Walker – S01E12 (express)

Épisode 12 – A Tale of Two Families – 09/20
Avait-on vraiment besoin de cet épisode pour voir ce que l’on savait déjà ? Pas vraiment… Et le seul vrai point positif vient finalement du suspense sur lequel il commence, ce qui est un peu maigre quand tout le reste en fait trop !

Spoilers

Le retour de Stella et Cordell chez eux est plus retardé que nous le pensions.

Je sais, ça n’a pas de sens de reprendre cette série alors que je suis en retard dans un tas d’autres productions de qualité, mais l’avantage de celle-ci, c’est que je n’écris pas une critique aussi complète que pour les autres, alors j’ai pu manger devant. C’était histoire de me remettre en scelle, on va dire. Et ça m’a apporté la moyenne que je ne pensais pas avoir au Bingo Séries, puisque j’ai validé les points 2 et 16 de la grille. C’est déjà ça, et c’est à peu près tout pour cet épisode.

En effet, les scénaristes font le choix d’un épisode flashback particulièrement peu judicieux, en nous laissant sur un suspense à peu près efficace en début d’épisode : Cordell et Stella rentrent chez eux pour mieux être interceptés et menacés d’une arme à feu. Liam sort à son tour de la maison pour venir en aide à son frère, allons savoir comment et un coup de feu est tiré. On ne va pas se mentir, l’altercation m’a mis sur les dents un moment… mais il n’était pas bien compliqué de savoir qui allait se faire tirer dessus avec le retour un an plus tôt.

Je veux dire, l’épisode insiste lourdement sur le personnage de Liam, plus que d’habitude encore. On le voit être là pour son frère à la mort d’Emily, mais surtout être là pour Stella. Tiraillé entre son job, son mec et sa famille, il fait finalement le choix de la famille pour venir en aide à Stella et pour être présent avec elle à Noël. Evidemment que ça fait bien plus de drama s’il se fait tirer dessus à cause de Stella, évidemment que le cliffhanger nous révèle qu’il est bien celui qui se prend un coup de feu. J’ai aimé le cliffhanger tout de même, avec une situation vraiment dure où Cordell peut choisir entre se faire tirer dessus ou voir son frère mourir. Plus qu’à attendre une semaine de plus pour voir Micki intervenir. J’espère.

Dans cet épisode, les scénaristes ne savaient pas quoi faire d’elle. C’est compliqué d’inclure un personnage qui vient d’arriver en ville à un flashback se déroulant un an plus tôt. Pas de problème : alors que nous voyons Cordell faire le choix de partir en infiltration, nous découvrons que Micki avait arrêté Crystal pour excès de vitesse quelques mois plus tôt. N’écoutant que son instinct, elle a tout de suite décidé de la suivre et d’être une enquêtrice plutôt qu’une simple flic mettant des PV.

C’était déjà lourd comme coïncidence, mais voir une scène où Cordell est à ça de tuer Micki sans jamais la voir, c’était parfaitement aberrant. J’ai bien ri, on va dire. Et le pire, c’est qu’ils tentent d’y mettre du suspense alors que… bah, on sait que ça finira bien en fait ? Et puis, le coup des rangers qui ne disent pas à la flic de lâcher l’affaire parce qu’il y a une enquête en cours, mais juste de lâcher l’affaire parce qu’elle se trompe, c’était ridicule aussi. Finalement, le seul truc cool, c’est le parallèle entre la mort de Crystal et la blessure par balle de Liam.

Je ne le vois pas mourir pour autant, en revanche ; je suis quasi-certain qu’il survivra sans le moindre souci. Nous verrons bien au prochain épisode… En attendant, cette pause et ce retour en arrière avec des flashbacks de Noël en plein mois de juin (alors qu’ils n’ont rien fait pour Noël, en plus, forcément), c’était hyper bizarre. Je ne vois pas du tout l’intérêt de nous montrer enfin les morceaux qu’on avait plus ou moins galéré à recoller. Ah, puis, honnêtement, est-ce que quelqu’un en a quelque chose à faire des tromperies de la grand-mère ? Ils nous remettent encore ça dans la soupe, je ne sais vraiment pas où est l’intérêt ? 


Walker – S01E11 (express)

Épisode 11 – Freedom – 12/20
Je suis déçu parce que la série n’était pas si mal pendant un moment, mais on repart vraiment sur des épisodes qui m’ennuient depuis deux semaines. J’espère que ça repartira d’ici la fin de saison !

Spoilers

Hoyt sort de prison, ce qui nous met Geraldine et Cordell dans l’embarras.

Purée, je ne sais pas laquelle m’insupporte le plus entre Stella et Geraldine, mais cet épisode fut une nouvelle torture à regarder, parce qu’il se concentre bien trop sur ces deux-là. Geraldine se sent stupide dans cet épisode parce qu’elle a commencé à développer des sentiments pour Cordell, mais Hoyt sort de prison. Je n’arrive pas à m’attacher à la série assez pour capter assez vite qui est Hoyt, en vrai, meilleur ami de Cordell et amoureux de Gerry en théorie. 

Cela ne dure pas bien longtemps puisqu’elle le recale bien gentiment en fin d’épisode. C’était intéressant comme tout à suivre cette scène, parce que même si je ne l’aime pas elle, je ne l’aime pas lui non plus, alors bon. Et puis, ça promet une confrontation intéressante lorsque Cordell le retrouvera la semaine prochaine. Il l’attend bien gentiment chez lui en fin d’épisode après tout.

Du côté de l’enquête de la semaine, je n’ai absolument rien suivi, une fois de plus. Micki me manque : elle n’est plus assez développée dans la série, n’ayant que quelques petites scènes avec son fiancé, mais pour rien. Les conséquences de la blessure de celui-ci sont toujours évoquées, cela dit, c’est déjà ça. Et puis, Micki reste une aide plus que précieuse pour Cordell dans toutes ses enquêtes, c’est déjà pas mal, je pense. 

En effet, c’est elle qui comprend où est Stella et c’est encore elle qui parvient à sortir Cordell d’un péril certain dans les bois quand il est en train de se perdre et se battre. Ce n’est pas Stella qui serait capable de le faire, elle qui reste à gémir sans chercher à venir en aide à son père. OK, c’est une ado qui n’est pas entraînée, contrairement à Micki, mais tout de même, elle est infernale, Stella.
Cette dernière est toujours en fuite avec Trevor. Autant la semaine dernière, ça m’intéressait, autant cette semaine, la relation entre les deux adolescents tombe dans des clichés peu passionnants. Je veux dire les voir s’engueuler par rapport aux pères avant de se réconcilier, ce n’était pas une écriture brillante, surtout que rien ne change entre les deux scènes. Par contre, j’ai aimé voir Stella changer d’avis – ça montre à quel point elle ne réfléchit pas à ce qu’elle fait, mais ça la rend plus attachante de savoir qu’elle compte toujours revenir pour sa famille.

Stella m’a tout de même bien fait rire dans sa fuite, et j’ai senti venir à des kilomètres qu’elle allait tirer sur la mauvaise personne. Dire que j’ai mal au bras après un vaccin et que Cordell arrive à se battre après s’être pris une balle dans le bras. Bon, tout revient à la normale en fin d’épisode, avec même Stella et son père en bons termes. C’est vraiment une série qui mise tout sur la famille, mais parfois, faudrait se calmer : où est la logique de ne pas la voir se faire engueuler ou punir ? Honnêtement… Elle finit récompensée par la promesse d’un voyage avec son père ? Ce sera encore un épisode chiant ça.
Quant à Trevor, il disparaît donc, soi-disant après avoir accepté, finalement, de rejoindre son père. Tant que ça nous prive de douloureuses cascades comme celle où il casse une fenêtre, ça me va. Malheureusement, ça risque de nous ramener d’autres mauvais rêves de Stella, et ça, non merci.

Sinon, dans les relations familiales, le frère de Cordell continue sa campagne électorale. Ce n’est toujours pas une intrigue qui arrive à me passionner, surtout qu’il est question de ses secrets de famille et tout, mais bon, je crois qu’on est bloqué dans celle-ci pour un moment. Je préférais encore son couple, finalement.


Debris – S01E11

Épisode 11 – Asalah – 16/20
C’est un bon épisode, mais je suis déçu qu’il ne soit pas excellent comme les précédents. On touche du bout des doigts des réponses que les scénaristes refusent toujours de nous donner, ce qui laisse une grande frustration à l’écoute du générique final qui ne fait que poser les questions qu’on se pose. Le sort de la série reste incertain, en plus, mais les audiences sont au plus bas alors…

Spoilers

Bryan Beneventi est l’obsession de la personne affectée par un débris dans cet épisode.


Sola is possible. Always.

Ce fut très compliqué, mais je suis content de pouvoir enfin en revenir à mon Week-end en séries avec ce que je sais être un très bon épisode. Il ne peut pas en être autrement avec cette série, elle est bien trop bien pour me décevoir. On commence de manière surprenante avec une équipe de scientifique marchant à travers bois, comme moi tout l’après-midi, mais avec des combinaisons les protégeant en plus.

Les protégeant, oui. Il y a clairement beaucoup de radiations sur toute la zone, et elles semblent émerger d’une femme qui réclame Bryan Beneventi en boucle. Au moins, ça va être un épisode intéressant, on va enfin en savoir plus sur lui. Je suis content que ça soit abordé : la série va probablement être annulé – toujours pas de nouvelles pour le moment – alors il est temps d’en savoir plus sur lui.

Avant que cela n’arrive, nous avons droit à une longue scène d’introduction où Finola est couverte de café et où elle découvre que son père est en train de se rendre seul en Virginie pour mener sa propre enquête de son côté. Ce n’est pas exactement ce qu’il est censé faire.

Bon, elle n’a pas trop le choix de le laisser faire de toute manière, elle est bien trop loin de lui et il a le portable de Garcia pour être traçable malgré tout. Elle se rend donc avec Bryan sur les lieux où la femme continue de réclamer Bryan. Elle s’appelle Mariel, elle est maîtresse d’école et elle était en randonnée quand un étrange éclat de lumière l’a finalement rattrapé.

C’est gênant comme tout, parce qu’à présent, elle se trouve à être en boucle sur Bryan, alors même qu’il n’a aucune idée de qui elle est. Quand il s’approche et se présente à elle, elle semet soudainement à changer de disque, parlant de Surobi, une ville d’Afghanistan dans laquelle il a été déployé.

Et pour cause, elle se met à réciter des bouts de conversations du passé de Bryan, assez logiquement énervé par la situation. La femme est emmenée dans un laboratoire où elle finit par toucher Bryan qui s’effondre.

Alors que son cas médical devient la préoccupation numéro 1 de l’équipe de scientifiques sur place, Finola se retrouve ainsi seule à mener l’enquête, pendant que Bryan subit une IRM pour qu’on comprenne ce qui lui arriver. Au passage, Finola découvre l’obsession de la femme pour Surobi, puis que Mariel et Bryan sont liés d’une manière ou d’une autre par un débris.

Malheureusement, les agents restés dans les bois ne trouvent pas du tout de trace de débris, alors c’est juste frustrant. Sans trop de surprise, Maddox finit par débarquer à son tour dans le laboratoire, et alors que Finola l’interroge, il cache très clairement des informations qu’il a. Je suis sûr et certain qu’il sait ce qu’est Surobi, mais il n’en dit rien.

Il insiste juste pour dire que Surobi est une mission importante de Bryan, mais sans l’évoquer en détail. C’est un peu fou, tout de même. Cela n’empêche pas Finola de lui faire à nouveau beaucoup trop confiance : elle lui explique toutes ses théories, sans le moindre filtre. Et sur ce qui arrive à Bryan, sa seule théorie possible est une sorte de réseau reliant tous les débris entre eux.

Lorsque Bryan a été cloné, il a ainsi probablement donné au débris une partie de ses souvenirs, ou tous. Pourquoi cette mission exactement ? Mystère… Mais une chose est sûre, les débris sont connectés selon elle, et ils ont des parties de Bryan, mais aussi probablement des parties d’elle-même. Humph. Je sens que le cliffhanger de la saison va nous montrer ce que la série voulait proposer, et ça va être dingue.

En attendant, le débris finit par être trouvé, mais malheureusement, il est déjà désactivé. Il s’est infiltré en Mariel avant d’être désactivé, et donc le lien ne peut plus être rompu entre elle et Bryan de la manière simple envisagée par Finola jusque-là.

La seule solution pour Bryan est donc un reboot selon Finola. Cela semble une procédure bien risquée, mais c’est tout ce que Finola a en tête. Elle laisse Maddox avec le médecin de Bryan, et il est à nouveau question du dosage qu’il doit prendre. Je me demande vraiment de quoi il est question, mais cet épisode devrait enfin y répondre.

En attendant d’y arriver, nous suivons donc Finola mettre en place une thérapie par l’électrochoc à Bryan, dans l’espoir qu’il se réveille de l’état catatonique dans lequel il sera. Tout ce que ça fait, c’est que ça l’affecte au sein du flashback qu’il est en train de vivre.

Pendant ce temps, Bryan est donc en train d’avoir une crise de quelque chose, et ça nous mène enfin à quelques réponses sur son passé. Je ne vais pas mentir sur ce coup-là, je ne suis pas fan du tout des séries militaires et des épisodes qui se déroulent en Afghanistan avec encore et toujours le même filtre.

Ce n’est pas fou, quoi. Et le look de Bryan avec une barbe de je ne sais combien de semaines, autant ne pas en parler ! J’ai par conséquent décroché de l’épisode assez vite – ou en tout cas de cette partie. Il est pourtant question d’une mission très importante pour Bryan, où il croise une femme qui demande à lui parler. Soit. Non, vraiment, j’ai décroché. Moi qui espérais un bon épisode, c’est malin.

Bon, la femme annonce qu’il l’a sauvée, et on finit par apprendre qu’elle s’appelle Asalah. Comme dans toutes les séries avec des Afghans, Asalah sait parler un anglais quasiment impeccable et cela lui permet de sympathiser beaucoup avec Bryan. Je dis sympathiser, mais c’est à se demander s’il n’essaie pas de la draguer en lui faisant écouter du Elton John, juste parce qu’elle veut jouer du piano.

Elle est charmée, en tout cas. Pas de bol pour elle, elle n’est pas près de pouvoir jouer du piano en plein milieu d’un conflit armé contre les talibans. Elle a pour obsession de protéger son baba – son grand-père, mais elle veut aussi aider Bryan à atteindre la paix – la sola – en lui désignant les talibans les plus proches.

Bryan fait l’erreur de lui promettre de protéger son baba quand il est évident qu’il ne pourra rien pour lui, tout en lui demandant de ne surtout pas se mêler du conflit, car c’est trop dangereux. Sans la moindre surprise, Asalah prend malgré tout des risques : elle réussit à photographier les talibans qui sont dans le village autour.

Impressionné par son courage, Bryan lui demande une fois de plus de ne plus prendre de risque… avant de lui promettre de ne pas la laisser tomber. C’est dommage, on sait déjà qu’il le fera. La scène suivante nous introduit un Maddox bien plus jeune en Afghanistan – c’est le moment de la thérapie d’électrochocs prônée par Finola qui permet même à Bryan de le reconnaître et de nous indiquer qui il est, ça tombe bien.

On le savait déjà, mais on nous confirme ainsi que Maddox surveillait Bryan depuis un moment. Quand ce dernier part enfin en intervention, les électrochocs de Finola lui font prendre conscience de ce qu’il va arriver. Il annonce aussitôt aux militaires avec lui qu’il sait ce qu’il va se passer et qu’il veut tout arrêter.

C’est toutefois déjà trop tard quand tous les hommes disparaissent du champ de bataille : il se retrouve à apercevoir le cadavre d’Asalah. Triste. Nous assistons ensuite à son enterrement, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il l’a bien laissé tomber, là. Elle s’est fait tuer par les talibans, hein, mais c’est un peu sa faute tout de même.

Une fois l’enterrement fini, Bryan aperçoit de nouveau Mariel et le contact peut enfin être établi avec celle-ci. Bryan dialogue avec elle, pour comprendre la raison pour laquelle ce débris a décidé de le ramener dans son passé et lui faire vivre tout ça. Elle lui tend la main et… Bryan se réveille d’un nouvel électrochoc.

Il demande aussitôt à voir Mariel, mais celle-ci est morte à son réveil, évidemment. Ce serait trop simple. C’est bien beau, mais ça ne nous dit toujours pas quel est le sérum qu’il prend, tout ça ? Tout ce qu’il raconte à Finola, c’est qu’Asalah avait appris qu’il serait pris en embuscade par les talibans et qu’elle avait eu peur qu’il pense avoir été trahi par elle.

C’est en voulant le prévenir qu’elle s’est fait tuer, comme l’apprendra à Bryan le fameux baba. Bryan explique tout ça à Finola, avant de confirmer que Maddox a sorti Bryan d’une prison où il risquait d’être jugé pour crime de guerre. Bon, nous avons donc des réponses, mais pas celles que j’attendais, et certainement pas toutes.

Bryan finit par expliquer à Finola qu’il pense que les débris vivent au contact des humains le même genre d’expérience qu’eux vivent au contact des débris. Et Finola est plutôt d’accord avec lui. Il ne lui dit toujours pas tout pour autant : sa dernière scène le voit parler avec Maddox des doses qu’il prend et qui sont désormais doublées.

Maddox remarque que Bryan est le seul qu’un débris a spécifiquement recherché, et il ne veut pas que cette expérience se reproduise un jour. Je sens qu’on est à la surface d’un complot plus grand, c’est tellement frustrant de ne pas avoir les réponses ! Et la dernière scène de l’épisode m’a laissé… perplexe, avec une sorte de conte où l’on voit un grand-père répartir quatre types de métaux aux quatre points cardinaux. Là, clairement, je n’ai rien compris, et ça me fait un deuxième point du Bingo Séries après le débris désactivé (dead) du milieu d’épisode.

Le générique de fin continue lui aussi d’être très intriguant – il s’agit toujours d’échanges radios, qu’il va falloir que je reprenne tous un jour. Cette fois, on nous annonce que Bryan a été retrouvé, suivi d’un « what the hell happen to these men » ou « this man ». Putain, je veux savoir moi aussi ! De même que je me demande ce que continenent les Laghari files reçus par Finola en fin d’épisode.

 

Walker – S01E10 (express)

Épisode 10 – Encore – 13/20
L’épisode est plutôt classique pour une série procédurale, mais il prend également le temps de développer certaines intrigues et personnages secondaires, ce qui lui permet d’être tout de suite plus intéressant que le précédent. J’aime bien ce que certains personnages sont en train de devenir, ça pourra peut-être garder mon attention pour la saison 2. Enfin, il faut déjà terminer cette saison, je sais.

Spoilers

Stella cherche à retrouver la trace de Trevor alors que le restaurant est bientôt prêt pour une réouverture attendue.

Je dois dire qu’il y a un vrai gros problème avec cet épisode : j’ai trouvé que la partie la plus intéressante était celle… de Stella ! C’est dire à quel point ça craignait ! Elle se rend au ranch pour essayer de retrouver Trevor, et elle se trouve ainsi confrontée à son beau-père. J’ai trouvé ça intéressant pour plusieurs raisons : l’ado est un peu plus supportable maintenant qu’elle mène des enquêtes seule et le prisonnier est clairement un bon manipulateur.

Ce n’est pas très compliqué de manipuler Stella par contre, parce qu’elle est même surprise qu’il connaisse son identité alors que bon, c’était évident. Et ce n’est pas très compliqué non plus de retrouver Trevor vu la rapidité avec laquelle elle met la main dessus, alors son père perd tout son côté menaçant à se servir de Stella pour réussir à l’atteindre aussi. Je pense que ces deux-là peuvent tout de même former un couple intéressant pour la suite, mais j’ai peur que les scénaristes ne parviennent jamais à en faire quelque chose de vraiment intéressant. 

Ainsi, en fin d’épisode, Stella continue de ne rien dire du tout à son père, et je trouve ça très stupide, même si elle a été menacé pour qu’elle ne dise rien. 

Autrement, on reprend l’intrigue du restaurant avec cet épisode : Cordell et ses enfants font tout pour assurer une réouverture en fin d’épisode. Pourtant, le restaurant est rapidement laissé aux mains d’August – insupportable – et du copain de Micki… qui n’a d’ailleurs pas une main très en forme. J’aime bien l’idée d’un développement de ce personnage, parce que son couple avec Micki est chouette.

On apprend donc qu’il pourra bientôt reprendre le boulot, mais il a encore les conséquences de son accident de l’épisode de la tornade. C’est rare d’avoir ce genre de série qui développe une intrigue comme ça pour un personnage secondaire. J’espère que ça continuera comme ça, parce que ça le rend intéressant !

On laisse forcément le fil rouge de côté cette semaine, histoire de nous faire croire que l’intrigue autour d’Emily est vraiment résolue. Tout le monde sait que ce n’est pas le cas et que Geri est forcément coupable de quelque chose, mais bon, on continue de faire comme si. À la place, on suit donc Cordell et Micki dans une nouvelle intrigue toute classique qui ne me marquera pas du tout. Je sais que je l’ai déjà oubliée, c’est ce genre d’intrigue procédurale qu’on oublie avant même qu’elle ne commence.

Oh, le personnage de Minnie Jayne est marrant, je ne dis pas… mais ça ne suffit pas exactement à me passionner, surtout qu’ils n’ont même pas payer le coupable en tant qu’acteur : il n’est que figurant puisqu’il ne parle même pas.

Autrement, ça y est, Liam, le frère de Cordell commence à déclarer qu’il veut faire sa campagne politique. Super, j’ai hâte de voir ça dis donc… Ah, non, effectivement. La campagne commence quand même par un petit pique-nique tout naze, tout de même. 

Le cliffhanger de l’épisode ? Geri reprend contact avec Cordell pour lui dire qu’Hoyt revient le lendemain alors que Stella et Trevor s’enfuient ensemble, en couple. Franchement, cet échange de regard interminable, ça sentait l’accident de voiture… mais même pas !