Top Persos TVtime #19

Salut les sériephiles, 

Eh ! Pour une fois que je pense à cet article, gros miracle : je suis pile dans les temps par rapport à ce que je prévois habituellement. En effet, j’aime bien écrire de manière bi-mensuelle cet article qui détermine les personnages pour lesquels j’ai le plus voté ces quatre derniers mois… Ca change assez régulièrement comme ça, en théorie. En pratique, pas toujours, puisque l’habitude cette année fut de le voir envahi par mes séries du Challenge Séries… Sauf que ces derniers temps, ben, je n’ai pas vraiment avancé dedans. Comme tous les ans, je sais. En tout cas, j’étais curieux de ce que ça allait donner. Et je n’ai pas été déçu du voyage, parce que j’ai eu des surprises.

Allez, j’arrête de teaser tout ça et je vous laisse avec l’article ; vous êtes là pour ça normalement :

Lire la suite de « Top Persos TVtime #19 »

Vus cette semaine #41

Ce RDV se contente de reprendre l’ensemble de mes avis sans spoiler sur les épisodes vus au cours de la semaine. C’est donc un simple copier-coller de ce qui se trouve déjà dans la colonne de droite et qui est mis à jour quotidiennement. Le titre de chaque épisode mène à la critique plus complète et avec spoilers. Les épisodes sont reclassés par ordre chronologique de diffusion, en J+1… 

Mardi

9-1-1 – S05E01 – Panic – 20/20 – Deux semaines de retard
Je pensais avoir été un peu spoilé par l’affiche du premier épisode de la saison, mais je suis content de découvrir que ce n’est pas vraiment le cas. C’était un véritable plaisir de découvrir les rebondissements de cet épisode, de retrouver les personnages et les sensations de stress que parvient à procurer la série chaque fois qu’elle le souhaite. Un beau début de saison, vraiment.
NCIS – S19E03 – Road to Nowhere – 15/20
J’aime vraiment bien ce début de saison qui se concentre sur un fil rouge unique. Ils devraient le faire plus souvent, car c’est efficace et ça me fait même apprécier des personnages que je ne pensais pas pouvoir apprécier depuis le temps qu’ils me laissent indifférent. Bon, d’accord, j’exagère, bien sûr que j’aime tout le monde après autant d’années, mais vous voyez l’idée. J’espère.
NCIS Hawai’i – S01E03 – Recruiter – 12/20
Les choses se compliquent cette semaine pour la série avec un épisode qui laisse de côté toute sa modernité au profit d’une intrigue classique, de développements classiques, d’une réalisation classique, d’une enquête classique, d’un jeu d’acteur classique… Bref, Personne ne s’est foulé sur cet épisode, franchement, et ce n’est pourtant que le troisième de la série. On va être sur un rythme de croisière peu surprenant, convenu et… pas forcément passionnant.

Mercredi

What if…? – S01E09 – What if… The Watcher Broke His Oath ? – 20/20
Pourquoi suis-je surpris quand la fin de cette saison 1 ne pouvait absolument pas être différente de ce qui est proposé ici ? Je ne sais pas, je crois que j’ai posé mon cerveau à côté tout du long pour savourer cette série. Elle étend l’univers Marvel comme il faut et propose de bonnes choses qui s’inscrivent beaucoup plus que prévu dans le message de la phase 4 sur le multivers. Quant à la formule de cet épisode, c’est une formule que Marvel ne connaît que trop bien depuis le premier Avengers. Avec eux, ce n’est plus pourquoi changer une équipe qui gagne, c’est pourquoi changer une formule qui gagne ? Et effectivement, pourquoi ? C’est efficace.

Jeudi

In the Dark – S03E12 – Do You Hear What I Hear ? – 15/20
La crédibilité de cette saison est vraiment à revoir, mais je reconnais que tout ça forme une histoire vraiment prenante et intéressante. Par contre, j’ai du mal à me faire à l’idée que la fin de saison approche : ça a été interminable d’en arriver là ; maintenant, ça va me frustrer que ça se termine bien vite alors qu’on pourrait avoir d’autres rebondissements, enfin !
In the dark – S03E13 – Expectations is the Root of All Heartache – 16/20
Cet épisode prouve que ce n’était finalement pas si compliqué d’écrire des personnages appréciables, et les scénaristes parviennent à faire leur mea culpa, même si c’est un peu tard. J’ai un sentiment partagé face à cet épisode, avec l’impression qu’il aurait peut-être fallu s’arrêter là pour cette série et, en même temps, avec l’envie de revoir certains d’entre eux. Pas sûr de ce que la suite de la série pourra être, par contre, pas sûr que ça soit une réussite non plus.

Vendredi

The Outpost – S04E12 – The Betrayer – 17/20
On sent que la fin approche et que ça va être vraiment bien, mais par contre, tout ça ne met pas en valeur certains personnages qui paraissent plus deux de tension que jamais. Pour le reste, un happy end semble pouvoir se mettre en place, même si ça ne pourra se faire sans quelques sacrifices. Je suis content de pouvoir regarder ensemble les deux derniers épisodes en même temps. Et du coup, je vais aller écrire la critique du suivant, hein.
The Outpost – S04E13 – Nothing Lasts Forever – 20/20
Je n’aurais jamais cru il y a quatre ans que j’allais tenir quatre saisons devant cette série, et pourtant, me voilà aujourd’hui devant son dernier épisode. Et je suis aussi soulagé que ravi de voir que les scénaristes ont trouvé le moyen d’offrir une vraie belle conclusion à la saga proposée tout au long des quatre saisons. C’est rare d’avoir une série qui mène aussi bien sa barque du début à la fin, en gagnant en qualité à chaque saison. Hyper satisfait… et un peu triste de dire au revoir à certains personnages !

Dimanche

Evil – S02E12 – D is for Doll – 14/20
Venez lire cette critique si vous aussi vous n’avez pas tout compris – pour ne pas dire rien compris – à certaines des intrigues de cet épisode et de cette saison. J’ai beau sentir qu’ils nous rapprochent de certaines réponses avec cet épisode, j’ai l’impression d’être encore plus loin d’une quelconque résolution qu’à l’épisode précédent. Et on a connu plus flippant avec ce thème, aussi ?
Evil – S02E13 – C is for Cannibal – 16/20
J’aimerais sincèrement écrire que la série est plus claire après cet épisode et que les réponses que l’on obtient sur les intrigues de la saison sont suffisantes pour justifier les nombreux moments d’égarement de la saison, mais ce n’est pas le cas. On a un épisode qui paraît étonnamment fluide à la place, mais pas tellement de perspectives ou de direction limpide pour la suite. Je ne sais plus quoi penser de la série.

Rattrapage

J’ai publié quelques critiques de la saison 4 d’Atypical


J’ai repris Law & Order Special Victims Unit avec l’épisode 14 de la saison 22… J’approche de la fin, mais la nouvelle saison est déjà bien entamée.

Voir aussi : Un week-end d’octobre aux allures de mai

> Vus en 2021 

 

Evil – S02E13

Épisode 13 – C is for Cannibal – 16/20
J’aimerais sincèrement écrire que la série est plus claire après cet épisode et que les réponses que l’on obtient sur les intrigues de la saison sont suffisantes pour justifier les nombreux moments d’égarement de la saison, mais ce n’est pas le cas. On a un épisode qui paraît étonnamment fluide à la place, mais pas tellement de perspectives ou de direction limpide pour la suite. Je ne sais plus quoi penser de la série.

Spoilers

David s’apprête à recevoir son ordination.

Stop creating fiction to avoid God.

L’épisode commence par un entretien de David sur le point d’être ordonné prêtre, et je dois avouer que c’était intéressant de découvrir les coulisses de quelque chose que je ne connaissais pas du tout. Eh, il a un sacré niveau de latin et une réponse bien convenue à tout ce qu’on lui demande, y compris quand il est question de race ou quand il se retrouve en conversation visio avec Renée lui posant des questions sur sa vie sexuelle.

Chelou, étrange. C’est la sœur de son ex, franchement. Bon. Ce dernier entretien se passe bien pour lui, mais ça ravive apparemment des souvenirs sexuels pour David, dont on apprend (il me semble ?) qu’il a été dans un centre pour accro sexuel ? Euh ? OK. Tout ça semble sortir de nulle part, de même que l’intrigue de l’épisode sur les cannibales, donc.

Le trio se retrouve à interroger un jeune étudiant dont les parents s’inquiètent qu’il puisse être possédé par un démon. Il y a de quoi : sur son campus, il semble normal de se mettre à hurler tous ensemble sans vraie raison ; et dans la tête de ce type, Mitch, il y a des envies de manger des bouts de corps humains. Il en est à s’attacher à son lit par crainte de bouffer son colocataire pendant la nuit. Et le coloc semble plutôt à l’aise avec cette idée ? Genre… non ?

Il indique quand même à David et Ben que Mitch semble plus affamé quand il rentre d’un cours en particulier, dans un autre bâtiment. Le duo d’enquêteurs se met aussitôt en quête de comprendre ce qu’il peut se passer là-bas, et ils en profitent pour parler du célibat forcé de David tout en traquant une piste sanglante. Soit. Tout cela n’empêche le futur Père Acosta d’être obsédé par le sexe et des rêves érotiques.

Il faut pourtant qu’il en sorte assez vite, parce que Ben et Kristen lui ont organisé une petite fête surprise chez Ben avec à peu près tout le casting. Cela permet au psy de tenter de parler de sa vision bizarre à la nonne habituelle – et c’était génial, mais aussi à Sheryl et aux filles de Kristen de sauter sur le lit de Ben. Sérieusement ? J’étais juste gêné de voir des gens si mal éduqués. Et puis Sheryl qui parle à des prêtres, ça ne peut que mal tourner. Elle demande à ce que Leland soit embauché, finalement, ça pourrait être pire. Ca pourrait être Lexis – mais où est passée sa queue ??? – qui balance à sa mère qu’elle sent comme un cadavre. Sympa.

Je préfère ne pas savoir comment elle connaît l’odeur, mais ça ne semble inquiéter personne. Après, Kristen était à la fac de médecine lors de la dissection d’un cadavre dans la journée, donc en soi, ce n’est pas si bizarre ; mais personne d’autre ne sentant l’odeur, ça semble indiquer que Lexis a l’odorat fin quand même. Allez savoir. Comme toujours avec cette série, on enchaîne de toute manière sur tout autre chose : Kristen, David et Ben se rendent à la fac à trois heures du matin.

Ben et David y avaient trouvé une indication ensanglantée proposant de se rendre sur place à cette heure-ci, mais tout ce qu’ils trouvent, ce sont des étudiants qui font des défis stupides entre eux, du genre, dormir dans un tiroir de morgue. C’était très sympathique de voir Kristen flipper un coup, pour une fois ; et très sympathique comme réalisation. Par contre, ça ne ressemble pas tellement à une fin de saison… Au contraire, même : on a un épisode qui semble étonnamment bien construit autour des mêmes intrigues par rapport à d’habitude.

Bon, après, Kristen et Ben perdent de vue David qui se retrouve à errer seul dans cette fac abandonnée. Cela lui permet d’être face à face à ce qui ressemble à une gargouille cannibale, une créature capable de voler et de le chasser à travers la fac. Comme souvent, par contre, Kristen intervient pour aider David à passer une porte, et pouf, la vision démoniaque disparaît. Je parle de vision pour une bonne raison, parce que sœur Andrea finit par lui expliquer qu’il a un don bien particulier.

C’est un don que peu de gens ont et qu’elle a aussi : plus ils s’approchent de Dieu, plus les visions deviennent corporelles et réelles. Euh ? David ne semble pas prêt à signer pour ça, et j’avoue que ce n’est pas exactement ce qu’on attendait de la série jusqu’ici. Il faudra bien qu’elle bascule totalement dans le fantastique à un moment donné après. Le problème, pour l’instant, c’est qu’elle n’ose pas aller à fond dedans alors qu’elle y est déjà. Je crois.

Je veux dire, la sœur a aussi ses terreurs nocturnes à présent, et ses cauchemars dans lesquels elle voit la gargouille venir l’enfourcher. OK. C’est de plus en plus chelou tout ça. Sœur Andrea demande à la créature de laisser David tranquille, parce qu’il est protégé par Jésus, avant de poignarder avec un crucifix le thorax de cette créature. Puis, elle se réveille. C’est déjà ça ?

L’autre problème de la série, c’est la multiplication des intrigues, et cet épisode n’y coupe pas non plus : le psy annonce à Kristen qu’il va prendre deux mois de vacances et la référer à un autre psy en attendant. Le plus beau, c’est encore qu’il raconte toute sa vie à sa patiente et qu’il n’existe toujours aucune éthique professionnelle entre ces deux-là.

L’éthique professionnelle ne semble pas étouffer Kristen de toute manière. Cet épisode la voit se retrouver sous la surveillance de Leland envoyé par l’Eglise. C’est la pire des idées, mais la dispute entre ces deux-là était hilarante… jusqu’à ce que Kristen retire sa chaussure à talon pour éclater la tronche de Leland. Euh hein ? Les étudiants ne semblent pas s’en inquiéter autour d’eux, et Kristen n’a pas encore de vraie raison de l’éclater.

Cela empire ensuite : pendant l’ordination de David – il ne fait que penser au sexe, super – Leland se lève et laisse à Lexis un étrange mo, Daffodil. Bon, c’est le nom d’une fleur, qui était aussi le nom de code laissé à Sheryl pour aller baffer Asa dans l’épisode précédent. Les intrigues se recoupent, peu à peu. Lexis avoue ainsi à sa mère qu’elle a revu Leland plusieurs fois à l’école, ce qui fait flipper Kristen.

On s’y attendait, mais elle décide donc de récupérer son arme préférée dans le placard pour aller chez Leland. Seulement voilà, Leland est déjà occupé : il a convaincu le cannibale qu’il était parfaitement normal de manger de la viande humaine.

C’était une tâche facile, parce qu’il s’affirmait appelé par un des cadavres de l’université la nuit précédente. Ben et David avaient eu bien du mal à l’empêcher de bouffer un cadavre dont le crâne avait été tatoué d’un sigil… et ça ne sert finalement à rien, car Mitch est invité chez Leland qui lui a organisé une jolie fête pour bouffer le cadavre. Et sur place, on découvre que Sheryl est là aussi, mais qu’elle fait tout ce qu’elle fait pour protéger ses petites-filles. C’est à peu près logique, mais ça manque encore d’une vraie explication, je trouve. La sœur Andrea tente bien de nous la donner avec une révélation sur les sigils avec la carte qui représenterait soixante décennies de soixante maisons démoniaques, mais… Je n’ai pas compris ce que ça apportait au schmilblick, en fait. Grosso modo, on apprend quand même que quand l’un des soixante meurt, il doit être remplacé en étant mangé par son successeur. Sheryl a donc fait ça ? Et Mitch est en train de le faire lui aussi.

Et Kristen dans tout ça ? Elle ne se rend pas chez Leland, mais chez David. Maintenant qu’il est prêtre, il peut écouter sa confession, et il l’accepte. Le pauvre ne sait pas ce qui l’attend par contre : Kristen lui confesse le meurtre de Leroux et le fait que les flics l’ont laissée s’en tirer sans rien lui dire. Bordel, quelle actrice ! Elle est merveilleuse et m’a foutu des frissons… par contre la série m’a tellement révolté ensuite. Genre… Non. Ca m’énerve ce cliffhanger, parce que je ne vois pas du tout l’alchimie qu’on nous vend entre les acteurs et parce que ça n’a aucun sens que David ou Kristen fassent ça, surtout dans un moment de vulnérabilité et d’émotions comme celui-ci, c’est totalement hors propos.

La saison se termine sur David assurant le pardon de Dieu à Kristen… avant qu’il ne l’embrasse. Le soir où il devient prêtre ? Et Andy ? Et bordel où sont les débuts de réponse ? Où est la queue de Lexis ? Qu’est-ce que cette gargouille géante ? Et ce livre que lit finalement Lexis dans son lit ? Et Eddie, la poupée de l’épisode précédent qu’on a vu toute la saison ? Et les rêves de Ben qui ont cessé ? Et… bordel.

EN BREF – Je suis vraiment perplexe. J’adore l’ambiance de la série, j’adore ce que la saison 1 a proposé, j’adore les moments WTF qui peuplent la série… mais je suis blasé de voir que cette saison 2 a multiplié les intrigues sans jamais chercher à vraiment les terminer. Certes, il y a des moments où l’on a l’impression d’avancer et d’avoir des explications, mais à chaque fois, c’est pour mieux reculer ou pour mieux découvrir quinze autres pistes.

Et attendez, quand je dis ça, on dirait que je parle de LOST, mais pas du tout : là, les quinze autres pistes n’ont juste rien à voir avec ce qui précédait et ce qui suivra. À chaque fois. Cela me laisse totalement perplexe : j’adore la série, son ambiance, ses acteurs, sa réalisation, ses moments flippants, oui, définitivement oui. C’est une des meilleures séries du genre, définitivement oui. Par contre, il faut vraiment que ça se reprenne et qu’on offre à la série une vraie direction claire et définie, parce qu’à partir dans tous les sens comme ça, elle ne sait plus ce qu’elle raconte.

Et moi non plus je ne sais plus bien.

> Saison 2

 

Evil – S02E12

Épisode 12 – D is for Doll – 14/20
Venez lire cette critique si vous aussi vous n’avez pas tout compris – pour ne pas dire rien compris – à certaines des intrigues de cet épisode et de cette saison. J’ai beau sentir qu’ils nous rapprochent de certaines réponses avec cet épisode, j’ai l’impression d’être encore plus loin d’une quelconque résolution qu’à l’épisode précédent. Et on a connu plus flippant avec ce thème, aussi ?

Spoilers

Il fallait bien un épisode sur une poupée démoniaque à un moment ou un autre.

To be honest I’m Catholic, but I’m not that religious.

Je n’ai pas eu le temps pour cet épisode la semaine dernière, mais quand je vois le titre, je me dis que c’était peut-être un acte manqué de ma part. Comme beaucoup, je n’aime pas tellement les poupées dans les films d’horreur, hein. Cela dit, l’épisode commence de manière surprenante et loin des poupées : Leland demande plus ou moins à prendre la place de Kristen dans l’équipe d’investigation de l’Eglise, et c’est… étonnant.

La sœur habituelle est là pour avoir les oreilles qui trainent, renverser du thé sur Leland et tenter de le déranger autant que possible quand il parle. Bizarrement, une fois congédiée, elle se rend auprès de David non pas pour lui révéler tout ce qu’elle lui a entendu, mais pour le convaincre de devenir prêtre au plus vite, parce que la guerre est sur le point de commencer maintenant que Leland veut rejoindre l’Eglise dans l’accompagnement des possédés. Ah.

Elle finit donc par lui expliquer ce qu’elle a entendu, et si David n’y croit pas, il découvre finalement que c’est bien la vérité. Cela le fait beaucoup reconsidérer sa position vis-à-vis de l’Eglise, surtout qu’il a un pote qui laisse tomber sa place de prêtre pour ouvrir sa propre paroisse indépendante de l’autorité religieuse qui est bien trop longue à réagir selon lui, notamment sur les questions raciales.

Tout cela tracasse David qui finit par demander à nouveau conseil à la sœur, en en profitant pour en apprendre plus sur elle et l’homme qui était tombé amoureux d’elle quand elle était entrée dans les ordres. L’homme en question s’est suicidé depuis, alors bon, elle ne semble pas avoir beaucoup de regret : elle sait pourquoi elle est en vie au moins, et ce dessein dans la vie lui convient bien.

Sa vie est loin d’être triste, après tout. Elle redonne donc confiance à David, en lui demandant aussi qui a bien pu le faire douter à ce point. David se retrouve ainsi à faire des recherches sur son pote, pour mieux se rendre compte qu’il est tombé amoureux d’une nonne et que c’est pour ça qu’il a souhaité ne pas rester prêtre. Sacré destin. On ne va pas se mentir après, j’ai eu du mal à voir où voulait en venir la série avec ça, surtout quand le pote s’est mis à critiquer les exorcistes. Tout cela n’avait pas trop de sens.

De son côté, Kristen s’est beaucoup calmée et n’a plus eu d’hallucination depuis quatre jours. Eh, ça fait du bien de la voir beaucoup plus reposée et saine : elle fait ses excuses à son psy qui les accepte. Il est chelou lui aussi à tout tolérer ! Mieux que ça : il propose carrément à Kristen de parler à un de ses patients qui dit voir des choses dans sa maison, voir une forme qui s’en prend à son fils et lui a cassé le bras.

Cela fait penser bien sûr à des entités démoniaques, et c’est l’avis de David jusqu’à ce qu’il apprenne que la forme n’apparaît que la nuit. Selon lui, c’est étrange car ce n’est pas le fonctionnement habituel des entités démoniaques. Soit. Ben se joint à l’équipe bien sûr, et le psy de Kristen aussi, parce que lui, il aimerait pouvoir écrire un livre sur ces gens au boulot passionnant.

Tu m’étonnes ! David n’est pas pour, Ben non plus. Tu m’étonnes, bis. Bon, cela ne les empêche pas d’enquêter tranquillement dans la maison, histoire de découvrir que le fils du patient a peut-être des insectes dans son plâtre (comme tout le monde mon gars, faut s’y faire et attendre, c’est tout) avant d’être embarqués en direction du grenier. En effet, il y a une clairement une fuite qui vient du grenier au-dessus de la chambre du gamin.

Une fuite d’eau ? Peut-être, peut-être pas : ils trouvent dans le grenier un dégât des eaux qui sent bien trop fort pour que ce soit de l’eau. Kristen, David et Ben finissent par trouver la cause de la fuite, ou pas : un coffre avec une poupée dedans. Et c’est la poupée qui fuit ? On ne sait pas trop, mais le papa de la maison assure que c’est à sa femme, décédée depuis. Elle lui avait promis de s’en débarrasser pourtant, seulement voilà, elle faisait toujours ce qu’Eddie lui demandait.

La série n’ayant pas assez d’intrigues en cours, l’épisode prend aussi le temps de proposer ENCORE autre chose avec une autre des gamines de Kristen. C’est cette fois Lynn qui se retrouve à jouer les baby-sitters pour un certain Sebi, effrayé lui aussi par une poupée qui lui dit de ne pas bouger et que Lynn décide de ramener chez elle le soir en rentrant. Allez comprendre.

Elle explique à sa mère qu’elle pense que Sebi a voulu lui mettre dans son sac car il avait peur de la poupée, mais le problème, c’est que la poupée a disparu quand les parents de Sebi viennent la réclamer. Après, ça paraît être un problème, mais la série semble l’oublier totalement aussi vite. Ce n’est que plusieurs minutes plus tard qu’on découvre que la cadette avait volé la poupée – et on le découvre en même temps que Lexis. Celle-ci reconnaît la poupée, comme nous, comme étant la poupée appartenant à sa grand-mère. Et j’avoue, j’ai ri de l’arrivée prévisible du train ensuite, mais je ne comprends rien à ce que la série veut nous communiquer. C’est frustrant.

Du côté du gamin avec le plâtre, les choses tournent mal : persuadé d’avoir le plâtre infesté par des insectes, il se coupe le bras en voulant retirer le plâtre. Forcément, ça ramène toute l’équipe sur place, et cette fois, ils cherchent à comprendre ce que les ombres vus par le gamin peuvent bien être. Ils trouvent ainsi des formes étranges au mur visibles uniquement à la lumière ultra-violette… mais bon, Ben parvient à les expliquer. À peu près.

Cette fois, l’explication n’est pas super crédible, entre les produits chimiques, la poussière et d’anciennes déco d’Halloween dans une chambre, bon, franchement, non, je refuse. L’Eglise envoie en plus un espèce de comédien pas crédible pour exorciser la maison et le psy voit à son tour un démon qui lui laisse une trace sur le nez, alors… Il n’y a plus trop de place au doute là. Enfin, il y a de la place pour les doutes de David, par contre. Il demande même à Kristen s’ils seraient amoureux s’ils s’étaient rencontrés avant tout ça.

Et bordel, Kristen lui dit oui avant de se rapprocher de lui beaucoup trop pour leur sécurité à tous les deux. Heureusement qu’elle est exorcisée, hein.

En parallèle, la série reprend aussi l’intrigue incompréhensible de la mère de Kristen. En déposant ses petites-filles à l’école, elle se fait recruter par son pote qui veut qu’elle fasse de drôles de choses pour lui en échange d’un seul truc de sa part, mais un truc incroyable et inestimable il paraît. Il l’emmène donc en réunion avec un certain Asa qu’elle doit baffer lorsqu’il utilise un nom de code.

Et une fois qu’elle fait ça (bordel, elle est brillante cette actrice), ils repartent et couchent ensemble dans l’ascenseur. Oh bordel. On les retrouve ensuite dans un restaurant chic, et vraiment, je ne sais pas ce que veut le type avec elle, mais il l’envoie prétendre être la maîtresse d’un homme marié. Tout ça lui permet d’obtenir une tête d’un arrière-arrière-grand-père dans du formol, et il paraît que c’est son sigil.

Cela semble vraiment parler à Sheryl, mais je ne sais toujours pas ce qu’elle vient foutre dans toute cette intrigue. En plus, elle se rend finalement compte qu’elle a deux Eddie dans sa chambre, et ça lui permet de relier le Père (la tête), le Fils (sa poupée) et le Saint Esprit (celle de Sebi) pour une prière où elle demande à son Dieu, quel qu’il soit, de l’utiliser.

Cette semaine se termine alors sur son générique, avec une poupée démoniaque qui surgit d’un livre nous faisant lui-même peur à tomber d’on ne sait où au pire moment. What ?

> Saison 2