Riverdale – S04E12

Épisode 12 – Men of Honor – 10/20
Non, je ne veux pas descendre sous la moyenne, parce que je continue de regarder et que ça a toujours son côté addictif avec 150 intrigues qui n’ont aucun sens et continuent d’un épisode à l’autre, et parce qu’il y a toujours des moments qui me font rire ou me font dire que je vais y revenir encore. Mais franchement, ce n’est pas fou du tout et la qualité n’est plus là depuis bien longtemps !

Spoilers


This school is insane.

Un certain Ted Bishop recontacte Franck pour annoncer la mort d’un certain Greg. Tout ça se fait devant Archie qui apprend donc qu’il est question d’un ancien soldat mort. Mouais. Cette intrigue m’a totalement blasé, franchement, surtout quand ça mène à la révélation que Greg est finalement un meurtrier. Il a décidé de faire le ménage d’une boîte paramilitaire qui envoyait d’anciens soldats jouer les mercenaires aux quatre coins du monde.

Et Franck en faisait partie, tout comme Greg. Greg doit toujours en faire partie, en tout cas. Heureusement, super-Archie qui n’est plus un justicier oublie son portable et peut sauver la vie de son oncle. Yeah.

Oncle et neveu se rendent donc au commissariat pour parler de tout ça… mais FP n’intervient pas en tant que flic ; il intervient en tant qu’ex-chef de gang, avec des hommes de gang aussi. Tout ça n’a aucun intérêt ou sens, mais Greg finit donc en prison à menacer Franck malgré tout. On découvre ainsi que Franck a envie de se barrer loin, et je dis oui, même si Archie dit non.

Le problème, c’est que Greg s’est échappé en mettant à mal un des hommes du commissariat, alors FP a peur et prévient Archie. Par chance, Archie est un boxeur professionnel, donc quand Greg débarque derrière lui aux toilettes du lycée, il arrive à riposter. On a une jolie scène de baston entre les deux, et limite la série m’a paru avoir vachement augmenté en qualité.

J’ai dit « limite », on se calme, c’est juste que c’est agréable de voir Archie se fasse agresser gratuitement et balancer d’un bout à l’autre des toilettes. Kevin débarque alors quand son pote est mal au point et peut aider Archie à s’enfuir… avant de se faire mettre KO à nouveau. Bien joué, Kevin. Il n’y a absolument personne dans les locaux toujours bondés de la série, ce qui fait que Greg s’en donne à cœur joie en éclatant Archie encore et encore.

Alors qu’Archie est quasiment mort, son oncle débarque pile à temps pour le sauver. Zut. Tout peut donc se terminer de manière positive, avec Archie ayant de nouvelles cicatrices à présenter sur son visage pour la fin de l’épisode et la police qui fait enfin son travail. Soit. Je n’ai pas compris le coup de Greg arrêté dans le gymnase par FP pas en uniforme, mais je ne vais pas chercher plus loin.

Hiram et Hermione organisent un voyage à New-York, et ça tombe bien pour eux, parce que Veronica s’y rend justement aussi pour un entretien avec une fac. Mais attention, New-York est sa ville à elle, hein, pas à ses parents. Mais j’en peux plus. L’idée est d’introduire le spin-off Katy Keene, et franchement, je suis trop blasé pour avoir envie de regarder une série sur la meilleure amie new-yorkaise de Veronica, hein.

Surtout que bon, son introduction ne vend pas du rêve, on a deux adolescentes filles de riche qui balancent des fortunes dans du shopping horrible et parlent ensuite de mecs au comptoir d’un bar. Quelle meilleure solution pour présenter toute la vie de Katy et de sa mère malade ? Et Veronica est toujours en couple avec Archie, apparemment ? On n’a plus vu ça depuis un moment, peut-être même depuis plus longtemps que les abdos d’Archie, c’est dire ! Quelle saison qui n’a aucun sens !

Veronica rentre ensuite à Riverdale sans qu’on ne puisse voir le moindre entretien de fac, et il est alors révélé qu’Hiram a en fait un grand problème de santé. Il est malade et risque de mourir, mais ce n’est pas lui qui l’annonce à Veronica, c’est Hermione. C’est suffisant pour que Veronica décide finalement de reprendre le nom de Lodge et donc de lui pardonner tout le reste. Je ?

Du côté de Jug, on reprend cette idée d’un duel avec Bret, et ça se termine en duel à l’escrime, avec des seconds que sont Jonathan et Donna. Pas de bol, le duel d’escrime ne tourne pas à l’avantage de Jug. Par chance, toutefois, il y a trois manches : il perd la première, mais gagne haut la main la deuxième avec juste un coup de poing.

Il reste donc la troisième manche pour les départager : une partie d’échec. Par contre, le reste de l’école choisit clairement le clan de Bret. S’il perd, il ne sera plus un homme d’honneur et ça pose problème à toute l’école.

OK ? Pendant ce temps, le principal du lycée refuse de croire Alice quand elle assure que Betty n’y est pour rien dans la tricherie au quizz. Ben oui, normal en fait, quelle idée d’être aussi conne, Alice aussi. Ou Betty, au choix. Betty se retrouve donc punie, et ça arrange bien les scénaristes : elle est exclue de cours pour une semaine, pas besoin de faire semblant de la laisser aller en cours. Elle a aussi interdiction d’aller au bal de promo, mais ça, les scénaristes auront oublié d’ici là, et elle perd son titre de rédactrice en chef du journal du lycée qui n’a donc plus personne pour l’écrire puisqu’elle y était désormais seule.

Allez, l’avantage, c’est que cela laisse du temps libre à Betty qui décide de reprendre l’enquête sur le possible meurtre de Mr Chipping. Ah ben alors. Elle est aidée par Alice qui retrouve un rôle d’adulte, à peu près, et mène l’enquête avec elle. Elles interrogent ensuite la mère de l’élève qui aurait eu une liaison avec Chipping, pour savoir quoi en penser, et apparemment, elles ne savent pas quoi en penser.

Elles enchainent alors avec Moose qui revient encore nous faire un petit coucou, histoire de dire que Bret a une sextape de lui dans la chambre de leur fac. Ah. Betty est inquiète parce qu’il y a donc probablement une sextape d’elle et Jug aussi et elle fait sa nouvelle obsession de la retrouver, avec l’aide de sa mère toujours.

Merveilleux. Les deux se font surprendre, mais elles n’abandonnent pas si vite pour autant. L’avantage, c’est que Betty reste en contact avec Jug. Quand elle apprend qu’il y a une partie d’échec en cours, il est facile de trouver une fenêtre pour fouiller les affaires de Bret. Dans la cave, elle finit même par trouver des VHS, c’est merveilleux. Le problème, c’est que Bret a une alarme silencieuse (qui vibre ?) et lui signale la présence de quelqu’un dans la cave.

Il se précipite donc et tant pis pour la partie d’échec. Betty est fière d’annoncer à tout le monde qu’elle a trouvé des sextapes, il a toutefois une bonne excuse le Bret : ce ne sont pas des sextapes, mais les initiations des membres de sa secte. On retourne à la partie d’échec, et Jug décide alors d’en finir une fois pour toute avec ça : il fait exprès de perdre sa partie d’échec histoire de se débarrasser de Bret et de cette fac. Hein ?

Autrement, c’est le retour de St Clair dans la série ! Le presque-violeur de Cheryl débarque directement dans son club privé et papote ainsi avec Toni. L’avantage, c’est que maintenant Cheryl a Toni dans sa vie, et elle est capable de faire face à ce choc en s’en confiant à sa copine. C’est plutôt chouette comme scène. La scène suivante où Toni organise la vengeance de Cheryl l’est aussi, c’est plutôt drôle après tout ce temps de voir Nick être à nouveau rigolé. Vraiment, il y a du masochisme dans le casting de cette série.

Bon, ça vire à la catastrophe ce scénario par contre : Toni embauche Kevin et Fang pour chatouiller Nick après l’avoir dragué, et le filmer, et lui montrer cette guilitape au petit matin. Bien sûr, il n’y a pas de viol dans tout ça (après, l’agression est réelle quand même), juste des mecs qui se chatouillent. Et ça fait peur à Nick que d’autres gens voient la vidéo pour une raison ou une autre ? Je ne comprends pas, mais admettons.

Compteur d’Archie à poil : ALLELUIA les abdos d’Archie au sortir de la douche sont de retour !
Bon, on se calme, on est à +1 pour le compteur, mais c’est déjà ça – 88 fois en tout dans la série. En plus, j’étais à ça de compter la scène dans les toilettes parce que son t-shirt se soulève.

Riverdale – S04E11

Épisode 11 – Quiz Show – 10/20
Ah lala, ça n’en finit plus de n’avoir aucun sens et ça nous sort de nouvelles intrigues qui franchement me perturbent énormément parce que je ne sais pas comment ils peuvent en avoir l’idée. Je crois que certains scénaristes veulent concrétiser des fantasmes chelous, et c’est tout. Ou ils se droguent tous. Ou les deux. En tout cas, jamais une série ne m’aura autant questionné sur ce qu’il se passe dans les coulisses de la salle des scénaristes.

Spoilers


In other words daddy, our rhum war is back on!

Comme chaque fois que je reprends la série, ça fait deux semaines et j’ai tout zappé. M’enfin, sachez que ça y est, c’est l’hiver et ils ont tous la grippe, sauf Betty qui prépare son concours et Archie qui donne les outils de son père à son oncle. Soit. On en arrive carrément ensuite à Archie reprenant l’entreprise familiale ?

Je. Pff. Pourquoi est-ce que j’essaie encore de comprendre, hein ? Archie est tout content de voir son oncle reprendre une vie sociale et un travail, en tout cas. Celui-ci va jusqu’à organiser des soirées chez Archie avec tous les collègues, et tout se passe bien, et tout va bien, et tout est merveilleux… jusqu’à ce que le lendemain Archie apprenne que la société se retrouve à devoir travailler avec Hiram.

Archie s’y refuse – un sacré chef d’équipe avec sa veste de lycéen ! – mais ça ne plaît pas à tous les hommes de son entreprise d’apprendre que malgré les difficultés financières, Archie refuse certains contrats juteux. Tout cela vire peu à peu au drame, particulièrement quand l’oncle d’Archie vole de l’argent et que ça finit en baston avec celui de Kevin. Qu’est-ce qu’il fout là au juste ?

Allez, il démissionne et Archie finit par super mal prendre que son oncle vole de l’argent de l’entreprise, surtout que c’est à ses yeux comme avoir volé l’argent de son père. Il lui fait donc les mêmes morales que Fred et tente de rétablir la situation, mais c’est en vain : le père de Kevin n’aime pas le fait que Franck reste un employé de l’entreprise. Quant au gymnase, disparu. Ecoutez, ne cherchons plus.

Malgré l’épidémie de grippe dont il ne sera finalement pas du tout question dans l’épisode, ne vous inquiétez pas, Jug et Betty continuent de coucher ensemble. C’est l’occasion pour Jug d’oublier de se maîtriser et de révéler à sa copine qu’il a obtenu Yale. Oui, oui, il lui cachait. Et il lui cache encore que Bret l’a eu aussi, ce que ce dernier a bien plaisir à lui annoncer.

Celle-ci est donc encore plus motivée qu’avant à gagner son concours stupide, avec des questions de culture G pas si compliquées sur Murano, et d’autres beaucoup trop compliquées pour qu’on puisse en connaître la réponse avant la fin de la question. Pourtant, Betty y arrive. Elle est motivée plus que jamais à gagner, et elle va jusqu’à mener l’enquête sur Bret afin de découvrir qu’il a osé payer son entrée à Yale. Ouais, bon, un gosse de riche… Vu ce qu’ils font de Veronica, ce n’est pas surprenant.

Pour en revenir à Jughead, il découvre que le mystère qu’il a écrit pour sa saga ne plaît pas du tout aux autres auteurs de la saga. Il décide donc de demander conseil à Charlie pour avoir des idées de serial killers. Il n’en fréquente pas assez apparemment, mais c’est parce qu’il veut protéger Betty quoiqu’il arrive.

Quoiqu’il arrive ? Jusqu’à ce qu’il stresse et pitche cette histoire sous le nom de la Cagoule Marron qui est exactement l’histoire de Betty. Mais. Personne ne lit les journaux ? Personne ne sait ce qu’il se passe à Riverdale ? Au secours ! Pour se débarrasser de Betty et de sa rage stupide, Bret profite de cette occasion en or et nous permet une jolie dispute entre le couple phare de la série. Oups. Le pire de l’épisode n’est même pas là : Charlie enquête pour savoir ce qui fait que Betty ne puisse entrer à Yale et c’est… La Cagoule Noire !

Oui, oui, les gens qui éditent le bouquin de Jug, tous passés par Riverdale, ne savent pas ce qu’il se passe dans la ville, mais YALE le sait ? Mais… Betty est frustrée de le découvrir et elle va passer sa rage sur la tombe de son père. J’ai rarement autant ri que devant Betty explosant la tombe de son père au ralenti, et pourtant, il y a eu une fusée il n’y a pas si longtemps dans la série !

Bon, rapidement, Bret explique qu’il voulait juste déstabiliser Betty avant le concours, mais c’est mal la connaître. Betty est forcément excellente dans ce genre de domaine, surtout que Jug a fait en sorte de faire venir un recruteur de Yale pour la voir répondre aux questions à nouveau. Si Betty commence à stresser, elle peut encore compter sur sa mère pour faire de la merde : celle-ci propose ainsi à sa fille l’ensemble des réponses, dans une enveloppe.

Malgré tout, Betty peine à gagner et finit à égalité avec l’équipe de Bret, même si on nous montre bien que Betty et Bret sont ceux qui répondent le plus aux questions, et de manière correcte. Une fois à égalité, ce sont donc Betty et Bret qui doivent s’affronter en face à face. Betty remporte évidemment sur une question qui porte sur de la mécanique, histoire de nous rappeler que tout ça vient d’un comic à la base. C’est tellement n’importe quoi. Bien sûr, Betty révèle ensuite qu’elle n’a pas utilisé les réponses qu’elle avait à disposition, même si je n’y crois pas tellement. Cette idiote a réussi quand même à déchirer les réponses et à les foutre… dans sa poubelle.

Le plus drôle est encore qu’elle soit présentée comme un personnage intelligent, mais qu’elle soit surprise que quelqu’un fouille la poubelle de sa loge. Ou qu’Alice se fasse virer et en soit surprise, je ne sais pas trop.

Voilà donc en tout cas pourquoi Jug provoque en duel Bret, un duel selon les règles de l’université, en « mort subite ». Mais. Bon. Quatre semaines plus tard, Betty contacte Archie et les deux se retrouvent à flirter parce que Betty est inquiète de savoir que Jug ne reviendra plus. MAIS ?

Oh, autrement, les scénaristes se souviennent subitement de Kevin, qui se retrouve contacté par son ex mais le plante pour aller profiter de son plan cul Terry. Mais ? Qu’est-ce que c’est encore que cette intrigue mdr ? Terry s’avère finalement être un type qui a pour but de faire des sextapes cheloues entre mecs se chatouillant. Mais pardon, mais où vont-ils chercher tout ça ? C’est quel scénariste qui veut créer ses fantasmes hyper chelous comme ça ??

Kevin accepte évidemment, malgré son malaise, et se retrouve à se faire chatouiller par un type musclé et torse nu. Et non, ce n’est pas Archie, mon pari reste au point mort avec cet épisode. Finalement, Kevin décide donc de recontacter Fang, son ex, pour faire en sorte qu’il soit filmé lui aussi, parce qu’il y a de l’argent à se faire. Je. Pourquoi ? Le personnage de Kevin est tellement maltraité, je ne comprends même pas pourquoi l’acteur reste. Ce doit être du masochisme à ce stade.

Bien sûr, on continue aussi sur l’intrigue du rhum de Veronica qui s’associe à Cheryl, et pfiou, c’est lourd. Elles contactent le prof du lycée pour faire analyser leur création et prouver que « l’ADN du rhum est différent à 51% » de celui breveté par Hiram. L’ADN du rhum. On en est là. Ecoutez, moi, je veux bien un verre de rhum à ce stade !

Hiram non, en revanche. Il est plutôt furax de voir que sa fille a trouvé une solution, alors il organise une descente de police à la Bonne Nuit afin de mettre un terme à la vente de rhum illégale qui s’y produit. Et pour prouver la vente, les policiers ouvrent simplement une porte derrière laquelle se trouvent des bouteilles de rhum ? Cela ne prouve pas la vente, juste le stockage. Je suis sceptique de voir Hiram éclater les bouteilles comme ça.

Cela ne choque personne d’autre en tout cas, donc il faut trouver une nouvelle manière de vendre le rhum. Logique. Cheryl a alors la brillante idée d’utiliser le bordel de sa mère comme lieu où vendre le rhum. Qui paie le loyer depuis tout ce temps ? Pourquoi est-ce une bonne idée ? Pourquoi est-ce que la liste des clients d’un bordel voudrait se retrouver dans un club qui vend du rhum ? Aucune idée, mais il paraît que ça fonctionne.

Les filles se rendent alors compte qu’il va être compliqué de réussir leur terminale avec un club privé et un speakeasy à gérer en parallèle. C’est tellement ridicule, mais ça n’est que le début : Cheryl propose en effet d’aller au bunker pour réembaucher sa mère en tant que manager du club privé. Cela n’a aucun sens !

Et pour qu’elle ne soit pas reconnue dans ce plan qui fonctionne à merveille ? Penelope met un masque qui colle parfaitement à son visage et qui fait que TOUT LE MONDE la reconnaît. Mdr.

Compteur d’Archie à poil : le vide, le néant.

Riverdale – S04E10

Épisode 10 – Varsity Blues – 12/20
Changement dans l’équipe de scénaristes ! Les nouveaux oublient encore de regarder les épisodes précédents et on se retrouve plongés à nouveau dans une série pour ados avec des intrigues d’adolescents, même si quelques personnages continuent d’être des mineurs en plein dans un business de personnes majeures. Ils ne tentent vraiment même pas de faire semblant, et je me demande ce qu’il se passe dans la salle des scénaristes pour en arriver à un tel résultat, honnêtement !

Spoilers


Jones, are you friend with these welfare cases ?

Les high and lows du football américain reviennent, au secours ! J’aurais pu avoir un point du Bingo Séries précédent avec cet épisode qui voit l’équipe du lycée de Riverdale être qualifié pour un tournoi important. Super. C’est toutefois la dernière fois qu’Archie va pouvoir jouer au lycée, alors c’est l’horreur pour lui.

Heureusement pour lui, il a son oncle qui est de retour dans sa vie, alors il a peu de positif. Oh, c’est ce qu’il pense, mais la réaction de sa mère le fait changer d’avis : elle n’est pas ravie de voir l’oncle revenir. Pendant ce temps, Jughead refuse d’envisager Yale parce que Betty ne l’a pas eu ? Pardon ? Mais ce n’est pas comme ça que fonctionne la vie. Heureusement que Betty est plus maligne que ça et n’en veut pas à Jug, au moins devant lui. Bien sûr qu’elle est jalouse, mais ça ne peut pas l’empêcher d’être ravie pour lui en même temps.

Après, vraiment, elle a une vie de merde la pauvre Betty. Après s’être débarrassée de la noirceur d’avoir tué Caramel, la voilà donc en train de reprendre son rôle de journaliste pour couvrir le tournoi sportif. On a connu plus fou que ça… mais avec une série comme celle-ci, on peut compter sur Betty pour nous faire du drama à tous les étages. En plus, l’équipe du lycée de Riverdale se retrouve à affronter l’équipe de Bret, le con de l’école de Jug, alors il y a de quoi faire.

C’est en tout cas ce que la musique essaie de nous faire croire quand Betty interviewe Bret et cherche ensuite à prouver que son équipe joue violemment volontairement, pour toucher ensuite des pots-de-vin versés par leur entraîneur. Yep, ils sont payés pour blesser les joueurs adverses, et les joueurs adverses, ce sont désormais les joueurs du lycée de Riverdale.

Oups. Betty le découvre, mais c’est un peu trop tard : Munroe se fait tabasser par quatre grands lapins, super. Et le pire, c’est qu’il le fait en sortant de la salle de gym d’Archie où le rouquin s’entraîne en t-shirt, puis en pull littéralement une minute plus tard. Tu transpires, t’es censé montrer tes abdos, j’ai un pari à gagner pour le podcast, moi !

Bon, comme Munroe est blessé, Archie et le reste des Bulldogs débarquent dans la fac de Jug pour se lancer dans une baston stupide et ridicule avec Bret et son équipe. Ce pauvre Jug assiste à tout ça sans pouvoir y faire grand-chose, et il finit ensuite en cellule, pour changer. Son oncle peut heureusement le sortir de prison, avant de l’emmener chez Pops pour trouver quelques points communs avec son neveu. L’enfer.

L’enfer aussi pour la mère qui n’est pas heureuse d’apprendre qu’Archie recommence à lui mentir alors que FP a dit la vérité. Une fois de plus, les scénaristes ont d’ailleurs oublié de regarder les épisodes précédents : Archie a déménagé à la salle de sport, mais il fait donc ses devoirs dans sa chambre chez sa mère (chez qui il ne vit plus pour la protéger ? Bon allez, ses ennemis sont partis on va dire) ET elle se permet de le punir pour un mois sans voiture ? Mais ? LOL.

Archie qui se comporte comme un adulte depuis dix épisodes redevient un petit ado boutonneux, mais ne vous inquiétez pas, il continue de pouvoir jouer au foot – c’est le retour de la veste ! – et d’aller au gymnase pour confronter son oncle sur des révélations faites par sa mère : Franck a laissé Fred s’accuser d’un crime qu’il a commis et maintenant il s’en veut et s’en plaint à son neveu et zzzz. Au moins, ça explique pourquoi la mère d’Archie le déteste tant, mais je m’en fous en vrai.

En parallèle de tout ça, Jug entre plus profondément encore dans la secte qu’est sa fac, avec des étudiants qui révèlent des secrets bien noirs, du genre scarification et Bret qui pleure parce que son père lui a offert une prostituée à 14 ans. Qu’est-ce que c’est que cette histoire encore ? Quelle angoisse cette intrigue, et cette série ! Jug compare ça à sa courte période à être SDF. Moui. Ca, il n’en parle pas à Yale.

Du côté de Veronica aussi on ne sait pas comment fonctionne la vie : son père lui a interdit de vendre le rhum de sa grand-mère, alors elle fait tout le contraire, soi-disant en modifiant la recette assez pour que ça contourne le brevet ? C’est n’importe quoi, mais voilà donc une mineure qui n’a pas le droit de boire d’alcool en train de vendre du Luna rhum. On y croit.

Sans trop de surprise, Hiram apprend qu’elle vend du rhum dans les restaurants et il l’empêche aussitôt de continuer son activité en faisant analyser le rhum. Il n’en faut pas plus pour qu’il soit évident que le rhum est celui qu’il a breveté. Elle n’a donc pas le droit de vendre quoique ce soit, ça alors, vraiment, je ne l’avais pas vu venir.

Elle ressort ensuite sa plus immonde perruque blonde (quoiqu’on a vu pire) pour aller vendre son rhum à Bret. Ah, on approche de la fin de saison, hein ? Espérons. Plus que quelques épisodes après tout… C’est amusant comme tout à regarder, en tout cas. Bon, la critique se perd en route, je suis en train de m’endormir, je reprends : Betty envoie Veronica en couverture pour obtenir une confession de Bret sur l’agression de Munroe.

Malheureusement pour elle, « Monica » est vite grillée en tant que Veronica quand Jughead passe à la même fête qu’elle. Le problème, c’est qu’elle porte un micro et que Betty entend donc que Jug fait désormais partie de la société secrète qu’il détestait tant il y a peu. Il lui explique que c’est grâce à ça qu’il a pu avoir son entretien pour Yale et que bon, ça le ferait chier de laisser tomber. Du coup, elle accepte et basta, on peut avancer vers Jug à qui M. Dupont demande finalement de le rejoindre avec un recruteur de Yale pour observer le fameux match tant attendu dont on n’avait jamais entendu parler avant.

Au passage, Dupont tente de censurer Betty, mais Jughead refuse. Il n’y a pas besoin de Stonewall pour censurer Betty de toute manière : il y a le proviseur du lycée de Riverdale pour le coup. Il refuse de publier un article qui s’en prend à Stonewall et demande à Betty de publier l’article qu’il lui a demandé dès le départ.

Ce n’est pas si simple pour elle, la vie, donc ; mais elle a toujours son petit ami pour la consoler au moins. Et il le fait en refusant d’aller dans la tribune de Yale, allez savoir pourquoi. Veronica rejoint une nouvelle fois les Vixen, allez savoir pourquoi, et ça lui permet d’avoir Reggie qui lui donne rendez-vous à la mi-temps pour faire tomber Hiram. Bien sûr.

L’intrigue Cheryl/Jonathan étant terminée, il est temps pour la rousse d’avoir une nouvelle page de son histoire qui s’écrit. Ce n’est pas la meilleure, et ce n’est pas rien à dire après la précédente, j’en ai bien conscience. Malheureusement, les scénaristes nous ramènent une nouvelle coach pour pom-pom girl, Miss Appleyard.

Cheryl le prend super mal, n’accueille pas vraiment bien cette madame et fait ensuite du chantage à la grève auprès du proviseur, histoire de récupérer ces précieuses Vixen. C’est aussi répétitif qu’inintéressant. Sortez-moi cette actrice de là ! Le principal – et Miss Appleyard – récupère vite les cheerleaders en leur faisant un joli chantage et en menaçant de les priver de bal de promo. Cela marche un temps, mais Cheryl a la bonne idée d’enfermer la coach dans son bureau pendant le match pour pouvoir chanter un petit Cherry Bomb bien senti pendant le match, avec Toni et Veronica pour faire les chœurs. Et tant pis si elles n’ont plus été cheerleaders depuis trois plombes.

La scène est sympa et détourne un temps du stress du match, même si je n’ai jamais été vraiment stressé. Le plus gros problème concerne le personnage de Munroe qui est en danger sur le terrain. Malgré son agression qui l’empêche en théorie de jouer, il est en effet sur le terrain grâce à l’once d’Archie qui lui donne des petites pilules magiques.

Archie s’y oppose pourtant, à la fois au gymnase puis dans les vestiaires. On le voit deux fois au vestiaire et il garde son t-shirt les deux fois. Ce n’est plus Riverdale, non ? Bon, en tout cas, c’est une défaite pour Archie : le match est perdu,  Munroe n’est pas blessé et il obtient ce qu’il veut puisqu’un recruteur le remarque, mais ça l’empêche de prouver à son oncle que la drogue c’est mal.

Tant pis, hein. La défaite est aussi pour Betty qui ne peut donc publier son article et se fait narguer par Bret. Qu’à cela ne tienne, elle décide de se venger en trouvant un nouveau moyen de s’attaquer à Stonewall.

Du côté de Veronica, l’intrigue du rhum est morte-née, mais ce n’est pas grave. Elle se sert de ses bouteilles pour rayer la voiture de son père pendant le match – et en laisser un bout dans une roue lol – avant d’avoir l’idée du siècle en léchant une glace offerte par Cheryl. Elle propose donc à la rousse un nouveau cocktail à base du sirop d’érable de Cheryl et de son rhum Luna… Qui est toujours sous brevet ? Pourquoi pense-t-elle pouvoir se faire de l’argent comme ça ?

L’épisode se termine par Jughead apprenant une bonne nouvelle : il est admis à Yale. La mauvaise nouvelle qui l’accompagne, c’est que Bret aussi ira à Yale, avec lui. Un mois plus tard seulement, on découvre un Bret tout menaçant alors que Betty fait les cartons de son copain décédé. C’est l’occasion pour nous de découvrir que Betty ira à Yale. Allez comprendre…

Compteur d’Archie à poil : l’acteur a clairement demandé de ne plus se déshabiller.

Riverdale – S04E09

Épisode 9 – Tangerine – 11/20
Certaines intrigues semblent arriver enfin à leur fin dans cet épisode, mais le problème, c’est donc qu’on se rend compte qu’on nous a sorti un truc pendant neuf épisodes pour… absolument rien ? Genre, ça n’apporte rien à la série, ça comble juste le temps. Pour le reste, la série nous pond quelques membres de famille supplémentaires, mais ça ne donne toujours pas envie de faire partie d’une famille de la ville. Quant à la mandarine… Écoutez, sérieusement ?  

Spoilers


The good news is you’re officially not a ticking bomb.

Avec un titre pareil, l’épisode promet d’avance, non ? Non.

L’épisode reprend avec Jughead réussissant à signer un contrat pour être le nouvel auteur de sa saga préférée. Cela tombe bien, parce qu’il veut justement mener l’enquête sur les mystères autour de la saga. Pourquoi pas, mais faut qu’on m’explique comment il retrouve si vite son grand-père. Malheureusement, en plus, la conversation qu’il a avec son grand-père n’a pas réussi du tout à me passionner.

En parallèle, nous suivons Veronica toujours en guerre contre son père. Hiram est vexé qu’elle refuse Harvard, alors il fait en sorte qu’elle foire le reste, y compris Columbia, tout en s’assurant pour que le reste de ses projets soient un échec. Il fait ainsi en sorte qu’elle ne puisse plus vendre d’alcool dans son speakeasy.

C’est la pire des idées, parce que Veronica fait en sorte de faire une grosse fête avant la fermeture de la vente d’alcool et elle entend surtout Pops lui dire qu’Hiram est mal élevé (je n’ai pas compris pourquoi ?). Elle se débrouille donc pour faire en sorte de faire revenir sa grand-mère dans l’équation, et la grand-mère n’est pas ravie d’apprendre que son fils est un bâtard.

Elle le baffe, file la recette du rhum familial à sa petite-fille et repart aussi vite qu’elle était venue. Par contre, ça ne calme pas Hiram pour autant : il fait venir la recruteuse de Columbia à la soirée de Veronica, histoire de ruiner la réputation de sa fille qui se débrouille bien toute seule pour le faire avec un numéro musical dans un speakeasy qui vend de l’alcool alors qu’elle est censée être encore mineure. Tout est si parfait dans cette série.

D’ailleurs, Kevin revient au passage pour le numéro musical de l’épisode. Pourquoi pas, écoutez, il faut bien qu’il serve à quelque chose et comme ce n’est de toute évidence pas pour avoir une intrigue intéressante. Malgré tout, Hiram gagne encore cette manche : il ridiculise la demande d’université de Veronica qui se grille avec ce numéro musical et lui interdit de vendre le rhum familial, parce qu’il l’a breveté.

Sinon, Archie ne dort toujours pas à poil, et c’est bien embêtant pour mon pari cette nouvelle manie d’avoir un t-shirt en permanence. Après, je le comprends : il est carrément réveillé dans sa chambre – où il y a un calendrier de pin-up lol – par FP qui mène l’enquête sur le justicier cagoulé de la ville. C’est une intrigue particulièrement insupportable, qui ne parvient pas du tout à me fasciner.

Renvoyez Archie en prison, j’en ai marre de le voir jouer les justiciers et apprendre que tous les enfants qu’il gère finisse à l’hôpital, à chaque fois. FP non plus n’aime pas ça, alors il troque sa veste de shérif pour celle des Serpents, afin de l’aider à marquer un nouveau grand coup dans les rues de la ville, comme toutes les deux semaines, quoi. Ou alors c’est une impression venant du fait que je regarde la série toutes les deux semaines ? Allez savoir.

Dodger prend une nouvelle fois mal les représailles menées par Archie. Cela mène à une nouvelle tentative de meurtre par les hommes de la rue, qui s’en prennent cette fois à FP. Ouais, celui-ci se prend une balle dans le torse, mais il survit évidemment et ça m’est passé tout à fait au-dessus de voir ça. La crédibilité et la décence sont enterrées depuis si longtemps dans cette série.

Archie décide donc de se venger une nouvelle fois, alors même qu’il vient d’apprendre que Dodger et sa famille allait s’enfuir. Il refuse de les laisser s’en tirer comme ça et va donc tabasser une fois de plus son ennemi mortel. Enfin, là, c’est surtout Archie qui est à deux doigts d’être mortel : il s’acharne tellement sur son adversaire qu’il manque de très peu de le tuer. Le problème, c’est qu’il fait ça devant la mère du type, et aussi devant les gosses qu’il est censé protéger.

Voilà notre rouquin qui se remet en question, manquait plus que ça ! Finalement, Archie retourne à l’hôpital, mais il entend Jug parler de son grand-père et comprend qu’il vaut mieux se barrer. Il fait bien, ce qui laisse Jug convaincre son père de reprendre contact avec le grand-père : il ne peut pas dire non depuis son lit d’hôpital. Quant à Jug, il sait désormais que l’œuvre de son grand-père a été volé légalement, alors il semble vouloir laisser tomber tout le reste pour l’instant. Ben voyons.

Le grand-père s’enfuit toutefois avant que son fils ne puisse le voir, et c’est bien triste même si pas surprenant du tout. Malgré tout, Jug décide de signer le contrat qui lui permet d’écrire pour sa saga préférée, juste au moment où le reste des étudiants de sa fac décide d’enfiler leur plus belles robes d’Harry Potter pour la cérémonie d’initiation de Jug. Il est enfin accepté ? Su-per.

Le pire reste une fois de plus Archie qui s’en veut à présent d’avoir failli tuer Dodger. Il ne comprend pas pourquoi Dodger peut rester en vie alors que Fred non… C’est si gros, si mal écrit et pourtant, pour une fois, je vois à peu près pourquoi la série nous sort ça, et ça marche du côté de la construction du personnage. Son père lui manque, il est en recherche d’une figure paternelle qu’il n’a pas avec FP et qu’il n’est pas capable d’être lui-même. Pauvre Archiechou.

Pendant ce temps, Polly a défiguré une des sœurs de son couvent, et ça pose problème pour toutes les familles. Betty est la seule à qui Polly accepte de parler, mais le problème, c’est que la sœur que Polly a attaqué s’appelle justement Betty. Malgré tout, Betty accepte d’aller voir sa sœur qui est clairement paumée et flippante dans sa conviction de n’avoir rien fait quand il y a une vidéo pour prouver le contraire.

L’enquête menée par Betty lui permet toutefois de comprendre que sa sœur a reçu un coup de téléphone juste avant de criser, et très rapidement, il est révélé qu’il est question d’une séance d’hypnose, tout simplement. Cela est confirmé lorsqu’Alice reçoit un coup de fil, prend un couteau de boucher (eh, Bingo Séries en vue !) et tente de tuer sa fille.

C’est malheureusement un échec et Betty peut alors mener l’enquête avec l’aide de Charlie en qui elle a à nouveau toute confiance. Du Caramel à la mandarine, il n’y a alors qu’un pas : Betty rend visite à Evelyn à la prison, puisque c’est elle qui passe les fameux appels, et celle-ci lui révèle qu’elle a lobotomisé tous les gens de la Ferme avec un nom de code qui leur donne envie de tuer Betty. C’est donc en répétant trois fois Mandarine que l’envie de tuer Betty s’active.

Ecoutez, je n’ai jamais eu besoin de ça pour avoir envie de me débarrasser de ce personnage. Malgré tout, Betty a peur d’être concernée aussi, mais avec l’aide de Charlie elle se rend compte que non. Ensuite, il l’aide également à se débarrasser de sa noirceur dans des flashbacks méditatifs vraiment naze où Betty adulte empêche Betty enfant de tuer Caramel. Caramel et mandarine, ça donne envie de tester des cocktails probablement foireux, non ?

Dans tout ça, Cheryl continue de faire de la merde et se retrouve face à sa mère lorsqu’elle fout le feu et enfume tout le salon, en compagnie du cadavre de son frère, toujours. Elle fait en fait semblant de se suicider pour réussir finalement à piéger sa mère qui révèle qu’elle était bien là. Il n’en faut pas plus pour que Cheryl lance un procès familial contre sa mère, en présence de Toni, de la grand-mère et de ses deux « frères ». Oh boy.

On notera que Toni est celle qui prépare le chloroforme pour sa copine, et c’est abusé de la voir sombrer chaque fois plus bas. Pénélope finit prisonnière de sa fille, mais pas dans la maison familiale : Cheryl décide d’utiliser le baisodrome officiel de la série, à savoir le bunker, pour y enfermer sa mère. Allez comprendre. L’avantage, c’est que derrière Cheryl, il reste une actrice parfaite et vraiment douée dans son job, c’est déjà ça.

Pas évident de vendre ce personnage par contre, surtout qu’elle change une nouvelle d’avis. Cette fois, Cheryl décide donc qu’il est temps de se débarrasser du cadavre de son frère et de lui dire au revoir une fois pour toute. Vraiment, je ne sais pas à quoi aura servi cette intrigue, ce fut long et perché tout du long, et ça n’apporte pas grand-chose, même en termes d’évolution du personnage, parce que Cheryl revient au point de départ, en fait ? Tout ça pour ça.

Cheryl réunit donc tout le monde pour les funérailles de son frère. Elle lui fait une barque et lui fout le feu. Elle est en larmes pour cet énième enterrement. Je crois que je tiens là mon pire effet spécial du mois pour le Bingo Séries. Et personne ne semble questionner Cheryl sur le fait que le cadavre de Jason soit là ?

Genre tout le monde considère normal de voir Cheryl avec le cadavre de son frère enterré depuis trois saisons ? On va dire que les scénaristes n’ont pas eu le temps de gérer ce détail énorme, hein. Ils ont préféré nous caser quelques cliffhangers bien sentis, ou pas, du genre Archie qui rencontre Franck, son oncle paternel, ou Betty qui éclate un miroir pour s’assurer que sa noirceur ne soit plus.

Si elle est convaincue d’en être libérée, quatre semaines plus tard, on apprendra que Betty a tué Jug dans la forêt avec la pierre qui a servi lors de sa cérémonie d’initiation. Comme c’est Archie qui prend le pouls, je ne m’inquiète pas outre mesure pour Jug, cela dit.

 

Compteur d’Archie à poil : il change de t-shirt un nombre incroyable de fois, mais on ne le voit jamais torse nu pour autant. Est-ce que l’acteur a demandé aux scénaristes de se calmer ?