One Day At A Time (S01)

Synopsis : Une mère célibataire d’origine cubaine élève sa fille adolescente et son fils pré-adolescent avec « l’aide » de sa mère, plus old-school.

00.jpg

Pour commencer, cette série, je n’en entends que du bien depuis qu’elle est arrivée discrètement sur Netflix et que des amis ont commencé à la regarder. Je mets ça au masculin, mais tout le monde sait que par ces mots, je désigne surtout Gaëlle et Poluss. Par conséquent, il n’était plus question pour moi de trainailler à la voir, et je fais de 2020 une année qui sera marquée hebdomadairement par la série.

Ben oui, il y a cinquante-deux épisodes prévus dans la série d’ici 2021, ça me fait pile de quoi en voir un par semaine… On verra si c’est le rythme que j’arrive à tenir (peu probable) ou si je m’engouffre tout à un moment. En tout cas, pour commencer, je vais tenter de m’y tenir. Tout étant disponible sur Netflix qui aime enchaîner les épisodes, on verra bien comment ça se termine.

En attendant, la plateforme me l’imposait peu cette série, parce que l’algorithme me dit qu’elle ne correspond qu’à 72% à mes goûts. C’est loin du pourcentage suggéré par ce qu’en disent les amies ; on verra vite qui est dans le vrai !

S01E01 – La Quinceañera – 20/20
En un épisode, la série parvient à instaurer les personnages et leurs dynamiques, nous faisant passer du rire aux larmes, parfois des larmes au rire. OK, c’est bon, un épisode suffit à comprendre le succès de cette comédie qui est effectivement excellente dans ce qu’elle apporte, à la fois du côté des sujets qu’elle traite, suffisamment originaux (l’intégration culturelle, la working class, la dépression) pour rendre bien plus touchants ceux que l’on a déjà vu et revu (l’adolescence, les relations familiales), et dans ses gags ou répliques percutantes. Un par semaine ? Ce n’est pas forcément gagné !

Life in Pieces – S04E12-13

Épisode 12 – Cabana Hero Action Son – 17/20
La série repart sur ce qu’elle fait de mieux avec quatre mini-intrigues qui varient les dynamiques, qui mélangent les personnages et qui font des liens sympathiques entre elles. Quant à la fin de la série qui s’approche, on la sent arriver, mais ça reste plus drôle que triste pour le moment. J’appréhende un peu le dernier épisode, en revanche, parce que rien que le plan final de celui-ci, je sais que je n’ai pas envie de dire adieu aux Short !

> Saison 4


Spoilers

12.jpg

You’re not my family, you’re just my wife.

Story One : Cabana Boy – La saison a commencé par des vacances, et elle finit de la même manière… Sauf que cette fois, la famille se paie des vacances de luxe, pour se remettre de la mort de la grand-mère dont personne ne semble avoir rien à faire. L’excuse est un peu grosse, mais les voilà donc qui embarquent pour Baha Mar dans un hôtel de luxe, réservé sur un site avec le compte de Matt.

Cela énerve Greg car Matt récupère tous les honneurs et l’affection de la famille. Une fois de plus, il passe donc le segment à essayer de se battre contre son frère, même si personne d’autre que lui n’en a rien à carrer. Ces deux-là me feront toujours rire, surtout que ça laisse Jen complétement dépitée. Pour cette manche-ci, c’est Matt qui gagne, récupérant des nuits gratuites pour une lune de miel avec Colleen et payant la cabane réservée par Greg pile au moment où toute la famille se décide enfin à venir la visiter.

Story Two : I Can Be Your Hero – Heather et Tim s’amusent au casino… et le médecin se retrouve à devoir sauver la vie d’un homme qui s’étouffe. Ce n’est pas glorieux à voir, mais Tim est aussitôt vu comme un héros par sa femme, soudainement plus attirée que jamais par lui. C’était plutôt marrant de voir Heather comme ça et j’ai bien aimé voir Tim être choqué et déçu de ne pas être remercié par l’homme qu’il a sauvé.

Il le harcèle donc pour avoir son remerciement, quand il est évident que l’homme ne veut pas avouer qu’il était au casino devant sa femme. Tim s’en charge donc ; et tant pis pour le mariage de cet homme qui n’avait qu’à pas se montrer ingrat. Ma foi.

Story Three : Paradise – Matt et Colleen essaient eux aussi le casino et… commencent super bien, avec directement le gros lot à la machine. Ils n’ont jamais été si chanceux de leur vie et enchaînent autant que possible toute la journée sur la machine, quitte à se servir du grand-père pour garder la place et quitte à abandonner Jen avec Joan toute la journée. C’est plutôt drôle et c’est encore mieux de les voir préférer le casino à la vue sur la plage imposée par Joan… occupée à la machine à sous avec Jen.

Story Four : Mort’s Secret – Le grand-père avoue soudainement pendant les vacances qu’il a quelqu’un a présenter à la famille. Et non, ce n’est pas un amant, mais Stuart, le type dont Tim a sauvé la vie et tué le mariage, qui s’avère être… le demi-frère de John. Rien que ça. L’angoisse est totale. N’étant pas fan de Stuart, j’ai moins accroché à ce segment.

Pour autant, il y a de bons moments, mais le vrai problème, c’est que ça semble préparer une saison supplémentaire qui n’aura pas lieu. Joan parvient finalement à convaincre John d’essayer de se lier d’amitié avec Stuart, mais ce n’est pas gagné. Et quand ça semble enfin sur le point de se faire, John apprend que Stuart est loin d’être son seul frère supplémentaire. Oh non, il en a au moins deux autres. Heureusement que Mort est gay, parce que sinon, je n’imagine pas le nombre d’enfants qu’il aurait eu !


Épisode 13 – Reverse Burden District Germany – 19/20
Une excellente fin de saison – probablement leur meilleure – mais pas tout à fait une fin de séries non plus. On sent bien que les scénaristes espéraient encore un renouvellement au moment de l’écriture de cet épisode, et je suis vraiment dégouté de dire au revoir aux Short de cette manière-là. En tout cas, ça a fonctionné, cette fin d’épisode m’a pris aux tripes et c’est probablement leur épisode le plus triste, même si ça reste positif. Adieu.

> Saison 4


13.jpg

Just remember… wir lieben dich.

Story One : We’re Having a Baby – De retour de vacances, Tim et Heather s’inquiètent que Clementine soit peut-être enceinte. Oh la, rien que ça. C’est finalement une fausse alerte, parce que Tyler et elle sont incapables de lire un test de grossesse. D’abord soulagés, les parents sont ensuite inquiets de découvrir que leur fils ne veut pas d’enfant, pas plus que Sam. Quant à Sophia, elle veut en adopter.

Et toutes ces conversations sur les bébés donnent soudain une envie à Tim de recommencer à avoir des enfants. Cela suppose toutefois d’inverser sa vasectomie, ce qui n’est pas tellement possible vu le mauvais travail du médecin. En fait, c’est pire que tout : l’inverser le fera énormément souffrir. Et s’il comptait sur l’infertilité d’Heather, il découvre que c’était un mauvais calcul, car elle peut encore tomber enceinte, elle.

Story Two : The Burden – Matt et Colleen amènent Lucas à Joan pour qu’elle le garde… et Greg et Jen ont exactement la même idée. C’est assez drôle à voir, parce que ça crie la vérité cette grand-mère qui ne sait pas dire non pour garder ses petits-enfants. Pourtant, John avait prévu une soirée au théâtre. Pire que tout, le lendemain les petits sont de retour chez eux, et Heather en rajoute une couche. Elle propose à Sophia d’être babysitter avec sa grand-mère, sauf que c’est juste une excuse pour s’en débarrasser pendant qu’elle est contagieuse.

Les journées sont longues et difficiles pour Joan, qui en arrivent même à perdre certains patients dont elle n’a plus le temps et l’énergie de s’occuper. Tout ça était un peu schématique, mais ça passait bien comme intrigue et c’était plutôt marrant. Il y avait besoin de se marrer en plus, mais j’ai senti qu’on se dirigeait vers une fin de série en demi-teinte.

Story Three : Short Casa su casa – Greg et Jen décident de faire semblant de vivre chez Joan et John pour réussir à convaincre l’école privée de Lark de leur faire payer moins cher. Le seul problème, c’est qu’ils se grillent directement devant la principale quand ils font semblant d’y vivre lors d’une visite surprise. C’est dommage, il y avait la base pour un bon épisode là.

Finalement, cela les pousse à dire la vérité et découvrir le vrai prix de l’école privée. Ils doivent donc envisager de déménager… et cela leur permet de découvrir, grâce à une agent immobilière assez maladroite quand même (Greg a le même nom de famille !) que Joan et John vendent leur maison. Et devinez qui est volontaire pour l’acheter ?

Story Four : Mattoberfest – C’est aussi l’anniversaire de Matt dans tout ça, mais il s’en fiche un peu : il vient d’être accepté pour un job… en Allemagne. C’est un peu loin et c’est là qu’on sent que c’est la fin. Chaque couple a donc une énorme annonce à faire pour cette fin de saison. Matt souhaite attendre la fin de son anniversaire pour ça… sauf que Colleen a donc choisi un thème allemand pour le fêter. C’est con.

C’est en tout cas pendant la fête que d’un coup Tim annonce que Matt va de nouveau être tonton, ce qui n’inquiète pas trop Heather puisqu’elle aura de toute manière l’aide de ses parents de l’autre côté de la route. Ou pas. C’est l’heure d’annoncer la vente de la maison et de provoquer la jalousie de Matt une dernière fois (oh bordel) lorsque Greg annonce qu’il entend l’acheter avec Jen.

Alors que Colleen est au téléphone et rate tout ça, Matt annonce donc soudainement qu’il a désormais un job, en Allemagne. Tout le monde est très heureux… sauf que le coup de téléphone de Colleen est évidemment l’annonce d’une nouvelle digne d’eux : ils ne peuvent pas quitter le pays avant six mois, parce que Lucas n’est pas encore officiellement adopté.

Colleen prend la décision de laisser Matt partir et de garder Lucas pour finaliser l’adoption. Ouep, c’est ainsi que la série s’achève : Matt quitte le pays avec toute sa famille pour lui dire au revoir et pleurer un coup alors qu’il s’en va vers de nouvelles aventures.

13-2

EN BREF – Cette saison 4 était parfois un peu en-dessous des précédentes et de ce que ses scénaristes savent faire de mieux, mais l’ensemble des personnages et des dynamiques fonctionnaient vraiment bien. Les Short sont marrants et vivaient toutes sortes d’aventures du quotidien qui vont me manquer l’an prochain. J’ai l’impression d’avoir attendu toute l’année leur retour pour une diffusion finalement bâclée.

Quant à la fin de la série… C’est leur épisode qui donne le plus envie de pleurer – en pleine canicule, c’est pas sympa – et peut-être bien leur fin la plus ouverte en quatre ans. Chaque année se terminait sur une réunion de famille qui donnait envie de revenir, et c’est encore le cas cette fois ; mais le départ de Matt en fait le final le plus marquant. En plus, ça survient si brutalement, je ne m’y attendais pas du tout… Un peu comme cette annulation, dans le fond.

En tout cas, ça restera une comédie que j’adore et que je ne m’exclus pas revoir un jour.

13-3.jpg

Life in Pieces – S04E10-11

Épisode 10 – Letter Promise Adult Seventy – 16/20
Un épisode avec de bons moments et pas mal d’humour, comme toujours. Je m’attendais à quelques conclusions qui n’ont pas été celles proposées, mais dans l’ensemble, ça me confirme juste que je suis super attaché à ses personnages et qu’ils sont très bien écrits : peu importe les relations mises en avant, c’est toujours efficace.

> Saison 4


Spoilers

10.jpg

I’m not getting a pig, am I?

C’est moche, la diffusion de la fin de saison est totalement bâclée : deux épisodes cette semaine, deux la suivante, et ce sera terminé. C’est vraiment dommage que ça se termine comme ça… mais bon, au moins, ça veut dire double ration de fou rire !

Story One : The Letter – Colleen et Matt invitent Greg et Jen à manger dans un restaurant super cher pour les remercier d’avoir écrit une lettre de recommandation pour que Lucas entre bien dans la même école de Lark, sauf qu’évidemment ni Jen, ni Greg n’ont écrit la moindre la lettre de recommandation. Il est du coup évident que Matt et Colleen essaient juste de leur faire avouer la vérité avec ce repas super cher… ou pas ? La conclusion n’est pas aussi explicite que ce que je le pensais sur le sujet. Peu importe, c’était un très bon segment avec mes deux couples préférés et beaucoup d’humour – de Jen qui décide de ne pas manger et d’inquiéter Colleen persuadée que Greg la met au régime à Matt qui décide d’avoir une belle relation avec son frère ; j’ai pas mal ri.

Story Two : The Pig Short – Sophia veut un cochon depuis quatre ans, et elle a réussi à faire céder ses parents de la meilleure des manières : ils ont fait une liste de choses intenables à effectuer après lesquelles elle pourra avoir un cochon. Et loin d’être idiote, elle a réussi à faire en sorte que Jen signe le tout, ce qui fait que les parents se sentent forcés d’écouter leur fille. Ils prennent donc la décision de lui faire du chantage, de manière à ce qu’elle ne veuille plus du cochon, mais plutôt autre chose qu’ils lui proposeront…

Sophia amène alors le sujet du téléphone portable sur le tapis et ses parents cèdent rapidement. Ils devraient pourtant être plus malins que ça avec une fille comme ça, évidemment qu’elle les manipule. Sam le leur fait remarquer, de manière à mieux les endormir pour son propre rencard auquel les parents restent aveugles. Une fois de plus, les parents apparaissent totalement idiots par rapport à leurs filles, mais c’est plutôt marrant. La conclusion logique est que Sophia obtient un cochon – Kevin Bacon ehe – qui détruit tout dans la maison, mais eh, elle aura appris à ne pas manipuler ses parents comme ça.

Story Three : Ball Grown Up – On reste chez Tim et Heather dans ce segment qui voit Clementine s’inquiéter pour la santé de Tyler parce qu’il a un problème sur les testicules. C’est hilarant comme tout, parce qu’elle s’en confie à Tim… et que bon, y a mieux que d’en parler au père de son mari, quand même. Surtout quand c’est Tim et qu’il est juste gênant, n’hésitant pas à en parler au dîner de famille qui suit. On se marre bien du dépit de Tyler dans l’épisode cependant, et j’ai bien ri aussi de le voir se rendre chez son pédiatre avant d’être envoyé chez un vrai médecin.

Story Four : John’s Divorce Dilemma – John apprend que ses parents divorcent… alors même que sa mère est alitée et que Joan envisageait plutôt d’apprendre la mort de son beau-père. John décide donc d’inviter ses parents à manger pour les réconcilier, mais Joan se rend compte qu’ils n’ont plus rien en commun et se détestent. Ses parents finissent par lui avouer que leurs 70 ans de mariage n’ont jamais été heureux et qu’ils sont restés ensemble pour lui, avec l’espoir qu’il meure avant eux. Sympa.

Tout ça était plutôt drôle, surtout quand le père de John lui avoue qu’il est gay, mais ça finit bien mal avec la mort de la mère de John et le personnage qui s’illusionne sur les 70 ans de mariage heureux de ses parents. Mouais, on a connu des fins mieux trouvées et moins déprimantes !


Épisode 11 – Clean Pens Grandma Guys – 15/20
Si les personnages sont géniaux, la série se repose de plus en plus sur des formules déjà connues et des intrigues dont on devine facilement la chute. Je suis moins convaincu par cette dernière saison, surtout que l’on n’a pas vraiment d’exploration du format comme on avait pu l’avoir sur des saisons plus longues.

> Saison 4


11.jpg

Remember when I tried to pull your pants down.

Story One : Clean Start – Greg et Jen embauchent une femme de ménage qui s’avère être Edna, l’ancienne femme de ménage de Joan et John, pleine d’anecdotes gênantes sur l’enfance de Greg. Bon, elle est aussi une très mauvaise femme de ménage : elle boit du whisky, fait la sieste et salit encore plus la maison. Jen ne comprend pas comment elle peut être aussi incompétente, mais fait vite la découverte que c’est Joan qui nettoie sa propre maison depuis longtemps. Comme la famille refuse de virer Edna, Joan et Greg se mettent à faire ensemble le ménage à la place d’Edna, qui continue de mal repasser les jeans de John, et probablement tout le reste. Voilà un parasite qui sait s’imposer !

Story Two : The Pen is Sexier Than the Sword – Quand ils étaient petits et qu’il voyageait beaucoup en tant que pilote, John ramenait à ses enfants des stylos sexistes achetés à l’aéroport. Comme ils coûtent une fortune désormais parce qu’ils sont collectors, John demande à ses enfants de les lui rapporter… Sauf qu’évidemment, ils les ont, au mieux, perdus.

Joan insiste toutefois pour que ses enfants les cherchent dans les cartons de leur enfance, histoire de constater une fois de plus que Matt est le malaimé de la famille. Quand Heather trouve enfin les stylos, c’est sur ebay, et il est alors évident que c’est John qui est en leur possession. Cela ne manque pas : il est en fait en train d’arnaquer ses enfants pour obtenir de l’argent de leur part. Plutôt classique, et dans la lignée de l’épisode précédent.

Story Three : Bad Grandma – Colleen récupère Lucas qu’elle avait laissé chez ses grands-parents et si tout s’est « bien » passé avec John, il refuse de faire un câlin à sa grand-mère. Celle-ci passe le reste de cette histoire à essayer de créer un lien avec son petit-fils, quitte à lui demander de jouer à un milliard de jeux et semer des bonbons dans la maison… sauf que Lucas est terrifié par sa grand-mère, parce qu’elle ressemble à la sorcière d’Hansel et Gretel (enfin, celle de son livre en tout cas). Et tant pis si Colleen venait de dire à Joan que Lucas n’avait aucun problème psychologique.

Story Four : Guys Night – Tim organise une soirée “entre hommes” avec Matt, et uniquement Matt. Au secours. Matt espérait au moins d’autres personnes pour ne pas être seul avec Tim, qui propose une soirée de l’angoisse, avec de la margarita pas prête et l’envie de retirer son pantalon. Il a aussi eu la bonne idée d’embaucher un cuisinier mexicain pour faire des tacos, que Tim ne peut pas manger avec son cœur. Bon, on a connu mieux que ce segment quand même, et ça laisse Tim tout déprimé d’avoir organisé la pire des soirées. Matt se rend alors compte que Tim avait organisé une soirée pour plus de monde que juste lui, et il reste un peu plus longtemps pour en avoir la confirmation… et pour rendre Greg jaloux, parce que Greg n’a jamais été invité.

> Saison 4

Life in Pieces – S04E09

Épisode 9 – Four Short Fairy Tales – 14/20
Ben alors ? C’est la deuxième semaine d’affilée que je n’accroche que moyennement à l’épisode. Certes, l’idée de départ qui est d’écrire une version moderne de certains contes ou expressions est plutôt sympathiques, mais dans la réalisation, c’est juste trop prévisible ou cliché. La série m’a habitué à mieux, j’espère qu’elle va vite se reprendre !

Saison 4


Spoilers

09.jpg

It’s just you and me… until one day, it’s you or me.

Story One : The Emporer’s New Hair – Rien qu’avec ce titre d’histoire, je m’attendais à voir Tim au centre de l’histoire… Et pour une fois, c’est une bonne chose. De manière prévisible, la série lui fait le coup de la perruque qu’il s’achète parce qu’il a le besoin de se sentir mieux dans sa peau. C’est Heather qui lui conseille de se faire plaisir pour se récompenser des efforts qu’il fait en sport par rapport à son cœur, mais elle ne s’attendait pas à ça.

On enchaîne alors sur les quiproquos habituels dans ce genre d’intrigue, avec aussi pas mal d’humour apporté par les enfants. Colleen est brillante à balancer toute la famille « par accident », à la Colleen donc, et Tim persiste à vouloir garder cette immonde perruque – qui cela dit ne lui va pas si mal. Le seul problème, c’est qu’il la porte à aussi à une conférence sur l’honnêteté en médecine, et qu’à côté d’une photo de lui et sa calvitie, ça la fout mal. Après, rien qui n’empêche de s’en tirer par une pirouette rhétorique, contrairement à ce la série propose ici.

Story Two : Jenderella – Jen reprend enfin le travail – c’est que ça a dû lui manquer – et forcément la série en profite pour la très classique intrigue où elle se sent tiraillée entre le travail et la vie de famille. Elle a deux collègues insupportables, Eve et Elle, et un insupportable supérieur, Paul, mais elle veut absolument être dans leurs bonnes grâces. Ce n’est pas évident avec Eve et Elle qui lui mettent des bâtons dans les roues et avec ses filles qui ont besoin d’elle à la maison, mais comme c’est Jen, elle parvient finalement à trouver un improbable équilibre dans sa vie. Bref, une jeune maman efficace, mais personne n’en avait jamais douté, je crois.

Story Three : The Joan Who Cried Wolf – Joan prend sa retraite, je ne m’y attendais pas, c’est tellement inscrit qu’elle a des patients. Oui, justement : en elle aussi, c’est tellement inscrit qu’elle n’a pas envie d’autre chose. Elle fait donc tout ce qu’elle peut pour détourner l’attention et retarder au plus tard la fête de sa retraite. C’était plutôt marrant sans être brillant : elle voit un rat, puis en invente un quand le dératiseur le retrouve trop vite.

Celui-ci est un grand cinglé, mais il apporte pas mal d’humour à l’épisode, aussi cliché soit-il. J’ai adoré voir Joan commencer une thérapie pour lui, l’air de rien. Et bien sûr, la conclusion est évidente : elle avoue qu’il n’y a pas de rat, puis en voit un le lendemain, mais personne ne la croit. C’est le sens de cette expression après tout.

Story Four : Three Little Playhouses – Lucas et Lark s’entendent toujours aussi bien et jouent beaucoup ensemble, dans un carton qui leur sert de fausse maison pour jouer… jusqu’à ce que John la détruise. Colleen trouve que c’est une bonne idée, puisque les deux petits en étaient à imaginer le mariage. Bon, dans cette histoire, John est donc le grand méchant loup des trois petits cochons. C’est plutôt marrant, puisque l’on voit ensuite Greg et Matt essayer de construire une maison en bois.

John n’a aucun mal à la détruire, et il construit ensuite une maison en brique pour les petits. Cette fois, il n’est pas question de la détruire puisque les petits jouent dedans. À la place, le gag final est que le compteur d’eau est juste en-dessous, forçant un technicien à entrer dans la maison pour faire le relevé.