Marriage Vacation de « Pauline Turner Brooks » (Younger)

Salut les sériephiles !

Je l’ai déjà évoqué dans mes critiques de la saison 5 de Younger, la série a eu la brillante idée d’embaucher quelqu’un pour écrire LE fameux livre (et la page 58) discuté par tout le casting en saison 4 et 5. Cet article sera SANS SPOILER sur les derniers épisodes, parce que le livre a cette même politique vis-à-vis de la série (il peut être lu indépendamment). Inévitablement, je vais parler de la saison 4 en revanche, mais c’est tout ; vous n’aurez pas de grosse révélation non plus sur Marriage Vacation, pour laisser le plaisir de la découverte à ceux qui veulent le lire.

Quoiqu’il en soit, je trouve ça beaucoup trop bien : quand j’ai appris l’existence de Marriage Vacation, j’ai dit « génial », j’ai vu le prix (14€), je me suis dit que c’était moins génial donc que j’allais résisté à l’achat compulsif… Et deux minutes plus tard, j’avais fait ma commande Amazon et j’attendais impatiemment mon livre de 240 pages.

Image result for page 58 younger

Verdict ? J’ai adoré ! C’est assez fou, mais j’ai totalement retrouvé l’univers de la série dans ce qui est finalement un livre susceptible d’être un spin-off – certes, exit une bonne partie de l’humour et certains quiproquos, mais c’était très sympa. Comme prévu, on obtient donc le point de vue de Pauline sur son mariage et sur la manière dont celui-ci s’est encroûté. L’auteur fait un excellent travail à justifier les actions du personnage : ce n’est pourtant pas évident de nous faire accrocher au personnage de Kate (aka Pauline, donc) qui choisit d’abandonner mari et enfants pour partir en vacances imprévues, vacances que l’on sait appelées à se prolonger.

Après, il est clair et net que ça m’a aidé d’apprécier le personnage de Pauline dans la série – et l’actrice a également une voix bien à elle que j’avais parfois l’impression d’entendre en lisant. Cela ne m’était pas arrivé depuis le livre de Felicia Day d’avoir vraiment une voix dans ma tête pendant que je lis. Je ne suis pas schizo pour autant – pas autant que Pauline en tout cas, qui décide de s’appeler Kate, de faire de Charles un Karl, et de renommer ainsi tout le monde. M’enfin, on devine aisément qui est qui (la description des fringues de Kelsey m’a laissé mort de rire) et je ne comprends pas que Liza soit passée à côté de ça à la première lecture : elle est littéralement dans une (petite) scène du roman, et là aussi, j’avais sa voix en tête.

Voilà, je pense que ça se sent, je l’ai adoré et dévoré ce bouquin, et pourtant, Dieu sait que ce n’est pas du tout mon genre de littérature, surtout toute la partie romance et fleurs bleues là.

Related image

Panique pas comme ça Pauline, ton livre est quand même top. Pendant 240 pages, on est dans un monologue de sa part, elle nous raconte sa vie, mais heureusement elle mène une vie passionnante, une fois qu’elle se barre de sa vie de petite bourgeoise new-yorkaise – pour la Californie, d’abord, et d’autres destinations plus exotiques, ensuite.

Il y a même un moment, dans le premier quart du roman, où elle m’a donné envie de tout plaquer moi-même. Pourtant, je ne suis pas la cible principale du roman, pourtant, je ne suis pas du genre à tout plaquer, pourtant, elle ne fait que décrire sa vie de mère au foyer désespéré… mais ce qui la pousse finalement à partir est une envie de croquer la vie à pleines dents et une envie de se remettre à écrire. C’est forcément ça qui m’a parlé, écoutez.

Grosso modo, elle nous amène avec elle en voyage et elle écrit un roman qui passe souvent du coq à l’âne… de manière toujours hyper fluide et cohérente. On passe donc d’une scène sur ses vacances à un rêve de ce que pourrait être son futur quand elle rentrera à un flashback de sa vie passée, notamment à Paris… et la fameuse page 58 fait partie de ces flashbacks.

Image result for page 58 younger

Dans une lettre écrite à Charles (enfin, à Karl), le personnage principal explique ainsi ce qu’elle a aimé chez lui dès leur première rencontre et le mari fougueux qu’elle aimerait retrouver. Il y a quelques scènes sexuelles tout au long du roman, mais c’est de loin la plus détaillée – cela dit, après tout ce qu’ils en ont fait dans la série, ce n’était pas si… dingue. Enfin, une fois encore, ce n’est pas mon genre de littérature, mais ouais, le gif ci-dessus résume bien : il y a les Liza qui vont être en mode « wahou » et les Charles plutôt en mode « mais que suis-je en train de lire ? ». Dans tous les cas, il y a un compte à rebours interminable jusqu’à cette page quand on est lecteur !

Je trouve top que le livre reste tout le long « dans » l’univers de la série : à aucun moment nous n’avons le vrai nom de l’auteur, même les remerciements sont ceux de Pauline et on a le logo de Millenial Print, évidemment… En revanche, mais mon dieu, elle raconte toute sa vie et je détesterai être ami avec elle et me retrouver dans ce livre, parce qu’elle ne lésine pas dans les détails gênants. C’est le genre de roman qui mériterait que tout le monde lui tourne le dos dans la vie, parce qu’elle n’hésite pas à raconter des anecdotes intimes de la vie de certains de ses amis. Au secours, quoi !

IMG_20180626_192227_388

En bref, c’est un roman qui se lit plutôt vite, mais attention, il n’existe qu’une version anglaise pour l’instant, et je sais que ça peut en freiner certains. Le niveau n’est cependant pas très compliqué – un bon niveau scolaire (genre 12/13 au lycée)  et une grosse motivation/curiosité/envie peuvent suffire… mais je ne risque pas de dire autre chose, hein, je vous rappelle que même si je n’avais PAS DU TOUT le niveau pour, j’ai lu Harry Potter 7 en anglais à sa sortie, et ça s’est bien passé (en deux semaines et demi non stop, par contre). Je ne peux que conseiller d’essayer la lecture en anglais si vous avez des bases : ce n’est pas évident, mais ça fait progresser, et si vous lisez vraiment quelque chose que vous avez envie de lire… C’est un plaisir !

Exactement comme Marriage Vacation, donc, parce que ce n’est rien d’autre qu’un plaisir ce livre !

8 commentaires sur « Marriage Vacation de « Pauline Turner Brooks » (Younger) »

  1. J’ai jamais osé craquer… jusqu’à récemment, où j’ai acheté Pawnee: The Greatest Town in America par « Leslie Knope » de Parks and Recreation, qui m’a fait tellement rire. Depuis, je rêve d’agrandir ma collection 😀
    Mariage Vacation est définitivement sur ma liste !

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai l’impression que tu me parles à chaque fois que tu parles de Pauline c’est fort perturbant. Sinon tu me donnes envie de le lire. Et j’approuve pour le fait qu’il faut lire en anglais pour progresser, j’en sais quelque chose et ça m’a beaucoup aidé (et maintenant je lis autant de livres en anglais qu’en français).

    J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.