J’ai besoin d’une nouvelle série préférée

Salut les sériephiles,

Vous aurez remarqué que ces derniers temps, il n’y a plus tellement de critiques d’épisodes sur le blog. Pire, je n’ai téléchargé qu’une seule photo pour une critique depuis le 1er avril. La blague continue donc par ici en ce moment, et j’ai de plus en plus de mal à me motiver pour regarder une série. Vous allez me dire, je vous vois venir, que je n’ai qu’à me poser sur mon canapé et faire play, mais ce n’est pas toujours si simple la vie et en ce moment, je n’arrête pas d’enchaîner les sorties, les promenades (surtout que le soleil était revenu) et le travail, ce qui fait que je me retrouve sur les moments calmes à regarder des films où je n’ai pas de critique à écrire.

Ou alors, je me retrouve à dormir, comme aujourd’hui où ma nuit de huit heures a été complétée par une sieste de quatre heures, le genre de truc qui ne m’arrive jamais. Vous le sentez venir l’autotest juste pour vérifier ? Je pense que c’est simplement de la fatigue accumulée par une période compliquée et riche en (mauvaises) émotions, mais bon. En attendant les vacances qui seront tout aussi crevantes (mais en bonnes émotions cette fois, j’ai si hâte) vu comment elles se profilent depuis quelques jours, voilà donc que j’en arrive à une journée où je ne sais pas quel article écrire. J’avais prévu deux articles qui sont des rendez-vous habituels de milieu de mois, mais j’espère voir quelques épisodes demain pour que ça prenne plus de sens.

Voilà donc pourquoi vous vous retrouvez avec ces 500 mots assez bavards : ils sont faciles à écrire, ça vient tout seul et j’en ai déjà oublié mon idée d’origine, que j’ai eu en allant me promener quelques minutes : les séries qui me manquent. Non, parce que, il faut se rendre à l’évidence : si je ne regarde plus de séries, c’est aussi parce que j’ai un problème en ce moment. En fait, je ne retrouve plus mon bonheur. En prenant un peu de recul, il est facile de voir que mes pannes de séries à répétition sont arrivées depuis 2020.

En 2020, il y a certes eu une pandémie, mais il y a surtout eu la fin de tout un tas de séries que j’adorais. Et aujourd’hui ? Je me retrouve coincé dans des rewatchs – WandaVision, The Magicians, des épisodes de Buffy parfois et une envie de plus en plus forte de revoir LOST – et ce n’est pas un hasard : je ne trouve plus forcément ce que je cherche dans les séries en cours. Je m’en suis rendu compte aux retours de The Walking Dead et de Charmed, quand j’ai eu quelques scènes d’action ou de magie me rappelant que c’était plutôt ça mon genre : la série fantastique, la série de science-fiction à la rigueur, avec un peu d’action. Les héros qui combinent plusieurs pouvoirs pour vaincre les méchants… tout en faisant de bonnes blagues, avec des vraies répliques dynamiques et bien agencées. Eh, ça me manque.

J’ai l’impression d’être de plus en plus en train de subir certaines séries. Il y a les séries procédurales, que je regarde en fond sonore, où c’est bien normal ; mais il y a aussi toutes les séries qui parlent de la vie quotidienne – Grey’s, This is us… Je les aime, d’accord, mais ça manque d’une part de rêve. Cette part de rêve, je l’ai un peu reçue avec Les Animaux fantastiques cette semaine, et ça me donne presque envie de me remettre à fond à l’écriture – m’enfin, j’ai encore moins le temps.

Bref, je ne sais pas où va cet article. La conclusion la plus logique après ces 500 mots, c’est juste que je vieillis et que j’ai de plus en plus tendance à être nostalgique de mes séries préférées. Ce n’est pas faute d’avoir une production conséquente et qualitative en ce moment, mais ça arrive moins à me fasciner et me donner envie de me plonger dedans. Allez savoir, peut-être que le retour des répliques percutantes de Gentleman Jack va me redonner envie d’un rendez-vous hebdomadaire ? Je n’en suis pas sûr : les critiques sont bien compliquées à écrire pour celle-ci.

Et avant que je n’en revienne à cette idée stupide, laissez-moi me rappeler que non, les critiques ne sont pas le problème. J’adore écrire des critiques de ce que je regarde. Oui, je regarderais sûrement un peu plus de séries sans le blog et sans les critiques à écrire, mais non, je n’ai pas envie de m’en passer. Il va juste falloir retrouver un meilleur équilibre entre tout ça d’ici la fin d’année scolaire. En attendant, je continue de voir des épisodes déjà vus sans même en parler sur le blog.

Vivement que je me retrouve une série préférée : celle qui me donnera envie de me jeter dessus chaque semaine, comme Euphoria avait un peu réussi à le faire au début de cette année. Et en même temps, pour ça, il faudrait que je tente de nouvelles séries en plus de toutes celles que j’ai envie de terminer – ou dans lesquelles je dois me mettre à jour. L’été va être chargé comme ça… surtout que ce n’est pas comme si un certain nombre d’entre vous n’avait pas déjà insisté lourdement pour me vendre des séries géniales. Un jour, je vous écouterai(s). Oui, entre parenthèse. J’ai envie de croire que ça puisse être un futur, pas un conditionnel.

Revoyez vos conjugaisons si vous n’avez pas la blague, et passez un bon samedi soir !

Revoir WandaVision (avec quelqu’un qui la découvre)

Salut les sériephiles,

Unpopular Opinion : pourquoi une saison 2 de WandaVision n'est pas nécessaireSi vous avez suivi mes quelques articles de cette semaine – avouez que c’est tout de même moins difficile de tout lire quand je ne regarde aucune série – vous devez savoir déjà que j’ai eu l’occasion de revoir en fin de semaine dernière la première saison de WandaVision. Cela me démangeait depuis un moment, et j’en avais parlé à l’occasion du premier anniversaire de la série. Cependant, je n’avais pas tellement de raison ou d’occasion de le faire… jusqu’à ce que je puisse enfin la revoir avec quelqu’un qui ne l’avait jamais vu.

Voir aussi : À quand le prochain Marvel ?

Spoilers

WandaVision : Iron Man, Doctor Strange ou Magneto à la fin de la saison 1 ?Pas fan de série, cela m’aura pris un an de le convaincre de regarder WandaVision, mais vous me connaissez assez pour savoir que marteler une idée jusqu’à ce qu’elle germe, ça me connaît. Eh, la pub pour mon blog dans le podcast à chaque épisode ? Je suis sûr qu’elle est efficace à force. Non ? Laissez-moi y croire.

Voir aussi : C’est si bien que ça WandaVision ?

Même la VF est bien ?

Est-ce que cela vaut vraiment la peine d’écrire un article ? En vérité, oui : ce rewatch me fait prendre conscience que cette série est vraiment à la hauteur de mon souvenir. Certes, j’ai peut-être un peu moins ri, mais bon, on regardait en VF. Aïe, mes oreilles. Cela dit, la VF était moins horrible que prévu – j’ai juste eu beaucoup de mal à perdre la VO de Darcy qui fait passer bien plus d’humour avec ses tons décalés en anglais et l’épisode 7 est une catastrophe car le surjeu ne passe pas du tout en français.

Ah, puis il y a des blagues passées à la trappe, parce que l’accent de Wanda est gommé par défaut dans la VF. C’est bien, mais pas trop.

Une écriture efficace pour nous rendre accro

C'est si bien que ça WandaVision ? – Just One More Episode

Bref, on s’en fiche, ce n’était pas mon sujet. Mon sujet, c’était de vous parler du fait que je suis convaincu par la richesse d’écriture de cette série. Sincèrement, c’est incroyable comment elle peut gagner même les personnes les moins fans de séries.

Au premier épisode, la réaction était sans appel : une déception, parce que ce n’était pas du Marvel cette comédie en noir & blanc sur la vie perso des héros. La vie de couple de Wanda et Vision, ça ne semblait pas vendre du rêve à quelqu’un qui n’avait vu que les films et qui n’aimait pas les séries. Eh, ça ne durera pas de toute manière, je vais continuer de marteler l’idée que c’est bien.

Petit à petit, cependant, j’ai commencé à entendre rire à côté de moi sur l’épisode 2 et le mystère a fini par fonctionner.

L’action arrive par à coup dans la série, mais l’épisode 4 qui renverse la situation et nous révèle enfin une grosse partie des mystères permettait bien de révéler l’intelligence de la série.

Une série qui fait parler

https://media.melty.fr/article-4408227-raw/media.gifJ’ai aimé pouvoir avoir à nouveau une partie des débats de la première diffusion, reparler de cette incroyable présence d’Evan Peters, décortiquer les génériques et les références aux séries cultes, savourer le twist concernant Agatha… et même découvrir de tous nouveaux détails. En plus, il n’y a pas à dire, mais voir une série avec quelqu’un et en parler « en vrai » ce n’est pas tout à fait la même expérience que Twitter ou le blog, tout de même.

Voir aussi : WandaVision a déjà un an (et cette série a tout changé)

WandaVision, et après ? – Just One More Episode

L’intelligence vient aussi de la diffusion en un épisode par semaine. Si la série reste super efficace en bingewatching (vraiment), il n’y a pas à dire : elle était bien meilleure de manière hebdomadaire, car elle permettait de réfléchir et de digérer tout ce qu’on avait vu.

Et d’en parler, encore et toujours.

Sur la fin de saison, j’ai bien constaté que certaines informations étaient distillées un brin trop vite pour que tout puisse être retenu comme il fallait. Un défaut ressort aussi beaucoup plus : la disparition de Darcy dans le dernier épisode est super énervante ; elle n’a qu’une réplique, sort de nulle part, redisparaît aussitôt, aaaaah.

SÉRIE. WandaVision : une première série Marvel réussie pour Disney+

Un an après, j’attends encore la suite, par contre…

…Et très impatiemment !

Parce que oui, en revanche, revoir tout WandaVision comme ça à un mois de Doctor Strange, c’est aussi frustrant, il va falloir attendre un mois avant la suite de l’histoire de Wanda -et je ne parle même pas des autres personnages. Les deux acteurs interprétant Wanda & Vision sont parfaitement géniaux, j’ai hâte de savoir ce que le Darkhold changera aux pouvoirs de Wanda. Bizarrement, j’avais aussi oublié que ses enfants l’appelaient à l’aide dans le cliffhanger post-générique. Bref, je vais être au point pour écrire un nouveau résumé Marvel pour néophytes. Plus qu’à trouver le temps pour, et surtout le temps pour tout me rappeler sans trop abuser et être de mauvaise foi sur la génialité et la puissance du personnage de Wanda.

https://media.melty.fr/article-4330745-raw/media.gif

Bon, si jamais je le suis, je ne serais pas le premier au moins.

Voir aussi : Résumé des films Marvel pour les néophytes

WandaVision a déjà un an (et cette série a tout changé) – Just One More EpisodeEn attendant, sachez aussi que j’ai possiblement changé d’épisode préféré : j’ai totalement redécouvert l’épisode 8 de la saison. Autant au premier visionnage, je n’avais pas tellement apprécié la pause que ça marquait d’avoir Wanda qui repartait dans son passé ; autant au deuxième, j’ai trouvé que toute la richesse d’écriture de la série était là : toutes les informations sont données avec une fluidité incroyable, les extraits des sitcoms regardées (restées en VO pour l’occasion dans la VF ??) sont extrêmement pertinents pour faire un clin d’œil aux premiers épisodes ou pour développer la scène en cours et le jeu des deux actrices est incroyable.

Voir aussi : WandaVision, et après ?

Et puis, what is grief if not love persevering ?

How To Cope With Grief After Losing Someone You Love - DiveThru

WandaVision : Ces indices prouvaient la véritable identité d'Agnès

Mon amour de cette série persévère. Beaucoup.

J’ai revu la saison 3 de The Magicians (et c’est aussi parfait que dans mes souvenirs)

Salut les sériephiles,

La semaine dernière, je vous parlais de la saison 2 de The Magicians. Comme j’en étais déjà la quatrième, je peux aujourd’hui venir vous donner mon avis sur la troisième. Tant qu’à faire, autant me tenir aussi à jour que possible dans ces compte-rendus, ça me permettra de les relire avant notre podcast consacré à la série. Oui, parce qu’en 2022, on fera un podcast consacré à la série avec l’équipe de 42 minutes, c’est acté. Il faut juste qu’ils se mettent à regarder les épisodes… et vous aussi, comme ça, ça fera un peu d’interaction dans un épisode qui ne durera pas 42 minutes de toute manière.

Voir aussi : J’;ai revu la saison 2 de The Magicians (et vraiment, c’est génial)

La meilleure saison ?

THE MAGICIANS | Season 3, Episode 1: Secret's Out | SYFY GIF | Gfycat
Josh prend enfin toute la place qu’il mérite

Entrons dans le vif du sujet : cette saison 3 est en ce qui me concerne la meilleure de la série. Le rewatch ne fait que le confirmer : c’est bien simple, j’ai enchaîné dix des treize épisodes de la saison le même jour, et j’aurais tout vu si j’avais pu, mais bon, je devais aller travailler le lendemain. Alors certes, j’ai laissé tourner la saison en fond sonore par moments, mais il n’y a vraiment pas photo :

elle se dévore vraiment toute seule cette saison.

Elle fonctionne si bien pour plusieurs raisons, et c’est bien évidemment ça dont j’ai envie de parler en premier dans cet article, car j’ai plus de recul ici que lors de l’écriture des critiques à la semaine. Contrairement aux saisons précédentes, et ça je l’avais bien vu déjà à l’époque du premier visionnage, la saison fonctionne vraiment bien parce qu’elle a un enjeu clair dès le début : en fin de saison 2, la magie n’est plus. La saison 3 est consacrée à une quête qui permet de la retrouver.

The Magicians Seven Golden Keys | Etsy

Le simple fait qu’il existe cette quête pour retrouver sept clés permet de donner une dynamique à la saison : chaque épisode permet d’avancer dans ce fil rouge à sa manière, et ça relie tous les personnages. Comme en saison 2, chaque personnage a sa propre intrigue, mais elle le mène toujours sur cette quête. Comme en plus, ça permet de nous ramener à l’existence de la magie, c’est une excellente chose : jamais la série n’a autant parlé de magie et de ce que provoque son existence pour les personnages. Toute la saison tourne autour de leur manque, de leur addiction à la magie, mais aussi de leur crainte de ce qu’elle peut provoquer.

Voir aussi : The Magicians (S03)

Un approfondissement de la mythologie et des personnages

The Magicians Excited GIF - The Magicians Excited Square Of Time - Discover & Share GIFs
Tellement de personnages secondaires obtiennent des moments de gloire !

C’est plutôt intéressant aussi parce que la quête finit par diviser les personnages sur des questions d’idéologie ou de géopolitique. La saison donne parfois l’impression de partir dans tous les sens, mais comme d’habitude, elle reste centrée sur ses personnages et sur son intrigue. Et il y a de quoi faire cette saison. Le plus frustrant et choquant est sans doute ce qui arrive à Penny, puisqu’il nous faut faire le deuil du personnage… sans qu’on ne prenne vraiment le temps de le faire comme personne ne le vit vraiment. Et pourtant, le dilemme qui se pose avec son corps est hyper marquant.

The Magicians "Six Short Stories About Magic" Was a Television Masterpiece - We Have All The Resources [S3E8 Review] - The Game of Nerds

Bien sûr, tout ce qui arrive à Penny permet surtout de développer davantage la Bibliothèque. C’est l’un des buts de cette saison 3 de toute manière, et c’est particulièrement marquant vers la fin de saison où le personnage d’Elsa finit par être l’un des plus touchants. Après, pour une saison sans magie, c’est tout le monde magique qui finit par être développé, et les règles nous apparaissent plus clairement.

On suit les personnages avec plus de simplicité, peut-être aussi parce qu’on connaît mieux les règles, mais surtout parce que je pense qu’elles sont davantage explicitées.

Chaque fois qu’un personnage se rend quelque part, la série nous explique où il débarque. De plus, Julia est bien plus intégrée au groupe cette saison, parce qu’elle est la seule à posséder encore de la magie quand tout reprend. Elle connaît l’évolution la plus intéressante de la saison, jusqu’à devenir une déesse qui répare le mal qu’elle a fait à Fillory. The Magicians Season 3 Trailer 2 (2018) SyFy Series on Make a GIFBien sûr, dire ça de Julia n’empêche pas l’évolution fascinante aussi de Margo et Eliott, comme d’habitude.

Fillory est vraiment la meilleure partie de la série. J’adore le fait que dans une saison sans magie, la présence des fées soit aussi importante. Nous sommes loin des fées à la fée Clochette, en plus, parce que l’on apprend ici à connaître des personnages inquiétants. En ce qui concerne les fées, la série révèle aussi sa complexité : elles sont horribles à Fillory et posent de nombreux problèmes à Margo qui a tout de même perdu un œil, mais elles sont esclaves sur Terre. Bref, la série se lance sur une sorte de géopolitique qui fonctionne bien, avec un approfondissement sur les deux planètes.

Et à chaque fois, tout est lié à la magie ; et au besoin de la retrouver, évidemment.

Des scénaristes qui jouent avec leur format

The Magicians' Season 3, Episode 11 Recap - Twenty-ThreePar contre, avec cette saison, on s’éloigne vraiment des livres. Si la quête des clés est de loin ce que je préfère dans la série, elle est très anecdotique dans les romans. Les scénaristes parviennent à développer sur une saison cette affaire, et c’est une bonne chose, de même que j’aime les voir jouer avec les différentes timelines.

Ce qui rend brillante la série dans cette saison 3, c’est aussi qu’elle prend plus de libertés avec sa forme. Cette saison est marquée par les meilleures décisions artistiques : le montage des épisodes est la première chose qui vienne à l’esprit, avec des coupes qui paraissent brutales et inattendues. Il y a des épisodes que l’on retient grâce à ça, d’ailleurs, avec un « what the f » magistral de Penny.

The Magicians Recap 304 - Be The Penny - That's Normal

Puisqu’on parle de lui, difficile de ne pas signaler aussi les épisodes spéciaux, qui sont légion dans cette saison. On a cet épisode merveilleux où Penny est dans le monde astral et passe d’un personnage à l’autre de manière vraiment marrante. L’écriture est toujours très réfléchie, pour que ça colle au maximum aux personnages. 23 times Margo from "The Magicians" was the High King of sass - The TempestEt tant mieux, puisque ça permet le méta, et dès le premier épisode de la saison. Franchement, meilleure scène de 2018 le dialogue entre Margo et Eliott.

Parmi les moments marquants de la saison, il y a aussi l’épisode musical avec un Under Pressure génial, ou l’épisode nous offrant le point de vue de la fille d’Elsa, malentendante. C’est de plus en plus courant de voir ce genre de scènes – je pense à The Walking Dead ou The Eternals – mais ça ne l’était vraiment pas à l’époque. De là à dire que la série est précurseur, il n’y a qu’un pas.

THE MAGICIANS | Season 3, Episode 9: Under Pressure (Full Extended Version) | SY... | Gfycat

Là où ils ne sont pas précurseur, en revanche, c’est dans le gay bait. Dommage de tomber là-dedans pour une série qui réalise autrement un faux pas sur plein de sujets… The TV Den - Tumblr Blog Gallerymais en même temps, l’épisode 3×05 est vraiment magique. Peaches & plums, proof of concept et tant de scènes incroyables dans cet épisode où les personnages vivent une vie complète. Normal.

Voir aussi : Ce que c’est que le queerbaiting

Et je n’ai pas encore parlé du casting

J’ai bien envie de franchir ce pas, mais on risque de m’accuser d’être bien trop fanatique. Quoiqu’il en soi, une chose est sûre : c’est la meilleure saison. Et pas seulement parce qu’il y a Felicia Day, même si ça aide. J’aime bien Poppy dans les livres, je l’adore dans la série ; mais eh, je l’ai gardée pour la fin.Top 30 Poppy Kline GIFs | Rechercher le meilleur GIF sur Gfycat J’aurais aimé une meilleure conclusion à son arc, m’enfin, elle n’est pas si importante dans la série.

Voir aussi : Ma rencontre avec Felicia Day (en 2014)

Le plus important, c’est que cette saison se termine par un nouveau renversement de situation assez improbable. Alice, dont l’évolution est de moins en moins plaisante, prend la décision de trahir tout le monde et de détruire définitivement la magie, persuadée que celle-ci n’apporte que le malheur à ses amis. Le pire, c’est qu’elle a un peu raison tout de même. Le problème, c’est qu’elle fait perdre du temps à tout le monde pour rien, parce que Julia abandonne ses pouvoirs de déesse pour ramener la magie, le tout pour se faire doubler une fois de plus par les bibliothécaires. Et par la famille McCallister, ou le peu qu’il en reste après le massacre des fées, une autre scène bien marquante de cette fin de saison.

The Top Seven Moments of 'The Magicians' Season Three

Bref, une saison qui se dévore avec des intrigues liées les unes aux autres, que l’on découvre à un rythme fou et bien plaisant. Que demander de plus ? Ah oui, je sais : rencontrer les acteurs. C’est cette année que ça m’est arrivé, d’ailleurs. Pfiou, cette série !

Voir aussi : Ma rencontre avec les acteurs de The Magicians (Olivia Taylor Dudley & Arjun Gupta)

J’ai revu la saison 2 de The Magicians (et vraiment, c’est génial)

Salut les sériephiles,

Nous sommes en 2022, il est donc peut-être temps de faire un point sur l’avancée de mon rewatch de The Magicians. Cela fait un moment que j’ai terminé de revoir la saison 2 et j’ai bien envie de vous en parler tout de même. Je veux dire, j’adore cette série. A la revoir, ça se confirme par contre : cette série est exceptionnelle surtout à partir de la saison 3, qui s’enchaîne à merveille.

Avant ça, la saison 2 fait une excellente transition entre la saison 1 et la suite.

The Magicians : 13 livres pour poursuivre l'aventure en attendant la saison 2 - Critictoo Séries TV

Voir aussi : J’ai revu la saison 1 de The Magicians (et c’est mieux que dans mon souvenir)

Bienvenue à Fillory

Fillory GIFs - Get the best gif on GIFEREn saison 1, on nous plantait le décor et on nous introduisait à des personnages sans vraiment nous annoncer toutes les règles qui régissait cet univers. Le temps passait vite et les magiciens devenaient pros avant même qu’on ne sache comment. La saison 2 est très différente.

Si Fillory a toujours été présent en saison 1, son omniprésence en saison 2 bouleverse tout.

Fini l’apprentissage de la magie, il faut à présent faire face à des problèmes bien différents : les rois et reines de Fillory doivent apprendre à gérer un royaume bien différent de tout ce qu’ils ont toujours connu… et ça marche tellement bien ! Dès le début de saison, on comprend à quel point cet endroit magique change toutes les règles : tous les personnages sont ressuscités bien vite. Je me souviens bien qu’à mon premier visionnage, j’avais trouvé ça trop simple et je m’étais dit que le cliffhanger de la saison 1 était mauvais.

Résultat de recherche d'images pour "the magicians fillory end season 1"Je revois un peu mon opinion avec ce revisionnage : maintenant que je connais vraiment bien l’univers, je trouve que ça marche. En revanche, une fois de plus, je trouve que l’épisode 3 de cette saison marque un tournant bien plus important avec ce qui arrive à Alice. La voir devenir un Niffin, ça lance vraiment la saison vers autre chose – la Bête n’est plus, Alice est perdue, Penny doit récupérer ses mains, ça change – et ça aurait fait une meilleure fin de saison.

Voir aussi : Les critiques de tous les épisodes de la saison 2

Une série qui s’émancipe

Stop Ignoring Me The Magicians GIF - Stop Ignoring Me The Magicians Magicians - Discover & Share GIFsLà-dessus, je continue de ne pas accrocher plus que ça au couple Alice/Quentin, mais également de penser que leur meilleure période est définitivement celle où ils partagent un même corps. C’est pourtant une partie qui n’est pas dans les livres… et pourtant ! La série prouve à quel point elle sait adapter le matériel d’origine pour le compléter et pour le rendre encore plus prenant. C’est très visible quand tout le monde veut s’entretuer à cause des trônes ou se met à chanter Les Misérables, forcément.

Les meilleurs épisodes sont souvent ceux qui s’éloignent des romans, précisément parce qu’ils permettent de se saisir du format de la série TV.

Ce n’est que le début, en plus ! TumblrPourtant, j’adore les livres, hein, et je n’ai pas envie d’y modifier quoique ce soit. Ce qui fonctionne dans la série n’aurait pas forcément fonctionné dans les livres. C’est justement ce qui rend la série intéressante à mes yeux. Cette saison 2 s’éloigne beaucoup de ce qui est écrit, mais elle sait toujours l’adapter avec intelligence. Des éléments des livres sont développés en quête complète, d’autres sont supprimés ou à peine évoqués ; la série ajoute ses propres couches aux personnages, et ça donne quelque chose de sacrément cool.

Et puis, ça permet aussi de nombreuses surprises : avoir lu les livres ne prive jamais du plaisir de découvrir la série. Même revoir la série n’est pas sans ses surprises, parce que j’avais oublié une partie de l’intrigue de Penny ou les questions posées pour devenir rois et reines de Fillory. Ou le jeu de mots autour du Prince Ess, mais ça, ça prouve qu’il était largement temps que je la regarde à nouveau. Clairement, ça ne l’aurait pas fait pour moi.

Voir aussi : The Magicians de Lev Grossman (tome 1)

Toutes les femmes de sa vie

Meilleurs GIFs Julia Wicker | GfycatSans qu’on ne sache trop comment, Julia redevient également un personnage intéressant – parce qu’il n’y a pas qu’Alice dans la vie de Quentin.

En saison 1, je l’adore au début et plus on avance, plus elle me soule. Cette saison, une grosse partie de l’intrigue tourne autour d’elle et de la perte de son ombre, ce qui permet de mieux la connaître. C’est aussi un moyen pour elle de s’intégrer davantage, alors que ce n’est vraiment pas gagné après sa trahison initiale : je trouve que tout le voyage pour récupérer son ombre et sa décision finale est vraiment touchante.

Syfy shade julia GIF on GIFER - by FordreradJe me suis rendu compte que lors de mon premier visionnage, j’étais passé à côté de moments importants.

Lors de ce voyage pour sauver l’ombre de Julia (et finalement d’Alice), Quentin abandonne le bouton qui peut le mener à Fillory, tout de même. Les intrications entre les intrigues sont toujours incroyables dans cette série – on ne voit pas les twists arriver et on ne capte pas immédiatement toutes les conséquences qu’ils auront. C’était le cas en saison 1 déjà, et c’est toujours vrai avec cette saison 2. En tout cas, Julia avance en utilisant son propre moteur scénaristique avec sa vengeance envers Reynard, et ça fonctionne à fond – tout comme son duo avec Kady, d’ailleurs.

Voir aussi : Les deux premières saisons de The Magicians (récap)

C’est ça devenir adulte ?

Funny Gifs : the magicians GIF - VSGIF.comCe qu’il est important de souligner aussi, c’est que la série trouve le moyen d’explorer des thèmes classiques de séries TV – ici, le passage à l’âge adulte, pour de vrai – de manière originale. Voir Elliot et Margo régner sur Fillory en est le meilleur exemple : eux qui n’étaient des personnages comiques très inconséquents se retrouvent avec énormément de responsabilité sur les épaules… et des mariages forcés à gérer. Le coup des golems est terrifiant, en plus, la conception du bébé d’Eliot et Fen, c’est tout de même quelque chose.

Je ne choisis pas ces trois personnages au hasard : Margo devient vraiment mon personnage préféré au cours de cette saison. Eliott devient enfin quelqu’un de fréquentable maintenant qu’il est sevré de son alcoolémie permanente et de ses cigarettes. D’ailleurs, on le définit tellement avec ces accessoires là en saison 1 que c’est à se demander comment l’acteur a réussi à faire évoluer si bien son jeu ; et nous faire adorer Eliott au passage. Quant à Fen, elle paraissait bien fade et peu importante au début, mais bordel, qu’est-ce que cette épouse forcée change la donne pour plein de choses dans la série.

Queen Margo | Explore Tumblr Posts and Blogs | TumgirMême si les personnages deviennent adultes, la série ne perd rien de ses références télévisuelles et filmiques.

Pas étonnant que Margo soit ma préférée quand on voit toutes les répliques fabuleuses qu’elle a – apportant à la fois le méta et le féminisme à la série, tout en ayant une évolution incroyable, passant de la bitch de base à une véritable queen. Et elle ose foutre Fillory en guerre pour un rien, en plus. C’est tellement fou, et c’est qui nous ramène finalement Les Misérables dans la série, un sortilège qui fait chanter tout le monde et que j’adore particulièrement.

Voir aussi : Les personnages qui m’ont fait fantasmer en 2020 (4)

Les personnages au cœur des avancées

Résultat de recherche d'images pour "the magicians kady"Oui, la série s’éclate dans le méta… au point qu’on en oublie le fil rouge. Au premier visionnage, je disais que son rythme infernal me perdait faute d’un fil rouge clair, mais maintenant, je comprends mieux l’avancement général de la série – et la manière dont elle tisse sa toile.

Ce n’est pas tellement l’intérêt de cette saison d’avoir un fil rouge, et c’est peut-être son seul défaut pour un fan de séries. On change tellement de grands méchants tout le temps qu’on finit par être peu intéressé par tout le délire autour d’Ember et Umber. The Magicians Season 3 Is Here - That's NormalTant pis, le résumé de la série en fin de saison est tellement génial !

Et puis, maintenant que j’ai toute la réponse et que je peux tout suivre d’un coup sans avoir à attendre une semaine entre les épisodes, laissez-moi vous dire aussi que ça fonctionne bien. Eh, peut-être que la série est vraiment construite pour un bingewatch, finalement : cela permet de se rendre compte à quel point ce sont les personnages qui dirigent la barque de la série.

15 Reasons You Should Be Watching 'The Magicians' | Tell-Tale TVJe pensais que la série partait dans tous les sens, je découvre en la revoyant que ce n’est pas le cas du tout : elle écoute ses personnages et les laisse aller dans la direction qu’ils veulent.

Je me rends mieux compte aussi de l’impact de plein de petites choses pour la suite, notamment l’arrivée des fées ou le temps passé à la Bibliothèque. Et puis, bien évidemment, il y a ce cliffhanger final totalement improbable : les fées sont aux portes de Fillory alors que la magie disparaît parce que Quentin et ses amis ont fait en sorte qu’Ember et Umber s’entretuent. Grandiose pour une série nommée The Magicians tout de même…

Voir aussi : The Magicians (S03)

Résultat de recherche d'images pour "the magicians alice and quentin end season 2"