Zoey’s Extraordinary Playlist – S02E04

Épisode 4 – Zoey’s Extraordinary Employee – 17/20
Après la fin d’épisode de la semaine dernière, j’appréhendais beaucoup de voir cet épisode car je sentais qu’on en arrivait à un moment où ça passe ou ça casse. Et ça passe totalement dans cet épisode. La légèreté de la série fonctionne toujours à merveille à bien des égards et les scénaristes parviennent à nouveau à créer la surprise en gérant très bien le deuil vécu par trois des personnages. C’est naturel et fluide, j’aime beaucoup.

> Saison 2


Spoilers

You have to wake up and chose happiness.

Mojitooooos ! Pardon, Mo-jito ! Voilà qui donne envie de boire de l’alcool et de faire des apéros à 18h. Non ? Non, toujours pas, j’ai beau essayé, je n’y arrive pas. En tout cas, les cocktails de Mo sont trop chargés pour tout le monde dans la famille de Zoey, alors je les vois d’un bon œil. Par contre, Jana en est fan évidemment, et j’ai trouvé ça bien drôle à voir.

Il est question de la relation Zoey/Max, et Emily est toujours fan de Simon, autrement, donc clairement la série veut s’enfermer dans ce triangle amoureux, et c’est bien dommage. Oui, tout le monde a quelque chose à en dire, forcément. Mo est vraiment à fond dans son business, en tout cas, et il veut faire plein de jeu de mots sur les verres. Par contre, c’est super chelou d’en parler avec la famille de Zoey sans Max, qui est le co-propriétaire du futur restaurant.

Pas de bol pour lui, d’ailleurs, il se retrouve à devoir faire tout le travail parce que ce n’est pas Mo qui va le faire franchement. Il préfère s’imaginer que le restaurant est maudit, parce que les locaux ont accueilli beaucoup trop de restaurants au cours des dernières années. Après une rapide désinfection spirituelle des lieux, Mo organise donc une soirée pour inaugurer le restaurant.

En parallèle, après avoir parlé avec Mo en début d’épisode, Zoey décide d’être de bonne humeur, et elle en fait des caisses pour rester de bonne humeur en étant hyper souriante. Ses efforts sont vite anéantis quand elle tombe sur George qui lui parle de sa grand-mère décédée, puis sur un Simon beaucoup trop stressé par une présentation à faire avec une journaliste célèbre qui veut l’interviewer. Le pire, c’est encore quand Leif lui annonce qu’elle va devoir virer dix pourcents de son équipe, parce qu’il y a des coupes budgétaires.

C’est merveilleux comme perspective de journée heureuse, ça. Et c’est le problème de Zoey pour cette journée : choisir qui elle va virer. Charmant dans un monde comme celui de Zoey. Leif fait ce qu’il peut pour l’aider à trouver qui virer – et surtout qui ne pas virer. J’ai trouvé Tobin super drôle et mignon à venir flatter Zoey pour garder son poste, et Leif très lourd à vouloir virer la pauvre Jasmine qui n’a rien demandé.

Zoey s’entraîne d’abord sur des figurants, et c’est drôle à voir parce que la série choisit l’angle de l’humour sur ce sujet… Jusqu’à ce que Leif montre à Zoey que la personne à virer selon l’algorithme qu’elle a demandé de créer est George. Evidemment. Zoey s’en débrouille plutôt bien, je dois dire, mais ça fait de la peine de voir George être viré si vite. Je ne pense pas que ce soit une décision appelée à durer dans le temps.

J’ai aimé le fait que dans cet épisode les scénaristes trouvent le moyen de caser une intrigue à Simon, même s’il est très négligé et finit par ramener Tatiana, la journaliste, au bar de Mo et Max. Zoey est complètement bourrée, alors ça fait peur, et Max est en train de mal vivre la soirée karaoké de Mo qui fait la fête en lui laissant tout le boulot.

En plus, le pauvre se retrouve à devoir gérer Zoey complètement bourrée, le tout en continuant de faire son business-plan alors que la soirée karaoké bat son plein. Que d’intrigues qui s’entremêlent ! Mo finit par raccompagner Zoey chez elle parce qu’il est ce genre d’amis, et il lui interdit formellement d’appeler qui que ce soit. Dès que Zoey ferme la porte de chez elle, elle sort donc son portable. Franchement, Mo aurait pu lui confisquer son portable.

Le lendemain, Zoey se pointe au boulot avec une gueule de bois assez violente. Et elle se rend compte qu’elle a réembauché George pendant la nuit. Je m’attendais à un sale appel à Simon, donc je suis content pour elle, mais bon, Zoey appelle tout de même Emily en renfort pour arriver à la conclusion que, peut-être, être viré est une nouvelle opportunité pour George. Mouais.

Si Zoey pense libérer George d’un poste qui ne lui convient pas, il ne l’entend pas tout à fait comme ça. Il se lance dans une reprise de « Stronger » très chouette à voir, et se barre en remerciant Zoey pour l’opportunité. Au moins, ça ne se passe pas trop mal pour elle… qui se retrouve ensuite coincée dans une conversation avec Simon, qui l’aide à faire face à la vie et aux difficultés qu’elle rencontre encore dans son deuil, avec des blessures à soigner régulièrement. C’était sympathique comme tout.

 

Il n’y a donc pas que du mal qui ressort de la soirée de Mo, et c’est aussi valable pour les propriétaires du futur restaurant : Tatiana, la journaliste, est ainsi hyper intéressée par la carrière et le projet de Max. C’est vrai que ça fait un article intéressant, et pour eux, c’est de la pub gratuite.

Pendant ce temps, Maggie fait ce qu’elle peut pour organiser le nouveau jardin de son client, et ça vire au flirt de manière beaucoup trop flagrante. Même Jana le voit, franchement. Elles en parlent longuement, cassant l’illusion de Maggie qui n’avait rien vu de ce flirt, et même au tribunal où David a enfin un cas. Toute sa famille vient y assister, puisque c’est le premier depuis la naissance, et c’est l’occasion d’avoir enfin une chanson dans l’épisode, avec David qui se met à chanter « I want to break free ».

La chanson était bienvenue, parce que sa plaidoirie n’avait pas l’air dingue. Même moi j’aurais pu l’écrire. En revanche, chapeau bas à l’ensemble des acteurs et figurants présents qui ont réussi à regarder l’acteur danser, chanter et se tortiller – littéralement – dans la salle d’audience sans avoir la moindre réaction. Pas évident quand même.

Bien sûr, David est donc peu heureux dans sa vie : il a eu un fils, il a perdu son père et ça le fait reconsidérer sa vie, sans qu’il n’ose en parler à Emily pour autant. Sur les conseils de Zoey, il finit par le faire et expliquer qu’il veut démissionner, certes, mais qu’il veut aussitôt arrêter de bosser tout court, pour s’occuper de son fils.

Elle entend bien ses arguments, mais ils ont des projets et l’envie d’acheter une maison à San Francisco, alors Emily a du mal à comprendre et voir comment il peut tout foutre en l’air comme ça. La fatigue de la naissance et un bébé en main, ça n’aide pas non plus. David appelle finalement Zoey pour s’en remettre…

Du côté de Maggie, le flirt continue encore pour une autre scène. Roger tente de proposer un rencard à Maggie, mais celle-ci lui rappelle que son mari vient de mourir et que ce n’est pas exactement la même chose que lui qui vient de perdre sa femme. Cependant, la vérité est que Maggie savait très bien qu’elle flirtait avec Roger, et elle confie finalement sa culpabilité à Jana. Evidemment. Celle-ci est plutôt une bonne oreille pour Maggie, et elle est tout à fait la personne qu’il fallait à Maggie pour survivre à son deuil, de toute évidence. C’est un peu tôt pour qu’elle recommence à avoir une relation amoureuse, mais une amitié comme ça… Je dis oui.

Oui, j’aime beaucoup l’amitié qui se noue entre ces deux-là, ça fonctionne à merveille je trouve. Par contre, que d’alcool dans cet épisode ! Et quel flip pour Zoey comme pour Emily de voir tout ça. Le plus flippant est toutefois du côté de David – Emily prend conscience qu’il a besoin d’un break et qu’il est beaucoup trop triste grâce à un appel de sa belle-sœur. C’est là aussi très clair que les scénaristes nous montrent un deuil et ses conséquences sur la vie quotidienne ; et ça fonctionne très bien de voir David se consacrer à sa famille.

Toute cette intrigue se termine par Emily qui fait le choix de rester aux côtés de David quoiqu’il arrive, et de lui faire quitter son boulot si c’est ce qu’il veut vraiment. Elle si géniale. L’épisode se termine pour eux sur un joli plan où ils sont éclairés par la pleine lune. Et ça, c’est un point du Bingo Séries. Je l’ai déjà, mais c’était joli. Ce n’est pas la fin de l’épisode pour autant : Zoey se rend chez les voisins de sa mère, parce qu’il y a du tapage nocturne en cours.

Ça a été introduit plus tôt dans l’épisode, mais en gros, je n’ai pas du tout vu venir la surprise de cette fin d’épisode : Zoey se propose d’aller dire à Aedan, le jeune voisin qui s’est mis à la musique… et qui a bien grandi. On voit bien qu’il est jeune, mais il a un sourire sympa, et Zoey est totalement en train de craquer pour lui. Ah, le deuil. Je suis curieux de ce que ça va donner, mais c’est une porte de sortie pour le triangle amoureux qui me plaît beaucoup – un petit détour avant de finir avec Max, je veux bien.

En plus, il y a un détecteur de lumière ! Un autre point du Bingo Séries, youpi ! Il ne faut pas désespérer, quoi.

> Saison 2

The Rookie – S03E04

Épisode 4 – Sabotage – 15/20
Si toutes les intrigues ne se valent pas au cours de l’épisode, j’ai trouvé l’ensemble toujours aussi efficace et sympathique. J’ai mes préférences pour certains personnages et certains développements, c’est sûr, mais dans l’ensemble, je trouve que toute la série fonctionne toujours bien sur cette saison 3 qui est en train de trouver rapidement son rythme de croisière.

> Saison 3


Spoilers

By the way, becoming a cop at 48 is ridiculous.

On reprend comme toujours par un bon gag initial avec un adolescent faisant du chantage à un de ses profs et étant épinglé par les flics pour un vol de wifi… Il va passer une sale journée, le pauvre. Pendant ce temps, momster est toujours dans l’équation pour Nolan, et ça devient compliqué pour lui de bosser correctement. Elle s’embarque cette fois dans une étrange affaire de produit de beauté à s’injecter dans le cou, et on sent bien que ça va déraper au cours de l’épisode.

Heureusement, quand il reprend le boulot, Nyla est distraite aussi par la garde partagée de sa fille. Elle doit s’arranger pour l’inscrire à un cours en ligne, et elle le fait au téléphone, évidemment… Le problème, c’est que Nolan arrête la voiture à proximité d’une maison où un dingue décide de construire une fusée. Tout pourrait bien se passer pour Nyla, mais malheureusement pour elle, l’homme tombe de sa fusée directement sur sa voiture et elle ne peut donc pas inscrire sa fille à temps.

C’est dommage, ça quand même. Elle fait tout ce qu’elle peut pour convaincre le responsable des inscriptions qu’elle aurait dû être inscrite si le téléphone n’avait pas été coupé par un homme-volant, mais il ne la croit pas spécialement. Le problème, c’est que l’homme ne se laisse pas du tout convaincre. Le truc cool, c’est qu’elle tombe sur un autre papa plutôt charmant.

Ils n’ont pas tellement d’intrigue pour cet épisode Nolan et Nyla, mais ça marche bien de les voir traiter des problèmes personnels en parallèle du boulot après la fin de saison 2 qui était un peu lourde. Nyla passe donc la suite de l’épisode à flirter avec ce papa par texto, tandis que Nolan se retrouve piégé par la femme de Gray qui veut son conseil pour redéfinir à son tour sa vie, comme lui a réussi à le faire du haut de ses 46 ans.

Malgré l’avis de Nyla qui est qu’il ne devrait rien dire du tout à la femme, Nolan finit par lui donner le conseil d’attendre son moment « Eureka ». C’est mal barré. Sans surprise, il tombe ensuite sur sa mère qui s’arrange pour vendre ses produits à tout le commissariat. Sans surprise à nouveau, la femme de Gray, Luna, achète la compagnie de la mère de Nolan pour 10 000$. La « compagnie », franchement. Bien sûr, tout ça retombe sur les épaules de Nolan, parce que Gray n’est pas très heureux de savoir que sa femme a fait un tel investissement. C’est si triste. En plus, bien sûr, le produit qu’elle a vendu à tous les officiers est toxique.

Luna est géniale comme personnage, je me demande pourquoi on ne l’a pas vue plus souvent avant. Elle a une manière de faire en sorte que Gray la respecte et ne soit pas trop un mâle toxique qui est tout à fait charmante, et ça colle bien au personnage. Ensemble, Nolan, Gray et Luna décident d’aller régler l’affaire auprès du vendeur d’origine de momster.

Bien sûr, avant ça, Luna propose à Nolan d’être toujours honnête et de fixer des limites claires avec sa mère. Pas si simple, en vrai. Tout ça mène finalement à une bonne scène où on voit directement que les vendeurs du produit de beauté sont des cinglés et trafiquants. On y voit aussi que Luna s’est fait arnaquer en beauté : les produits valaient 2000$, pas 10 000.

Luna a beau être géniale dans la manière de mener la confrontation, elle est invitée à s’éclipser par Nolan et Gray qui révèlent qu’ils sont flic. Ce faisant, ils alertent les trafiquants, qui sont aussi trafiquants d’armes et qui sont clairement déstabilisés par la tournure des choses. Tout en appelant le 9-1-1, Luna réussit à paralyser d’elle-même un des hommes dans une scène plutôt comique, et hop, conclusion.

Toute l’affaire s’arrange à peu près, mais ça termine surtout par Nolan virant sa mère de chez lui. Il a trouvé ses limites : il fait ses valises et lui prend un billet d’avion, mais elle le prend suffisamment mal pour lui faire un tas de reproches bien difficile à encaisser. Nolan résiste toutefois, et c’est tant mieux. Il y a des personnes toxiques dont il est difficile de se débarrasser, et clairement, sa mère en fait partie. C’est la vie. Et l’argent de Luna ? Perdu à jamais, je pense.

La meilleure intrigue de l’épisode n’était pas celle-ci cependant. Je n’aime toujours pas les bonnets de West, mais bon, il en a toute une collection apparemment. Il fait un petit jogging avec et est terrifié de voir un de ses collègues arrêter sa voiture : c’est finalement Gray qui a une mission simple pour lui, mission qui va mener au meilleur de l’épisode.

En effet, West se retrouve à devoir faire ce que Nyla et Nolan faisaient avec Nick : il doit surveiller son tuteur et faire en sorte de noter toutes les infractions pour réussir à le faire tomber. En attendant, il va passer de sales quarts d’heure avec lui. Tim et Lucy seront aussi de la partie, pour surveiller tout ce qu’il se passe. C’est une bonne idée, ma foi. Ils ont pour mission d’être l’ombre de West. L’avantage, c’est qu’alors que Doug a un comportement à vomir, Lucy peut faire une leçon à Tim pour lui faire comprendre à quel point il peut déconner lui aussi, parfois, et notamment dans le pilot de la série, franchement.

Tim est évidemment énervé et met un frein à la conversation, avant de la reprendre plus tard pour expliquer à Lucy qu’il est énervé, mais pas après elle, après lui-même. Ils ont le temps d’arriver à une bonne conclusion avant d’arrêter un voleur de colis pas tellement original : il a entraîné son chien à voler des colis.

De son côté, West, lui, est en galère pour supporter Doug. Il interroge aléatoirement des piétons d’origine latine histoire de tenter de les coincer et finit par arrêter une femme noire qui a des armes dans son coffre, mais des armes qui sont à son ex et qu’elle comptait donner à la police. C’est con. Doug se plaint évidemment de l’habitude de West à Tim, parce que selon lui West pose trop de questions et est trop méfiants. Il finit par remettre la faute sur Angela alors que Tim est assez insupportable avec lui – et donc beaucoup trop grillé. Lucy essaie en tout cas de son côté de mieux comprendre le fonctionnement de la police. C’est gros à ce stade de sa carrière qu’elle ne sache toujours pas commence les syndicats et tout, mais il fallait bien nous l’expliquer à nous.

Lucy s’inquiète surtout pour Jackson, parce qu’elle n’a pas envie de rester un simple ange gardien qui pourrait arriver trop tard. Ainsi, Tim s’arrange pour retrouver l’ancien bleu de Doug, un certain Owen – je connais cet acteur, j’aime cet acteur. Lucy fait finalement exactement l’inverse de ce que Tim lui a demandé de faire : elle n’y va pas par quatre chemins et demande directement s’il pense que Doug est raciste. C’est une erreur qui braque assez vite Owen, même si celui-ci semble hésiter à parler. Tim est même sûr que le flic va y réfléchir et les contacter.

Le problème, c’est que Doug reçoit ensuite un appel étrange qui le mène lui et West à mener une arrestation lors d’un deal de drogue qui nécessite une course poursuite avec un jeune homme noir. Bien sûr, Doug a perdu sa caméra dans la course poursuite et ça inquiète énormément West de voir qu’il souhaite s’occuper personnellement de ramener l’homme à la voiture. West est confronté à un problème : Doug lui demande de surveiller et récupérer la drogue dans une bouche d’égout, forçant donc West à ne pas surveiller son tuteur qui pourrait parfaitement frapper le dealer.

Il appelle Gray, mais celui-ci est occupé ailleurs avec les affaires de Luna, ce qui fait que West prend la mauvaise décision : il ne récupère pas la drogue et fonce vérifier que le dealer va bien. C’est évidemment le cas… et Doug marque clairement un point-là : il confirme que West est en train de le surveiller, il fait en sorte que West fait de la merde et il débusque même Lucy et Tim qui débarquent parce qu’ils étaient « dans le coin ».

Oh, on pourrait y croire, mais Doug fait clairement comprendre qu’Owens l’a prévenu de l’interrogatoire de Tim et Lucy, forcément. Tim et West décide alors de confronter le fameux Owen lorsqu’il sort du travail. Celui-ci se défend bien mal face aux flics, leur rappelant qu’entre frères d’arme, on se protège. Il a aussi conscience qu’il ne changera pas le système à lui tout seul (humph) et qu’Owen aura clairement de quoi riposter : il ne se laissera pas faire.

On s’en doutait bien et ça se confirme en fin d’épisode, lorsque Doug décide d’écrire un rapport sur ce qu’il s’est passé et sur la drogue abandonnée par West : il n’a pas réussi à surveiller les preuves tout du long, et c’est clairement une faute professionnelle.

Pendant ce temps, Angela est toujours enceinte et elle commence à manger n’importe quoi. J’ai bien aimé la scène où Wes tente d’aider Angela à gérer la grossesse quand elle, elle ne veut pas avoir à se prendre la tête sur quoique ce soit. Il en arrive à la débarquer la voir au boulot, et ça ne plaît pas tellement à Angela de voir Wes la harceler comme ça.

Le truc, c’est que Wes a quelque chose d’assez gros à lui annoncer : il a une maladie héréditaire qui fait que le bébé pourrait avoir un handicap. Et il lui en parle sur son lieu de boulot ? Bien sûr qu’elle passe sa journée à faire des recherches sur internet pour savoir exactement quel est le problème possible avec sa future grossesse, et bien sûr que ça lui fait manquer une opportunité importante au boulot.

Elle s’en plaint alors à Nyla. J’aime le fait qu’elles restent amies, et j’aime aussi que Nyla soit la première au courant de la grossesse d’Angela. Cela fonctionne vraiment bien comme scène, c’était chouette. Tout aussi chouette était de voir ensuite Nyla réussir à inscrire sa fille au cours de musique d’été grâce à son nouveau crush. J’ai adoré ces scènes et cette intrigue romantique pour Nyla, ça semble être capable d’apporter de bonnes choses.

De bonnes choses ? Pas autant qu’Angela qui s’affirme face à son supérieur : elle n’apprécie de le voir refiler un cas à un de ses collègues parce qu’elle est enceinte. Elle prend donc la décision de tout avouer à son supérieur en lui faisant à la fois le reproche de l’avoir négligée et la demande de ne plus jamais la mettre de côté comme ça. Bien sûr, l’intrigue se finit bien : son boss n’était pas un connard, il n’avait aucune idée de sa grossesse et a filé l’affaire à un autre flic car il avait des indics. Tss. C’était quand même cool de voir Angela s’affirmer davantage.

> Saison 3