Comment tu fais pour tenir un blog ? Ben, j’ai un agenda.

Salut les sériephiles !

Il fallait une couverture passe-partout, pour le sortir en classe. Le hasard fait ensuite bien les choses pour le crayon à papier et le stylo trois couleurs (sans vert…..) de la MGEN qui sont parfaits pour m’accompagner partout.

Après sept bonnes heures de cours, rien de tel qu’une heure d’administratif pour vous motiver à passer sur votre blog histoire d’écrire l’article du jour, croyez-moi. Aujourd’hui, il était censé être question de mon agenda, comme c’est la rentrée, avec en bonus quelques photos de mon agenda 2021… sauf que je n’ai pas terminé de préparer celui de 2021. J’ai donc cherché des photos que je pouvais assumer pour 2020, et c’est parti pour voir un peu plus en détail comment je m’organise pour tenter de trouver le temps de faire à peu près tout. Non, parce qu’on me demande parfois comment je gère ma vie perso, le boulot et le blog. Ben comme ça. Et c’est facile !

Et c’est comme cela que je rédige mes articles du mercredi, voyez-vous !

Pendant des années, j’achetais des agendas que j’abandonnais au bout d’un mois et demi malgré toute ma bonne volonté (affichée sur le blog parfois) ou je notais les choses sur Word ou Excel, avec plus ou moins de régularité. Pour 2020, j’ai décidé d’avoir une version papier des tableaux que je remplissais sur Word depuis août 2019 et ça semble vraiment bien fonctionner. Je me projette désormais par semaine, avec un agenda que je créé moi-même, histoire qu’il me convienne véritablement.

Merci à Gaëlle qui m’a offert ce carnet à Noël (il était trois fois moins épais à ce moment-là aha). J’y note tous les films que je regarde, mais j’y note surtout plein d’éléments pour penser à faire tout ce qu’il faut dans ma vie. Il faut bien avouer qu’il y a quelques pages de ce carnet qui ne me servent finalement pas tellement – comme celle sur le challenge séries, mais j’y croyais. Et vous aurez vite compris avec ces images que, non, le soin n’y est vraiment pas ma priorité. Le but, c’est l’efficacité, rien d’autre. Et je vous montrerais bien une page bien sale de semaine horrible pour vous en convaincre, mais c’est trop personnel pour oser l’exposer comme ça. Bref, on est à mi-chemin entre l’agenda et le bullet journal, j’ai même parfois tenté des dessins, mais je ne prends pas le temps de faire des trucs vraiment stylés. Ce n’est pas l’esthétique qui compte (notons que j’ai relu après la rédaction de cet article, celui sur mon agenda de 2017 et j’y disais déjà la même chose, quasi mot pour mot, la tristesse est totale !)…

Depuis un peu plus d’un an, je me débrouille donc avec quatre catégories : Blog, Vie Perso, Boulot, Tâches. Et on voit qui a la priorité dans mon agenda, hein.

J’ai lutté très fort pour trouver une semaine où rien n’était écrit (et j’ai gommé des choses ici, mais bon)

Dans la rubrique blog, j’inscris toutes mes idées d’articles du jour, les dates de Bingo, les articles TFSA, tout ce qui me permet de cocher des trucs le soir venu parce que c’est publié. Je procède avec une semaine minimum d’avance, parfois bien plus. Au moins, j’ai une visibilité long terme sur le blog comme ça, et ça m’aide à être régulier ! C’est souvent là aussi que j’inscris les dates de retour de séries ou les jours où je veux voir les épisodes, avec plus ou moins de succès quand vient le temps de cocher ce que j’ai fait !

Côté vie perso, je note tout simplement tout ce qui concerne mes sorties à droite à gauche, des dates de vacances aux dîners prévus, en passant par les séances de ciné ou les coups de tête improvisés. Au moins, ça me permet d’avoir meilleure mémoire, de constater qu’il y a des gens que je n’ai pas vu depuis une éternité et qu’il est temps d’y remédier et surtout, de ne pas dire oui à deux soirées ayant lieu en même temps.

Pour le boulot, il s’agit des échéances, évidemment, mais aussi d’une planification à long terme des cours ou contrôles à préparer, avec les éventuelles dates reloues, type exercice incendie ou conseil de classe. Enfin, dans « tâches », je case tout le reste, des RDV d’assurance maladie à « passer l’aspirateur », histoire de ne pas me laisser déborder par les trucs chiants ou la crasse.

Et ainsi, en un clin d’œil sur la colonne du jour, paf, je sais où j’en suis et je peux m’organiser par horaire pour savoir comment tenter de tout faire – ou en tout cas pour faire le maximum.

Et chaque mois a aussi sa double page de notes et de… points du Bingo ehe 😉 Cela dit, l’an prochain s’étalant sur plus de semaines, il faudra que je réduise l’espace du Bingo pour avoir chaque mois l’espace pour les films que je regarde…

Je déteste rester inactif – même si comme tout le monde, j’ai mes moments d’ennuis ou mes moments où je suis trop cassé pour faire quoique ce soit – alors je fais le plus possible comme cela. En plus, ça me permet aussi d’avoir l’impression de toujours avancer dans un projet ou un autre en venant cocher chaque jour ce que j’ai fait ou non ; et en replanifiant ce que je n’ai pas fait au lendemain ou à un jour où ce sera faisable.

Et ça, c’est plutôt cool !

Pourquoi je vis en mode silencieux

Salut les sériephiles,

Dans la lignée de mon article sur la page blanche qui a plutôt bien fonctionné, je me suis dit que j’allais écrire quelques articles visant tous à apporter une réponse à la question que l’on me pose le plus souvent quand j’évoque le fait que j’ai un blog et que j’écris un article par jour minimum, à savoir : mais comment tu fais ?

Image result for how do you do it tv show

Si le maître mot est évidemment l’organisation, il y a une autre astuce qui change beaucoup de choses dans mon quotidien depuis que je l’applique. Elle ne peut pas être suffisante en elle-même, et je ne prétends certainement pas être le premier à vous le dire car c’est une idée qui a déjà fait son bout de chemin depuis longtemps, mais cette astuce aide tout de même beaucoup : mettez vos portables en mode silencieux. Je parle de portable, mais évidemment, l’idée, c’est de désactiver tout ce qui est susceptible de vous divertir… y compris les notifications sur l’ordinateur, si elles sont en place. Bref, plus de distraction quand vous bossez !

Image result for need my phone gif

L’idée de base est assez simple : on est harcelés de tas de notifications en permanence et on se laisse distraire facilement. Certes, ce n’est parfois que pour quelques secondes, mais parfois, c’est pour des conversations Messenger qui finissent par être interminables (surtout quand c’est en groupe) ; d’autres, c’est pour une publication instagram qui va nous piéger dans les stories et les scroll pour dix à trente minutes, etc, etc. Et du coup, le problème, c’est qu’en attendant, on n’avance pas.

Image result for the guild
En fait, on perd le contrôle de notre temps sans même s’en rendre compte.

Alors voilà, même si je suis trèèèèès bavard, je peux donc dire que je vis en mode silencieux. Oh l’ironie du sort !

À la différence d’une activité sportive ou musicale, le blog est un hobby qui se fait en ligne. Par conséquent, les heures de détente que j’y passe ne sont pas hors ligne et rien ne justifie de mettre le portable de côté – ce que tout le monde fait, j’imagine, dans ses autres hobbies. Au début, c’était un peu difficile, mais désormais mon portable est en fait en permanence en mode silencieux, à moins d’avoir un RDV téléphonique prévu (pro comme perso). Selon les métiers, ce n’est pas toujours possible, et j’ai moi-même un tél pro (mon ancien téléphone, en fait) qui me sert peu et reste donc en sonnerie, au cas où.

Avoir son tel perso en silencieux, c’est un peu bizarre et selon vos habitudes vous aurez plus ou moins de mal à vous y faire. Vous raterez probablement quelques appels et vos amis finiront par savoir que vous ne décrochez quasiment jamais. Si ça peut vous faire une réputation bof bof au départ, tout le monde finit par prendre le pli, surtout si vous prenez évidemment le temps de répondre à chacun et de rappeler. Je crois qu’il n’y a qu’une fois où ça aurait pu vraiment me causer souci si j’avais raté des places de concert, mais Poluss a pris la décision de me les acheter en sachant que je la rembourserai.

Image result for east of eli
Finalement, j’ai donc été au concert, j’en ai fait un article ET j’ai continué à être en mode silencieux, tout va bien.

En revanche, du côté des points positifs, eh bien, vous avez une certaine tranquillité d’esprit. Je disais que c’était un peu difficile au début, et à l’origine, c’est pour les rendus universitaires que je me suis décidé à le mettre en silencieux, et uniquement pour ça. C’est là que j’ai commencé à me rendre compte que j’étais tombé petit à petit dans le piège du smartphone/des réseaux sociaux. On ne se rend pas toujours compte du temps accumulé dessus.

Faut savoir lâcher son portable, quoi.

Depuis que j’ai mis en permanence mon portable en silencieux, je ne l’ai pas regretté une seule fois. Au-delà du travail, ça me permet de me focaliser uniquement sur la rédaction d’un article ; uniquement sur l’épisode que je regarde (d’où les critiques à rallonge) ou uniquement sur la conversation que je suis en train d’avoir. C’est dingue le nombre de gens qui se laissent distraire par une notification qui pourrait être gérée après (genre « oh, machin a changé de photo de profil facebook »). Alors après, je ne sais pas, c’est peut-être la vie parisienne qui m’a fait constater cette overdose ; mais je trouve que c’est un peu pareil maintenant que je suis du côté de Bordeaux.

Image result for younger
Philosophie de vie en mode silencieux : je ne vous dis pas d’abandonner toute vie sociale geek, hein, juste de la contrôler.

Finalement, mon conseil est chiant et est le même que plein d’autres : déconnectez, prenez le temps d’être sans vos notifs pour être plus productif/attentif. En revanche, pensez aussi à prendre le temps à un moment de rattraper ce que vous avez raté. Ne soyons pas hypocrites : il se passe plein de choses sur les réseaux sociaux, et plein de choses qui ont un impact sur nos quotidiens aussi. Gardez-vous des créneaux horaires pour ne pas finir has been avant l’heure. Pour l’exemple un peu honteux, je consacrais 30 à 45 min de mes soirées à rattraper les stories snapchat à une époque – et maintenant, tout le monde a migré sur Insta et j’en regarde beaucoup moins, ouf. C’était beaucoup, oui, mais ça veut aussi dire qu’avant de me décider à tout voir le soir, je passais 30 à 45 min au beau milieu de ma journée, distillées en petite pastille de 10 secondes… sauf que c’était donc 10 secondes + tout le temps de me reconcentrer sur la tâche en cours.

Twitter ? Même combat. Je n’ai pas désactivé les notifications, mais ça me prend grand max dix minutes de faire le tri dans tous les comptes que je suis : il y a toujours une bonne moitié qui ne me concerne pas, les conversations sont faciles à rattraper et hop, c’est fait. Et ça ne me rend pas tout à fait inaccessible pour autant : je consacre des créneaux horaires (souvent un petit quart d’heure à une demi-heure) au rattrapage de Twitter et à avoir des conversations dessus.

Image result for younger
C’est tellement plus simple de tout scroller une fois que c’est terminé.

Bon, là, c’est de l’organisation et ce sera pour un autre article sur ma tendance à être control freak. Bref, voilà, je pense que j’ai facilement gagné une à deux heures par jour à passer en mode silencieux. Une à deux heures ! Le temps que je consacre au blog, et même un peu plus. Alors, certes, j’étais probablement accro à mon téléphone… Mais quand même, ça fait réfléchir, non ? Et vous, vous avez toujours vos notifs sonores un peu partout ?

Image result for phone addict