9-1-1 – S04E14

Épisode 14 – Survivors – 17/20
Un fantastique début d’épisode, mais une résolution un peu trop précipitée et prévisible à mon goût font de cette fin de saison un agréable moment (de stress !) à passer. Je ne pense pas que ce sera l’épisode qui me marquera le plus, mais la transition vers la saison 5 est enclenchée et fonctionne plutôt pas mal.

Spoilers

Hen s’inquiète pour l’état de santé de sa mère.


Just another trauma to add to the pile.

L’adrénaline est de retour dès les premières secondes de l’épisode qui nous montrent Buck se rouler sous un camion pour tenter de venir en aide à Eddie. S’il n’y avait que ça, ça irait encore, mais ce connard de tireur continue de foutre la merde en tirant sur les camions, avec de l’essence qui se répand au sol et des étincelles pour y foutre le feu.

Buck est suffisamment génial pour sauver la vie d’Eddie et faire en sorte qu’un des camions puisse repartir quand l’autre prend feu. C’est une scène impressionnante honnêtement et comme en plus la vie d’un des héros de la série est dans la balance, ça marche sacrément bien. Rationnellement, je me dis que si je suis passé à côté d’un spoiler pareil, c’est probablement parce qu’il survit. Ou alors, j’ai juste vraiment la meilleure des timelines Twitter à force d’unfollower tous les comptes spoilant.

Quoiqu’il en soi, l’épisode peut donc continuer loin de ce sniper qui reste au cœur de l’intrigue. Athena et Bobby voient leur dispute de couple interrompue par un appel d’Hen informant de ce qu’il se passe, et aussitôt Athena se rend sur la scène de crime pour voir si elle peut aider les détectives – même si ce n’est pas son boulot. Le passé d’Eddie, ex-militaire, intéresse immédiatement les détectives d’ailleurs… mais ce n’est pour rien.

En effet, le tireur n’en a pas après Eddie particulièrement mais, comme je le pensais, après tous les pompiers. Une autre se fait donc tirer dessus lors d’une intervention pour aider les victimes d’un accident de voiture.

À l’hôpital, Buck arrive couvert de sang et est loin d’aller bien, mais personne ne s’occupe de lui, évidemment. Chimney le croise mais préfère passer du temps à rassurer Maddie – ce qui est plutôt une bonne chose vu l’état de la sœur de Buck.

Heureusement, Buck peut compter sur Taylor qui arrive non en tant que journaliste, mais en tant qu’amie fidèle. Elle est celle qui le prend en charge quand la seule idée de Buck est de parler à Christopher. Un vrai papa, sur ce coup-là. Taylor le force à se changer avant d’aller voir Christopher, par contre.

Elle fait bien, c’est un peu moins traumatisant comme ça. C’est donc Buck qui explique comme il peut ce qu’il s’est passé à Christopher, sans que la série ne semble se donner la peine de nous montrer Ana, qui pourrait aussi être là pour aider à apaiser le gamin, non ? Heureusement, Buck reçoit un SMS l’informant que la chirurgie d’Eddie s’est bien passé au même moment. Enfin après… C’est Buck qui s’effondre dans les bras du petit.

Le lendemain, on découvre qu’Ana est en fait à l’hôpital, ce qui peut s’expliquer. Pendant ce temps, tous les pompiers se préparent à une journée bien difficile – et les proches de ceux-ci aussi. Bien sûr, ils obtiennent des gilets par balle et une protection du SWAT, mais ça ne fait pas tout. Les personnes à qui ils viennent en aide ne sont pas tout à fait rassurés, mais toute une journée passe sans problème.

En plus, pendant la journée, Athena aide l’enquête à progresser avec une douille retrouvée. Le soir, elle prend le temps de parler avec Bobby pour s’assurer que leur couple survivra à la dispute de la veille. La réponse est oui, ça paraît une broutille tout ça après ces attentats. L’avantage, c’est aussi qu’ils sont capables de communiquer et de reconnaître les torts qu’ils ont. On progresse… mais par contre, ils ont un égo de ouf à se dire survivants, c’est quelque chose.

Un autre matin peut alors arriver à Los Angeles, et on se marre plutôt bien avec un Christopher beaucoup trop drôle avec Buck. Il s’occupe de lui plus que l’inverse, et c’est vrai que c’est mignon à voir. Le problème, c’est que Buck est désormais devenu une vraie tête brulée : il ne réfléchit plus, trop énervé par le trauma de voir Eddie se faire tirer dessus. Il devrait clairement être en arrêt, mais ce n’est pas le cas évidemment.

De manière super impressionnante, le voilà donc qui se décide à monter toute une grue pour venir en aide à un homme coincé en haut de celle-ci. L’homme est pourtant déjà quasi-mort : il a une blessure à l’artère, il est à des kilomètres au-dessus du sol, sur une grue exposée au vent et aux tirs de n’importe quel sniper. C’est juste flippant.

Bon, après, Lone Star nous a déjà fait le coup des tirs en hauteur comme ça, hein. Cela n’empêche pas la situation d’être super stressante pour Buck. Et puis, pour la victime de l’accident qui doit encore être redescendu. Le truc, c’est que dans l’épisode précédent, les tirs ont commencé quand les portes du camion se fermaient, alors j’ai eu sacrément peur jusqu’au bout… tout ça pour que l’on ne voit pas les portes se fermer.

Franchement, ça pourrait se justifier un sniper assez fou pour tuer des pompiers, mais seulement une fois que les « innocents » sont saufs. Il n’empêche qu’après tout ça, Buck doit encore se faire engueuler par Bobby parce qu’il a agit de manière impulsive, en se mettant en danger et en prenant le risque d’être une victime. Bobby ne s’en sort pas de Buck et de ses bons sentiments, mais j’ai vraiment pété un câble d’entendre Buck se sentir coupable de ne pas avoir pu protéger Eddie. Il est celui qui s’est démerdé pour le sortir de là, franchement !

Heureusement que Taylor est là pour engueuler un peu plus Buck, parce que Bobby a juste fait de la psychologie inversée pas bien efficace. Après l’engueulade, Taylor en profite aussi pour embrasser Buck, juste avant de s’enfuir. Je n’en peux plus de ces deux-là, se tourner autour comme ça, bordel, vous n’êtes plus des adolescents, n’abusez pas !

Buck ne peut pas lui courir après en plus, parce qu’il reçoit un appel d’Ana pour lui dire qu’Eddie est réveillé. Ah, tout est bien qui finit bien, avec Eddie qui prend même le temps de papoter avec Christopher en visio et Buck en vrai. Avec un peu de chance, tout ça pourra décharger Buck de sa culpabilité inutile.

Une fois que c’est fait, l’enquête sur le sniper peut avancer. On apprend ainsi que le sniper fait partie de la police, parce que les douilles étaient traçables. Le problème, c’est que tout le monde pense alors que le sniper est arrêté, mais c’est bien trop simple. Ainsi quand Athena l’interroge, elle comprend qu’ils ont fait fausse route…

C’est trop tard, par contre, parce que les pompiers sont déjà appelés pour s’occuper d’un incendie qui est clairement un piège. Je veux dire, « Ethan » appelle le 9-1-1 et comme par hasard s’évanouit ? Cela sent le piège à plein nez. Heureusement, Bobby reçoit à temps un appel pour informer qu’il faut évacuer l’immeuble.

Heureusement, oui, sauf qu’il ne l’écoute pas quand il pense tomber sur Ethan. C’est en fait un mannequin astucieusement placé pour que Bobby se penche sur lui et qu’Ethan, le vrai, le sniper, lui tire dessus. Mais avec un flingue, pas un sniper.

Franchement, je m’attendais à autre chose, mais le but d’Ethan est de partir sur un grand coup, alors il espère que Bobby appellera les secours. Ce n’est pas le cas, évidemment, mais les secours sont là quand même : Athena a compris qu’Ethan était le sniper, et elle débarque pour prendre en charge tout ce qu’il se passe.

Désolé Chimney, je sais que tu es le capitaine par interim tant que Bobby est dans l’incendie, mais n’abusons pas tout de même, Athena est la boss sur place. De manière pas du tout crédible, elle se fait donc habiller comme un pompier par Buck et Hen, et hop, elle se rend dans l’immeuble en flamme pour sauver son mari. C’était un brin ridicule tout ça, la flic habillée en pompier qui traverse les flammes pour tirer sur le méchant…

Je sais que la série ne brille pas par sa crédibilité, mais là, c’était encore moins crédible que d’habitude, je trouve. Je ne sais pas, je n’ai pas accroché à cette résolution, même si c’était bien d’avoir Athena qui s’occupe de Bobby et bien d’avoir les rôles inversés entre eux par rapport à la saison précédente. Et puis comme ça, tout est bien qui finit bien pour eux.

C’est aussi le cas pour Buck et Taylor : elle revient le voir, heureuse de savoir qu’il est en vie. Il reconnaît à voix haute qu’il en a marre de sentir qu’il n’est pas à la hauteur, et hop, ils s’embrassent. Il faut alors encore régler le problème de Maddie. Celle-ci décide de démissionner de son poste et reçoit le meilleur conseil possible de Sue : parler à Chimney de ce qui est en train de se passer. C’est exactement ce qu’elle fait dans une scène super touchante et bien triste.

Dans le même genre, on a aussi du super touchant quand Hen et Karen se font un pique-nique tout ce qu’il y a de plus banal au parc… jusqu’à ce que Nia débarque. C’est l’occasion pour elles de rencontrer la mère biologique de Nia qui ne s’attendait certainement pas à tomber sur elles, mais qui souhaite les remercier pour tout ce qu’elles ont fait pour Nia et pour elle. Touchant, mais pas si triste.

Toujours dans le touchant, Eddie sort de l’hôpital, mais avant ça, il précise tout de même à Buck qu’il a changé son testament il y a plus d’un an pour que ce soit Buck qui s’occupe de Christopher s’il devait lui arriver quoique ce soit. C’est hyper mignon, parce qu’il lui dit surtout pour que ce soit clair que Buck n’est pas qu’un accessoire, qu’il est essentiel pour d’autres.

L’épisode peut alors se terminer loin du covid sur de belles journées, des pique-niques, des repas de famille… et le frère de Chimney qui devient pompier. Sympathique cliffhanger.

EN BREF – La saison est sacrément raccourcie par le covid, mais cela ne l’a pas empêché d’être aussi efficace que d’habitude. Chaque personnage a vu son intrigue être développée petit à petit et, dans l’ensemble, il faut bien dire que ça fonctionne parfaitement. Comme d’habitude, on a eu bien des moments de stress avec cette saison, et je ressors plutôt satisfait de l’ensemble, même si je trouve que certains épisodes montraient un peu plus un essoufflement que d’habitude.

La vérité, c’est que j’accroche moins à certains personnages qu’avant et que je n’ai pas trop aimé le bait autour de Bucky en début de saison, je crois. Qu’importe, la fin prouve que la série reste au niveau. La saison 5 commencera dans un peu moins de deux mois désormais, je suis curieux de voir ce qu’ils feront de la dépression postpartum de Maddie, d’Hen une fois médecin (et gardera-t-elle contact avec la mère biologique de Nia ?) et de Buck en couple avec Taylor. Les autres n’ont pas trop avancé, mais j’imagine qu’on se concentrera pas mal sur Chimney maintenant qu’il est papa, qu’il va devoir gérer Maddie ET son frère qui devient pompier. D’ailleurs, super, on se retrouve avec Hen et Han dans la caserne, ça va être pratique ça !

> Saison 4

 

9-1-1 – S04E13

Épisode 13 – Suspicion – 17/20
Pfiou, quelques semaines après tout le monde, je rattrape cet épisode qui est chargé en émotions. Comme d’habitude, on sent bien que les scénaristes savent comment faire pour toucher nos cordes sensibles et pour viser juste à chaque fois. Pardon, c’est presqu’un mauvais jeu de mot sur la fin de l’épisode, ça. En tout cas, content de ne pas avoir à attendre une semaine pour voir la fin de saison !

Spoilers

Hen s’inquiète pour l’état de santé de sa mère.


Sometimes people just faint.

J’en parlais hier, et c’est donc sans surprise pour les plus mordus du blog que je reprends enfin mon visionnage de cette saison 4 afin de l’achever. Et ça commence bien avec une première intervention qui m’a fait mourir de rire, puisqu’il y est question d’une bridezella qui fait passer ses demoiselles d’honneur au détecteur de mensonges afin de savoir laquelle critique son mariage en ligne. C’est parfaitement ridicule et très américain comme intrigue, mais ça m’a fait rire écoutez.

J’imagine que le stress et la tension de l’organisation d’un mariage doit retomber sur le long terme et que si je suis mort de rire, c’est aussi parce que ça ne fait jamais que dix jours que j’en ai terminé avec le mariage de ma meilleure amie. Elle n’était pas comme ça, fort heureusement. Et on n’a pas eu de surcharge électrique ni d’incendie non plus.

La robe n’a pas survécu à cet épisode, mais la mariée si. On se marre bien avec un véritable show à l’américaine où la mère est celle qui critiquait la mariée en ligne (c’était visible depuis le début) et où les demoiselles d’honneur font ce qu’elles peuvent pour supporter la mariée sans sourcil. Ah vraiment, cette série me manquait.

La série enchaîne ensuite sur la vie privée de nos héros. Hen continue d’étudier en groupe pour devenir médecin, et rapidement, on comprend que la série va utiliser cette intrigue pour s’occuper de la mère d’Hen. Celle-ci a des problèmes de dos lorsqu’elle prend le chemin du marché, et une fois là-bas, elle s’y effondre, après deux ibuprofen.

Il s’agit d’un malaise vagal, ou juste d’un évanouissement, parce que les gens s’évanouissent parfois. Oui, oui, c’est littéralement le diagnostic du médecin aux urgences et ça énerve Hen de tomber sur des incompétents comme ça aux urgences. Tu m’étonnes ! Et pourtant, c’est une réalité, ça arrive, surtout quand on est noir et que le médecin est blanc.

En tout cas, Hen passe le reste de l’épisode à s’inquiéter pour sa mère, alors que la mère continue encore et encore de lui dire que tout va bien. La série en profite pour rappeler qu’il ne faut pas trop faire confiance aux médecins qui se méfient de vous, si jamais ils se méfient de vous, avant de faire de la mère d’Hen son nouveau cas d’étude, sur une bonne idée de Chimney.

J’ai bien aimé cette scène qui voit les trois étudiants en médecine essayer de comprendre quelle maladie la mère peut avoir à partir des éléments qu’ils ont à disposition… Et se planter totalement en pensant qu’elle va bien ; alors qu’elle s’effondre une nouvelle fois en se relevant. Cette fois, Hen comprend, au toucher, que sa mère fait possiblement un anévrisme aortique abdominal. Rien que ça. Le problème, c’est qu’en cas de rupture, elle mourra – et possiblement la rupture est là.

Ce n’est finalement pas le cas, mais j’ai bien ri de l’arrivée à l’hôpital où les étudiants réussissent à passer sans problème les points d’accueil. Hen finit par faire la morale au chirurgien de sa mère, et c’est tout de même important comme scène, même si pour le coup dans la vraie vie, ça n’arrive pas. Ou pas comme ça. Et puis t’attends au moins que la mère soit complètement hors de danger avant de le faire, quoi.

C’est heureusement ce qu’il se passe, avec la mère qui se réveille et remercie Hen de lui avoir sauvé la vie. C’est mignon.

Pendant ce temps, chez Athena et Bobby, on reprend la vie normale post-covid avec une soirée jeu en famille, et avec l’ensemble de la famille. Le problème, c’est que Bobby est étrange avec Athena, qui trouve qu’il prend des distances… et commence à craindre qu’il recommence à boire. Il a en effet besoin d’une douche dès qu’il rentre ; et en faisant la lessive, elle se rend compte que sa chemise sent le bourbon.

Elle en parle à Michael pour avoir des conseils, parce qu’elle ne sait vraiment pas comment faire pour poser des questions sans paraître accusatrice. Surtout Athena, quoi. Et quand elle finit par amener le sujet dans la conversation, elle est effectivement peu délicate. Elle parvient tout de même à aborder tout ça et à se faire inviter à une réunion des AA le samedi suivant… alors qu’elle pensait qu’il y avait réunion dès le lendemain.

Quand elle le suit, elle se rend compte que c’est bien le cas en suivant Bobby et elle comprend alors qu’il lui a menti. Mais s’il lui ment, ce n’est pas tellement parce qu’il boit, c’est parce qu’il est devenu parrain de Rachel, la nana qui avait trop bu et provoqué l’énorme accident de voitures d’il y a quelques épisodes. Franchement, avec tant de mois de retard dans mon visionnage, je ne l’avais pas reconnue.

Tout ça finit par mener en tout cas à une vraie crise, parce qu’Athena ne supporte pas que Bobby lui cache quelque chose… quand bien même elle passe sa vie à tout lui cacher et prendre ses décisions sans en parler. Si je suis plutôt du côté des choix qui reviennent évidemment à Athena concernant sa carrière, il est vrai qu’il y a un sacré problème de communication entre ces deux « partenaires » qui, justement, ne le sont pas.

Comme au travail, Athena ne veut pas de partenaire… Et ça finit par provoquer bien des remous quand Bobby souligne que peut-être leur mariage ne fonctionne pas. Ouille. Au moins, il n’a pas (encore) recommencé à boire.

Chez Eddie, la nouvelle copine – Ana – semble s’être définitivement installée… mais je sens qu’elle va vite se sentir menacée par l’arrivée de Carla, l’infirmière. Elle revient après le confinement et pas mal de temps à s’occuper de son père, mais ça signifie surtout qu’elle est là pour faire remarquer à Eddie qu’il n’a pas à tout faire pour rendre son fils heureux si lui ne l’est pas. Le sous-titre est clair : Ana n’est peut-être pas la bonne pour lui… Et la série va bien insister sur cette idée par la suite.

Au centre d’appels (ouf, un point pour le Bingo Séries !), Maddie fait une overdose de café pour compenser le manque de sommeil de son bébé qui aurait des coliques et pleure tout le temps. Le problème, c’est qu’elle répond alors au téléphone de manière totalement blasée, et je suis sûr que ça aura un impact pour la suite. Elle est clairement à bout de nerfs avec son bébé qui passe la journée à pleurer. Elle n’arrive pas à s’en occuper et c’est encore pire quand Chimney parvient à calmer sa fille en quelques instants après une journée à pleurer. Pauvre Maddie, on sent pendant tout l’épisode qu’elle est en pleine dépression post-partum, et personne ne semble s’en rendre compte. Elle était pourtant bien entourée jusque-là. J’espère que Chimney va rapidement ouvrir les yeux sur son état !

En attendant, elle prend au téléphone la deuxième intervention de l’épisode, qui consiste à venir en aide à une femme qui est coincée à mi-chemin entre son balcon et le balcon du dessous. Rassurant.

C’est son fils qui appelle et c’est lui que je n’ai pas senti pendant toute l’intervention, parce que la mère restait assez calme. En même temps quand Eddie vient te sauver, ça doit calmer. En plus, évidemment, Charlie, le fils, est immunodépressif et ne peut accompagner sa mère à l’hôpital, alors c’est Eddie qui reste.

Charlie peut ainsi sympathiser au téléphone avec Christopher, alors qu’Eddie se rend compte peu à peu que Charlie est littéralement prisonnier de sa mère. Elle vérifie tout ce qu’il mange, elle l’interdit d’aller à l’école ou de voir du monde… Avec le covid, j’imagine que ce genre de schéma familial doit être encore plus courant et accentué.

Par contre, alors que Christopher veut donner tous ses jouets à Charlie, Ana fait quelques recherches et se rend compte rapidement qu’il existe plein de pages de crowdfunding pour Charlie et sa mère. Tellement en fait qu’il y a clairement un schéma d’arnaque qui se dessine, avec des noms de famille différents à chaque fois.

Une maladie auto-immune ? C’est classique – elle se contente d’empoisonner son fils pour qu’il paraisse malade. Le lendemain, Eddie en parle logiquement à Bucky et Chimney, mais c’est déjà trop tard. En effet, Charlie rappelle Eddie parce qu’il a empoisonné sa mère. Et alors que tout va bien et que l’épisode semble sur le point de se terminer, la série nous rappelle subtilement que nous sommes sur l’avant-dernier épisode de la saison.

Ainsi, Eddie se fait tirer dessus, parce qu’un malade décide d’utiliser son flingue pour tirer sur les pompiers en intervention. Le trauma est réel, avec Bucky qui se prend tout le sang d’Eddie sur le visage mais qui ne peut ensuite pas intervenir pour l’aider, car le tireur est toujours là.

Je ne m’y attendais vraiment pas à cette fin, ça m’a pris totalement par surprise. J’ai clairement sursauté et ça me fait même chier pour le personnage d’Eddie. L’épisode était vraiment bien écrit du coup, parce que je n’ai jamais vraiment aimé Eddie durant cette saison… Mais là, le voir se faire tirer dessus, et devant Buck en plus ! L’enfer.

> Saison 4

 

C’était qu’une panne de série ou un new normal ?

Salut les sériephiles,

Meilleurs GIFs Loki | GfycatVous avez dû le remarquer, j’enchaîne les épisodes cette semaine et je suis en train de vivre mon meilleur mois de mai en plein juillet. Station 19, Grey’s, Debris, Loki… Autant de saisons que je voulais terminer depuis quelques semaines sans en avoir le temps, et paf, c’est désormais fait. Après deux mois à ne voir qu’une poignée d’épisodes, j’ai aussi pu me mettre à jour dans In the Dark et Evil, et comme la semaine n’est pas encore tout à fait terminée, la franchise 9-1-1 et mes quatre épisodes de retard dedans vont normalement avoir l’honneur d’y passer elle aussi d’ici demain.

Pin on charactersOui, ça fait beaucoup d’épisodes d’un coup, mais je l’avais prévu depuis le départ. Par contre, non, ça ne règle toujours pas l’ensemble de mes retards. On s’en approche, comme toujours, mais c’est une tâche interminable, je le sais bien. Je n’oublie pas mes zombies préférés (et après tant d’épisodes, j’ai parfois l’impression de ressembler à Alicia ci-contre quand je vais me coucher), je n’oublie pas les conteurs de minuit (surtout que la saison commençait super bien pour de l’horreur), je n’oublie pas les séries estivales, y compris celles qui ont (re)commencé pendant ma panne de séries, mais… je ne sais pas si je les regarderai tout de suite pour autant.

Cette semaine, j’avais du temps pour moi – en partie malgré moi, en partie car je l’ai dégagé pour le ménage, pour bosser un peu et pour les séries. Normalement, ce ne sera plus le cas ce week-end et la semaine qui suit. Il y aura moins de critiques et d’articles, même si je vais essayer de ne pas faire un arrêt total quand même, parce que maintenant que je me suis relancé, j’ai envie d’en voir plus. cry baby; — Amelia Shepherd; the strongest person I know.Une vraie drogue.

Franchement, mon gros rattrapage de cette semaine, ça me montre que les séries restent vraiment quelque chose auquel je suis accro. Une fois lancé, il est difficile de m’arrêter, que ce soit pour des soirées avec la même ou des créations de petits rituels à courte échelle. D’ailleurs, pour ça, j’adore la diffusion à la semaine, bien sûr… mais enchaîner les épisodes, j’aime aussi. C’est d’ailleurs encore plus visible quand la qualité de la série n’est pas dingue : Plus Belle la Vie, je n’en pouvais plus de l’intrigue dans laquelle on était bloqué, mais là que j’ai pu en voir plein d’un coup, ça passe mieux. Parce que oui, j’ai aussi vu pas mal d’épisodes en parallèle de mon rangement de tous les cours et papiers de l’année 😉

Sci Fi Mystery GIF by NBC – Lab GifsBref, avec cette saison de séries qui se termine un brin en décalé pour moi, je me rends compte que j’ai changé aussi dans mon approche des séries. Et c’est paradoxal, alors accrochez-vous.

D’un côté, je trouve que je suis mille fois plus sensible qu’avant face à certaines intrigues. Cette saison, j’ai eu l’impression de verser plus de larmes que d’habitude alors que bon, ce n’était pas forcément beaucoup plus triste. C’est peut-être le miroir tendu par la crise sanitaire reflétée dans un certain nombre de séries qui en est responsable, mais je ne crois pas que ça explique tout. Je m’investis mille fois plus dans certains personnages et certaines intrigues – alors que le reste va me lasser. Fox – Just One More EpisodeEt les questions de représentations me tiennent de plus en plus à cœur, preuve s’il en faut encore que c’est super important (et que la vie privée doit jouer dans mes critiques). Inévitablement, ça provoque quelques déséquilibres dans mes articles, et je me sens d’un avis plus tranché et de moins en moins neutre avec le temps. Les notes restent beaucoup trop élevées par contre, on ne se refait pas.

À l’inverse, d’un autre côté, j’ai l’impression de multiplier les séries sans plus jamais parvenir à retrouver des séries qui me donnent envie de m’investir à fond comme d’autres ont pu le faire avant – Orphan Black, Agents of S.H.I.E.L.D, The 100, The Magicians ou Community pour les plus récentes ; Buffy, Charmed ou LOST pour les moins récentes, sans oublier Fringe ou How I met your mother évidemment. Et la saison qui arrive semble vraiment manquer de sel, en plus, en tout cas sur les networks.

https://media.melty.fr/article-4363005-raw/media.gifBien sûr, cette année, j’ai aimé les séries Marvel, et particulièrement WandaVision… mais il s’agissait d’une mini-série, c’est déjà terminé. J’attends la série qui me redonnera le grain de folie que j’ai pu avoir à regarder des épisodes à 4h du matin malgré la fatigue, juste parce que je voulais les voir ; ou la série que j’aurai envie de commenter non-stop, quitte à en parler des heures ou pouvoir la regarder autrement que seul. Après, c’est peut-être ça de devenir adulte, au fond, je me suis empêché un gros nombre de fois de voir des épisodes un peu trop tardivement cette année et on galère à trouver des moments pour les séries entre amis.

Et parfois, il faut bien le dire, j’ai juste eu la flemme de lancer un épisode en sachant que ça allait devoir s’accompagner d’une critique. don't pretend to be dead, it's bad manners — veronica-lodge: “Magic brought me to Fillory but...J’adore écrire, mais c’est fatigant parfois, on ne va pas se mentir. M’enfin, tout de même, je me rends compte avec cette semaine que j’en tire vraiment du plaisir et des émotions fortes : l’écriture comme les séries sont indissociables de ma personnalité… mais depuis trois ans que j’ai commencé à bosser, ma personnalité change un peu aussi. Je ne me reconnais pas toujours dans d’anciennes critiques ou d’anciens articles datant d’avant mes années en tant que prof (par contre, dans les blagues pourries, si, toujours !).

C’est encore plus vrai depuis un an et demi, d’ailleurs ! Un vrai journal intime, ce blog, pour ceux qui savent (ou peuvent) lire entre les lignes. rupert giles GIFs - Primo GIF - Latest Animated GIFsEt comme je n’arrive plus depuis quelques mois à me contenter uniquement de séries et d’écriture, d’où la diversité des sujets évoqués parfois sur le blog, je m’aperçois que je n’ai plus autant besoin des séries qu’avant dans mon équilibre. Promis, elles restent une partie de moi quand même. Il y en a juste une autre qui se développe.

Bref, pour répondre au titre que je viens seulement d’ajouter car je n’avais aucune idée de comment nommer cet article, ce n’était qu’une panne de séries, mais ça ne veut pas dire non plus que ce n’était pas un new normal. Laissez-moi le temps de trouver comment ajuster tout ça… en septembre.

À quoi bon le faire avant, de toute manière, je rechange d’établissement et d’emploi du temps dans un peu plus d’un mois (quoi, déjà ?).

Vus cette semaine #23

Ce RDV se contente de reprendre l’ensemble de mes avis sans spoiler sur les épisodes vus au cours de la semaine. C’est donc un simple copier-coller de ce qui se trouve déjà dans la colonne de droite et qui est mis à jour quotidiennement. Le titre de chaque épisode mène à la critique plus complète et avec spoilers. Les épisodes sont reclassés par ordre chronologique de diffusion, en J+1… 

Troisième semaine de panne de séries… C’est dommage, j’étais bien parti cette année pourtant. Les épisodes vus cette semaine datent des semaines précédentes, bien sûr.

Lundi

Mardi

Mercredi

Jeudi

Younger – S07E09 – Fallout – 16/20
C’est une fois de plus un bon épisode pour cette série qui parvient à être toujours très fun. J’aime les intrigues professionnelles de cette saison… et heureusement qu’elles sont là car j’ai plus de difficultés avec les relations amoureuses des personnages. L’ensemble étant drôle, je sais de toute manière que j’irai au bout de la saison – et de la série.

Vendredi

Walker – S01E12 – A Tale of Two Families – 09/20
Avait-on vraiment besoin de cet épisode pour voir ce que l’on savait déjà ? Pas vraiment… Et le seul vrai point positif vient finalement du suspense sur lequel il commence, ce qui est un peu maigre quand tout le reste en fait trop !

Samedi

Charmed – S03E13 – Chaos Theory – 16/20
De cet épisode, j’ai surtout aimé l’idée d’origine et le développement de certains personnages secondaires. L’exécution n’est pas dingue et le scénario a des trous béants dans sa logique, mais ce n’est pas bien grave : j’aime en apprendre plus sur les personnages que je préfère et j’aime voir qu’on sort enfin des moments de transition où on faisant semblant de ne pas savoir vers quel Big Bad on se dirigeait pour la fin de saison.

Challenge Séries 2021

Pour ça aussi, je n’étais pas trop mal parti. Il faudra que je me rattrape, écoutez.

J’ai vu aussi un épisode de plus de New-York Unité Spéciale, mieux vaut tard que jamais. 

> Vus en 2021