Bilan ciné & films de 2021

Salut les cinéphiles,

Nous sommes le 12 janvier, il est peut-être temps pour moi de me lancer dans l’écriture d’un bilan des films vus en 2021, non ? Je devais le faire la semaine dernière, mais j’ai manqué de temps alors j’ai reporté et… je manque à nouveau de temps. Tant pis, faisons comme si !

La bande-annonce officielle de Ron's Gone Wrong parle de trouver l'amitié aux mauvais endroits

L’an dernier, j’ai donc pris le temps de voir 122 films. C’est deux fois plus qu’en 2019, deux fois moins qu’en 2020 et probablement cent de plus que genre 2017 ou 2018. C’est une bonne moyenne, donc, ça fait deux à trois films par semaine, ça me convient. La vérité est ailleurs toutefois : il y a des mois où j’ai vu très peu de films, et d’autres où j’ai enchaîné. Cela met un peu mal mon idée d’article qui était à l’origine de proposer un top de mes douze films préférés en en choisissant un par mois. On va faire un peu autrement, mais ça restera du mois par mois :

undefinedJanvier

Une douzaine de films vus, et aucun véritable coup de cœur au cours du mois. Cela m’avait donné la possibilité de continuer à évoquer les films de 2020 au moins. Il y a eu quelques catastrophes, comme l’horrible Eres tu Papa ? auquel je n’ai pas accroché du tout et de belles découvertes comme Man from Earth, L’expérience ou Le Trou. Un peu de tout donc. Dans les films dont je n’ai toujours pas parlé et que j’ai bien aimé.

Affiche du film Palm Springs - Photo 17 sur 17 - AlloCinéFévrier

Je suis resté sur le même nombre de films, mais cette fois-ci, j’ai ieu de vrais coups de cœur pour Palm Springs (une bonne St Valentin, du coup, comme je l’ai vu quelques temps après sa sortie !) et pour Pink, un film trop peu connu et qui mériterait vraiment d’être plus vu, n’hésitez pas. J’en ai profité pour découvrir quelques classiques également, comme Die hard ou Leon.

https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/bd26402c-ea02-47f3-8031-672a2bfbd3b3_2.jpgMars

Un peu plus de films cette fois-ci, et surtout beaucoup de coups de cœur. La liste est longue : Triangle était une superbe découverte avec une actrice que j’adore et dont je ne comprends toujours pas comment j’ai pu passer à côté pendant si longtemps ; Promising Young Woman était un film de 2021 qui était vraiment original, dynamique et sympathique ; U-turn était une bonne découverte, inattendue pour une « histoire inspirée de faits réels », évidemment. Sans en avoir parlé sur le blog, je garde de bons souvenirs aussi de films comme Fear of Rain ou Au bout du Tunnel. Au milieu de tout ça, j’ai encore eu le temps de voir pour la première fois les Kill Bill ou Nikita, mais aussi le très bon K-Shop. Je ne l’ai pas noté comme un coup de cœur… mais il fait partie des films marquants de mon année 2021.

La porte des secrets (2005) - CeDe.comAvril

Trois films ! Et malgré tout, un coup de cœur pour La Porte des secrets, qui était vraiment génial, avec un concept comme je les aime. Bon, au cas où, il s’agit d’un film d’horreur, hein.

Je ne peux pas en dire autant de Nobody (sympa sans plus, divertissant, on va dire, mais un film d’action comme je ne les aime pas, pour le coup) et Instinct de survie (vraiment pas dingue).

Les Mitchell contre les machines - film 2021 - AlloCinéMai

Je n’ai pas vu beaucoup de films non plus, mais j’ai adoré The Mitchell vs the machine : c’est l’un des meilleurs films d’animation de l’année et une très bonne sortie de 2021 pour l’ensemble des films. Très sympathique, plein d’humour, une aventure que je regarderai probablement une nouvelle fois.

Au rang des coups de cœur, il y a aussi eu Breaking Fast, une excellente surprise et bien sûr, mon retour au cinéma. Oh, Adieu les cons n’était pas si dingue comme film, mais ça reste marquant de retourner enfin au cinéma après un an.

Cruella en Blu Ray : Cruella - AlloCinéJuin

Cruella est une super découverte, qui pourrait bien figurer parmi les coups de cœur… mais je me suis rendu compte que je n’y repensais pas tellement après coup finalement. Du côté des films d’horreur, j’ai adoré It follows et beaucoup apprécié False positive… mais sans avoir de coups de cœur pour autant. J’étais de nouveau à une douzaine de films ce mois-ci, mais avec pas mal de rewatchs, notamment du côté des Disney. Côté animation, les sorties Disney + n’ont pas été si marquantes que ce que je l’espérais… mais on a eu de bons films tout de même. Le mois s’est terminé sur une bonne surprise, avec The Thing about Harry.

Black Widow - DVD, Blu-Ray & achat digital | DisneyJuillet

Enfin du Marvel au cinéma ! Après nous avoir inondé de séries, il était temps de les retrouver sur grand écran. Rien que pour ça Black Widow fut un énorme coup de cœur. Bon, pour ça, et pour Yelena, évidemment.

Autrement, le mois fut surtout marquant pour ses sorties cinéma, avec Annette et Kaamelott, et aussi The Tomorrow War, même si ça, ce n’était pas au cinéma.

À dix-sept ans - film 2019 - AlloCinéAoût

Ce fut un mois très chargé en films avec une vingtaine de découvertes, cette fois. Et dans le tas, j’ai eu des coups de cœur : In the Heights bien sûr, parce que c’était génial comme film musical, Aftermarth pour l’horreur et Diecisiete, pour le film absolument inattendu. Je veux dire, c’était juste un film que j’ai lancé comme ça et qui s’est avéré être une super histoire touchante, avec des moments drôles. Côté cinéma, on a eu les sorties de Reminiscence (mouais), Jungle Cruise (très sympa) et Free Guy (marquant et hilarant). C’était plutôt un bon mois où j’ai pu continuer de regarder des Disney (y compris Coco, jamais vu avant).

Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux en Blu Ray : Shang-Chi et la légende des Dix Anneaux - AlloCinéSeptembre

On pourrait penser que la rentrée a freiné mes visionnages ? C’est tout l’inverse, avec la fatigue, j’ai eu plus tendance à me mettre des fonds sonores, plus ou moins efficaces par contre. Il y a eu beaucoup de cinéma ce mois-ci, et ça s’est vu sur le blog : Shang-Chi fut un coup de cœur, contrairement à The Forever Purge (très sympa, mais pas exceptionnel non plus), Don’t Breathe 2 (tellement attendu que c’était forcément décevant), Bac Nord (j’ai plutôt apprécié) ou encore Malignant. Ouais, beaucoup d’horreur… mais pas que : Netflix m’a régalé avec Kate et Prime Video avec Cendrillon. Beaucoup ont détesté ce dernier, mais moi, non, vraiment pas, il avait ses moments sympathiques. Autrement, c’était un bon mois et j’ai vu tellement de films que je me suis rendu compte après coup que j’en avais raté de noter certains films, comme The Mimic. Et pourtant, j’ai aimé !

Affiche du film Penguin Bloom - Photo 17 sur 18 - AlloCinéOctobre

Cinq films… C’est de nouveau un e catastrophe côté cinéma, mais c’est principalement parce que le début d’année scolaire a été très compliqué et chargé en mauvaises nouvelles. Tant pis. Revoir des Harry Potter, c’est toujours très sympathique de toute manière.

Malgré tout, j’ai quand même découvert un film qui valait le détour : j’ai beaucoup aimé Penguin Bloom, une histoire poignante. Et c’est inspiré d’une histoire vraie, en plus.

https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2021/07/11/tu-me-manques-dvd.jpgNovembre

Enorme coup de cœur en début de mois avec Tu me manques, très touchante histoire et drame LGBT. J’ai bien aimé aussi The Silenced, au concept original et tout aussi dramatique, et j’ai accroché plus que prévu à Last Night in Soho. En fait, vraiment, je me rends compte que c’est un mois dans lequel j’ai surtout vu des films qui me plaisaient : Eternals, Age of Adaline, Grâce à Dieu, 1917, Red Notice… Beaucoup de films très différents, mais tous géniaux. Je vous les recommande… et d’ailleurs, il faudrait que j’écrive des articles sur certains d’entre eux. Eh, ça permet de voir mon retard, comme ça.

Spider-Man : No Way Home : une nouvelle affiche remplie de méchants - CNET FranceDécembre

J’ai terminé l’année avec une vingtaine de films à nouveau. Vous l’avez vu sur le blog, je pense, il y a eu énormément de cinéma pendant les vacances scolaires : Spiderman No Way Home a débarqué juste avant, le catastrophique Matrix pendant. J’en ai profité aussi pour voir les Tous en scène et West Side Story. Du côté des coups de cœur, outre l’homme araignée, il y a eu en horreur le très bon film Le Calendrier, parfait pour le mois de Noël, l’excellent animé Ron’s Gone Wrong et le très surprenant Don’t look up sur Netflix. Je l’ai encore en tête… Eh, ça changeait des films de Noël – j’ai d’ailleurs enfin vu The Christmas Setup, à défaut de l’avoir vu l’année de sa sortie.

Don't Look Up : Déni cosmique | Site officiel de Netflix

Et voilà ! Cela fait beaucoup de films évoqués, mais c’est difficile d’en choisir un seul comme préféré, honnêtement. On voit une petite tendance à préféré les films d’horreur et les Marvel, tout de même, ainsi que pas mal de romances LGBT. Et comme j’ai vu moins de films qu’en 2020, inévitablement, il y a tout de même eu moins de rattrapages de films cultes. Allez savoir, c’est peut-être là-dessus qu’il faudra que je me concentre en 2022… mais ça n’en prend pas le chemin pour le moment !

Don’t look up : petite surprise de fin d’année (#56)

Salut les cinéphiles,

Critique du film Don't Look Up: Déni cosmique - AlloCinéJ’avais prévu à l’origine de faire un point sur les meilleurs films vus cette année, mais l’actualité fait que j’ai eu un autre film plus ou moins coup de cœur, ou en tout cas un film dont j’ai envie de parler.

Comme ce que j’ai vu en 2021 n’est pas sur le point de s’en aller de toute manière, ça peut attendre un autre mercredi. Par contre, l’actualité Netflix est vite passée de mode. Or, la plateforme a sorti en fin de semaine dernière le film Don’t Look Up.

Heureusement que Netflix était là pour nous sortir un bon film inédit d’ailleurs : autant l’an dernier, Disney s’était mis sur le coup et Wonder Woman avait été facile à trouver, autant cette année, c’était un peu la disette.

Il restait donc Don’t Look Up sur Netflix, avec Jennifer Lawrence, Leonardo Di Caprio, Meryl Streep et Cate Blanchett. Et Timothée Chalomet, et Ariana Grande, surprises du générique au début du film (ou de la médiocre affiche ?). Bon, bref, un casting qui envoie du lourd rien que sur le papier, une date de sortie proche de Noël, assez clairement, on sentait que c’était le gros film à voir en cette période de fin d’année. Et ça n’a pas manqué.

Don't Look Up : Déni cosmique | Site officiel de Netflix

L’histoire du film ? Je ne la connaissais que peu, j’en avais lu un synopsis il y a un moment, avec clairement en tête que ça allait être Salvation en mieux : une jeune doctorante découvre en effet une comète et se rend compte qu’elle s’apprête à venir s’écraser sur Terre. En jeu, la survie de la planète. Avec ça, je m’attendais à un bon gros film de science-fiction dramatique.

Ce n’est pas du tout ce que les scénaristes avaient en tête, par contre. Cela commence pourtant comme ça, mais assez vite, on comprend que les scientifiques qui nous annoncent la fin du monde ne vont pas être pris assez au sérieux par la Maison Blanche.

Spoilers

Ranked! Our 10 Most Anticipated Netflix Movies – redhatbeautyJe n’en dirais pas plus sans spoiler le film, donc continuez la lecture à vos risques et péril. Si la Maison Blanche ne les prend pas au sérieux, c’est parce que le film a envie de proposer un commentaire satirique sur la société américaine de ces dernières années, dominée par les réseaux sociaux, les fake news et les égos surdimensionnés de certains politiques ou hommes riches. Je dis société américaine, mais bon, soyons honnêtes, en France, on tombe en plein dedans aussi avec la caricature du débat politique pour la présidentielle. Oups, pas de politique ici.

First look at Ariana Grande as Riley Bina | FandomLa satire arrive progressivement dans le film, ce qui lui permet de surprendre sans nous laisser bouche-bée pour autant : c’est fait par petites touches au début avant de virer parfois à l’absurde le plus total (et Ariana Grande, purée, elle a tout géré là-dedans). Résultats des courses, j’ai beaucoup ri devant le film, bien plus que ce que je n’imaginais en le lançant.

Si Don’t look up n’est pas dénué de longueurs et est souvent schématique dans ses rebondissements ou oppositions, il n’empêche qu’il incarne un nouveau genre de films de science-fiction, un genre où les américains ont renoncé à se mettre en avant comme l’élite de la planète et comme les héros qui viendront sauver la planète quoiqu’il arrive. Si tout est aussi autocentré que dans un film comme Armageddon, auquel il fait beaucoup penser, le message du film est bien différent. Et bien résumé en chanson, d’ailleurs.

Pin by marci6549 on 2021 Don't Look Up...Janie Orlean in 2021 | Giphy, Meryl streep, Fashion
Terrible réplique qui fait mouche et donne un sentiment de vrai au film… avant que ça ne dérape trop loin. Même Trump n’aurait pas osé, si ? Si, probablement.

Le film permet aussi aux acteurs de s’éclater énormément, à commencer par Meryl Streep qui est tout simplement grandiose en présidente délurée des États-Unis. Son jeu est plein de subtilité et m’a fait mourir de rire à plusieurs reprises, là où j’ai trouvé plus fades Jennifer Lawrence ou Leonardo Di Caprio.

Après, on ne va pas se mentir, c’est un film qui ne plaira pas à tout le monde, je pense. Je conseille de le voir pour sa critique des réseaux sociaux et des égos surdimensionnés qui font la vie du monde (jusque dans les scènes post-génériques d’ailleurs), tout en me doutant qu’il ne restera pas une référence du genre pour autant. C’est dommage, car il apporte un humour et une vision vraiment différents de ce qu’on a l’habitude de voir dans les grosses productions.

https://img.buzzfeed.com/buzzfeed-static/static/2021-12/29/7/asset/4aaf67e65107/anigif_sub-buzz-9281-1640762522-1.gifEn tout cas, content de sa sortie sur Netflix, il aurait peut-être fait un flop en salle car trop bizarre, particulier et a priori prévisible. Là, au moins, chacun peut le lancer depuis son canapé et se faire son opinion.

Content aussi de ne pas avoir lâché au début du film, parce que c’était une ambiance bizarre l’arrivée à la Maison Blanche et ça m’a fait hésiter à poursuivre le visionnage. Une fois dans l’humour du film, on s’éclate, vraiment. Bon visionnage à tous !

Avis à chaud sur Matrix Resurrections (#55)

Salut les sériephiles,

Exercice périlleux aujourd’hui : j’ai vu hier soir en avant-première Matrix Resurrections sans avoir revu récemment les précédents et j’aimerais vous en parler sans spoiler. C’est quasi-mission impossible, honnêtement. Il n’y a pas forcément besoin de revoir les films avant de voir le 4, si vous êtes là parce que vous vous posez la question. Revoir un résumé, et il y en a des vraiment bien et rapides sur Youtube, peut suffire pour se remettre quelques éléments en tête et, au pire, le film le fait pour vous.

https://www.ecranlarge.com/media/cache/1600x1200/uploads/image/001/410/matrix-resurrections-affiche-1410304.jpgEst-ce que j’ai aimé ce que j’ai vu hier soir ? On entre déjà dans le spoiler car il est complexe de donner un avis sans entrer dans la révélation de certains éléments. Comme je l’ai écrit sur Twitter, je peux déjà en dire que la salle de l’avant-première était loin d’être pleine et que quatre personnes sont parties avant la fin. Si je l’écris autrement, ce n’était pas vraiment du Matrix dans les images hier soir, et c’est super frustrant.

OK, on entre dans la critique qui ne spoile pas l’intrigue mais la réalisation : les scènes d’action qui font le culte de la trilogie sont clairement un souvenir lointain pour la réalisatrice de ce film qui est passé depuis à une autre phase de sa carrière, notamment avec Sense8. Clairement, les fans de la série retrouveront avec plaisir des acteurs et des clins d’œil aux techniques peaufinés par la série, mais c’est loin d’être les plans parfaits des films. Tout est aseptisé, en plus, ça va jusqu’à jouer du flou pour les personnages qui ne se sentent pas bien. Rien de ce qu’était Matrix avant, donc.Matrix Resurrections Matrix4 GIF - Matrix Resurrections Matrix4 Sad -  Discover & Share GIFs

Même les maquillages sont loin d’être suffisants pour une telle production, avec des vieillissements qui font parfois mal aux yeux sur un grand écran. Les costumes aussi peuvent faire mal aux yeux tant les couleurs sont vives, mais j’ai aimé les looks de la plupart des personnages – moins de cuir qu’avant, certes, et ce n’est pas plus mal. Les acteurs sauvent souvent l’ensemble, heureusement. Outre le duo de tête que l’on retrouve avec un plaisir non dissimulé, il y a de très bonnes additions au casting, à commencer par une Jessica Henwick omniprésente, du fan service Sense8, une Priyanka Chopra (Jonas) que j’aime toujours et un Neil Patrick Harris qui sauve clairement certaines scènes aux effets spéciaux approximatifs. Oui, ça fait mal d’écrire ça pour du Matrix, mais vraiment, c’est le sentiment que j’en ai eu.

Voir aussi : Tous en scène 1 et 2 (#54)

Spoilers

The Matrix Resurrections' Trailer, Explained | Vanity FairCôté intrigue ? J’entre encore plus dans le spoiler, donc continuez à vos risques et périls, mais j’ai envie d’en dire deux choses très opposées l’une de l’autre. D’un côté, ça m’a semblé hyper convenu à bien des égards, à enfoncer les portes ouvertes du fan-service à de nombreuses reprises, parfois à bon escient, parfois alors que ce n’était vraiment ni nécessaire, ni bienvenue. Les mots en français dans ce scénario, vraiment, c’est une part de l’intrigue qui semblait juste être là pour ajouter un peu de fracas…

Matrix Resurrections Matrix4 GIF - Matrix Resurrections Matrix4 Neo -  Discover & Share GIFsD’un autre côté, difficile de parler de fan-service quand toute la première partie du film cherche à volontairement nous déstabiliser en tant que spectateurs. En grand fan de tout ce qui touche de près ou loin à la métaréflexion, métalittérature et métatoutcourt, j’étais ravi par le début du film… Très clairement, le film se fait plaisir à souligner à quel point il n’était pas nécessaire de faire un Matrix 4 : le studio est d’ailleurs plutôt beau joueur de laisser certaines scènes se dérouler, parce qu’on nous donne l’impression qu’ils ont vraiment forcé la main de la réalisatrice pour cette suite. Malheureusement, ça ne fait pas tout et, concrètement, ça ne justifie pas tout : ça va deux minutes de nous dire que le film n’est pas génial et qu’il en a conscience et qu’en fait c’est le but, mais quand la scène post-générique est finalement le gag le plus efficace du film, c’est peut-être qu’il y a un problème.

https://img.buzzfeed.com/buzzfeed-static/static/2021-09/9/18/asset/e24bde9121ba/anigif_sub-buzz-2892-1631210852-1.gif

D’ailleurs, tout au long du film, on sent bien que l’équilibre peine aussi à être trouvé du côté du ton du film : il y a beaucoup de gag, beaucoup de sérieux, beaucoup de prise de tête, et l’équilibre est compliqué à maintenir. La prise de tête ? Eh, c’est du Matrix, donc c’est attendu… mais là aussi, j’ai eu peine à retrouver la profondeur du premier film. Là où c’était révolutionnaire il y a vingt ans, on se contente d’effleurer la surface aujourd’hui. Plutôt que de prolonger la réflexion à l’ère des réseaux sociaux, alors que le scénario méta l’aurait permis !, on nous indique les pistes qu’il faut parcourir et on nous tend des perches qu’on peut saisir, ou qu’on peut ignorer si on le préfère.

Bref, c’est un film qui n’arrive pas à tenir ses promesses à mon sens. Pourtant, je n’en attendais rien en y allant : je me doutais que c’était une mauvaise idée après la mort de Neo et Trinity. Il y a certes une bonne idée pour justifier leur retour à la vie sur le plan scénaristique… What do you think of The Matrix Resurrections trailer? - Quoramais nous balancer du jargon scientifique n’est pas tellement suffisant pour nous faire gober n’importe quoi sur les capacités des machines ? Enfin remarque, c’est exactement le but du film : il faut gober pilule bleue sur pilule bleue, et puis c’est tout.

J’ai peiné à me réveiller et à voir où était la pilule rouge dans tout ça, même si certains prolongements pouvaient être intéressants. J’ai surtout l’impression que le film passe souvent à côté de ce qu’il aurait pu être – ou alors c’est moi qui passe à côté du film. Je suis resté jusqu’au bout, et jusqu’à la scène post-générique, parce que les acteurs sont bons et que j’aime aller au bout des histoires qu’on me propose, mais vraiment, le dernier plan, quelle plaie en plus.

On a beau me dire que Lana Wachowski fait ici sa psychanalyse et ressuscite ses parents à travers Neo et Trinity, on a beau me dire que c’est un film qui commente les recettes des blockbusters, on a beau me dire qu’elle cherche à faire réfléchir et que c’est spectaculaire, la réalité, c’est que j’ai du mal à trouver ça brillant : ça ne dépasse assez, en tout cas pour moi, ce que ça critique. C’est bien de dire « regardez, je fais ce que je critique », mais ce n’est pas le dépasser efficacement que de le faire ? Et pourtant, je connais un peu l’œuvre des Wachowski, mais là, vraiment, je passe à côté. Eh, ça m’a rappelé Tenet parfois, même délire de « je fais mieux que les autres car j’ai conscience de ce que je fais » alors que finalement, non, ce n’est pas mieux que les autres…

Matrix Resurrections : la scène la plus folle selon Keanu Reeves - interview
Est-ce que c’était vraiment dans la bande-annonce alors que c’est à cinq minutes de la fin du film ?? Bon, d’accord, impressionnant de savoir qu’ils ont VRAIMENT sauté d’un immeuble. Parfaitement inutile parce que je ne vois pas tellement la différence avec d’autres films en SFX.

Est-ce que j’ai aimé ? Vous aurez compris que la réponse est plutôt non… mais si je n’arrive pas à me concentrer sur autre chose que le négatif dans cette critique, c’est aussi parce que je laisse la déception parler. Il y a assurément de bons moments et des instants qui devraient ravir les fans de la trilogie. Certaines répliques badass sont tombées à plat dans ma salle, mais je suis sûr qu’il y aura des salles où ça applaudira. À vrai dire, après Spider-man No Way Home, ça m’a un peu manqué, c’est peut-être ça qui joue sur ma réception du film aussi.

Voir aussi : Mon avis à chaud sur Spider-man No Way Home (#52)

Tous en scène 1 et 2 (#54)

Salut les cinéphiles,

Oui, il va encore être question de cinéma aujourd’hui, parce que j’ai des choses à raconter sur ce sujet-là, alors autant en profiter. Non ? Hier soir, j’ai découvert pour la première fois Tous en scène, parce que ce matin, j’allais voir le deuxième volet en avant-première. Il est temps pour moi d’évoquer ces deux films, sans spoiler, je vous rassure.

Tous en scène

Tous en scène en Blu Ray : Sing (Tous En Scene) - Bluray UHD - NL FR -  AlloCinéConcrètement, ce film est à peu près exactement ce que j’en attendais. Je n’imaginais pas un début comme celui-ci après avoir vu des extraits auparavant, mais à part ce petit détail, vraiment, c’était ce que j’en imaginais : des apprentis chanteurs se retrouvent pour un concours de chant qui va révéler des talents, mais surtout des amitiés construites sur un rêve commun. Et le rêve commun, ce n’est pas l’argent prévu pour le vainqueur du concours, mais bien une vie de chant.

C’est très sympathique comme film, parce que ça nous permet de découvrir tout un casting de personnages attachants. Chacun a sa propre intrigue développée du côté des chanteurs, mais aussi du côté de l’organisation du concours, avec une secrétaire hilarante et un directeur de théâtre que la vie malmène. Tout cela permet d’apporter énormément d’humour au film, qui est très sympathique à voir, même une fois adulte.

Bien sûr, c’est un film pour les enfants, mais il pose tout de même un petit problème : les chansons y sont en anglais puisque l’on nous sert des tubes d’hier et d’aujourd’hui. Les voix de chaque chanteur sont phénoménales en VO et l’on connaît bien ces chansons… mais parfois, un 100% francophone passe à côté du message de certaines chansons, je pense. C’est un brin dommage de ne pas proposer des sous-titres en VF, mais ce n’est pas si grave, car ça reste dans tous les cas un bon moment chanté.

Il y a des passages vraiment marrants et sympathiques et tout participe à créer un film sympathique. Le concours de chant final est une vraie réussite pour nous, même quand il ne semble pas l’être forcément pour les personnages.

Tous en scène 2

Tous en scène 2 - film 2021 - AlloCiné
Amusant de choisir des chanteurs français pour des chansons en anglais ?

Nous retrouvons dans ce deuxième volet toute la petite troupe au plus fort de son succès. J’aime que le film reparte de ce que l’on pouvait imaginer pour ces personnages qui ont appris à se connaître et s’aimer dans le premier opus. Ici, chacun a progressé depuis le premier film et a désormais une bonne carrière dans le show-business, l’air de rien. Mais eh, ce n’est pas suffisant pour proposer un film, ça. J’imaginais quelque chose de complètement différent pour un deuxième volet, parce que comme toujours, je suis allé au cinéma sans rien regarder avant de ce que j’allais voir.

L’histoire de ce deuxième film consiste à voir nos personnages chercher à obtenir encore plus de gloire : dans leur ville, ils sont des stars… mais dans la capitale du divertissement, ce n’est pas gagné. Moi, j’imaginais plutôt un deuxième concours de chant, quelque chose à plus petite échelle. Ce n’est pas ce qu’ils ont voulu proposer, et tant pis. Ou tant mieux, d’ailleurs.

Cette nouvelle intrigue permet elle aussi d’intégrer de nouveaux personnages puisque qui dit nouvelle ville dit nouveaux visages, et donc nouveaux animaux. C’est un peu déstabilisant de voir le casting être retiré de la petite ville qui semblait constituer le cœur de l’univers dans le premier film, surtout quand il est question des informations à la télévision… mais ce n’est jamais qu’un détail.

Ce qui n’est pas de l’ordre du détail, par contre, c’est que ce deuxième film continue à proposer d’excellents moments : les numéros musicaux sont géniaux, les blagues fonctionnent à chaque fois et les personnages sont toujours aussi attachants. Comme dans le premier film, chacun a droit à son moment de gloire, à la fois dans les chansons et dans l’histoire. Et j’aime aussi la manière dont chacun a pu évoluer entre le premier et le deuxième.

C’est donc un film qui vaut le coup de se déplacer au cinéma quand il sortira mercredi : on passe un bon moment avec des personnages que l’on connaît déjà. Et même si on ne les connaît pas, le film peut être vu sans trop de souci de compréhension car chaque personnage est assez stéréotypé et correctement réintroduit pour que ce ne soit pas compliqué d’imaginer ce qu’il s’est passé avant.

Bref, vous passerez un bon moment devant ce film si vous aimez la bonne musique. Il y en a peut-être un tout petit peu trop, d’ailleurs, mais ça n’a jamais été un problème en ce qui me concerne et ce n’est pas aujourd’hui que ça va commencer !