High School Musical: The Musical: The Series – S02E01

Épisode 1 – New Year’s Eve – 18/20
Cet épisode est diffuse avec six mois de retard et ça se sent vraiment dans l’écriture, mais au-delà de ça, c’était un vrai plaisir de retrouver tout le casting (allez, 90% en tout cas) et des chansons qui parviennent encore à mettre le smile malgré les années passant. Je retrouve là le feel good que j’attendais de cette série, et ça fait plaisir. Un bon début de WESéries !

Spoilers

Les Wildcats ont des vacances de fin d’année chargées.

Le retour de Nini et Ricky sur Disney +

Salut les sériephiles, Le week-end en séries 18 a commencé il y a un quart d’heure quand je prends enfin le temps de me poser sur le canapé, et plutôt que de me lancer tout de suite, je me suis dit qu’il serait peut-être bon d’écrire avant ça l’article du jour, histoire qu’il ne soit… Plus

It’s like the one thing, the one thing I can always count on… You’re my home.

C’est Nini qui nous remet dans l’ambiance de la série, avec un résumé de la saison 1 qui fait vraiment le tour des différentes intrigues. C’était déjà étonnant et bizarre, et je n’en attendais pas moins de la série qui recommence par une scène que nous avons déjà vu lors du spécial de Noël – et pour cause, c’est un épisode qui porte sur les vacances de fin d’année, avec tout le monde sortant son plus beau pull des fêtes de fin d’année.

Tout se fait en une seule prise, officiellement, mais on voit bien que ce n’est pas le cas, puisqu’il y a des plans clairement montés entre eux. C’est con d’avoir eu cette idée d’un plan séquence alors qu’ils n’en avaient pas les moyens, mais bon. Miss Jenn a bien sûr oublié d’appuyer sur play, ce qui fout la merde à la fin de cette chanson nous remontrant tout le monde petit à petit. Et ça me fait plaisir de les retrouver !

Après cette chanson et l’interruption du prof de sport, comme d’hab, nous retrouvons les héros en extérieur. Il neige partout, évidemment. Franchement, mais pourquoi ils n’ont pas diffusé ça à Noël ? Foutu Covid19. On nous remet bien vite dans l’ambiance de la série, avec d’un coup un récap de tout ce qu’il se passe, notamment avec un Ricky heureux d’être de nouveau en couple avec Nini pour toujours, alors que celle-ci sait qu’elle ne va pas rester bien longtemps sur place.

Elle n’a en effet plus que deux semaines à passer sur place et a prévu de partir le jour du Nouvel an, ce qui est la pire des idées. Sa meilleure amie est toujours au top, aussi. Kourtney est la seule à savoir la vérité, et elle ne dit rien, tout en préparant sa vie future sans sa meilleure amie.

Ashlyn accueille autrement Gina chez elle, comme on s’y attendait. Elle a une chambre gigantesque, en même temps. De son côté, Miss Jenn passe ses vacances à suivre les travaux du théâtre et à préparer le spectacle du printemps, qui sera comme anticipé un bon High School Musical 2.

Carlos et son copain – dont j’ai oublié le nom, oups – font du porte à porte pour chanter des chansons de Noël, et au moins, on sait qu’ils sont vraiment ensemble. C’est très sympathique comme relation, et ça me fait plaisir de revoir tous les personnages.

Cela dit, mes petits favoris restent de loin Nini et Ricky. Cela tombe bien, car l’on retrouve ensuite Ricky chez lui, en train d’aider son papa qui bricole et lui annonce… qu’ils ne pourront pas rester chez eux bien longtemps. Maintenant que sa mère est partie, il faut en effet envisager le déménagement vers un appartement bien plus petit.

C’est triste, mais Ricky va au moins pouvoir se consoler avec Nini… et tant pis si celle-ci a toujours son secret à lui confier. Elle s’en ira bientôt, mais elle n’ose rien dire quand elle lui offre son cadeau de Noël et que Ricky se montre tout émotif car ça lui rappelle sa mère.

L’alchimie entre les deux est toujours dingue, et heureusement pour lui, parce que Ricky n’a rien à offrir à sa copine, faute d’argent. Il a dû improviser de lui écrire une chanson d’amour et… il est carrément plus doué à ça que Nini et son « I think I kinda you know », hein. La chanson est écrite par Joshua Bassett lui-même, et elle est vraiment cool. On note à quel point Olivia Rodrigo gère les réactions face aux paroles, parce que ça pourrait vite être une chanson chiante et un moment gênant, mais Nini est tellement toute bouleversée par les paroles que ça passe très bien.

La blague sur Harry Styles n’était même pas nécessaire pour me vendre la scène, hein. La déclaration d’amour est super belle, surtout quand il lui dit qu’elle est sa maison… mais ça reste bizarre de ne pas savoir ce qu’il en est des acteurs. Etait-il vraiment en couple quand ça a été tourné ? Cela expliquerait tout.

En attendant, Nini ne raconte rien du tout à Ricky. On enchaîne pourtant avec le Nouvel an, donc ça va être sanglant. Les scénaristes s’amusent pourtant avec Miss Jenn qui fait du shopping avec Carlos, pour trouver les futurs déguisements de spectacle du lycée. Seulement voilà, elle aperçoit son ex – son Ricky de quand elle était Nini – et cherche aussitôt à se planquer.

Ce qui devait arriver arriva : elle est aussitôt aperçue par celui-ci. Jenn fait semblant de ne pas se souvenir de Zack, parce que c’est Miss Jenn, mais il l’aperçoit et commence aussitôt à dérouler son impressionnant CV à Broadway. Pas de bol pour elle, Carlos est aussitôt fan de Zack, qui prépare aussi un spectacle musical dans un autre lycée de la ville.

Le personnage est imblairable, Miss Jenn en est toujours amoureuse et il lui dit que son spectacle était adorable… Ce qui est la pire chose possible à dire, non ? En plus, il lui annonce qu’il va présenter son spectacle à une compétition, donc on sait déjà que Miss Jenn aura la même idée, c’est inévitable.

Pendant ce temps, le reste des adolescents se prépare à se rendre à la soirée du nouvel an, à commencer par Ricky et Big Red. Bien sûr, le grand sujet du moment est évidemment le spectacle du printemps suivant qui sera bientôt annoncé par Miss Jenn, et Ricky stresse pour avoir le rôle. Il nous fait alors un Bet on it, devant Big Red qui est fasciné par cette version calme et ô combien parodique de Troy Bolton. Ce n’était pas la meilleure de la série, honnêtement.

Autrement, Big Red a désormais une mère. J’ai vraiment l’impression qu’on ne l’avait pas vu en première saison, mais son introduction dans cette saison n’est pas cool du tout, parce qu’elle annonce à son fils qu’elle a besoin de lui pour livrer des pizzas toute la soirée. Du Nouvel An. Au moment de partir

Et il a le pire des meilleurs amis, qui ne lui propose même pas de rester pour l’aider. Il faut dire qu’il est à fond sur Bet on it, au point de la chanter pendant tout le trajet vers la fête à Nini. Quelle angoisse. La fête ? Elle se passe chez Ashlyn (et Gina, donc), et elle commence par l’arrivée de Carlos et son copain – Seb ! – habillés tous les deux en cashmere, parce que Carlos est riche et a de quoi leur acheter ce genre de fringue. Pas de bol, son copain est allergique au cashmere.

Carlos a vraiment l’impression que personne n’aurait pu deviner qu’ils allaient faire High School Musical 2, mais tout le monde l’a déjà deviné bien sûr. Tout le monde ? EJ débarque à son tour à la fête, mais c’est tout de même beaucoup pour lui de retrouver tout le monde, surtout qu’il sait que chaque chose va être la dernière fois maintenant qu’ils sont en terminale. Les scénaristes ne lui rendent vraiment pas hommage sur ce coup-là, avec un épisode qui nous l’affiche affublé d’une barbe naissante pas bien glamour et une incapacité à réfléchir par lui-même. Il est donc incapable de deviner par lui-même ce que va être le prochain musical du lycée, quand même.

Il finit par le découvrir avec Ricky chantant encore et toujours Bet on it à son arrivée, alors que Gina est gênée de le revoir. Ouh. J’avais oublié qu’il y avait quelques non-dits entre eux, encore. Kourtney remet de l’ambiance comme elle peut en se mettant à lire les résolutions anonymes de chacun de ses invités.

La première nous annonce qu’EJ est accepté à l’université de Duke. Les scénaristes font-ils de l’humour et de la promo de Joshua Bassett ? It’s only a matter of time est en tout cas prononcé entre guillemets par le personnage d’EJ, alors que ça n’a pas de raison de l’être… J’ai trouvé ça marrant, mais je ne sais pas, c’est peut-être en attendre beaucoup de leur part de les imaginer capable de faire du méta.

En tout cas, même lorsque sa résolution est lue par sa meilleure amie, Nini n’est toujours pas capable d’annoncer qu’elle s’en va, ce qui pousse Kourtney à lire une nouvelle résolution, qui est celle d’Ashlyn. La pauvre n’en peut plus d’attendre son copain, coincé à la pizzeria et toujours pas officiellement son copain, parce qu’ils ne se sont embrassés qu’une fois.

Quand il finit par arriver, EJ lui fait une réflexion sur son overdose de parfum, ce qui fait qu’il échappe aussi vite que possible à Ashlyn qui passait son temps à l’attendre, la pauvre. Elle veut juste être en couple avec pourtant.

On enchaîne alors sur une très bonne scène, avec un medley de toutes les musiques du second film de la franchise, à commencer par Fabulous ! J’étais tellement heureux de réentendre cette chanson, surtout qu’elle colle très bien à la voix de Seb ! C’était ensuite au tour de You are the music in me, et je reste trop bêtement fan de ces films pour ne pas accrocher…

Et bien sûr tout le cast s’y met, mais ça se termine sur Ricky et Nini, et leur alchimie parfaite qui déchire le cœur de Gina. Et le nôtre avec ce quiproquo ! Ils étaient à deux doigts de s’embrasser, mais sont interrompus par le décompte du Nouvel an, au son de All of one. Allez, pourquoi pas.

A dix secondes de la nouvelle année, Ashlyn et Big Red se décident enfin à s’embrasser, mais personne n’a le temps de se souhaiter la bonne année, car ils sont interrompus par Miss Jenn. Cette dernière leur annonce alors qu’ils feront Beauty and the beast, non pas High School Musical 2. Oula. Est-ce que c’est pour ça qu’ils nous ont fait toutes les chansons dans cet épisode ? C’est dommage et j’espère qu’on y reviendra quand même.

J’aime bien l’idée de changer de ce qu’on attendait, mais le titre de la série perd beaucoup son sens… Et je ne pense pas qu’ils iront au-delà de trois saisons de toute manière ? Je veux dire, ils sont déjà en fin de lycée là, c’est mort pour une saison 3 ?

C’est très perturbant tout ça, et l’épisode se termine sur une nouvelle bitch qui perturbe l’annonce tant attendue de Nini, bien forcée d’avouer à Ricky qu’elle ne pourra pas être sa Belle puisqu’elle débarque à Denver. Si ce personnage tout feu tout flamme sera peut-être au cœur de la saison, son introduction est bizarre et elle semble plus âgée que le reste du casting.

Après, elle sera peut-être meilleure actrice que Gina. Je l’avais bien aimée en saison 1 pourtant, Gina, principalement grâce à ses talents de danseuse, cela dit. Je trouve qu’elle en fait trop quand elle joue la joie, désormais, et son playback de Noël complètement foiré ne m’est pas encore passé. Oups.

 

High School Musical: The Musical: The Series (S02)

Synopsis : Les nouveaux Wildcats reviennent en cours pour une nouvelle année et s’apprête à organiser le spectacle du printemps.

Saison 1 | Saison 2

10-2.jpg

Pour commencer, je suis bizarrement impatient de voir cette nouvelle saison, parce que la série me manque depuis quelques mois. Elle a un côté fun et déluré, cette petite touche gnangnan que seul Disney peut apporter à nos vies avec le bon dosage, alors j’ai hâte de voir ce que les scénaristes réservent comme histoires à Nini, Ricky et les autres. Pff, rien que ces noms stupides me manquaient !

Voir aussi : Christmas Special

En revanche, 2021 a été plutôt chouette du côté musical en ce qui concerne la série. C’est avec plaisir que j’ai suivi le lancement des carrières solo de Joshua Bassett et Olivia Rodrigo. Je ne suis pas certain que la série obtiendra une saison 3 quand on voit comment ils sont partis, ces deux-là, alors c’est une raison de plus de savourer ce retour.

Et bien sûr, je me suis interdit d’écouter les premiers extraits musicaux et de voir les bandes-annonces de cette saison : je n’ai absolument aucune idée de ce qui m’attend. C’est bien mieux comme ça, je pense !

Voir aussi : Le retour de Nini et Ricky sur Disney +

S02E01 – New Year’s Eve – 18/20
Cet épisode est diffuse avec six mois de retard et ça se sent vraiment dans l’écriture, mais au-delà de ça, c’était un vrai plaisir de retrouver tout le casting (allez, 90% en tout cas) et des chansons qui parviennent encore à mettre le smile malgré les années passant. Je retrouve là le feel good que j’attendais de cette série, et ça fait plaisir. Un bon début de WESéries !

Saison 1 | Saison 2

Big Shot – S01E02

Épisode 2 – The Marvyn Korn Effect – 17/20
C’est fou comme la série est simpliste dans son écriture, ses problèmes, ses solutions, son humour, ses personnages… et comme ça prend à fond sur moi. Vraiment, on est sur du feel good comme j’aime, avec des acteurs que j’aime déjà et de nouvelles actrices prometteuses. Ce ne sera pas la série de l’année, ce ne sera pas un coup de cœur inoubliable, mais je sais déjà que cette série peut devenir un rituel sympa du dimanche pour moi. Il faut juste que j’apprenne à ne pas prendre trop de retard dans la diffusion de mes autres séries pour garder du temps pour elle.

Spoilers

Marvyn s’est peut-être ajusté à sa nouvelle équipe, mais il doit encore s’ajuster à ses nouveaux collègues.

That is the dumbest thing I’ve ever heard and I’m working with teenagers.

Eh, je vais oublier la série si je continue de ne pas la regarder ! Je me décide donc en ce dimanche soir à voir un épisode de plus, surtout que le pilot n’était pas si mal. On retrouve en ce début d’épisode le personnage de Marvyn en train de faire son petit jogging. Il tombe sur Louise en train de s’entraîner avec Dylan et d’autres adolescents un peu concons qui se moquent de son coach.

On nous remet dans l’ambiance au moins, il est insupportable avec une vie de merde, bien, on le savait déjà. Insupportable ? C’est plutôt dans la scène suivante qu’on le remarque : les filles de son équipe gagnent un match, mais pas de la bonne manière. En effet, les filles passent tout le match à filer le ballon à Louise plutôt que d’utiliser les autres joueuses, genre Destiny.

Par conséquent, Marvyn décide d’aller engueuler l’équipe – oui, elles ont gagné, mais pas comme il le fallait selon lui. Les filles prennent mal son sermon et sa punition, qui est encore davantage d’entraînement, évidemment. Pendant qu’elles font leurs exercices de maths et parlent maquillage, elles évoquent évidemment Marvyn – et seule Destiny prend sa défense. La seule qui reçoit des félicitations, finalement, c’est Louise, parce que son père est super fier d’elle.

Par contre, il n’aime pas trop découvrir que Marvyn lui conseille de ne pas être la seule tireuse de l’équipe. Il veut la voir rester la star de l’équipe quand Marvyn veut une équipe, donc une équipe soudée capable de voir qu’une star n’a rien à faire là. Le père finit assez déprimé de voir que sa fille n’est pas si heureuse que ça, mais au moins, c’est une bonne chose, parce que ça veut dire qu’il va peut-être prendre conscience qu’il est un père pas terrible.

C’est plutôt marrant, surtout que le sentiment de Louise reflète assez bien l’humeur de son coach également. Celui-ci prend un énième dîner avec Holly, et ça commence déjà à faire beaucoup en deux épisodes. Il est plutôt drôle de voir celle-ci essayer de comprendre ce nouveau coach et se rendre compte qu’il a probablement raison sur les compliments qu’il ne faut pas faire trop à la légère.

Elle lui fait de son côté prendre conscience qu’il est trop concentré sur le sport pour savourer sa vie et les bonnes choses qui vont avec. Poussé dans ses retranchements, il finit tout de même par reconnaître qu’il y a du positif dans sa vie, notamment sa fille, Emma. Pas de bol, Emma est digne de son père, en revanche : elle est clairement déprimée. Elle se fait harceler sur les réseaux sociaux à cause du pétage de câble de son père, et donc elle espère secrètement pouvoir le rejoindre et vivre avec lui.

Si elle en a l’opportunité quand sa mère obtient une offre de job en Italie, Marvyn n’est pas ravi à l’idée de s’occuper de sa fille à plein temps. Il l’envoie donc paître bien sympathiquement, tout en étant au téléphone au beau milieu de son établissement, ce qui m’a posé quelques problèmes éthiques en tant que prof. Bon d’accord, c’est dur de voir ce genre de séries quand on est passé de l’autre côté, mais heureusement, la série prend tout ça avec pas mal d’humour. Et ça marche !

En effet, en parallèle, nous continuons bien sûr de voir Marvyn découvrir la vie dans une école, et ça, c’était plutôt drôle. J’ai beaucoup aimé le côté multiplication des profs dans cet épisode, surtout qu’ils sont tous clichés et drôles – Felix, le jeune qui fait le café, George Pappas, l’équivalent du CPE complétement névrosé et bien sûr Ms Grint, la prof de littérature était bien marrants à observer interagir au sein de la salle des profs.

Franchement, tout ça fonctionne bien avec un grand problème pour l’épisode : Ms Grint a programmé la venue d’une intervenante pour le jeudi suivant, or c’est le jour d’entraînement des filles. Trois d’entre elles se retrouvent à devoir en parler au coach, et j’ai aimé la manière dont les scénaristes géraient les interactions entre elles. Finalement, le meilleur reste Marvyn qui obtient ce qu’il veut en ridiculisant Ms Grint et George grâce à Sherilyn, la principale.

Elle accepte que l’entraînement ayant été fixé avant, il devrait être prioritaire. Marvyn se vante aussitôt auprès d’Holly, mais la victoire n’est pas acquise pour autant. Bien sûr, Ms Grint n’abandonne pas son combat et elle obtient la victoire au moins pour une bataille : elle juge anormal que les filles doivent subir quatre heures d’entraînement par jour quand elles n’ont aucun cours avec autant d’heures.

C’est vrai que c’était abusé cette affaire d’entraînement le matin, et je vois mal comment la principale pouvait l’ignorer. C’est toutefois le cas. Sherilyn ordonne donc à Marvyn de laisser tomber l’entraînement du matin, et ça le fait bien chier.  Il est toutefois convaincu par Holly de le faire pour ne pas voir son nom finir dans les journaux à nouveau.

Les filles le prennent super mal, particulièrement Louise qui progresse vraiment pas mal dans cet épisode grâce aux conseils du coach. Ce n’est pourtant pas ouf les entraînements qu’il propose à base de chaussures à lacer comme il le souhaite et de passes à faire sans ballon… mais c’est efficace, c’est très clair ; surtout qu’il passe aussi du temps seul à seul avec Louise.

Celle-ci progresse donc au point d’être capable de faire des passes à l’aveugle, et elle s’en sert lors du match suivant, que toute son équipe gagne… La passe est toutefois au déplaisir de son père qui préfère la voir marquer, mais il doit se rendre à l’évidence : il n’est plus le seul coach pour sa fille. Et c’est tant mieux !

En plus, cette gamine est sacrément maligne, parce que quand elle apprend par Holly que les entraînements du matin ne peuvent plus avoir lieu à cause de Ms Grint, elle trouve une solution créative à un problème que tout le monde veut voir disparaître : elle organise par elle-même un entraînement sur le terrain de basket qui est à côté du chemin sur lequel Marvyn fait son jogging. Cela tombe bien, et ça explique que le match soit gagné par l’équipe. D’ailleurs, à la fin de ce match, Marvyn ne félicite toujours pas les filles, préférant faire en sorte qu’elles le fassent elles-mêmes.

Quant à Ms Grint, elle ne lâche pas l’affaire, de même que George : ils continuent de harceler continuellement la pauvre principale qui trouve elle aussi une solution créative à ce problème – vraiment, cette actrice me fera toujours rire ! – en obligeant Marvyn à passer du temps avec George chaque semaine. Cela commence mal entre les deux hommes, mais je suis sûr que d’ici la fin de saison, ça se passera mieux.

En attendant, Marvyn devrait prendre conscience qu’il est vraiment heureux d’être un prof, et je trouve que la série le gère bien. C’est dit par tout le monde dans l’épisode, sauf lui, et ça marche bien, parce qu’il en a conscience, mais refuse de le dire à voix haute. À la fin de l’épisode, il reste quand même faire un entraînement supplémentaire en tête à tête avec Destiny, parce qu’il découvre qu’elle a perdu son père quelques années auparavant.

J’aime vraiment beaucoup Destiny, et je me fais totalement avoir par les scénaristes qui mettent l’accent sur elle depuis deux épisodes. J’ai beau le savoir, ça continue de me plaire de la voir venir remercier son coach de s’occuper d’elle et être celle qui lui fait prendre conscience qu’Emma devrait être avec lui.

Oui, en fin d’épisode, Marvyn se décide enfin à faire sa fille avec lui, surtout qu’il supporte mal le décalage horaire. J’imagine que l’épisode 3 nous montrera l’arrivée d’Emma et les problèmes que ça va causer – elle est du même âge que l’équipe que son père coache, mais ce sera pour une autre fois même s’il est déjà sorti. J’ai pris du retard dans la série, mais ce n’est pas grave, je n’ai pas envie de rusher mon visionnage pour autant. Les épisodes ne vont pas disparaître de Disney + de toute manière… et autant la savourer épisode par épisode !

Bilan séries avril 2021

Salut les sériephiles,

C’est marrant, j’ai passé la journée à réfléchir à ce que j’allais bien pouvoir écrire dans cet article, sachant que pour une fois, j’étais en mesure de proposer mon bilan du mois passé dès le premier jour de ce mois de… mai ?! Où est passé le confinement finalement ? Cela file beaucoup trop rapidement, franchement. Enfin bref, ce qui est marrant, ce n’est pas tellement que je vieillis tellement vite que je suis déjà un petit vieux qui dit que le temps passe vite ; ce qui est marrant, c’est qu’en reprenant les différentes séries vues en avril, ben finalement, je me suis rendu compte que j’avais plein de saisons terminées en stock.

Bon, plein, j’exagère toujours un peu dans ces introductions, mais après un début d’année avec deux saisons terminées chaque mois, j’ai enfin avancé dans mes visionnages. C’est plutôt logique et ça devrait être un petit festival en mai avec les fins de toutes mes séries hebdomadaires de la saison. Enfin… On verra quand on y sera, j’ai pris du retard dans mes épisodes cette semaine et ça risque d’être pareil encore un moment. 

Dans l’ensemble, ça se passe bien cette saison pour moi, je n’ai pas l’impression d’être submergé comme je l’étais l’an dernier. Allez, on s’en fiche, vous êtes là pour le bilan, c’est parti !



J’ai regardé la saison 1 de The Wilds (et je le regrette)

Salut les sériephiles, Ce soir à 21h, on sera de nouveau en direct sur la chaîne Youtube de Geeleek pour un podcast de 42 minutes. Le thème du jour consiste à parler de séries qui ont un bon concept, mais qui ne parviennent pas pour autant à être de bonnes séries ! L’occasion parfaite pour… Plus

Je n’ai pas du tout accroché à cette série Amazon Prime, mais il faut bien reconnaître que je le savais avant de la lancer, après n’en avoir entendu quasiment que du négatif de la part de sériephiles. 

La série passe malheureusement à côté de bien des choses qui pourraient la rendre cool à voir, les personnages sont insupportables, les situations réchauffées d’autres séries et les messages passés par la série… plus que discutable, à minima. Et le pire, c’est que me connaissant, je lancerai quand même la saison 2 en fond sonore un jour ou l’autre, quand elle sortira.

Et comme on n’a pas encore la date, je ne suis pas sûr à 100% d’intégrer la série à mon Challenge Séries 2021. En tout cas, elle reste une possibilité !

Note moyenne de la saison : 9,5/20

Riverdale (S04)

Synopsis : La saison 3 se terminait avec enfin le départ de la Ferme loin de Riverdale et en ouvrant quelques pistes pour la suite, la plus intéressante étant un flashforward nous montrant une scène dans les bois bien embêtante pour les fans de Jug.… Plus

Contre toute attente, la série remonte l’air de rien la pente dans cette saison moins catastrophique que la précédente. Tant mieux ! Et le pire, c’est qu’on ne se rend pas tellement compte de la coupure imposée par le Covid19 quelques épisodes avant la fin… Cela ne me motive pas tellement à reprendre pour la saison 5, surtout que la reprise a été décalée !

Plus que 10 épisodes et je serais à jour jusqu’en août. Mon Challenge Séries 2021 en est ravi. Cela marque également la fin de la minute Riverdale dans le podcast… C’est fou, non ? 

Je m’éloigne un brin de ce que je suis censé évoquer, cela dit, à savoir cette saison 4… Ecoutez, c’est long, c’est marrant malgré elle et ça révèle tous mes instincts masochistes. Qu’en dire de plus ?

Note moyenne de la saison : 13/20

The Walking Dead (S10B)

Synopsis : La saison 10 de la série s’est achevée difficilement avec un dernier épisode des mois après l’avant-dernier, pour cause de covid. Du coup, la décision a été prise de proposer de nouveaux épisodes ajoutés à cette saison, comme si de rien n’était.… Plus

Ce fut chaotique cette année pour les zombies. AMC a choisi de ne pas nommer saison 11 ce qui aurait dû l’être et nous a sorti moins d’épisodes, dans l’espoir que le tournage pourrait reprendre correctement ensuite… C’est un peu le cas, puisque la saison 11 fera 24 épisodes et commencera dès le mois d’août.

C’est de la langue de bois tout ça : concrètement, ils auraient pu faire une saison 11 avec ces six épisodes + ceux qui sortiront en août ; et ça aurait probablement été mieux géré que ces six épisodes très inégaux. Après, l’avantage, c’est que c’était facile de savoir à l’avance si j’allais accrocher ou non. Concrètement, un épisode sur deux était génial… Ce qui en laisse trois plus ou moins pénible à regarder également…

Note moyenne de la saison : 14/20

The Legend of Korra (S04)

Salut les sériephiles, Grosse avancée dans mon Challenge Séries 2021, j’ai enfin terminé la saison 4 de La Légende de Korra, plus d’un mois et demi après la troisième saison. Il était temps, je m’étais dit une saison par mois et les épisodes ne sont disponibles… Plus

Légère déception pour terminer la série, mais grand plaisir d’avancer enfin en terminant ma deuxième série (sur douze, tout de même !) du Challenge Séries 2021.

La déception, c’est uniquement parce que j’attendais quelque chose d’exceptionnel, surtout après la saison 3 très réussie. En vérité, je ne peux pas dire que cette saison soit une déception à 100% : les personnages y sont toujours touchants et bien développés. C’était juste un chouilla trop prévisible et convenu par moment… M’enfin, rien qui n’empêche de passer un très bon moment.

J’ai publié l’article résumant ce que je pensais de cette série il y a deux jours seulement, alors j’ai un peu trop l’impression de me répéter à en écrire encore un paragraphe. Je vais m’arrêter là 😉

Note moyenne de la saison : 16,5/20

The Falcon and the Winter Soldier (S01)

Synopsis : La série va suivre la vie de Sam Wilson et Bucky Barnes après Endgame, et la vie y sera tout sauf normale… Pour commencer, je suis impatient de voir ce que ça va donner… Plus

Quel plaisir d’avoir du Marvel à nouveau dans ma vie en 2021 ! Cela me manquait vraiment et c’est la preuve qu’ils ont bien réussi leur coup à lancer des séries en parallèle des films, parce que là, on parle tout de même d’une série centrée sur des personnages que je n’aimais pas particulièrement à l’origine…

Cela ne l’a pas empêché du tout d’être intéressante, à plusieurs égards. Le plus évident, c’est qu’elle sert de transition entre deux films et le fait bien. Le moins évident, c’est qu’elle m’a permis de m’attacher au moins un peu à Bucky qui me laissait plus qu’indifférent avant. Sam, je l’aimais déjà bien.

En tout cas, la série a fonctionné, c’est une certitude… mais malgré des épisodes prenants et plein d’action, je dois souligner qu’elle était un peu décevante : ce n’était jamais qu’une longue transition parfois inégale (un coup beaucoup d’action, un coup pas du tout) et aux scènes d’action dures à lire (au sens où l’on ne savait pas toujours qui était avec qui, ou l’endroit où l’on était, ou juste pourquoi l’on était là). Je ne vais pas trop chipoter, c’était cool !

Note moyenne de la saison : 16,5/20

Resident Alien (S01)

Synopsis : Après s’être posé en catastrophe sur Terre, un alien doit prendre l’identité d’un homme pour passer incognito. Il se retrouve malgré tout bien rapidement lié à l’enquête sur la mort mystérieuse du docteur d’une ville du Colorado.… Plus

La bonne surprise de cette fin février était cette série que j’ai regardé paisiblement en suivant la diffusion française sur Syfy, grâce à qui je l’ai regardée puisque ce sont eux qui m’ont envoyé un lien pour voir le premier épisode en « avant-première », quelques heures avant la diffusion.

Je me suis donc laissé influencé, mais c’est parce que j’adore Alan Tudyk et que la série était de toute manière dans mon viseur. Au rythme d’un par semaine, elle passait très bien ; tout comme elle aurait été top en bingewatching. Elle était mon petit rituel du jeudi et elle me manque déjà beaucoup maintenant que je l’ai terminée.

Elle est renouvelée, heureusement ! J’ai déjà hâte de savoir ce que réservera la saison 2, et je vous conseille la série en attendant.

Note moyenne de la saison : 17,5/20

Voilà pour cet article qui dépasse largement les 500 mots cette fois-ci. Eh, est-ce que ça ne ferait pas plaisir ça, comme situation ? Je passe de deux saisons terminées ces derniers mois à six d’un coup. Avril est toujours un bon mois dans mes visionnages de série, ça se vérifie chaque année… Cela dit, maintenant que j’ai dit ça, je viens de me jinxer pour 2022. En plus, je sais déjà pourquoi ça ne marchera pas aussi bien : j’ai un mariage prévu pendant mes vacances l’an prochain, ça fera moins d’épisodes, c’est sûr !

Après, plutôt que d’envisager déjà l’an prochain, je ferais peut-être mieux de me consacrer à mon absence d’épisodes regardés ces derniers jours… J’accumule du retard et après, je vais me plaindre de n’avoir fini aucune série en juin. Bonne soirée !