Petit coup de cœur pour Coherence

Salut les cinéphiles,

Je tiens absolument à écrire sur un film que je viens tout juste de terminer ce soir parce qu’il était dingue et… que je n’en avais jamais entendu parler ?

Une belle découverte totalement hasardeuse

Coherence - film 2013 - AlloCinéCoherence, je suis tombé dessus totalement par hasard. Je ne sais plus comment d’ailleurs, alors que je l’ai lancé il y a moins de deux heures… C’est dire l’état dans lequel il met.

Bon, je survends les choses, par contre. C’est un film pour ceux qui aiment se prendre la tête, pour ceux qui aiment les huis-clos et pour ceux qui aiment les bons gros délires de physique quantique… Quoique ça, ce n’est pas obligatoire, parce que le film peut se comprendre sans se prendre la tête aussi : il suffit de le regarder sans se poser trop de questions.

Réarranger son cerveau ?

C’est le sous-titre sur l’affiche ci-dessus… est-il si vrai que ça ? Humph. Côté scénario, c’est vraiment très simpliste : un dîner entre amis est interrompu par le passage d’une comète dans le ciel qui semble provoquer quelques réactions sur les appareils électroniques terrestres. Une coupure de courant force nos personnages à sortir dans la rue – où il remarque qu’une seule maison dans le quartier a du courant. Oui, mais les voisins ne sont pas tout à fait ce qu’on s’imagine. Pas besoin d’en dire plus pour ne pas spoiler.

COHÉRENCE de James Ward Byrkit : la critique du film

Peut-être que je peux ajouter que la majorité du casting est inconnue du grand public, y compris encore aujourd’hui, près de dix ans après la sortie du film. Le seul acteur connu est Nicholas Brendon, Alex/Xander dans Buffy. Et le pire, c’est que ce n’est certainement pas pour ça que j’ai regardé le film, parce que j’ai découvert son nom au générique au début du film. Ce n’est pas non plus ce qui fait que je vais le conseiller, parce que ce n’est pas un acteur que j’adore non plus ; je ne garde pas un souvenir impérissable des moments où je l’ai rencontré. D’ailleurs, je me demande si je n’avais pas entendu parler de ce film la deuxième fois…

Pourquoi c’est si bien alors ?

https://imgsrc.cineserie.com/2016/08/3479.jpgQu’importe. Qu’importe, parce que Coherence est le genre de film que j’aime vraiment. Par bien des aspects, il m’a rappelé un peu Triangle : on y suit une héroïne blonde plongée dans un délire un brin psychédélique qu’elle ne comprend pas. Par contre, on est moins dans l’horreur ici (quoique, il est tourné parfois comme tel) et plus dans la réflexion. Il faut donc s’accrocher – et accrocher au film surtout – pour ne pas en sortir frustré ou déçu. L’avantage, c’est que c’est facile à faire : le film nous plonge en immersion dans la peau de son héroïne, avec un début déjà bien long, caméra à l’épaule.

C’est aussi que c’est un film tourné sans budget ou presque : un peu comme Much Ado About Nothing, tout part d’un délire entre potes. Les acteurs n’avaient pas de dialogues, mais simplement des situations à jouer, et ils se sont retrouvés tous les soirs d’une semaine pour nous fournir ce qui est finalement un petit bijou. Alors certes, ça donne envie d’un peu plus d’explication et je n’ai pas forcément adhéré à la toute fin, mais en tout cas, ça donne un film qui m’aura bien captivé toute la soirée… Pourtant, il n’y a pas un seul de ces personnages avec qui j’aimerais passer une soirée.

Coherence - Film DTV (direct-to-video) (2013) - SensCritique

Besoin d’explications ?

Du côté des spoilers et de ceux qui voudraient une explication, elle n’est pas bien compliquée à comprendre et elle est donnée au cours du film d’une bonne manière, avec chaque fois des petits éléments intrigants pour reconstituer tout le puzzle. Il faut savoir que notre point d’ancrage pour le film est l’héroïne : c’est son histoire que nous suivons quoiqu’il arrive. Et il arrive plein de choses : chaque fois qu’un personnage traverse la zone obscure entre deux maisons, il se retrouve à changer de dimension (ou de plan, ou appelez ça comme vous voudrez).

Coherence (2013) par James Ward ByrkitAinsi, les deux premiers personnages qui partent ne reviennent jamais : ils sont remplacés par deux autres, similaires dans les choix faits (y compris la couleur des bracelets), mais différents malgré tout. Idem quand plus tard quatre d’entre eux s’en vont : ils ne reviennent pas dans la même maison, mais encore dans une autre, mixant encore les possibilités entre eux. L’enquête de l’héroïne est compliquée par le fait qu’elle ne connaisse pas tous les déplacements de ses amis, et on finit par oublier qui est qui nous-mêmes ; jusqu’à cette fin de film.

Bien sûr, si tout le monde était resté sur place et avait arrêté de se déplacer sans raison, tout aurait été plus simple. D’ailleurs, le dernier monde visité par l’héroïne est clairement le plus serein… mais bon, le film n’aurait pas été très intéressant dans ce cas-là. Et plus les personnages sortent de la maison, plus ils ont envie de sortir, en plus.

Coherence-movie-trailer - Taylor Holmes inc.

Méfiez-vous des apparences… et des détails !

Concrètement, ce n’est pas le film de l’année 2013 ; ce ne sera pas non plus celui de 2022 en ce qui me concerne, mais c’est un vrai coup de cœur parce que c’est le genre de film qui joue avec un concept que j’aime bien (ici, le chat de Schrödinger) et le fait suffisamment habilement pour que ça vaille la peine. En plus, je sais déjà que je le reverrai : je suis sûr d’avoir raté des détails et des pistes tellement il y en a tout du long. Vraiment, il y a un tas d’éléments qui paraissent anodins (notamment dans la conversation au début – eh, il est mignon ce vase) et qui prennent sens plus tard dans le film. Bref, le genre de film face auquel on doit toujours découvrir de nouvelles choses et de nouveaux éléments : et ça, j’adore.

Quoi de vieux ? #20

Salut les sériephiles,

J’espérais avoir réglé mes problèmes de WordPress à temps pour cet article, mais la vérité est qu’il est beaucoup trop tard pour espérer pouvoir publier cet article dans les temps. Bref, il va finir dans la file d’attente avec les autres, même si j’en suis arrivé à la conclusion qu’il faudra peut-être que je les publie par deux, pour pouvoir avoir les liens utiles entre les articles – parce que bon, c’est bien beau de faire un récap de la semaine, mais il faut avoir des choses à écrire dessus tout de même.

Autrement, j’ai l’impression qu’on est déjà en été quand je vois la météo et franchement, j’en suis plutôt heureux. Bien sûr, il m’a fallu du temps pour me remettre de mon insolation, mais à part ça, c’est agréable tout de même de prendre le soleil et de sentir la chaleur. 

Et sinon, quoi de neuf sur le blog ?

Comme il y a de moins en moins d’articles que j’arrive à publier, il y a de moins en moins de gens sur le blog… mais ce n’est pas le désert non plus, car vous êtes plusieurs centaines à continuer de passer. Merci beaucoup ! S’il y a bien une chose qui motive à continuer le blog en ce moment, c’est bien de voir qu’il y a toujours du monde pour lire mes anciens articles. Je me dis que ça fera plaisir d’en voir de nouveaux à un moment ou un autre.

Oui, après, je ne vais pas tout à fait mentir non plus. Autant ils sont toujours en file d’attente, autant je dois bien avouer que je commence à prendre de nouvelles habitudes. Je ne regarde plus de séries et elles n’ont même pas le temps de me manquer : la chaleur donne plutôt envie de sortir que de rester bloqué à se prendre la tête sur un éditeur de blog qui ne veut plus éditer. Mais là, je commence à me répéter beaucoup trop, ça fait deux semaines que ça pop dans les articles de temps à autres (bon, encore faut-il que je publie les articles pour que ce soit redondant, vous me direz).

Quelques infos-clés :

  • 3 articles publiés la semaine dernière, mais sept en attente de publication.
  • 2 épisodes vus, autant de critiques sur le blog.
  • 4 commentaires (+2).
  • La performance de la semaine est… Kelli Giddish (#188)
  • Heureusement que Zendaya maintient le blog à flot avec toujours plein de vues sur les articles concernant…

 

the mist c bien

Alors euh… non. C’est tout ce que j’ai à en dire, non, vraiment, ce n’était pas bien du tout.

 

Les articles les plus lus :


Très peu de surprise pour cette semaine dans le classement… mais tout de même content de voir la nouvelle grille de Bingo se frayer une place dans le top de la semaine. Franchement, c’est d’autant plus inattendu que la grille a été rédigée bien plus rapidement que d’habitude et que la couverture n’est toujours pas la bonne. Une fois de plus, ma priorité quand j’ai du temps libre est d’écrire les articles (puis de les publier).

Pour le reste, les articles qui fonctionnent sont toujours les mêmes, et c’est plutôt chouettes de voir que mon idée de proposer des résumés d’un peu tout ce que je regarde continue d’être une bonne manière d’échanger avec des fans. Bon, après, j’ai encore besoin de prendre le temps de répondre aux commentaires pour ça, ou de continuer à en publier. Eh, j’ai toujours Twitter, c’est déjà ça !




Et avant de partir, ne manquez pas…

Je sais, il y avait peu d’articles, donc vous n’avez rien manqué… mais au cas où, et la postérité :

Dix jours sans article ?!

Salut les sériephiles, Si vous me suivez sur Twitter, vous savez déjà que je ne suis pas mort, mais c’est à peu près le seul signe de vie que vous avez reçu de moi ces dix derniers jours. Ce n’est pas tellement que je n’ai pas eu le temps d’écrire les articles, bien au contraire,… Plus

Bonne semaine à tous !

 

Kelli Giddish (#188)

Salut les sériephiles,

J’ai possiblement regardé un épisode juste pour le principe hier soir (dimanche 15), et forcément, il faut donc que je sélectionne dans ce que j’ai regardé une performance de la semaine. QUi mieux qu’Amanda Rollins pour faire l’affaire ?

Amanda Rollins Kelli Giddish GIF - Amanda Rollins Kelli Giddish Svu -  Discover & Share GIFs

Kelli Giddish

 
La série : New-YORK UNITÉ SPÉCIALE
L’épisode concerné : S23E13

Pourquoi ?

Les articles performances se suivent et se ressemblent : à défaut de regarder beaucoup de séries en ce moment, je me retrouve évidemment à sélectionner mes performances dans des séries procédurales où les acteurs n’ont pas toujours de quoi se démarquer. Ce n’est pas grave, j’avais envie de parler de cette actrice, parce que le destin fait bien les choses.

Crying Hopeless GIF - Crying Hopeless Breaking Down - Discover & Share GIFsEn fait, je n’aimais pas du tout le personnage d’Amanda quand je regardais d’un œil encore plus distrait et lointain la série. C’est bien simple : je trouvais que l’actrice jouait plutôt mal, à avoir toujours les deux mêmes expressions… mais c’était un peu le problème du scénario aussi. Encore aujourd’hui, il y a beaucoup d’épisodes où elle est limitée à ce duo de compassion/énervement qui revient à chaque fois et qui est certes efficace, mais un peu frustrant.

Permanently Tired — Rollins + Carisi 22x04Seulement, avec le temps, la série a décidé de… se sérialiser ? On a de plus en plus souvent des incursions dans la vie privée des détectives du SVU, et c’est de nouveau le cas avec cet épisode. Cela est plutôt une bonne chose, car ça permet de voir l’actrice évoluer différemment. Elle est désormais une maman et une amante, et ça change beaucoup de choses dans son jeu.

amanda rollins x sonny carisi | Explore Tumblr Posts and Blogs | TumgirEt comme on ne se refait pas avec le temps, je dois souligner que j’aime bien les épisodes qui la développent en tant que personne, même si beaucoup détestent l’idée. C’est une bonne chose, et son couple avec Carisi fonctionne vraiment bien avec moi. C’est super cliché, souvent prévisible, mais la romance est efficace. Elle n’avance pas du tout, elle est discrète, mais le pas de géant du dernier épisode que j’ai pu voir hier soir me plaît et devrait permettre de débloquer un peu certains événements. Il était temps.


Vue aussi dans :

Écoutez, c’est marrant, parce que contrairement à l’article de la semaine dernière (qu’il faut toujours que je publie bordel), je découvre que je ne l’ai jamais vue nulle part ailleurs alors que j’étais à peu près sûr qu’elle avait joué ailleurs dans une série que je regardais (quelque chose du type The Inside, jamais revu). Et c’est d’autant plus marrant que j’ai déjà vu l’enfant ailleurs, mais pas elle ?

No Matter What" "Always" "Always" GIF | GfycatBref, j’imagine que j’avais en tête son visage plus jeune depuis ses premières apparitions dans cette série, qui datent tout de même de 2007. En attendant, consulter sa page IMDB me permet de découvrir que la chaîne a fait fort dans les crossovers, puisqu’elle est aussi passée par l’univers des séries Chicago. Je ne le savais pas du tout que ça avait existé… et ça a l’air d’être des épisodes qui ont remué les personnages quand même.

Eh, c’est le problème quand on débarque en pleine saison 21 d’une série et qu’on se décide à la regarder sans voir ce qu’il se passait avant ?


L’info en + :

Puisqu’on parle de crossovers, je dois souligner que je ne suis pas ravi d’avoir vu passer l’info qu’il y en avait encore eu un avant la fin de saison. En effet, Olivia s’est retrouvée à bosser de nouveau avec Stabler… et ça me soule. Il faut bien le dire, le duo fonctionne super bien, mais comme j’ai détesté le peu que j’ai vu d’Organized Crimes, j’ai un peu la flemme. 

M’enfin, là encore, c’est le problème de se mettre à regarder une série qui a plus de vingt saisons au compteur, j’imagine. Difficile en 2022 de se passer de crossovers, je crois, et les upfronts le confirment une fois de plus.


Voir aussi : Les performances des semaines précédentes

Dix jours sans article ?!

Salut les sériephiles,

Si vous me suivez sur Twitter, vous savez déjà que je ne suis pas mort, mais c’est à peu près le seul signe de vie que vous avez reçu de moi ces dix derniers jours. Ce n’est pas tellement que je n’ai pas eu le temps d’écrire les articles, bien au contraire, c’est que j’ai eu des soucis de connexion et surtout des problèmes avec l’éditeur WordPress. Rien que d’ouvrir l’éditeur pour publier cet article m’a donné envie de péter mon ordinateur.

Ce qui me rassure un peu, c’est de voir qu’il y a toujours pas mal de vues ici, malgré mon absence. L’autre point rassurant, c’est que mes articles sont écrits de toute manière, bien au chaud sur mon ordinateur. Il faut juste que je prenne le temps de les poster comme je vous le disais lundi dernier. Le truc, c’est que ce n’est pas si simple : le soleil est de retour ici, la chaleur aussi (il fait présentement 28°C à l’extérieur) et j’ai littéralement passé plus de temps à gérer plein d’autres choses que le blog.

J’en suis à me demander comment j’ai pu faire pour réussir à publier chaque jour pendant tant de temps et d’un coup tout abandonner. Ce n’est pas faute d’avoir prévu à de nombreuses reprises, cependant : j’ai pris goût au fait de ne pas avoir à me prendre la tête sur WordPress pour la publication ; j’ai aussi eu l’effet que je craignais : quitte à avoir raté un article quand Ludo était là pour profiter des vacances, autant en rater plusieurs, non ?

Seulement plus j’en rate, plus le temps pour tout rattraper est grand. Me voilà donc avec dix jours d’articles à publier là, et zéro épisode vu cette semaine pour tout arranger. On va faire comme si de rien n’était et revenir avec des articles qui seront publiés régulièrement dans les prochaines heures, jusqu’à ce que je me lasse de me prendre la tête avec WordPress. C’est quand même plus simple comme ça – et ça veut dire qu’il y en aura peut-être certains qui attendront que je me réveille dans la semaine, et puis tant pis.

Si vous en voulez la liste, elle est déjà prête, parce que tout est dans mes brouillons WordPress, je vous rassure :

Vous voyez, je ne manquais pas d’idées pendant ces dix jours et ma créativité va toujours bien. J’éditerai la liste ci-dessus avec des liens au fur et à mesure quand les articles seront publiés, mais je ne sais pas du tout si tout se fera ce soir, surtout que je suis aussi devant The Magicians. Je me suis dit que c’était l’occasion de reprendre mon rewatch, après tout, quitte à n’avoir rien publié pendant tant de temps et être coincé dans de la mise en page, autant en profiter pour voir quelques épisodes en fond sonore.

Ah, et je précise également que les articles seront publiés dans le passé, tant qu’à faire : j’ai créé chaque jour le brouillon pour ne pas perdre ma série de plus de deux ans avec un article par jour. C’est un peu artificiel, je sais bien, mais au lieu d’être trois ans de publication quotidienne, ce sera désormais trois ans d’écriture quotidienne à la prochaine étape.

Franchement, c’est déjà pas mal, je trouve. Quant à la suite à donner à ce blog… J’avoue que je ne suis pas certain de continuer à publier chaque jour maintenant que j’ai pris goût au soleil – un peu trop si j’en crois mon insolation récente – mais je vous rassure : les idées d’articles sont toujours là. C’est juste que la lecture sera moins régulière ? Probablement, ça va faire mal aux stats de tout publier le même jour. Ou alors je me reprends en main, merde, ce n’était pas si compliqué que ça à tenir, non ?

L’avenir nous le dira – mais pour l’instant, on va se concentrer sur le passé pour quelques heures !