Mais pourquoi les séries parlent-elles du coronavirus ?

Salut les sériephiles,

La semaine dernière, je vous parlais de ces séries qui évoquent le Covid19 dans leurs intrigues, mais je passais à côté du vrai sujet que je voulais traiter. C’est un comble, tout de même. Le vrai sujet ? Je n’arrête pas de voir passer des tweets se désolant et se lamentant (non, je ne suis jamais dans l’excès) de ces séries qui parlent encore du Covid alors qu’on en bouffe à toutes les sauces depuis le mois de mars (enfin, cela dit, évitez de le bouffer, vous finiriez par être testé positif).

Voir aussi : Alors, le coronavirus dans les séries, ça donne quoi ?

Je réponds que c’est précisément pour ça que c’est important d’en parler dans les fictions ! Alors évidemment, pas toutes les fictions. Je ne vois pas trop l’intérêt qu’une série comme Supergirl évoque le coronavirus, parce qu’elle n’a pour postulat de base de nous parler de la réalité et du quotidien. Aux dernières nouvelles, aucun super-héros n’existe dans notre monde et, dès lors, Kara et tous ses amis n’ont pas à vivre notre quotidien… et même, ça ferait du bien de pouvoir s’échapper de la morosité du quotidien grâce à des séries de ce genre (mais peut-être pas Supergirl, parce que bonjour la qualité quoi).

Supergirl' 3x07 Review: 'Wake Up' | Fangirlish

En revanche, si je ne suis pas blasé de cette situation, au contraire même, c’est parce que des séries qui évoquent notre quotidien dans l’ADN même de leur synopsis ont pour moi tout intérêt à aborder le sujet de la pandémie mondiale en cours. Déjà, c’est important pour la mise en place d’une catharsis moderne qui a besoin d’exister. La catharsis, c’est à l’origine la purgation des passions par la terreur, la crainte et la pitié que l’on ressent face à un spectacle théâtral. De nos jours, ça passe par la violence des films et séries qui permet de se libérer de certaines contraintes et angoisses pour mieux les vivre dans notre quotidien. Et franchement, quand on parle contrainte et angoisse en 2020, je pense que le premier truc qui vient en tête, c’est le coronavirus.

Au-delà de cette catharsis nécessaire, il ne faut pas oublier que les séries évoquant notre monde quotidien jouent le plus souvent avec nous et avec un procédé d’identification aux personnages. Alors bien sûr, nous ne sommes pas les policiers de New-York vu dans Unité Spéciale et nous ne sommes pas les brillants chirurgiens de Seattle dans Grey’s Anatomy… mais nous sommes leurs victimes et patients, nous sommes dans le même monde, nous sommes des humains comme eux, et ça suffit déjà à s’identifier à eux.

mine:-grey's-anatomy | Tumblr

Par conséquent, les séries seraient tout de même nettement moins passionnantes si elles ne traitaient pas elle aussi le coronavirus : elles se priveraient totalement d’une grosse partie de l’identification, pourtant importante dans leur composition, en nous montrant que les personnages ont la chance de mener une vie dénuée d’un paquet de soucis auxquels nous, on fait face. Et ça le fait d’un coup beaucoup moins Grey’s si on a une vie plus merdique que Meredith Grey !

Pour s’en convaincre, je me tourne vers ceux qui regardent Plus Belle la Vie ou NCIS : dans la première, les personnages parlent parfois de l’épidémie, vite fait, comme si tout était déjà terminé… et ça n’a pas trop de crédibilité quand nous, on en est encore à porter des masques et tenter d’avoir notre mètre de distance. D’ailleurs, vraiment, la série française a raté le coche et s’est planté dans les grandes lignes, alors qu’elle avait une intrigue sur le Sars au tout début du confinement ! Pour une série qui a toujours suivi l’actualité de très près, avec des hommages et tout, c’est super dommage (et la qualité est franchement sur le déclin depuis son retour en juin).

Cote de Pablo returns to television with 'The Dovekeepers' | The StarPour la seconde, les scénaristes font le choix du flashback pour ne pas se prendre la tête. Pas d’épidémie à l’écran, donc, mais des contraintes énormes sur le tournage, avec des distanciations physiques à tenir et des figurants moins nombreux. Conséquence ? La crédibilité de l’intrigue se voit amoindrie parce que ça ne fait plus tout à fait vrai.

Et tout le sujet de l’article réside là-dedans, finalement : ces séries visent à nous donner l’impression du vrai, et comment faire vrai en 2020 sans le Coronavirus ? C’est bien trop complexe… Autant l’aborder, donc, et nous permettre de purger nos angoisses en voyant nos personnages préférés se prendre de plein fouet l’épidémie.  Oui, dans certaines séries, c’est difficile à vivre parfois, oui, il y a eu des scènes anxiogènes depuis la rentrée, oui, ce n’est pas toujours agréable… mais c’est donc que ça fonctionne et que ces séries font bien leur boulot.

Certaines permettent aussi de prendre un peu de recul sur certaines situations, comme This is us. Je cite celle-ci parce qu’il est important aussi de souligner qu’il n’y a pas que les séries médicales ou policières qui sont légitimes sur le sujet. J’ai également de très bons échos de la saison 6 de Superstore par exemple (au point que ça me donne envie de la reprendre, c’est dire à quel point il est important de parler de l’épidémie). En plus, elle fait bien son travail si elle arrive à nous faire rire d’absurdités liées au Covid – et on a tous besoin de rire ! 

Voir aussi : Quel protocole sanitaire pour les plateaux de tournage de séries ?

Les séries ont toujours été et sont encore le reflet de la société américaine – et d’ailleurs c’est amusant, en quelque sorte, de voir les différences du protocole par rapport à la France – et aux dernières nouvelles, la société américaine se prend de plein fouet la pandémie. Par contre, je comprends que ça puisse déplaire… Surtout que je reconnais qu’avoir une saison 3 de The Outpost qui traite (par accident, en plus !) d’une épidémie, ça m’a blasé.

Ca déplait aussi parce que par moment, ça paraît trop détaché de notre quotidien : nous sommes des blasés de la pandémie, déjà, et certaines scènes écrites il y a plusieurs mois n’ont plus l’effet escompté, particulièrement quand il s’agit de célébrer comme il se doit les soignants par exemple. On sait désormais toute l’hypocrisie qui peut se cacher derrière des applaudissements à 20h quand dès le déconfinement venu, tout le monde s’est baladé sans masque, par exemple.

Bref, quoiqu’annonce Macron ce soir, s’il vous plaît, continuez de faire attention à vous et aux autres, avec un masque, des gestes barrières et une bonne distance entre vous !

 

Alors, le coronavirus dans les séries, ça donne quoi ?

Salut les sériephiles,

Inévitablement, il y a des micro-spoilers dans l’article, notamment du côté des gifs l’illustrant, tirés des deux ou trois premiers épisodes des nouvelles saisons de This is us, Grey’s Anatomy et Station 19. Une info sur la saison 18 de NCIS, également.

Je rumine cet article depuis quelques semaines, et il faut bien que je l’écrive un jour ou l’autre, alors pourquoi pas aujourd’hui ? La rentrée des networks était toute particulière, avec un décalage d’un mois ou deux selon les séries et surtout avec un gros problème à régler : le coronavirus impacte aussi les tournages… Pour le meilleur, comme pour le pire, il faut bien le dire.

Voir aussi : Mais pourquoi les séries parlent-elles du coronavirus ?

Commençons par la vraie vie avant de parler des intrigues des séries en elles-mêmes. Cette rentrée est marquée par des tournages interrompus, déjà, notamment du côté de la franchise Chicago. C’est frustrant… De même qu’il est frustrant de voir que les séries reviennent pour une poignée d’épisodes en 2020. Très franchement, découvrir au hasard d’un tweet que This is us ne reviendra qu’en janvier 2021, ça m’a rendu fou. tequi | Smells like Chick SpiritQuatre épisodes ? Je suis content d’avoir retrouvé la série, évidemment, mais j’aurais préféré que ce soit pour au moins six épisodes.

Je sais, ça ne change pas grand-chose… mais là, la frustration est là, on a à peine eu le temps de se faire à leur présence en un mois qu’on nous la retire déjà. L’attente va être longue et compliquée. Le truc, c’est que les tournages sont eux-mêmes plus longs et rendus sacrément plus compliqués par les règles imposées pour la sécurité de tous et les normes d’hygiènes. Nous nous retrouvons ainsi avec des scènes qui fonctionnent plus ou moins, il faut bien le dire.

Séries Télé | Smells like Chick SpiritCertaines séries font le choix d’ignorer la pandémie, comme la saison 18 de NCIS, mais ne peuvent l’ignorer dans le tournage : moins de figurants, plus de distance entre les acteurs, le déséquilibre est visible et ne fonctionne pas toujours. D’autres l’intègrent plutôt très efficacement, comme Grey’s Anatomy… mais les séries de Shondaland tournent aussi en grande partie grâce au sexe entre les personnages, et autant dire que de ce point de vue-là, ce n’est pas glorieux.

On sent bien que les scénaristes innovent autant que possible pour les scènes de sexe respectant la distanciation sociale… mais entre les écrans pour les innombrables visios, les positions farfelues et les situations juste dérangeantes à voir (ce 17×03 va me rester en tête), c’est… compliqué. En plus, on sent bien que sur ABC, la distance est le mot d’ordre, avec des personnages qui devraient vraiment s’embrasser normalement, mais qui ne peuvent pas le faire.

hotticuslincoln Tumblr blog with posts - Tumbral.com
Les persos qui vivent ensemble alors que les acteurs non, c’est un petit enfer pour les scénaristes, tout de même !

Parfois, ça donne lieu à de bonnes scènes : la présence des écrans et des conversations visios est de plus en plus démocratisée dans les séries… Et on se rend compte que ça peut être très efficace et que ça peut être bien fait. Il y a même Connecting qui repose intégralement sur cette idée. Il faudrait que je la poursuive !

Outre la distance, il y a aussi le masque, et là encore, c’est à double tranchant. Je trouve que certains acteurs le gèrent bien… D’autres forcent beaucoup trop sur le haut du visage. Je m’inquiète pour les rides à venir, j’ai l’impression de me voir sur certains cours et je suis sceptique sur les rôles de certains acteurs interprétant les seconds rôles. Pire encore, il y a des acteurs qu’il est d’un coup facile de confondre. C’est un truc dont on n’avait déjà l’habitude dans les séries médicales, cela dit.

Voir aussi : Quel protocole sanitaire pour les plateaux de tournage de séries ?

Grey's Anatomy' Season 17 Episode 3: Mer Has Covid, & Has It Bad (RECAP) -  TV Insider

Enfin, dans This is us comme dans Station 19, je trouve qu’il y a parfois des moments où on sent que ça hésite sur le port du masque. Les personnages le mettent et le retirent, parfois simplement pour faire trois mètres en extérieur sans croiser personne, et on ne comprend pas trop pourquoi. Si je n’ai pas encore aperçu dans mes séries de personnes portant mal le masque (d’ailleurs, c’est peu crédible, il devrait au moins y en avoir un, quoi), tous le touchent et le retouchent sans raison, ce qui n’est pas le meilleur des exemples à suivre.

Après, soyons honnêtes, je n’ai pas envie de suivre l’exemple américain concernant le coronavirus quand on voit comment ils font les câlins désormais… L’auto-câlin, c’est un concept dont je me serais bien passé et qui me paraît un peu ridicule. Imaginez un peu si on devait faire l’auto-bise ! C’est un peu étrange… mais les américains seront toujours américains !

madison gregory | Tumblr
No, it’s not. Mais je kiffe vos masques quand vous les mettez !

Quant à l’intégration elle-même de la pandémie dans les séries, je trouve que c’est compliqué. J’avais très hâte de voir certains personnages la vivre, parce que les séries ont toujours été un reflet du monde pour moi (pas pour rien que j’écris les articles « sept clichés sur ») et qu’il me paraissait inconcevable de passer à côté de ça pour un paquet de séries. Que les séries fantastiques l’ignorent, c’est bien normal. Les autres (NCIS, franchement…), c’est plus embêtant, surtout quand on sent les problèmes de tournage.

TV: Grey's Anatomy | Explore Tumblr Posts and Blogs | Tumgir
J’ai beaucoup aimé comment Grey’s avait géré ça !

Le problème, c’est qu’il faut trouver un moyen de basculer dans le monde d’après. Nous faire revivre la bascule, c’est particulièrement anxiogène et ça m’a donné l’impression d’un fourre-tout expéditif dans This is us. Ne pas nous la montrer, ça m’a frustré, et ça m’a même paru indécent dans une scène de Station 19 où bon, ce ne sont que des acteurs, n’abusons pas. Certaines scènes de glorification des first responders et soignants auraient été très justes en mars ou avril, mais sonnent fausses aujourd’hui.

Enfin, qui dit pandémie, dit forcément contagion, et pour l’instant, je manque de recul pour me faire une idée de ce que ça va donner sur du long terme, mais on a bien une roulette russe qui est en train de s’établir sur certains personnages. Et si les premiers épisodes ne m’ont pas tous plu quand il s’agissait d’évoquer le coronavirus, j’aime bien les épisodes qui suivent : une fois l’épidémie en place, les personnages vivent vraiment la même vie que nous et ça fonctionne bien.

station 19 spoilers | Explore Tumblr Posts and Blogs | Tumgir

En revanche, ça nous les rapproche drôlement de nous et je vois bien que je suis un chouilla plus à fleur de peau qu’avant. Ce ne doit pas être évident d’être scénariste en 2020 et d’avoir à gérer tout ça, mais les séries font leur possible pour s’adapter… Et je ne vous parle même pas de Plus belle la vie qui utilise carrément le deepfake pour coller le visage d’une de ses actrices testées positives sur le corps d’une autre actrice qui la remplace momentanément. C’est osé, comme choix, tout de même !