C’était qu’une panne de série ou un new normal ?

Salut les sériephiles,

Meilleurs GIFs Loki | GfycatVous avez dû le remarquer, j’enchaîne les épisodes cette semaine et je suis en train de vivre mon meilleur mois de mai en plein juillet. Station 19, Grey’s, Debris, Loki… Autant de saisons que je voulais terminer depuis quelques semaines sans en avoir le temps, et paf, c’est désormais fait. Après deux mois à ne voir qu’une poignée d’épisodes, j’ai aussi pu me mettre à jour dans In the Dark et Evil, et comme la semaine n’est pas encore tout à fait terminée, la franchise 9-1-1 et mes quatre épisodes de retard dedans vont normalement avoir l’honneur d’y passer elle aussi d’ici demain.

Pin on charactersOui, ça fait beaucoup d’épisodes d’un coup, mais je l’avais prévu depuis le départ. Par contre, non, ça ne règle toujours pas l’ensemble de mes retards. On s’en approche, comme toujours, mais c’est une tâche interminable, je le sais bien. Je n’oublie pas mes zombies préférés (et après tant d’épisodes, j’ai parfois l’impression de ressembler à Alicia ci-contre quand je vais me coucher), je n’oublie pas les conteurs de minuit (surtout que la saison commençait super bien pour de l’horreur), je n’oublie pas les séries estivales, y compris celles qui ont (re)commencé pendant ma panne de séries, mais… je ne sais pas si je les regarderai tout de suite pour autant.

Cette semaine, j’avais du temps pour moi – en partie malgré moi, en partie car je l’ai dégagé pour le ménage, pour bosser un peu et pour les séries. Normalement, ce ne sera plus le cas ce week-end et la semaine qui suit. Il y aura moins de critiques et d’articles, même si je vais essayer de ne pas faire un arrêt total quand même, parce que maintenant que je me suis relancé, j’ai envie d’en voir plus. cry baby; — Amelia Shepherd; the strongest person I know.Une vraie drogue.

Franchement, mon gros rattrapage de cette semaine, ça me montre que les séries restent vraiment quelque chose auquel je suis accro. Une fois lancé, il est difficile de m’arrêter, que ce soit pour des soirées avec la même ou des créations de petits rituels à courte échelle. D’ailleurs, pour ça, j’adore la diffusion à la semaine, bien sûr… mais enchaîner les épisodes, j’aime aussi. C’est d’ailleurs encore plus visible quand la qualité de la série n’est pas dingue : Plus Belle la Vie, je n’en pouvais plus de l’intrigue dans laquelle on était bloqué, mais là que j’ai pu en voir plein d’un coup, ça passe mieux. Parce que oui, j’ai aussi vu pas mal d’épisodes en parallèle de mon rangement de tous les cours et papiers de l’année 😉

Sci Fi Mystery GIF by NBC – Lab GifsBref, avec cette saison de séries qui se termine un brin en décalé pour moi, je me rends compte que j’ai changé aussi dans mon approche des séries. Et c’est paradoxal, alors accrochez-vous.

D’un côté, je trouve que je suis mille fois plus sensible qu’avant face à certaines intrigues. Cette saison, j’ai eu l’impression de verser plus de larmes que d’habitude alors que bon, ce n’était pas forcément beaucoup plus triste. C’est peut-être le miroir tendu par la crise sanitaire reflétée dans un certain nombre de séries qui en est responsable, mais je ne crois pas que ça explique tout. Je m’investis mille fois plus dans certains personnages et certaines intrigues – alors que le reste va me lasser. Fox – Just One More EpisodeEt les questions de représentations me tiennent de plus en plus à cœur, preuve s’il en faut encore que c’est super important (et que la vie privée doit jouer dans mes critiques). Inévitablement, ça provoque quelques déséquilibres dans mes articles, et je me sens d’un avis plus tranché et de moins en moins neutre avec le temps. Les notes restent beaucoup trop élevées par contre, on ne se refait pas.

À l’inverse, d’un autre côté, j’ai l’impression de multiplier les séries sans plus jamais parvenir à retrouver des séries qui me donnent envie de m’investir à fond comme d’autres ont pu le faire avant – Orphan Black, Agents of S.H.I.E.L.D, The 100, The Magicians ou Community pour les plus récentes ; Buffy, Charmed ou LOST pour les moins récentes, sans oublier Fringe ou How I met your mother évidemment. Et la saison qui arrive semble vraiment manquer de sel, en plus, en tout cas sur les networks.

https://media.melty.fr/article-4363005-raw/media.gifBien sûr, cette année, j’ai aimé les séries Marvel, et particulièrement WandaVision… mais il s’agissait d’une mini-série, c’est déjà terminé. J’attends la série qui me redonnera le grain de folie que j’ai pu avoir à regarder des épisodes à 4h du matin malgré la fatigue, juste parce que je voulais les voir ; ou la série que j’aurai envie de commenter non-stop, quitte à en parler des heures ou pouvoir la regarder autrement que seul. Après, c’est peut-être ça de devenir adulte, au fond, je me suis empêché un gros nombre de fois de voir des épisodes un peu trop tardivement cette année et on galère à trouver des moments pour les séries entre amis.

Et parfois, il faut bien le dire, j’ai juste eu la flemme de lancer un épisode en sachant que ça allait devoir s’accompagner d’une critique. don't pretend to be dead, it's bad manners — veronica-lodge: “Magic brought me to Fillory but...J’adore écrire, mais c’est fatigant parfois, on ne va pas se mentir. M’enfin, tout de même, je me rends compte avec cette semaine que j’en tire vraiment du plaisir et des émotions fortes : l’écriture comme les séries sont indissociables de ma personnalité… mais depuis trois ans que j’ai commencé à bosser, ma personnalité change un peu aussi. Je ne me reconnais pas toujours dans d’anciennes critiques ou d’anciens articles datant d’avant mes années en tant que prof (par contre, dans les blagues pourries, si, toujours !).

C’est encore plus vrai depuis un an et demi, d’ailleurs ! Un vrai journal intime, ce blog, pour ceux qui savent (ou peuvent) lire entre les lignes. rupert giles GIFs - Primo GIF - Latest Animated GIFsEt comme je n’arrive plus depuis quelques mois à me contenter uniquement de séries et d’écriture, d’où la diversité des sujets évoqués parfois sur le blog, je m’aperçois que je n’ai plus autant besoin des séries qu’avant dans mon équilibre. Promis, elles restent une partie de moi quand même. Il y en a juste une autre qui se développe.

Bref, pour répondre au titre que je viens seulement d’ajouter car je n’avais aucune idée de comment nommer cet article, ce n’était qu’une panne de séries, mais ça ne veut pas dire non plus que ce n’était pas un new normal. Laissez-moi le temps de trouver comment ajuster tout ça… en septembre.

À quoi bon le faire avant, de toute manière, je rechange d’établissement et d’emploi du temps dans un peu plus d’un mois (quoi, déjà ?).

Bingo Séries #47

Salut les sériephiles,

On a beau être en plein milieu d’un #WESéries, nous n’en restons pas moins un six du mois, et il est donc temps d’envisager un nouveau Bingo Séries. La grille de février m’aura donné du fil à retordre niveau écriture, mais j’espère que ça ne sentira pas trop… et qu’elle sera plus facile à terminer que celle de janvier, sur laquelle j’ai quand même bien lutté !

N’hésitez pas à poster dans les commentaires ou à me contacter sur Twitter (@ShipouJG) s’il vous reste des questions après lecture de cet article !

Pour rappel, vous trouverez dans cet article une liste de 20 choses à accomplir ou voir tout en regardant des épisodes de séries que vous n’avez jamais vus auparavant, du 7 février au 7 mars 2021 ! Le but ? S’amuser entre sériephiles et parler sans spoiler, ici, sur vos blogs, sur Twitter, sur la page Facebook du blog, partout quoi. Pour réussir le bingo, il faut avoir la moyenne, donc au moins dix items validés. Et pour avoir son mot à dire ? Il faut le compléter, avec un joli 20/20 ! Le premier à compléter le bingo choisit trois thèmes qu’il classe par ordre de préférence, le deuxième peut conserver ou virer son troisième choix, le troisième peut conserver ou virer son deuxième choix.

N’oubliez pas d’indiquer les spoilers éventuels quand vous communiquez vos points sur Twitter, vos blogs, etc. La participation est ouverte à tous, à n’importe quel moment du mois et il suffit d’un 10/20 pour valider la grille ; le reste, c’est pour la frime.

Comme d’hab, un personnage est quelqu’un qui parle dans l’épisode ou a déjà parlé dans la série ; « quelqu’un » fait aussi référence aux figurants. Un même épisode ne peut pas servir deux fois dans le même thème et il y a un « point bonus » pour vous aider à finir la grille plus vite.

Février 2021

Oui, je sais, je suis plus inspiré que jamais sur ce nom de thème, mais bon, l’an dernier, je l’avais appelé « February » et on l’avait bien vécu quand même, alors pas de raison, hein !

  1. Un cadeau de St Valentin est offert : Commençons directement par un point qui voit les choses se compliquer ! En principe, le mois de février fournit toujours au moins un épisode sur la St Valentin, mais avec le Covid19 et tous les décalages de quarantaine, rien n’est moins sûr… Pour valider ce point, il faudra peut-être se tourner vers des épisodes des années précédentes !
  2. Le point de la victoire d’un match de football américain est vu à l’écran : Un point plus ou moins facile si vous regardez des séries américaines avec des adolescents… Mais voilà, n’oublions pas que dans la nuit de demain, il y aura une nouvelle finale du Super Bowl, avec 22 000 spectateurs et quand même un show de mi-temps. Comme on a déjà eu des points sur le Super Bowl, il a fallu que j’improvise un nouveau point bien trop compliqué : voir le moment où une équipe gagne un match ! Après, je vous rassure, même si les héros que l’on suit perdent le match, il n’en reste pas moins qu’il s’agit du point de la victoire pour leurs adversaires, donc ça compte !
  3. Un personnage parle d’un confinement lié au coronavirus : Qui dit 2021, dit coronavirus, alors je ne pouvais y couper. Deux à trois semaines qu’on attend tous en France de savoir si oui ou non on va nous reconfiner et dans quelle(s) condition(s), il faut donc bien reconnaître que c’est une fois de plus le mot de l’année ! Par conséquent, je vous propose de trouver un personnage qui nous parle du confinement – et simplement qui en parle. Ce peut être le premier de 2020, ce peut être la crainte d’un reconfinement, ce peut être un souvenir de ce qu’il s’y est passé… les possibilités sont multiples, et pas si difficiles puisqu’un certain nombre de séries en parlent désormais, près d’un an après l’avoir vécu pour la première fois !
  4. Entendre prononcer les sept jours de la semaine : Je vous rassure, ça peut se faire sur plusieurs épisodes, hein ! Oui, cette idée m’est venue parce que j’ai regardé le dernier WandaVision qui nous casait l’air de rien un « lundi » et un « samedi », parce qu’avec le WESéries, j’ai peur que la grille soit terminée trop vite… et parce que février 2021 est un mois parfait, commençant par un lundi et se terminant par un dimanche. Bref, à vous de jouer, il nous faut entendre le nom de chaque jour de la semaine dans des séries. Et là, vous allez voir qu’on va nous sortir un enfant qui apprend les sept jours de la semaine dans une série que tout le monde regarde !

Jurons

Une fois de plus, j’ai l’impression que ce thème avait déjà été proposé dans une autre grille, mais je ne le retrouve pas… alors c’est parti pour un festival d’insultes prévu depuis des mois et des mois dans mon document listant les idées de thèmes ! Merci donc à Phantasmagory de me permettre de vous le dévoiler ce soir 🙂

  1. Un personnage dit « crap »/« shit » : Ou « merde » en français, donc. Je ne pense pas avoir besoin d’expliciter plus que ça ce thème, c’est assez explicite comme ça, non ? Merci Orphan Black de m’avoir inspiré ce thème il y a des années de ça !
  2. Un personnage utilise le mot « fuck »: Notre fameux « putain » français, mais attention, précisions immédiatement que si un personnage dit « f-word » ou « effin’ », ça ne fonctionnera pas. Nous cherchons vraiment un personnage qui utilise ce mot vulgaire de quatre lettres !
  3. Un juron est censuré : Jamais un point n’aura été plus simple à trouver, parce que quasiment tous les génériques de Zoey’s Extraordinary Playlist cache un juron. Il existe d’autres moyens d’empêcher quelqu’un de prononcer un gros mot cela dit ! Parfois, la parole est coupée par un autre personnage, parfois on change volontairement de scène, parfois, le personnage se censure lui-même en épelant le mot (et en l’épelant mal pour faire rire, aussi). Plein de possibilités, donc !
  4. Un personnage jure en langue étrangère : Alors, en langue étrangère par rapport à la série, hein ! Si vous regardez une série américaine, il faut entendre un juron russe ou français, par exemple ; mais dans une série française, ce serait un juron en anglais que vous chercheriez. Pour trouver ce point, concentrez-vous sur les séries qui ont un personnage venant d’un autre pays au casting… particulièrement s’il s’agit d’un français, d’un italien ou d’un hispanophone, d’ailleurs. Y a des réputations difficiles à défaire.

Côte Ouest

Cela fait un moment également que j’ai ce thème dans ma liste de possibilités, mais je trouve ça bien qu’il tombe ce mois-ci, parce que j’ai quelques séries pour réussir à valider les points… normalement. On verra bien, allez, direction les États-Unis grâce à Frankie !

  1. Le nom d’une ville de la côte Ouest est prononcé : Los Angeles, Seattle ou San Francisco, et même pourquoi pas Las Vegas, la côte Ouest des États-Unis est tout de même assez grande pour que l’on trouve facilement une ville réelle dont le nom est prononcé dans une série au cours du mois. Enfin, j’espère.
  2. Un monument emblématique de l’Ouest des États-Unis est vu : Le Golden Gate Bridge, la tour de Seattle… Il y a des bâtiments et des monuments touristiques qui sont bien trop célèbres pour ne pas être vus dans les séries. Ce matin, j’ai vu le fameux pont de San Francisco d’ailleurs, et ça m’a énervé, parce que je savais que ce point compterait dès demain ! C’est injuste. Pour que ça fonctionne, le monument peut être vu à n’importe quel moment : ce peut être l’arrière-plan d’une scène ou juste une transition montrant dans quelle ville tout ça se déroule…
  3. Une scène avec vue sur l’Océan Pacifique : Je compte énormément sur 9-1-1 pour réussir ce point. Par vue, j’entends bien sûr le sable fin d’une plage, mais aussi la jetée ou, pourquoi pas, quelques rochers. Bref, n’importe où sur la côte Ouest au sens littéral de côte cette fois.
  4. Une scène avec vue sur la côte Ouest : Les personnages sont sur un bateau et aperçoivent la ville depuis la mer… Ca marche aussi s’ils sont simplement dans l’eau, ou en train de se baigner… Il faut juste s’assurer que la scène se déroule en-dehors de la côte terrestre pour que ça fonctionne : elle doit être vue, c’est tout. Après, soyons malin : ça marche aussi si un personnage regarde une carte, en fait, parce qu’on y voit la côte aha !

Bricolage

Gaelle a eu du mal à se décider pour choisir ce thème, mais à sa décharge, elle a eu un tirage assez compliqué.

  1. Un personnage se sert d’un marteau : Le marteau peut servir pour taper sur un clou autant que sur une personne, et avec un peu de chance, on aura Thor pour débarquer par surprise dans WandaVision. Non ? Bon, d’accord, ce n’est que peu probable après Endgame, mais le point est assez facile à comprendre autrement.
  2. Une trousse à outils est vue à l’écran : Ouvrez l’œil chaque fois qu’une scène se déroulera dans un garage, parce que rien n’oblige les personnages à se servir de la trousse en question à l’écran pour bricoler, cette fois. Par trousse à outils, j’entends donc n’importe quelle boîte avec des outils pour bricoler dedans, et ça marche aussi si c’est pour faire de la mécanique, d’ailleurs.
  3. Un personnage doit faire appel à quelqu’un pour bricoler : Notre personnage a ses toilettes sont coincées et il a besoin d’un plombier, notre personnage ne sait pas monter soi-même le berceau de son enfant ou notre personnage fait refaire son toit par des ouvriers, vous voyez l’ensemble des possibilités offertes par ce point, je pense. Et le bricoleur du dimanche n’a même pas à parler en plus.
  4. Un personnage en train de bricoler : Et ça, peu importe la situation, si vous trouvez un McGyver du dimanche qui bricole de quoi se sortir d’une situation périlleuse avec les trois objets qu’il a à portée de main, ça compte déjà. Autrement, ben, des personnages qui montent un meuble, réparent un objet, le mot « bricolage » a l’avantage d’être large côté interprétations.

Actions

  1. Recensement du 20/02: Chaque année, je demande aux joueurs du Bingo de me fêter mon anniversaire ici ou sur Twitter, histoire de me faire une idée du nombre de participants et parce que c’est toujours chouette d’avoir des messages de votre part. Si vous le faites via Twitter, n’oubliez pas le hashtag ! De mon côté, c’est en vous disant merci que je pourrai valider ce point aha 😉
  2. Pousser un juron devant une série : À quel point êtes-vous poli ? Moi, ça m’arrive parfois de m’écrier un petit « putain » devant certains épisodes quand il y a des twists que je ne vois pas venir. Entre WandaVision qui me fascine chaque semaine et la franchise 9-1-1 qui propose des accidents impressionnants, je sais qu’en février encore ça risque de m’arriver !
  3. Regarder un épisode en vous tournant à l’Ouest : Si vous êtes chanceux, votre salon est peut-être déjà naturellement fait de sorte que votre télé soit à l’Est et vous force à regarder l’Ouest. Si vous êtes comme moi, en revanche, c’est l’inverse, et ça devient une petite action que de changer vos habitudes. Alors, où le soleil se couche-t-il par rapport à votre canapé ? Eh bien, maintenant, regardez dans cette direction, placer un écran et regardez votre épisode !
  4. Un DIY en rapport avec une série : Parce que je n’ai pas envie d’être responsable d’accidents, nous n’allons tout de même pas bricoler devant une série… ce serait dangereux ! En revanche, trouver un tuto Do It Yourself pour créer un goodies (ou un vêtement ?) en rapport avec une série, ça fonctionne très bien !

Le bonus geek : un point ne vous plaît pas ? Vous pouvez le modifier. C’est-à-dire que vous pouvez modifier/proposer un point à l’intérieur d’un thème : c’est la liberté ; vous pouvez par exemple dire que vous ne voulez pas voir un cadeau de St Valentin, mais plutôt des crêpes comme il y a eu la chandeleur en février 2021. Annoncez-le en commentaire ici, ou sur Twitter. Vous pouvez le faire dès aujourd’hui, ou alors vous pouvez attendre les derniers jours de la grille, quand il ne vous restera que quelques points et que vous aurez identifié le point le plus impossible à avoir. L’an dernier, je n’ai pas eu à regretter ce bonus, même si c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres, mais vous aurez compris avec l’exemple donné qu’il faut que le point modifié ressemble quand même à celui qui était proposé à l’origine – il faut un point commun (ici, la fête inscrite au calendrier). C’est un petit twist, une petite liberté, un truc qui va permettre de ne pas avoir négocier ce point qui est très proche de la règle, mais pas tout à fait dedans. Et vous pouvez donc le faire après avoir vu un épisode où, vraiment, vous y étiez presque au point, mais pas tout à fait. M’enfin, vous ne pouvez le faire qu’une fois, utilisez ce bonus sagement !

Bilan du Challenge Séries 2020

Salut les sériephiles,

J’ai beau procrastiner cet article à fond parce que c’est l’anniversaire de Ludo et que je suis au téléphone avec, il va bien falloir que je vous fasse un jour le bilan de mon Challenge Séries 2020. Il est 23h27… c’est parti pour un article écrit plus vite que mon ombre ! Je vous le dois bien, franchement : j’ai parlé de ce challenge toutes les semaines de l’année, en sachant pertinemment dès le mois d’avril qu’il s’agissait d’un échec. Persistant, le type !

Voir aussi : Le fail du Challenge Séries 2020 et mes envies de rattrapage improbables

Challenge Séries 2020

Alors, quand je dis que c’est un fail, c’est un euphémisme, parce que ce fut une belle catastrophe. C’est bien simple, l’an dernier, je vous ai parlé de 12 séries à rattraper… Je n’en ai vu qu’une seule de celles-ci, et encore, c’est parce que le covid a décalé la saison 2, et la saison 1 ne fait même pas dix épisodes. Vraiment, c’est n’importe quoi.

Voir aussi : Mon Challenge Séries 2020

Avec les switchs, je suis arrivé tout de même à sept séries, c’est déjà ça :

  1. eko - The Coop - Flew The CoopThe Coop (S01) : Personne ne connaît cette série qui ne possède qu’une dizaine d’épisodes, et c’est dommage. Jordan Gavaris est la raison pour laquelle j’ai regardé, car j’adorais Felix dans Orphan Black. Bien sûr, ça n’a rien à voir… mais ce n’est pas grave, il y avait un bon humour dans cette saison. Je l’ai même revue ensuite avec une amie !
  2. Love & Pride – Gentleman Jack | Smells like Chick SpiritGentleman Jack (S01) : Un coup de cœur, assurément, mais un coup de cœur qui prend son temps. Je n’arrive pas à enchaîner les épisodes de cette série. Ils sont longs, ont un rythme épuisant pour la critique et… Je ne sais pas, je n’avais que peu envie de m’y mettre à chaque fois, alors qu’une fois devant, j’adorais. Le générique de la série est aussi l’une des chansons les plus entendues cette année !
  3. 13 Reasons Why (S03S04) :Let's Talk About… Thirteen Reasons Why Season Three – Meghan's Whimsical  Explorations & Reviews J’ai rattrapé deux saisons – une de retard, une diffusée en 2020. Je suis content d’avoir enfin terminé la série, principalement parce que sur ces deux saisons-là, c’était vraiment la catastrophe. Le problème, c’est que j’ai cru ne jamais réussir à m’en sortir quand je l’ai regardée. J’ai frôlé l’overdose, et c’était vraiment médiocre. Pas un bon souvenir de ce challenge, donc !
  4. Latest Montgomery GIFs | GfycatLe cœur a ses raisons (Rewatch – Intégrale) : Je n’en ai pas parlé sur le blog, mais j’ai revu depuis cet été tous les épisodes de cette série canadienne que j’adore. L’idée de base de la série est de faire une parodie des soap opéra. Elle vaut le détour principalement pour ses personnages – notamment Criquette et Ashley, qui me font rire à chaque scène – et pour son humour totalement décalée, parce que la parodie passe par l’enchaînement de situations absurdes ou cocasses, des accents de dingue ainsi que des looks et des poses toujours très travaillés l’air de rien ! Pleines de répliques cultes, la série se déguste sans faim – et sans fin. Les épisodes sont disponibles facilement sur Youtube… Je pense que je n’avais jamais vu l’intégrale avant, il y a des épisodes dont je me souvenais quand je les avais vus au lycée, mais beaucoup de choses m’ont paru être des redécouvertes (même la magie de Naël, dis donc). Pas l’animal aquatique nocturne, en tout cas.
  5. To the lake (S01) : https://www.netflix-news.com/wp-content/uploads/2020/10/to-the-lake-netflix.jpgEn octobre, je me suis dit qu’il était peut-être temps d’avancer dans ce challenge, pour feindre de le réussir. Quelle erreur, quel échec ! Malgré tout, ça m’aura permis de regarder cette série russe avec Laura, et ce fut une vraie bonne surprise et une découverte intéressante. On a aimé tous les deux, et on regrette ensemble l’absence d’une saison 2. Pourtant, cette série, en 2020, elle vieillit un peu mal : il y est question d’une épidémie mystérieuse… mais celle-ci n’est que la toile de fond d’un périple de personnages vers un lac où ils espèrent se couper du monde.
  6. Merry Happy Whatever (S01) : TFSA] Mes découvertes pour cette année 2019 - Celle qui bloggaitEn décembre, j’avais encore l’illusion de pouvoir enchaîner plein de séries très courtes pour arriver à 12. Cela aurait été un peu ridicule… mais je ne regrette pas cette illusion qui m’a donné la possibilité de regarder cette chouette sitcom de Noël ! Vite vue, peut-être vite oubliée, la série est sympathique et vaut le détour.
  7. Home for Christmas (S0102) :Sept clichés TV sur… les cadeaux de Noël ! – Just One More Episode Là, c’est carrément un coup de cœur, et peut-être le plus grand de ce challenge séries 2020 ! Je ne comprends pas comment j’étais passé à côté de cette série en 2019… Je voyais d’un mauvais œil l’étiquette « série de Noël », mais c’était un tort. La série est beaucoup plus qu’une série de Noël, c’est juste une critique assez juste des rencards et de l’amour au XXIè siècle, en plein mois de décembre. J’adore le réalisme de la série et l’attachement qu’on ressent pour les personnages.

Sueboohs CornerBlogsSuits - Season 8, Episode 5 "Good Mudding",  Review/Recap/Spoilers

Voilà donc pour les saisons terminées. Cela ne fait donc pas 12, c’est bien un échec… En tout cas, du point de vue de la réussite du challenge. Moi, je suis bien content d’avoir réussi à voir ces sept-là, surtout que certaines sont sorties de nulle part, mais sont marquantes parce que je les aime vraiment.

Et puis, ce genre de challenge est fun aussi parce que ça permet de voir plus de séries que si je ne l’avais pas fait. Au fond, l’essentiel, c’est de participer – et je m’en rends bien compte depuis que j’ai ce blog, alors qu’avant, je ne pensais pas tellement comme ça !

On notera que j’ai vu les épisodes 1 de certaines séries également, oups, et que j’ai poursuivi un peu Suits, comme prévu. Il m’en reste encore à voir, cependant… De même qu’il me reste du Riverdale !

These two ... Can't get enough of them ... another couple on my OTP list 👑  | Riverdale funny, Riverdale, Riverdale cole sprouse

Et ça me permet de me faire une transition vers le Challenge Séries 2021… dont je parlerai finalement demain. Je ne sais pas comment je vais caser tous les articles que je veux écrire sur le reste du mois, mais qu’importe, on a déjà largement dépassé les 500 mots là ! Bonne nuit 🙂

 

 

Faut-il vraiment tolérer le sexisme (et tout le reste) de Perry Mason ?

Salut les sériephiles,

ray collins Tumblr posts - Tumbral.com
/!\ Un mini spoiler sur la série d’origine et des spoilers sur les cinq premiers épisodes de la version HBO (2020).

Cela fait une bonne semaine que je vous en parle l’air de rien dans plusieurs articles, mais voilà, j’ai cet article qui me titille le petit doigt depuis tout ce temps alors il était temps de me poser pour l’écrire. À la question posée par le titre de cet article, la réponse est évidemment non, c’est indiscutable. Pourquoi la poser alors ? Parce que c’est ce qui semble être fait et c’est précisément ce qui m’énerve le plus avec la série. Celle-ci a d’autres défauts, notamment une tendance fâcheuse à la scène inutile et longue pour le plaisir de combler du temps, mais ce qui m’énerve le plus, c’est son côté rétro cherchant à légitimer des trucs qui ne devraient pas l’être en 2020 : racisme, homophobie et surtout patriarcat écrasant.

juin 2020 – Just One More Episode

C’est normal, c’est dans le passé.

L’argument est celui qui vient le plus spontanément à l’esprit : la série est un reboot d’une série datant de 1957 et son action se situe en 1932. Evidemment qu’on est confronté à du racisme, de l’homophobie et une place de la femme très, très bas sur l’échelle sociale, c’était le quotidien de l’époque et ce serait idiot de faire comme si ce n’était pas le cas. Là-dessus, je ne peux qu’approuver et aller dans le sens de légitimer ce qui est mis en scène… Sauf que ce n’est pas si simple, ni évident.

Patriarcat

OK, la série d’origine a pléthore de personnages masculins et le monde dans lequel évolue Perry Mason est particulièrement masculin. C’est évident. Seulement en 2020, cela ne semble pas compliqué d’injecter de nouvelles scènes avec plus de femmes. La série se borne à montrer des tas de scènes avec au moins cinq hommes blancs de plus de 50 ans à l’écran. C’est assez hallucinant. Des scènes entre secrétaires, des témoins féminins, des croyantes religieuses… Les occasions ne manqueraient pas en les cherchant un peu plus. Ne pas le faire, c’est au mieux de la paresse, au pire… ben c’est juste être rétrograde et s’enfermer dans le passé, en s’en justifiant par le reboot d’une série du passé.

Plus la série avance, plus les personnages féminins commencent à gagner de l’importance et passent un peu plus le Bechdel Test (et encore, c’est vraiment de justesse), mais pour l’instant, on dirait vraiment que la série tente de nous justifier ce qu’elle propose par le contexte historique. Or, ça ne saurait être suffisant.

Voir aussi : Ce que c’est que le Bechdel Test

perry mason | Explore Tumblr Posts and Blogs | Tumgir
L’excuse des scénaristes, probablement. 

« Regardez, on fait les choses bien ».

Un autre aspect dérangeant devant la série et cette impression que la série veut cocher un bingo diversité et minorité, quitte à bâcler les choses et tomber encore plus dans les clichés. Ainsi, j’aime beaucoup le personnage de Drake, un policier noir très bien introduit dans la série… mais finalement, il est introduit uniquement pour poser des questions par rapport au racisme ambiant de l’époque et pour combler le temps avec une sous-intrigue qui ne fera rien avancer. C’est très frustrant : le personnage est sous-exploité et réduit quasiment uniquement à sa position de noir dans la société (certes, il y a aussi le personnage de sa femme… mais de quoi parlent-ils tout le temps ? Bingo, des problèmes de Drake avec sa hiérarchie raciste et de la manière dont il faut se comporter face à des situations racistes).

HBO's Perry Mason Tweaks the Past to Build a More Exciting Future ...
Je fondais tellement d’espoir sur ce personnage que je suis déçu de son traitement, inévitablement.

Difficile de ne pas évoquer aussi le cas de Della. Vous vous souvenez de ce que je dis du patriarcat plus haut et des scènes pleines de mâles blancs en mal de jeunesse ? Eh bien, Della, c’est tout l’opposé. C’est une femme de moins de 50 ans, qui gère tout toute seule sans obtenir de vraie reconnaissance de son statut (son boss l’aime bien, mais elle est quand même là pour répondre au téléphone, mince pourquoi essaie-t-elle tant de communiquer ses bonnes idées ?). Une femme forte dans une société où le patriarcat est roi ? Une femme qui porte tout sur ses épaules et qui est en plus capable de faire du bon travail ? « Eh, faisons-en une lesbienne » ce sont dit les scénaristes…

Oui, re-bingo du « regardez on fait les choses bien », Della, personnage qui flirte avec Perry dans la série d’origine, devient lesbienne pour les besoins de ce reboot. Difficile de faire plus cliché : une femme forte et capable de faire tout ça ne peut qu’être lesbienne aux yeux des scénaristes apparemment, parce que bon, ce n’est pas comme si une femme pouvait être tout ça tout en restant hétérosexuelle, hein ? Ugh. Puis, si vous pensez que je vais vous épargner la raison de cette homosexualité, vous vous trompez, il me reste mon dernier point !

Perry Mason' Season 1, Episode 2: In the Trenches - The New York Times
Oui, il y a de quoi être en deuil, effectivement.

Male Gaze

Et enfin, le truc le plus dérangeant dans la série ? Elle tombe dans tous les clichés possibles concernant le male gaze, et c’est probablement ce qui m’a le plus perturbé pour une série sortant en 2020. Pour rappel, le male gaze, c’est la tendance d’une production à avoir un point de vue exclusivement masculin et hétérosexuel de la nudité/sexualité. Je simplifie beaucoup une notion complexe pour le bien de la brièveté de l’article, mais vous avez l’idée.

La nudité dans la série ? S’il s’agit de voir une femme nue, vous pouvez être sûr qu’on verra en détail ses seins au moins et qu’on fera tout pour la sexualiser à fond. Il faut que la nudité féminine fasse naître le désir, et ça se voit dès le pilote de la série et dans une majorité d’épisodes depuis. C’est un festival de poitrines… Sauf quand il s’agit de Della au lit avec sa copine.

HBO's 'Perry Mason' Cast In Real Life: Which Characters Are Based ...

Ben oui, quitte à tomber dans les clichés, Della, le personnage féminin principal (ça se discute comme il y a aussi Alice, mais ne nous leurrons pas) se retrouve à se dénuder dans une scène… mais on ne verra rien d’autre que la caméra s’attardant longuement sur ses jambes et sur le retrait de ses vêtements. Concrètement, c’est pour nous dire que c’est ce que regarde sa copine, alors c’est du male gaze déguisé, mais c’est tellement typique de ce genre de séries rétro… Autant début 2000, ça m’aurait paru bien normal, autant merde, vingt ans après, ça commence à être grossier comme artifice.

Ainsi donc, la seule raison de l’homosexualité de Della semble être d’ajouter cette scène où les deux femmes finissent au lit, mais sans être sexualisées non plus. Il ne faudrait pas trop choquer l’audience avec de la nudité et du sexe lesbien, par contre enchaîner sur du sexe hétéro où on ne voit rien de Matthew Rhys (non pas que ça m’intéresserait de voir ça, merci bien) mais tout de la poitrine de sa partenaire, ça oui. Bref, Della est lesbienne, et tant mieux, mais ça paraît juste être un appel du pied pour qu’on félicite la production de « moderniser » la série avec ce genre d’intrigue auxquelles on ne donne finalement aucun poids ou intérêt particulier.

Perry Mason: Chris Chalk, Juliet Rylance and Susan Downey on TV ...
Elle est bien plus intéressante que sa seule sexualité, heureusement, et elle est autrement un personnage bien écrit et construit. C’est juste dommage de tomber dans un tel cliché qui ne véhicule pas la meilleure des idées, surtout quand on voit que c’est juste pour faire parler d’eux grâce au changement par rapport à la série d’origine.

Les fans les plus attentifs me diront à présent que j’exagère sur le male gaze parce qu’il y aussi plein de nu masculin, et même quelques scènes de nu intégral pour plusieurs acteurs, seulement vous remarquerez que là, il n’est plus question d’érotiser la nudité. Dans le pilote, on a une scène qui a pour vocation d’être comique en s’appuyant sur un ressort de nudité couplé à de la grossophobie (tant qu’à faire), alors que par la suite, les hommes nus sont simplement des cadavres. On a connu plus érotique.

Certes, là on est sur du full frontal, mais malgré leur statut de cadavre, ces nus sont là le plus souvent pour la visée comique : les réactions des personnages face à eux sont censés nous faire rire, parce que trololol il est tout nu et ça dérange les hommes qui doivent le déplacer ou trololol il est retrouvé sur un terrain de golf. Euh. C’est un grand non. Et tout ça m’énerve tellement, putain !

In 'Perry Mason,' Matthew Rhys Is As Sad As Ever | nyob.news

Est-ce que tout ça est hypocrite de ma part ? Peut-être un peu. Après tout, le Bechdel Test n’est pas passé du tout dans la majorité des épisodes de God Friended Me que je regarde en ce moment (mais on a au moins de la mixité dans les scènes) et Suits a lutté avec les mêmes démons pendant des années sans que je ne dise rien (pas la nudité, certes, mais le male gaze et le patriarcat, hein, revoyez les premières saisons). Ouais, mais la série a évolué sur ces questions et on n’était pas en 2020 lorsqu’elle a commencé, j’étais donc possiblement moins renseigné sur le sujet. En 2020, c’est moins pardonnable de ne plus l’être et j’ai mal tourné à trop m’énerver sur ce genre de problème… Ca me décroche des histoires proposées, tout simplement, même si je ne suis certes pas celui qui devrait être le plus énervé de tout ça. L’empathie, que voulez-vous.

Pourquoi je la regarde encore alors ? Pour deux raisons. La première, c’est que je suis pris dans l’intrigue et que j’ai envie d’avoir des réponses. La première scène est tellement marquante qu’il est difficile de faire autrement… La deuxième raison, c’est que j’ai encore espoir que la série s’améliore. Je veux dire, mince, il y a Tatiana Maslany dedans, et l’actrice a prouvé à maintes reprises qu’elle était au point sur les questions de féminisme (refusant même de se raser les aisselles en tant que Sarah Manning parce que ça n’avait aucun sens ni intérêt que Sarah prenne le temps de le faire). Une actrice ne peut pas tout faire au sein de la production d’une série, mais passer d’un extrême à l’autre, j’ai du mal à y croire.

perry mason | Explore Tumblr Posts and Blogs | Tumgir
Canalise ton énergie ailleurs s’il te plaît, on compte sur toi aussi.

Et effectivement, l’épisode 5 diffusé hier semble aller dans ce sens avec une série un peu plus mixte dans ses scènes, et même des scènes avec majorité de femmes. Alice, le personnage de Tatiana Maslany, s’impose aussi face au patriarcat (sans le savoir puisqu’elle confronte sa mère manipulée par les hommes). J’ai bon espoir que la série fasse le chemin du progrès au cours de sa saison. Je lui laisse le bénéfice du doute, mais elle ne sera vraiment pas ma meilleure série de 2020…

and perry mason | Explore Tumblr Posts and Blogs | Tumgir
Bref : PAS CONTENT.