How I met your father – S01E08

Épisode 8 – The Perfect Shot – 08/20
J’ai envie de continuer la série car j’aime les acteurs, qu’il y a des points de Bingo Séries à se faire et que certaines répliques restent suffisamment bien senties pour me faire rire… mais tout de même, ce n’est pas glorieux comme ensemble. Les intrigues ne sont pas crédibles. Je sais bien que c’est une comédie, mais enfin, ça nous prend pour des idiots en permanence, quand les blagues ne semblent pas sortir des années 90. Fou comme l’humour reste sensiblement le même que dans la série-mère, mais sans parvenir à être drôle.

Spoilers

Une soirée de vente aux enchères est organisée par Drew dans son école.

Dua Lipa is a vegan.

Oui, vous êtes bien en train de lire une critique de cette série. Je me suis dit qu’il était temps de la continuer et de me débarrasser de la saison 1. Bon, je n’ai pas le temps de la finir ce soir, mais un épisode de temps en temps ne peut pas faire de mal si ça permet de supprimer une série de ma liste de choses à voir.

L’épisode reprend directement sur ce que je déteste : cette impression que les blagues ont été écrites dans les années 90. Ou par des boomers. Les clichés sur le féminisme ? Quel enfer. Au moins, Sophie mange un fruit, c’est déjà ça de pris : ça me fait un point de Bingo Séries. Sinon, ben, l’épisode reprend la structure habituelle : les personnages sont au bar pour nous réintroduire chacun d’entre eux et les intrigues de l’épisode

Commençons par défaut par Sophie, comme d’habitude. Celle-ci cherche à tout prix à prendre une photographie parfaite pour devenir enfin une grande artiste. Ce n’est pas très réussi comme intrigue, et ça nous mène à une Sophie qui s’éclate une dent en tentant de prendre une photo. On voit clairement le moment où elle va tomber, et… je ne m’attendais pas pour autant à une telle intrigue ensuite.

Elle fait appel à Jesse, allez savoir pourquoi, et il connaît évidemment un dentiste qui peut lui venir en aide. Le problème ? Ils n’ont pas de frics, et ils tombent sur le dentiste le moins cher de New-York. Cela permet quelques gags hilarants sur les artistes ratés de New-York qui se retrouvent tous là. Vous savez ce qu’est le pire problème de l’écrit ? On ne sent pas assez l’ironie dans le mot « hilarants » ci-dessus.

Je trouve ça super triste, en fait, et je ne sais pas, j’ai plus envie d’écrire une critique sur le système de santé américain après un tel épisode. Et puis, le dentiste incarné par un homme bon pour la maison de retraite ? Ahaha. Qu’est-ce que c’est drôle ? Ils ne savent pas quoi faire des blagues, en fait. C’est expédié vite fait, on ne sait pas trop pourquoi, et on enchaîne sur autre chose.

La dent de Sophie est vite réparée, mais vite cassée aussi quand la voiture de Jesse tombe subitement en panne. Allez comprendre pourquoi il ne lui fait pas le coup de la panne au passage. Il n’y a aucune blague sur le sujet, parce que ça casserait le pseudo romantisme de ce moment où Jesse fait comprendre à Sophie qu’il croit en elle en tant qu’artiste.

Il la touche profondément comme ça, et elle parvient à prendre une super photo (selon elle ?) de Jesse en train de réparer la voiture. Bref, tout est parfait entre eux… jusqu’à ce qu’ils arrivent à la soirée de l’épisode, géré par le petit-ami de Sophie.

Lui, il ne croit pas du tout en son art : c’est une passion, pas un métier. Ah, c’est sûr qu’organiser une vente aux enchères dans une école, c’est un vrai métier à côté. Sophie prend mal la réflexion de Drew et son réflexe est… d’en parler à Jesse, évidemment, tout en nous faisant des petits commentaires voix-off parfaitement ridicules. Tout ça mène toutefois au premier baiser entre Sophie et Jesse : c’est fou comme c’est cinématographique entre eux. On y croirait presque, ça donne l’impression que c’était attendu depuis huit épisodes quand mes personnages préférés ne sont clairement pas eux. Et pourtant, j’adore ces acteurs.

En parallèle, Valentina gère tout à fait dans son travail, mais son boss, Fred, continue de la voir comme une incapable et d’être hyper toxique. Etonnamment, j’ai trouvé que les gags fonctionnaient bien dans toute la salle, notamment avec la poupée qui est censée être un moyen d’éviter de parler à Valentina directement. Il y avait un bon humour dans la scène et le surjeu des acteurs fonctionnait mieux qu’ailleurs.

Après, voir Valentina voler un sac à main à son boss pour aller le vendre à la soirée de vente aux enchères ; tout en assurant que personne ne s’en rendra compte mais en laissant l’armoire ouverte ? Cela n’avait aucun sens comme intrigue. Pire, elle revole le sac à main derrière ? Mais ? Certes, il y avait de bons gags, m’enfin, ça donnait l’impression que de meilleurs gags pouvaient être exploités tout de même.

Et pendant ce temps, loin de toute l’intrigue, Meredith débarque chez son ex, et… ma foi, il était temps ! Qu’est-ce que j’adore Leighton Meester ! Et depuis le temps qu’on entend parler de Meredith, j’espérais bien avoir droit de la voir pour au moins un épisode.

Finalement, c’est comme le reste de la série assez décevant : l’actrice est sous-exploitée tout l’épisode et plutôt mal dirigée quand elle se met à enregistrer des bouts de réplique pour les transformer en chanson. Ellen sauve un peu la situation, parce qu’elle a un humour qui me fait rire, mais ce n’est pas glorieux.

L’intrigue ? Meredith a quelque chose à annoncer à son ex, mais le meilleur ami et la sœur de Jesse préfèrent le protéger et faire en sorte que Meredith ne le croise pas, même quand ils la pensent enceinte. Loin d’être enceinte, Meredith a juste enregistré une nouvelle chanson qui s’apprête à être un hit. Hâte d’entendre ça, dis-donc.

How I met your father – S01E07

Épisode 7 – Rivka Rebel – 10/20
Je suis peut-être sévère avec la série, mais une fois de plus, je suis frustré de voir qu’elle aurait le potentiel d’être vraiment bien… mais qu’elle se contente d’intrigues vraiment peu surprenantes. Chaque fois, c’est prévisible, chaque fois, on a de l’humour lourd, chaque fois, on passe plus de temps à voir les scénaristes se démener à raconter quelque chose de drôle plutôt que de développer vraiment les personnages.

Spoilers

Figurez-vous que ce groupe de new-yorkais est comme tout le monde : il doit travailler de temps en temps. Ou pas.

Shortie McTalkie is here to see you.

L’épisode commence cette fois-ci par Sophie racontant son travail à son fils, et ça nous change un peu. L’épisode précédent se terminait encore sur une blague de cul entre mère et fils, et c’était un peu déroutant tout de même. Cela commence mal pour Sophie par contre : elle est sur le point de rencontrer une de ses idoles qui veut l’embaucher pour… la bat mitzvah de sa fille. Ce n’est pas exactement le pic de sa carrière, mais bon, elle va devoir faire avec.

Il y a un peu d’humour avec tout ça, mais j’ai trouvé l’épisode très lourd en name dropping de plein de stars pour le principe de les nommer et de faire de l’humour. On apprend ainsi que Timothée Chalamet serait sur le point de devenir un lutteur impressionnant ? Euh. En quoi est-ce drôle ?

En fait, mon vrai problème vient du fait que l’humour de la série n’est pas drôle – ou en tout cas ne me fait pas rire ? C’est triste. Bon, allez, on en revient assez vite à la formule habituelle des épisodes, avec Sophie qui se rend au bar pour parler à ses amis et embaucher Valentina comme assistante, quitte à ce qu’elle perde son boulot. Ben oui, il n’y a pas que Sophie qui travaille, quoi. D’ailleurs, il y a aussi Charles. Il est toujours barman avec Sid, qui perd de l’argent avec son bar, et il développe une obsession pour ses critiques Yelp.

Il a beaucoup de positif… mais aussi une critique qui dit qu’il a des fesses plates et des cocktails dégueulasses. Le voilà déprimé à demander de l’aide pas Ellen, parce qu’Ellen ne travaille toujours pas elle ; elle écoute des mémoires pour écrire les siennes. Elle prend aussi le temps d’écrire des reviews sur Yelp après avoir trop bu pour critiquer son colocataire qui n’arrête pas de lui dire qu’elle a besoin de se trouver un job. OK ?

Tout finit bien entre eux, même si Charles a encore besoin d’apprendre à ne pas écrire n’importe quoi sur internet – et surtout pas le numéro d’une amie dont il donne l’impression qu’elle est prête à coucher merveilleusement bien.

Pendant ce temps, Jesse et Sid s’isolent dans l’appartement pour passer la journée à bosser. Ils ont chacun besoin d’avancer dans des projets différents, mais Jesse n’est pas près d’écrire une chanson sans Meredith si le pigeon a la fenêtre n’arrête pas de chanter. Il n’en faut pas plus pour qu’une recherche Google improbable de Sid les fassent tenter un make-up de pigeon.

Bon. Euh. C’était plus ou moins marrant jusque-là, mais on sent bien que ça va finir en invasion de pigeons et très rapidement on devine que ça finira avec les deux amis coincés sur le balcon. Au moins, c’est à peu près marrant dans la manière dont c’est mené. Par contre, les gags en cours de route n’étaient pas glorieux – le pire étant la danse Tik Tok, je crois. Je sais que je leur ai reproché d’avoir de l’humour trop daté, mais une fois de plus, ça essaie trop d’être jeune alors que ça ne l’est pas. Ils sont finalement sauvés par le service de contrôle des animaux.

Jesse peut alors se mettre à écrire une chanson qui sera probablement un carton puisqu’il l’écrit grâce au bracelet porte-bonheur de Sophie. Que c’est lourd comme mise en place pour le couple ! Déjà à l’épisode précédent j’avais trouvé moyen de nous laisser en plan sur une question d’Ellen lui demandant s’il était amoureux d’elle, mais là.

Bref, j’en oublie toute la partie de l’intrigue sur Sophie et Valentina, probablement parce que ça m’a moins plu que le reste. Elles sont amenées à la soirée de la gamine influenceuse la plus exécrable et cliché possible, et la gamine finit par répondre correctement à leur chantage quand elles la menacent de révéler qu’elle s’est droguée après avoir volé les pilules de Valentina – sauf que l’ado ne s’est pas du tout drogué, c’est juste un placebo.

Il faut surtout en retenir que la série essaie de nous intégrer le coup de la chèvre avec un Halloween 2018 dont Sophie ne parlera soi-disant jamais (ça viendra forcément vu la longueur de la saison 2 annoncée) et que l’amitié entre Valentina et Sophie se développe autour d’une nouvelle intrigue sympathique sur le fait de ne plus se mentir – Val n’est pas si heureuse que ça dans son job, mais elle aide Sophie à progresser dans le sien.

Et Drew ? Et la vie sentimentale de Sophie ? On n’est tout de même pas là pour que Sophie raconte à son fils comment elle a rencontré son père, si ?

How I met your father – S01E06

Épisode 6 – Stacey – 11/20
Les personnages ont à peine le temps de se trouver un équilibre en tant que groupes – et en tant que personnages individuels d’ailleurs – qu’ils sont déjà déséquilibrés par des décisions douteuses de la part des scénaristes. Si l’humour semble plus fluide dans cet épisode, on a tout de même du mal à cerner les vraies intentions et à être vraiment amusé.

Spoilers

Hannah et Sid invitent Sophie et Drew à un week-end romantique ; Charles et Ellen organisent la première soirée chez eux.

Cool euphemism for pathetically single

Hannah, la fiancée de Sid revient en ville parce que Sid et elle doivent se rendre en week-end pour préparer le mariage. Ils invitent au passage Sophie et Drew, parce que ça fait déjà un mois que ces deux-là sortent ensemble apparemment.

Je ne vais pas chercher plus loin que ça et me contenter de regarder l’épisode, je crois qu’on a déjà établi que la série n’avait pas trop de cohérence ? Je me le suis établi tout seul en tout cas, et la série ne fait que le confirmer quand elle nous apprend ensuite que Sophie n’a toujours pas couché avec Drew après un mois. Avec une colocataire comme Valentina, racontant tous ses exploits sexuels, ne le découvrant qu’au détour d’une conversation avec Sophie.

De toute manière, peu importe, ce n’est pas le sujet de l’épisode. Le sujet de l’épisode, c’est qu’Hannah annonce à tout le groupe qu’elle part en week-end avec Stacey et Drew, en parlant de Sophie. Stacey, bien sûr, est l’ex de Drew avec qui Hannah s’entendait bien et que Valentina ne met pas longtemps à retrouver sur Instagram.

C’est la pire idée possible : elle montre les photos à Sophie, qui se met aussitôt à se comparer à cette Stacey qu’on voit à peine. L’idée fixe de Sophie pendant tout l’épisode ? Eh bien, c’est que Drew est déjà venu auparavant dans le restaurant où Sid et Hannah les traînent. Par conséquent, elle essaie d’avoir la vérité de sa part, mais il lui assure n’être jamais venu… et ça, c’est une grossière erreur. Il est assez évident que ça l’est d’ailleurs, mais bon, allez comprendre pourquoi, Drew continue de mentir pendant que Sophie mène une enquête ridicule.

Elle prend donc une photo du livre d’or de l’hôtel dans lequel Stacey a signé pour l’envoyer à Valentina, mais elle se démerde pour l’envoyer à… Stacey elle-même. Alors dans aucun monde ça ne peut arriver ? Genre pourquoi suivrait-elle Stacey, pourquoi pourrait-elle lui envoyer un message si simplement et rapidement et surtout pourquoi Stacey se prendrait-elle ensuite la peine d’envoyer un message à Drew pour lui dire que Sophie est folle ?

À la rigueur, sur un coup comme ça, je la verrais plus critiquer Drew que Sophie ? Pendant ce temps, le week-end se passe mal pour Sid également, parce qu’il raconte qu’il a laissé tomber ses études sur un coup de tête pour ouvrir un bar, et ça rappelle à Hannah qu’elle n’est pas si à l’aise que ça avec cette idée. Euh, il serait temps d’en parler effectivement.

Pourtant, c’est de Sophie que Sid s’occupe. Celle-ci révèle alors qu’elle n’a jamais eu de relation suffisamment sérieuse dans sa vie pour avoir un ex comme Stacey l’est pour Drew. C’est intéressant. Enfin ! Voilà une scène qui permet de vraiment construire le personnage de Sophie – et en plus, ça permet aussi de faire le point sur Sid et son amitié avec. Il lui confie ainsi son erreur vis-à-vis d’Hannah, même s’il ne regrette pas d’avoir racheté le bar dans lequel il étudiait alors qu’il ne pouvait pas être médecin lui-même.

Finalement, tout se termine bien pour les deux couples, avec Sid qui se fait pardonner et Drew qui révèle à Sophie que Stacey voulait tout le temps des photos sur instagram, ce qui le saoulait trop. Mouais. C’est rapide comme résolution.

Du côté de la construction de l’épisode, on est sur une formule assez classique : la première scène introduit les enjeux de l’épisode et les intrigues. Outre cette intrigue de week-end pour préparer un mariage, il y a donc aussi la première soirée organisée par Charles et Ellen, parce qu’ils vivent ensemble depuis plus d’un mois mais n’ont jamais invité personne alors qu’ils entrent sans frapper dans l’appartement de Sid et Jesse dans à peu près chaque épisode. Makes sense.

Bref, peu importe, hein, ce qui est important est que Charles veut absolument que tout se passe bien sans que ce ne soit trop possible puisqu’il n’a pas acheté de nourriture. De toute manière, il y a deux raisons qui font que ça va mal se passer : Mia, la nouvelle conquête de Jesse, débarque et ça permet à Ellen de se rendre compte qu’elle a déjà couché avec alors que Valentina assure qu’il n’y a pas de mal à parler des ex… jusqu’à ce que Charles révèle qu’il a déménagé plusieurs fois à l’autre bout du monde pour suive une fille.

Pas de bol, Valentina se rend compte que si, elle est jalouse elle aussi. La soirée tourne mal très rapidement, mais ça permet au moins de bonnes blagues. J’ai bien accroché à la manière dont Mia est insupportable avec son activisme et dont sa coucherie avec Ellen est révélée à Jesse. Cela donnait l’impression d’être bien écrit, et ça montrait aussi que les personnages trouvaient un peu plus leur rythme.

Valentina s’énerve assez vite contre Charles, et on s’amuse bien jusqu’à ce que ça vire au drama. Il finit par brûler son passeport pour prouver qu’il n’ira nulle part (mais du coup, il n’a plus de papier ????) et elle lui avoue qu’elle réagit un peu trop intensément parce qu’elle est amoureuse de lui. Allons bon. Ca aussi, c’est rapide. Mais peut-être pas aussi rapide que la manière dont les scénaristes évacuent la question posée à Jesse sur ses sentiments pour Sophie…

How I met your father – S01E05

Épisode 5 – The Good Mom – 07/20
Je veux bien être compréhensif face à une série qui a besoin de temps pour s’établir, mais je ne comprends pas comment un casting aussi parfait peut être aussi mal exploité et comment personne n’a pu se rendre compte à quel point la série était désastreuse. Elle tente d’être drôle, mais tous les gags tombent à l’eau tellement il manque de fluidité et de cohérence. Genre, ça ne se passerait jamais comme ça, et sans un brin de crédibilité, ça ne peut pas être drôle ?

Spoilers

La mère de Sophie débarque à l’improviste dans la vie de sa fille.

Not anymore. She’s full of dead.

Je sais que le but d’un #WESéries est plutôt de gagner des minutes avec de longs épisodes, mais bon, j’ai trois épisodes de retard dans cette série, alors bon, il faut que je me rattrape. Et ce n’est pas gagné, parce que les épisodes ont beau être court, je sens que ça va être long en ressenti. Cet épisode commence par une blague absolument pas drôle sur les parents des autres et sur Sophie, et bon, non merci.

L’avantage des scènes de Kim Cattral ? Elles ne durent pas trop longtemps non plus. On repart donc assez vite dans l’histoire se déroulant en 2022, et on rencontre ainsi la mère de Sophie. Ils ne traînent pas à ajouter ce personnage à la série dis-donc, mais une fois de plus le casting est parfait : Paget Brewster. Oui, Paget en mère pour Sophie ??? C’est compliqué d’y croire, mais faisons comme si.

Je ne comprends absolument pas la relation entre Sophie et sa mère, en plus, parce qu’elle semble saoulée de la voir débarquer à l’improviste pour son anniversaire (avec une semaine de retard, donc), mais… elle est aussitôt motivée à l’inviter au bar de Jesse ?

C’est ridicule, personne ne ferait ça ? Et en plus, on voit assez vite que Sid connaît déjà la mère de Sophie, mais tout le monde s’en fout ? Et on reprend de vieux gags comme s’ils étaient déjà établis dans la série alors qu’on ne les a jamais vus avant ?

Bref, ce n’est que le début d’une longue liste de choses qui ne vont pas avec Lori, la mère de Sophie. Soyons clairs : tout l’épisode est de plus en plus ridicule à partir de là. Sophie annule ses plans avec Drew (qui n’est absolument pas drôle) parce que sa mère veut lui présenter Ash, son nouveau mec. Cela inquiète Sophie parce que sa mère choisit toujours de mauvais mecs selon elle… mais tout va bien quand elle rencontre Ash, un jeune rappeur de 27 ans. Elle s’inquiétait de voir sa mère dans les bras d’un homme plus vieux mais ça lui va de la voir avec un homme plus jeune que Sophie elle-même ?

Alors. Admettons ? Je ne sais pas quoi en penser. Pour ne rien arranger, on découvre ensuite que Lori couche avec le manager d’Ash, et ça permet à Valentina de faire comprendre à Sophie que le problème dans les relations de sa mère vient peut-être de sa mère elle-même. Pourquoi pas, ça fait une idée de scénario intéressante… mais qu’est-ce que c’est mal écrit.

Cela fonctionne au moins de voir Sophie nous expliquer qu’il était important pour elle de confronter sa mère et d’ouvrir les yeux sur son enfance compliquée par la présence de sa mère. Bref, ils ont eu Paget Brewster et ils n’en ont rien fait. OK.

Vous vous souvenez quand j’écrivais que Sid connaissait la mère de Sophie ? C’est une ancienne mannequin, et il s’est masturbée devant une photo d’elle pour la toute première fois en tant qu’adolescent… mais pas avant d’avoir tué son hamster parce que c’est… rigolo ? J’espère que ces points de suspension et mon point d’interrogation transmettent à la fois mon dégoût et mon incompréhension la plus totale face à cette idée de scénario.

Autrement, l’épisode donne une intrigue à Ellen également. Je trouvais l’idée plutôt intéressante, parce que j’aime bien l’actrice et que tant qu’à faire, c’est celle qui est la plus bizarre du groupe, alors autant la suivre… mais… comment dire ? L’intrigue était encore plus gênante que la masturbation et le hamster mort de Sid, c’est dire.

Elle s’isole en effet pour passer une soirée devant sa télévision, mais sa soirée tombe à l’eau quand elle ouvre une tomate pourrie. Euh ? Outre la gueule de la tomate qui n’a rien de crédible, je crois que je n’ai jamais vu une actrice jouer aussi mal le dégoût ? Jusque-là, je l’aimais bien Ellen, mais là, vraiment, c’était raté. Et ce n’était que le début.

Elle sort de chez elle pour aller acheter d’autres tomates – sans prendre de sac ou manteau hein, donc elle a sa carte sur elle en permanence ? – mais tombe sur un serveur (vit-elle dans un hôtel ????) qui apporte des tomates, justement, au buffet de l’appartement d’en face. Un buffet ? La propriétaire de l’appartement est morte.

Il s’agit d’une femme âgée, mais elle avait une petite-fille qu’Ellen trouve tout à fait à son goût et qu’elle drague aussitôt. Drôle d’endroit pour draguer, elle le sait bien, mais elle fait comme si. Quand il s’agit d’expliquer comment elle connaît sa voisine, en revanche, elle explique qu’elles se connaissent car elles sont… meilleures amies ?

ALORS. Déjà, ce n’est pas drôle ? Ensuite, ça n’a aucun sens ? Dit que tu viens car c’est ta voisine et que tu es triste pour elle, ce sera déjà bien suffisant. Enfin, dans quel monde la petite-fille ne se rend-elle pas compte de l’arnaque ? Pourquoi trouve-t-elle normal de draguer à l’enterrement de sa grand-mère ?

Même l’idée finale avec Charles qui connaît les infos sur la grand-mère (sympa comme idée) et se plante finalement de voisine pourrait être sympa mais tombe à l’eau tellement c’est mal écrit. Enfin, ce n’est rien par rapport à l’intrigue de Jesse dans cet épisode. Confronté pour la première fois à la vidéo de sa demande en mariage foirée et à la scène sur laquelle cela est arrivé, tout ce qu’il parvient à faire, c’est de se ridiculiser à nouveau.

Et putain, là encore le casting est parfait : l’ex de Jesse, c’est tout de même Blair Waldorf xoxo. Et même elle, les scénaristes n’arrivent pas à s’en servir correctement ? Quelle tristesse. Je me raccroche encore à Charles, qui devient barman pour Sid, mais c’est mal barré. Ils passent même à côté de la blague sur le fait que Sophie soit sur la photo du poster de Sid adolescent – dans le ventre de sa mère, mais tout de même.