Stats de la semaine #29

Salut les sériephiles,

Comment ça une semaine complète s’est écoulée ? C’est possible ?  

Elle a filé à une vitesse hallucinante et le blog tourne complètement au ralenti. Mon retard dans mes séries continue de s’accumuler, mais c’est pour la bonne cause. J’ai passé une semaine exceptionnelle, pleine de magnifiques souvenirs forcément… et je me retrouve à devoir gérer le contrecoup et la pluie de photos qui tombe à intervalle irrégulier depuis deux jours.

Au moins, je vais pouvoir alimenter mon compte Instagram pour au moins un mois après ça ! M’enfin, le blog en revanche… Je n’ai plus qu’un écran, ça limite vachement mon envie de regarder des séries, parce que je ne peux pas vraiment écrire la critique en même temps dans ces conditions. Un écran ? J’ai tellement vécu à cent à l’heure cette semaine que je ne sais plus si je l’ai écrit ici : j’ai cassé l’écran de mon ordinateur…

Je suis actuellement en partage d’écran sur la télévision pour pouvoir rédiger ces lignes. Après tout, j’étais déjà en partage de connexion, ça ne change plus grand-chose, j’imagine. Bref, il faut que je me trouve un nouvel ordinateur, mais je n’ai pas eu le temps de me poser avant aujourd’hui et aujourd’hui, je me suis un peu trop posé.

Les articles les + lus de la semaine : 

 

Atypical – De toute évidence, la diffusion de la saison 4 de cette série a sauvé les stats du blog cette semaine. Non, je ne l’ai toujours pas commencée cette saison 4 et ça ne sera probablement pas avant septembre pour nous, mais cela ne vous empêche pas de vous fasciner à nouveau pour la saison 3. 99 vues

Lexique – Et de six semaines à la deuxième place, avec cette fois-ci exactement le même nombre de vues que la semaine précédente. Cet article a la vie dure, et je n’ai toujours pas de ship particulier dans la série Evil… alors je ne vais pas parler de couple ici pour cette fois. Ouais, je n’ai vu qu’un épisode cette semaine… Juillet va être pire que juin ! 93 vues

Marvel – Pas de surprise : la sortie de Black Widow est encore suffisamment récente pour que cet article continue de cartonner sur le blog. Eh, ça m’avait presque manqué la sortie des films Marvel… Pas que « presque » d’ailleurs ! 86 vues

Lost – Pourquoi s’embêter à voir des séries récentes quand les grands classiques cultes fonctionnent encore autant ici ? Je me le demande : je n’ai rien vu de la semaine et mes stats restent stables ! 69 vues

Euphoria – Qui ici peut encore prétendre être surpris de voir cet article dans ce classement ? Certainement pas moi. Je me demande toujours comment ça se fait par contre… L’un d’entre vous l’a mis en favoris et vient sur le blog comme ça, ce n’est pas possible autrement ! 68 vues

Bingo Séries – Inutile de vous avouer que je suis toujours au point mort pour cette grille… mais bon, l’avantage, c’est que j’ai l’impression d’un mois de juillet interminable donc rien n’est perdu ! 61 vues


Parce que c’était l’entrée de bal de mariage de ma meilleure amie – petite sœur même – et que je n’arrive plus à me la sortir de la tête.


Forcément, je n’ai pas tweeté grand-chose non plus cette semaine… mais on peut toujours compter sur Geeleek pour parler du podcast 😄

On approche de la fin de saison, mais nous sommes toujours là ! Et ce sujet me tenait particulièrement à cœur !



grey’s anatomy blanc générique

Alors je n’ai toujours pas terminé la dernière saison donc c’est peut-être lié mais j’ai eu un paquet de recherches sur la série et son générique blanc ?? Quelqu’un a la réf ? Je ne comprends pas. Je veux dire, le générique a changé dès la saison 2 pour devenir ce qu’il est, c’est étrange.

 

Les meilleurs génériques de séries

Salut les sériephiles ! On se retrouve pour un nouveau TFSA, mais cette fois-ci, je fais mon rebelle et je ne m’intéresse pas au thème de la semaine ! Et oui, Tequi proposait cette semaine de revenir sur « les mini séries qui auraient mérité de ne pas être si mini », mais hormis Ascension que j’avais vraiment adorée,… Plus


Quelques infos-clés :

  • 7 articles publiés la semaine dernière, service minimum sur le blog (-6)
  • 26 commentaires échangés ensemble (+4, mais en vrai, j’en ai validé 16 le dimanche soir entre 23h40 et minuit aha)
  • La performance de la semaine est… Aasif Mandvi
  • +2 épisodes critiqués sur le blog. Article à venir plus tard.

Trois autres saisons qui cartonnent :

Charmed – Le pouvoir des trois est une constante sur le blog depuis quelques semaines et j’espère qu’il le restera aussi l’an prochain malgré les dernières news pleines de spoilers. Très triste de l’annonce de casting du jour.

The Rookie – Je n’ai pas spécialement d’informations pour expliquer ce succès cette semaine… M6 a annoncé la reprise de la diffusion ?

A million little things – Pour la deuxième semaine consécutive, cet article rencontre son petit succès. Vraiment, j’aurais dû continuer cette série à l’époque. En plus, le pilot n’était pas si naze…


Et avant de partir, ne manquez pas…

Encore un article express aujourd’hui, mais au moins, il a une vraie conclusion… pas comme mon dernier sept clichés TV terminé à la va-vite dans une voiture m’amenant à un mariage !

Sept clichés TV sur les mariages

Salut les sériephiles,Vous deviez bien vous en douter dès dimanche dernier quand j’en ai parlé : avec deux mariages cette semaine, il était inévitable pour moi de proposer un article « sept clichés TV » ayant pour thème le mariage, non ? C’est donc parti pour un jeu des sept différences entre ce qu’on voit à la télévision et ce qui passe vraiment quand on prépare un mariage. On peut décider de se marier à l’arrache, comme dans Grey’s AnatomyCommençons par le truc le plus irritant de…

Cliquez pour lire la suite de cet article

Bonne semaine à tous !

 

Aasif Mandvi (#148)

Salut les sériephiles,

Suis-je vraiment en état de rédiger un article après deux mariages en quatre jours ? Probablement pas. Mais je vais le faire quand même, parce que ça me fait bizarre de clôturer ma journée sans article. C’est un peu pour ça que j’en ai bâclé plein cette semaine d’ailleurs 😉 J’ai quelques articles de retard à publier du côté des épisodes vus, mais qu’importe, je vais quand même vous parler de la performance de la semaine :

Aasif Mandvi as Ben on Evil Season 1 Episode 12, “Justice x 2.” | Tell-Tale TV

La performance de la semaine :
Aasif Mandvi

La série concernée : Evil
L’épisode : S02E04 – E is for Elevator – 19/20

katja herbers on TumblrPourquoi ? Je n’ai vu que quelques épisodes encore cette semaine (mais cette fois, ça valait le coup, je me répète mais deux mariages, les amis !) alors forcément ça limitait drastiquement mes choix. Si In the Dark aurait pu avoir ma préférence, j’ai déjà écrit un article sur son actrice, alors qu’Aasif Mandvi n’a pas encore eu l’honneur d’un article performance de la semaine.

Et pourquoi donc lui donner alors que je n’ai pas encore vu l’épisode d’aujourd’hui ? Parce qu’il était bouleversant dans l’épisode diffusé dimanche dernier ! Bizarrement, Ben a tout pour être un personnage fade que je n’aime pas trop sur le papier, mais je le trouve super captivant de manière générale. Il apporte toujours l’explication rationnelle aux événements et l’acteur le fait bien avec sa tête de prof (j’ai le droit de le dire, je le suis aussi).

E is for Elevator - Evil S02E04 | TVmazeCe qui le fait sortir du lot dans cet épisode ? La terreur que l’on peut lire sur son visage quand il comprend que son explication rationnelle le met finalement en danger de mort lui aussi. C’était terrible à voir comme scène, ça ravive une peur des ascenseurs que l’on a tous à plus ou moins petite dose et ça permet à l’acteur de nous montrer davantage l’étendue de son jeu. Maintenant, je me demande s’il y aura un impact pour la suite ou si tout sera laissé de côté.

J’aimerais bien le voir développer un petit stress post-traumatique… Ce n’est pas le genre de la série, mais son arc bizarre avec la démone qui le hante pourrait être une solution efficace pour continuer de parler de sa boulette et de son aventure dans les sous-sols de l’immeuble.

En tout cas, une chose est sûre, j’ai envie de voir l’acteur être défier davantage dans son confort en tant que Ben.


The world is quiet here. — jedileiaorgana: “Well, a conundrum is a mystery...Vu aussi dans : Le rôle de Montgomery Montgomery, l’oncle Monty des Orphelins Baudelaire ! Il est tellement doué dans ce rôle, et parfait pour celui-ci, que je n’arrive pas à croire que ce soit le même acteur, d’ailleurs. Monty est super fun comme personnage et il est suffisamment marquant pour être inoubliable en deux épisodes (quatre en tout, il me semble). Look away, look away.

43 images about So Unfortunate on We Heart It | See more about A Series of Unfortunate Events, gif and Violet Baudelaire

C’est un rôle très différent de celui de Ben, et ça ne fait que me conforter qu’il est excellent acteur. Bon, sinon, il a une longue carrière derrière lui, notamment du côté des films (j’ai vu It’s kind of a funny story par exemple, mais c’est beaucoup plus fade comme rôle) ou des séries (purée, il était dans Jericho… il a une tête passe-partout, je ne fais jamais le lien que c’est le même acteur comme je vois ses projets à plusieurs années d’intervalle, c’est terrible).


The daily show daily show aasif mandvi GIF - Find on GIFERL’info en + : Si jamais vous êtes passés à côté et comme je ne l’ai pas encore écrit sur le blog, Evil est renouvelée pour une saison 3 ! Alleluia !

Oui, ça me met en joie et ça devrait nous permettre de voir davantage Aasif Mandvi à l’œuvre. J’espère, en tout cas ! 😊

Bonne nuit à tous.


Voir aussi : Les performances des semaines précédentes

#6 – Ne pas être un nice guy comme Ted Mosby

Salut les sériephiles,

Nous sommes déjà vendredi ! Le temps file à toute allure quand on est occupé toute la semaine et qu’on casse son ordinateur sans la moindre explication de ce qu’il s’est passé. Même en l’absence d’internet, je n’ai pas vu la semaine passer et je n’ai pas eu le temps d’aller au bout de tout ce que je souhaitais faire. La vie est dingue, apparemment. Tant pis, ça n’empêche pas qu’en ce vendredi, j’ai un petit article de la saga de l’été à vous publier. Et comme j’ai deux mariages cette semaine, je sais déjà de quel personnage j’ai envie de parler…

Douze semaines, douze personnages, douze impacts sur ma vie.

Rien que ça. C’est un vaste programme, je sais. Et je n’ai pas réussi à choisir un ordre ; alors on fera selon l’inspiration du moment. Pour aujourd’hui, il va être question de Ted Mosby de How I met your mother. C’est un personnage qui me ressemble énormément, et au départ, je pensais que c’était une bonne chose. Ensuite, j’ai ouvert les yeux… Mais bon, on va en parler juste après, chaque chose en son temps.

Qui est-ce ?

Ted Mosby n’est plus tellement à présenter tant il a été iconique pour toute une génération : c’est un trentenaire qui se cherche énormément tout au long de la série, mais sans en avoir conscience. C’est pourtant lui qui raconte la série une bonne vingtaine d’années plus tard, mais l’optique de ce narrateur est toujours la même : nous raconter sa quête de l’amour, pas sa quête d’identité.

C’est en tout cas comme ça qu’on nous le vend, mais quiconque a déjà terminé la série sait que son objectif est autre et vient justifier quelques défauts de narration de la série – et notamment toute la relation Robin/Ted, pas toujours la bienvenue.

Quoiqu’il en soi, Ted cherche donc le grand amour pendant neuf saisons (allez, huit) sans jamais parvenir à le trouver, alors même qu’on sait qu’il va le trouver puisque c’est une version vieillie de lui qui raconte à ses enfants comment il a rencontré l’amour. Au passage, nous le voyons grandir grâce à ses diverses relations avec une galerie de personnages féminins plus ou moins attachants (désolé Zoey, je te déteste ; rendez-moi Stella) et murir au fur et à mesure que ses amis voient leur vie professionnelle et/ou amoureuse évoluer.

Les gags sont bons, la série prend rapidement un coup de vieux avec de nombreux moments qui ne passent plus du tout en 2021, mais Ted est un personnage qui est constant, présenté avec ses qualités (son grand cœur) et ses nombreux défauts. Et ça, c’était plutôt chouette.

Qu’est-ce que Ted a bien pu nous apprendre ? On pourrait croire que Ted a pour but de nous apprendre à persévérer en amour, mais je ne suis pas sûr que ce soit vraiment la leçon à tirer de la série. Pour moi, Ted, c’est surtout un personnage qui doit nous servir de contre-exemple. Laissez-moi m’expliquer : c’est un nice guy, ce type persuadé d’être un gentil qui fait tout comme il faut mais qui finalement vous met un couteau sous la gorge à attendre de vous la perfection quand lui-même ne l’est pas.

Il est hyper dérangeant, Ted : à chaque fois, il tombe amoureux et fait de grandes preuves d’amour à toutes ses conquêtes, mais dans le fond, il n’arrive jamais à ouvrir les yeux sur ses propres défauts. Il met tellement de temps à le faire que ce n’est pas étonnant de le voir ramer si longtemps… et le pire, c’est que le narrateur, donc lui-même vingt ans plus tard, ne voit que rarement où sont les problèmes de ses relations. C’est toi-même le problème, Ted !

J’exagère un peu, tout de même : Ted m’a appris une bonne centaine de choses sur les relations amoureuses (et amicales !), avec aussi des épisodes qui sont restés cultes à mes yeux. Comment oublier cet épisode où un bruit de verre brisé révèle le tic le plus agaçant d’un personnage, par exemple. Cela existe en vrai aussi : parfois, on ouvre les yeux sur les gens qui nous entourent… un brin trop tard. Ce n’est pas le seul : il y a cet épisode sur les bagages que l’on se traine dans les relations amoureuses une fois la vingtaine bien entamée (outch, il fait mal celui-là maintenant que j’ai 28 ans), cette leçon que rien de bien n’arrive après 2h du matin ou encore quelques théories pas si fumeuses de Barney, même si la majorité restent trop sexistes.

Quel impact sur moi ? J’ai déjà commencé à l’écrire : Ted m’a appris à ne pas m’engager dans des relations amoureuses après deux heures du matin, et ça a pu me sauver de certaines conneries ou SMS que j’aurais envoyé alors que je n’aurais pas dû.

Plus sérieusement, Ted a été un bon moment un reflet de moi-même, mais à l’écran : le type s’aveugle sur ses défauts et fout la pression à tout son entourage avec des exigences de dingue quand lui-même est loin d’être parfait. En plus, il termine prof et reste un éternel célibataire. C’est triste, mais c’est la définition même du nice guy : il est parfaitement invivable, même s’il ne le sait pas.

Et si, ça me ressemble énormément. J’en ai parlé un peu dans le dernier podcast 42 minutes (diffusé hier soir, la vie est bien faite !) qui évoquait les épisodes de série ayant changé nos vies, si le sujet vous intéresse, m’enfin, dans l’ensemble, Ted est un personnage dont je me sentais proche et qui, progressivement, m’a permis de me rendre compte de ce qui n’allait pas dans mon attitude.

Eh, j’ai changé avec le temps, j’ai pris conscience de mes défauts et je travaille dessus, promis ! Ai-je trouvé ma Tracy ? Le temps nous le dira, mais ça commence plutôt bien. En tout cas, une chose est sûre : je reste très chiant et dur à vivre ; il y a des combats de tous les instants. Fuyez les Ted ! Moi, tant que je ne suis pas exactement comme Ted, je me dis que j’ai de la marge et que ça pourra bien finir pour moi. Croisez les doigts pour moi, vous aussi !

Peut-être qu’un rewatch me ferait du bien ? Eh, ça permettrait de me rappeler de certains trucs à ne surtout pas faire comme Ted, peut-être.

Que vaut ce reboot de Gossip Girl ?

Salut les sériephiles,

Nous sommes déjà mi-juillet et il faudrait donc théoriquement que je vous écrive un article sur les derniers coups, mais ça attendra, parce que je suis toujours sur une semaine un brin compliquée du côté d’internet. Allez, si j’ai le temps, je publierai peut-être une ou deux critiques des épisodes vus le week-end dernier dans l’après-midi, mais rien n’est moins sûr.

Voir aussi : Gossip Girl est (presque) de retour

En attendant, je vous propose plutôt qu’aujourd’hui, on parle du revival de Gossip Girl. Après tout, le deuxième épisode a été diffusé cette nuit, c’est donc le jour idéal pour l’évoquer et vous livrer mon avis sur cette reprise. En effet, plus qu’un reboot, il s’agit bien d’un revival : certes, le casting a totalement changé, mais le point de départ est que nous restons dans le même univers. Et même, dans le même collège.

Ainsi, nous découvrons le collège de nos héros aujourd’hui, avec des collégiens qui ont pris encore plus de pouvoir grâce aux réseaux sociaux. La richesse leur permet de tout faire et… le pilot a du mal à nous faire gober qu’il s’agit de collégiens. Je ne vois vraiment pas l’intérêt de donner à Zoya l’âge de 14 ans alors que certains acteurs « adolescents » en ont au moins le double. J’aurais préféré une histoire se déroulant à la fac, avec le même casting et possiblement les mêmes intrigues. Au lycée, au moins, pour justifier l’omniprésence des profs.

J’ai aimé ce nouvel angle d’attaque pour Gossip Girl, d’ailleurs : plutôt que de nous pondre le retour de la bloggeuse la plus célèbre d’East High, nous voilà donc avec une prof qui cherche à donner une leçon à ses élèves. Pas de mystère sur l’identité, donc, mais de l’humour qui vient d’un décalage générationnel. C’est lourd par moment, c’est hyper problématique à d’autres – je veux dire une prof qui publie une photo de son élève de 14 ans en sous-vêtements, ce n’est pas possible – et malgré tout, j’ai trouvé l’idée intéressante.

Voir aussi : Les 10 ans de Gossip Girl

Le problème vient surtout du manque de fond pour le moment. Le reboot peine à convaincre pleinement parce que les personnages sont enfermés dans des clichés qui ne leur vont pas : la prof est névrosée, JC exerce une attraction sur le reste du monde qu’on peine à comprendre, certains sont déjà trop libérés sexuellement pour des adolescents. Tout ça pourrait passer si on était dans High School Musical The Musical The Series (et d’ailleurs, ça passe très bien pour eux), mais ça a du mal à le faire avec Gossip Girl parce que… eh bien, parce que la série se prend au sérieux.

À regarder en guilty pleasure sur le mode humoristique avec beaucoup de recul et de second degré, je vais clairement adorer ce reboot et je sais que je ne vais pas le lâcher de l’été, parce que c’est parfait pour l’été. À regarder comme une série qui a un message et quelque chose à raconter, avec des personnages reflétant leur génération… c’est un non. Pourtant, Serena, Blair, Dan et Chuck incarnaient quelque chose de leur génération. Non, je n’aime pas Nate, sorry, ni Vanessa, ni Jenny.

Voir aussi : Mon épisode préféré de… Gossip Girl (#1)

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit : eux aussi étaient des acteurs trop vieux pour ceux qu’ils incarnaient ; eux aussi avait des moments problématiques (très bien soulignés par le pilot nous évoquant la cancel culture)… mais jamais Gossip Girl ne s’était prise autant au sérieux qu’avec ce reboot qui nous hurle « regardez-moi, je vous vends de la qualité »… alors que non.

Je suis donc mitigé après ce premier épisode, mais bien forcé de reconnaître une qualité à ce revival : il me donne déjà envie de parler de lui. Et puis, comme à l’époque j’avais eu envie d’ouvrir un blog à cause de la série (pas celui-ci, je vous rassure), je sens que ça va me donner envie de me remettre un peu plus à Instagram (il y a de quoi faire). Cela dit, on notera aussi que la série passe à côté de certaines possibilités des réseaux sociaux pour l’instant (les stories, principalement, surtout quand on nous fait croire que ça se fait en une seule photo, lol).

Voir aussi : Gossip Girl (2021) – S01

Y a-t-il du transmedia ? Je n’ai toujours pas pensé à checker les comptes insta des personnages. Sûr qu’ils existent pourtant ; mais la série n’a pas réussi (pour l’instant) à me donner l’envie de les chercher. Que déjà l’épisode 2 me donne envie de voir le 3, ce sera bien !