Bilan du Challenge Séries 2020

Salut les sériephiles,

J’ai beau procrastiner cet article à fond parce que c’est l’anniversaire de Ludo et que je suis au téléphone avec, il va bien falloir que je vous fasse un jour le bilan de mon Challenge Séries 2020. Il est 23h27… c’est parti pour un article écrit plus vite que mon ombre ! Je vous le dois bien, franchement : j’ai parlé de ce challenge toutes les semaines de l’année, en sachant pertinemment dès le mois d’avril qu’il s’agissait d’un échec. Persistant, le type !

Voir aussi : Le fail du Challenge Séries 2020 et mes envies de rattrapage improbables

Challenge Séries 2020

Alors, quand je dis que c’est un fail, c’est un euphémisme, parce que ce fut une belle catastrophe. C’est bien simple, l’an dernier, je vous ai parlé de 12 séries à rattraper… Je n’en ai vu qu’une seule de celles-ci, et encore, c’est parce que le covid a décalé la saison 2, et la saison 1 ne fait même pas dix épisodes. Vraiment, c’est n’importe quoi.

Voir aussi : Mon Challenge Séries 2020

Avec les switchs, je suis arrivé tout de même à sept séries, c’est déjà ça :

  1. eko - The Coop - Flew The CoopThe Coop (S01) : Personne ne connaît cette série qui ne possède qu’une dizaine d’épisodes, et c’est dommage. Jordan Gavaris est la raison pour laquelle j’ai regardé, car j’adorais Felix dans Orphan Black. Bien sûr, ça n’a rien à voir… mais ce n’est pas grave, il y avait un bon humour dans cette saison. Je l’ai même revue ensuite avec une amie !
  2. Love & Pride – Gentleman Jack | Smells like Chick SpiritGentleman Jack (S01) : Un coup de cœur, assurément, mais un coup de cœur qui prend son temps. Je n’arrive pas à enchaîner les épisodes de cette série. Ils sont longs, ont un rythme épuisant pour la critique et… Je ne sais pas, je n’avais que peu envie de m’y mettre à chaque fois, alors qu’une fois devant, j’adorais. Le générique de la série est aussi l’une des chansons les plus entendues cette année !
  3. 13 Reasons Why (S03S04) :Let's Talk About… Thirteen Reasons Why Season Three – Meghan's Whimsical  Explorations & Reviews J’ai rattrapé deux saisons – une de retard, une diffusée en 2020. Je suis content d’avoir enfin terminé la série, principalement parce que sur ces deux saisons-là, c’était vraiment la catastrophe. Le problème, c’est que j’ai cru ne jamais réussir à m’en sortir quand je l’ai regardée. J’ai frôlé l’overdose, et c’était vraiment médiocre. Pas un bon souvenir de ce challenge, donc !
  4. Latest Montgomery GIFs | GfycatLe cœur a ses raisons (Rewatch – Intégrale) : Je n’en ai pas parlé sur le blog, mais j’ai revu depuis cet été tous les épisodes de cette série canadienne que j’adore. L’idée de base de la série est de faire une parodie des soap opéra. Elle vaut le détour principalement pour ses personnages – notamment Criquette et Ashley, qui me font rire à chaque scène – et pour son humour totalement décalée, parce que la parodie passe par l’enchaînement de situations absurdes ou cocasses, des accents de dingue ainsi que des looks et des poses toujours très travaillés l’air de rien ! Pleines de répliques cultes, la série se déguste sans faim – et sans fin. Les épisodes sont disponibles facilement sur Youtube… Je pense que je n’avais jamais vu l’intégrale avant, il y a des épisodes dont je me souvenais quand je les avais vus au lycée, mais beaucoup de choses m’ont paru être des redécouvertes (même la magie de Naël, dis donc). Pas l’animal aquatique nocturne, en tout cas.
  5. To the lake (S01) : https://www.netflix-news.com/wp-content/uploads/2020/10/to-the-lake-netflix.jpgEn octobre, je me suis dit qu’il était peut-être temps d’avancer dans ce challenge, pour feindre de le réussir. Quelle erreur, quel échec ! Malgré tout, ça m’aura permis de regarder cette série russe avec Laura, et ce fut une vraie bonne surprise et une découverte intéressante. On a aimé tous les deux, et on regrette ensemble l’absence d’une saison 2. Pourtant, cette série, en 2020, elle vieillit un peu mal : il y est question d’une épidémie mystérieuse… mais celle-ci n’est que la toile de fond d’un périple de personnages vers un lac où ils espèrent se couper du monde.
  6. Merry Happy Whatever (S01) : TFSA] Mes découvertes pour cette année 2019 - Celle qui bloggaitEn décembre, j’avais encore l’illusion de pouvoir enchaîner plein de séries très courtes pour arriver à 12. Cela aurait été un peu ridicule… mais je ne regrette pas cette illusion qui m’a donné la possibilité de regarder cette chouette sitcom de Noël ! Vite vue, peut-être vite oubliée, la série est sympathique et vaut le détour.
  7. Home for Christmas (S0102) :Sept clichés TV sur… les cadeaux de Noël ! – Just One More Episode Là, c’est carrément un coup de cœur, et peut-être le plus grand de ce challenge séries 2020 ! Je ne comprends pas comment j’étais passé à côté de cette série en 2019… Je voyais d’un mauvais œil l’étiquette « série de Noël », mais c’était un tort. La série est beaucoup plus qu’une série de Noël, c’est juste une critique assez juste des rencards et de l’amour au XXIè siècle, en plein mois de décembre. J’adore le réalisme de la série et l’attachement qu’on ressent pour les personnages.

Sueboohs CornerBlogsSuits - Season 8, Episode 5 "Good Mudding",  Review/Recap/Spoilers

Voilà donc pour les saisons terminées. Cela ne fait donc pas 12, c’est bien un échec… En tout cas, du point de vue de la réussite du challenge. Moi, je suis bien content d’avoir réussi à voir ces sept-là, surtout que certaines sont sorties de nulle part, mais sont marquantes parce que je les aime vraiment.

Et puis, ce genre de challenge est fun aussi parce que ça permet de voir plus de séries que si je ne l’avais pas fait. Au fond, l’essentiel, c’est de participer – et je m’en rends bien compte depuis que j’ai ce blog, alors qu’avant, je ne pensais pas tellement comme ça !

On notera que j’ai vu les épisodes 1 de certaines séries également, oups, et que j’ai poursuivi un peu Suits, comme prévu. Il m’en reste encore à voir, cependant… De même qu’il me reste du Riverdale !

These two ... Can't get enough of them ... another couple on my OTP list 👑  | Riverdale funny, Riverdale, Riverdale cole sprouse

Et ça me permet de me faire une transition vers le Challenge Séries 2021… dont je parlerai finalement demain. Je ne sais pas comment je vais caser tous les articles que je veux écrire sur le reste du mois, mais qu’importe, on a déjà largement dépassé les 500 mots là ! Bonne nuit 🙂

 

 

Merry Happy Whatever – S01E01

Épisode 1 – Welcome, Matt – 16/20
Sans être exceptionnelle, la série me semble sympathique avec ce premier épisode. Elle ressemble à ce que j’en attendais, mais m’a décroché quelques rires que je ne m’attendais pas à avoir si vite. C’est bon signe, reste à voir si ça se confirmera par la suite. Une fois attaché aux personnages, ça ira peut-être mieux… mais je comprends son annulation. C’est bien pour se mettre peu à peu dans l’ambiance de Noël, cela dit !

> Saison 1


Spoilers

There’s the Quinn Way, and the Wrong Way.

Trois secondes et déjà une décoration de Noël en extérieur, ainsi que des bonnets. Ca va être rapide le Bingo Séries avec cette série. C’est un peu le but, je reconnais. La série nous introduit son héroïne, qui ramène son mec dans sa famille pour Noël. Elle le briefe une dernière fois avant l’arrivée du père, un policier qui a un humour bien à lui et n’hésite pas à s’en prendre à Matt, son beau-fils.

Il n’est pas exactement ce qu’il attendait pour sa fille, forcément. Les rires pré-enregistrés sont un peu too much pour moi, mais je suis sûr que je vais m’y faire. Un peu de patience, et hop. Allez, l’épisode avance bien vite, et je ne suis pas sûr d’en faire une critique complète, mais il y a des trucs qui me marquent tout de même.

Déjà, la famille envisage dix jours de décoration de Noël. C’est tout ? Mais c’est horrible. Le but est assez clair, chaque épisode couvrira une tradition de la famille qui en a plein, mais concentrée sur dix jours. Emmy, le personnage principal, est heureuse de ramener Matt chez ses parents… et ça vire à la catastrophe quand il lui demande à la faire la sieste avant de rencontrer le reste de la famille.

Ce n’est pas ce qui lui arrive et nous étions aussi peu prêts que lui à faire la rencontre de Sean, Joy, Pats ou Alan. Ca fait beaucoup. La sœur insupportable, le père psychopathe, le frère fan de foot qui veut que tout le monde soit d’accord avec lui. Eh, on sent bien le problème, là : la famille veut tout contrôler. Et ils ont des enfants, en plus, ça n’arrange rien.

En même temps, je n’imaginais pas autre chose pour cette série. Ashley Tisdale arrive enfin, et j’avoue que ça m’aide à accrocher à la série. Je l’aime directement à débarquer en pleine engueulade et à se faire demander en divorce devant toute sa famille. Enfin, pas la mère, qui n’est plus là, du coup.

Le mari se barre après avoir critiqué la cuisine de la mère et révélé à tout le monde qu’il n’avait pas fait l’amour depuis un an, mais pas avant que Matt ne revienne des toilettes sans savoir ce qu’il se passe. Le pauvre. Matt tombe donc pile à temps pour la rupture. Toute la famille s’isole donc autour de Kayla, et ça laisse le temps à Matt d’aller voir les autres conjoints des frères et sœurs d’Emmy, sa copine.

Le timing du divorce de Kayla et Alan est vraiment mauvais : il leur révèle qu’il veut demander Emmy en mariage pendant les vacances de Noël. C’est mal barré, clairement. Les conjoints de la famille lui proposent de remettre ça à plus tard, surtout qu’il s’apprête à découvrir la famille Quinn et toutes les difficultés qu’il y a à vivre dans cette famille toxique. Ils passent toutes leurs vies ensemble, et ça pose problème aux conjoints.

On comprend vite de quoi il en retourne avec Kayla, qui se débrouille pour récupérer le lit de sa chambre d’enfance et virer Matt de celle-ci, alors qu’il devait la partager avec Emmy. Comment refuser quoique ce soit à Kayla qui vient de se prendre un divorce dans la tronche, en même temps ?

Pour ne rien arranger dans cette famille et cette saison, le fils du frère d’Emmy décide de s’asseoir face à ses parents pour leur faire une grande révélation et un coming out… Il est athée. Ce n’est pas du tout un problème pour ses parents… jusqu’à ce qu’il demande à ne pas aller à l’église le soir de Noël. Dans cette famille ? Bon courage !

Même si le beau-père refuse évidemment le mariage de Matt et Emmy, il est évident que Matt révèle aussitôt à ses futurs beaux-frère-et-sœur qu’il a bien l’intention de la demander malgré tout en mariage. Ils ont beau lui dire de ne surtout pas faire ça, Matt veut le faire et il insiste. Et il le fait en essayant de rendre service encore et encore à son beau-père, même s’il ne veut pas d’aide.

Le beau-père finit sans trop de surprise à l’hôpital, carrément. Il est fort ce Matt : il détruit une décoration traditionnelle de la famille qui représente aux yeux de son beau-père sa femme, puisqu’il s’agit d’un ange. Il blesse son beau-père. Et il tombe du toit, s’évanouissant à la vue du sang de son beau-père. Merveilleux. Il ruine au passage la tradition de l’éclairage des lumières de Noël.

Tant qu’on est à l’hôpital, on a quelques bons gags sur Matt qui est un peu un boulot ou Kayla qui essaie de parler au poisson de l’hôpital, seul aussi pour les fêtes, et même de le voler. L’autre sœur d’Emmy essaie d’avoir des enfants, en vain, et le frère angoisse que son fils annonce au grand-père qu’il est athée. Il n’ose finalement pas le faire. Tant mieux, il y a encore quelques épisodes en stock.

Au cours de ceux-ci, on pourra sûrement suivre Matt faire du chantage à son beau-père, j’imagine, puisqu’il sait désormais qu’il est amoureux de son infirmière – qu’il connaît d’avant, apparemment. Ah les petites villes américaines.

Finalement, l’éclairage traditionnel de la maison de famille ne peut pas se faire… Alors, ça se fait dans la salle d’attente de l’hôpital. Allez, pourquoi pas. La série est un peu plus lente à démarrer que ce que j’imaginais, mais elle m’a fait rire quelques fois, je dois dire. Le suspense est lancé pour les neuf jours restants à Matt et Emmy : Don, le père, essaie donc de faire en sorte que sa fille reste après les fêtes en la forçant à rencontrer Ted, à qui il fait du chantage pour qu’il lui offre un emploi. Ma foi, ça se regarde.

> Saison 1