Evil – S03E02

Épisode 2 – The Demon of Memes – 17/20
C’est de nouveau un très bon épisode, ça ne fait aucun doute. J’aime beaucoup le thème de l’épisode et la manière dont les personnages évoluent tout au long de ces cinquante minutes, tout en étant frustré de tout ce qu’on ne voit pas et de ce qui reste implicite dans l’intrigue. Pour l’instant, cette saison 3 reste plus linéaire et logique, cependant, je garde donc espoir pour la suite.

Spoilers

Un fantôme sur Street View traumatise quelques adolescents.

If you say yes you will be a friend of the Vatican, and that is a burden

Il est plus que temps que je me mette à jour dans la série avant de me sentir vraiment en retard. Et l’épisode débute par une scène déjà bien marrante où David semble complètement regretter son choix de vie : c’est sympa d’être prêtre, mais entendre les confessions de femmes qui n’ont pas pris le temps de le faire depuis au moins toute une journée ou assurer les messes de 6h du matin, en passant par les repas obligatoires avec d’autres prêtres… Cela ne semble pas fun.

Heureusement, sa vie est sur le point d’être pimentée par L’Entité, les services secrets du Vatican qui n’existent pas officiellement. Il est en effet contacté par Victor LeConte qui, au lieu de répondre à ses questions, préfère lui poser d’étranges questions. Qui demande à un prêtre pourquoi il l’est ou s’il pense servir Dieu ?

La série prend presque des allures de Preacher sur cette scène, c’était inattendu. En tout cas, Victor propose à David de devenir un allié du Vatican car il est évident qu’il est en train de s’ennuyer dans sa vie – même sans le surveiller vraiment. David rate un peu son entretien d’embauche sur le moment, voulant absolument parler de cet entretien à son supérieur. Finalement, le doute s’installe et on ne saura pas immédiatement s’il a accepté (c’est évident que oui). Pour être un ami du Vatican, il faut encore qu’il accomplisse une étrange dernière tâche.

On n’en saura pas plus pour l’instant, et lui non plus. Le lendemain, il reprend sa vie habituelle et se retrouve à devoir gérer des adolescents. En confessionnal, deux ados se mettent à crier que le captain Kirk est le Christ et aussitôt après, son supérieur lui demande de mener une enquête sur un même qui s’installe et qui pourrait bien coûter cher à l’Eglise : « Praise Wandering Jack ». Alors qu’il se met sur le cas, apprenant qu’un adolescent s’est suicidé, il ment aussi à son supérieur, refusant de reconnaître qu’il a rencontré Victor la veille. Intéressant.

L’épisode reprend aussi sur la vie personnelle de Kristen et d’Andy. Maintenant qu’il est revenu, il vend son entreprise et les comptes ne sont pas très rassurants pour la famille. Il y a quatre enfants à gérer tout de même, et elles sont toujours parfaitement insupportables les gamines. Pourtant, je m’y fais petit à petit. Vraiment.

Pendant ce temps, les toilettes de l’étage fonctionnent toute seule quand la plus petite est dans la salle de bain à s’appliquer une crème hydratante. Elle me paraît presque trop jeune pour ça, mais c’est sûrement une bêtise de sa part. En tout cas, les toilettes débordent, et elles débordent de sang plutôt que d’eau. Tant qu’à faire.

Bien sûr, quand Kristen se confronte au problème, en appelant Ben, il n’y a absolument pas de sang ; mais les gamines paraissent presque adorables dans leur manière de coller la mère et de lui apporter les informations dont elle a besoin pour le boulot. David l’appelle en effet à propos du même, et bien sûr, elles connaissent le même dont il est question dans l’épisode, Visiting Jack.

C’est Lynn, l’aînée, qui y est le plus confrontée : l’un de ses amis – petit-ami ? – Ren a en effet vu le même et a sombré dans la folie depuis. Mais la folie pure, à ne pas sortir de sa chambre et assurer qu’il doit terminer d’accomplir sept tâches s’il ne veut pas mourir. J’aime beaucoup l’idée, avec Lynn qui se met à bosser avec sa mère pour venir en aide à Ren et pour mieux comprendre tout ce qu’il se passe. Malheureusement, je ne peux qu’être d’accord avec elle aussi : pourquoi chercher à voir à tout prix dans l’historique de Ren le fameux Visiting Jack ?

Autant l’aider autrement, quitte à accomplir les fameuses tâches avec lui, non ? Je suis trop prudent dans la vie, je crois. Ben ne l’est pas lui, et il se débrouille donc pour enfin voir la photo de l’étage d’une maison sur une vue à la Google Street View. La scène était marrante – et il y voyait un démon, aussi.

Forcément, le trio se rend alors sur place pour voir ce qu’il en est. Ben y voit une silhouette et décide d’aller voir ce qu’il s’y passe, suivi par Kristen… et par David. Seulement, David est appelé par le Vatican au même moment. Il est forcé de se rendre à une autre adresse dans les vingt minutes et abandonnent ainsi ses amis alors qu’ils pénètrent dans la maison abandonnée.

Elle n’est cependant pas si abandonnée. Ben et Kristen rentrent dans la maison, alors qu’ils ne devraient vraiment pas. Sans renfort, sans personne pour leur venir en aide ou s’inquiéter d’eux, c’est presque du suicide. Ils finissent par tomber sur un homme nommé Phoebus. Il est plutôt charmant le type à expliquer qu’il est là parce qu’il n’a nulle part d’autre où aller… avant de révéler qu’il est là pour nourrir Visiting Jack.

Le problème, c’est que Ben comprend assez vite que Phoebus n’est qu’un étudiant passant pour un démon afin d’arnaquer des ados et de rester tranquille dans la maison abandonnée. Cela pourrait fonctionner comme explication… sauf que très rapidement, Ren explique qu’il y a six autres photos de Visiting Jack sur la Street View. Et effectivement, c’est le cas : Ben et Kristen les découvrent assez vite grâce au gamin qui leur donne afin d’aider Lynn. Il est en effet convaincu que Lynn est en danger maintenant qu’elle a vu la première photo. Visiting Jack ? Un type au visage flou.

David revient pour découvrir que ses amis ont bien avancé sans lui. Le visiting Jack est vraiment visible, venant de plus en plus près de la caméra. Tu m’étonnes que Lynn ne souhaite pas rester pour voir ça. Malheureusement, l’histoire la prend aux tripes : elle décide d’accomplir les tâches, qui sont loin d’être toutes aussi faciles que de dire à un prêtre que Kirk est le Christ. Elle doit grosso modo frapper un prof (elle trouve une parade grâce à sa sœur), boire l’alcool de sa mère (et elle le fait), coucher avec un vierge ou se faire une cicatrice… Rassurant.

De son côté, Kristen ne surveille pas sa fille parce qu’elle est occupée à enquêter sur Visiting Jack. L’enquête la ramène chez Leroux. Cela faisait longtemps, tiens ! Elle se retrouve à devoir parler à la veuve d’Orson, parce qu’elle est sur une des photos : le fantôme n’apparaît que devant des maisons où des crimes ou suicides ont eu lieu. Elle est d’une aide précieuse, Emily, la veuve : elle informe Ben et Kristen que le chauffeur Street View est repassé plusieurs fois devant la maison. David ? Il n’est de nouveau pas avec eux.

La première mission de David, qui empêche d’être avec son duo habituel quand ils entrent dans la maison abandonnée, consiste à aller récupérer une Bible auprès de Victor. Il reçoit de nouveaux ordres et la promesse d’un autre appel. Cela arrive donc devant la maison d’Orson : on lui demande de se faire passer pour le père Michael et d’aller pratiquer une dernière prière avant la mort d’un patient dans un hôtel.

Il se retrouve dans une pièce pleine de personnes asiatiques qui l’ignorent grandement. Il faut dire qu’il y a un homme qui est en train d’y mourir et une femme éplorée, alors il y a d’autres chats à fouetter. Cela lui permet au moins d’effectuer le reste de sa mission sans mal : il récupère une carte postale et laisse la porte ouverte, conformément aux instructions.

Quand il rentre chez lui, c’est pour mieux tomber sur Kristen. Elle lui explique que le chauffeur Street View, non flouté dans les reflets de vitres (genre), se rend à la même université que Phoebus, soupçonnant aussitôt un lien entre ces deux-là pour monter une arnaque. L’affaire étant réglée, Kristen souhaite surtout parler à David car elle le sent s’éloigner de lui et ne plus être son ami, à cause de ce qu’il ne s’est pas passé entre eux en début d’épisode précédent.

David se retrouve ainsi à réconforter Kristen, qui se dit seule. Euh ? Son mari vient juste de rentrer et tout allait bien entre eux au début de l’épisode, c’est tout de même bizarre. Il reste assez de temps pour que tout ça parte en vrille de toute manière. Avant tout, il faut encore que David découvre qu’il est constamment surveillé et constamment à respecter un planning, parce qu’il bosse désormais pour le Vatican.

Victor lui explique ainsi que l’homme a bien été empoisonné, parce qu’il devait livrer une carte postale. Apparemment, ça permet de vaincre le mal… mais les méthodes douteuses paraissent déjà maléfiques à David. Il demande donc davantage d’informations et la série nous lance sur une théorie du complot intéressante : le Vatican voudrait sauver une ancienne… euh ? Patiente ? de David, Kristen et Ben, déportée en Chine depuis. C’est intéressant d’avoir un tel lien qui se créé dans la série entre les saisons.

En parallèle de tout ça, la série n’oublie pas le cas de Sheryl et Leland. On les retrouve dans cet épisode alors que Sheryl se retrouve employée par Leland – mais dans une étrange boîte dont on ne sait pas grand-chose. Le job de Sheryl ? Être un troll sur Internet. Leland lui donnera des missions pour répandre le mal un peu partout en ligne. Y a-t-il vraiment besoin d’un job pour ça ?

Apparemment, oui. Les deux sont toujours aussi diaboliques en tout cas : ils s’arrangent pour être l’acheteur de l’entreprise d’Andy, et ils posent des conditions bien compliquées pour lui, notamment celle de retourner à l’étranger pour montrer les tenants et aboutissants des affaires sur place. Bref, Andy se retrouve à devoir faire un autre trek de trois mois, parce qu’évidemment, il a besoin de l’argent et même Kristen ne voit pas comment dire non à un tel montant pour la revente de l’affaire.

L’épisode s’arrête alors ici, avec toujours les toilettes de l’étage de chez Kristen qui ont un souci. Le problème de canalisation devient bruyant, digne d’un démon… mais nous n’en saurons pas plus. Lynn affirme tout de même à sa mère qu’elle ne croit plus en Visiting Jack. Tout étant réglé hors écran, c’est difficile de se faire une idée. Comme toujours avec la série, il se passe presque plus de choses dans ce qu’on ne voit pas.

 

 

Cinq séries à savourer cet été (Dix ans du TFSA)

Salut les sériephiles,

Aujourd’hui (si WordPress veut bien me publier à temps), le TFSA fête sa dixième année. Alors certes, cela fait une petite année qu’il s’est essoufflé faute de participants, mais Gaëlle a eu l’excellente idée de nous proposer de réécrire un article pour fêter ça et remercier Tequi du nombre d’années à nous proposer des thèmes chaque semaine. Moi, ça me manque en plus, ça fait un moment que je me dis qu’il faut que je retourne piocher dans certains thèmes…

Et le thème du jour est d’ailleurs celui du tout premier TFSA : les séries que l’on souhaite découvrir durant l’été ! Pas évident dans mon cas. Je suis tellement en retard partout…

  1. Severance

Je ne sais pas grand-chose de la série, mais je sais déjà que j’ai envie de la découvrir pour son casting incroyable et le nombre tout aussi incroyable de retours positifs que j’en ai eu. Le synopsis est intriguant, j’ai bien compris que ça allait être aussi dingue que certaines de mes séries préférées concernant le suspense et les théories à faire… C’est totalement pour moi. Bref, je vais profiter de l’été pour la rattraper. Oui, parce que c’est loin d’être une série d’été par contre, elle a été diffusée en février dernier.

  1. Uncoupled

J’adore Neil Patrick Harris, alors je suis très curieux de voir ce que donnera cette série. Difficile de le dissocier de Barney, surtout que la bande-annonce que j’ai pu voir de la série me donne vraiment l’impression d’un Barney homosexuel qui va aller draguer tout ce qui bouge. La série débarquera sur Netflix fin juillet, je suis curieux de voir ce qu’elle donnera. J’espère trouver du temps pour quelques épisodes.

  1. Loot

Découverte par hasard sur Twitter, la série me dit bien rien que pour son actrice principale qui m’a fait mourir de rire plus d’une fois dans The Good Place. Il s’agit encore d’une série Apple +, il est vraiment temps que je me mette à regarder ce qu’ils produisent : chaque fois, ça semble fait pour moi. Je veux dire, l’ambiance générale que donne le trailer n’est pas si loin de ce que pouvait donner Younger par exemple. Je ne suis pas sûr de rire et d’accrocher à fond à l’humour de la série, mais ça se tente !

  1. Westworld

Je fais tout ce que je peux pour ne surtout pas me retrouver face à des spoilers, des annonces de casting ou des images de la nouvelle saison. Bref, j’ai mis une vidéo ici, mais je ne l’ai certainement pas regardée ! La saison 4 approche à très grands pas : dès la semaine prochaine, le premier épisode sera disponible. Je l’attends de pied ferme, même si je sais aussi que ça va encore être un épisode interminable. Il faut que je me fasse une raison : mes séries d’été ont de plus en plus tendance à durer trop longtemps.

Voir aussi : Westworld me manque… et vous ?

  1. Stranger Things

Je sais bien que ce n’est pas très original, mais là aussi, je lutte pour ne pas être spoilé. La lutte est quotidienne quand on est face à des ados qui ont regardé la série, mais bon, pour l’instant, je suis épargné. J’ai hâte de longues soirées d’été caniculaires devant les épisodes interminables de cette série. Je veux me garder un moment où je serai vraiment suffisamment réveillé pour les apprécier – mais là aussi, il y a tellement d’heures de visionnage, ça craint. En plus, bon, la saison précédente, je l’ai commencée le 4 juillet… 2019. Autant dire que c’est loin et que les photos que je vois passer des acteurs sont terrifiantes tellement ils ont grandi !


Voilà pour les cinq séries que je souhaite vraiment découvrir cet été, dans l’ordre d’excitation de la découverte au moment présent. Il y a de très grandes chances pour que Moon Knight rejoigne vite la liste, elle aussi. Autrement, sur Netflix, j’ai toujours à rattraper les dernières saisons d’Emily in Paris, You et Dear White People. Comment ne pas songer à la série Obiwan également ?

Et bien sûr, j’ai retiré Ms Marvel, Evil et The Orville de la liste de cet article, car je suis à peu près à jour dans celles-ci. Restent à terminer toutes les autres saisons entamées autrement ! Comment ça, c’est impossible ? Vous croyez que je ne le sais pas ?

Evil – S03E01

Épisode 1 – The Demon of Death – 17/20
Ce n’est que le premier épisode, alors nous n’avons pas vraiment une pluie de réponses, c’est évident. Cela dit, le retour de la série est réussi : je retrouve avec plaisir les personnages de la série et les intrigues, mais aussi et surtout l’ambiance si étonnante de la série, à parler religion au milieu de moments démoniaques, sexy ou bizarrement glauques, quand ce n’est pas un moment mélangeant les trois à la fois. On s’y fait avec le temps, apparemment, ça ne me surprend plus.

Spoilers

Une équipe scientifique souhaite mesurer le poids de la conscience (ou de l’esprit ?).

Well, I guess it’s a good thing that the Catholic Church has no issue with older men touching children.

Comme en début de saison 2, cette saison 3 débute exactement là où nous avions abandonné nos personnages. C’est toujours déroutant quand une série fait ça, parce que moi, ça fait un an que j’ai vu Kristen faire le choix d’embrasser David, là. Ils restent un couple auquel je n’accroche pas plus que ça, mais j’ai eu le temps de me faire à l’idée. De là à les voir en arriver à quasiment coucher ensemble, je n’étais pas encore tout à fait prêt.

Heureusement, David s’arrête à temps en voyant les cicatrices en forme de croix sur le ventre de Kristen. Elle ne se rend pas compte que c’est ça qui l’arrête, pensant sincèrement que c’est son choix d’être prêtre qui l’arrête dans son désir. Si elle s’enfuit un temps de la chambre, elle revient finalement l’interrompre dans ses prières pour céder définitivement à la tentation. Bon dieu, quel couple foireux dès le départ !

Voilà donc David et Kristen qui couchent vraiment ensemble, juste pour cette fois. Bien sûr. Le lendemain matin, on retrouve les filles insupportables de Kristen pour crier toutes en même temps, ou presque. Et pourtant, Kristen a besoin que ses filles soient bien plus matures qu’avant : elle leur demande donc à toutes les quatre de la prévenir immédiatement si Leland entre à nouveau en contact avec elles.

Il faut dire qu’elle a eu peur d’apprendre par Lexis que Leland venait la voir à l’école pour lui donner un étrange papier où il a noté « Daffodil ». Par chance pour Kristen, sa fille aînée a eu la bonne idée d’utiliser son portable pour prendre une photographie de Leland et Lexis devant l’école. Grâce à ça, Kristen peut rater le début du cas de la semaine afin d’avoir une injonction du tribunal ordonnant à Leland de rester loin de Lexis.

Ce n’est pas de chance pour Kristen car le cas de la semaine est plutôt intéressant : nous suivons l’affaire d’une scientifique qui souhaite mesurer le poids de la conscience grâce à un étrange sarcophage. Dr Swan, c’est son nom, cherche un homme sur le point de mourir pour pouvoir mener à terme son expérience et mesurer si, au moment de la mort, il y a un changement de poids qui correspondrait à la conscience – ou à l’esprit du point de vue de l’Eglise.

Le débat est forcément intéressant et ça tombe plutôt bien : il y a justement un prêtre sur le point de mourir qui est prêt à tenter l’expérience. Avant cela, il doit toutefois se confesser auprès de David, et la confession est plutôt dérangeante, honnêtement. Le prêtre ne veut pas mourir et regrette de ne pas avoir pu aimer dans sa vie. Entre ça et une réplique de Kristen sur la pédophilie dans l’Eglise, autant vous dire qu’une fois de plus, la série ne va pas se faire des amis chez les conservateurs.

Franck, c’est le nom du prêtre, finit par se rendre dans le sarcophage des scientifiques et est prêt à mourir pour la science et la foi en même temps. C’est beau… mais en revanche, du côté des scientifiques et de la manière dont tout ça est représenté, c’est plutôt ridicule. On assiste en effet à toute une équipe de scientifiques qui hurlent tous les sens pour en arriver à la conclusion que la différence entre la vie et la mort est de… 24 grammes.

La découverte surprend tout le monde, mais ce n’est que le début des surprises. On enchaîne en effet sur un Frank qui ressuscite, puis le livre démoniaque de la saison précédente qui débarque de nulle part à la vingtième minute de l’épisode, suivi en plus d’un générique. Depuis quand la série nous remet-elle son générique ?

En tout cas, après ça, Frank se réveille en pleine forme, avec 24 grammes de moins et une énergie de vivre qui fait plaisir à voir. Il va jusqu’à embrasser sur la bouche un autre prêtre, et ça m’a bien fait rire de le voir. Bon, bien sûr, la machine a eu quelques dysfonctionnements avec des explosions et des lumières qui s’allument et s’éteignent sans raison, mais les scientifiques assurent quand même que ce n’est pas l’explication de ce qu’il se passe.

Frank, quant à lui, explique qu’il se souvient avoir été accueilli par des gens avec de longs bras et qu’il est à présent de nouveau en vie après avoir vu son meilleur ami prêtre le prendre dans ses bras. C’est bien drôle à voir, parce que de son côté le prêtre dont j’oublie toujours le nom (Korecki), le supérieur du trio, est tout perturbé par le baiser.

Pendant ce temps, le psy de Kristen fait appel à Andrea pour lui confier son bien-être, et Andrea est toujours aussi bizarre. Je ne vois pas bien ce qu’elle vient faire là dans l’épisode et dans le cabinet du psy, mais admettons. Elle va jusqu’à dire à Kristen que David pense le plus grand bien d’elle, qu’elle est baptisée, mais qu’elle s’est détournée. Euh, OK ?

De son côté, Lexis se retrouve à faire quelques recherches sur les jonquilles (la traduction de Daffodil) sur Google et à suivre une pub qui la fait jouer à un jeu en ligne. Ce jeu en ligne lui permet d’être un dinosaure avec une queue, mais aussi de rencontrer un ami – un cochon avec des lunettes qui ressemblent fort à celle de Leland. Cela ne me dit rien qui veille, mais bon, Lexis étant sous la surveillance de sa grand-mère, ça ne peut que mal se passer tout ça.

En ligne, elle informe son nouvel ami que son père n’est jamais là, mais elle se trompe lourdement : Andy revient justement ce soir-là à la maison, de manière définitive. Trouvant une porte fermée, il passe la tête dans le garage de Sheryl, pour mieux y découvrir un démon lui aussi. Lexis n’en a rien à faire du retour de son père : elle préfère continuer de jouer en ligne avec son nouvel ami, et j’aime assez la direction que ça prend quand elle révèle à sa petite sœur qu’elle parle avec Leland afin de savoir ce qu’il veut d’elle.

C’est excellent à voir, de même que c’était excellent d’enchainer sur Andy qui décide d’expliquer à Sheryl qu’il veut qu’elle quitte le garage avant la fin de la semaine. C’était bien drôle comme scène, parce que Sheryl est une excellente actrice qui prend d’abord tout à la rigolade avant d’aller consulter ses poupées vaudou pour savoir quoi faire.

Malheureusement pour elle, il n’y a pas grand-chose à faire, parce que Kristen est d’accord avec son mari : elle savait qu’il voulait que Sheryl s’en aille et elle approuve sa décision quand elle retrouve son mari dans son lit. Autrement, durant la nuit, David se met lui aussi à avoir quelques visions démoniaques. Après Kristen en saison 1 et Ben en saison 2, ce n’est qu’une demi-surprise. Son démon à lui prend l’apparence de Kristen, mais d’une Kristen qui en est encore à jouer l’hypersexualisation de la scène. Je trouvais sa langue dérangeante avant qu’on ne découvre qu’elle avait une langue digne d’un serpent.

Le problème, c’est que quand David confronte Kristen le lendemain sur leur véritable nuit de sexe, il se rend compte que Kristen n’est pas du tout au courant de ce dont il parle. Oui, elle s’est confessée, mais heureusement, David les a arrêtés à temps. C’est gênant : David aurait donc couché avec un démon. Ah, cette série, je vous jure !

Dire que la même journée, le psy propose à Kristen d’inviter David chez elle pour apaiser les tensions. C’est bien trop drôle à imaginer après ces scènes honnêtement. Chez elle, il se passe plein de choses en plus. Andy décide de changer le lit de position et trouve un pot sous le lit avec une tête humaine miniature dedans. C’est juste à vomir quand on le voit s’acharner sur la petite tête dans les toilettes.

Les filles sont toujours insupportables, évidemment, mais je les apprécie vraiment beaucoup quand Lexis a la bonne idée de parler du jeu à ses trois sœurs. Elles font ainsi tourner en bourrique Leland qui est complétement dépassé par la présence des quatre filles en même temps. C’était bien trop drôle comme conclusion pour cet épisode.

La fin d’épisode est un petit bonbon pour les yeux avec David qui s’imagine à nouveau coucher avec Kristen. La série ne fait pas dans la dentelle côté sexualisation, donc, mais elle fait vraiment dans la dentelle concernant les habits de Kristen, si je puis dire. Le plus intriguant est encore que la coucherie de David est observé par le fantôme d’une bonne sœur qui vient juste de mourir dans la même machine de scientifique.

Eh oui, après le premier échec d’expérience, les scientifiques ont retenté le coup. C’est un échec cuisant : la bonne sœur pèse 36 grammes de plus après la mort… laissant David envisager la possibilité que ce ne soit pas l’âme qui pèse, mais les démons. Ma foi, ça explique bien la libération du prêtre de tous ses problèmes, alors pourquoi pas, c’est rigolo !

 

Evil (S03)

Synopsis : La saison 2 posait beaucoup de questions sans jamais vraiment répondre à nos questions : la saison se terminait sur David assurant le pardon de Dieu à Kristen… avant qu’il ne l’embrasse. Le soir où il devient prêtre ? Et Andy ? Où est la queue de Lexis ? Qu’est-ce que cette gargouille géante vue par David ? Et ce livre que lit finalement Lexis dans son lit ? Et Eddie, la poupée de l’épisode précédent qu’on a vu toute la saison ? Et les rêves de Ben qui ont cessé ? Il y a de quoi faire cette saison !

Saison 1Saison 2 | Saison 3

Pour commencer, je me rends compte que je suis toujours en panne de série quand je commence celle-ci, et j’espère qu’elle va me remettre le pied à l’étrier car j’en ai bien besoin ! En même temps, si je suis impatient de la reprendre au point de la faire passer avant d’autres séries, il faut bien que je sois honnête avec moi-même : j’ai peur que ça ne suffise pas cette saison.

La saison 2 avait été marquée par bien des incompréhensions de ma part vis-à-vis du projet des scénaristes. On sent bien qu’il y en a un, mais nous sommes beaucoup trop laissés de côté, et ça me dérange que ce ne soit pas plus clair et explicite. On verra si cette saison 3 me donne envie d’être assidu au point d’y consacrer tous mes dimanches soirs, mais j’en doute.

Je sais en revanche que ce sera un vrai plaisir de la regarder de bout en bout, car la qualité est là pour tout le reste. Quant au côté feuilletonnant de la série, il fonctionne parfois au-delà du cas de la semaine. Il faut juste prendre le temps de tout démêler, et ça tombe bien, je l’ai fait avant de lancer cet épisode…

Voir aussi : Comment résumer la saison 2 d’Evil ?

s03e01 – The Demon of Death – 17/20
Ce n’est que le premier épisode, alors nous n’avons pas vraiment une pluie de réponses, c’est évident. Cela dit, le retour de la série est réussi : je retrouve avec plaisir les personnages de la série et les intrigues, mais aussi et surtout l’ambiance si étonnante de la série, à parler religion au milieu de moments démoniaques, sexy ou bizarrement glauques, quand ce n’est pas un moment mélangeant les trois à la fois. On s’y fait avec le temps, apparemment, ça ne me surprend plus.
S03E02 – The Demon of Memes – 17/20
C’est de nouveau un très bon épisode, ça ne fait aucun doute. J’aime beaucoup le thème de l’épisode et la manière dont les personnages évoluent tout au long de ces cinquante minutes, tout en étant frustré de tout ce qu’on ne voit pas et de ce qui reste implicite dans l’intrigue. Pour l’instant, cette saison 3 reste plus linéaire et logique, cependant, je garde donc espoir pour la suite.

Saison 1Saison 2 | Saison 3