Mes meilleurs et pires épisodes de 2022

Salut les sériephiles,

Vous savez quoi ? Je me suis dit que si je n’étais plus capable de publier un article par jour avec les bugs de WordPress, j’étais quand même capable de tenir le rythme d’un podcast toutes les deux semaines (dit-il alors qu’il y a déjà problème pour dans un mois). Partant de là, il est temps d’inaugurer un peu plus officiellement ce qui a déjà existé par le passé : la 43e minute, celle où je publie un article en rapport avec le podcast.

Ce soir, l’épisode s’intitulait sobrement « Les meilleurs et pires épisodes de 2022 ». Je n’en ai pas vu beaucoup cette année, mais ça ne m’a pas empêché d’en trouver cinq géniaux et trois catastrophiques… Comme j’avais l’habitude d’écrire cet article pour le TFSA ces dernières années, je me suis dit que j’allais tout simplement continuer la tradition. Voilà donc mes notes du podcast… et peut-être un peu plus. Pour une fois que je le prépare…

Voir aussi : Vous avez 42 minutes devant vous ?

Les meilleurs de 2022

Quelques petits spoilers dans l’article, notamment à cause des images utilisées.

  1. The Orville – 3×06 – Twice in a Lifetime

Il était improbable de ne pas évoquer un épisode de cette saison 3 de The Orville. Déjà, parce que j’ai adoré cette saison et ensuite, parce que j’adore faire hurler de rage et désespoir Aurélien. Mais voilà, moi, j’ai trouvé que la saison 3 fonctionnait vraiment bien avec ses épisodes de la durée d’un film et, avec le recul, l’épisode dont je me souviens le plus est celui-ci. C’est probablement grâce à sa guest parfaite qu’était Leighton Meester – même si avec elle, il n’y a pas que des bonnes affaires, on en reparlera dans mes pires épisodes.

Le synopsis ? C’est la seconde chance pour Gordon d’avoir un amour qui brise toutes les lois temporelles.

Si l’épisode – et la saison – s’écoute beaucoup parler, moi, je l’ai adoré. Il a réussi à me faire aimer un personnage que je n’ai jamais apprécié plus que ça et il racontait une histoire complète et sympa. Dans le même temps, il m’a fait apprécier un autre personnage que je détestais depuis son introduction en début de saison, et ça a permis de continuer de développer Isaac. Tout bon pour moi.

  1. Westworld – 4×07 – Metanoïa

J’ai beaucoup hésité entre les deux derniers épisodes de la saison – et donc de la série, pour finalement me rabattre sur celui-ci. La raison ? Le dernier épisode me frustre encore aujourd’hui, précisément parce que c’est le dernier alors qu’on sentait bien qu’il y avait possibilité pour une dernière saison épique. L’autre raison, c’est que l’épisode 7 m’a beaucoup plus pris par surprise : j’ai compris qu’on se dirigeait vraiment vers la fin de la série avec celui-ci. Les rebondissements étaient bons et inattendus parce qu’ils ont surgi plus vite que je ne l’aurais pensé.

Le synopsis ? L’épisode présente une opportunité de mettre un frein au monde de Charlotte Hale – mais il faudra pour ça que la résistance s’organise bien.

Je n’en dis pas plus pour ne rien spoiler. Franchement, la série a perdu de sa superbe avec le temps et avait plus de mal à nous retourner le cerveau, mais il n’y a pas à dire, cet épisode faisait son taf. La musique et l’image sont sublimes, on passe un vrai bon moment avec ces personnages et on ne sait plus qui on déteste ou qui on adore. En tout cas, ce fut mon ressenti, moi.

  1. Resident Alien – 2×08 – Alien Dinner Party

J’ai eu tellement de ne pas aimer cette saison 2 qui commençait mal que ça me fait plaisir de la citer finalement dans ce top 5 des  meilleurs épisodes de l’année – et à une bonne position en plus ! En effet, j’ai adoré l’épisode de mi-saison de cette année, qui était tellement bien fait que tout le monde a cru que c’était la fin de la saison.

Le synopsis ? Tout Patience se réunit pour célébrer l’anniversaire d’Harry. Le hic, c’est qu’il n’est pas au courant et qu’il y a évidemment un invité très dangereux qui se balade librement chez lui…

Cet épisode touche au sublime parce qu’il a tous les ingrédients que j’adore dans les séries : il réunit tout le casting au même endroit et pour tout l’épisode, en mode bottle episode, déjà. Ensuite, il propose un tas d’interactions entre des personnages, parfois avec des personnages que l’on ne voit jamais ensemble d’habitude. L’humour y était excellent (désolé, mais le coup du saladier, je ne m’en remettrais jamais, j’en ris encore en écrivant ça), le drama aussi. On avait des confrontations, de l’humour, des intrigues qui avancent en se dénouant à vitesse grand V, juste ce qu’il faut de suspense et un cliffhanger aussi improbable qu’attendu. J’adore, quoi.

MAJ 21h36 : Comme quoi, après un début de saison moyen, tout peut arriver quand on est patient… à Patience !

  1. Tales of The Walking Dead – 1×02 – Blair/Gina

Oui, alors là, même moi, je n’en reviens pas de la place que j’accorde dans ce top à un épisode d’un énième spin-off de The Walking Dead. A nouveau, c’est marrant de savoir à l’avance que ça va faire réagir dans le podcast, déjà. Ensuite, c’est un épisode tellement clivant que ça m’amuse aussi de le mettre si haut. Enfin, c’est juste qu’il a tellement réussi à me prendre par surprise que c’est pour moi l’épisode le plus surprenant que j’ai vu en 2022… Et par chance pour lui, dans le bon sens du terme. Bref, je m’en souviens, il m’a marqué et c’est bon signe pour lui !

Le synopsis ? Une réceptionniste qui déteste sa boss et la boss en question sont coincées ensemble alors que la ville d’Atlanta fait face à l’apocalypse de zombies – pardon, de rôdeurs.

Le synopsis ne me disait rien qui vaille, parce que ça semblait être une énième redite du début de l’apocalypse avec zéro réponse dedans… Seulement, les scénaristes sont partis en vrille totale, ont proposé de faire de la comédie en tordant totalement le cou aux règles de base de la série et de la logique, et en ajoutant un twist de science-fiction que j’adore à la sauce Walking Dead. Bref, ce n’était pas du Walking Dead, c’était totalement un OVNI, mais ça donnait du piment à la saison qui promettait de vraiment être une anthologie diversifiée. Bon, finalement, elle fut plus classique que ça, mais j’ai bien aimé l’ensemble de la saison. Quant à cet épisode, ben, j’en garde vraiment un très bon souvenir et ça doit être le seul de la franchise que j’ai vu plus d’une fois au cours des cinq dernières années.

  1. Euphoria – 2×03 – Ruminations : Big & Little Bullys

Définitivement mon épisode coup de cœur de 2022, rien que pour ses vingt premières minutes… La qualité se dégrade au fur et à mesure de l’avancée de l’épisode, mais ce n’est vraiment pas grave tant tout y est : la surprise initiale, le changement d’avis sur un personnage que je détestais, de la chanson, du wtf, du LGBT… et surtout du drama.

Le synopsis ? Rue se lance dans une nouvelle entreprise, Jules et Elliot se rapprochent malgré eux, Cassie s’installe dans une routine, Lexi veut monter une pièce de théâtre, la flamme renaîtra peut-être entre Nate et Maddy.

Franchement. Le premier quart d’heure (un peu plus) propose la meilleure histoire LGBT possible, avec la naissance surprise des sentiments sur une bande-son que j’adore. C’était une telle surprise que l’épisode commence si longuement par ça, et c’était tellement réaliste et bien foutu !, que ça m’a marqué plus qu’aucun autre épisode de la série. Dès janvier 2022, j’avais donc déjà mon épisode préféré de l’année. Zendaya nous livre l’une de ses meilleures prestations (musicales, en plus !) de la saison, et toutes les intrigues de la saison se dévoilent. Vraiment, on ne s’en rend pas compte au premier visionnage, mais toute la saison est là : les intrigues s’y côtoient toutes et les graines sont semées pour mener à l’excellente suite.


Voilà donc pour mes épisodes préférés de cette année. Le truc triste dont je me rends compte ? Il semblerait que pour me plaire vraiment en 2022, il fallait qu’un épisode soit capable de vraiment me surprendre, quitte à s’affranchir totalement des règles de la série… C’est pourtant l’inverse de tout ce que j’aimais avant ? En se concentrant sur des personnages inconnus (ou dont on ne comprend l’identité qu’après), en dynamisant une routine trop bien établie ou en avançant à toute vitesse pour aller vers une fin (de mi-saison, de série) inattendue, les scénaristes ont su me provoquer et me faire avoir un rush d’adrénaline. Ce sont des rares moments où je me rappelle que j’aime être sériephile… Espérons que ça se reproduise en 2023 !


Les pires de 2022

Ces épisodes-là, par contre, on s’en passerait bien en 2023 !

  1. Riverdale – 6×03 – Mr Cypher

Autant j’ai bizarrement accroché au twist de ce début de saison 6 qu’était Rivervale, autant l’épisode 3 fut le concentré de tout ce que je détestais dans la série. Une fois mis de côté le jeu de mots vite fait marrant sur le nom du personnage qui donne son titre à cet épisode, on se fait chier sec. Les personnages n’ont aucune réaction logique, l’histoire proposée est un mauvais remake et n’apporte rien – zéro surprise, zéro twist. Et en plus, le jeu d’acteurs était à côté de la plaque. Au secours.

Le synopsis ? Face à l’arrivée du sinistre M. Cypher, les habitants de Rivervale pèsent le pour et le contre. De son côté, Betty rencontre une soi-disant force du mal.

Franchement, je ne me souviens même plus de l’épisode tellement il était naze, mais le simple fait que le synopsis lui-même reconnaisse que c’est une « soi-disant » force du mal en dit long. Bon, par contre, l’épisode a été diffusé le 30 novembre 2021. My bad. Je l’ai quand même vu en 2022… le 3 janvier. L’année commençait si bien… Et on s’étonne que ça termine par une panne de séries, après !

  1. Walker – 3×05 – Mum’s the Word

Ah, justement quand on parle de panne de séries… et de début d’année pas ouf pour les séries, parce que j’ai repris hier les séries avec celle-ci ! Cet épisode était nul, mais nul ! Déjà que les intrigues ne volent jamais bien haut, je n’ai pas compris comment il était possible de proposer cet épisode avec un personnage principal qui faisait tout le contraire de ce qu’il a toujours fait. Le voir autant à côté de ses pompes, c’était ridicule – et énervant au moment du cliffhanger où les rôles semblaient s’inverser sans raison. Entre temps, on a des personnages qui vont à une fête de famille en plein milieu de leur service (wtf ?) et des intrigues parfaitement improbables…

Jared Padalecki Series Walker Season 3 Episode 5: Walker And Cassie-centric  EpisodeLe synopsis ? Walker et Cassie examinent où ils en sont et ce qui les attend dans un roadtrip qui paraissait simple, alors qu’August fait de la merde.

Purée, j’ai failli oublier de parler d’August ici… Il a détrôné Stella en tant que personnage le plus insupportable de la série, et ce n’était pas gagné. AH, et n’oublions pas non plus qu’Abby n’est même pas dans l’épisode. Un comble pour un épisode qui s’appelle Maman ? De toute manière, je n’aimais pas les mamans en 2022, si j’en crois le pire épisode de l’année…

  1. How I met your father – 1×05 – The Good Mom

Dire que la série revient dans à peine deux semaines, j’ai hâte dis donc… Dans cet épisode, Sophie retrouve sa mère. Je crois que c’est le pire épisode de cette saison. Il est symptomatique de tout ce que j’ai détesté : les personnages sont insupportables, les gags sont tous plus lourds et rétro les uns que les autres, on passe à côté des rares blagues qui pourraient fonctionner et on sous-utilise des acteurs brillants jusque dans les guest stars – Paget Brewster et Leighton Meester sous-exploitées ? Déprimant.

Le synopsis ? La visite surprise de la mère de Sophie augmente les inquiétudes de Val pour sa meilleure amie. Charlie aide Jesse et Sid à faire face à un trauma – mon dieu – et Ellen a besoin de se racheter des tomates.

Purée, l’intrigue d’Ellen là ? Cela n’avait aucun sens de se prétendre la meilleure amie, c’est si débile que je ne comprends même pas comment l’idée a pu être proposée. Pas étonnant que les acteurs rament à jouer ça, en tout cas… C’est triste pour Hillary Duff, elle enterre définitivement sa carrière, je crois. Et à ce sujet, ne me lancez pas sur la gênance de Kim Cattrall, d’ailleurs.


Voilà donc tout ce que j’avais sous les yeux pendant le podcast… Non, je n’ai pas tout lu exactement comme ça, évidemment, et rien ne vaut nos interactions avec Aurélien et Morgane. Pour découvrir les classements et les réactions face aux miens, rien ne vaut le podcast, d’ailleurs… alors faites play :

A dans deux semaines pour une nouvelle 43e minute ?

Espérons-le. En attendant…

Voir aussi : Mes cinq épisodes les plus marquants de 2021 | 2020

 

Publicité

Vus cette semaine #40

Ce RDV se contente de reprendre l’ensemble de mes avis sans spoiler sur les épisodes vus au cours de la semaine. C’est donc un simple copier-coller de ce qui se trouve déjà dans la colonne de droite et qui est mis à jour quotidiennement. Le titre de chaque épisode mène à la critique plus complète et avec spoilers. Les épisodes sont reclassés par ordre chronologique de diffusion, en J+1… 

Jeudi

Resident Alien – S02E16 – I Believe in Aliens – 18/20
L’épisode de cette semaine prouve tout ce que la série avait dans le ventre depuis le début, mais c’est presque frustrant que ce ne soit qu’à l’avant-dernier épisode que tout parvienne si bien à se mettre en place. Le rythme est excellent, les clins d’œil fonctionnent, on s’amuse énormément tout en ayant de l’action et on nous prépare le terrain de l’épisode final avec succès. J’espère vraiment qu’on aura une saison 2, car il y a moyen de faire tellement d’autres histoires !
She-Hulk: Attorney at Law – S01E07 – Retreat – 15/20
C’est ironique : ça aurait dû être un épisode parfait à voir un dimanche, parce qu’il se concentre beaucoup sur un programme de dimanche inattendu, l’air de rien. Pourtant, c’est le premier épisode depuis un moment que je ne vois pas un dimanche. Cela n’empêche pas de l’apprécier et d’aimer la manière dont l’intrigue fil rouge se met en place sans jamais oublier de développer le personnage principal de la série. Jennifer Walters est juste beaucoup trop attachante, la série réussit à me faire rire, j’aime beaucoup.
She-Hulk: Attorney at Law – S01E08 – Ribbit and Rip it – 18/20
L’épisode de cette semaine prouve tout ce que la série avait dans le ventre depuis le début, mais c’est presque frustrant que ce ne soit qu’à l’avant-dernier épisode que tout parvienne si bien à se mettre en place. Le rythme est excellent, les clins d’œil fonctionnent, on s’amuse énormément tout en ayant de l’action et on nous prépare le terrain de l’épisode final avec succès. J’espère vraiment qu’on aura une saison 2, car il y a moyen de faire tellement d’autres histoires !

Vendredi

Grey’s Anatomy – S19E01 – Everything Has Changed – 19/20
Tout n’a pas vraiment changé, mais j’imagine que cet épisode ne plaira pas à tout le monde pour autant. Cette reprise donne presque l’impression d’être devant un nouveau pilot pour la série et, quelque part, j’aurais bien envie que la série se renouvelle vraiment en suivant les internes comme à ses débuts. Ce n’est pas la première fois qu’on nous fait le coup, cependant, et je me doute bien que les épisodes reprendront vite la routine de l’an dernier, mais en attendant, c’était un excellent retour.
Station 19 – S06E01 – Twist and Shout – 17/20
C’est un bon retour pour la série qui trouve le moyen de nous présenter une nouvelle catastrophe pour faire crossover sans pour autant que ce ne soit trop lourd comme crossover. La catastrophe n’est toutefois pas le point le plus important de l’épisode : au contraire, je la trouve drôlement vite évacuée pour que l’on puisse se concentrer vraiment sur les personnages. Et c’est une bonne chose, parce que ça fait du bien de retrouver les personnages et de les voir se lancer dans de nouvelles directions.
Les Anneaux de Pouvoir – S01E07 – The Eye – 16/20
Il restait beaucoup de choses à démêler suite à l’épisode précédent. Si c’est bien ce qu’il se passe dans cet épisode, cela se fait avec beaucoup trop de bavardages et de longueurs cette semaine. Je ne suis pas forcément contre ça, surtout que les personnages sont développés, mais je n’aime pas trop quand ça traîne en longueur pour le plaisir de s’écouter parler. Cependant, on sent que l’intrigue avance et que toutes les pièces du puzzle se mettent en place ; c’est déjà ça !

Dimanche

Historias de upa Next – S01E04 – Sira Luiso Silvia – 15/20
Les choses plus sérieuses commencent enfin avec cet épisode qui nous introduit deux nouveaux personnages de la série. Il est assez clair que le but de cette mini-série est de nous présenter tous les futurs professeurs et la partie adultes de la nouvelle série. C’est bizarre de se rendre compte qu’on passe de l’autre côté par rapport à la série d’origine, mais c’était un peu inévitable aussi. Et puis, le casting reste beau à regarder, rien ne change donc.
 

Sept épisodes que ça aurait été dommage de zapper, et pourtant, j’ai oublié de publier l’article à temps !

> Vus en 2022 

 

Resident Alien – S02E16

Épisode 16 – I Believe in Aliens – 18/20
L’épisode de cette semaine prouve tout ce que la série avait dans le ventre depuis le début, mais c’est presque frustrant que ce ne soit qu’à l’avant-dernier épisode que tout parvienne si bien à se mettre en place. Le rythme est excellent, les clins d’œil fonctionnent, on s’amuse énormément tout en ayant de l’action et on nous prépare le terrain de l’épisode final avec succès. J’espère vraiment qu’on aura une saison 2, car il y a moyen de faire tellement d’autres histoires !

Spoilers

Harry est de retour à Patience, persuadé d’être le père de deux enfants.


You’re a dinosaur?

Je sais bien que la rentrée des séries bat son plein en ce moment et que je devrais être à regarder les Season Premieres attendus depuis quelques mois, mais voilà, je préfère commencer ce matin par un Season finale, parce que bon, quand même, autant terminer ce chapitre avant d’en ouvrir un autre. Commencer la journée par un bon gros cliffhanger, ça promet un bon dimanche, je trouve. Et je ne doute pas que la série saura me fournir ça.

L’épisode commence de manière un peu étrange par l’interview de Mike Richardson, un réalisateur qui nous raconte son lien avec les OVNIs malgré son scepticisme. Nous verrons bien le lien qu’à tout ça avec le reste de la série, plus tard. Tout au long de l’épisode, ce documentaire étrange continue avec l’interview de James Dowdall, qui a lui aussi une vidéo d’OVNI, puis d’Osvaldo Ramirez Castillo qui a vu des lumières depuis son balcon pendant une coupure d’électricité ; puis de Jef et Jessie Miller qui prennent leur expérience avec beaucoup plus d’humour. En fin d’épisode, il est révélé qu’Olivia aussi a participé à ce documentaire et a affirmé qu’elle croyait aux extraterrestres.

Après le générique, nous retrouvons D’Arcy et Asta contentes de leur projet de vivre ensemble, même si ça signifie devoir calmer les envies étranges de D’Arcy – qui préfère un jacuzzi à un lit apparemment. Un détour par Jay demandant à récupérer son job à la clinique plus tard, Asta se fait harceler par Harry qui est de retour de sa convention médicale.

Elle lui amène un sandwich à la dinde et au thon (ew ?) et reçoit en échange le droit d’assister elle aussi au message de Goliath, grâce à bébé Bobby. Le message complet n’apporte pas grand-chose de plus finalement : Goliath avertit Harry de la présence des Gris sur Terre, mais nous le savions déjà. Ils ont trouvé le moyen de créer des hybrides entre alien et humain, et ça sent mauvais pour la Terre.

La surprise vient finalement de la solution proposée par Goliath : se servir des ressources d’Eleanor McCallister. Ben merde. La grande méchante de la série devrait donc devenir une alliée pour sauver la planète de son extinction par les Gris, mais bizarrement, je sens que ça ne sera pas aussi simple que ça. Je veux dire, Harry a bien réussi à convertir le chasseur d’aliens en peu de temps, mais ça ne pourra pas être toujours aussi rapide.

La situation laisse Asta avec une migraine, surtout qu’Harry lui annonce qu’il ne compte pas sauver la Terre, mais simplement s’occuper de ses enfants. Au pluriel. Alors qu’il donne le sein à Bobby grâce à un étrange gadget qui doit probablement exister, Harry révèle en effet qu’il a décidé d’adopter Robert. Ce dernier est justement dans « sa » chambre, et il n’apprécie pas tout le bruit fait par Asta. Tu m’étonnes qu’elle finisse avec une migraine !

Ce n’est que le début de ses problèmes, de toute manière, parce qu’Harry est ensuite contacté par Joseph, le Gris que nous suivons depuis quelques épisodes. C’est un plaisir de voir Enver Gjokaj et Alan Tudyk partager à nouveau l’écran ensemble, mais j’étais déçu de ne pas pouvoir faire une jolie capture d’écran des deux ensembles : ils sont toujours face à face. Loin de cette petite considération, l’épisode avance son intrigue à fond : Joseph annonce que les Gris ont passé un pacte avec le peuple d’Harry afin qu’il puisse rentrer chez lui.

Il lui envoie par SMS l’adresse où il doit se rendre pour rentrer enfin sur sa planète. Bien sûr, tout n’est pas si simple, avec Harry qui pose des questions sur la manière dont les Gris ont obtenu son numéro – et la réponse est évidemment Ellen. J’ai pas mal ri de la situation avec Ellen, même si elle n’est pas vraiment présente pour les gags cette fois-ci. Tout se joue sur ce qu’on nous raconte d’elle – et qui est on ne peut plus crédible.

En attendant de pouvoir rentrer sur sa planète, Harry doit rentrer chez lui pour gérer ses enfants – Robert et Merle. Euh, je préférais Bobby, pour le coup. Je n’ai absolument pas compris comment il pouvait si rapidement faire confiance aux Gris, mais il n’empêche qu’Harry semble vouloir retourner sur sa planète au point d’être un peu idiot. Il annonce tout son plan à Robert, qui galère à lui faire comprendre qu’il a 28 ans et n’a pas vraiment besoin d’être adopté – ou emmené sur une planète extraterrestre d’ailleurs.

La scène était sympathique, avec Robert qui finit par être protégé par Harry lui laissant sa boule alien. Son départ semble affecter Harry, qui décide même de faire un cadeau d’adieu à Max. La scène était marrante, mais je n’ai pas pu m’empêcher de me demander si l’acteur avait grandi d’un coup ? C’était étonnant, non ? Je ne sais pas. Les enfants grandissent, c’est sûr, mais il m’a paru soudainement beaucoup plus grand.

Ce n’est absolument pas le sujet, cependant : Max ne croit pas une seule seconde qu’Harry est sur le point de l’abandonner, parce qu’il tient trop à lui pour ça. C’est effectivement le cas : il prend le temps de dire adieu à Max, mais fait une simple vidéo à Asta ? Il est dans l’abus, comme toujours, mais de toute manière, il ne peut pas terminer sa vidéo sans être interrompu par Sahar. Celle-ci a appris par Max que son bébé est de retour en ville, et elle veut le voir pour le remercier et lui dire adieu.

La scène est super touchante, avec Bobby et Sahar qui se remercient l’un l’autre et ont une vraie relation d’affection entre eux. Cela perturbe même Harry et comme Sahar lui fait remarquer que le bébé est désormais le pont (bridge) entre les extraterrestres et les humains, Harry décide de renommer le bébé… Bridget. Allons bon. L’humour m’a fait rire au moins – et c’était presque digne de Sirena, pour ceux qui ont la référence.

Harry et Bridget se rendent ensuite au point de rendez-vous fixé par les Gris, au beau milieu de la neige. Ils y trouvent effectivement un vaisseau qui semble prêt à les emmener loin de la Terre. Cela se fait avec la voix off d’Harry se rendant compte qu’il ne veut plus totalement manger son bébé. Il est même attaché à lui en théorie… Mais en pratique, il n’hésite pas à l’abandonner. Il laisse en effet ce bébé repartir dans l’espace avec le vaisseau des Gris, mais sans lui. C’est abusé comme les scénaristes se débarrassent vite du bébé, mais ça marche bien d’avoir Harry qui prend conscience qu’il a changé grâce à lui et qu’il peut donc réussir là où Goliath a échoué.

En plus de tout cela, les scénaristes sèment quelques graines pour que tout ça prenne l’allure d’une vraie fin de saison. Jay décide donc de reprendre contact avec Asta et lui donne un rendez-vous pour le lendemain. Asta insiste tellement pour dire qu’elle viendra au rendez-vous qu’on sait déjà qu’elle le ratera.

Au départ, je pensais que ce serait à cause du départ d’Harry, mais comme celui-ci fait demi-tour, ce n’est pas ça le problème. L’autre problème pourrait être cette autre graine : D’Arcy retourne chez Dan récupérer des affaires qu’elle a oublié chez lui et trouve dans les affaires d’Asta la preuve qu’Harry a probablement tué Sam.

Enervée, D’Arcy décide en toute logique d’aller confronter sa meilleure amie directement chez le principal intéressé, Harry. Le problème, c’est qu’Asta refuse de lui révéler la vérité, parce qu’elle ne peut pas briser le secret d’Harry comme ça. C’en est trop pour D’Arcy qui décide de planter définitivement Asta, leur amitié n’étant fondée que sur un mensonge depuis plus d’un an.

Harry est dévasté de voir les deux meilleures amies se disputer. Il décide donc, enfin, de révéler sa véritable identité à D’Arcy. Quand elle le voit, elle le prend pour un dinosaure et s’en fout pas mal de ce qu’il est, étant simplement rassurée que son amitié avec Asta puisse continuer et tenir la route pour encore de nombreuses années. Elle est mignonne comme tout et j’ai bien ri de sa non réaction à la vérité.

C’est raccord avec le personnage : il en faut plus que ça pour déstabiliser D’Arcy, nous le savons bien. Contre toute attente, Asta peut donc passer du temps avec Jay et l’aider à choisir sa robe de bal de promo, avant de revenir manger avec D’Arcy et Harry, histoire de raconter à sa meilleure amie tout ce qu’elle a pu rater avant. Leur dîner est toutefois interrompu par un hélicoptère…

D’Arcy découvre ainsi la possibilité d’une fin du monde et l’existence d’un bunker, juste avant que l’armée ne débarque chez Harry pour l’arrêter. C’est presque une scène de guerre qui a lieu pour ravager la cabane… alors qu’Harry les attend bien patiemment. Il espérait évidemment avoir une entrevue avec McCallister. Elle, elle doit faire face à son échec de l’épisode précédent. Elle découvre ainsi que Joseph est une taupe qui a possiblement été le maillon faible dans sa sécurité. Ce n’est absolument pas le cas, mais la théorie se tient.

En fin d’épisode, elle fait donc enlever Harry dans sa cabane pour avoir un entretien avec lui dans une de ses bases secrètes. Nous n’en saurons pas plus pour cette saison toutefois.

En parallèle, Ben continue de gérer son rôle de maire comme il peut. Il est censé boucler les budgets de la ville, et ce n’est pas si simple face aux demandes extravagantes et nombreuses de Mike. Le refus de Ben pourrait encore passer, mais quand il lui annonce qu’en plus, il ne compte plus soutenir l’idée de station balnéaire, ça déstabilise bien trop Mike. Je sens que ça va le faire rester de voir Ben être aussi inactif face à la situation.

En plus, sans station balnéaire, la ville risque de faire face à un grand crime, alors il faut plus d’hommes et de voitures à Mike. Tout ce qu’il obtient, c’est une voiture pour enfants, merci Max, mais bon, il a d’autres choses à gérer : Olivia découvre la mort de Peter, le chasseur d’alien, dans un accident de la route et elle n’y croit pas du tout. Pour une conspirationniste, cette mort est étonnante en même temps, je la comprends largement. En plus, la voiture de Peter est toujours en ville, abandonnée sur deux places de parking de Patience.

Pour la première fois, Olivia décide donc de s’opposer à un ordre direct de Mike – qu’elle a donné elle-même en vrai – et vole la voiture pour mener son enquête sur ce qu’elle est sûre d’être un meurtre. Elle est rapidement prise la main dans le sac par Mike, qui l’engueule… avant de lui venir en aide quand des flics s’intéressent apparemment de près à ce véhicule volé. S’il le fait, c’est parce qu’en bon flic (ça lui arrive), Mike a décidé de vérifier l’intuition d’Olivia : il a repéré que la voiture est effectivement revenue à Patience des heures après la mort supposée de Peter.

C’est donc louche au point qu’il risque beaucoup pour protéger Olivia face à des flics… qu’il révèle comme étant des imposteurs dès qu’ils ont le dos tourné. La ruse était trop habile pour Mike : il prétend connaître un autre flic de leur commissariat, mais un qui n’existe pas.

De retour au commissariat, Mike peut alors embaucher un autre adjoint au shérif pour bosser avec lui : sans trop de surprise, il s’agit de Joseph. Je me doutais bien qu’ils n’iraient pas ajouter un personnage random dans la série, mais je suis content si ça signifie qu’Enver Gjokaj sera de retour en saison 3. J’adore cet acteur.

Autrement, malgré la décision de Ben de laisser tomber la station balnéaire, il est révélé qu’il continue de faire des insomnies et du somnambulisme. J’imagine que cette intrigue aura un impact plus important par la suite. Et cela ne manque pas : il est révélé en fin d’épisode que Ben est régulièrement enlevé par les Gris. Nous le découvrons quand ceux-ci récupèrent Robert à l’arrêt de bus (j’étais triste pour lui, d’ailleurs) et qu’ils le sanglent juste à côté de Ben.

À Ben, on adresse des mots rassurants : son bébé est là aussi. Oui, exactement comme Peter avant lui, Ben se retrouve donc en présence des Gris parce que les extraterrestres ont kidnappé son enfant. Trois mois plus tôt, ils ont fait venir Kate à eux pour lui prendre son bébé… Oh putain, c’est bien amené cette affaire : c’était absolument évident que ça allait terminer comme ça cette intrigue de grossesse, mais ça a été bien géré pour nous faire croire qu’elle n’était pas enceinte finalement !

EN BREF – J’ai eu du mal en début de saison 2 à me remettre dans le bain de la série, avec une intrigue qui semblait piétiner un peu trop suite aux révélations de fin de saison et un humour lourdingue auquel il faut en permanence se réadapter. Petit à petit, cependant, la série a réussi à proposer une saison de plus en plus solide, avec des intrigues qui se rejoignaient et des évolutions de personnages tout à fait géniales.

Sans que ce ne soit ma série préférée, je trouve que Resident Alien parvient à embaucher plein d’acteurs de talent que j’aime beaucoup et propose une intrigue de science-fiction vraiment sympathique. Elle n’est pas toujours très originale, mais son humour est efficace sans jamais relâcher la tension dramatique. Un vrai petit plaisir.

Je serai au rendez-vous pour la saison 3, même si les cliffhangers me posent finalement assez peu de questions : D’Arcy et Asta vont avoir tout le temps de faire le point sur tout ce qu’il s’est passé dans le bunker, alors la révélation pour D’Arcy tombe presque à plat, Harry et McCallister vont réussir à s’allier sans difficulté dans la base secrète, Joseph va pouvoir surveiller régulièrement Ben et Kate maintenant que leur bébé est en possession des Gris. Tout est déjà en place ; il n’y a plus qu’à !

Vus cette semaine #38

Ce RDV se contente de reprendre l’ensemble de mes avis sans spoiler sur les épisodes vus au cours de la semaine. C’est donc un simple copier-coller de ce qui se trouve déjà dans la colonne de droite et qui est mis à jour quotidiennement. Le titre de chaque épisode mène à la critique plus complète et avec spoilers. Les épisodes sont reclassés par ordre chronologique de diffusion, en J+1… 

Lundi

Publication des critiques complètes ce soir

American Gigolo – S01E01 – Pilot – 15/20
Sincèrement, le casting sauve beaucoup un épisode qui est lent, avec un scénario finalement assez peu surprenant malgré sa chronologie éclatée. La série est sympathique sans être incontournable, les personnages sont encore un peu plats à ce stade, mais quelque chose de positif se dégage tout de même de l’ensemble. Je ne sais pas encore ce que ça peut être, mais la série à ce petit côté irrévérencieux qui donne envie de la continuer – un peu en mode Guilty Pleasure.
American Gigolo – S01E02 – Pretty Baby – 14/20
Je suis déçu car j’espérais vraiment que la série parvienne à surprendre ou plaire. Si la fin d’épisode promet une intrigue plus intéressante, je ne peux pas dire que je sois surpris pour l’instant. Au contraire, tout semble plutôt convenu pour le moment et un bon nombre de scènes donnent plutôt l’impression de perdre notre temps que de nous faire avancer. Les personnages ne sont pas vraiment développés dans ces scènes-là, alors c’est frustrant. Et pourtant, il y a toujours ce je-ne-sais-quoi qui accroche et un peu plus de scènes tentant de justifier le titre de la série… sauf que c’est gratuit.

Mardi

NCIS – S20E01 – A Family Matter (I) – 16/20
L’épisode est une bonne reprise pour la saison : je trouve qu’on a un bon équilibre qui s’installe entre les personnages, l’intrigue principale en fil rouge promet d’être intéressante et de se dérouler peut-être un peu plus vite qu’une des précédentes et dans l’ensemble, c’était un épisode efficace de bout en bout. Non, vraiment, une bonne reprise.
NCIS Hawai’i – S02E01 – Prisoners’ Dilemma (II) – 13/20
C’est une reprise décevante précisément parce que ce n’est pas vraiment une reprise : l’épisode est complètement déséquilibré par le fait qu’il s’agisse d’un crossover dont l’histoire a déjà commencé. Cela ne permet pas de retrouver chaque personnage de manière aussi fluide que je l’espérais, certains pans qui font que j’aime la série sont ainsi laissés de côté. Pour ne rien arranger, la résolution de l’intrigue ne m’a pas tellement plu.
9-1-1 – S06E01 – Let the Games Begin – 17/20
La saison débute par un premier épisode très solide qui n’a rien à envier aux autres saisons, si ce n’est peut-être que ses enjeux sont moins importants pour Los Angeles – mais beaucoup plus pour les personnages. Certaines évolutions d’intrigues sont ici bien plus qu’attendues, d’autres décisions me déçoivent un peu, mais dans l’ensemble, on retrouve la série en grande forme ; et donc en meilleure forme qu’en fin de saison précédente.
The Cleaning Lady – S02E01 – Sins of the Father – 13/20
La reprise n’est pas franchement à la hauteur de ce que j’attendais, parce qu’on manque d’enjeux pour l’ensemble de la saison et surtout parce qu’un paquet de scènes ne paraissent pas bien logiques. Les scénaristes galèrent à justifier l’injustifiable et l’héroïne commet des erreurs de débutante sans qu’on ne sache bien pourquoi, changeant d’avis comme certaines changent de perruques dans cet épisode. J’espère que ça continuera mieux que ça !

Jeudi

Resident Alien – S02E15 – Best of Enemies – 15/20
J’ai eu du mal à entrer pleinement dans l’épisode qui semblait parfois un peu brouillon dans l’enchaînement de ses intrigues, mais en vérité, c’est toujours un plaisir de parcourir les rues de Patience avec ces personnages. Et puis, le fil rouge avance immanquablement dans cet épisode : il me manque une scène bien particulière que les scénaristes se gardent pour le dernier épisode, mais autrement, l’intrigue n’est vraiment plus au même stade après cet épisode.
She-Hulk – S01E06 – Just Jen – 16/20
Ouf, l’humour est de retour avec cet épisode et prend de nouveau sur moi. Pourtant, je suis aussi fatigué que la semaine dernière ! Côté intrigue, on sent bien que ça avance, même si certaines choses sont mises de côté pour l’instant. J’ai l’impression qu’on va passer la saison à sentir la menace planer sans jamais la voir vraiment, mais en même temps, la série n’en a pas besoin pour me donner envie de la regarder. Tant que je m’amuse bien et que j’ai trois actrices que j’adore au casting, je ne peux que continuer de regarder.

Vendredi

Les Anneaux de Pouvoir – S01E05 – Partings – 16/20
Légèrement mieux que la semaine dernière, c’est sûr, mais encore un peu trop prévisible par moments et pas assez logique à d’autres pour que je sois totalement convaincu par ce qui est proposé. L’épisode, même s’il est long, est toujours un régal pour les yeux, il y a toujours quelques personnages que j’adore – et d’autres que je n’aime pas trop – et c’est intéressant de faire peu à peu les liens avec Le Seigneur des Anneaux. Bref, c’est toujours une réussite !

Dimanche

Historias de Upa Next – S01E02 – Lola – 14/20
Moins de nostalgie dans cet épisode et plus d’incompréhension concernant ce que la série souhaite faire au juste. Concrètement, on retrouve certes les personnages que l’on connaît bien, mais à des stades de vie tellement différents qu’ils ne sont plus forcément ceux qu’on connaissait – et c’est donc trop court pour se faire une vraie idée. Mais bon.

Bref, c’est la rentrée des séries, enfin !

> Vus en 2022