#6 – Ne pas être un nice guy comme Ted Mosby

Salut les sériephiles,

Nous sommes déjà vendredi ! Le temps file à toute allure quand on est occupé toute la semaine et qu’on casse son ordinateur sans la moindre explication de ce qu’il s’est passé. Même en l’absence d’internet, je n’ai pas vu la semaine passer et je n’ai pas eu le temps d’aller au bout de tout ce que je souhaitais faire. La vie est dingue, apparemment. Tant pis, ça n’empêche pas qu’en ce vendredi, j’ai un petit article de la saga de l’été à vous publier. Et comme j’ai deux mariages cette semaine, je sais déjà de quel personnage j’ai envie de parler…

Douze semaines, douze personnages, douze impacts sur ma vie.

Rien que ça. C’est un vaste programme, je sais. Et je n’ai pas réussi à choisir un ordre ; alors on fera selon l’inspiration du moment. Pour aujourd’hui, il va être question de Ted Mosby de How I met your mother. C’est un personnage qui me ressemble énormément, et au départ, je pensais que c’était une bonne chose. Ensuite, j’ai ouvert les yeux… Mais bon, on va en parler juste après, chaque chose en son temps.

Qui est-ce ?

Ted Mosby n’est plus tellement à présenter tant il a été iconique pour toute une génération : c’est un trentenaire qui se cherche énormément tout au long de la série, mais sans en avoir conscience. C’est pourtant lui qui raconte la série une bonne vingtaine d’années plus tard, mais l’optique de ce narrateur est toujours la même : nous raconter sa quête de l’amour, pas sa quête d’identité.

C’est en tout cas comme ça qu’on nous le vend, mais quiconque a déjà terminé la série sait que son objectif est autre et vient justifier quelques défauts de narration de la série – et notamment toute la relation Robin/Ted, pas toujours la bienvenue.

Quoiqu’il en soi, Ted cherche donc le grand amour pendant neuf saisons (allez, huit) sans jamais parvenir à le trouver, alors même qu’on sait qu’il va le trouver puisque c’est une version vieillie de lui qui raconte à ses enfants comment il a rencontré l’amour. Au passage, nous le voyons grandir grâce à ses diverses relations avec une galerie de personnages féminins plus ou moins attachants (désolé Zoey, je te déteste ; rendez-moi Stella) et murir au fur et à mesure que ses amis voient leur vie professionnelle et/ou amoureuse évoluer.

Les gags sont bons, la série prend rapidement un coup de vieux avec de nombreux moments qui ne passent plus du tout en 2021, mais Ted est un personnage qui est constant, présenté avec ses qualités (son grand cœur) et ses nombreux défauts. Et ça, c’était plutôt chouette.

Qu’est-ce que Ted a bien pu nous apprendre ? On pourrait croire que Ted a pour but de nous apprendre à persévérer en amour, mais je ne suis pas sûr que ce soit vraiment la leçon à tirer de la série. Pour moi, Ted, c’est surtout un personnage qui doit nous servir de contre-exemple. Laissez-moi m’expliquer : c’est un nice guy, ce type persuadé d’être un gentil qui fait tout comme il faut mais qui finalement vous met un couteau sous la gorge à attendre de vous la perfection quand lui-même ne l’est pas.

Il est hyper dérangeant, Ted : à chaque fois, il tombe amoureux et fait de grandes preuves d’amour à toutes ses conquêtes, mais dans le fond, il n’arrive jamais à ouvrir les yeux sur ses propres défauts. Il met tellement de temps à le faire que ce n’est pas étonnant de le voir ramer si longtemps… et le pire, c’est que le narrateur, donc lui-même vingt ans plus tard, ne voit que rarement où sont les problèmes de ses relations. C’est toi-même le problème, Ted !

J’exagère un peu, tout de même : Ted m’a appris une bonne centaine de choses sur les relations amoureuses (et amicales !), avec aussi des épisodes qui sont restés cultes à mes yeux. Comment oublier cet épisode où un bruit de verre brisé révèle le tic le plus agaçant d’un personnage, par exemple. Cela existe en vrai aussi : parfois, on ouvre les yeux sur les gens qui nous entourent… un brin trop tard. Ce n’est pas le seul : il y a cet épisode sur les bagages que l’on se traine dans les relations amoureuses une fois la vingtaine bien entamée (outch, il fait mal celui-là maintenant que j’ai 28 ans), cette leçon que rien de bien n’arrive après 2h du matin ou encore quelques théories pas si fumeuses de Barney, même si la majorité restent trop sexistes.

Quel impact sur moi ? J’ai déjà commencé à l’écrire : Ted m’a appris à ne pas m’engager dans des relations amoureuses après deux heures du matin, et ça a pu me sauver de certaines conneries ou SMS que j’aurais envoyé alors que je n’aurais pas dû.

Plus sérieusement, Ted a été un bon moment un reflet de moi-même, mais à l’écran : le type s’aveugle sur ses défauts et fout la pression à tout son entourage avec des exigences de dingue quand lui-même est loin d’être parfait. En plus, il termine prof et reste un éternel célibataire. C’est triste, mais c’est la définition même du nice guy : il est parfaitement invivable, même s’il ne le sait pas.

Et si, ça me ressemble énormément. J’en ai parlé un peu dans le dernier podcast 42 minutes (diffusé hier soir, la vie est bien faite !) qui évoquait les épisodes de série ayant changé nos vies, si le sujet vous intéresse, m’enfin, dans l’ensemble, Ted est un personnage dont je me sentais proche et qui, progressivement, m’a permis de me rendre compte de ce qui n’allait pas dans mon attitude.

Eh, j’ai changé avec le temps, j’ai pris conscience de mes défauts et je travaille dessus, promis ! Ai-je trouvé ma Tracy ? Le temps nous le dira, mais ça commence plutôt bien. En tout cas, une chose est sûre : je reste très chiant et dur à vivre ; il y a des combats de tous les instants. Fuyez les Ted ! Moi, tant que je ne suis pas exactement comme Ted, je me dis que j’ai de la marge et que ça pourra bien finir pour moi. Croisez les doigts pour moi, vous aussi !

Peut-être qu’un rewatch me ferait du bien ? Eh, ça permettrait de me rappeler de certains trucs à ne surtout pas faire comme Ted, peut-être.

Sept clichés TV sur… Star Wars

Salut les sériephiles,

May the fourth be with you! En cette journée spéciale Star Wars, je ne pouvais pas laisser passer l’opportunité d’un petit article sur cette saga/franchise. Et si je n’ai pas immédiatement su quoi en faire, l’épisode de The Rookie d’hier soir m’a finalement convaincu qu’il y avait matière pour un article sur les sept clichés, et tant pis si cet article (mensuel, je le rappelle) débarque trois semaines trop tôt !

En fait, c’est bien simple, personne ne peut nier le statut de films cultes de la franchise, à tel point qu’elle est très souvent référencée dans les autres séries. Exit les séries Star Wars, donc, parlons plutôt de ces séries qui parlent de la saga et des clichés qu’elles véhiculent !

The Big Bang Theory

1/ C’est une obsession chez les fans, comme dans The Big Bang Theory

Non, je n’ai pas tenu plus de trois épisodes de cette série, mais bien sûr qu’une série parlant de culture geek nous balance du Star Wars dès ses premiers épisodes. Au-delà de ça, la série passe son temps à faire des références à la saga – et à ajouter des rires gras chaque fois quelqu’un prononce le moindre nom en rapport avec elle. Oui, les rires enregistrés font partie de ce qui m’a posé le plus problème avec cette série : impossible de m’y faire, il n’y avait rien de drôle dans ces références, et cet article va probablement le prouver. En attendant, il est assez VRAI de dire que certains fans ont vraiment tendance à être obsessionnel pour tout ce qui touche cette saga. Je suis mal placé pour dire quoique ce soit, cela dit.

Ncis GIFs | Tenor

2/ Les fans possèdent des produits dérivés, comme dans NCIS

Je ne sais pas pourquoi, j’ai le souvenir d’une des premières saisons de la série montrant une collection immense d’objets de la saga chez un suspect. C’est autrement ce qui m’a inspiré l’article : un personnage de The Rookie possède une figurine de Baby Yoda qui coûte la peau des fesses ! Ce n’est pas le seul, on peut voir dans la saison 6 de Buffy que ça va parfois loin les délires de figurine et de camion repeint aux couleurs de sa saga préférée. Plus il y a d’objets dérivés chez les personnages fans de Star Wars, mieux c’est, c’est très clair. Et c’est un deuxième cliché totalement VRAI que l’on peut associer à cette saga.

Happy star wars day | How I Met Your Mother Amino

3/ Selon les fans, tout le monde devrait connaître ces films, comme dans How I met your mother

Toujours dans l’épisode d’hier, le personnage fan de la saga est choqué de découvrir que quelqu’un n’a jamais vu la saga – et même que cette personne pense qu’il n’y a qu’un seul film… Hum. Si cette dernière partie me paraît improbable en 2021 – même sans les avoir vus, on sait bien qu’il y a plusieurs films ! – il est évident qu’un grand nombre de fans parle tout le temps de la saga et veut convertir tout le monde, pour s’assurer que tout le monde regarde au moins une fois ces films. De mon côté, je vais donc trancher sur un ni VRAI ni FAUX : tout dépendra du fan sur lequel vous tombez. Certains ont appris à ne rien dire ou à ne pas forcer les autres à voir des films qu’ils adorent et que d’autres critiquent sans scrupule. Ted a appris sa leçon avec Stella d’ailleurs.

Chaser Logo de Star Wars Top Noir porté par Angela Lopez (Alyssa Diaz) dans Le titre de Recrue de la Saison 02, Épisode 10 | Spotern

4/ Les fans revoient les films tout le temps, sans le moindre scrupule ou ennui, comme dans The Rookie

Encore un point qui pourrait marcher avec l’épisode de The Rookie : le personnage qui est fan de la série est évidemment prêt à revoir en boucle tout ce qui y touche, y compris The Mandalorian. Ce n’est pas le seul comme Ted et Marshall se font la trilogie Star Wars tous les trois ans… Si l’on en croit les séries, si vous êtes fan de Star Wars, c’est pour la vie, et non seulement vous regardez les nouveaux contenus, mais en plus vous êtes attachés aux anciens au point de les revoir régulièrement. Et vous savez quoi ? Je crois bien que c’est VRAI, les plus gros fans revoient les films avec plaisir. C’est plutôt logique puisqu’ils sont fans ! D’ailleurs, dans The Rookieils sont tous fans, je crois :

Disneyland Star Wars Galaxy's edge T-shirt worn by John Nolan (Nathan Fillion) in The Rookie Season 2 Episode 1 | Spotern

5/ C’est un bon thème de déguisement, comme dans Friends

Tu sais que tu es fan de Star Wars quand…Un grand nombre de séries propose des déguisements de ses personnages en stormtrooper ou en Dark Vador. Et puis bien sûr, il y a le costume de Leia qui semble être le fantasme de ces geeks depuis toujours : That 70s show, Friends, la websérie Ulysse ou même Une Nounou d’Enfer (!) proposent de voir des actrices en costume de Leia. Par contre, pour cette dernière, c’est Silvia, la mère de Fran, qui se déguise… Pas exactement ce qu’on imagine au premier abord, hein ? Ce gif non plus, d’ailleurs, je sais, mais il me fait tellement rire ! En tout cas, il est très clair que lorsqu’il faut se déguiser, les sabres laser et les masques d’une galaxie très, très lointaine inspirent bien des personnages. C’est un cliché VRAI : j’ai déjà eu un sabre laser en main après tout, qui suis-je pour dire le contraire ?

Star Wars, les derniers Jedi & moi – Just One More Episode

6/ Non, vraiment, cette saga est partout – même là où on ne s’y attend pas, comme dans Buffy

C’est bien simple, Buffy et Angel font souvent référence à la saga, avec des personnages qui reprennent des répliques – I’ve got a bad feeling about this – ou qui font des blagues autour de l’univers de la saga. Mais quand je dis partout, même là où on ne s’y attend pas, c’est quand même parce que le groupe derrière le générique de Buffy, Nerf Herder, est nommé en référence à la saga. Et vous saviez que dans les 4400, il y a un moment où on peut voir une serviette Star Wars ? La saga est partout, et c’est un cliché VRAI : on connaît tous des gens qui en sont fans, on croise tous plusieurs fois dans l’année des objets dérivés sur notre chemin, et encore plus maintenant que Baby Yoda existe !

9 Best Star Wars References in LOST | The Fact Site

7/ Bref, c’est de la culture populaire, comme dans Charmed, LOST, Community, Stargate…

Finalement que ça nous plaise ou non, toutes les séries s’accordent à dire que c’est une référence commune aux personnages. Ils savent tous plus ou moins comme Yoda parler, ce qu’est la Force ou qui est Dark Vador. Bien souvent, les scénaristes ne se donnent même pas la peine d’expliquer les références proposées par les personnages ; ou alors, ils y font des clins d’œil dans le scénario (comme dans Fringe ou LOST par exemple), histoire que les fans les plus attentifs s’en rendent compte. En deux mots comme en cent, c’est de la culture populaire. Et ça, c’est un cliché VRAI, sinon, je ne serais pas en train d’écrire cet article – et vous de le lire.

Et vous, des souvenirs d’une scène en particulier parlant de Star Wars dans une série qui n’a en théorie rien à voir avec la saga ?

Parce qu’il y a tant de clichés véridiques dans cet article, je cherche ceux qui sont 100% faux ! C’est à croire que je ne regarde que des séries qui cernent bien les geeks et les fans…

Et en même temps, c’est peut-être aussi parce que j’en suis un que j’ai un filtre déformant un peu trop la réalité ? Une chose est sûre : je ne peux pas voir le logo ci-dessous sans avoir en tête le générique… Et ça, c’est cool.

Cool, cool, cool.

Awakening Logo GIFs - Get the best GIF on GIPHY
Bonne soirée à tous !

Films vus en 2021 #3 : Palm Springs

Salut les cinéphiles,

Est-ce que j’ai oublié d’écrire l’article du jour ? Parfaitement. J’aurais bien besoin d’une journée en boucle temporelle pour faire tout ce que je devais faire aujourd’hui, mais on n’a pas tous la possibilité de revivre le même jour en boucle. Andy Samberg Beer GIF by The Lonely Island - Find & Share on GIPHYC’est en revanche le cas des personnages dont je vais vous parler aujourd’hui, parce que j’ai vu Palm Springs en janvier dernier, et ça a été un gros coup de cœur. J’aurais dû en parler directement pour l’avoir encore en tête… mais bon.

L’idée de base de Palm Springs est donc de nous montrer la vie d’un invité de mariage qui vit sa journée en boucle, et je vous le recommande véritablement ce film, parce qu’il apporte vraiment sa touche au mix de la boucle temporelle. Et vous aurez compris que j’adore ça à force, surtout que la semaine dernière, je vous parlais de Triangle.

Palm Springs is an Old Formula with a New Twist – On the Screen Reviews

Ici, nous sommes dans un tout autre délire, cela dit : précisément, c’est un délire, parce que le but ici est de faire une comédie, et c’est précisément ce qui marche avec la formule de ce film : plutôt que de s’enfoncer dans une histoire déprimante où les personnages revivent la même journée, on a cette histoire, avec de l’humour. Et le twist qui fonctionne aussi par rapport aux grands classiques du genre, c’est que plusieurs personnages peuvent revivre cette journée et chercher à s’en échapper, encore et encore.

Il est un peu dommage que Prime Video nous sorte ce film en janvier, parce qu’il aurait été pas mal aussi en plein été, mais une bonne dose d’humour, c’est toujours appréciable en ces temps moroses de Covid19. Regardez-le donc pour vous marrer. Vous y retrouverez Cristin Milioti au top de sa forme et toujours aussi drôle, ainsi qu’Adam Samberg… que je déteste en théorie. En pratique, je me rends compte que c’est peut-être son personnage dans Brooklyn 99 qui m’a posé problème, parce que là, il m’a fait rire en ajoutant des nuances à son jeu.

Palm Springs Review – The Musings of Apple Juice
Pas dans toutes les scènes, mais l’écriture le sauve !

Et ça fait du bien, parce que j’y allais à reculons à cause de lui (et à fond la caisse grâce à elle). Concrètement, le film est une vraie bonne surprise : j’ai accroché aux deux personnages principaux, à certains rebondissements en cours de route, à l’explication de cette boucle qui se suffit vu l’humour que le film veut apporter – on n’est pas là pour être sérieux après tout.

Palm Springs is an Old Formula with a New Twist – On the Screen Reviews

J’aime beaucoup la manière dont certaines scènes sont tournées, notamment le bal du mariage la première fois qu’on le voit et les twists de l’écriture (si l’on va dans les spoilers : le fait que le personnage principal soit déjà dans la boucle au début sans qu’on ne le sache, l’introduction d’un troisième personnage dans la boucle, l’humour qui passe parfois au sérieux quand il est question de torture…). Vraiment, le film se regarde tout seul, on se marre bien et il était temps que je retrouve un bon film comique de ce genre. En plus, il est accompagné de bonnes musiques, c’est cool.

Palm Springs», le film qui ne pouvait pas mieux tomber | Slate.fr
Ils forment le meilleur couple franchement, l’alchimie est dingue et pleine d’humour !

Un défaut en revanche (c’est un énorme spoiler, par contre, donc attention) : sa toute dernière scène, en plein générique, va à l’encontre des règles énoncées dans le film, et ça, c’est vraiment dommage ! Tout se tenait bien, et puis la dernière scène contredit le théorème de la chèvre qui permet pourtant aux héros de s’échapper de la boucle. En effet, ils s’en échappent parce qu’ils savent que la chèvre n’est pas revenue après le coup de la dynamite… mais la dernière scène nous dit qu’ils ont encore une version d’eux dans la boucle. Etrange, et dommage.

Die With You GIF by The Lonely Island - Find & Share on GIPHY
C’est littéralement la seule raison pour laquelle il accepte de se dynamiter avec elle… alors pourquoi l’oublier juste après ?

C’est bien le seul point négatif du film, et comme il s’agit de la dernière scène, on peut en faire abstraction pour juste kiffer pendant toute la durée du film. Au cas où vous n’auriez pas encore compris, je vous le conseille donc si vous ne l’avez pas déjà vu. Et même si vous l’avez déjà vu, rien n’empêche de le revoir, même s’il est répétitif, c’est le genre de répétition qu’on kiffe !

I Love You Romance GIF by The Lonely Island - Find & Share on GIPHY
Et eux aussi, ils kiffent d’ailleurs !

chasing daydreams — atenexo: Palm Springs (2020)
Je veux être en vacances d’été, alleeeez

Sept clichés TV sur… La neige !

Salut les sériephiles,

Ce n’est pas exactement un article que j’avais envisagé de publier avec ce titre ce mois-ci, ni tout à fait l’article que je pensais publier aujourd’hui, mais si jamais vous étiez passé à côté : il neige ! Enfin, en tout cas, il neige dans une bonne partie de la France. Et maintenant que j’ai pris le temps de me balader pendant un peu plus d’une heure sous et dans la neige, je suis rentré me mettre au chaud, mettre tout ça sur Insta et j’en suis à boire mon chocolat chaud en envisageant quel article écrire.

Comment ne pas penser à la neige ? Comment ne pas rester coincé là-dessus ? Je n’ai pas de réponse à ces questions, et c’est bien pour cela que l’on va aborder sept clichés liés à la neige… dans les séries TV !

SOMETHING TO LIVE FOR — Which episode of Buffy is your favorite and why?...

  1. Il neige à Noël, toujours… comme dans Buffy contre les vampires

Ce n’est pas forcément lié aux séries, mais plutôt à une espèce de représentation collective d’un Noël réussi qui ne le serait que parce qu’il neige. Il y a quelque chose de magique dans le fait de voir de la neige tomber, et si l’on n’est pas trop blasé par l’âge adulte ou par une région dans laquelle il neige toujours, on finit immanquablement par retomber en enfance quand on voit les premiers flocons ou quand la neige tient. Retomber en enfance ? Si ce n’est pas ça, la magie de Noël… pas étonnant que tout le monde associe ces deux-là en permanence ! Ce cliché est malheureusement FAUX, on n’a pas toujours de la neige aux vacances de Noël. Par contre, il est vrai qu’on en souhaite tous.

  1. Pas besoin de se couvrir sous la neige… comme dans Charmed (2018)

Jingle Hell | Charmed Wiki | FandomVoilà un point qui traumatise toujours le frileux en moi : vous avez remarqué comme les acteurs ne sont jamais vraiment couverts sous la neige ? Et vas-y que je laisse mon manteau ouvert, et vas-y que je mets une écharpe mais qu’elle ne couvre ni ma gorge, ni mon décolleté… mais comment font-ils ? Un des exemples les plus marquants reste celui de Charmed qui dans sa première saison nous fait un épisode de Noël où les sœurs sortent sans manteau sous la neige. Et elles n’ont pas froid. Croyez-moi c’est FAUX, j’avais trois couches de fringues sur moi tout à l’heure et j’avais FROID. En plus, je suis rentré trempé.

  1. Les flocons de neige ont une taille flippante… comme dans Once Upon a Time

once upon a time georgina haig gif | WiffleGifBon, pour la défense de cette série, il était question d’adapter La Reine des Neiges, alors évidemment qu’Elsa apportait des flocons ressemblant à des fleurs de cristal gelées, particulièrement lors d’une réécriture de la mythique scène de l’escalier. Et ça ne se voit pas autant que dans mon souvenir avec ce gif, contrairement au premier de cet article… Il n’empêche que dans les séries, quand il neige, c’est toujours à gros flocons, et c’est immédiatement à gros flocons d’ailleurs. Dans la réalité, je ne sais pas vous, mais moi, ce matin, j’ai vu des minuscules flocons et ça a fini en neige fondue…  Pas exactement ce qu’on voit à la télévision. Encore un cliché FAUX.

  1. La neige peut rapidement coincer des personnages où ils sont… comme dans This is us

We're gonna do this together." - This Is Us Recap - The Cabin - Head Over FeelsL’an dernier, la série a proposé un flashback bloquant l’un de ses personnages dans un chalet sous la neige avec un autre personnage qui n’était pas trop sympathique… mais c’est fou comme de nombreuses séries prennent le prétexte de la tempête de neige pour coincer des personnages ensemble. Parfois, c’est positif, parce que la neige apporte une touche de romance (j’y reviens juste ensuite), parfois, au contraire, c’est juste l’enfer d’être coincé sans possibilité de faire demi-tour. Admettons. Pour une fois, il s’agit d’un cliché sur la neige qui est parfaitement VRAI. J’adore ça, mais tout de même, la neige nous coince trop souvent dans nos vies, non ? Il y en a même qui finissent coincés dans une voiture sur l’autoroute à cause de ça.

  1. La neige, c’est romantique, et ça attend même nos baisers pour tomber… comme dans How I met your mother

how i met your mother himym Robin Scherbatsky barney stinson the robin the final page himym meme my stuff: himym meme lady-lannistarth •Combien de couples de séries ont eu la chance de s’embrasser et de voir alors la neige se mettre à tomber ? La petite musique d’ambiance s’installe à chaque fois, les flocons tombent et les personnages passent un moment entre eux, moment forcément romantique. Cela peut être une demande en mariage qui se termine sous la neige, ou tout simplement un premier baiser qui provoque la neige, mais toujours, l’amour apporte de la neige. Pff. Si c’était si simple d’avoir de la neige, on en aurait eu plein dans nos vies, croyez-moi ! Et en plus, la neige, ce n’est pas forcément romantique non plus quand on est tout seul, hein. Et même en couple, je suis sûr que le côté « oh pardon je me suis cassé la gueule sur toi alors que je voulais te faire un câlin », ce n’est pas si romantique que ça. Bref, ce cliché est FAUX et puis c’est tout.

  1. La neige, c’est aussi un symbole de mort… comme dans Firefly

Jewel Staite Daily | Jewel staite, Old tv shows, Battle starQue le dernier plan tourné pour la série soit un enterrement sous la neige est assez symbolique, mais ce n’est pas la seule série à associer la mort à la neige. Difficile de ne pas parler de Game of Thrones alors que je ne l’ai pas vue, ou de Smallville qui avait aussi proposé un enterrement sous la neige… En tout cas, la neige est synonyme d’un froid perçant et d’une absence de vie chez un certain nombre de plantes, alors pourquoi pas chez l’être humain ? Et c’est bien malgré moi que je dois dire que ce cliché est VRAI… Je ne suis pas sûr que mes plantes survivent à la vague de froid de cette tombée de la neige. Oui, j’ai du chauffage chez moi, mais la nuit je coupe… Et je n’aurais pas dû, je crois.

  1. Quand il neige, on sort la luge, comme dans Home for Christmas

105Mon exemple est un peu alambiqué, parce que la série se déroule en Norvège, évidemment qu’il neige et qu’ils ont tout le matériel nécessaire pour s’en sortir… Il n’empêche que c’est un réflexe qu’on voit dans certaines séries : dès les premiers flocons, tout le monde a à portée de main tout ce qu’il faut pour faire face, histoire de se lancer dans les batailles de boule de neige et les moments funs en luge. Je pensais que c’était quelque chose de faux… mais finalement, c’est bien VRAI. La preuve, quand je me suis promené tout à l’heure dans ma ville, j’ai croisé tout un tas de familles en train de faire de la luge. Je suis sûr que les parents attendaient ça depuis des plombes, ce n’est pas possible autrement.

Voilà donc pour les sept premiers clichés qui me sont venus à l’esprit – c’est faux, il y en a eu un aussi avec les lacs gelés sur lesquels les personnages marchent, comme dans To the Lake… Mais ce n’est pas exactement dans le sujet. Vous en avez d’autres ? Je suis sûr qu’il y en a d’autres, j’oublie forcément des choses !

PS : ceci était le 4 000e article du blog… J’espère qu’il vous aura plu :’)