[kosmopoli:t], mieux qu’un cocktail pour l’ambiance de vos apéros !

Salut les sériephiles,

Je reviens ce week-end avec un article jeu de société, parce qu’il est grand temps de vous partager une autre de mes découvertes. Cette semaine, j’ai ainsi pu découvrir le jeu [kosmopoli:t], comme ça se prononce, et c’est important, vous allez voir.

[Kosmopoli:t]Kosmopolit est encore un jeu coopératif, parce que vous aurez compris à présent que c’est le type de jeu que je préfère : il faut donc travailler en équipe pour gagner, et c’est facile de gagner sur les premiers niveaux en plus, même s’il faut se faire la main avant de compliquer les choses.

Ou plutôt, il faut se faire l’oreille. Le but du jeu est de servir les clients d’un restaurant, et l’ensemble des joueurs font partie de l’équipe de ce restaurant, avec trois rôles différents.

Voir aussi : Yo-ho, yo-ho et deux jeux de société

Tout d’abord, il y a le serveur, chargé d’écouter la commande du client via une application. Son rôle est crucial : il ne peut rien noter, mais il peut répéter ce qu’il entend. Le twist ? Les plats commandés le sont dans des dialectes et des langues régionales trouvées partout dans le monde par l’équipe derrière le jeu.

Autrement dit, on peut vous commander un plat local d’un patelin d’Argentine ou d’une métropole japonaise, mais dans la langue d’origine. Autant dire qu’il y a des surprises et des sons compliqués à reproduire pour nous, avec plus de 60 langues au programme, rien que ça ! Il faut pour cela de quoi télécharger l’application, mais aussi des écouteurs, forcément.

Le serveur répète donc ça à un « maître d’hôtel » chargé de noter la commande comme il peut en phonétique – enfin, j’ai eu beau jouer avec trois autres profs de français, je n’ai vu personne utiliser l’alphabet phonétique, c’est bien la peine de l’apprendre pour le concours 😂 – et la répéter autant de fois que nécessaire aux cuisiniers.

Pas exactement l’alphabet phonétique (et oui, le psychorigide qui ne veut pas gaspiller une page, c’est moi)

Les cuisiniers (jusqu’à 6, ce qui porte au total le nombre maximum de joueurs à 8), eux, ont devant eux toutes les cartes de plats liés à un continent. Plus on est nombreux à jouer, plus il y a de continents et de plats, donc. Sur chaque carte, les plats sont notés de manière lisible pour tout français, même si une partie des dialectes utilisés n’ont même pas d’orthographe et d’écrit. Reste alors à trouver le plat qui est demandé par le maître d’hôtel.

Une fois que c’est fait, on lui donne la carte en question, mais aussi une carte avec l’ingrédient principal du plat, qu’il faut donc trouver parmi plusieurs tas de cartes (légumes, fruits, aliments transformés, viandes…).

Le maître d’hôtel récupère de son côté une carte avec le numéro de la table (ci-dessus) et le donne au serveur qui doit alors donner le plat à la bonne table via l’application. Et si ça vous paraît simple, notons que le tout se fait en temps chronométré, donc il est tout à fait possible de s’emballer et de se perdre dans les cartes, les plats, les numéros, surtout quand plusieurs plats débarquent en même temps et que les prononciations de tous sont plus qu’aleatoires.

Autant vous dire qu’il faut donc une bonne communication claire entre les joueurs, une entraide parfois pour dénicher un plat qui n’était pas prononcé de la bonne manière pour que le cuisiner le reconnaisse dans sa lecture (tout aussi fautive parfois), mais aussi pour savoir où trouver des aliments qu’on ne connaît pas forcément hein. Heureusement que les aliments sont dessinés d’ailleurs, ça aide, même si j’ai confondu deux bols avec du liquide vert parce que c’est moi et que ce ne serait pas drôle sinon.

Nous étions six à jouer (quatre joueurs minimum) et on a fait deux tours chacun sans jamais vraiment se lasser. A rejouer toujours sur le même niveau, on finissait tout de même par retomber sur certains plats, donc on a essayé le niveau suivant, histoire de passer de six à neuf tables et de stresser encore plus.

Finalement, c’est donc un très bon jeu d’équipe durant lequel on se marre bien, en équipe. Ce n’est pas très difficile, mais chaque rôle a ses difficultés, même celui du serveur qui paraissait instinctivement le plus simple (allez écouter un son quand tout le monde s’active et stresse autour de vous hein).

Voir aussi : Rien à faire ce week-end ? Sauvez le monde avec Pandemic

A coup sûr, ça vous promet des apéros intéressants et ça peut vous mettre en appétit sur certains plats. Ou pas. Quant aux dialectes, les linguistes parmi vous seront ravis de les découvrir, surtout qu’il y a un tas d’explications dans un livret accompagnant le jeu sur la manière dont ces dialectes ont été dénichés et utilisés pour le jeu.

Encore un jeu qui prend trop de place, exactement :’)

Passionnant, des heures de fun et de petites découvertes linguistiques et culinaires ! Le tout pour un peu plus de 20€, ça vaut clairement le détour !

Voir aussi : J’ai joué à Terra Mystica (et ça valait bien un article)

Sept clichés TV sur le couvre-feu

Salut les sériephiles,

Pour être tout à fait transparent avec vous, je veux aujourd’hui vous proposer un article « Sept clichés sur », mais une suite de coïncidences fait que je me retrouve à rédiger un brouillon à la va-vite dans le RER et que je ne suis même pas sûr de pouvoir vous publier quelque chose avant minuit.

Ce soir, il y a en effet un podcast 42 minutes qui débutera à 21h, mais sachez qu’en vrai, ça exige un peu de préparation… Et cet article aussi. Bref, voyons vite fait ce que l’on sait des couvre-feu dans les séries !

https://media.melty.fr/article-3962288-raw/media.gif

  1. Ce n’est pas très utile, comme dans Fear the walking dead

On sait directement que le couvre-feu annoncé n’aura aucun effet puisque la série est un spin off d’une série qui se déroule bien après dans un monde envahi par les zombies, tout de même… Je ne vais pas m’aventurer à juger ici si ce cliché est vrai ou faux, mais disons que je ne suis pas parfaitement convaincu par la démarche choisie, par les horaires et par la cohérence de l’ensemble. Après, les écoles sont fermées, il y aura des contaminations en moins, j’imagine… Donc c’est tout à fait possible que ce soit très utile !

colonyusa | Tumblr

  1. La population ne le vit pas super bien, comme dans Colony

C’est la première série à laquelle j’ai pu penser en imaginant cet article. Les scènes de couvre-feu y sont, je trouve, assez marquantes en saison 1. Certes, ce n’est pas ma saison préférée mais on a là la création d’un cliché parfaitement VRAI avec des personnages qui cherchent à le contourner et surtout à continuer de mener une vie normale malgré le couvre-feu… Ce qui ne les empêche pas, évidemment, d’être prudents tout de même. Puis, bon, eux, ils sont en guerre. Nous pas vraiment, n’en déplaise au mois de mars.

Un conseil : regardez « The Haunting of Hill House » – Idées de film

  1. Il interrompt de bons moments, comme dans The Haunting of Hill House… Et toutes les séries adolescentes.

Couvre-feu, c’est tout de même une expression qu’on utilisait principalement pour désigner les horaires auxquels les ados devaient rentrer chez eux avant. En attendant qu’on en revienne là, notons à quel point tous les ados détestent cette expression, et à raison. C’est toujours la certitude que de bons moments vont être interrompus pour une période bien plus reloue, en fait… Et franchement, difficile de les contredire maintenant que ça nous est imposé à nous adultes. Le couvre-feu à 21h, ça nous pète toutes les soirées et les meilleurs moments en-dehors de chez soi. C’est donc bien un cliché VRAI !

Les références de The 100 (The Hundred) - Daily Moogle

  1. Il est sacrément utile tout de même, comme dans The 100

Il faut atteindre la saison 6 pour savoir de quel couvre-feu il s’agit, mais clairement, dans cette série, lorsque l’alarme vous dit de rentrer chez vous, vous avez plutôt intérêt à le faire il me semble. Il permet de garder son calme et de ne pas sombrer dans la folie, et clairement, ce n’est pas négligeable en ce moment… Espérons que le notre pourra donc avoir les mêmes effets !

Takeshi Kovacs Is Back with a Hot New Face, and Here's Your First Look at Altered Carbon Season 2 – Oohlo

  1. Il est une mesure de dernier recours un peu imposée pour le dirigeant, colle dans Altered Carbon

Parfois, le couvre-feu est la dernière mesure qu’un dirigeant peut appliquer pour protéger… Quoi au juste ? Dans la saison 2 de cette série, c’est surtout pour la réputation de la famille qui dirige, et un peu aussi pour la sécurité des citoyens. Voyons donc ça comme ça pour la France : ça protège les citoyens en théorie. En revanche dire que c’est un dernier recours est évidemment FAUX. On sait parfaitement que le dernier recours, c’est le reconfinement. Wait and see.

70+ Best The leftovers images in 2020 | leftover, the leftovers hbo, hbo

  1. Il est beaucoup débattu, comme dans The Leftovers

En saison 1, les personnages envisagent de mettre en place un couvre-feu, mais sans passer à l’acte. Concrètement, les débats que la série offre ne sont pas si loin de ceux que nous avons pu vivre nous-mêmes ces dernières semaines : est-ce vraiment utile ? Est-ce liberticide ? La série n’apporte pas de réponse toute faite, puisqu’elle vise surtout la réflexion. De toute manière, il faut voir cette série, surtout en 2020. Bref. Ce cliché n’en est pas moins VRAI, des débats, il n’y a plus que ça honnêtement.

Série] Supergirl. - Page 23 - Forum du Site Univers-L.com

  1. C’est tellement anecdotique qu’on l’oublie vite, comme dans Supergirl.

Franchement, vous vous en souveniez vous du président annonçant un couvre-feu en saison 4 ? Parce que moi, pas du tout. Je vais donc terminer cette liste sur une note d’espoir et vous dire que ce cliché sera peut-être VRAI. La majorité des séries (y compris dans cet article) proposent un couvre-feu parfaitement anecdotique, qui est rapidement oublié par les personnages et par les spectateurs. C’est trop contraignant pour être respecté sur du long terme après tout. Hum. L’hiver passera, le covid aussi. La vie va continuer. Puis franchement, ce couvre-feu ne change pas grand-chose à mon mode de vie du moment*… Anecdotique, je vous dis.

* en revanche, au secours les transports en heure de pointe jusqu’à 20h30 du coup.