbation. Humph. Je n’ai pas d’enfant, c’est peut-être pour ça, mais j’ai toujours du mal avec ce genre d’intrigue où les enfants ont leur mot à dire sur la vie des parents. Ce n’est pas exactement comme ça que je vois les choses.

Genre, bien sûr que l’enfant est important dans la vie du parent hein, mais… De là à demander leur avis pour le mariage, c’est bizarre. Et puis, Michael demande aussi à son ex, qui est déjà remariée. Bon, tout le monde dit oui et ça devient sympa de voir Michael hésiter entre bague et montre et choisir avec le conseil de ses enfants. Le choix de la tenue avec l’avis d’Athena, par contre, je ne sais pas, étrange. Je sais qu’ils ont amis, mais bon.

De toute manière, l’essentiel, c’est qu’on en arrive à un Michael sûr de lui et prêt à faire sa demande : il se rend ainsi à l’hôpital… sauf qu’une énorme explosion secoue l’hôpital au moment où il arrive. Oh, la tristesse.

Les scénaristes nous conservent alors le suspense en se concentrant sur l’heure qui a précédé à l’hôpital, avec une chirurgie du cerveau d’un patient pour David, un grand frère qui rencontre sa petite sœur après avoir renversé sur le sol un produit qui fera glisser une infirmière avec des bombonnes de gaz. Boum. On nous présente plusieurs personnages au passage, infirmière, bébés, enfants, personne âgé débarrassé du cancer… Tout ça, tout ça, quoi. Juste ce qu’il faut pour qu’on stresse.

L’explosion apporte un bon suspense à l’épisode, et ça nous donne une idée de ce qu’on a raté quand ça devait arriver à Grey’s Anatomy mais que le Covid est passé par-là en fin de saison 16. C’est vraiment pas mal, franchement. Le centre d’appels gère les redirections de patients comme ils peuvent, mais aussi toutes les urgences. On sent bien que ça part en vrille cet épisode, en plus.

Sur le parking, les gens, dont Michael, pète un câble de ne pas avoir de nouvelles des proches à l’hôpital, et c’est pareil au téléphone pour le centre d’appel. C’est compliqué de rester zen face à tout ce qu’il se passe. Parker, le gamin qui accompagnait sa toute jeune sœur, est ainsi coincé dans une chambre d’hôpital, au téléphone avec Claudette. Quand l’appel est interrompu et qu’Eddie et Buck mettent trop de temps à rejoindre la chambre 318, Claudette pète littéralement un câble… pour finalement s’entendre dire que la chambre est partie en fumée. Pardon ?

Une part de moi était à peu près sûr qu’ils trouveraient un moyen pour nous dire que les personnages s’en sortiraient, mais 318, c’est pas un nombre qui peut se lire différemment à l’envers, alors j’ai eu un doute. Et puis, l’explosion qui a manqué de peu de nous emporter aussi Eddie et Buck m’a calmé sur mes envies de voir absolument les gamins s’en sortir. En plus, les pompiers ont déjà fait du bon boulot avant ça, évacuant par la grande échelle tous les nourrissons de l’hôpital alors que l’incendie ravageait l’étage de la maternité. L’Enfer.

Bref, finalement, le coup du miroir est bien ce qui nous sauve Parker : il était dans la chambre 81E, tout simplement. MOUAIS. On a vu le 318, quand même, c’est abusé. Du moins, ça l’était jusqu’à ce que je revérifie en fin d’épisode : la polie choisie est vraiment bonne, parce qu’effectivement, j’ai lu 318, mais je peux voir aussi ce 81E. Bon, quand je fais une symétrie horizontale pour voir ce que ça donne, ça reste un E très arrondi, tout de même.

En tout cas, la bonne nouvelle, c’est que le gamin est sauvé et que les scénaristes ont réussi à nous faire accrocher à peu près à Claudette. J’aurais bien aimé avoir May dans l’épisode aussi, mais on a juste son autre collègue dont je ne connais toujours pas le nom, bordel. Tout est bien qui finit bien dans cette partie de l’intrigue, et heureusement qu’Eddie était là pour avoir les mêmes idées que moi. Il a dû voir trop de séries, lui aussi.

En parallèle, Hen fait équipe avec Ravi pour aller chercher des gens bloqués au quatrième étage. Ils tombent alors sur Rupert, l’homme qui n’a plus de cancer et est à la recherche de son infirmière préférée. Celle-ci est inconsciente dans un couloir de l’hôpital, et elle est sauvée de justesse par les pompiers et Rupert qui les pousse en-dehors d’une pièce où le plafond s’effondre sur lui. Rupert meure donc en sauvant Ravi. Oh, pauvre Ravi… Il va vraiment démissionner si ça continue comme ça : il est là pour sauver les gens et ça ne se passe jamais comme prévu.

Bon, autrement, David ? Il refuse d’évacuer un hôpital très clairement en flamme pour aller au bout de sa chirurgie. C’est totalement énervant, mais c’est parce qu’on ne connaît pas bien le personnage. On a du mal à croire le truc. Je veux bien qu’il soit là pour sauver le patient, mais quand sa propre vie est en jeu, et celle de tous ses collègues juste parce qu’il prend la décision de rester, c’est énervant. C’est une vision bien américaine en plus de nous affirmer que les médecins resteront au péril de leur vie. Je suis à peu près sûr qu’il y en a pour le faire, mais pas tous, hein.

En parlant de scènes très américaines, on se retrouve avec Athena et Michael qui commencent une prière de rue avec la femme de l’homme en train d’être opéré. C’est une sacrée opération pour lui. Il va se réveiller sans savoir tous les dangers qu’il a encourus. Et si j’ai bien aimé la tension que tout ça apportait à l’épisode, j’ai trouvé totalement abusé de voir Bobby débarquer au milieu du bloc opératoire pour convaincre David d’arrêter son opération. Genre, Bobby serait bien le genre à faire ça, hein.

Et pourtant, il insiste vraiment pour que David quitte le bloc… Au point de balancer que Michael veut le demander en mariage. C’est abusé. Juste abusé. Je déteste Bobby pour cette scène, parce que jamais de la vie tu gâches la surprise, si ? Il y a heureusement des gens qui aiment les spoilers : David ne semble pas en vouloir à Bobby et quand il sort du bloc après avoir sauvé son patient (qui se réveille sur le parking de l’hôpital, évidemment), il accepte évidemment la demande en mariage de Michael. Que Michael ne fait pas.

C’est une très jolie scène, et ça me soulage également parce que j’avais été spoilé sur le départ de l’acteur interprétant Michael. Je le sentais vraiment mal cet épisode se concentrant sur lui… Mais finalement il décide juste de quitter la ville pour accompagner David à Haiti. C’est une jolie fin pour ce couple et la série prend le temps d’un hommage à l’acteur également en lui consacrant quelques flashbacks des moments marquants le concernant. C’est bizarre car je me rends compte que j’ai zappé quelques trucs tout de même, et surtout parce qu’il n’est pas mort ou en train de partir. Ce genre de flashbacks, on les connaît habituellement au moment où le personnage fait la route pour partir ou quand il décède.

Reste à savoir si les personnages reviendront dans la série maintenant. Ce n’est pas gagné : Rockmond Dunbar, l’acteur interprétant Michael, ne souhaite pas être vacciné contre le covid pour raisons médicales et religieuses, or les lois californiennes (et de Disney) l’obligent à l’être pour continuer son travail d’acteur… Pour le moment en tout cas. La porte est ouverte à un retour, c’est déjà ça.

> Saison 5

 

9-1-1 – S05E07

Épisode 7 – Ghost Stories – 15/20
Il y a une expression consacrée pour ce genre d’épisode, je crois, c’est celle de « rythme de croisière ». Je l’utilise souvent, et cet épisode avait tout à fait cette ambiance. C’était divertissant, il y avait des avancées pour certains personnages et des intrigues plus ou moins intéressantes, mais finalement, une fois fini, on en sort avec l’impression que tout ça ne servait qu’à avancer sans grande surprise. Et c’est toujours embêtant, surtout pour cette série dont la qualité repose souvent sur les surprises entourant les interventions.

Spoilers

Un homme enterré vivant fait appel au 9-1-1 pour qu’on le retrouve au beau milieu d’une forêt.


I’m so confused.

On est tard en ce samedi soir, mais j’ai encore un peu d’énergie, alors je me suis dit que je pouvais bien finir mes hebdos aujourd’hui pour avoir le temps de regarder d’autres séries demain. Deux épisodes, ça se fait facilement quand il n’est pas encore minuit, et ça devrait même me permettre de ne pas trop me décaler dans mes horaires.

L’épisode commence par un appel qui sera mémorable pour May : un homme l’appelle, affirmant avoir été enterré vivant après un coup de feu et un vol de voiture. Rien que ça. Il avait encore son portable, c’est déjà ça de pris. L’homme perd assez vite patience dans son cercueil, mais c’est plutôt une bonne chose : les cris qu’il pousse lui permettent finalement d’être trouvés par Buck. Bon. Ce n’est pas bien crédible cette affaire : le type est enterré dans une forêt au milieu de nulle part et les pompiers le localisent grâce aux opérateurs réseaux et à ses cris.

Putain, je n’ai jamais de réseau dès que je suis à un kilomètre de la moindre habitation, mais le type il parvient à être sauvé de son cercueil au beau milieu des bois. J’aimerais bien, hein. Contrairement à d’habitude, la série se concentre ensuite sur l’enquête pour essayer de comprendre ce qui lui est arrivé, en partie parce qu’elle est menée par le détective qui a eu la gorge tranchée. Il est de retour sur pied comme si de rien n’était et continue de bosser comme si de rien n’était.

C’est bizarre de casser le code de la série en nous montrant une enquête sur une des victimes, mais c’est vrai que ça laisse perplexe. Et bien sûr, alors que le flic interroge cette victime qu’il voit aussi comme un suspect, très clairement, Taylor débarque et fait son travail de journaliste – ou de fouille-merde, au choix. Elle le fait très bien, d’ailleurs bien mieux que le flic. Celui-ci se vexe ainsi et empêche Taylor d’approcher la victime ensuite, mais c’est abusé.

Taylor s’en plaint inévitablement à Athena, mais le plus intéressant est encore de voir Taylor mener la même enquête qu’Athena et son collègue en parallèle d’eux. Les scénaristes s’amusent bien avec cette intrigue, nous proposant un mystère sur le type qui s’est excusé auprès d’une certaine « Lizzie » une fois déterré. Le problème, c’est que Lizzie est sa femme, portée disparue, même s’il la dit en Alaska en pleine croisière.

Taylor en arrive à la conclusion que la femme trompait son mari, alors que les flics découvrent que le couple avait des problèmes financiers. Edgar, l’homme enterré vivant, avait alors contracté plusieurs assurances vie sur le dos de sa femme. Partant d’hypothèses très similaires, Taylor et l’enquêteur en arrivent à deux conclusions totalement opposées : elle accuse la femme, il accuse le mari. Merveilleux. Evidemment, il se trompent tous les deux et le découvrent en même temps quand le flic essaie d’arrêter un tueur à gages, Tom, alors que Taylor imagine parler à Lizzie.

Finalement, on se retrouve avec l’arrestation de Tom, Lizzie ET Edgar sur les mêmes lieux. L’interrogatoire de Tom est assez amusant : il reconnaît avoir été embauché pour tuer Lizzie, mais il en est tombé amoureux… au point de la prévenir de la vérité. Il révèle ainsi à Lizzie le montant qu’Edgar voulait payer, même s’il était supposé être fauché.

Eh oui, il avait prévu de payer le tueur à gage avec l’assurance vie au nom de Lizzie. Cette dernière embauche donc Tom, le payant en nature puisqu’il est amoureux d’elle, pour qu’elle tue Edgar… Et c’est ainsi qu’Edgar se retrouve enterré vivant. C’était amusant comme intrigue, et juste assez divertissant pour nous intriguer tout du long. C’est tellement alambiqué qu’on ne peut pas tout deviner à l’avance… Par contre, on pouvait deviner à l’avance que Taylor aurait droit à une intrigue cette saison. Ainsi, alors que Buck cherche à comprendre pourquoi elle se met en danger dans ses enquêtes journalistiques, on comprend que si la vérité est si importante à ses yeux, c’est pour une bonne raison. Pendant la nuit, elle consulte donc des articles de presse sur un meurtrier proclamant son innocence, larmes aux yeux. Youpi, je suis super intéressé par cette intrigue dis-donc… Pfiou, je n’aime pas Taylor, je crois ?

Autrement, Chimney est de retour dans la série avec cet épisode, yay ! Il est toujours autour de Boston, cherchant désespérément Maddie. Comme il faut bien que la scène soit un peu intéressante, Chimney appelle Hen, qui a du mal à comprendre l’obsession de Maddie avec son passé, mais elle en profite pour relier ça au thème de l’épisode, expliquant qu’elle est peut-être en train de chercher des fantômes. Et puis, en plus, Hen aussi a affaire à son fantôme avec Eva qui la recontacte.

Sortie de prison et plus du tout droguée, Eva décide de quitter la Californie, mais avant ça, elle veut parler à Hen. Elles se voient donc à la caserne, parce qu’Hen est évidemment une des étapes de la thérapie d’Eva. Malheureusement pour elle, Hen n’est pas prête à lui pardonner tout ce qu’elle lui a fait subir. Evidemment. D’ailleurs, dès qu’Eva parle de Denny, le sujet devient trop touchy pour Hen. C’est étonnant de nous ramener cette intrigue sans prévenir, franchement.

Comme avec Station 19, je suis bien content que ça permette le retour de l’actrice interprétant Karen dans la série. Elle n’est pas heureuse d’entendre qu’Hen a revu Eva, mais au moins, elle peut être soulagée de savoir qu’Eva va quitter la ville. Elle ne l’est juste pas de savoir qu’Hen continue de croire Eva sur parole, à chaque fois. Dès lors, Karen décide de vérifier par elle-même ce qu’il en est. C’est une bonne idée de sa part, parce qu’elle entend de la part d’Eva la vérité, et aussi qu’Hen est plus amoureuse de Karen qu’elle ne l’a jamais été d’Eva. Mignon. Et mignon aussi la réconciliation entre Karen et Hen le soir-même.

Pour en revenir à Chimney, on le retrouve à son arrivée à Boston, où il sauve de justesse un bébé qui s’était étouffé dans une voiture. C’est horrible comme intrigue, mais Chimney le sauve donc et retrouve au passage un certain Eli, un de ses potes. Ils partagent ainsi une bière, histoire de parler de Maddie et de la culpabilité de Chimney qui n’avait rien à faire là. C’est sympa, sans plus. Et surtout, ça ne sert pas à grand-chose.

L’épisode se concentre aussi sur le kidnapping d’Harry cette semaine, et c’est vachement intéressant. L’enfant a évidemment un choc post-traumatique à gérer, et il le fait comme il peut. Il a ainsi des visions de Jeffrey assez régulièrement… mais uniquement en journée. C’est quelque chose quand même.

Il a aussi toujours son obsession pour les articles parlant de Jeffrey, le glorifiant et disant d’Athena qu’elle est une flic ripoux. Le père s’en rend compte et en parle à la psy, ce qui ne plaît pas du tout à Harry. Pourtant, la psy assure à Athena qu’il y a de gros progrès faits en thérapie puisqu’Harry lui parle enfin de Jeffrey. Ce n’est pas suffisant pour Athena, puisque son fils ne lui parle toujours pas à elle, mais Bobby fait ce qu’il peut pour l’aider. En parallèle, May se confie à son père sur ce qui lui pose un gros problème : le fait que personne ne parle de ce qui est arrivé à son petit frère.

Ce n’est pas sain du tout, et elle se rend en plus compte que ni son frère ni son père ne sont revenus chez Athena. Or, pour avancer, ce serait un minimum. Harry entend tout… et il décide au contraire de retourner dans la maison où il a été emmuré vivant. C’est clairement un besoin qu’il semble avoir, se confronter à nouveau à ce moment traumatique. Le problème, c’est que la maison en construction n’est pas si solide que ça apparemment.

Le sol a tenu quand plusieurs pompiers sont passés dessus, mais là, il s’effondre sous le poids d’un gamin. Allez comprendre. Contre toute attente, une fois blessé, Harry appelle… sa mère. Je veux dire… Il aurait pu appeler le 9-1-1, il aurait pu appeler May (ce qui revient au même, je sais), il aurait pu appeler Bobby ; mais non, il appelle sa mère. Celle-ci se précipite bien sûr au secours de son fils. On va dire que c’est logique pour un fils d’appeler sa mère dans ce genre de situation, mais vraiment, ce n’est pas Athéna la plus à même de lui venir en aide alors qu’il est blessé, hein.

C’est plutôt chouette de les voir se réconcilier, cependant, et bien de voir qu’Harry finit par se confier au détective qui le sort de son trou. Ah, oui, évidemment, Athena ne se ramène pas seule sur place : elle amène tous ses collègues, hein, y compris celui qui avait été égorgé par l’avocate, Ransone. C’est bien de les voir parler ensemble du fantôme de Jeffrey qui ne doit plus les terrifier. Ainsi, Harry demande à rentrer chez lui pour de bon. Ce n’est pas non plus comme s’il y avait eu plein de violence au moment de son enlèvement, ça va.

Après, c’est chouette comme fin d’épisode : toute la famille est réunie et Harry est prêt, enfin, à leur raconter tout ce qu’il a vécu. J’aime bien l’idée.

> Saison 5

 

9-1-1 – S05E06

Épisode 6 – Brawl in Cell Block 9-1-1 – 14/20
Un épisode tout ce qu’il y a plus de classique pour la série, avec une surenchère dans l’intrigue et des ficelles grosses comme ça… mais eh, je n’en demande pas autre chose, finalement. C’est efficace pour donner de grandes émotions et oublier un temps le fil rouge de la saison. Oui, il faut bien se changer les idées de temps en temps.

Spoilers

Les pompiers interviennent en prison où plusieurs incendies sont déclarés après une émeute de prisonniers.


What if he doesn’t look like a firefighter ?

L’épisode commence par la routine habitude d’un garde de prison qui semble être presque content de venir faire son job. Il a ses petites habitudes, une routine qu’il aime bien… et un prisonnier qu’il déteste. Ce dernier demande toujours le même garde pour la balade, et ça le saoule clairement d’être son préféré. L’épisode est un peu longuet, surtout qu’on sait bien que ça va partir en vrille à un moment ou un autre.

Bien évidemment, c’est le genre d’intrigue où l’on attend et le suspense réside dans l’attente du moment où ça partira en vrille… mais j’ai tout de même du mal à comprendre l’intérêt de faire une introduction si longue pour mener à une mutinerie en prison. Concrètement, on passe près de cinq minutes avec des personnages qu’on ne connaît pas, tout ça pour avoir un accident qui se produit sans qu’on ne sache bien comment les prisonniers ont pu se coordonner pour que ça se passe comme ça.

Le but est en tout cas de ramener en prison les pompiers, parce qu’ils doivent éteindre des incendies et… aider des prisonniers à s’enfuir. Là encore, c’est très long dans la mise en place : au milieu du chaos, les pompiers trouvent deux prisonniers en piteux état. À aucun moment ils ne songent à vérifier s’il s’agit bien de prisonniers et, évidemment, il est révélé plus tard dans l’épisode qu’il s’agit des gardiens que nous suivions au début de l’épisode.

C’était évident, mais la panique et le chaos en prison faisaient qu’il était plus compliqué que prévu de faire toutes les vérifications. Alors que la manière de filmer nous cachait les visages des gardiens accompagnant Buck et Eddie, nous suivions en effet Hen, Bobby et Ravi en situation périlleuse : ils se retrouvent rapidement enfermés dans l’infirmerie alors que l’endroit le plus sécurisé de la prison est pris d’assaut. Problème : il y a les clés de l’infirmerie dans cette salle.

Il faut donc réveiller le garde du début d’épisode, Vaugh, pour obtenir des informations précieuses sur les protocoles de la prison et mettre au point un plan où Ravi se fera passer pour un prisonnier afin d’aller déclencher du gaz hilarant sur la prison. Rien que ça. Au passage, les pompiers réussissent à blesser le médecin de l’infirmerie, mais ça permet surtout une scène où Hen sympathise avec lui.

C’est exactement ce qu’il fallait : le médecin est blessé à la main, mais il peut compter sur Hen pour opérer le gardien. La scène est un brin cheloue et super lente, mais eh, c’est chouette de voir Hen souriante quand elle réussit son opération. Quant à Ravi, il parvient à échapper aux prisonniers quand j’étais à peu près sûr qu’il y passerait au cours de cet épisode. Le privilège des nouveaux : les derniers arrivés se font toujours dégager en premier… mais ce n’est pas le cas, heureusement.

Les pompiers peuvent donc quitter la prison en paix, ce qui permet à Bobby d’appeler Athena pour la rassurer… et surtout pour avoir des nouvelles du reste de son équipe, parce qu’il n’a plus eu de contact avec Eddie et Buck depuis qu’il a compris qu’ils étaient pris en otage. Forcément.

Pendant ce temps, Eddie et Buck comprennent d’ailleurs qu’ils sont pris en otage un peu tard. C’est plutôt cool de les retrouver ensemble dans cette position, c’est toujours bien d’avoir des épisodes qui se concentrent sur leur amitié. Bien sûr, le but est aussi d’avoir deux personnages très attachés à Christopher : ainsi, quand les évadés commencent à le menacer en soulignant qu’ils savent où vit Christopher, Buck et Eddie peuvent s’énerver… et être bien soumis à leurs kidnappeurs.

Ils font donc tout ce qu’on leur demande : les prisonniers veulent absolument que le garde survive, car le but est en fait d’infiltrer l’hôpital pour aller rendre visite au fils de l’un d’entre eux, entre la vie et la mort à l’hôpital. Heureusement, de son côté, Athena bosse correctement et comprend ce qu’il se passe à temps pour arriver à l’hôpital.

Ainsi, Buck est sauvé de son preneur d’otage lorsqu’ils entrent ensemble, avec le garde blessé, dans l’hôpital. Malheureusement, Eddie reste quant à lui coincé dans le camion de pompiers avec le cerveau derrière l’évasion : le prisonnier lui révèle donc qu’il veut absolument entrer dans l’hôpital pour pouvoir donner son cœur à son fils, qui a besoin d’une greffe. Bien. Cela me paraît un motif de visite valable, mais c’est vrai que ça sous-entend de tuer un prisonnier, ce qui est tout de même problématique, même pour les USA.

Bizarrement, cet épisode souligne un autre problème plutôt très incompréhensible : les prisonniers n’ont pas le droit de donner leurs organes, même dans le couloir de la mort. Alors, certes, je ne suis pas sûr de vouloir les organes d’un serial-killer quand on prend en considération le côté spiritisme de la chose, mais eh, tout de même… s’ils sont prêts à venir en aide à des gens, laissez-les faire ? Ce n’est pas comme si on avait trop d’organes, franchement.

Alors que Buck se heurte à bien des incompréhensions face à cette situation ridicule, la police refuse d’entendre la demande de Mitchell, le prisonnier qui s’est évadé. Mitchell, lui, parvient à parler cœur à cœur avec Eddie et s’assure que le pompier fera tout ce qu’il peut pour venir en aide à son fils. Une fois que c’est fait, il peut prendre la décision de se suicider, en espérant que le pompier fera ce qu’il faut pour garder son cœur en train de battre assez longtemps pour que ce soit donné à son fils.

C’est du grand n’importe quoi, mais le message des scénaristes face à cette injustice du don d’organe est très clair : il est temps de changer certaines lois. Athena et sa boss y arrivent contre toute attente, en contactant le gouverneur pour qu’il accepte ce don d’organe de Mitchell, mort, à son fils. La médecine fait des miracles, tout de même. Les séries américaines aussi, de toute évidence. Et après tout ça, tous les pompiers restent à l’hôpital pour savoir si le fils survivra.

Sérieusement ? Ils ont été pris en otage ou enfermés dans une prison, c’est quand même n’importe quoi d’imaginer qu’ils attendent toute la durée d’une greffe de cœur. Dans le même genre, Hen qui décide de sa spécialité chirurgicale juste parce qu’elle a fait UNE opération, j’ai du mal à y croire. J’ai bien plus accroché aux doutes du personnages de Ravi quand il doit rentrer seul chez lui après une journée éprouvante.

C’est plutôt cool de voir Bobby s’occuper de lui et s’assurer que son bleu aille bien et, en vrai, je trouve ça super sympa de voir les scénaristes s’occuper d’introduire vraiment ce nouveau personnage. J’imagine qu’il est là pour rester, du coup ! En tout cas, ça permet de passer tranquillement à la fin de l’épisode, avec Buck qui rentre auprès d’une Taylor inquiète (je n’arrive pas à l’aimer plus que ça) et Eddie qui réveille Christopher pour un bon câlin à son fils. Il y a des journées qui remuent plus que d’autres, clairement.

Et il y a des épisodes qui tentent de nous faire oublier que Chimney et Maddie ne sont pas là sans y arriver pleinement.

> Saison 5