Bilan séries juillet 2020

Salut les sériephiles,

Nous approchons à grands pas de la moitié du mois, déjà, il est donc plus que temps que je prenne le temps de faire le bilan des saisons terminées au mois de juillet ! Ouep, je me suis laissé déborder par le Bingo et le #WESéries dans le planning, mais nous y voilà, je peux faire le tour des saisons terminées en juillet. Ce qui est ironique, c’est que je pense en avoir déjà terminé quasiment autant en août qu’en juillet, mais bon, là n’est pas la question ! Voici donc ce qu’il s’est passé en juillet sur le blog :

500

Séries annulées

Council of Dads (S01) – Si elle n’avait rien de grandiose ou de tout à fait originale, cette saison était très sympathique et a réussi rapidement à me faire accrocher à ses nombreux personnages. Toute la famille m’a accompagné durant le confinement et c’était un vrai plaisir de retrouver des acteurs comme Sarah Wayne Callies et J. August Richards à l’écran. Malheureusement, la série est annulée… Heureusement, la majorité des intrigues de la saison ont une conclusion et le cliffhanger est une simple fin ouverte qui nous permet de choisir ce qui arrivera à l’un des personnages. Ce n’est donc pas dérangeant, et c’est tant mieux. Note moyenne : 16,5/20

Blindspot (S05) – C’est la bonne surprise de cette saison ! La série marque la surprise avec une dernière saison très réussie, car elle est beaucoup plus intense. Avec deux fois moins d’épisodes que d’habitude, les scénaristes ont dû condenser leur fil rouge en un minimum de temps ce qui fait qu’une fois l’introduction un peu faible de la saison passée, on est embarqué dans une suite de rebondissements qui fonctionnent plutôt bien. De plus, c’est toujours un plaisir de voir être développés deux personnages qui sauvaient la série à mes yeux. La fin ? Je l’ai adorée malgré des facilités énormes, et ça, ce n’était pas gagné avec cette série qui m’a plus souvent fait lever les yeux au ciel que scotcher mes fesses au canapé. Note moyenne : 17/20, improbable !!

202

Séries renouvelées

9-1-1 (S03)Mieux vaut tard que jamais et c’est effectivement chaque année un peu plus tard que je me décide à achever mon rattrapage de cette série. Rien de bien nouveau à l’horizon, on continue sur la même lancée. Certains arcs étaient vraiment intéressants, l’ensemble avance trop rapidement et donne bien souvent un goût de « tout ça pour ça ? », surtout lorsque des personnages sont totalement négligés, mais il y a toujours autant de scènes impressionnantes et marquantes. Par contre, autant ça passe bien en bingewatching, autant à voir à la semaine, je pense que ça me lasse à cause des personnages exploités inégalement. Note moyenne : 16,5/20

In the Dark (S02) – Si j’avais beaucoup aimé la première saison, cette seconde saison est un coup de cœur tant les scénaristes ont compris qu’il fallait mettre leurs excellents personnages au cœur du scénario. Les répliques exceptionnelles font mouche à chaque fois, l’intrigue n’invente rien mais est toujours fluide et les différents arcs de chaque personnage se recoupent à chaque fois avec beaucoup de brio. C’est un plaisir à déguster, tout simplement, et je suis content d’avoir constaté que j’avais motivé certains lecteurs du blog à la regarder à force d’en parler ! Note moyenne : 18,5/20

The Rookie (S02) – C’est tout le problème des séries procédurales, je sais bien, mais vraiment c’est une série inégale : il y a des épisodes géniaux et d’autres qui sont oubliés aussitôt qu’ils sont vus. C’est bien dommage, parce qu’ils traitent plusieurs intrigues en fil rouge sur plusieurs épisodes, mais qu’on ne sait jamais avant de commencer si l’épisode va être passionnant ou optionnel. Dans l’ensemble, ça reste bien et de qualité constante par rapport à la saison 1. C’est parfois un brin trop prévisible, tout de même ! Note moyenne : 16/20

110

Challenge Séries

Gentleman Jack (S01) – Autant dire que mieux vaut tard que jamais avec celle-ci ! J’ai mis six mois à en venir à bout alors qu’il n’y avait que huit épisodes et que j’ai adoré… Pourquoi ? Le rythme y est hyper rapide, les critiques n’étaient pas faciles à écrire et demandaient une certaine énergie, tout de même. Il faut dire que le personnage d’Anne Lister regorge d’énergie et d’idées toutes plus épuisantes les unes que les autres. Là encore, c’est une série que je conseille pour sa qualité d’écriture et le brio de son casting. S’il vous en faut une preuve, dites-vous que c’est une série historique et que je suis resté jusqu’au bout alors que je déteste ça habituellement ! Note moyenne : 17,5/20

Riverdale (S01) – Et c’est le drame, on termine l’article avec la fin de cette saison vraiment pas exceptionnelle, loin s’en faut. Je m’attendais à beaucoup mieux pour plusieurs raisons, à commencer par le fait que tout le monde la décrive comme la meilleure saison de la série (gloups). Je ne comprends pas le buzz autour de la série. Ca se regarde et c’est marrant, c’est vrai… mais ça se prend au sérieux, alors ça ne devrait pas être marrant. Je dois me faire vieux, finalement. Note moyenne : 14,5/20

Pas de quoi rougir de ce mois de juillet, pas de quoi être hyper fier non plus, après tout, en période de vacances, j’aurais peut-être pu en avaler davantage des épisodes. Ce n’est pas grave, j’avance déjà dans la liste de tout ce que j’ai envie de regarder, donc je suis content !

Bingo Séries #41

Salut les sériephiles,

C’est un petit été pour le Bingo Séries, avec un seul gagnant pour la grille de Juillet pour l’instant (bravo !), même si j’ai bon espoir de réussir à la terminer moi aussi avant d’entamer la suivante, que je vous propose dans cet article ! Elle me paraissait simple cette grille, mais elle en a laissé plus d’un hagard… Espérons que la nouvelle nous portera plus de chance, même si je l’ai un peu corsée pour éviter d’avoir trop de gagnants d’ici dimanche, avec le #WESéries qui devrait permettre de bien avancer, tout de même !

N’hésitez pas à poster dans les commentaires ou à me contacter sur Twitter (@ShipouJG) s’il vous reste des questions après lecture de cet article !

Pour rappel, vous trouverez dans cet article une liste de 20 choses à accomplir ou voir tout en regardant des épisodes de séries que vous n’avez jamais vus auparavant, du 7 août au 7 septembre 2020. Le but ? S’amuser entre sériephiles et parler sans spoiler, ici, sur vos blogs, sur Twitter, sur la page Facebook du blog, partout quoi. Pour réussir le bingo, il faut avoir la moyenne, donc au moins dix items validés. Et pour avoir son mot à dire ? Il faut le compléter, avec un joli 20/20 ! Le premier à compléter le bingo choisit trois thèmes qu’il classe par ordre de préférence, le deuxième peut conserver ou virer son troisième choix, le troisième peut conserver ou virer son deuxième choix.

N’oubliez pas d’indiquer les spoilers éventuels quand vous communiquez vos points sur Twitter, vos blogs, etc. La participation est ouverte à tous, à n’importe quel moment du mois et il suffit d’un 10/20 pour valider la grille ; le reste, c’est pour la frime.

Comme d’hab, un personnage est quelqu’un qui parle dans l’épisode ou a déjà parlé dans la série ; « quelqu’un » fait aussi référence aux figurants. Un même épisode ne peut pas servir deux fois dans le même thème et il y a un « point bonus » pour vous aider à finir la grille plus vite.

Météo estivale

Je sais, je me répète plus ou moins chaque été avec ce genre de points, mais ils sont incontournables de la période, que voulez-vous ? En plus, la grille est assez compliquée comme ça, permettons-nous des points faciles !

  1. Un personnage ébloui par le soleil : Grand classique des séries avec sortie de confinement, ce point peut être aussi facile que difficile selon vos visionnages. Un personnage qui sort et met des lunettes de soleil à l’écran, ça fonctionne aussi… mais on doit le voir mettre les lunettes de soleil, sinon ça ne fonctionne pas.
  2. Un personnage a besoin de s’hydrater : On commence dans les (nombreux) marchandages à venir avec cette grille, mais l’idée est d’avoir un personnage qui a vraiment besoin de boire de l’eau, pas juste quelqu’un qui se sert un verre parce qu’il a soif. Non, il faut que ça fasse quelques jours qu’il n’a pas bu ou qu’il soit en plein désert ou qu’il soit infecté par un virus alien qui le vide de son eau. Bref, l’hydratation est absolument nécessaire et peut même être offerte par l’hôpital.
  3. Un orage éclate : Rien ne vaut l’ambiance lourde des orages estivaux qui viennent et vont, non ? Je ne demande pas forcément que ce soit l’été dans votre série (mais ce serait mieux quand même), mais juste que l’orage éclate : on doit au minimum entendre le tonnerre gronder donc, sinon ça ne fonctionne pas du tout, vous vous en doutez ; avec un éclair, c’est bien vu également !
  4. Une vague de chaleur : Elle peut être naturelle ou artificielle (radiations, notamment) mais tous les personnages de la série et leur environnement doivent se prendre un coup de chaud au cours de l’épisode. Comme c’est un point compliqué, on notera que certaines séries (coucou Smallville) propose ça comme pouvoir à un personnage, et auquel cas, ça peut fonctionner aussi un personnage qui réchauffe quelque chose ou quelqu’un par ses yeux ou ses mains et grâce à des pouvoirs… si et seulement si la vague de chaleur qu’il provoque est visible. Enfin, une explosion provoque aussi une onde de choc qui peut être considérée comme une vague de chaleur si on la voit bien visuellement (c’est rarement le cas si c’est une voiture qui explose, ça l’est plus souvent en cas d’explosion de bâtiment, ce qu’on a tous eu l’occasion de voir récemment malheureusement). Bref, une vague de chaleur à l’échelle de l’environnement OU une vague de chaleur visuellement visible (tautologie !).

Luxe

Bravo à Geeleek d’avoir réussi à finir cette grille en premier, et plutôt en avance en plus ! Cela lui a permis pour la première fois de choisir un thème, et voilà donc ce avec quoi il a voulu nous faire jouer ce mois-ci…

  1. Une voiture de luxe est vue à l’écran: Je vois d’ici les débats qui vont me tomber dessus parce qu’on aura pas tous la même définition de voiture de luxe, mais notons donc qu’il faut une voiture d’une marque vraiment chère (Mercedes, Tesla) ou une voiture futuriste (type Batmobile) là où tous les autres personnages ont des voitures normales. Par contre, une voiture futuriste dans une série futuriste, ça n’a rien de luxueux sauf s’il est indiqué que le personnage a la voiture la plus chère du marché.
  2. Des bijoux de luxe vus à l’écran: Même combat, en fait… un joli collier ou même une bague de fiançailles tout ce qu’il y a de plus banal, ce n’est pas du luxe. Par contre, le braquage d’une rivière de diamants dans une bijouterie, là, c’est bingo. Ne soyez pas de mauvaise foi en validant le point, vous savez faire la différence entre des pierres très précieuses et des bijoux Claire’s. Je n’ai rien contre Claire’s, hein, mais on cherche de quoi faire rêver Blair Waldorf !
  3. Une villa à la taille disproportionnée par rapport à son nombre d’habitants : Oh, Lucifer, je compte tant sur tes enquêtes pour me rapporter ce point ! C’est un truc très classique des séries, en vrai, surtout quand ça se passe du côté de Los Angeles (ou de St Tropez souuuuuus le soleil), de nous montrer des villas immenses occupées par un célibataire ou un couple sans enfant. Là encore, on n’a pas tous la même définition de « taille disproportionnée », je sais bien, mais à partir du moment où la chambre fait la taille d’un salon et le salon d’une maison, avec vue imprenable et piscine de la taille d’une salle à manger, vous savez que vous êtes bons pour valider le point.
  4. Une salle de vente aux enchères: C’est le point un peu compliqué de ce thème et je suis dégoûté de l’avoir vu dans un de mes épisodes de la semaine dernière parce que je ne suis pas convaincu d’en revoir une de sitôt. Il faut bien des points compliqués… Personnellement, il n’y a que dans des séries que j’assiste à des ventes aux enchères de toute manière. Et comme je sens que vous allez marchander comme dans une enchère, je parle bien d’une salle de vente, une vente avec enchères au marché du coin, ça ne marche pas. En revanche, la salle de vente sans la moindre vente, ça fonctionne, si jamais vous devez tomber là-dessus sur un malentendu…

Panne

Le combat fut acharné sur Twitter entre vingt personnes ayant pris le temps de venir voter (merci), mais c’est finalement la panne qui a eu le plus de votes (deux de plus que les autres, en fait). Un brin redondant avec le thème échec du mois dernier, mais ça devrait le faire !

  1. Une panne de voiture : Super, le coup de la panne, il ne manquait plus que ça dans une grille de Bingo ! On va prendre « panne » au sens large, le pneu crevé, ça passe (purée, ça aussi je l’ai eu ces quinze derniers jours !) ; la voiture emmenée au garage sans qu’on ne puisse voir à l’écran la panne, ça passe aussi.
  2. Une panne d’électricité (ou coupure de courant imprévue) : Je me trolle moi-même, j’ai aussi eu ça cette semaine dans une série. Quand les lumières s’éteignent d’un coup et que les écrans d’ordinateur deviennent tous noirs pour une raison ou une autre, ça fonctionne. Notons que les vaisseaux spatiaux qui n’ont plus d’énergie d’un coup, ça marche aussi (on sait jamais). Il faut une panne d’électricité, quoi.
  3. Une panne d’oreiller : Un personnage a oublié de mettre son réveil ? Un personnage se lève trop tard ? Hop, point validé. Généralement, ce genre de scène s’accompagne d’un personnage qui se réveille en sursaut en regardant son réveil ou son portable, en panne. Ou juste sans batterie. Est-ce que j’ai vu ça récemment dans mes séries ? Plusieurs fois, alors ça ne m’inquiète pas trop !
  4. Une panne sexuelle : « Ca arrive même aux meilleurs », absence d’orgasme féminin et autres éjaculations précoces sont acceptées ici comme « panne sexuelle », de même que des périodes d’abstinence non volontaire dans un couple (genre « ça fait X temps qu’on l’a pas fait, tu me trompes ? »). Je sais, c’est un point difficile, et clairement pas un point qu’on peut trouver dans toutes les séries… Mais honnêtement, je pense que tous les sériephiles ont déjà entendu ce genre de répliques, non ? Je prends l’idée de « panne sexuelle » au sens très, très large en plus, alors vous allez bien trouver un point !

Ascenseur

Un thème que j’adore et que je voulais voir tomber depuis un moment, mais personne n’en voulait jamais… Bien sûr, maintenant qu’il tombe, c’est mort, je ne vais pas les marquer ces points ! Plus qu’à reprendre Suits et prier…

  1. Un personnage appuie sur le bouton d’un ascenseur : On commence dans la simplicité, parce qu’il suffit de voir un ascenseur pour que ça fonctionne. La plupart du temps, on voit les personnages se soucier de l’étage vers lequel ils vont. Cependant, vous remarquerez peut-être quelques incohérences sur la manière de se servir d’un ascenseur dans certaines séries où les personnages n’appuient pas sur le bouton, genre « WTF? ». Ça marche sinon pour le choix de l’étage comme pour le bouton d’appel de l’ascenseur, ce point.
  2. La sonnerie des portes d’un ascenseur se fait entendre : Pour le coup, pas besoin de voir un personnage à l’intérieur de l’ascenseur, il suffit d’entendre le « ding » caractéristique pour que ça fonctionne. Vous allez voir, vous n’avez peut-être jamais remarqué à quel point les ascenseurs sont utilisés comme moyen pratique pour marquer l’arrivée ou la sortie d’un personnage…
  3. Les portes d’un ascenseur sont maintenues ouvertes : « Bloquez l’ascenseur s’il vous plaît » hurle ce personnage ayant eu une panne de réveil dans sa villa de taille disproportionnée. Vous connaissez tous cette scène. Vous l’avez tous vu, et pas qu’une fois, et pas que dans une seule série. Mais notez qu’en cas de panne d’ascenseur (j’ai vraiment eu envie de mettre ce point, mais ça aurait été gros) où on ouvre manuellement les portes, on les maintient ouvertes aussi. Pas forcément besoin non plus de mettre la main ou le pied pour maintenir ouvertes les portes : il y a parfois un bouton pour ça. Bref, tous les plans dans lesquels les portes de l’ascenseur se rouvrent ou sont maintenues en position ouverte fonctionnent. C’est large, non ?
  4. Un ascenseur vu d’en haut : Comme dans la promo de Defenders pour ceux qui ont la référence ! Pour voir un ascenseur d’en haut, il faut espérer en effet une caméra de surveillance ou quelqu’un qui débarque par la fameuse trappe (inexistante pourtant ?) d’un ascenseur. Comme d’habitude, je termine comme cela par un point compliqué ce thème 😉

Actions

  1. Devoir adapter vos conditions de visionnage au soleil : Il n’y a pas plus météo estivale que le soleil qui se reflète sur votre écran et vous empêche de discerner quoique ce soit à votre série – surtout que les séries estivales ont tellement l’habitude de se dérouler la nuit, c’est insupportable de les voir faire exprès. J’en ai déjà parlé sur le blog, cela dit. Si vous vous retrouvez à fermer vos volets ou augmenter la luminosité de l’écran (ou à la baisser après fermeture des volets), vous marquez ce point !
  2. Repérer un objet de luxe que vous aimeriez avoir dans une série: Fringue, sac à main, voiture, bijoux, objets technologiques, art déco… Les personnages de série ont souvent la chance d’évoluer dans des mondes bien plus luxueux que nos petits quotidiens de sériephiles amateurs. Quel objet de luxe aimeriez-vous que vos personnages vous offrent, du coup ? Je suis sûr qu’il y en a un, et ça va faire de jolies captures d’écran, forcément !
  3. Être en panne d’envie, d’inspiration ou d’idées, voire de séries : Tous les sériephiles connaissent ce moment, je pense… Vous avez un peu de temps devant vous, mais vous ne savez pas quelle série regarder ou quoi faire. Pire : vous êtes en vacances, mais vous ne regardez aucune série parce que vous êtes en panne de séries ! Voilà. C’est une situation désagréable, mais c’est assez commun en août, et ça va bien avec le thème « panne », non ?
  4. Vivre un ascenseur émotionnel devant un épisode : De la plus grande joie à la pire tristesse ou l’inverse, avec si possible un bon effet de surprise, vous savez tous ce qu’est un ascenseur émotionnel et avec les fins définitives de séries qui nous attendent en août, j’imagine qu’on va pouvoir trouver ça. Attention, pour le coup, ne spoilez pas la raison de l’ascenseur émotionnel (et j’aurais même envie de dire attendez deux jours après diffusion de l’épisode avant de dire avec quelle série vous avez validé le point histoire de ne spoiler personne). Vous êtes des adultes responsables (normalement), soyez sympa avec les spoilers !

Nouvelles grilles copie.jpg

Le point bonus : Vous vous doutez bien que si la grille a quelques points compliqués, c’est parce qu’il y a un bonus facile et intéressant. Comme l’an dernier, vous pouvez remplacer un ou plusieurs points du Bingo par les suivants, uniquement aux dates indiquées… et il y a des petits nouveaux dans la liste, en plus :

07/08 : Journée mondiale de la bière : Boire une bière devant une série
08/08 : Journée du Chat – Un chat (l’animal) est vu à l’écran.
10/08 : Journée mondiale du lion – Un lion (l’animal) est vu à l’écran
12/08 : Journée de la Jeunesse – On fait remarquer à un personnage qu’il est jeune
13/08 : Journée des gauchers – Un gaucher est vu à l’écran (on doit le voir écrire/se servir de sa main gauche).
17/08 : Journée du Chat Noir – Un chat noir (l’animal) est vu à l’écran.
19/08 : Journée Mondiale de la photographie – Un personnage prend une photo
26/08 : Journée du Chien – Un chien (l’animal) est vu à l’écran.
31/08 : Journée du Blog – Faire de la pub pour le Bingo avec un lien vers cet article.
01/09 : Rentrée des classes – Un personnage apprend un nouveau mot ou un nouveau nom
05/09 : Journée mondiale de la barbe – Un personnage touche sa barbe (ou celle de quelqu’un d’autre)

Suits – S08E10

Épisode 10 – Managing Partner – 19/20
Voilà un excellent épisode de la série qui prouve que malgré ses huit saisons, elle en a encore dans les tripes pour proposer de bons rebondissements inattendus. La demi-saison se termine ainsi sur un combat attendu depuis un moment et sur de nouvelles solutions pour changer l’équilibre interne de la firme… comme à chaque fois, donc, ce qui en fait justement une bonne mi-saison. En fait, la série me manquait, voilà, c’est dit !

Saison 8


Spoilers

10.jpg

I just wanna to be a father.

Sam et Alex apprennent dès le début d’épisode la confrontation qui les attend. Le combat doit être légal et clean, mais ce sont les seules règles imposées par Louis, Robert et Harvey qui sont autrement prêts à voir se dérouler le combat du siècle. Après cette première scène qui nous met en lumière l’épisode et les attentes que nous devons avoir face à lui, Harvey prend tout de même le temps de passer voir Alex, qui fait ses propres photocopies ?, pour s’excuser et s’assurer qu’il soit bien d’accord avec ce qui est en train de se passer. Si c’est le cas, Alex lui demande de l’aide en retour.

De son côté, Sam demande de l’aide à Robert aussi, voulant un report d’une semaine du procès… mais Robert refuse, lui. Malheureusement, l’épisode prend alors le parti de s’échapper dans un flashback qui n’est vraiment pas utile. Douze ans plus tôt, on découvre que Sam a été approchée par un homme du FBI qui lui a fait du chantage. Décidément.

L’épisode passe beaucoup de temps dans le passé de Sam, à essayer de comprendre comment elle est arrivée dans la position délicate qu’elle s’est construite dans la série. En aidant son employeur à se protéger du FBI est la réponse… mais c’est aussi là qu’elle a commencé à travailler avec Robert. On apprend enfin plus d’éléments sur leur relation : ils ont tous les deux fait tomber leur ancien employeur en étudiant les comptes de la firme afin de comprendre ce qui n’allaient pas dans les comptabilités de celle-ci.

Ce n’était pourtant pas si simple : Sam ne trouve rien dans sa partie du travail… et comprend donc que Robert la manipule. Il y a 100 000$ de blanchis grâce à l’aide de Robert qui a peur de la voir le dénoncer au FBI. Il lui parle alors de Rachel pour l’attendrir. Et une fois de plus, je tiens à souligner que même si j’adorais Rachel et Mike, la série s’en tire vraiment superbement bien avec les départs des deux acteurs. Ils ne me manquent pas tant que ça, l’équilibre retrouvé est plutôt bon.

Pour sortir d’affaire Robert, elle lui offre sur un plateau d’or son nom sur le mur. Ils ont de quoi faire tomber les gros noms de la firme, et ils les remplacent par ceux de Zane, Rand et Kaldor. Grâce à Sam. Elle était trop jeune pour avoir son nom sur le mur, mais elle comptait bien y arriver un jour, d’où la promesse de Zane à son égard.

Dans le présent, Donna s’arrange pour passer voir Harvey et s’assurer de maintenir l’équilibre fragile de la firme qui est loin d’être aussi stable qu’ils ne semblent l’espérer. Donna sait très bien que l’affaire Alex/Sam peut tous les détruire et les traîner dans la boue, et elle veut aussi s’assurer qu’Harvey soit capable de reconnaître la victoire de Sam, si c’est ce à quoi il faut en arriver.

Elle est persuadée que Sam va gagner. Pourtant, ça n’en prend pas le chemin : Sam voulait que Robert décale le procès d’une semaine, Alex s’est arrangé pour qu’Harvey le décale au lendemain. Le but est évidemment de la déstabiliser et de ne pas lui laisser le temps de préparer son attaque, surtout qu’elle sait qu’elle peut gagner, mais avec du temps.

Même sans temps supplémentaire, elle fait bien son travail en trahissant l’accord passé en début d’épisode : tout doit être légal, ils ne doivent pas utiliser les informations confidentielles de la firme… mais elle le fait tout de même, une fois de plus en jouant d’un détail technique, avec le divorce de Gabin, le client d’Alex, faisant tomber dans le domaine public des informations confidentielles. Après, ça fait mal à Alex, mais il sait se défendre aussi.

Tout ça mène Sam à demander à Robert de faire disparaître un carton de preuves pour elle, afin de lui simplifier son travail et de lui dégager le terrain pour aller faire chanter Gavin exactement comme elle faisait chanter des clients pour lui.

Celui-ci riposte en donnant à Alex des affaires où Samantha a manqué d’éthique quand elle bossait pour lui… La seule solution que trouve Alex pour parer ça et de faire en sorte de gagner son procès en utilisant Katrina pour qu’elle récupère un dossier, grosso modo en se faisant passer pour Sam. C’est violent, parce que Katrina a promis à Louis de ne pas se mêler de l’affaire pour éviter que trop de gens soient impliqués.

Donna ne le voit pas comme ça : trop de gens sont déjà impliqués. Elle conseille à Katrina de faire ce qu’Harvey lui demande, ce qui permet à Alex de confronter Sam dès le lendemain matin avec un accord à l’amiable qu’elle n’a plus qu’à signer, si elle tient encore à sa carrière en tout cas. C’est beau, parce que pour le faire, il s’est servi dans le carton que Sam a fait disparaître grâce à Robert.

Sam comprend donc que le carton n’a jamais disparu et accuse Robert d’avoir trahi sa promesse. Elle lui demande en toute logique de trahir plutôt ce qu’il a promis à Harvey : elle veut son nom sur le mur dès le lendemain… Et cette fois, Robert ne peut le refuser, étant donné leur passif. Ah. C’est légèrement problématique pour Alex, ça, mais aussi pour l’équilibre de la firme qui est bon pour repartir sur une bonne petite guerre interne.

De son côté, Louis reçoit un appel de Sheila qui lui explique que la femme du doyen de l’université ayant un cancer du sein, il a décidé de la laisser diriger la fac par interim. Eh bah, sacrée promotion. Par contre, quand il comprend qu’il s’agit d’un poste qui peut devenir permanent, ça lui pose problème, parce que ça revient sur leur arrangement concernant la grossesse à venir de Sheila. En effet, ils avaient déjà partagé le travail et les périodes pendant lesquelles s’occuper du bébé… avant même la conception du bébé, dis donc !

Louis finit par se retrouver à parler de tout ça à Katrina, pour une sombre histoire de bouquet qu’il lui refile, et elle lui prodigue les meilleurs conseils, en lui faisant remarquer que c’est peut-être à lui de prendre un peu de recul avec son travail. Heureusement qu’elle est là pour lui dire ça, parce que c’est effectivement ce qu’il va devoir le faire : Sheila est enceinte, pour de bon, cette fois !

Du coup, quand Donna vient voir Louis pour lui expliquer que c’est la guerre maintenant que Robert va annoncer choisir Sam, il lui annonce aussitôt qu’il compte se retirer pour laisser une place à la fois à Sam et à Alex. Ce n’est pas si simple : Donna préfère au contraire qu’il devienne leader de la firme, lui assurant que son bébé n’arrivera que dans neuf mois. Aaah !

Je ne suis pas du tout d’accord avec Donna qui nous gâche un très joli développement de plusieurs années pour Louis, mais bon, je lui reconnais une certaine classe dans la manière dont elle prend les devants : elle décide de voter pour que Louis devienne le Senior Partner à la place de Robert. Louis vote ensuite pour lui-même… Ce qui force Robert et Harvey à voter aussi pour Louis, pour afficher un front uni.

Voilà donc où on en est : Louis prend les devants et force Harvey et Robert à faire face à leur merde. Il les oblige à faire en sorte qu’Alex et Sam acceptent d’être promus en même temps, même s’ils ne le voulaient pas. Et c’est effectivement ce qu’ils font, avec même Sam qui accepte de laisser Alex choisir quel nom de famille ira en premier sur le mur.

Cette mi-saison a donc la bonne idée de se terminer sur une belle conclusion qui voit Donna tout en haut de l’échelle, même si ce n’est pas officiel. Harvey le comprend bien, Louis le sait et est au pouvoir et tout est bien qui finit très bien. Vraiment, c’est propre comme fonctionnement cette demi-saison, j’en suis très content.

10-2
Evidemment qu’on termine une fois de plus sur ces deux-là !

Saison 8

Suits – S08E09

Épisode 9 – Motion to Delay – 17/20
On reste sur le schéma de trois intrigues dont une qui ne me plaît que moyennement, mais l’avantage, c’est qu’il y en a deux qui sont particulièrement liées entre elles pour mener à la mi-saison qui s’approche déjà, ce qui fait que l’épisode paraît meilleur quand on en arrive à la fin. Zut, j’arrive à la fin des épisodes dispos sur Netflix, du coup. Vivement que le reste sorte ! En attendant, l’épisode ramène des personnages que je n’avais pas encore revu ce soir et j’en suis très heureux, évidemment !

Saison 8


Spoilers

09.jpg

My job may be to push you back, but it’s also to have your back.

Le début d’épisode nous offre une nouvelle affaire problématique pour la firme : Alex est contacté par un client, Gavin, qui a besoin de son aide pour faire face à une société, Dexhart, défendue par… Sam. Evidemment. C’est gênant et ça nous mène à une nouvelle confrontation entre les deux. Ben oui, le fil rouge reste leur compétition, même si ce n’est pas si accentué que ça cette saison. Pourtant, il y a bien toujours ça entre eux… D’ailleurs, ils ont chacun perdu un client dans l’épisode précédent.

Dans cet épisode, Sam veut que Alex lâche son client et s’en plaint à Robert, mais il a autre chose à faire lui. Ainsi, Sam et Alex ese retrouvent à être obligés de trouver un moyen de faire en sorte que les deux clients fassent la paix. Et ça, c’est chouette. J’aime l’idée de voir Alex et Sam réussir à mettre leurs différents de côté. Ce n’est pas si facile, franchement.

Les clients se détestent, les avocats se détestent, la tension monte bien vite. Le problème, c’est donc que ces cas entrent en conflit. Il y a une confrontation au sein de l’entreprise au pire des moments, parce qu’une fois de plus, la firme est sous attaque de Thomas Bratton. En effet, Robert lui fait face alors qu’il veut se venger et s’arrange pour avoir de quoi couler la firme. À un épisode de la mi-saison, il ne faut pas prendre l’affaire à la légère, mais c’est pourtant ce qu’il semble faire. Il emmène toute la firme au combat : Louis essaie de contacter un homme, Eli, pour lui proposer de faux documents les couvrant alors que Donna sent que quelque chose cloche.

Elle contacte donc la fille d’un certain Gallo, mort, pour s’arranger qu’elle témoigne en leur faveur. En effet, quelqu’un essaie de faire en sorte que tout le monde pense que la firme la fait chanter. Pour en revenir à Alex et Samantha, le problème s’envenime rapidement, avec Samantha espérant que Louis puisse lui rendre la faveur qu’il lui doit en faisant en sorte qu’Alex lâche son client. Louis accepte de le faire, en s’arrangeant pour que Zane accepte pour qu’Alex soit promu à la place de celle-ci. Tout ça mène à encore plus de conflits internes pour pas grand-chose, alors qu’un procès de Tommy leur tombe sur le nez.

Finalement, toute cette guerre entre Robert et Tommy tombe à l’eau lorsque Louis apprend que… Tommy est mort. Petite crise cardiaque à cause du stress. Bien sûr, tout ça est un peu la faute de nos héros, mais ils n’ont pas de quoi culpabiliser puisque tout le monde faisait son travail. Robert accuse tout de même le coup après trente ans de bataille contre Tommy, ce qui ne permet pas de régler dans cet épisode le cas de Sam et Alex.

Oh, Donna essaie bien de faire en sorte que Sam recule puisqu’Alex a reçu la promesse avant l’heure, mais Sam est sûre d’être meilleure qu’Alex et le refuse catégoriquement. Harvey propose alors à Robert de laisser les deux s’affronter en face à face, avec une promotion pour le vainqueur. C’est une belle idée pour la suite de la série, ma foi.

Dans la deuxième scène de l’épisode, Louis amène Katrina dans son nouveau bureau… et je suis si heureux de la retrouver ! J’adore cette actrice et c’est chouette de revoir le bureau qui me manquait. Elle demande aussitôt à Brian de devenir son collaborateur et très franchement, j’avais oublié la relation entre ces deux-là ! Je ne sais pas comment c’est possible ! Je suis très content de retrouver leur duo, car ça fonctionne très bien.

Elle l’attire sur un cas personnel qui n’est pas évident du tout : une amie créatrice se fait voler ses créations par une grosse industrie. Katrina et Brian font du bon boulot, mais ils s’attaquent à gros dès le départ, franchement. Katrina espère bien se faire remarquer grâce à ça, tout en aidant son amie. L’affaire est vite réglée grâce à l’existence d’une jurisprudence dans le domaine de la musique, qui fait que Katrina et Brian peuvent célébrer un début de victoire.

Ah, l’épisode continue de nous les rapprocher avec force et insistance. Je n’ai pas envie de les voir en couple, parce que Brian a déjà sa famille franchement. Je veux juste qu’ils soient amis, arrêtez les flirts ! Elle prend plaisir à flirter Katrina, mais elle reproche à Brian un contrecoup qu’ils accusent le lendemain. Elle comprend qu’elle doit bluffer comme Harvey le fait toujours pour avoir l’espoir de gagner… sauf qu’elle n’est pas sûre d’elle, surtout quand Brian lui confie que c’est une mauvaise idée.

J’ai aimé voir Katrina demander conseil à Harvey pour savoir quoi faire, même si le conseil est malheureusement différent de ce qu’elle aurait voulu entendre : il lui déconseille de bluffer sans être sûre d’elle. Heureusement, Brian travaille de son côté et obtient la preuve dont ils ont besoin.

Katrina a bien envie d’aller fêter une deuxième fois cette victoire, mais Brian lui rappelle soudainement qu’il a un bébé et donc qu’il ne peut pas faire ça, tout en étant persuadé qu’elle aura quelqu’un d’autre avec qui aller faire la fête. Oups. Ce n’est pas le cas… mais heureusement, elle a toujours Louis pour elle. Il lui fait un cadeau et veut l’emmener fêter sa promotion, mais il comprend que son mal-être est ailleurs. Elle a envie d’une relation amoureuse maintenant qu’elle a réussi à atteindre son objectif professionnel.

C’est bien traité et ça rend Louis tellement plus humain de le voir s’occuper de quelqu’un d’autre. J’aime ces cas rien que pour ça et j’ai adoré retrouver Katrina et Brian. Cet épisode est bien réussi pour ces deux-là, même si je continue de regretter qu’ils soient sous-traités dans une bonne partie de la série et toujours relégués au troisième plan…

Saison 8