9-1-1 – S06E01

Épisode 1 – Let the Games Begin – 17/20
La saison débute par un premier épisode très solide qui n’a rien à envier aux autres saisons, si ce n’est peut-être que ses enjeux sont moins importants pour Los Angeles – mais beaucoup plus pour les personnages. Certaines évolutions d’intrigues sont ici bien plus qu’attendues, d’autres décisions me déçoivent un peu, mais dans l’ensemble, on retrouve la série en grande forme ; et donc en meilleure forme qu’en fin de saison précédente.

Spoilers

Quatre mois plus tard, la vie des pompiers n’a pas beaucoup changé. Mais ça ne va pas durer avec cette nouvelle saison.


That ring saved my hand.

High hopes ? Oui, moi aussi j’ai de high hopes pour cette saison, j’espère que les scénaristes ne me décevront pas, mais je sais que ce sera le cas. Je veux dire la première scène se déroule déjà dans un dirigeable au-dessus de Los Angeles, alors ça promet une belle scène dramatique. Non, je n’ai rien vu sur la saison avant de lancer cet épisode, pas même les photos promotionnelles.

Comme toujours, on commence par des scènes présentant une situation avec plein de personnages – ceux qui conduisent le dirigeable en commentant la vie au sol et en se racontant leur vie, les fans de sport dans un stade, notamment une maman hyper angoissée pour sa fille qui recommence à peine à vivre une vie normale. Soit.

Comme prévu, le dirigeable finit par avoir un petit problème de moteur qui le fait se diriger droit vers le stade. C’est un crash qui est prévu, et ça ne dit rien qui vaille. Si l’une des pilotes décide d’envoyer un mayday par les voies officielles, son co-pilote passe un coup de fil au 9-1-1. C’est l’occasion pour nous de retrouver Maddie, toujours aussi efficace dans son job.

Le nouveau centre d’appels ? Il semble beaucoup plus grand et aéré que le précédent, mais du coup, on en arrive à se dire que ça manque de bureaux pour tous les figurants des saisons précédentes. C’est peut-être un moyen de réduire le budget, mais en même temps, le budget est toujours au top dans cette série pour les accidents. Sans trop de surprise, voilà donc le dirigeable qui se crashe dans le stade.

C’est aussitôt la panique dans le stade, parce qu’à l’intérieur de celui-ci, on imagine aussitôt qu’il s’agit d’une bombe. Après tout, le sol et les murs tremblent, et ça fait le bruit d’une bombe, donc c’est bien logique. La mère et la fille sont bousculées dans tous les sens et sont séparées. C’est l’occasion pour nous de découvrir que la fille porte en fait sur elle un appareil médical avec des tubes. Malheureusement, quand elle tombe, les tubes sont visibles et l’homme derrière elle pense aussitôt qu’elle porte la bombe.

La pauvre n’est pas aidée. Par chance, les premiers secours arrivent déjà. Ce ne sont toutefois pas les pompiers qui s’occupent d’elle, mais Athena. Celle-ci a désormais des cheveux longs et comprend assez vite le problème de la gamine quand elle voit les tubes. Grâce à une photo envoyée à Maddie (oula, ça change de technique cette saison !), Athena découvre le problème exact de la gamine et se met à la recherche de son appareil de secours.

C’est sa mère qui l’a, mais Athena finit par la retrouver. La mère est tout aussi blessée que sa fille, donc Athena lui envoie des secours avant d’aller changer le cœur artificiel de la gamine selon les instructions de Maddie, parce que pourquoi pas ? Cela paraît presque simple comme procédure.

En parallèle, cette première intervention est gérée aussi par les pompiers. Ce sont Eddie et Buck qui s’occupent des pilotes du dirigeable, et si c’est assez impressionnant visuellement de les voir sur l’échelle, je dois dire qu’il y avait moins de tension et de pression. Bon, ils essaient d’en rajouter avec une échelle instable au moment de l’évacuation et un Eddie qui risque sa vie en sautant au-dessus du vide pour atteindre l’échelle, mais eh, au pire il pouvait se faire avoir Eddie, c’est pas grave.

Bref, l’intervention se termine bien et la saison peut enfin commencer. Si je disais en introduction que je comptais sur Lucy pour gérer et être davantage développée, je suis juste dégoûté par sa première scène. Elle est en visio et en effet, Lucy commence bien la saison : elle a une fracture au pied après avoir joué avec ses nièces. Bien joué.

Je suis un peu dégoûté parce que ça l’a fait s’absenter quatre à six semaines, donc j’imagine qu’on ne le reverra pas tout de suite dans la série. Ce qui est curieux, c’est qu’elle s’excuse de gâcher le voyage de noces de Bobby. Cela semble vouloir dire qu’il va s’absenter – et Athena aussi ? – alors que la saison commence à peine. Ce que Buck en retient, lui, c’est que Lucy allait être promue capitaine par intérim à sa place, et il n’aime pas ça.

Si je comprends pourquoi Bobby ne veut pas remettre Chimney à cette place-là, je me pose surtout la question de ce qu’il en est pour Hen. Lucy, c’est un choix logique, car elle a été introduite comme une pompier très expérimentée sur d’autres casernes, alors pourquoi pas ? Et bien, parce que Buck ne veut pas l’avoir comme cheffe. Heureusement pour lui, elle a donc une fracture, parce que sinon, il n’aurait pas trop eu le choix.

Il s’en plaint à Eddie et Christopher, ce qui est l’occasion pour nous de découvrir que cela fait quatre mois que la saison précédente s’est terminée et que Taylor a déménagé. Je me demande si on la verra encore dans la série après ce départ, d’ailleurs. Toujours est-il que Buck n’a pas de canapé, ce qui fait rire Christopher, et une forte envie de devenir capitaine par intérim. C’est vrai que ça fait quelques années qu’il est pompier désormais.

Dès lors, il essaie de se faire remarquer par Bobby sur les interventions, quitte à faire du zèle. Ce n’était pas une grande réussite, je trouve : il est devenu insupportable beaucoup trop rapidement. La deuxième intervention est sympathique dans la manière dont elle est présentée, avec un personnage complètement con qu’on imaginait tous perdre sa main quand il met la main dans une machine à broyer, juste pour récupérer sa bague de fiançailles. C’est finalement la bague de fiançailles qui se prend pour une balle de fusil. Le père s’en sort, et hop, on peut passer à autre chose. On reconnaît bien là un premier épisode de saison : des interventions surprenantes et réussies.

La troisième intervention est plus marrante encore, avec le fameux concours très américain où il faut garder sa main sur une voiture le plus longtemps possible pour la garder. Comme souvent dans les séries qui proposent un concours comme ça, ça se termine mal pour une des finalistes qui a des problèmes médicaux. Une intervention de pompiers plus tard – et un Buck insupportable, d’ailleurs – les deux finalistes gagnent une voiture pour éviter une mauvaise pub au gérant du garage. Simple, efficace, il faudrait des pompiers plus souvent.

Buck, en revanche, n’arrête pas de vouloir prouver qu’il est le meilleur à ce poste, et ça finit par souler Hen aussi. Elle se rend donc auprès de Bobby afin de se plaindre, histoire que Bobby annonce enfin qui sera capitaine à sa place pour quelques jours. C’est le moment pour Bobby de confesser qu’il a pensé à elle – ce qui la choque – mais a préféré ne pas lui demander car elle avait déjà beaucoup à faire en-dehors de la caserne.

Pourtant, elle est prête à prendre l’intérim, surtout pour une petite semaine. Oui, oui, une semaine. C’est un voyage de noces qui fait beaucoup parler alors que ça ne durera qu’une semaine. Buck est dégoûté d’entendre de la bouche de Bobby qu’Hen prendra sa place plutôt que lui, car lui n’est pas encore prêt à prendre cette place.

N’est-il pas mignon Buck ? Il se met aussitôt à flipper de ne pas pouvoir être capitaine par intérim parce qu’il n’a pas de canapé. La métaphore est un peu lourde, franchement, mais elle est compréhensible : il a peur de ne pas être à la hauteur pour choisir un nouveau canapé (et donc une nouvelle copine), craignant de refaire les mêmes erreurs. Certes. Bobby le rassure donc et lui conseille de se lancer, tout simplement. Le soir-même, Buck fait donc quelques travaux d’aménagement et s’installe un fauteuil.

Hen, elle, n’a pas cette peur. Elle prend la place de Bobby derrière son bureau, tranquille, pour remplir quelques rapports. La dernière fois qu’elle était à cette place, c’était pour voler des dossiers, ça fait une sacrée évolution en quelques mois.

En parallèle de tout ça, les pompiers ont donc aussi une vie. Après quatre mois, Maddie et Chimney font toujours appartements à part, et ça en devient ridicule : ils étaient prêts à se remettre ensemble en fin de saison précédente, c’est juste qu’ils ne sont pas prêts à se parler. Et ça se confirme quand même Josh le rappelle à Maddie. Oui, Josh est de retour dans le nouveau centre d’appels – et nous découvrons aussi de nouvelles recrues pour le call center du 9-1-1. May est ainsi remplacée par Noah, un nouveau tout mimi et assez maladroit, fan de Maddie… il a tout pour lui.

Bref, là n’est pas la question. La question, c’est que Maddie reste dormir chez Chimney pour quelques nuits parce qu’elle a des problèmes de plomberie (ce n’est pas un jeu de mots). Josh est la voix de la raison sur ce coup-là. Au travail, il indique aussitôt à Maddie que c’est un retour à la normale plus qu’attendu – et qu’elle ferait bien de lui dire ce qu’elle veut exactement.

Elle finit par le faire après s’être endormie pour la troisième fois devant un film qu’ils n’arrivent pas à finir ensemble, et bim, les voilà qui redeviennent enfin un couple – et une famille avec Jee-Yun. Malheureusement, ce n’est pas encore si simple : elle s’est barrée pendant six mois quand même et il reste quelques non-dits entre eux. Chimney flippe donc pendant une partie de la nuit et se barre au petit matin.

Grâce à une nouvelle intervention au boulot, Maddie parvient tout de même à prendre conscience qu’il est temps d’arrêter d’avoir peur et de se cacher – meilleure cachette de cache-cache pour ce petit frère qui réussit à faire en sorte que son grand-frère appelle le 9-1-1 quand même. Moi, j’en retiens qu’il était temps que Chimney et Maddie, après près d’un an, en arrivent enfin à se reparler et se remettre en couple. Et puis le « Mama stays » en fin d’épisode était tellement trop cute ? J’ai adoré.

Autrement, je suis plutôt content aussi que cet épisode prenne le temps de nous développer le personnage de May. Bien sûr, elle regrette son choix : la vie va être sacrément calme à l’université en comparaison au centre d’appels.

Il me reste à traiter une dernière intrigue : le fameux voyage de noces de Bobby et Athéna. Il serait temps de le faire, ça fait un moment qu’ils sont mariés. L’air de rien, le voyage ne pose pas problème qu’à la caserne : on comprend assez vite qu’Athena est ennuyée par Bobby qui veut y planifier trop de choses pour compenser. En six jours et sept nuits, il prévoit sept bars et une éco-croisière. Elle a beau dire qu’elle l’aime et qu’elle veut le laisser savourer, ça fait quand même beaucoup.

De toute manière, la fin d’épisode nous laisse présager un voyage de noces moins dingue que prévu : Athéna et Bobby parlent au téléphone, en visio, aux parents d’Athéna et le cliffhanger nous laisse sur un moment difficile à vivre pour Athéna… En effet, la voiture du mari rentre dans la maison et écrase la mère d’Athéna. Ce n’est pas un tsunami, mais ça devrait être suffisant pour retourner le personnage et proposer un bon deuxième épisode. Sans exploser le budget (mais un mur de maison quand même), la série trouve ainsi le moyen de marquer les esprits, comme elle le fait à chaque début de saison.

Pas sûr que ça débouche sur plusieurs épisodes comme d’habitude, en revanche.

> Saison 6

 

9-1-1 (S06)

Synopsis : La vie des opérateurs et équipes d’urgence continue à Los Angeles, avec cette fois un nouveau centre d’intervention pour répondre aux appels passés au 9-1-1.

Saison 1 Saison 2 | Saison 3 | Saison 4 | Saison 5 | Saison 6

Pour commencer, je débute cette saison à une heure vraiment peu raisonnable une veille de jour où je bosse, mais ce n’est pas si grave, parce que ce sera un mercredi et que j’ai mathématiquement moins d’heure le mercredi. Non, en vrai, je suis impatient de voir ce que réserve le premier épisode, parce qu’il annonce souvent une grosse catastrophe à venir – et des premières intrigues sympathiques.

En plus, je me suis enfilé plein d’épisodes de la série ces derniers jours pour être prêt à regarder cet épisode le jour de sa sortie, alors ce serait tout de même dommage de ne pas le regarder le jour de sa sortie, justement. Bon, après, vu l’heure, je vais le voir aussi sur le lendemain de sa sortie… mais c’est un détail technique.

Plus sérieusement, cette saison 6 m’intéresse car j’espère que certains nouveaux seront davantage développés – Lucy, je compte sur toi, beaucoup – et que d’autres seront plus exploités par les scénaristes – principalement Josh et Linda à vrai dire. Je suis curieux de ce que deviendront des personnages comme May ou Ravi. Ou Taylor, tiens, parce qu’elle finissait mal la saison précédente.

Voir aussi : Précédemment dans 9-1-1 (Récap Saison 5)

Quoiqu’il arrive, je suis au rendez-vous pour de nouveaux bons gros dramas – mais je sais que je peux compter sur cette série pour me les fournir de toute manière.

S06E01 – Let the Games Begin – 17/20
La saison débute par un premier épisode très solide qui n’a rien à envier aux autres saisons, si ce n’est peut-être que ses enjeux sont moins importants pour Los Angeles – mais beaucoup plus pour les personnages. Certaines évolutions d’intrigues sont ici bien plus qu’attendues, d’autres décisions me déçoivent un peu, mais dans l’ensemble, on retrouve la série en grande forme ; et donc en meilleure forme qu’en fin de saison précédente.

Saison 1 Saison 2 | Saison 3 | Saison 4 | Saison 5 | Saison 6

9-1-1 – S05E18

Épisode 18 – Starting Over – 15/20
C’est une fin de saison à bout de souffle que propose la série pour sa cinquième année, et je ne comprends pas trop pourquoi. Par moments, l’épisode a une tournure de début de saison (et son titre nous le fait bien comprendre). À d’autres, ça ressemble à un épisode classique et habituel. À aucun moment (ou presque), je n’ai eu la sensation d’une conclusion, et c’est quelque peu décevant. La qualité est pourtant toujours là et je n’ai pas trop de doute que la saison 6 sera géniale elle aussi.

Spoilers

Bobby culpabilise d’avoir laissé Jonah entrer dans sa caserne.


I can’t walk around with a shaved head. I don’t have your bone structure; I could never pull it off.

C’est parti pour l’épisode final de cette saison qui n’a pas beaucoup de promesses à respecter car les épisodes précédents ont déjà bouclé pas mal de choses. Il commence de plus par une petite intervention qui semble bien innocente avec une sorte de gourou qui drogue tous les gens venant assister à sa retraite spirituelle avant de tomber d’un ravin quand ceux-ci le pourchassent.

C’est ça d’être un connard, le karma vous rattrape. Et même quand les pompiers viennent en aide à cet Eugène coincé sur le bord de sa falaise, ça termine mal : Bobby insiste pour prendre la place de Buck dans l’intervention périlleuse, et l’intervention tourne mal quand un bout de la falaise s’effondre, entraînant avec lui camion à grande échelle. Honnêtement, je m’y attendais : c’est un épisode final, il faut des scènes à budget ; et du suspense ; et ces gros plans sur les roues du camion, eh, tout était prévisible.

Ce qui l’était moins, c’était de voir Buck énervé d’avoir raté l’action, parce qu’il était sûr d’être puni par Bobby. En effet, une partie des pompiers, surtout du côté de la hiérarchie, en veulent à Buck d’avoir Taylor pour petite-amie quand celle-ci a clairement des sources proches de Jonah pour être capable de balancer de telles infos à la télé. La vérité est toutefois ailleurs : Bobby culpabilise d’avoir laissé Jonah agir dans sa caserne – sa maison. Il ressasse donc en boucle ce qui est arrivé, il s’énerve contre Buck sans trop de raison et il s’éclate un verre dans la main avant le repas en l’honneur de May (qui va bien à la fac). Cela fait beaucoup d’un coup pour Bobby.

La deuxième intervention de l’épisode est étonnante aussi : on voit une femme débarquer dans un salon de coiffure en se plaignant de migraines depuis qu’elle a des extensions. Quand son coiffeur accepte finalement de refaire le travail et regarde à nouveau la tête de sa cliente, il s’évanouit et je me suis douté de ce qu’elle allait donner, cette intrigue. Ainsi, on découvre que la femme a des vers dans la tête… parce que les extensions venaient en fait d’un cadavre. Charmant comme tout cette intrigue.

Cela fait toutefois une intervention qui fonctionne bien. Pendant ce temps, Maddie demande à déjeuner avec Chimney pour lui faire une autre demande, plus délicate. Si Chimney envisage qu’elle souhaite se remettre à avoir des rencards, à cause de son petit frère de nouveau au chômage qui lui met cette idée en tête. Ce n’est pourtant pas du tout le cas : maintenant qu’elle a vu le centre d’appels brûler à la télévision, Maddie a envie de retourner au travail pour aider à nouveau des gens, même si ça risque de leur coûter de l’argent plus qu’autre chose parce qu’il faudra faire garder Jin-Yun. Ah, allez, remettez-vous en couple qu’on n’en parle plus !

Tous les collègues de Chimney pensent clairement la même chose, surtout que Maddie reprend le travail et envoie en premier un message à Chimney plutôt qu’à son frère. C’était plutôt drôle et j’ai aimé la scène qui voyait tous les collègues finalement déballer leur vie privée entre eux. C’est l’occasion pour eux de parler, par exemple, du mariage de Toni, la mère d’Hen. En effet, celle-ci a accepté de se marier avec Clyde, et elle souhaite le faire dans le jardin de Karen et Hen.

Au départ, Karen en fait tout un plat parce que Toni n’était pas là pour le mariage de sa fille, mais Karen organise finalement le mariage tellement elle culpabilise. Et toute la 118 le sait. Si on ne sait toujours rien des vies de Ravi ou Lucy, eux savent tout de ce qu’il se passe dans la vie de Hen, mais aussi dans celle de May par exemple. Si pour l’instant, May travaille également au centre d’appels provisoire mis en place – jusqu’à la mi-septembre pour la reprise de la saison 6, ça tombe bien ; elle s’apprête à passer l’été loin de Los Angeles avant la fac.

Allez, pourquoi pas. La conversation est fun et fluide entre les collègues, ce qui mène Chimney à révéler que Lucy et Buck se sont embrassés. On ne sait pas trop comment il l’a su, mais la certitude, c’est que Bobby ne le savait pas. Il en parle aussitôt à Athena, parce qu’il s’en veut d’avoir raté ça aussi dans sa caserne. Bref, il ressasse, encore et toujours, au point de refuser des vacances avec sa femme ; Il n’a pas tout compris lui.

La troisième intervention de l’épisode n’est pas chouette du tout pour les victimes : une femme sur le point d’accoucher monte dans la voiture de son mari avec lui et ils ont un accident au moment même où ils sortent de chez eux. Bref, c’est une des angoisses de beaucoup de couples j’imagine, mais les voilà coincés dans la voiture au moment de l’accouchement. L’enfer, quoi.

Hen a du mal à accéder à la femme comme elle est sur le siège passager, mais ça se termine bien pour elle. Elle accouche et tout va bien pour elle. Ce n’est pas le cas pour son mari, Cole : il ne se souvient pas de l’année, du président et de… sa femme. C’est plutôt violent le jour où l’on s’apprête à devenir père. Et la série en rajoute une couche, en plus, en nous racontant toute cette histoire d’amour. C’est bien mignon, mais bon, pour un épisode final, c’était un peu du temps de perdu, je trouve. L’histoire est marquante, à la fois du côté amoureux (le voisin pour qui elle a un coup de foudre là, ça fait rêver j’imagine) et du côté de l’accident.

Après une telle intervention, les pompiers sont un peu choqués et c’est sans trop de surprise qu’on se retrouve avec Buck qui en parle à sa sœur. L’homme a perdu six à sept ans de sa mémoire, mais ça dévie rapidement sur une conversation où Buck insiste pour dire que ça doit être horrible de perdre la mémoire, de recommencer, de revivre toujours les mêmes choses. On sent que ça remue des choses en Maddie…

Par contre, c’est en Buck que ça remue le plus de choses : quand Taylor rentre chez eux et qu’ils arrêtent enfin de s’éviter, ils se rendent compte qu’ils en sont au point de départ à nouveau, à s’engueuler pour les mêmes raisons que la première fois qu’ils étaient sortis ensemble. J’avais oublié, ma foi. Pas eux. Taylor est prête à laisser ça de côté pour reprendre leur vie amoureuse, mais pas Buck. Il rompt donc avec elle, et c’est terrifiant.

L’autre chose un peu terrifiante dans l’épisode ? Bobby. Il a beau avoir beaucoup de monde pour s’occuper de lui et prendre soin de lui, il continue de culpabiliser énormément par rapport à Jonah. Heureusement, l’aide la plus appropriée vient finalement d’Eddie, contre toute attente. Il demande à May des demandes de son ancien capitaine et il comprend bien vite que Bobby va mal. Il se pointe donc chez lui juste à temps pour le déculpabiliser par rapport à Jonah.

Parfois, quelques mots suffisent. Bobby se retrouve à jeter sa bouteille d’alcool dans l’évier, parce que oui, il envisageait de boire à nouveau. C’est du grand n’importe quoi, mais je suis content qu’il ne craque pas grâce à Eddie. J’imagine que pour la saison prochaine, il pourra reprendre le travail à la caserne. C’est clairement la prochaine étape pour lui, et la fin de la saison nous le rappelle bien, même si on commence par totalement autre chose.

Le mariage de Toni et Clyde se transforme en quelque chose de totalement différent : Toni regrette de ne pas avoir assisté au mariage de sa fille, alors elle en recréé un deuxième auquel elle pourra être là. C’est mignon comme tout et ça conclue l’intrigue pour Hen et Karen cette année. On nous montre en parallèle Taylor qui rend la clé de Buck, Chimney et Maddie qui se croisent par hasard et passent du bon temps ensemble (MAIS REMETTEZ VOUS ENSEMBLE BORDEL), Bobby qui propose à Athena de partir en croisière, puis tous les pompiers de la série qui partent ensemble en intervention. Oui, tous.

EN BREF – Si la fin de saison semble être un peu à bout de souffle sur son dernier épisode, c’est peut-être parce que tout le reste a été de qualité cette année. Oui, je peux dire année, j’ai vraiment réparti le visionnage sur un an ; et c’est rare que je le fasse à ce point. La qualité n’a pas été constante, parce qu’il a fallu faire avec un casting franchement mouvant tout du long ; mais je trouve que ça a plutôt aidé la saison.

Parfois, les départs et arrivées d’acteurs plombent une série – on a déjà vu ça dans les séries de Shonda Rhimes par exemple. Ici, ça a juste donné des excuses aux scénaristes pour se renouveler et envisager de nouvelles intrigues, avec de nouveaux personnages. C’était franchement une bonne saison, et après cinq ans et un spin-off, on sent qu’il y a encore plein d’histoires à raconter. Les personnages restent intéressants à suivre, les situations sont toujours périlleuses et à couper le souffle ; c’est un plaisir.

Bref, vous vous doutez bien que je serai au rendez-vous pour la saison 6 (qui commence demain aux États-Unis). Je ne dis pas pour autant que je la regarderai dès demain : je me connais et ça paraît de plus en plus marqués à chaque fois, je n’arrive pas à suivre tous les épisodes en rythme hebdomadaire. Après, me faire des soirées (ou des journées) d’épisodes avec cette série n’est pas un problème non plus, parce que tout va toujours très vite. J’ai juste du mal à rester assidu quand ça traine en longueur sur plusieurs épisodes pour les intrigues que je préfère – qui sont toujours celles que la série fait durer !

> Saison 5

 

9-1-1 – S05E17

Épisode 17 – Hero Complex – 17/20
C’est dommage que tout l’épisode ne se contente pas d’une seule intrigue, parce que ça créé un faux rythme avec des scènes d’un ennui total au milieu d’une histoire rushée, comme toujours. On se débarrasse aussi d’un certain nombre d’intrigues avant l’épisode final, ce qui me laisse curieux sur ce que celui-ci proposera. Il n’empêche que ça reste un bon épisode pour la série – et une bonne saison en général. Après cinq ans, ça se souligne.

Spoilers

Hen a toujours des soupçons sur Jonah, et elle compte bien enquêter.


They never start with murder.

Cela va être compliqué de faire aussi impressionnant que l’épisode précédent, et je me dis que la position de celui-ci, entre un épisode si intense et la fin de saison ne dit rien qui vaille. La première scène reprend tellement loin de tous les soupçons d’Hen, en plus, ça ne rassure pas : on y suit un chauffeur de bus scolaire qui fait ce qui ressemble fort à une crise cardiaque.

Il a ainsi un accident avec tous les enfants et ados à bord du véhicule. Quand le bus s’arrête enfin, tous les enfants s’échappent, à l’exception d’un petit garçon qui était vu comme un type bizarre aimant l’Histoire et les dessins de guillotine. Lui, il n’hésite pas à aller faire un massage cardiaque au chauffeur et à lui sauver la vie. C’est là qu’on comprend petit à petit que nous ne sommes pas si loin des soupçons de Hen : la série nous révèle que tout ça était un grand flashback. Le petit garçon est traité en héros par tout le monde, et ce petit garçon, c’est Jonah.

Quand on en revient au présent, c’est justement pour suivre les soupçons qu’a Hen sur la mort de Claudette. Elle se rend à son enterrement, puis va chez Chimney pour lui confier ses doutes : elle s’est souvenue du cas des tarentules où le patient aussi avait fait une crise cardiaque surprise quand il semblait aller bien. Et puis, certes, Claudette avait des problèmes médicaux, mais elle n’avait pas de raison de faire une telle crise cardiaque. Chimney finit donc par la croire, et l’enquête sur Jonah va pouvoir commencer.

Hen et Chimney n’hésitent donc pas à se rendre dans la 118 pour retrouver le dossier de Jonah (c’est l’idée de Chimney) et de toutes les victimes qu’il a pu aider (ça, c’est l’idée de Hen). Sur les deux cas auxquels Hen pense, Jonah a infiltré des produits aux patients avant les crises cardiaques. Chimney, lui, trouve un fait étonnant : Jonah change très régulièrement de lieux – et il déménage d’un bout à l’autre des USA à chaque fois.

Bon, bien sûr, ils sont grillés par Lucy et Ravi en sortant du bureau de Bobby, mais ils mentent suffisamment bien (hum) pour éloigner quelques soupçons et s’enfuir de la caserne, avec les dossiers de la 118 concernant Jonah. Hen trouve ainsi un troisième dossier où un patient serait mort une fois Jonah seul avec lui. Quand elle en parle à Karen, celle-ci lui fait remarquer que les meurtriers ne commencent jamais par des meurtres et c’est suffisant pour qu’Hen se mette à enquêter encore plus loin dans le passé de son collègue.

Elle trouve donc les articles sur son enfance et commence à mieux comprendre son mode de fonctionnement : il souhaite juste avoir l’adrénaline des gens le félicitant d’avoir sauvé des vies ; pas forcément tuer des gens. Seulement voilà, il y a parfois des accidents et des Claudette (non rien à voir avec Claude François, promis) avec des problèmes cardiaques sur son chemin.

Perturbés par cette situation et cette trouvaille, Hen et Chimney se précipitent chez Buck afin de parler à Taylor et pouvoir voir les rushs de son reportage de l’incendie du centre d’appels. Si Buck ne comprend pas pourquoi ses collègues débarquent si tôt chez lui, Taylor sait reconnaître un scoop quand elle en voit un, alors elle accepte évidemment de leur montrer les vidéos qu’elle a du jour de l’incendie. Et ça tombe bien : elle a filmé Jonah en train de faire une perfusion à Claudette. Voilà donc Hen et Chimney qui racontent tous les soupçons qu’ils ont.

Taylor les suit immédiatement sur la théorie du serial-killer et même si elle a promis de ne pas en parler, elle se met aussitôt à travailler dessus. Cela énerve Buck de la voir faire son job alors qu’elle avait dit que ce serait « off the record ». Allez, elle repromet à Buck de ne pas en parler quand il insiste, donc c’est bon, c’en est fini de leur couple et tant mieux.

En parallèle et après les événements de l’épisode précédent, May a du mal à reprendre sa vie comme si de rien n’était. On la retrouve au début de l’épisode après l’enterrement de Claudette, complètement perturbée par la mort de celle-ci. Elle la détestait, c’est sûr, mais découvrir sa famille comme ça, dans ces conditions, ça remue. Cela inquiète inévitablement Athena.

Quand elle reçoit avec Bobby la visite de Chimney et Hen, son inquiétude devient une enquête, parce que ce qu’ils énoncent est trop grave pour ne pas en tenir compte quand on est flic. Elle met toutefois en garde Hen parce qu’elle porte vraiment une plainte officielle contre Jonah auprès des services de la ville. Or, quand Jonah l’apprendra et s’il est vraiment ce qu’elle pense, alors elle sera en danger.

Malheureusement, Athena a raison et tout va bien vite : Jonah appelle Hen pour la menacer. Oui, Jonah est donc bel et bien un grand méchant. Je suis dégoûté, parce que l’épisode prend une tournure bien sombre d’un seul coup : Hen est terrifiée pour sa famille, alors elle appelle Karen pour lui dire de se rendre au plus vite chez Athena. Au moins, là-bas, elle serait protégée de la jalousie de Jonah.

Le seul problème, c’est que Jonah n’est pas jaloux de Karen, mais plutôt de Chimney. Une fois de plus, Karen est la plus lucide dans leur couple : elle est celle qui comprend que Jonah va probablement s’en prendre à Chimney parce qu’Hen n’a jamais laissé sa chance à Jonah quand elle l’a vu arriver. J’étais sûr et certain que la série finirait par donner raison à Hen, mais ça m’énerve parce que bon, l’appeler « Monday » comme elle l’a fait là, ça fait d’elle une connasse quoiqu’on en dise et qui qu’il soit finalement.

Et finalement, il est un cinglé : il se démerde pour kidnapper Chimney, puis Hen quand celle-ci se pointe chez lui pour vérifier ce qu’il en est. Il les ramène chez lui pour faire ses petites expériences et pour essayer de convaincre Hen de son plan parfait en le pratiquant sur… Chimney. Oula. Il nous provoque un arrêt cardiaque chez le pompier, devant Hen, avant de finir par vraiment montrer son vrai visage : il apprécie de voir Chimney en arrêt cardiaque. Tout cela le fait rire.

C’est une bonne intrigue, c’est juste dommage que ça n’occupe qu’un ou deux épisodes quand ça aurait pu faire un sacré fil rouge. Par chance, Chimney survit et se réveille discrètement. Hen parvient à détourner l’attention de Jonah juste assez longtemps pour que Chimney puisse se réveiller complètement, organiser un faux arrêt cardiaque et utiliser le défibrillateur de Jonah sur lui. Voilà qui fonctionne bien et leur permet de survivre.

En plus, en parallèle, Karen continue de s’inquiéter pour sa femme et contacte Maddie, puis Athéna. Cela permet à Athena et Bobby d’arriver à temps pour arrêter Jonah. Les pompiers aussi sont sur place, ce qui permet à Lucy et Ravi de découvrir ce que l’autre nouveau a fait de leurs collègues. Bobby débarque pour foutre une bonne droite à Jonah… mais j’aimerais bien en voir plus sur Ravi et Lucy franchement.

Ce n’est évidemment pas le cas pour cet épisode qui va à toute allure et se termine plutôt sur Buck découvrant que Taylor diffuse sans scrupule le nom de Jonah à la télévision. Allez, bye bye Taylor, bonjour Lucy ? J’espère en tout cas, désolé pour les fans de Taylor. Chimney et Hen ? Ils finissent en vie et en forme, avec une amitié plus renforcée que jamais.

Et sinon, loin de toute cette intrigue très réussie et très rushée, il y a encore un développement du personnage d’Eddie. Je n’arrive pas du tout à suivre son intrigue cette saison, sincèrement. J’étais content de le voir démissionner, mais on dirait que les scénaristes n’avaient pas de vrai plan pour lui après ce moment choquant. Les réseaux sociaux, ça passait. La dépression extrême, c’était répétitif après Maddie (qui a redisparu d’ailleurs).

Au secours, la mère d’Eddie est Denise de Walker ? J’ai l’impression que la série fait vraiment tout pour que je déteste Eddie – même si le casting date d’avant la saison, on avait déjà dû la voir, j’avais juste oublié son existence. Dans cet épisode, en effet, Eddie se rend chez ses parents et je n’en ai rein eu à carrer, une fois de plus. Bon, j’ai eu un peu de peine pour Eddie quand même parce que son père m’a l’air très imblairable à être enfermé dans sa fierté.

Il ne prévient pas sa famille de ses problèmes cardiaques ; Eddie parvient à le « sauver » après avoir provoqué un petit incident en lui disant ses quatre vérités, juste en lui donnant une pilule que son père avait déjà sur lui. Bref, inintéressant au possible cette intrigue déconnectée du reste alors que l’épisode précédent devait justement ramener Eddie à la caserne. Je ne comprends pas son évolution d’un épisode à l’autre, vraiment.

> Saison 5