9-1-1 Lone Star – S04E02

Épisode 2 – New Hot Mess – 15/20
Le rythme est beaucoup plus calme pour cet épisode qui manque de nouveau d’interventions, comme dans un paquet d’épisodes de la saison 3, maintenant que j’y pense. Cela donne un peu trop l’impression qu’on est devant une série drama plus classique, et surtout bien plus sérialisé que ce à quoi la franchise nous a habitués. Ce n’est pas forcément pour me déplaire, mais certaines avancées d’intrigues me font peur pour la suite, j’avoue. Il y a tout de même des moments comme j’aime dans cet épisode, alors ça devrait le faire pour la suite.

Spoilers

Owen fait ce que le FBI lui demande, Tommy fait ce que son corps lui demande, Iris fait ce que sa logique bien à elle lui demande.

.

Well, it is Texas.

Eh ben, on a de l’inspiration pour les titres dans cette saison 4, c’est quelque chose ! Le début d’épisode est vraiment sympathique, en tout cas, ça compense. La première intervention nous propose en effet de rencontrer une femme qui a une journée de merde comme on les aime. Ainsi, elle se réveille sur ce que j’ai pensé être un tremblement de terre, mais qui était finalement… un cambriolage de maison.

La maison est en effet une sorte de bungalow qui a été embarqué par son mari, en voiture. Et la nana est restée endormie pendant tout ce temps ? J’adore l’idée. Bon, par contre, elle accuse son ex-mari de voler la maison, mais comme elle est aussi dedans, il faut mettre en place tout un plan de sauvetage.

Déjà, il faut déterminer par où il compte aller, et une fois que c’est fait, c’est parfait : il risque de se prendre un pont. Le type est vraiment débile en tout cas : il fonce tout droit vers le barrage policier et s’encastre dans le pont. Forcément. Et le barrage policier ? Il est mené par un acteur que l’on connaît trop bien et qui n’a pas été réembaucher par hasard, j’en étais certains dès que je l’ai aperçu.

Avant ça, Marjan a eu l’occasion de briller en débarquant en hélicoptère dans la maison. J’ai beaucoup aimé la voir devoir convaincre la femme de quitter sa maison… mais je ne vais pas m’attarder là-dessus : ce n’est jamais qu’une intrigue survolée pour le début d’épisode.

Après cette première intervention mouvementée et sympathique, Owen est convoqué par le FBI. C’était le cliffhanger de l’épisode précédent, et j’aime toujours autant l’actrice embauchée pour représenter le FBI. Elle a aussi un collègue désormais. Avant toute chose, ils informent Owen de tout ce qu’ils savent, mais ils doivent le faire en étant sûr qu’il ne dira rien à personne.

Ils évaluent donc les liens d’Owen avec The Owner Dogs, les motards de l’épisode précédent. Malheureusement, il s’agit non seulement d’un groupe d’extrémistes, mais aussi de potentiels terroristes, prévoyant justement une attaque sur Austin. Bref, Owen est une occasion en or pour le FBI, parce qu’ils imaginent que ce capitaine des pompiers n’a pas envie de s’associer trop longtemps avec des terroristes.

Ils espèrent toutefois que celui-ci pourra retourner au bar, continuer de sympathiser avec les terroristes et en profiter pour déposer un micro. Voilà qui est discret. Tellement, d’ailleurs, que quand il se rend aux toilettes (c’est-à-dire dans le bureau du gérant pour y mettre le micro), il est rapidement grillé par O’Brien, le flic du début de l’épisode.

Il fallait bien une raison pour que Carlos ne soit pas impliqué dans la première intervention et pour qu’on nous ramène cet acteur. Il n’est pas n’importe qui : O’Brien est donc flic, mais il flirte aussi avec les activités terroristes. Nous savons, par le FBI, qu’une autre taupe est censée être dans la place… et O’Brien serait parfait pour ça, il est sergent.

Le problème, c’est qu’Owen se demande vraiment ce qu’il faisait là – pensant que le sergent est possiblement impliqué avec les terroristes, même s’il lui a donné le conseil de ne pas devenir trop potes avec eux. Owen demande immédiatement un rendez-vous avec le FBI pour rapporter tout ce qu’il s’est passé et confier ses craintes d’avoir sa couverture grillée. Sauf qu’il n’a pas de couverture.

L’agent est un peu dépassée par ses manières de faire. Owen est insupportable après tout, ça ne risque pas de changer. Il parle beaucoup trop, est stressé pour rien… et se rend compte un brin trop tard qu’il aurait dû activer le micro qu’il a placé dans le bar. C’est totalement abusé de nous vendre que le FBI a pu oublier de lui préciser comment faire, franchement.

Le but est évidemment de renvoyer Owen dans le bar, une fois de plus. Il accepte à peu près, mais se retrouve bien con quand il rentre chez lui le lendemain soir pour se rendre compte que… O’Brien est déjà chez lui. Avec le micro qu’Owen pensait avoir caché. Bien sûr, O’Brien menace Owen : il souhaite savoir qui a bien pu l’embaucher, puis le rassure en lui disant qu’il l’a protégé. Il a retiré le micro, mais il a aussi fait en sorte de supprimer les vidéos des caméras de surveillance montrant Owen.

Cette intrigue se termine sur un cliffhanger placé si tôt dans l’épisode que je n’ai même pas capté que c’en était un : O’Brien demande à Owen de le suivre…

En parallèle, nous retrouvons Tommy qui se déplace en toute liberté dans le centre d’appels. Je ne sais pas à quel point c’est crédible ou possible ça, mais bon, faisons comme si. Elle le fait pour venir prendre un café avec Grace, qui profite de l’occasion de se retrouver avec sa pote pour parler de Trevor, évidemment.

Elle est évidemment totalement pour ce nouveau couple qui pourrait se former : certes, Trevor est le pasteur de Tommy, mais bon, qu’est-ce qu’on s’en fiche, en vrai. Tommy a peur des commérages de la paroisse, d’une part, mais d’autre part, elle n’est pas sûre d’avoir envie de se remarier. C’est sûr qu’être avec un pasteur exige un peu de se remarier à un moment ou un autre. Grace lui conseille donc de ne pas donner suite, tout simplement.

C’est une bonne idée, jusqu’à ce que Trevor débarque à la caserne pour parler avec Tommy. Le Prince des Grenouilles, surnom donné par Nancy, pas par moi, souhaite en effet un rencard avec elle et il débarque sur son lieu de travail parce qu’elle l’a fait elle aussi. Bon, c’était avant qu’elle ne comprenne qu’il bossait pour Dieu, mais ce n’est jamais qu’un détail.

C’est toujours un plaisir de voir deux personnages d’acteurs du Whedonverse (et de Suits, ils sont partout dans cet épisode les acteurs de Suits !) flirter ensemble, même vingt ans après. Le plaisir est partagé par Nancy et TK apparemment : ils s’éclatent à écouter toute la conversation entre Tommy et Trevor. C’est gênant, tellement c’est mignon. Bon, les rêves érotiques de Tommy ne peuvent pas vraiment être qualifiés de mignon, eux, par contre. C’était très drôle de voir ce rencard crédible devenir petit à petit un fantasme total de la part de Tommy.

La voir embrasser Trevor comme ça ? C’était chouette. La voir se confier à Owen ? C’était étrange. Leur amitié est une constante dans la série, cependant, mais qu’elle se dise trop coupable de ses pensées pour en parler à Grace, c’est ridicule. Toutefois, je comprends l’idée de vouloir parler à quelqu’un de plus neutre que sa pote qui lui a conseillé de ne pas donner suite à son flirt avec Trevor si ce n’était pas ce qu’elle voulait.

Après entre ce que la raison veut et ce que le corps réclame, hein… Owen lui conseille évidemment de ne pas accepter un rencard avec son pasteur, mais elle l’a déjà fait. Elle doit donc faire face à ses rêves et décide… de casser son rencard en invitant au passage Grace, Judd et ses jumelles. La gêne est totale, parce qu’elle ne prévient même pas Grace avant.

C’était une bonne comédie, et l’actrice interprétant Grace gère tellement bien son regard. J’aurais aimé en avoir plus d’ailleurs : le repas est zappé par les scénaristes qui nous emmènent ensuite au café et au départ du pasteur, après quelques blagues de Judd, tout de même. Judd est totalement à côté de la plaque, bien sûr, et ça m’a beaucoup fait rire.

Grace lui explique rapidement la situation, puis remonte gentiment les bretelles de son amie. Alors que le trio s’amuse malgré tout de ce qu’il vient de se passer et de ce pauvre révérend qui a dû repartir en courant au Texas, Trevor frappe à la porte. Et oui, Trevor revient donc frapper à la porte de Tommy, non pas parce qu’il a oublié quelque chose, mais parce qu’il souhaite embrasser Tommy et lui dire qu’il ne veut plus de chaperons. Voilà, voilà, on continuera donc sur cette intrigue de flirt la prochaine fois aussi… Pourquoi pas ? Je n’ai pas tellement l’habitude que la franchise s’attarde autant sur une romance sans intervention d’urgences, mais comme on en a déjà eu deux en un épisode, il faut leur laisser du temps j’imagine.

De manière générale, une intrigue a tendance à se dérouler sur quatre épisodes. Par contre, ce qui fait bizarre avec ce début de saison, c’est que tout est très sérialisé, avec trois grosses intrigues en même temps, laissant peu de temps pour les interventions et les personnages en-dehors de ces intrigues.

Ainsi, nous reprenons aussi l’intrigue TK/Carlos dans cet épisode. C’est une bonne chose, parce qu’on ne perd pas de temps comme ça, mais ça étouffe un peu la liberté de la saison si le prochain épisode compte également nous refaire ces trois intrigues à la fois. Et ça risque d’arriver.

Bon, ce n’est pas si grave après, ça fait toujours plaisir d’avoir du temps d’écran pour TK et Carlos aussi. Dans cet épisode, TK rencontre donc Iris, et il est tout stressé par cette rencontre, parce que ça risque quand même de déterminer son mariage ou non. Iris me fait bien rire dans sa manière de se comporter, mais elle est quand même sacrément garce à faire tant de suspense et à poser plein de questions à TK sur son passé et ses raisons d’être devenu urgentiste plutôt que pompier. C’est l’occasion pour elle de découvrir les trois comas de TK.

Les scénaristes se moquent un peu d’eux-mêmes, mais pas trop. Il serait temps de varier les personnages à qui il arrive les plus grosses merdes, parce que TK et Judd en ont eu pour leur grade, tout de même.

Quoiqu’il en soi, Iris accepte les papiers du divorce… mais ne les signe pas immédiatement. Evidemment. Elle part en expliquant à TK qu’il est exactement ce qu’il envisageait. Il n’en faut pas plus pour le faire flipper. C’est plutôt drôle, même si Nancy a raison : TK se plaint d’Iris auprès d’elle et elle lui fait remarquer qu’il n’a qu’à lui demander ce qu’elle voulait dire par là – mais aussi qu’elle ne pourra pas empêcher le divorce très longtemps. J’aime beaucoup Nancy et son amitié avec TK fonctionne bien. Leur conversation est malheureusement interrompue par l’arrivée du Prince des grenouilles. C’est sympathique de voir les différentes intrigues de l’épisode se croiser ainsi, mais ça m’a frustré que ça mette fin à une très bonne scène. Même si on en avait fait le tour, oui.

En tout cas, sur les conseils de Nancy, TK se rend au foyer pour retrouver Iris et essayer de mieux la comprendre. Elle lui indique qu’elle n’a pas l’intention de signer les papiers du divorce, passant pour une garce une fois de plus… avant d’être juste beaucoup trop mignonne : elle ne souhaite donc pas divorcer, mais faire annuler son mariage. Elle n’a jamais été amoureuse, leur mariage a toujours été faux et elle souhaite que TK soit le premier mariage de Carlos.

Si elle n’est pas la meilleure amie parfaite, qu’est-elle alors ? Le capital sympathie pour Iris remonte énormément, ce qui est parfait pour nous mener au cliffhanger de l’épisode. Avant ça, Iris plante tout de même de sacrés doutes en TK : elle lui indique qu’il est ce qu’elle imaginait parce que Carlos a toujours eu besoin de gens desquels s’occuper…

Qui aurait envie de se marier pour être un projet de vie de l’autre ? Elle ne souhaite certainement pas faire de mal en lui disant ça… mais le mal est fait malgré tout. TK se retrouve donc plein de doutes, et il s’en confie inévitablement à Carlos.

Purée la réaction de Carlos est belle ? TK lui balance que le mariage est une mauvaise idée et il débarque encore pour lui parler en se collant à lui, limite en câlin. En deux trois phrases, il rassure TK, lui explique que le type qu’il avait voulu réparer, c’était surtout lui-même dans son premier mariage et que oui, TK est un « hot mess », mais ça lui va très bien comme ça. Bon, ils sont très possessifs l’un et l’autre dans leur couple, mais c’est très mignon.

La mignonnerie est toutefois cassée bien vite par un appel que reçoit Carlos : la voiture d’Iirs a été retrouvée accidentée. Il n’y a pas de corps, mais elle a laissé derrière elle sa voiture, son sac à main, les papiers du divorce… Bref, elle semble avoir redisparu et ça ne dit rien qui vaille pour le mariage, ça. BORDEL, laissez Iris être heureuse un peu, non ?

Je me demande si tout ça nous fera revenir Liv Tyler dans la série aussi… Ce serait une bonne occasion.

9-1-1 Lone Star – S04E01

Épisode 1 – The New Hotness – 17/20
J’aime bien les débuts de saison comme celui-ci : si on a tout le temps de retrouver l’ensemble des personnages qu’on aime, les scénaristes n’oublient pas ce qui fait le sel de la série – les interventions catastrophes – et prennent également le temps d’intégrer au casting de nouvelles têtes, l’air de rien. Les trois intrigues proposées pour servir de fil rouge au début de saison sont intéressantes : il y en a une qui risque vite de me blaser, mais les deux autres apportent un bon humour à ce premier épisode. Et puis, c’est toujours bon d’avoir un peu de dynamisme en plus pour lancer une saison !

Spoilers

La météo sera la catastrophe de ce début de saison, avec deux orages vraiment improbables sur la même fête foraine.

.

He has a frog in his throat.

Une nouvelle saison commence et ça signifie généralement qu’on va être servi par une grande catastrophe impressionnante assez vite. Quand l’épisode commence dans une fête foraine sur un couple qui passe une soirée on ne peut plus tranquille, on sait bien qu’ils vont regretter d’être sortis de chez eux. Restait à savoir pourquoi, en sachant bien que ce n’était pas à cause de leur petite dispute de couple. Toute la scène est plutôt habituelle en vrai, avec un couple qui se dispute sur l’argent dépensé pour une peluche.

Malheureusement pour eux, ils sont interrompus par les maux de ventre du monsieur, qui s’appelle Caleb. Il fait de la peine à devoir se précipiter dans les toilettes publiques de la fête foraine, parce que ses cabines ne sont jamais des lieux où on aime rester, particulièrement quand on a une envie si pressante. Comme toujours dans ces cabines, il fait une chaleur atroce, et je ne préfère pas imaginer l’odeur. Le mec en est quand même à se déshabiller pour supporter ce qu’il se passe.

En fait, il fait tellement chaud qu’il ne peut plus sortir des toilettes publiques, parce que la poignée est brûlante. On ne peut que difficilement rêver être à sa place dans ces conditions, mais ce n’est pas terminé ! En effet, à l’extérieur, c’est une véritable tempête qui se prépare et se lève super rapidement. Voilà donc qu’il se met à faire super chaud sans prévenir – ce qui explique notre pauvre mec à moitié à poil dans sa cabine de toilettes – et que le vent souffle si fort que Brianna, la femme du couple, en perd sa peluche, qui s’envole.

Bon, elle en perd aussi Caleb, son mec, quand c’est ensuite la cabine de toilettes qui s’envole. Ah oui, quand même. C’est un peu énorme cette affaire.

Huit heures plus tôt, l’épisode commence par Marjan qui regarde la météo depuis la cuisine de la caserne. C’est chouette, car ça permet de nous annoncer de la pluie et de retrouver tout le monde petit à petit. Ainsi, on apprend que Nancy et Mateo sont toujours heureux en couple, que Paul n’a toujours pas d’intrigue et que TK et Carlos sont en pleins préparatifs de mariage. Quatorze lieux de réception plus tard, leur choix numéro 1 propose 18 mois d’attente. Et il y a apparemment un bon moment qu’ils cherchent, parce que Judd est de retour à la caserne lui aussi, en pleine forme.

C’est chouette à voir, car tout le monde vit sa meilleure journée. Ils sont tous potes, c’est chouette. Après, l’entre-saison a été chargé apparemment. On en est quand même à Owen qui débarque tout de cuir vêtu, en moto, à la caserne. Comme je comprends TK qui espère que son père ne débarquera pas comme ça au mariage.

Allez, cette scène introductive passée, on peut en revenir aux interventions habituelles et à la catastrophe météorologique qui semble se préparer pour Austin. On commence cependant par une scène toute tranquille où Carlos et sa mère parlent du mariage à venir. Alors que la mère est heureuse d’avoir du temps pour les préparatifs, Carlos reçoit un appel qui lui permet de savoir qu’il y a finalement une possibilité pour se marier plus vite que prévu là où TK le souhaite.

Le problème, c’est qu’à huit semaines près, Carlos hésite soudainement. Bon, huit semaines, ça nous mène à mars/avril, c’est parfait pour la pause de mi-saison, non ? Il ne va pas falloir qu’il hésite trop longtemps. Sa mère l’engueule cependant parce qu’il n’a pas dit la vérité, alors ça va, ça pourrait être pire, je m’attendais déjà à des doutes tout naze.

On n’en saura pas plus néanmoins, parce que le ciel vire au… vert. J’ai sérieusement cru que c’était encore ma télé qui faisait des siennes avec un câble HDMI défaillant, mais non. Il se met à pleuvoir des grenouilles dans un orage vert quoi. Il faut toujours qu’ils abusent sur les filtres dans cette série. Un appel aux urgences est vite passée, alors on en profite pour retrouver une Grace complètement dépassée par la situation.

Elle m’a bien fait rire, au moins. La première intervention est vite réglée au moins : l’homme à la grenouille est rapidement sauvé par Tommy. Ce qui est marrant, c’est que c’est un acteur suffisamment reconnaissable pour qu’on sache qu’ils risquent fort de le foutre en couple avec Tommy plus tard. Et en plus, on sait qu’il sera là aussi pour la tempête huit heures plus tard, car je suis à peu près sûr de l’avoir repéré dans la foule. Bon, après, qui reste huit heures dans la même fête foraine avec sa gamine, hein ?

Après les grenouilles, ils enchaînent aussi sur la grêle, rien que ça. Les grêlons qui tombent sont énormes, au point de défoncer des parebrises et de menacer la vie d’une autre patiente des pompiers, renversée par une voiture alors qu’elle était encore dans sa cabane à distribuer des tickets. Et cette apocalypse s’arrête finalement aussi vite qu’elle a commencé : les pompiers ne comprennent pas trop ce qu’il se passe, mais ce n’est pas pire que le volcan après tout (oui, je suis team Marjan sur ce coup-là, ils ont quand même perdu un collègue ce jour-là ?).

L’épisode peut continuer, au moins, et c’est sympathique comme tout. Bon, je fais clairement l’impasse sur Owen et Judd qui parlent moto – avec Owen qui veut convaincre Judd de le rejoindre. Pitié, cette intrigue va me tuer s’ils la développent sur plus d’un épisode.

C’était mille fois plus intéressant du côté de Carlos et TK : Carlos vient en effet voir son mec au boulot pour lui annoncer pour le mariage dans huit semaines… mais aussi pour lui expliquer qu’il a besoin de divorcer. AH. Je l’ai senti venir juste avant qu’il ne le dise, mais les scénaristes ont réussi à me prendre par surprise – alors que sûrement, on le savait déjà ? Carlos est marié à Iris, la sœur de Michelle. Oh. Cela faisait longtemps que plus personne n’avait parlé de Michelle et je pensais justement à elle devant la fin de saison 3.

Ce serait cool de retrouver le personnage pour un épisode, parce qu’elle est partie quand même précipitamment de la série. En attendant, il faut que Carlos divorce d’Iris et de sa schizophrénie. Espérons que ça se fasse vite, parce que j’ai hâte de les revoir et que ça peut donner de belles intrigues. Déjà c’est le cas quand on voit la culpabilité de Carlos de ne pas avoir pris de nouvelles de Michelle !

En attendant, on nous prépare aussi la suite de l’épisode : la caserne regarde à nouveau la météo pour apprendre qu’il y a une chance sur un million que la violente tempête de grenouilles (aspirées par l’orage depuis un étang, hein) soit suivie par une vague de chaleur et de forts vents.

Marjan le prédit avec justesse : ça va forcément leur arriver. Et pour ne rien arranger, on découvre donc qu’en plus de Caleb trimballé par les vents dans sa cabine de toilettes avec toute sa merde qui se renverse sur lui (il doit apprécier d’être torse nu), on a aussi Amenadiel (à défaut de savoir le nom de son personnage, reprenons celui qu’il avait dans Lucifer) bloqué dans la grande roue avec sa fille. La chaleur rend leur cabine métallique de grande roue brûlante ; le vent doit rendre ça terrible également.

Mieux vaut être à leur place qu’à celle de Caleb, cela dit : sa cabine atterrit et il parvient à joindre Grace, mais ça ne l’aide pas beaucoup. Il est dans une cabine qui ne lui permet pas de savoir où il est exactement. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il est en train de se noyer car sa cabine prend l’eau.

Et pour ne rien arranger, il est coincé dans cette cabine qui est aussi pleine de produits chimiques, qui dégagent des vapeurs toxiques avec la chaleur ; cette même chaleur qui a fait fondre la poignée de la porte. Alors d’accord il est en vie et l’eau doit le nettoyer de tous les excréments qu’il s’est pris sur lui ; mais bon…

Je n’aimerais pas être à sa place. C’est une constante dans cet épisode, je sais. Bon, il a bien une pièce pour tenter d’ouvrir de l’intérieur sa cabine, mais il la fait tomber dans l’eau. C’est bien la peine, il perd vraiment tout son argent en 40 minutes entre ça et la peluche qui s’est envolée. Par chance, il est sauvé rapidement par Mateo et Paul. C’est incroyable quand même : sa cabine de toilettes est tombée dans un tank plein d’eau ; le seul de la fête foraine.

J’aurais pensé que le péter serait la solution préférée par les pompiers, mais ce n’est pas le cas : ils ouvrent par en-haut la cabine, afin de réussir à le sortir et le ranimer. J’étais bizarrement soulagé de le voir rester en vie, mais clairement dégoûté quand Briana lui fait un câlin, puis l’embrasse. J’imagine que l’amour est bien aveugle, mais la tête de tous les pompiers autour d’eux était à peu près la mienne également, hein.

La grande roue ? Tout se termine bien pour l’homme et sa fille : les pompiers n’ont pas le temps de sortir la grande échelle car la grande roue est en feu, mais ce n’est pas grave, ils ont toujours la solution de la bâche. L’homme pousse donc sa fille sans la prévenir, afin de la sauver, avant de sauter lui-même dans la bâche, que tout le monde espère voir ne pas craquer. Elle craque, mais après la chute de l’homme, ce qui fait qu’il ne meure pas.

Et c’est tant mieux pour Tommy : elle peut soigner la petite pour les brûlures, puis le papa. Amenadiel est tout heureux d’apprendre qu’elle est veuve et de lui annoncer qu’il est divorcé. Ils ont des filles avec à peu près le même âge et une tendance assez incroyable à flirter du regard… C’est plus que parfait : Nancy pousse Tommy à lui laisser son numéro, ce qu’elle finit par faire. J’ai adoré que son excuse soit pour que la gamine devienne pote avec ses filles comme elle ne connaissait encore personne en ville, c’était le prétexte idéal pour que ça ne soit pas lourdingue.

Cela dit, Amenadiel était prêt à être lourdingue dans la drague, lui. Il n’hésite pas à demander si c’est pour un rencard, et la réponse de Tommy est très claire : c’est un oui. Pas si mal la journée pour Amenadiel, finalement. Et pas si mal pour un épisode de reprise.

Il reste encore dix bonnes minutes d’épisode pourtant. Ce n’est donc pas terminé : l’épisode nous propose ensuite trois autres intrigues qui seront les pistes de fil rouge de ce début de saison. Ainsi, le scénario nous ramène bien Iris. Carlos se rend voir Michelle, mais malheureusement, l’actrice n’était pas disponible pour ce début de saison. On ne la retrouve donc pas : elle est partie en Equateur.

Iris est encore là, cependant, à l’étage du refuge où Carlos se rend. Il s’attend à la retrouver en mauvais état, surtout quand il attend une femme en pleine crise, prise en charge par un homme et une femme. On s’en doute assez vite : Iris est en pleine forme et n’est pas la patiente traitée. Elle est celle qui traite la patiente. Heureuse de retrouver Carlos, elle lui fait un câlin et… le baffe. La claque est méritée et ça leur permet en plus de prendre un café ensemble pour faire le point sur la vie qui passe.

Iris va désormais beaucoup mieux et est heureuse de sa nouvelle vie à aider les gens du refuge. Carlos raconte donc toute sa vie à Iris, et sa vie passe rapidement à un résumé de ce qui rend TK si génial. Iris souhaite toutefois rencontrer TK avant le mariage, pour savoir si c’est une bonne idée de signer les papiers de divorce. Voilà une sorte de chantage parfaitement inattendu, mais ça m’a fait rire. J’imagine que ça va mal se passer pour quelques épisodes, mais finalement, ça se terminera bien par un joli mariage. Sinon, on va tous la détester bien vite la Iris. En attendant, j’aime bien que la série ramène cette intrigue qui avait beaucoup occupé la saison 1 tout de même.

Vous vous souvenez quand j’ai écrit qu’il restait plein de temps ? Cela signifie, malheureusement, qu’il reste aussi du temps pour qu’Owen emmène Judd dans son bar de motards. Tout y est gratuit pour les pompiers… mais ça n’est pas pour autant que c’est une bonne idée d’y traîner. En effet, ils y rencontrent Mikey, un jeune fan d’Owen parce qu’il était dans les tours le 11 septembre, puis assistent à une horrible cérémonie digne des nazies où Mikey se fait marquer au fer rouge pour rejoindre définitivement ce groupe d’extrémistes.

Bim, Owen réalise qu’il fait de la merde et on nous annonce que c’est aussi parce que Catherine s’est barrée à Washington pour un job. Bon, ben voilà, on perd Amy Acker. Je m’y attendais, comme elle a rejoint le casting d’une autre série, mais ça me rend triste quand même. Owen nous fait donc une crise de la cinquantaine (une de plus) et remet de nouveau sa vie en question. Il ne restera peut-être pas motard, au moins.

Contre toute attente, l’épisode se termine alors à l’Eglise, où l’on retrouve un gospel suivi par Tommy, Grace et Judd. Bon, pour ces derniers, ce n’est pas une surprise, mais Tommy à fond dedans, je ne me souvenais pas de cet aspect religieux pour le personnage. Allez, ça explique aussi pourquoi ils sont potes. Par contre, on sait aussi ce que ça signifie d’assister à une cérémonie religieuse sans raison apparente : Tommy va y retrouver son crush du moment, tout simplement. Et il s’agira du nouveau pasteur : Trevor Parks. Oh happy day, je me suis bien marré.

Le cliffhanger est toutefois ailleurs : une agent du FBI débarque chez Owen (et je suis tellement heureux de retrouver cette actrice même si je n’ai toujours pas terminé Suits) pour lui demander de ne pas vendre sa moto et mener une enquête sur ses nouveaux associés. Magique – ça nous donne de nouvelles perspectives pour la saison 4.

9-1-1 Lone Star (S04)

Synopsis : La saison 4 continue d’explorer la vie de nos pompiers – et surtout de notre flic – américains préféré. TK et Carlos sont désormais fiancés, Owen a tourné quelques pages de son passé, Mateo et Nancy sont en couple, Wyatt, le fils de Judd, est diplômé, Tommy est prête à revivre une histoire d’amour… Tout est bien qui est bien, mais eh, tout est bien qui va faire face à encore plein d’urgences cette année !

Saison 1 | Saison 2 | Saison 3
9-1-1 (S06)

Pour commencer, je n’ai pas réussi à me mettre à jour à temps pour le début de cette saison, mais je considère que je n’ai finalement qu’un tout petit peu de retard et que c’est bien moins pire que ce que je craignais à un moment. Il m’a fallu un an pour voir la saison 3, mais j’en suis venu à bout, et je compte bien faire pareil avec la saison 4.

Voilà, c’est dit : je la commence en retard et il y a des chances que mon visionnage soit de nouveau sporadique. Je trouve que c’est comme ça que je savoure le mieux la franchise : il faut parfois plusieurs épisodes avant d’en revenir à mes personnages préférés, alors quand j’ai du retard, ça me permet d’enchaîner au moins ! Et puis, de toute manière, je n’arrive pas toujours à suivre la diffusion, c’est tout.

Plus sérieusement, cette série est hyper addictive, mais ses saisons ont de sacrés moments plus mous que les autres, il faut bien le dire. Bref, je suis content d’avoir une saison de plus avec les personnages que j’adore tous dans ce spin-off et je ne sais pas pourquoi je laisse cette introduction trainer : je veux juste regarder la suite de leurs aventures ! À tout de suite dans une nouvelle critique.

S04E01 – The New Hotness – 17/20
J’aime bien les débuts de saison comme celui-ci : si on a tout le temps de retrouver l’ensemble des personnages qu’on aime, les scénaristes n’oublient pas ce qui fait le sel de la série – les interventions catastrophes – et prennent également le temps d’intégrer au casting de nouvelles têtes, l’air de rien. Les trois intrigues proposées pour servir de fil rouge au début de saison sont intéressantes : il y en a une qui risque vite de me blaser, mais les deux autres apportent un bon humour à ce premier épisode. Et puis, c’est toujours bon d’avoir un peu de dynamisme en plus pour lancer une saison !
s04e02 – New Hot Mess – 15/20
Le rythme est beaucoup plus calme pour cet épisode qui manque de nouveau d’interventions, comme dans un paquet d’épisodes de la saison 3, maintenant que j’y pense. Cela donne un peu trop l’impression qu’on est devant une série drama plus classique, et surtout bien plus sérialisé que ce à quoi la franchise nous a habitués. Ce n’est pas forcément pour me déplaire, mais certaines avancées d’intrigues me font peur pour la suite, j’avoue. Il y a tout de même des moments comme j’aime dans cet épisode, alors ça devrait le faire pour la suite.

Manifest – S04E10

Épisode 10 – Inversion Illusion – 17/20
Si je reste persuadé que la série sait parfaitement où elle veut en venir avec toutes ses histoires et ses mystères, je trouve que les scénaristes ont bien du mal à clarifier certains aspects de ce qu’il se déroule dans cet épisode. C’est dommage, parce qu’il y a énormément de drama à régler et que ce serait mieux réglé si on avait eu aussi la compréhension de tous les enjeux. Au lieu de ça, il faut un peu se contenter d’un rythme précipité et d’un « c’est comme ça, pose pas trop de questions », je trouve… Même s’il y a probablement des réponses aux questions ? Difficile à dire, en tout cas. On sent bien que la série va entrer dans son dernier chapitre en tout cas, et ça, c’est plutôt chouette !

Spoilers

Parviendront-ils à stopper l’Apocalypse ? Rien n’est moins sûr.

This is the way it has to be.

Mais que vais-je faire du reste de mon WESéries ? C’est tout étrange de se dire que la mi-saison 4 approche déjà de sa fin… mais c’est également plaisant, surtout que ce n’était pas si pire pour une fois. Le suspense est rapidement évacué de ce début d’épisode : on nous apprend rapidement qu’Angelina a récupéré le saphir des mains d’Eagan. Allez savoir comment elle l’a retrouvé, par contre.

Au réveil, Michaela a certes Zeke à ses côtés, mais elle est aussi perturbée de voir que les cendres continuent de tomber du plafond. C’est que ça doit être énervant à force. Dans le même genre, Eden a toujours envie de voir sa mère et Cal ne s’arrête plus de tousser. Il est toutefois frustré de voir que toute sa famille reste à ses côtés plutôt que de partir à la recherche du saphir.

Michaela laisse en effet Jared se rendre aux urgences pour interroger Eagan, mais Cal insiste pour que toute sa famille se mette à chercher le saphir, dans l’espoir que ça puisse être un remède à sa maladie, tout simplement.

Ben ne fait pas exactement ça, cependant, parce qu’il reçoit une visite très inattendue dans le grenier : Grace. Je me doutais bien qu’on ne pouvait pas en avoir fini avec elle ; et pourtant, autant dire qu’elle ne m’a pas manqué plus que ça sur cette demi-saison. Ils n’ont pas arrêté de parler d’elle, pourtant, mais son personnage tournait en rond, finalement.

Cette fois, cet Appel de Grace demande à Ben de lui amener Eden. Ben imagine aussitôt que c’est pour ça qu’Eden demandait à voir sa mère : il s’agissait de sa vraie mère, parce qu’Eden n’est jamais allée sur sa tombe. Bien qu’il veuille rester avec Cal, Ben finit par laisser Zeke faire le babysitter et se rendre au cimetière. C’est fou comme Zeke ne sert plus à rien d’autre que de reprendre le rôle de Grace finalement : il est coincé en permanence dans cette maison à ne rien faire j’ai l’impression.

Il passe en tout cas son épisode au côté de Cal, et c’est plutôt chouette, parce que ça nous rappelle qu’ils ont une jolie relation oncle-neveu, eux, et depuis la saison 2 au moins.

La série repasse donc par le cimetière et nous propose les pires effets spéciaux possibles pour que Grace parle à Ben et arrive à le convaincre de laisser Eden retourner auprès d’Angelina, la seule mère qu’elle connaisse. WTF. Assez vite, Ben comprend que quelque chose cloche, mais plutôt à cause de la couleur des yeux de Grace… oui, bien sûr.

Comment fait-elle pour envoyer ce genre d’Appel contrôlé ? Elle utilise le saphir bien sûr ! Assez rapidement, on se retrouve dans une scène bien improbable où elle essaie de convaincre Eden de la choisir elle plutôt que son père biologique. Et quand je dis que c’est improbable, c’est qu’Eden finit par choisir son père ? Genre, elle le détestait encore il y a à peine un épisode et elle n’a aucun souvenir avec lui, comment est-ce que c’est seulement possible ?

Pas étonnant qu’Angelina pète un câble. Elle se sert alors du saphir pour exprimer toute sa rage dans un cri qui résonne comme un Appel pour tous les passagers du 828 qui l’entendent subitement hurler. Cela devrait empêcher Ben de s’enfuir et donner un peu d’avance à Angelina, n’est-ce pas ? Il n’en est rien, il s’enfuit. En même temps, dix secondes plus tôt, Angelina a aussi essayé de lui tirer dessus alors qu’il avait Eden dans les bras et qu’elle risquait de tirer sur « sa » fille, hein.

Bien sûr, l’épisode prend le temps d’une scène pour que Jared découvre son nouveau lieu de travail : c’est sympa de voir Drea l’accueillir et lui faire le tour du propriétaire – de même que c’est sympa de le voir devenir le collègue du flic qui lui a fait perdre son titre de détective à la base. Une fois que c’est fait, Jared envoie un message à Michaela – de nouveau à culpabiliser pour Evie – afin qu’elle vienne le voir à l’hôpital.

Cela permet à Michaela d’interroger Eagan avec Jared, et donc de découvrir qu’Angelina a volé le saphir. Dans les affaires d’Eagan, Michaela découvre également le livre qu’il a récupéré dans la voiture de Noelle et le relie à un de ses Appels précédents.

Ce n’est que le début d’une longue journée pour Michaela cependant : elle reçoit ensuite l’Appel d’Angelina, puis découvre qu’elle a été capable de feindre un Appel avec Grace. Elle le découvre une fois qu’elle est de retour en famille et parle donc de l’Appel qu’elle a eu à l’hôpital. Olive reconnaît l’Appel qu’Angelina avait eu quelques mois plus tôt et elle guide aussitôt sa tante et son père jusqu’à l’endroit où elle pense qu’est Angelina.

Celle-ci est de plus en plus tarée : désormais, elle pense avoir compris que l’ange ne la pourchassait pas. Non, Eden n’est pas non plus son ange. Angelina pense tout simplement qu’elle est l’ange désormais. Ben et Michaela s’en rendent compte quand ils la retrouvent : elle leur explique, au-dessus d’un sol recouvert de lave, qu’elle est un archangel.

Ben souhaite lui faire prendre conscience qu’elle attend son jugement sur le lifeboat, comme les autres… mais ce n’est pas le cas selon elle, forcément. On tourne en rond et alors qu’elle est braquée par un flingue dans les mains de Michaela, elle semble être capable d’utiliser le saphir pour lui provoquer une vision d’Evie. Il n’en faut pas beaucoup plus pour que Michaela lâche le flingue dans la lave. N’est-elle pas débile ?

Bon, sinon, TJ est de retour avec son papyrus, et ça nous aide bien : cela permet à Olive de clarifier certains mystères. Ainsi, elle nous explique que le saphir pourrait être la clé pour sauver l’humanité. Une fois que c’est fait, le couple comprend qu’ils ratent possiblement une partie du papyrus à cause de pigments bleus disparus avec le temps… avant de perdre notre temps et le leur avec les sentiments d’Olive, terrifiée de devoir perdre encore quelqu’un qu’elle aime.

Ils reprennent toutefois les recherches et se rendent compte qu’il manque sur le papyrus le cœur de saphir, mais aussi la constellation du dragon. Au rez-de-chaussée, la cicatrice de Cal se met à bouger toute seule et il comprend qu’il est le dragon. Grâce à ça, il a le don d’attirer Angelina dans un énième Appel à bord du 828 ?

Cela commence à être alambiqué cette histoire d’Appel qu’on peut provoquer. Sa cicatrice de dragon semble pleine de saphir et permet donc à Cal de se battre contre Angelina. Ma foi, c’est un combat qu’on attendait depuis un moment. Malheureusement, Angelina utilise de nouveau le saphir pour ramener Grace dans l’avion également.

C’est triste de ramener l’actrice pour la faire jouer ce rôle de méchante, mais je comprends pourquoi les scénaristes font ça, franchement. Par contre, ça signifie que Cal est en train de se laisser convaincre par Angelina de mourir – parce que Grace lui demande de le rejoindre. Et oui, l’Appel a un impact direct sur la santé de Cal dont le cœur arrête de battre.   

Heureusement, il prend conscience que ce ne peut pas être Grace, car jamais elle ne lui dirait d’arrêter de se battre contre sa maladie. C’est juste ce qu’il faut pour que Cal se batte à nouveau contre Angelina en chopant le saphir.

L’avantage de cet Appel interminable entre Cal et Angelina ? Angelina s’arrête au beau milieu d’une phrase alors qu’elle parlait à Michaela et Ben. Ils peuvent ainsi libérer ses otages. Le saphir explose d’un coup, aussi. Les otages sauvés, Ben revient dans l’Eglise pour parler avec Angelina : celle-ci peut le convaincre qu’il est un mauvais père puisqu’il laisse Cal mourir seul… mais elle se prend une vitre sur la tronche, ce qui calme un peu le jeu.

De retour dans son salon et non dans son Appel, Cal comprend qu’il n’est plus temps pour lui de vivre. Il est en train de mourir, et il prévient Zeke. Malheureusement, je m’en doutais, cela se dirige vers une fin assez triste pour Zeke : alors qu’il va prévenir Olive de ce qui est en train de se dérouler au rez-de-chaussée, il surprend une conversation entre TJ et Olive. Au cours de celle-ci, il comprend que Cal est bien le dragon et qu’en touchant le saphir, il pourrait sauver le monde.

Il faut encore quelqu’un pour sauver Cal cependant… et ça ne peut qu’être Zeke. Il le comprend bien vite et décide donc de se sacrifier en absorbant la maladie de Cal. C’est triste comme tout ce sacrifice, parce que je n’ai pas réussi à être aussi à fond que j’aurais pensé l’être. La série en fait des caisses pour le tuer : il téléphone à Michaela pour lui expliquer qu’il ne sera pas là à son retour et que c’est grâce à elle qu’il a eu une seconde chance à la vie. C’est meugnon tout plein, on a plein de flashbacks de leur relation pour accompagner ce sacrifie.

Michaela le supplie de l’attendre et d’arrêter ce qu’il est en train de faire, mais c’est un peu trop tard. Elle arrive à convaincre Ben de rentrer au plus vite avec elle chez eux… Ils arrivent à temps pour que les adieux déchirants le soient vraiment : Michaela voit ainsi Zeke mourir avec la promesse qu’ils se reverront sous les étoiles. Cal, lui, se réveille pour mieux entendre sa tante exploser en larmes. Et à l’étage ? Non, Olive et TJ n’entendent rien de tout ça.

De son côté, Saanvi ne cherche pas à régler l’apocalypse en cours : elle préfère se concentrer sur le cas de Cal. Elle est toutefois interrompue dans ses recherches par l’Appel créé par Angelina : elle est paniquée de se rendre compte que désormais, Angelina a le pouvoir de trafiquer tous les Appels. Pire encore, elle craint les conséquences que cela pourrait avoir sur le monde.

Pendant l’Appel provoqué par Cal, elle découvre que le prélèvement qu’elle avait fait sur lui se met à scintiller. Ce scintillement s’arrête en même temps que l’Appel, sans que Saanvi ne puisse tout à fait comprendre pourquoi. Malheureusement, elle n’a pas temps de faire beaucoup de recherches : le laboratoire est pris d’assaut par des hommes armés forçant Vance et Saanvi à tout détruire et ne laisser aucune trace derrière eux.

Il est alors révélé que Gupta est derrière cette trahison, même si motivation n’est pas encore tout à fait claire. Franchement, je m’en fiche : le hurlement de Saanvi m’a explosé de rire alors que la trahison était réelle.

Ce n’est pas le seul cliffhanger de cet épisode, forcément. Du côté du Bureau recensant les passagers du vol 828, il y a pas mal de mouvements également. Ainsi, lorsqu’Angelina envoie le premier Appel à tous les passagers, son cri de rage, tous les passagers qui sont présents pour les entretiens habituels hurlent à leur tour. Ils sont ainsi détenus provisoirement… et jamais libérés car un nouveau texte passe, ordonnant l’arrestation de tous les passagers 828. Yep, la mi-saison se termine avec plein de passagers derrière les barreaux. D’ailleurs, Eagan est arrêté. Pas de trace d’Adrian, en revanche ; alors que les Stone semblent bizarrement épargné de la rafle pour le moment.

Le vrai cliffhanger final est toutefois qu’Angelina est en train de provoquer la fin du monde : elle a récupéré un bout du saphir dans la lave et l’utilise pour provoquer une éruption volcanique dans toute la ville. Oups. Pourtant, on n’est pas encore en 2024 ! Quant à ses vraies motivations, elles ne sont pas si claires. Arrête de te prendre pour un ange, meuf, t’es juste une psychopathe insupportable.