Younger – S07E08

Épisode 8 – The Baroness – 17/20
Les trois intrigues de cet épisode montrent bien que la série a moins à raconter que lors de la saison précédente, mais ça ne l’empêche pas pour autant de continuer à me faire rire. J’ai l’impression que ces personnages pourraient tenir encore une dizaine de saisons en restant captivants – quitte à ajouter des nouveaux au passage. C’est dommage de voir la série se terminer cette année (même s’il est temps et même s’il y a deux saisons, je m’attendais à son annulation) !

Spoilers

Maggie s’empêtre dans ses mensonges, Liza dans ses non-dits et Kelsey dans les plans foireux de Lauren.

I don’t think I’ve ever come across a client this thirsty – I mean motivated.

Bon, la série passe bien les dimanches, il faut que je m’y fasse et que j’arrête de culpabiliser de ne pas la voir les jeudis. De toute manière, elle m’attend sagement, non ? Bref, la critique, il serait temps de la commencer car vous n’êtes pas là pour cette introduction de toute manière. Cette semaine marque le retour de Caitlin qui débarque une fois de plus dans la vie de Liza.

On doit la voir une fois par saison, de toute manière, et la dernière saison ne pouvait y échapper. Pour cet épisode, on découvre ainsi que Caitlin rattrape la vie de sa mère et sa rupture avec Charles autour d’un foodtruck à la malbouffe loin d’être appréciée par Quinn. Si je parle de Quinn, ce n’est pas innocent : Caitlin en est une grande fan, mais elle semble tout de même ignorer qu’elle est en train de refaire sa vie avec Charles ?

C’est étonnant de se dire hyper fan de la carrière de Quinn sans avoir suivi ses derniers galas, mais en tout cas, Caitlin se sert de sa mère pour enfin pouvoir rencontrer Quinn, qui a une attitude toujours aussi schizophrène vis-à-vis de Liza, jouant à la fois la carte de la sympathie et de la connassitude extrême.

La série va beaucoup trop loin, mais c’est à mourir de rire : on découvre donc que Caitlin et Quinn sont de la même université, et qu’elles font ainsi partie du même groupe a capela qui a survécu toutes ces années. Elles se mettent ainsi à chanter en présence d’une Liza qui est forcée de subir tout ça, la pauvre. Pour sa fille, elle est prête à beaucoup de choses toutefois, y compris mettre de côté son égo et demander à Quinn un service.

Sa fille a en effet besoin de Quinn pour le lendemain soir. Quinn accepte immédiatement, ce qui fait que Caitlin découvre qu’elle est en couple avec Charles au moment où il est trop tard pour faire demi-tour. Ce n’est pas comme si elle comptait faire demi-tour de toute manière, parce qu’elle a besoin de Quinn. Et c’est amusant à voir, parce que ça lui permet de multiplier les grimaces. J’ai envie de décerner à cette actrice un award du plus grand nombre de grimaces à la minute.

En tout cas, Liza se retrouve coincée à cet événement avec d’un côté Quinn et Charles, et de l’autre, son ex-mari… dont je ne me souvenais pas qu’il était un tel boulet ! Il en est presque à baver littéralement devant Quinn, et certes, c’était drôle à voir, mais c’était aussi super triste pour Liza. Combien de temps a-t-elle pu rester avec lui, franchement ?

En tout cas, l’épisode nous propose ensuite une analogie avec La Mélodie du bonheur pour nous expliquer que Quinn n’est pas une méchante : elle sait ce qu’elle veut – en l’occurrence, Charles – et elle ne souhaite pas forcément du malheur à Liza. Elle ne veut juste pas que quiconque empiète son bonheur, parce que la baronne qu’elle est est amoureuse de Charles.

Les scénaristes parviennent à nous la rendre à nouveau à peu près sympathique dans cet épisode, surtout qu’elle arrange ensuite un stage pour Caitlin. Certes, elle a toujours des remarques désagréables à faire, mais elle n’est pas si méchante. Et Liza s’en rend compte.

De son côté, Maggie a la chance de voir son intrigue de la semaine dernière continuer. Pour un personnage qu’ils ont mis de côté pendant des saisons entières, elle a une sacrée mise en avant cette semaine. En même temps, c’est à mourir de rire de la voir s’empêtrer dans son mensonge avec une statue du buste de Kamila, pour de vrai.

Quand elle croise la femme de cette dernière, Maggie a ainsi les mains sur la poitrine en argile de Kamila – et sur son vagin aussi, et c’est à mourir de rire, surtout quand l’argile n’est pas solidifiée et qu’il y a d’étranges blagues qui fusent entre elles. Cependant, la femme est loin d’être une vraie et bonne amie pour Maggie : elle est là pour lui parler des tweets d’étudiants sur sa transphobie – que Maggie ignore pour le moment.

Par contre, quand elle finit par se rendre compte de la violence de certains commentaires, elle s’en plaint aussitôt à Josh. Celui-ci ne met pas longtemps à lui faire prendre conscience que les tweets en question ne viennent certainement pas de ses étudiants, mais plutôt d’adultes, à cause de la manière dont c’est écrit. Ce qui est bien avec cette intrigue, cependant, c’est qu’elle montre à quel point le langage peut évoluer pour désigner certaines communautés, et à quel point les gens peuvent changer aussi. Pourquoi toujours s’arrêter au passé ?

En tout cas, Maggie confronte la doyenne de la fac et se fait rapidement virer, sur absolument aucune base légale. Le seul problème de tout ça, c’est qu’il y a des conséquences imprévues à ces tweets : la galerie d’art dans laquelle Maggie devait exposer ses œuvres lui fait faux bond. Voilà donc que Maggie fait partie de la cancel culture, parce que des tweets la dénoncent comme transphobe. Aïe.

En parallèle, la série revient sur la télé-réalité menée par Kelsey sous les conseils de Lauren. C’est évidemment une catastrophe, comme il fallait s’y attendre. En effet, l’agent immobilier présente Kelsey comme une cliente très difficile à satisfaire, parce qu’il vent des appartements, pas son corps. Le montage donne l’impression que Kelsey est très attirée par lui… et clairement, le monsieur sait en jouer pour que l’émission soit montée comme ça.

Malheureusement pour Kelsey, il est trop tard pour faire demi-tour : elle se retrouve coincée dans un contrat l’obligeant à tourner quatre épisodes, même si le premier la fait passer pour ce qu’elle n’est pas. Lauren lui conseille alors d’être aussi plate et inintéressante que possible… sauf que c’est sans compter sur le talent de l’animateur/agent immobilier qui a le don pour faire sortir Kelsey de ses gonds.

Et cette fois, même pas besoin de voir le montage final de l’émission pour savoir qu’elle est en train de se ridiculiser avec des phrases magiques comme « je suis quelqu’un de très populaire ». Dur de se défendre quand on vous présente comme solitaire après une rupture amoureuse.

Cependant, si Kelsey tente vraiment de garder son calme, elle finit par péter un câble quand elle découvre que la bibliothèque que l’agent veut lui vendre comme un super avantage pour une éditrice s’avère ne contenir que des demi-livres, coupés en deux. J’ai éclaté de rire, et toute la scène est géniale : on y voit Kelsey péter un câble bien légitime, parler à la caméra pour dire qu’elle se barre et que l’agent se fout d’eux.

Le montage sera géant et ne parlera probablement pas de la chaussette qu’il met dans son pantalon pour avoir l’air d’en avoir une plus grosse. Furieuse, Kelsey lui balance donc un demi-livre à la tronche, avant de tomber sur l’ex de Clare, Rob, en sortant du bâtiment. Ben oui, c’est son bâtiment à lui aussi et, d’ailleurs, il fait partie de l’équipe derrière cette télé-réalité ridicule. Choquée, Kelsey finit par lui balancer qu’elle n’est pas surprise qu’il se fasse larguer par Clare s’il est si con.

Elle a l’art et la manière de se faire des amis, elle. Le lendemain, Rob la rappelle et Kelsey décroche par erreur son téléphone. La scène était tellement drôle. On découvre en tout cas que Rob s’est donc arrangé pour qu’elle ne soit pas forcée de continuer l’émission : huit appartements sur dix proposés par l’émission viennent en fait de sa boîte, il a donc fait du chantage pour libérer Kelsey de ses obligations.

Dommage, ça aurait été drôle à voir tout ça. Rob est clairement en train d’essayer de la draguer, par contre, c’est étrange. Au-delà de la drague, c’est une bonne opportunité professionnelle pour Kelsey qui peut placer ses auteurs dans les appartements vendus par Rob. Il réussit à convaincre Kelsey en lui parlant de Millenial, forcément. Et tout ça finit bien pour eux, puisqu’ils passent un bon moment à acheter les livres.

Il ne voile pas son jeu non plus le Rob : il fait un retour surprenant dans la série, mais il me fait rire à souligner que Kelsey ne connaît même pas le nom de Clare. J’imagine qu’on le reverra !

Younger – S07E07

Épisode 7 – The Son Also Rises – 16/20
Je suis un peu déçu par cet épisode qui se concentre trop sur une relation qui ne m’intéresse pas et pas assez sur les personnages que j’ai envie de voir. Heureusement, l’humour de la série est toujours présent et sauve les meubles. Il les sauve même très, très bien, c’est toujours une certitude à chaque épisode : je sais que je vais rire. Cette série va me manquer.

Spoilers

Un ancien auteur d’Empirical meure et force Charles à se confronter à son passé.

Not all donuts have a hole.

Je sais que cette série est bien le dimanche, mais ça me frustre quand même de ne pas trouver le temps de la voir le jeudi où elle est diffusée. On commence cette semaine par l’intrigue secondaire de l’épisode (et un énorme fou rire de voir Liza faire la déménageuse avec des talons de dix centimètres) qui se concentre une fois de plus sur Maggie et sa vie qui va de mieux en mieux. Sa carrière, en tout cas : elle a sa propre exposition désormais, et son job de prof.

Tout va bien pour elle, donc, sauf que Kamila continue de lui envoyer des nudes de manière fréquente, nudes qu’elle montre aussitôt à Josh et Liza. C’est si étrange, les nudes, je ne me ferais jamais à tout ça, et Liza non plus apparemment, même si elle ne disait rien à ceux envoyés par Josh. Ah. Drôle de début, hein ? C’est encore pire ensuite : la femme de Kamila confie à Maggie beaucoup trop d’informations personnelles sur sa femme qui ne peut pas avoir d’orgasme avec elle et ses propres fantasmes de tuer la maîtresse de sa femme. Et sa femme avec. Allez. Fun time.

Bien sûr, Cass, la femme de Kamila, vient assister à un cours de Maggie où elle est forcée de la défendre quand ses étudiants révèlent que le titre d’une de ses œuvres était transphobe… avant de découvrir tous ensemble les nudes que Kamila continue d’envoyer à Maggie. Elle n’a pas l’air très douée avec la technologie pour laisser ses messages apparaître à l’écran, honnêtement.

Le problème, c’est que Cass reconnaît quand même sa salle de bain et les seins de sa femme, hein. Elle n’a pas de quoi virer Maggie pour autant, surtout qu’elle tente comme elle peut de se sauver avec une histoire peu crédible de sculpture du buste de Kamila. Cass se venge donc en assurant sur le net que Maggie est transphobe. Embêtant.

Kelsey passe une mauvaise nuit avant cet épisode, parce qu’elle partage toujours sa chambre avec Lauren. Alors là, je suis comme Liza : j’avais oublié ce détail, mais ça me plaît de voir la série s’en souvenir pour dire que Kelsey se cherche désormais un appartement à New-York. Elle fait bizarrement confiance à Lauren pour ça.

C’est une super mauvaise idée, parce qu’il est rapidement révélé que Lauren n’a pas du tout un bon plan pour qu’elle trouve son magnifique appartement : elle lui propose de faire de la télé-réalité, tout simplement. Ben oui, Kelsey se retrouve à participer à une émission où un agent lui présente des appartements pour lui en trouver un.

Du point de vue de Lauren, c’est tout bénef : c’est de la pub gratuite pour Empirical et elle aura un appartement peu cher. Je ne sais pas bien l’intérêt de nous montrer tout ça, mais peut-être que ça préparait le spin-off, tout simplement, ou un prochain épisode où Kelsey le regrettera… Non parce que le tournage semble bien se passer, mais ça pourrait vite se retourner contre elle je pense.

La série nous ramène Diana, enfin ! Elle est en visio avec Charles quand Liza se décide enfin à aller le voir pour lui parler boulot après l’avoir évité un moment. C’est très chouette de la revoir, même si Liza hurle sans raison et est beaucoup trop souriante pour l’occasion. Par contre sitôt l’appel terminé (Diana annonce rester plus longtemps en Italie parce qu’elle a plein de vacances à prendre de toute manière), le froid se réinstalle aussitôt entre Charles et Liza. Malgré tout, Charles commence à parler à Liza d’un ancien auteur de l’agence qui est mort récemment. Cela le retourne, parce qu’il est aussi une grande connaissance de lui – il voyait sa femme en secret quand il avait vingt ans et qu’elle était une super amante. Ben c’est super.

Liza est déjà au courant de tout ça, parce que c’est dans le manuscrit écrit par Charles de toute manière. Oh, il a fictionnalisé tout ça, mais il révèle tout à Liza. Il souhaite se rendre à l’enterrement tout de même et demande à Liza et Kelsey de l’accompagner. Cette dernière se rue sans respect sur le bar et sur les opportunités professionnelles, alors que Charles est pris au piège de la femme de Ian Clark, l’auteur. Celle-ci lui demande de rencontrer Topher, leur fils, pour qu’il parle du travail de son père.

En effet, Topher n’aura pas d’héritage autre que les livres de son père avant ses trente ans, alors il aimerait bien que les livres de son père soient réédités. Pas de bol pour lui, Liza trouve que cela vieillit bien trop mal pour être republié, avec des personnages féminins insipides et peu réalistes. Voilà qui est fait – l’intrigue est par contre franchement peu intéressante.

Disons que les scénaristes sont en train de forcer pour nous remettre Charles et Liza ensemble, ou pour qu’on les shippe à nouveau, mais c’est un grand non pour moi. Cela ne fonctionnait plus tellement en fin de saison l’an dernier et ça ne fonctionne toujours pas là, quand Charles pense découvrir qu’il a un fils caché avec Topher, plus grand que le reste de sa famille.

Judith, l’ex de Charles, affirme toutefois que Topher est bien le fils de son ex-mari, qui a carrément demander un test de paternité à chacun de ses enfants parce qu’il savait bien que sa femme le trompait régulièrement. Liza est là pour Charles à chacune des étapes de cette intrigue, y compris quand il se sent honteux vis-à-vis de ses filles ou quand il apprend qu’il n’est pas le père. Elle se montre ainsi une bonne amie pour lui, alors que Quinn n’est pas dans l’équation… mais je n’ai plus envie de les voir finir ensemble et le sous-développement de Josh est franchement dommage. Il devait être occupé avec le tournage de Walking Dead World Beyond ?

Younger – S07E06

Épisode 6 – The F Word – 18/20
Je n’arrive pas à me sortir de la tête qu’il s’agit de la dernière saison, me créant des attentes et des problématiques nouvelles au passage, parce que j’essaie de savoir où finira chaque personnage. Pourtant, le voyage est loin d’être terminé et les scénaristes ont encore quelques tours dans leur sac, et aussi et surtout quelques excellentes situations comiques. Je manquais vraiment de comédies ces derniers temps !

Spoilers

Liza est tiraillée par la nouvelle apprise lors de l’épisode précédent, alors qu’elle et Kelsey comprennent petit à petit que Millenial n’est plus.

There is no winning or losing. There is just hangovers.

Je n’allais pas attendre une journée de plus avant de voir cet épisode, même si j’ai eu du retard la semaine dernière et même si j’ai plein de choses à regarder. Ecoutez, je laisse les épisodes s’accumuler ailleurs. De toute manière, c’est bientôt la fin de saison de plein de séries alors ça vaut mieux, non ?

L’épisode commence par Maggie se préparant pour sa première journée en tant que professeur. Elle n’est franchement pas aussi stressée qu’elle le dit si elle prend son temps comme ça au petit déjeuner avec sa colocataire par contre. Je suis sceptique, on va dire. Liza l’imagine surtout stressée par Camila, quand Maggie assure pourtant que son seul sujet de stress est son premier cours.

Mouais. Celui-ci se passe à merveille puisqu’elle propose à ses étudiants de regarder le sexe masculin et de laisser leur instinct s’exprimer. Il n’en faut de toute évidence pas plus pour motiver de jeunes artistes, et tout se passe bien… Jusqu’à ce que Cass, sa nouvelle boss, vienne la voir entre deux cours pour l’inviter à dîner – Camila rêverait de l’avoir à dîner.

Forcément. Maggie ment aussitôt en disant avoir des plans avec sa nouvelle petite amie. Il n’en faut pas plus pour que ça vire à la catastrophe : Maggie se retrouve invitée à un double rencard… Sans trop de surprise, Maggie invite donc Lauren. C’est tellement drôle à voir : elles sont liées à vie ces deux-là, parce que la série ne parvient pas à faire autrement que de nous les remettre toujours ensemble. Elles sont à l’arrière-plan depuis tellement de temps, franchement.

Bien sûr, Lauren est toute heureuse de voir que Camilla est jalouse d’elle, et c’est tout ce qu’elle voulait voir. Elle m’a bien fait rire, franchement, à forcer Maggie à recevoir des photos sexys de Camila au beau milieu du dîner – lorsque Cass va chercher son agenda pour des « gaycations ». Ah, les néologismes de cette série !

De son côté, Liza est stressée aussi ce matin-là, mais par tout autre chose : elle a pris la décision d’expliquer à Charles ce qu’elle a appris de Quinn, même si elle est la plus mal passée pour le faire. Ne pourrait-elle pas envoyer Kelsey le faire, tout simplement ? Ou Lauren ? C’est le job de Lauren, plus ou moins. Et alors que Liza se lance, elle est malheureusement interrompue par Kelsey, prête pour la réunion, puis par Quinn, rien que ça.

Liza voudrait rester parler auprès de son ex… mais Quinn ne la laisse certainement pas faire. Il y a un vrai jeu de pouvoir qui s’impose entre elles, et ce n’est pas « Liz » qui peut le gagner. Elle est forcée de s’en aller sans rien dire à Charles.

Quinn, Liza et Kelsey se retrouvent alors dans une réunion où l’on sent que Liza ne parvient pas à faire tout ce qu’il faut pour gagner face à Quinn. Heureusement qu’elle a toujours Kelsey pour l’aider à se relever et ne pas faire trop de merde, et Kelsey est de bons conseils lorsqu’elle lui dit de laisser tomber cette affaire face à Quinn.

Elle l’emmène donc à un repas d’affaire pour se changer les idées, à la recherche de nouveaux talents qui valent la peine d’être lus. Pas de bol, elles comprennent que leur dénicheur de talents favoris ne les voit plus aussi fortes que ce qu’elles étaient avant. Pire, il leur balance qu’elles sont désormais les reines de la… Mid-lit, middleaged literature. Alors OK pour Liza, hein, mais pour Kelsey, c’est super violent et certainement pas ce qu’elle a envie de se retrouver à lire et éditer.

Les filles sont déprimées et se rendent à un apéro chez Josh pour s’en remettre, partageant leur dépit à leurs amis. Lauren en arrive à leur conseiller un virage à 180°, à nouveau, pour les aider. Elles ont besoin d’une idée un peu plus concrète, bien sûr, mais ça suffit à ce que Liza trouve le concept : organiser un salon littéraire un peu officieux, qui permettrait à de jeunes auteurs encore à découvrir de se réunir pour lire des bouts de romans.

Reste à trouver un lieu pour découvrir par elles-mêmes les nouveaux auteurs, et c’est tout fait puisqu’elles sont dans la boutique de Josh. Celui-ci accepte sans y réfléchir à deux fois, Kelsey nous trouve un nom en deux secondes – Inkubator – et Lauren pète un câble aussitôt qu’elle entend Liza parler de Facebook pour faire de la promo. Mieux vaut ne rien dire d’après elle, et elle lance aussitôt le plan d’action, mais bon, j’ai perdu le fil assez vite.

Liza perd le fil aussi, préférant répondre à Charles qu’elle s’est chargée de ce petit truc de travail qu’elle voulait évoquer avec lui quand il lui envoie un SMS en se disant dispo pour lui parler. Voilà qui est fait, exactement comment l’Inkubator qui débute plutôt bien. Et bien sûr, Liza y trouve un jeune talent très prometteur.

Si elle et Kelsey sont fans de l’idée de son bouquin, je ne suis pas sûr que ça puisse plaire à Charles, franchement. On ne le saura pas tout de suite, car les filles se rendent d’abord à une soirée de promotions pour Quinn. Oui, elle organise un gala, encore. Elle passe sa vie en gala, c’est dingue. Et en plus, elle invente un nouveau gin tonic sans gin, elle est trop cheloue.

Liza est bien sûr vexée de se rendre compte que Quinn a fait venir les filles de Charles à ce gala, surtout qu’elle apprend de Kelsey qu’elle a vraiment beaucoup insisté pour qu’elle vienne. Liza se retrouve dans la merde, une fois de plus : elle reçoit un SMS de l’ex-directrice de campagne de Quinn qui lui explique que ça y est, Quinn va annoncer sa candidature pour devenir Gouverneure.

Humph, c’est trop gros, c’est louche. Pour ne rien arranger, Quinn demande à ce que les filles de Charles soient sur scène avec elle pour le discours, à travers une assistante qui demande ça à Charles quand Liza est avec lui. Si cette dernière ne voulait rien dire à l’origine, elle est donc forcée de s’interposer une ou deux fois pour empêcher les filles d’aller sur scène, avant de parler avec Charles en privé.

Quinn en arrive à faire son discours, et après cette annonce de Liza qu’elle est une connasse voulant exploiter les enfants de Charles, elle n’a pas intérêt à annoncer autre chose que sa candidature. Liza pète un câble de la voir manipuler ainsi Charles qui n’intervient pas du tout, sauf que bien sûr, Quinn annonce finalement totalement autre chose, à savoir qu’elle a bien l’intention de venir aux enfants par l’ouverture d’un programme de bourse d’études.

Notre pauvre Liza se retrouve à s’excuser comme elle peut auprès de Charles, mais c’est trop tôt pour ça. Il l’envoie balader en la remettant à sa place, forçant Liza à partir honteuse de la soirée. Sans la moindre surprise, Quinn révèle alors à Liza qu’elle est encore plus manipulatrice que prévu : elle a piégé Liza avec sa directrice de campagne, qui bosse toujours pour elle – son annonce de candidature sera bien plus spectaculaire que ça, d’ailleurs. Pff. Liza, tu te fais avoir bêtement là. Et elle aurait pu passer par Kelsey, vraiment !

Et ce n’est qu’après ça que Liza et Kelsey présentent Inkubator à Charles. Tout cela ne peut que mal tourner : évidemment que Charles n’est pas trop intéressé par le bouquin qui ne correspond pas du tout à Empirical. Liza retire donc son offre quand elle le comprend, à la grande surprise de Kelsey qui était prête à tenter de convaincre Charles encore un moment… pourtant, qu’est-ce qu’un couteau dans le dos de plus, après tout ? Elle devrait s’en douter, Kelsey : rien du tout.

Liza lui propose donc de mettre au point un plan pour garder pour elle leur script… Ouep, ça sent la future nouvelle maison d’édition pour ces deux-là. J’ai hâte – mais comme il était question d’un spin-off sur Kelsey, je sais aussi que ça risque de ne pas aboutir ça. On verra au prochain épisode.

En parallèle, Josh continue autrement sa relation à distance avec l’agent de la chanteuse, KT, et ça me surprend beaucoup. J’avais l’impression qu’elle n’était plus dans l’équation après sa révélation sur le fait qu’elle ne voulait pas d’enfants. Pourtant, Josh lui a simplement caché l’existence de Jemma pour continuer une chouette et fun relation avec elle… jusqu’à ce que Lauren manque de lui griller ça en parlant de nourriture pour bébé alors qu’il est en visio avec.

Lauren est toujours la pire des amies, mais il est difficile de ne pas l’aimer quand même. Par contre, elle reste trop généreuse et accepte de faire entrer KT dans l’appartement lorsque Josh est en retard… Une fois KT face aux couches de Jemma, Lauren se barre sans donner la moindre explication, se débrouillant comme elle peut pour noyer le poisson. Vraiment, c’est la pire des amies, mais ça fonctionne tellement bien pour l’humour !

Par contre, quand Josh débarque dans son appartement avec Jemma alors que KT y était, je n’ai pas pu m’empêcher de murmurer qu’il était sacrément fou. Je ne m’attendais quand même pas à voir KT à moitié nue et en couche-culotte – à vrai dire, je m’attendais à ce qu’elle soit complètement nue, et ça aurait été bien moins gênant. C’était hilarant comme scène et ça se termine étonnamment bien pour eux. KT passe la nuit sur place et accepte même une petite promenade le lendemain matin avec Jemma.

Inutile de dire que c’est pour la forme et qu’elle lui annonce qu’elle n’est tout de même pas prête pour ça. Leur baiser dans la rue m’a stressé pour la gamine dont ils ne semblaient plus s’occuper, mais ça se termine bien pour eux. La rupture est plutôt mignonne, et on sent que KT a quelques regrets tout de même. Je ne suis pas sûr que ce soit sa toute dernière scène dans la série, là. Nous verrons bien !

Younger – S07E05

Épisode 5 – The Last Unicorn – 17/20
Si une sous-intrigue fonctionne moins bien que le reste, l’épisode n’en reste pas moins hilarant. Cette série est l’une des dernières à réussir encore à me faire vraiment rire, je suis franchement triste que ce soit sa dernière saison. Force est de constater toutefois qu’on se dirige naturellement vers une conclusion de tout ça à laquelle j’ai hâte d’arriver malgré tout.

Spoilers

Quinn met le grappin sur Charles, mais ce qui dérange le plus Liza, c’est apparemment son livre.

Because I’m what ? – Undatable ?

Après quatre épisodes faciles à trouver la semaine dernière, il était frustrant de galérer autant sur cet épisode 5, mais j’ai fini par mettre la main dessus, forcément. Et le voir dans la foulée. On commence par une étrange scène où Clare nous apprend que Rob et elle ont rompu. Elle balance ça à Josh, comme si de rien n’était. Cela motive Kelsey et Lauren à lui proposer une virée entre filles, qui commence en un brunch pour parler ruptures difficiles (mais où est Liza ?) et se termine en une soirée hors-écran où Lauren tente de coucher avec Clare. Normal.

On enchaîne sur du meilleur heureusement, avec Lauren qui pète un câble devant son portable sans rien expliquer à personne. Elle se barre aussitôt chez Liza en obligeant Kelsey à lui ramener ses affaires au boulot et Maggie à lui ramener des bagels. Non, vraiment, Lauren m’a fait mourir de rire : elle montre ainsi à Liza que Quinn est désormais en couple avec Charles…

Et Liza a intérêt à s’y faire, parce que Quinn n’a pas l’intention de s’en cacher : elle est ainsi en couple dans la presse et en réunion à Empirical. Et en réunion, elle se comporte comme une adolescente avec Charles, à le toucher en permanence et à mettre mal à l’aise absolument tout le monde quand il est censé être question d’éditer son livre. Bien sûr, le livre ne plaît pas du tout à Liza qui a l’impression de voir des mensonges partout et s’inquiète de ce que ça pourrait donner pour la maison d’édition si c’était le cas.

Il n’est toutefois pas si simple pour Liza de le prouver, même si Charles lui laisse la possibilité de faire des recherches dessus après de rapides excuses sur la manière dont elle a découvert qu’il était en couple. La scène était marrante, mais Liza a beaucoup à gérer avec ce script à fact-checker.

C’est de toute manière le début d’un week-end où elle est censée se rendre à une soirée déguisée, alors elle laisse ça de côté un temps. Elle avait prévu des costumes de couple, mais se retrouve seule pour ça. Kelsey et Lauren la forcent toutefois à s’exposer dans sa robe année 20 devant Charles, histoire de lui faire comprendre ce qu’il perd. C’était plutôt marrant et j’aime toujours autant l’amitié entre Kelsey et Liza, qui est vraiment le moteur de la série. Le spin-off sur Kelsey ne verra probablement pas le jour maintenant qu’elle a obtenu un rôle dans How I met your father (oui, oui, une nouvelle version de How I met your mother, parfaitement), mais ce n’est peut-être pas si grave car peut-être que l’équilibre n’aurait pas été trouvé sans Liza.

En tout cas, la soirée s’avère finalement être un anniversaire de mariage, alors sa vision du mariage comme quelque chose de dépassé qui ne fonctionne peut-être pas ne fait pas franchement de Liza une invitée très fun avec qui discuter. Ainsi, Liza se retrouve seule sur la piste de danse pour un Charleston, et c’est beaucoup trop drôle à voir. L’actrice s’éclate comme jamais dans ce rôle, c’est une évidence. Elle devient la star de la soirée super rapidement… et se fait ainsi remarquer par un certain Vince. Divorcé depuis quelques années, il se pointe sans costume, apprend à Liza qu’il a suivi sa vie sur les réseaux sociaux et lui demande de lui apprendre quelques pas de danse.

C’est absolument dingue, j’adore les séries, c’est toujours si simple d’y croiser l’amour. Il suffit de se faire larguer, et hop, on rencontre quelqu’un. C’est quand même fou, mais ça marche bien dans cet épisode ; tout y est fluide.

De son côté, Maggie se voit proposer un rôle de professeur d’art, parce que cela fait des années que son art fonctionne à fond. Elle se rend ainsi à un vernissage où elle attire l’attention de son monde professionnel, mais aussi d’une femme hyper sexy et hyper intéressée par elle. Je ne la sens pas trop… Mais Maggie passe une très bonne nuit et s’en confie à Liza le lendemain. Elle, elle n’est pas si sûre de recontacter son Hot Dad et elle passe une bonne partie de son week-end à travailler.

Ben oui, elle veut fact-checker le livre de Quinn, elle contacte ainsi son ancien assistant, puis un prêtre, mais tout ça la mène à bien des impasses. En fait, tout son livre semble véridique, alors le samedi de Liza semble plus que merdique. La pauvre a heureusement une bonne nouvelle : Vince a envie qu’elle devienne son amie de dîner, histoire de continuer à partager quelques souvenirs de lycée.

Liza accepte ce rencard qui n’en est pas, surtout que Quinn continue d’être insupportable et de caser Charles dans chacune de ses conversations avec Liza. Oui, oui, elle provoque un tas de conversations hypocrites pour la féliciter sur son travail et parler de Charles. Pauvre Liza. Elle passe au moins un bon dîner pendant la soirée, à expliquer qu’elle a eu un divorce compliqué et qu’elle a mis du temps à arriver à un stade de sa vie où elle peut avoir à nouveau des surprises.

Pendant ce temps, Charles et Quinn passent un rencard – un vrai rencard, eux. Quinn y est tout l’opposé de Liza et a des problèmes franchement peu passionnants, du genre, se sentir seule entourée d’employés, quand Charles assure détester les surprises. Bon, au moins, les scénaristes n’y vont pas par quatre chemins pour enterrer la relation Charles/Liza. Et si tout se passe bien pour le rencard avec Quinn, on ne peut pas en dire autant de Liza et Vince.

En effet, Liza finit par éclater en sanglots incontrôlables puisqu’elle aime toujours Charles et qu’elle comprend que Vince veut juste la voir comme une sex-friend. C’est sa licorne, car elle est comme lui. Ah.

C’en est donc fini de ces deux-là et tant pis pour les souvenirs en commun du lycée. Liza doit donc se faire à l’idée de son célibat tout en voyant Charles et Quinn roucouler en permanence à Empirical. Pas simple, comme situation. Il n’y a pas grand-chose qu’elle puisse faire contre ça, cependant… Et elle termine l’épisode en fâcheuse posture quand une ancienne consultante communication de Quinn l’appelle pour lui annoncer qu’elle était en charge de souligner les défauts dans sa campagne politique.

Oh, jusqu’ici tout va bien… mais ce n’est pas aussi simple : un des plus gros défauts de Quinn aux yeux du public était de paraître trop froide et de ne pas être mariée. Le conseil qu’elle a alors reçu était de se marier avec un type beau, ayant un enfant tout ce qu’il y a de plus ordinaire, histoire de pouvoir vendre l’image de la parfaite famille. Charles, quoi. Mais venant de Liza, cette information ne paraîtra que comme de la jalousie ;

Oh, et sinon, vous vous souvenez quand j’ai souligné que le rencard de Maggie, je ne la sentais pas ? Enfin, rencard… Coup d’un soir, plutôt. Ben, j’avais évidemment raison sur ce coup-là : elle est la femme de sa nouvelle patronne, puisque Maggie accepte le job de prof, bien sûr. Voilà qui promet.