9-1-1 – S04E12

Épisode 12 – Treasure Hunt – 17/20
J’aime bien ce genre d’épisode comme la série sait si bien le faire : il y a clairement un aspect enquête parodié dans la chasse au trésor de cet épisode, mais c’est prenant. Pas besoin de développer énormément les personnages à chaque épisode après tout, parfois, ça peut rouler comme sur des roulettes sans rien avoir à faire. La preuve.      

Spoilers

Un auteur a la bonne idée, avant de mourir, d’annoncer qu’il a enterré un trésor quelque part en ville.


We found a message in a bottle

J’ai eu un feeling très LOST devant ce début d’épisode où l’on suit une petit fille et son père en pleine randonnée. Ils trouvent rapidement une bouteille avec un message ensanglanté annonçant la présence, quelque part dans les bois entourant Los Angeles. Ils appellent aussitôt le 9-1-1 et Maddie prévient nos pompiers préférés qui se retrouvent dans une mission de sauvetage très aléatoire : la personne coincée a écrit son message sur une note de restaurant datant d’il y a cinq jours.

Chimney et Eddie se retrouvent rapidement hélicoptère à chercher un homme qui s’avère s’appeler Clyde. Sa cheville est enflée, il n’a plus mangé ou bu depuis quelques jours, il est complètement cramé et… il demande à Eddie de le laisser sur place. Il est honnêtement super louche à vouloir rester sur place.

Je le soupçonnais d’être une sorte de criminel, mais c’était sans compter sur le titre de cet épisode : chasse au trésor. Bien sûr, Clyde annonce donc que le trésor après lequel il était est pour lui, et rien que lui. Il demande aux pompiers de ne pas répéter que le trésor est probablement par-là et ça intrigue aussitôt Buck.

Celui-ci est hyper motivé pour partir à la recherche d’un trésor de cinq millions de dollars enterré quelque part à Los Angeles. Qui peut bien faire ? Un auteur, Hollis, qui est mort récemment et a eu cette idée pour qu’on se souvienne de lui. Et puis, ça va enrichir sa famille en vrai, la pub est géniale : il assure que le trésor est quelque part dont il était question dans son œuvre et dans un poème riche en indices très flous.

C’est très drôle, parce que ça mène à un tas d’interventions toutes plus perchées les unes que les autres pour les pompiers et pour les policiers de la ville. Athena est blasée de voir un autre riche foutre la merde en ville, mais c’est plutôt drôle à voir avec des personnes creusant un peu partout, quitte à se mettre en danger ou provoquer des incendies involontaires.

Pendant ce temps, et sans surprise, Buck fait rapidement équipe avec Taylor pour retrouver le trésor… sauf qu’Eddie finit par lui demander aussi de partager le trésor. C’est vrai que ça fait rêver le trésor, et c’est marrant à voir. Ils se retrouvent donc en trio, et même en quatuor avec le caméraman de Taylor, qui passe des journées longues avec des gens dingues voulant prendre le micro pour dire que c’est une arnaque… alors que l’assistant de l’auteur a confirmé que le trésor existait.

Alors que nos pompiers en interrogent un autre pour savoir les interventions auxquelles il a assisté pour éliminer certaines possibilités, Hen et Chimey ne sont pas ravis de voir Buck et Eddie bosser ensemble pour retrouver le trésor, alors ils s’y mettent eux aussi. Ils interrogent ainsi un homme attaqué par des fourmis, sans permettre à Eddie et Buck d’entendre quoique ce soit.

Ce n’est pas fou ça, mais ça l’est toujours plus que la journée de merde d’une autre femme qui découvre que son copain n’a pas envie de se marier avec elle parce qu’il est déjà marié. Et tout ça après avoir eu besoin de l’intervention des pompiers en tombant dans un trou peu charmant. Soit.

La série oscille toujours bien entre drame et humour, comme ça. Du côté dramatique, on a ainsi Athena qui découvre que Bobby a vraiment envie de trouver le trésor par lui-même finalement. Il semblait être imperméable à tout ça depuis le début de l’épisode, alors c’était surprenant, mais finalement, tout s’explique assez bien.

Il envisage déjà sa retraite parce qu’ils font des métiers dangereux, et il a peur surtout pour Athena qui a déjà failli mourir récemment. Elle n’a quand même pas très envie d’être mariée à un chasseur de trésor risquant probablement sa vie au passage. Elle préfère largement faire son job tranquillement.

Et tant pis si ses journées de boulot sont complètement dingues et l’emmènent sur la piste d’une effraction chez Hollis, l’auteur. Je ne l’ai pas précisé plus haut, mais j’adore cet acteur choisi pour l’incarner. Il m’a bien fait rire à être encore en vie quand Athena débarque chez lui.

La chasse au trésor ? Il a besoin de trouver la fin de son roman grâce aux personnes qui accepteront de trouver ce trésor, parce qu’il est en panne d’inspiration et que c’est bien dommage, tout de même. Athena est surprise de le voir en vie, assez énervée même, mais il n’a techniquement commis aucun crime, ce qui l’empêche de pouvoir faire quoique ce soit contre lui.

Pendant ce temps, du côté du centre d’appels 9-1-1, on tient les paris, mais la nouvelle de la survie de l’auteur casse quelque peu le fun des recherches. Chez les pompiers, on est dégoûtés de voir que la chasse au trésor est terminée, finalement, parce que c’est triste de voir que tout repose sur les dires d’un menteur.

Ils décident de laisser tomber la chasse, et Buck en parle aussitôt à Taylor, de qui il continue de se rapprocher dangereusement cette saison. N’en déplaise aux fans d’Eddie, avec qui Buck a de nouveau pas mal de scènes cette semaine, je préfère largement une relation entre Buck et Taylor, hein. Les scénaristes ne choisissent pas cette voie pour autant en ce moment.

Ils préfèrent se concentrer sur ce trésor à trouver. Et tous les groupes y parviennent en même temps : Athena comprend où est le trésor grâce au titre du prochain roman d’Hollis, Taylor grâce à l’habitude de l’auteur de faire du jogging à cet endroit et Hen grâce à Karen ayant mis en place un algorithme pour trouver le trésor.

Voilà donc notre fine équipe qui comprend qu’ils vont devoir diviser le trésor en sept et se retrouver avec 714$ chacun. C’est la théorie, en tout cas. En pratique, quand ils trouvent l’emplacement où se trouve probablement le trésor, le bleu de la caserne – interrogé plus tôt par Buck et Eddie – est déjà en train de creuser et le trouver sans aucun mal. Voilà qui est fait.

Le coffre est toutefois vide, ce qui pousse tout le groupe à se rendre chez l’auteur… dont le grillage est ouvert, de même que la porte d’entrée. Cela pousse Athena à entrer la première dans la maison, avec son flingue tant qu’à faire, et son badge bien en vue. C’est clairement très mystérieux tout ça.

Hollis est ainsi trouvé mort par Athena – le type a les paupières qui bougent sur le dernier plan par contre, ça n’a aucun sens – qui pourrait être soupçonnée de meurtre, si tout le reste du casting de la série ne lui servait pas d’alibi.

Il n’y a toutefois pas meilleur alibi que les caméras de vidéosurveillance qui révèlent que c’est la femme de Clyde la meurtrière. Elle commet même le meurtre parfait : Hollis la laisse entrer chez elle, donc il n’y a pas d’effraction, et même si elle a cassé des objets, il n’a jamais porté plainte avant de mourir. Il est mort d’une crise cardiaque et, même si elle n’a pas répondu au 9-1-1 qu’il a eu le temps de composer, il n’y a aucune preuve contre elle : elle aurait pu partir avant sa crise cardiaque ou ne pas avoir de réception pour annoncer la crise cardiaque face à laquelle elle était.

Sa haine de l’auteur ? Et bien, la chasse au trésor a blessé son mari qui ne pourra peut-être plus jamais bosser, il y a de quoi être frustrée, surtout qu’elle est enceinte.

C’est une fin sympathique, mais ça ne nous dit toujours pas où est le trésor. Nos héros se retrouvent pour un repas chez Athena et Bobby où ils finissent par comprendre où il est passé : l’assistant d’Hollis a été chargé de l’enterrer et quand il a appris qu’Hollis était encore en vie, il a décidé de tout récupérer.

Avant de partir aux Maldives. Malheureusement pour Taylor, ses boss refusent qu’elle continue de travailler sur l’affaire et lui disent de laisser tomber, et j’ai de la peine pour elle qui se retrouve à annoncer deux fois en une semaine la mort de l’auteur (cela dit, ça m’arrange car il y a là un point du Bingo Séries avec le mot « dead » à l’écran).

Et puis, je ne vais pas avoir trop de peine non plus pour elle, parce qu’elle en fait à Buck à lui assurer qu’ils sont amis. Non, une telle tension sexuelle, ce n’est pas de l’amitié, Taylor !

> Saison 4

 

Station 19 – S04E13


Épisode 13 – I Guess I’m Floating – 15/20
Alors là, c’est surprenant, mais je crois que la meilleure partie de l’épisode résidait dans ses flashbacks qui étaient moins bavards que l’intrigue principale, tournant quelque peu en rond. Cela sauve l’épisode au lieu de le plomber comme le font généralement les flashbacks et ça méritait d’être souligné ici. Autrement, les scénaristes arrivent à me faire accrocher un peu plus à un personnage que je n’aimais pas jusque-là, j’espère que ça continuera.

Spoilers

Ben et Dean vont avoir une occasion improbable de se parler cœur à cœur.


– He’s gone
– And so is the boat.

La belle journée estivale commence déjà à tirer à sa fin avec l’arrivée de nuages noirs. Avant que ça ne vire à l’orage, je prends donc le temps de regarder cet épisode, même si j’en ai vu des retours mitigés ces deux derniers jours. Sans être spoilé pour autant, heureusement. Bon, cela dit, il n’y a peut-être pas grand-chose à spoiler…

L’épisode commence par Ben et Miranda au lit, et c’est tellement totalement gratuit et inutile pour l’épisode que je n’ai pas bien compris l’idée. En plus, on y revient un certain nombre de fois dans l’épisode, avec un flashback qui nous permet de découvrir que Ben a une grosseur inattendue à l’entre-jambe. Et cette fois, il n’est pas question de sexe, ce qui inquiète aussitôt Miranda. Elle ne se reposera jamais, la pauvre.

Son instinct est toutefois le bon : Ben et elle se rendent loin du Grey Sloan Hospital pour voir un médecin qu’ils ne connaissent pas et il leur annonce que la masse qui est là est vraiment mauvais signe pour lui. En fait, il pense qu’il s’agit d’un cancer qui risque d’aller vite et il propose carrément l’ablation du testicule. Bim.

En-dehors de ce diagnostic rapide, j’ai trouvé l’intrigue vraiment bien pensée, parce qu’il est intéressant d’avoir Ben avec des réactions normales, du genre ne pas vouloir être amené auprès de gens qu’il connaît pour se faire examiner le sexe ou être quelque peu bredouille quand il s’agit de parler de sa dernière éjaculation.

Il hésite ensuite à raconter à ses enfants ce diagnostic médical, surtout qu’il n’est pas prêt pour la chirurgie à laquelle il doit pourtant se préparer. Miranda envisage alors de contacter Catherine Fox pour un deuxième avis et elle n’est pas bien psychologue sur ce coup-là. Cela dit, ça se comprend bien quand elle résume l’année de merde qu’elle est en train de passer, sans même avoir à citer explicitement le covid. Je n’ai pas trop aimé cette manière d’en revenir à elle, mais c’est apparemment ce dont Ben avait besoin.

Quelques temps plus tard, Ben se rend alors sur un ferry pour célébrer les pompiers noirs de la ville, et le calendrier n’est pas idéal après George Floyd, puisque le chef continue de dire qu’ils ont besoin de la police dans un discours politiquement correct qui énerve Miller. Tu m’étonnes qu’il s’énerve. Sans trop de surprise, il se décide alors à aller confronter le chef, un peu à part sur le ferry, de nuit, parce que la nuit tombe vite apparemment. Je ne comprends pas trop ce script et cet après-midi qui vire à la soirée, mais soit.

Le chef a alors clairement un malaise cardiaque… et il tombe par-dessus bord. Soit. Miller a la réflexion la plus conne du monde à ce moment précis, à savoir qu’il saute à sa suite. Alors. Je ne sais pas, tu es pompier, tu devrais savoir que le minimum, c’est de donner une vraie alerte ou juste de prendre une des putains de bouées qui est juste à côté de toi.

Heureusement, Ben les entend et est un peu plus malin concernant la bouée. Il ne l’est pas beaucoup plus en donnant l’alerte, ne cherchant pas à confirmer que quelqu’un l’entende. Au minimum, tu appelles SUR TON PORTABLE les collègues qui sont là. Ou le 911 ? Et tu fais ça AVANT de sauter au milieu de nulle part dans de l’eau glacée.

Et puis, bien sûr, le chef continue évidemment son arrêt cardiaque au beau milieu de l’eau, et ce n’est pas bien rassurant. Il finit par faire un arrêt cardiaque et malgré la présence de deux pompiers à ses côtés, il ne peut être sauvé. Triste. Cela nous laisse les pompiers perdus dans l’océan, parce que le ferry est parti sans eux. Et comme il fait nuit, le tournage a dû être éprouvant pour les acteurs, franchement.

Ben a encore espoir d’avoir son portable sur lui – ce qui n’est pas le cas puisqu’il a été assez malin pour retirer sa veste – alors que Miller en arrive à jeter son portable dans l’eau quand il voit qu’il ne fonctionne pas. D’accord, mais c’est complètement con. Je veux dire, le portable, c’est une chose, il ne le pourra pas le récupérer… mais la carte SIM ?? L’éventuelle carte SD ? Il y a toujours des choses à sauver sur un portable inondé.

Bon, en tout cas, nos héros sont dans l’embarras sans portable à dériver comme ça. J’aurais aimé voir ce qu’il se passait sur le ferry, mais les scénaristes se sont contentés de rester sur ce trio, avec le chef mort qui continue de flotter avec eux parce que Dean refuse de le laisser couler, même si cela serait la bonne chose à faire pour survivre facilement dans cette eau glacée. En plus, j’imagine que c’est du coup un mannequin, mais c’est galère pour les acteurs quoi.

Ces personnages font la causette malgré tout, racontant tout ce qui leur arrive comme si de rien n’était. Oh, Dean a quand même peur de se faire bouffer par un requin (not gonna happen) et finit par raconter à Ben qu’il a envie de dire à Vic qu’il est amoureux d’elle. Sérieusement ! J’étais content de savoir cette intrigue laissée derrière nous, pourquoi y revenir ?

Le pire, c’est que malgré cette situation stressante, la meilleure partie de l’épisode reste… les flashbacks. Ceux sur Ben sont hyper prenants (et il raconte ainsi à Dean qu’il a un cancer, entre deux conversations sur George Floyd). De son côté, Dean a aussi droit à des flashbacks, comme Ben. J’étais par contre loin de me douter de ce qu’ils allaient lui pondre comme intrigue : alors qu’on repartait encore sur le procès à venir avec un rendez-vous entre lui et l’avocate, on s’est subitement retrouvé avec les parents de JJ à sa porte.

Rien que ça. C’était plus qu’étonnant, mais ça fonctionne très bien de voir pourquoi elle était si allumée à cause d’eux finalement. Ben oui, les beaux-parents sont atroces et ont carrément appeler ses parents au lieu de l’appeler lui. Tu m’étonnes que JJ les fuit comme ça ! Les parents de Miller débarquent donc aussi chez leur fils.

C’est horrible comme manière de procéder, mais ils sont malgré tout très touchants de vouloir être dans la vie de Prue maintenant qu’ils sont conscients d’avoir une petite-fille. Oui, oui, JJ leur a balancé qu’ils étaient grands-parents, avant de retourner dépenser l’argent de ses parents en Inde. Oui, JJ a une vie toujours aussi passionnante, même si elle ne donne plus aucune nouvelle à Dean

L’argent de ses parents ? Ils possèdent la moitié de Seattle, en fait, ils sont richissimes. Bien sûr, ça ne s’est pas fait du jour au lendemain, mais sur trois générations, avec celle du milieu chassée des USA par le racisme ambiant. Cela leur permet d’expliquer à Miller et ses parents que la famille compte plus que tout et qu’ils ont bien envie d’être de la famille eux aussi. D’ailleurs, ils achètent des cadeaux à tout le monde, histoire de se faire accepter plus facilement.

Ce n’est toutefois pas gagné. Pour en revenir au présent et à nos personnages perdus en mer, ils aperçoivent enfin un bateau qui pourrait leur venir en aide… mais tout ce qu’ils gagnent, ce sont des remous les forçant à laisser le chef dériver – AVEC la bouée de sauvetage qu’ils auraient pu garder pour eux. L’hypothermie finit par faire son boulot aussi pour les inquiéter encore plus, avec Dean qui ne sent plus ses jambes. Forcément, ils en reviennent à parler de Prue et Joey. La première a un avenir plus qu’incertain si Dean meure, alors il demande à Ben de s’en occuper. Le second est loin de ses années en tant que SDF, puisqu’on le voit carrément s’intéresser de très près à la médecine maintenant qu’il est recueilli par Miranda et qu’il a plein d’exemples de médecins noirs.

C’était cool, ça, j’ai aimé voir les scénaristes nous paver un futur pour lui. Par contre, j’ai moins aimé voir les deux personnages s’évanouir dans l’eau glacée. Ben se réveille alors sur une plage, et on nous fait un mini-suspense sur Dean, mais il est en vie aussi, alors tout va bien. Sur la côte, il y a des garde-côtes pour les retrouver et pour nous amener au passage avec eux Miranda et Vic. C’est cette dernière qui s’est occupée de Prue toute la nuit et elle répond à Miller qu’elle l’aime aussi quand il lui avoue ses sentiments – mais bon, le sien à elle est totalement amical, je pense. Par contre, personne ne leur demande rien pour le chef et il y a un type qui fait son jogging tranquillement, ça n’a aucun sens comme toute fin d’épisode.

 

 

 

9-1-1 – S04E11

Épisode 11 – First Responders – 17/20
Un épisode très sympathique cette semaine, avec une écriture intéressante qui permet aux intrigues d’avancer de manière fluide, tout en se concentrant sur des personnages secondaires que l’on apprend à mieux connaître. C’est tant mieux, car ça me fait les apprécier davantage ! En plus, comme toujours avec cette série, certaines scènes sont suffisamment marquantes pour qu’on se souvienne longtemps de l’épisode.

Spoilers

Depuis sa voiture, Sue est témoin de quelque chose qui la choque et va provoquer bien des remous pour tous les héros de la série.


Don’t even think about it, Buck.

Quel étrange titre d’épisode que celui-ci ! Et quel étrange début, en plus. On y voit un homme que l’on ne connaît pas faire ses courses et oublier d’acheter des fleurs pour sa femme, qu’on connaît très bien, elle, pour le coup. Il s’agit de Sue, la chef du centre d’appels que l’on suit depuis quatre saisons déjà. Et après sa réplique de la semaine dernière comme quoi elle est la mère de tout le centre, les scénaristes frappent directement un grand coup : elle se fait renverser par un chauffard sur le parking, hurlant à quelqu’un de s’arrêter.

Elle est clairement témoin de quelque chose, mais nous ne savons pas quoi, et elle fait beaucoup de peine à voir ensuite quand elle essaie d’indiquer aux pompiers qu’elle a une urgence pour eux. Heureusement, la garde du supermarché qui regarde l’accident sans pouvoir rien faire annonce à Buck que ce n’est pas un hasard, tout ça : elle a été percutée volontairement.

Cela n’a pas beaucoup de sens pour Buck, Josh et Maddie qui cherchent à comprendre comment il est possible d’avoir voulu s’en prendre à elle. En tout cas, en son absence, c’est à Josh de prendre la direction du centre d’appels, et bonjour l’angoisse. Il culpabilise en plus de l’accident de sa boss, parce qu’il était au téléphone avec elle juste avant l’accident. C’est dur pour lui de savoir qu’il était là sans être là pour elle.

En plus, il a une relation particulière avec Sue comme on le sait. Ce qu’on ne sait pas encore par contre, c’est qu’elle lui a sauvé la vie en 2006. En effet, alors qu’il commençait un nouveau job, Josh s’est retrouvé seul dans un immeuble possiblement en feu, au 32e étage. Personne n’a pensé à le prévenir de l’évacuation qu’il ne pouvait entendre et que l’on voit très peu en arrière-plan – il avait un casque, les gens ne le connaissent pas.

Et quand il appelle le 9-1-1, il tombe évidemment sur Sue, qui va lui venir en aide. Le problème, c’est qu’il n’est pas trop d’accord avec ses idées lorsqu’elle lui dit de monter vers le toit de l’immeuble. En même temps, le feu est juste en-dessous de lui. Il fait bien de descendre cependant, parce qu’il trouve une autre victime de l’incendie, une femme qui est inconsciente. Il peut lui sauver la vie grâce à Sue qui lui explique comment la prendre en charge.

Franchement, c’est un sacré héros ce Josh, parce qu’il a pris la femme sur son dos pendant cinq étages, histoire de s’éloigner des fumées. C’est une sacrée histoire, mais l’adrénaline fait faire des trucs de dingue après tout. Pour le coup, à sa place… Non, ben j’aurais suivi le conseil de Sue, franchement. Mais sinon… Mon dieu, je ne peux pas porter quelqu’un sur cinq étages, franchement !

Il s’en sort bien sûr en vie, la femme aussi, et Josh peut donc ensuite se rendre au centre d’appel pour remercier Sue de lui avoir sauvé la vie. Il est aussi en pleine crise existentielle et cherche à changer de job : il dactylographiait avant des conversations téléphoniques, finir dans un centre d’appel semble tout de même la chose logique à faire à présent. J’aime bien que la série prenne le temps de développer le personnage de Josh. Après tout, ce centre d’appel fait l’originalité de la série – on ne s’occupait jamais trop de ce genre d’endroits plus d’un épisode avant !

Dans le présent, Josh prend donc les commandes du centre d’appel et il s’en sort plutôt bien, avec l’aide de Maddie bien sûr. Cela ne l’empêche pas de gérer à fond ce qu’il fait, notamment lorsqu’il prend un appel compliqué : il s’agit d’une femme qui harcèle un homme devant chez lui. Quand Athena arrive sur place, elle découvre cependant que la femme a une bonne raison de le faire : elle soupçonne l’homme d’être responsable de la disparition de sa fille.

Comme trop souvent, c’est une situation qui n’est pas sans rappeler un épisode de Station 19 où une situation plus que similaire et bien plus marquante s’est déroulée. Ce n’est pas la première fois qu’ils nous font le coup. J’imagine qu’en plus de s’échanger des acteurs, ils s’échangent des scénaristes, et il serait bon de communiquer mieux sur les situations répétitives entre les séries.

En même temps, je dis ça, mais ça ne doit pas me détourner du vrai message à faire passer : comme la jeune femme qui a disparu, Tracie, est noire, personne ne semble se soucier d’elle au commissariat. Cela énerve énormément Athena qui se met aussitôt sur le cas avec un détective qu’elle entraîne là-dedans. Inévitablement. Elle en parle à l’occasion d’un petit apéro avec Hen, parce que ça la remue énormément d’avoir cette affaire en cours alors même que, pendant ce temps, May cherche à prendre son indépendance. L’idée lui vient en début d’épisode et semble sortir de nulle part, puisque ça ne fait que quelques mois qu’elle a un job, mais bon, admettons.

De son côté, Buck retrouve son ex, la journaliste dont il est vraiment temps que je me souvienne du nom, pour lui parler de ce qui est arrivé à Sue. Il espère lui vendre un sujet autour de Sue, présente depuis 1984 à la création du centre d’appel. Sue est un sacré personnage après tout, alors il y a de quoi faire un reportage sur elle.

Cela intrigue la journaliste qui se rend donc sur le parking après avoir fait un sujet sur Sue, histoire de voir la vidéo de surveillance de l’accident de Sue. Elle découvre à son tour que ce n’est pas un accident, et quand elle se rend compte qu’il y a des poubelles juste à l’endroit où était la voiture avant de démarrer, elle propose à Buck d’aller fouiller pour savoir ce qu’il en est.

Pas de bol pour eux, Athena et le détective arrivent pile à ce moment-là, parce que leur enquête sur Tracie et sa disparition a bien avancé. Ils ont ainsi compris qu’après une soirée au poker – vendue par sa collègue – Tracie a été droguée par un homme qui l’a ensuite escortée en-dehors du casino. C’est là que Sue a pu voir l’homme jeter ses papiers d’identité dans les bennes à côté du supermarché. Athena remonte donc cette piste et ça permet d’avoir beaucoup d’informations d’un coup, grâce à Buck qui prend conscience que le « nine-one-one » murmurée par Sue était peut-être « nine-one-walt », comme une plaque d’immatriculation.

Bon, c’est gros, mais ça fonctionne et ça permet le lancement d’une alerte qui permet de retrouver rapidement la voiture, puis Tracie, droguée et abandonnée dans un containeur. Tout ça n’est pas terminé pour autant, loin de là : les pompiers doivent venir la secourir alors que les flics sont en train de quadriller le secteur pour retrouver le kidnappeur.

Se faisant, il s’éloigne un peu trop de l’endroit où est Tracie et, franchement, ils auraient dû s’en rendre compte bien plus vite que ça. La série nous montre un Josh débordé par le fait que personne ne lui donne sa localisation exacte, quand c’est la première information-clé à donner lors d’une urgence. Il galère donc, fait des maths dans sa tête et explose le budget effets spéciaux numériques de manière plus inhabituelle que d’habitude, mais il comprend heureusement que nos pompiers sont en danger.

Grâce à ça, il sauve in extremis la vie de Bobby et permet l’arrestation de l’homme. Pfiou. Tout ça ne nous dit pas pour autant comment va Sue : tout le monde s’inquiète pour elle dans l’épisode, même la journaliste qui ne la connaît pas ! Il faut dire qu’une fois à l’hôpital, elle doit subir une opération d’urgence… mais finalement elle s’en tire intacte.

Après tout ça, Athena pose ses conditions au déménagement de sa fille, lui balançant beaucoup trop d’ordres alors que Sue peut revenir au travail auprès de tous ses enfants, comme elle les appelle, avec simplement une canne. C’est beaucoup trop rapide, mais ça permet une jolie séquence émotions pour tout le monde quand on lui souhaite la bienvenue.

Et hop, la série peut continuer comme si de rien n’était – comme d’habitude. Moi, j’en retiens que Bobby manque carrément de tact quand il annonce à May l’accident de sa boss, mais aussi que Buck et sa journaliste passent tout leur temps ensemble désormais. Ils finissent l’épisode autour d’une bouteille de champagne pour célébrer la justice et le sauvetage de Tracie et Sue.

> Saison 4

 

The Legend of Korra (S04)

Salut les sériephiles,

Grosse avancée dans mon Challenge Séries 2021, j’ai enfin terminé la saison 4 de La Légende de Korra, plus d’un mois et demi après la troisième saison. Il était temps, je m’étais dit une saison par mois et les épisodes ne sont disponibles que jusqu’au 14 mai sur la plateforme où je les regardais. On est passé à ça de la catastrophe, mais je me suis décidé hier soir à regarder les quatre qu’il me manquait encore !

the legend of korra korra bending gif - Google Search

Saison 1Saison 2 | Saison 3 | Saison 4

Vous l’aurez compris, j’ai été lent sur ce coup-là… Je suis plus mitigé sur cette saison 4 que sur la précédente, principalement parce qu’elle m’a encore amené là où je ne l’attendais pas forcément. Les éléments qui me plaisaient dans la troisième saison sont pourtant là, notamment en ce qui concerne les graphismes sur les combats (un peu moins poussé quand même qu’à la bonne époque de la saison 3 d’Avatar) ou l’évolution des personnages.

Bits and pieces — 'The Legend of Korra' Book 4 - Episode 2 Review

Ces derniers sont toujours très bien traités et le premier épisode contient un twist bien pensé : après le combat final de la saison 3 qui a laissé notre avatar en très mauvais état, la saison 4 ne pouvait pas commencer sans conséquence – et elle laisse finalement certains personnages secondaires de côté par rapport à d’autres… mais bon, on ne peut pas tout avoir !

Spoiler, la saison 4 se déroule alors trois ans plus tard. C’est l’occasion pour les scénaristes de nous faire tout un épisode sans Korra, dont le retour est très attendu dans la Cité de la République. Pourtant, il est rapidement révélé qu’elle devrait y être depuis un moment, mais qu’elle se la joue solitaire. Le développement de l’héroïne est vraiment bien fichu, avec un choc post-traumatique et un venin qui l’affaibli encore après trois ans. Meilleurs GIFs Tlok Book 4 | GfycatUn vrai bonheur à suivre, surtout que pour s’en remettre, elle se rend sans le savoir auprès de Toph. Et ça, c’est un retour que j’ai trouvé très appréciable.

Non, je ne suis toujours pas le plus grand fan du personnage de Toph, mais j’ai trouvé ça sympathique de la revoir, surtout qu’elle n’a pas tant changé. De fait, c’est peut-être celle qui a le moins changé entre sa dernière apparition dans la série-mère et sa première dans la saison. Tous les autres héros de l’animé ont pris trois ans dans la face. Outre la magnifique coupe de cheveux de Korra, on se retrouve donc avec des personnages qui ont évolué et changé, à la fois physiquement, mais aussi dans leur vie.

Book 4 Spoilers Legend Of Korra Lok Spoilers Opal Beifong Lok Gifs Lokedit GIF | GfycatIl faut comprendre ici que Bolin fait à nouveau de la merde en suivant aveuglément Kuvira, dont la soif de pouvoir inattendue va occuper toute la saison, alors que Mako se retrouve coincé en garde du corps d’un prince plus que relou. Bizarrement, ça fonctionnait bien pour ces deux personnages car les enjeux parfaitement différents leur permettaient d’enfin grandir sur certains points. Et puis, la romance avec Opal joue aussi comme un point positif.

estos gifs — THE LEGEND OF KORRA: THE LAST STAND MAKO'S... | Legend of korra, Mako legend of korra, Korra
Ils finissent en héros, comme il se doit ; même si ce fut trop souvent compliqué de trouver un rôle à jouer pour Mako

Korrasami Suggestion too Strong - Avatar: Legend of Korra
Pas subtil, mais efficace

Asami est aussi à évoquer, évidemment. Elle s’impose comme mon personnage préféré sur ces quatre saisons, alors que je ne l’aimais pas tellement au début. Et je ne dis pas ça pour le principe, vraiment, elle a la meilleure évolution et tout son arc en saison 4 pour apprendre à pardonner à son père et avancer, c’était dingue. Bien sûr, tout ça mène à la dernière scène et à cette tension sexuelle de dingue entre les personnages qui… n’aboutit à rien, parce que c’est la dernière saison. La frustration.

How a Nickelodeon Cartoon Became One of the Most Powerful, Subversive Shows of 2014 | Vanity Fair
J’ai rarement autant shippé dans une scène, EMBRASSEZ-VOUS BORDEL

La saison 5 aurait été la bienvenue. J’ai bien sûr commencé à lire les comics aussitôt, surtout qu’ils reprennent quelques secondes après… J’y reviendrai dans un prochain article, le temps de me faire un avis.

Bend It Like Korra | Avatar airbender, Korra, Avatar the last airbender art

Pourquoi tant de temps pour la saison 4, alors ? Parce que le fil rouge autour de Kuvira était moins intéressant, tout simplement. Je l’ai trouvé globalement peu surprenant, j’ai eu très peu de moments « wtf ? » et de cliffhangers me donnant vraiment envie de revenir. En plus, on sentait bien que c’était la dernière saison (l’épisode souvenirs tombait à pic après une pause de deux semaines), alors je voulais faire traîner pour avoir toujours une petite dose de Korra. Les vacances ne m’ont pas aidé non plus ; pas plus que le retour par moment d’un humour pipi caca auquel je n’accroche pas trop face au sérieux de la situation.

Meilleurs GIFs Tlok Finale | Gfycat

Avatar: Legend of Korra - gifs - Page 2 - Cheezburger
J’ai eu mes moments de stress sur ce final !

En attendant, je garde un souvenir positif de ces quatre saisons. Loin d’être le dessin animé pour enfants qu’était la série-mère, là, on traite de thèmes un peu plus adultes, du terrorisme à la quête de soi, en passant par des intrigues familiales plus complexes et une lutte politique assumée. On sent que la série était faite pour le même public, mais qui avait grandi. J’ai eu du mal avec le changement d’atmosphère, surtout que la série semble se chercher en se renouvelant à chaque saison, mais dans l’ensemble, c’est tout de même un sacré bon voyage, et une belle légende. La toute fin m’a donné l’impression de regarder un autre animé avec son robot géant, mais l’évolution s’est faite plutôt naturellement.

The Legend of Korra' season 3, episodes 4, 5 GIF recapEt puis, j’ai tout de suite commencé la saison 5 en comics, c’est bon signe, je crois ! J’avais envie de savoir ce qui allait se passer dans le monde des esprits… et j’ai bon espoir aussi de voir d’autres ships, comme Jinora et Kai, mince, ils ont disparu à l’arrière-plan, j’avais de grands projets pour eux ! On verra bien 🙂

Saison 1Saison 2 | Saison 3 | Saison 4