The Mandalorian – S02E04

Épisode 4 – The Siege – 17/20
Après la transition de la semaine dernière, on avance davantage dans la saison et ça fonctionne mieux ainsi : à force, l’intrigue se construit et est bien plus palpitante lorsque l’on connaît les personnages. En revanche, j’ai trouvé les twists beaucoup plus prévisibles cette semaine, et il y a un Baby Yoda qui commence à me taper sur le système parce que la mignonnerie a bon dos, mais elle ne justifie pas tout. Je n’en dis pas plus dans cet avis, pour les spoilers, c’est dans la critique complète !

> Saison 2


Spoilers

I thought you said this was a forward operating base?

Le résumé de l’épisode de cette semaine repart loin en saison 1 et nous fait remarquer qu’il s’est quand même passé quelques petits trucs durant les huit premiers épisodes : Mando a refroidi quelqu’un dans son vaisseau, il a rencontré Cara Dune qu’il a laissé sur Nevarro avec Greef et il a fait exploser le vaisseau du grand méchant Gideon. C’est déjà ça. Si on nous rappelle tout ça, c’est aussi probablement parce que ça aura son importance dans l’épisode du jour, et ça me fait plaisir s’il est question de retrouver Cara.

En attendant, on se retrouve avec un début d’épisode où Baby Yoda se prend pour Baby Groot avec des fils. C’était plutôt sympathique de voir Mando lui expliquer quoi faire pour réparer le vaisseau, même si c’était prévisible que ce soit un échec d’une part, et que la série joue de son humour avec Baby Yoda d’autre part. Comme les réparations échouent, Mando décide de retourner sur Nevarro histoire que ses amis (dont Cara) puissent l’aider.

Comme dans chaque épisode, on se retrouve alors dans un bar, où cette fois, il est question d’une espèce alien aux grandes dents qui font un trafic de bouffe. La marshal débarque alors pour les empêcher de faire leur petit business dans une bonne scène d’action qui réintroduit Cara dans la série. Allez, tant mieux : un personnage qu’on connaît, qui est badass et qui avait donné du vrai boulot d’écriture aux scénaristes l’an dernier grâce à ses répliques, j’approuve… Même si l’actrice est au cœur de nombreuses polémiques pour ses tweets qui ne brillent pas d’intelligence et d’ouverture d’esprit : transphobe, anti-masques, conspirationniste et pro-Trump y compris dans les accusations de fraude à l’élection, elle n’est pas exactement le genre de personne que l’on a envie de fréquenter dans sa vie de tous les jours, je crois. Je doute qu’elle fasse long feu chez Disney… Restera à voir si son personnage est tué ou juste recasté pour la saison 3 (la saison 2 étant déjà tournée).

La réintroduction de son personnage, que j’aime bien, est sympathique, sans plus, mais comme on enchaîne sur le générique et sur l’arrivée de Mando sur la planète, je trouve que ça passe bien. Comme chaque fois qu’il arrive quelque part, Mando reçoit en guise de bienvenue une réflexion sur l’état de son vaisseau et des figurants pour s’en occuper. Cette fois, il a toutefois l’accueil amical en plus, parce que ses amis Cara et Greef sont heureux de le retrouver – et de retrouver Baby Yoda surtout – mais il a aussi un réparateur avec un sale regard !

Nevarro a changé depuis la dernière fois : le village est bien plus peuplé et… il y a désormais une école, menée par un droïd. Yoda y est déposé, et ça provoque pas mal de bavardages un peu partout. Ironiquement, c’est une des classes les plus réalistes de la télévision. Baby Yoda est aussi censé être mignon à voler les macarons d’un gamin qui n’a rien demandé et a refusé de partager avec lui… mais je n’y vois qu’une petite frappe verte qui est à peine arrivé qu’il entame du harcèlement contre les autres. Petit con de Baby Yoda franchement !

En-dehors de l’école, le Mandalorian retrouve donc son prisonnier cryogénisé de l’an dernier, Mythrol, qui a encore quelques séquelles de sa dernière rencontre avec le Mandalorian mais rembourse sa dette avec la société. Il est donc là quand Cara explique qu’il y a une ancienne base ennemie au sud de Nevarro. Le problème, c’est que cette base de l’Empire a sa petite réputation dans la galaxie, et qu’elle intéresse de nombreux mercenaires qui s’intéressent aux armes lourdes qu’elle contient.

Autrement dit, il faut mener un siège dessus pour la récupérer et faire le ménage une fois pour toute. Aussitôt dit, aussitôt fait : Mythrol, en qui je n’ai aucune confiance, emmène notre trio de personnages vers la base impériale pour qu’ils puissent y rendre une petite visite. Il perd un siècle sur sa peine, au moins, et se retrouve malgré lui forcé de quitter son véhicule. Il est plutôt marrant comme personnage, mais je me méfie de ce type d’humour.

Pour une base impériale censée être vite, elle est bien remplie de stormtroopers. Mandalorian n’a aucun mal à se débarrasser des gardes, et on finit par comprendre que le vrai problème pour Nevarro est que la base contrôle une mer de lave qui pourrait tout faire exploser assez vite. En attendant, l’Empire est ridiculisé une fois de plus par la série. Exactement comme la semaine dernière, Mando n’a aucun mal à maîtriser tous les méchants qui sont là, et ça devient un peu répétitif de voir l’Empire se faire maltraiter comme ça… Ca paraît un peu plus terrifiant dans les films, tout de même.

Là, Mando, Cara et Greef n’ont pas de mal à s’infiltrer dans la base militaire… et découvrir qu’elle est en fait un laboratoire, dans lequel se font quelques tests. Le problème, c’est qu’ils y trouvent aussi un hologramme sur les tests conduits, où il est question de prélèvements, de l’Enfant et de Moff Gideon. Oups. Le Mandalorian découvre ainsi que son ennemi n’est pas aussi mort qu’il le pensait, puisque le message est daté de trois jours plus tôt.

Mando fait aussitôt demi-tour pour aller au plus vite à l’école où se trouve Baby Yoda et où Cara a assuré qu’il serait sain et sauf (lol, autant dire qu’ellea porté la poisse hein). Pendant qu’il se barre, Cara, Greef et Mythrol font leur possible pour s’échapper de la base dans laquelle se trouve d’autres stormtroopers sortis de nulle part.

Les scènes d’action sont efficaces, même s’il y a quelques éléments prévisibles car introduits plus tôt dans l’épisode (le speeder de Mythrol qui se fait dégommer par exemple). Ils volent un vaisseau et s’échappe de la base, Greef joue un peu au jeu vidéo, Cara fait exploser un stromtrooper et Greef se débarrasse de leur dernier assaillant, alors qu’ils réussissent au passage à faire exploser la base derrière eux.

Tout est bien qui finit bien ? Humph. On ne sait toujours pas ce qu’il en est de Baby Yoda, et ils sont pris en charge par d’autres vaisseaux ennemis, tant qu’à faire. Et les vaisseaux ennemis sont bien plus violents et difficiles à abattre que les petits stromtroopers. En plus, quand Greef parvient à en abattre un, tout ce qu’il fait, c’est le faire s’écraser sur leur vaisseau, perdant au passage ses fusils.

Malgré ça, tout est bien qui finit bien cette fois : le Mandalorian revient à bord de son vaisseau flambant neuf (les réparations les plus rapides du monde !) pour exploser les vaisseaux restants. Baby Yoda ce voleur de biscuits est avec lui et peut kiffer ce petit tour de manège… jusqu’à ce qu’il vomisse bleu. C’était rigolo, je reconnais, mais ça n’empêche pas que Baby Yoda est un beau bâtard depuis ce début de saison : il bouffe des bébés grenouilles, il vole les enfants… Faudrait voir à arrêter l’humour qui martyrise les plus faibles, non ?

Le Mandalorian refuse d’atterrir une fois de plus à Nevarro, préférant s’enfuir avant de croiser Gideon, mais c’est gros de ne pas au moins dire un vrai au revoir à ses amis. Eux, il les laisse gérer l’enquête qui suit avec la destruction de la base impériale. On nous fait sympathiser une fois de plus avec le personnage de Cara, mais c’est vrai que ma sympathie reste limitée avec tout ce qu’on sait de l’actrice depuis. C’est con. De là à l’imaginer trahir Mando un jour, en revanche, c’est toujours non.

Il nous reste alors le cliffhanger qui suit une nouvelle fois le point de vue de l’Empire : on apprend que « l’objet » a été placé comme demandé. L’objet ? Sans surprise, il s’agit d’une balise GPS qui permet de repérer le Razor Crest, le vaisseau de Mando. Et elle est placée là par Gideon, oups.

> Saison 2

The Mandalorian – S02E03

Épisode 3 – The Heiress – 15/20
Cet épisode reprend davantage le format de la première saison, en ce qui concerne le temps, les intrigues ou l’introduction de personnages, et je continue de trouver dommage qu’avec un tel budget et une telle audience, la série ne prenne pas davantage le temps de développer des dynamiques et interactions entre personnages, justement. Finalement, c’est donc un épisode qui a pas mal de classe visuellement, mais qui n’est qu’une grosse transition vers la suite du voyage de nos héros. Un épisode 3, en somme, je ne peux pas leur en vouloir.

> Saison 2


Spoilers

There is only one way!

Autant j’aime bien le fait que les séries sur les plateformes de streaming puissent avoir le temps qu’elles souhaitent pour raconter une histoire, autant je trouve ça un peu chiant de ne jamais savoir à l’avance la durée d’un épisode. Cette semaine, The Mandalorian est donc de retour pour à peine une demi-heure, et si j’avais vérifié ça plus tôt, j’aurais regardé l’épisode plus tôt, honnêtement.

L’épisode commence en tout cas dans l’espace avec le vaisseau de nos héros qui semble approcher de la Terre, très franchement. La planète est aussi bleue que la nôtre, c’est fou, ça. Tu parles d’une galaxie far far away ! La planète en question est donc celle que souhaite atteindre la madame grenouille de la semaine dernière, et elle est prête à tout pour ça. L’atterrissage est plus compliqué que prévu, avec le vaisseau souffrant encore un peu plus. On n’est plus à ça près.

La dame grenouille fait son possible pour sauver ses bébés, et l’atterrissage semble même maîtrisé au dernier moment par Mando. Semble ? Le vaisseau finit au fond de l’océan, et c’était rigolo à voir. Malgré tout, quand ils sont repêchés, Mando veut encore voir son vaisseau être réparé. Honnêtement, depuis le temps, il fait tellement de réparations sur ce vaisseau qu’il ferait mieux d’en acheter un autre !

En tout cas, maintenant qu’ils sont sur la terre ferme, dame-grenouille peut retrouver monsieur-grenouille, et les retrouvailles sont presque mignonnes comme tout. Le truc, c’est que nous ne comprenons rien et que les acteurs sont plus que masqués, alors bon, c’est à fond dans le surjeu. Pour une série se baladant dans l’espace, je trouve que les scénaristes ont trop l’habitude de nous montrer que chaque planète est la même.

En effet, c’est sans surprise que monsieur-grenouille embarque Mando et Bébé Yoda dans… un bar. Là, Mando peut obtenir des informations sur ses semblables, tout en étant clairement surveillé par une étrange femme mystérieuse qui est là pour ajouter du suspense, vous l’aurez compris. Et non, ce n’est pas en nous endormant avec la mignonnerie de Baby Yoda se faisant attaquer par une mini-pieuvre dans sa soupe que je vais oublier que tous les épisodes ont cette même scène dans un bar. C’est à croire que toute la galaxie se rend dans des bars en permanence pour conclure des affaires louches et tout, et à force, ben, ça ne fait plus rêver tant que ça cet univers.

Je trouve ça dommage. Après, l’avantage, c’est que tout l’épisode peut rapidement avancer. On se débarrasse donc du bar pour suivre Mando sur un navire, en compagnie de Baby Yoda et de quelques pêcheurs qui promettent de les emmener vers d’autres Mandaloriens. Ce n’est pas exactement ce qu’ils font cependant : ils préfèrent balancer Baby Yoda à bouffer à une créature dans leur bateau. Rien que ça.

Cela ne plait pas du tout à Mando qui se précipite pour sauver son enfant préféré et qui finit enfermé à son tour dans l’eau, sous le bateau et au-dessus de la créature. Les pêcheurs tentent aussi de noyer notre héros, mais c’est en vain : il reçoit l’aide inattendu de trois autres Mandalorian, tout de bleu vêtu. C’est chouette, mais vous vous doutez bien que la série ne va pas nous ramener trois nouveaux personnages Mandaloriens comme ça.

Ainsi, nous les voyons qui retirent les casques, et on comprend qu’ils ne sont pas aussi chiants que notre Mando. Pardon, mais eux, je les aime déjà beaucoup en quelques scènes, contrairement à lui qui a mis une bonne saison à gagner un tout petit peu de ma sympathie. Bref, ces nouveaux personnages sont dirigés par une certaine Bo-Katan, dernière de sa lignée, qui explique qu’elle est bien une Mandalorien, née avant la purge. Par contre, son groupe de Mandaloriens ne suivent pas des règles aussi rigoureuses que notre héros.

Selon elle, il fait partie des « Children of the Watch », un groupe de Mandalorien voulant absolument imposer une voie plus ancienne. Et non, il n’y aurait donc pas qu’une seule voie à suivre. Pfiou. Plus ça va, plus toute la série nous explique que son héros fait partie d’une secte, tout de même. Et il est tellement lobotomisé qu’il refuse donc de parler à Bo-Katan ou d’envisager de la rejoindre.

Pourtant, il va vite changer d’avis quand Bo-Katan et ses deux sbires reviennent le sauver sur les quais du port parce qu’il est attaqué par d’autres marins n’appréciant pas de savoir qu’il a tué les premiers pêcheurs, parmi lesquels se trouvait apparemment le frère d’un autre. Passionnant. Mando est alors bien obligé de les écouter et d’accepter de les aider dans une mission.

Embarqué bien malgré lui dans cette mission, Mando n’a pas d’autres choix que d’abandonner Baby Yoda et de le laisser en baby-sitting aux deux grenouilles. Ben oui, merveilleuse idée, il va pouvoir bouffer les gamins comme il veut comme ça. La mission ? Eh, elle nous ramène des Stormtroopers ! On se sent vraiment dans Star Wars cette fois, même si je connais l’acteur dirigeant les Stormtroopers d’ailleurs que de cet univers.

Les Mandaloriens montent donc à bord d’un vaisseau tels des pirates de l’espace pour retrouver l’armurerie et la piller. C’est du moins ce que pense Mando pendant tout l’assaut, nous prouvant une fois de plus que les Stromtroopers suivent aveuglément les ordres et ne sont pas forcément les plus malins de la galaxie. J’ai bien aimé les quelques gags de cette partie de l’épisode et le calme déjà légendaire du capitaine du vaisseau qui entend ce qu’il se passe et ne panique pas plus que ça.

Il devrait pourtant, puisque les Mandaloriens contrôlent rapidement les trois quarts du vaisseau. Et contrairement à ce que Bo-Katan avait affirmé à Mando acceptant de l’aider juste pour avoir des infos sur un Jedi, la mission ne s’arrête pas là. Elle veut désormais prendre le contrôle de l’ensemble du vaisseau. On apprendra donc au passage qu’elle est à la recherche d’un Sabre noir, que le capitaine du vaisseau n’est pas prêt à lui donner. La série s’amuse des clins d’œil et des références, évidemment, avec un capitaine qui est prêt à tout pour ses supérieurs, y compris tuer ses seconds et tenter de faire se crasher son vaisseau.

C’est finalement un échec pour lui et un succès pour Bo-Katan. Bon, elle ne trouve pas le Sabre noir qu’elle cherche, mais elle peut bien récupérer le vaisseau, c’est déjà ça de pris. Mando, lui, obtient sa prochaine destination. Dans le prochain épisode, on le suivra donc en train de se rendre à Calodan, une planète de Corvus, pour rencontrer quelqu’un appelé Ahsoka Tano, qui acceptera des les voir au nom de Bo-Katan, histoire qu’ils puissent en savoir plus sur les Jedi. Eh, je retrouve un vocabulaire que je reconnais des films, c’est chouette.

Par contre, une fois de plus, la série introduit des personnages super cool que l’on ne verra que peu dans la saison, puisqu’ils font déjà leurs adieux à Mando dans cet épisode. Dans le même genre, on revoit les grenouilles rapidement, afin de savoir que la famille s’est bien agrandie comme prévu et que le baby-sitting était chouette pour Baby Yoda. Mando récupère donc son petit et se remet en route dans un vaisseau chaque fois un peu plus délabré et désormais squatté par une pieuvre qui se fait tuer par Mando et bouffé par Baby Yoda. Fallait pas tenter de s’en prendre à Baby Yoda cocotte !

> Saison 2