Le guide ultime des séries (Diverti Editions)

Salut les sériephiles,

Le guide ultime des séries - Collection Pop Up 04 -  Diverti EditionsJe l’ai promis hier en story sur Instagram, je viens vers vous aujourd’hui pour vous présenter le petit dernier des éditions Diverti Store, qui ont encore eu la gentillesse de me faire parvenir leur magazine. Et celui-ci, il m’intéressait particulièrement parce qu’il a un nom qui m’intéresse vraiment beaucoup : Le Guide ultime des séries. Autant dire que ça paraissait fait pour moi !

Comme toujours, ce magazine de 196 pages (en comptant la couverture, OK) est hyper complet et propose de faire le tour rapide sur 182 séries. Nous avons aussi quelques dossiers thématiques plutôt intéressants qui nous montre l’évolution de la télévision depuis les années 90 jusqu’à aujourd’hui, avec des focus plus particuliers, notamment sur HBO ou sur les séries françaises. Le guide ultime des séries - Collection Pop Up 04 -  Diverti Editions - sommaire 1Parce que oui, il y a aussi quelques séries françaises cultes dans la sélection de ce magazine.

Impossible d’être exhaustif sur un sujet pareil avec environ 400 séries par an désormais, alors il y a évidemment une sélection qui est faite. C’est peut-être là que ça manque de clarté, parce qu’on ne sait pas exactement quel est le choix qui est opéré pour expliquer certaines absences (au hasard, Unreal passe encore car peu connue, mais Scandal, ou plus simplement les spin-offs, parfois cités quand même dans l’article sur la série-mère, c’est surprenant). Le guide ultime des séries - Collection Pop Up 04 -  Diverti Editions - sommaire 2Je pense que la rédaction a fait le choix de ses séries préférés, en y ajoutant des incontournables… Mais on sent quand même ce qu’ils aiment, soit par la longueur de l’article, soit parce qu’il y a de petites boulettes (Charmed ne se déroule pas à Los Angeles, quand même).

Bon, c’est aussi un problème personnel, j’en connais parfois un peu trop et je vais tiquer sur des détails. On y ajoute une déformation professionnelle, parce que j’ai repéré plusieurs fois des phrases sans verbe ou composée d’une simple proposition subordonnée, sans proposition principale… et ça m’a surpris, parce que j’étais habitué aux magazines précédents où c’était bien plus rare d’avoir ces problèmes. En même temps, ça me dérange en tant que prof de français, mais vu le nombre de fois où je me retrouve à corriger ces fautes dans les copies, ça ne doit pas gêner grand-monde.

En plus, ça n’empêche pas le magazine d’être la mine d’or que j’en attendais par ailleurs. Le sommaire est tout de même sacrément intéressant, avec une classification des séries dans l’ordre chronologique et une légende qui permet de reconnaître au premier coup d’œil le genre des séries évoquées grâce à des petits logos et une légende claire.

Le guide ultime des séries - Collection Pop Up 04 -  Diverti Editions - A la croisée des Mondes
En bas à droite, vous voyez ce petit cadre bonus qui me plaît tant avec les récompenses, les acteurs, l’accès à la série ou les séries similaires…

Chaque série est ensuite présentée en quelques mots, suffisamment pour nous donner les informations clés qui donnent envie de la regarder (ou non, d’ailleurs, car il y en a qui ne sont pas pour moi). Une photo, une présentation de l’histoire, du casting et/ou des conditions de production suffisent parfois ; une longue explication sur la réception de la série sont nécessaires pour d’autres (difficile de faire moins d’une page sur LOST ou Game of Thrones, par exemple). C’est très bien comme ça. Ah, et on a aussi le nombre de récompenses (ou nominations) de chaque série.

Comme souvent, il y a également une petite touche qui rend le magazine vraiment pratique et qui le valorise vraiment à mes yeux : on nous explique où trouver chaque série pour la regarder en 2021 (même si ça, c’est une prise de risque de leur part, parce que les contrats varient souvent) et surtout, on nous donne des exemples de séries du même genre qui pourraient nous plaire si on en a aimé une. C’est un petit détail à l’échelle du magazine, mais je trouve ça vraiment sympa pour naviguer d’une série à l’autre et pour se décider à en commencer une nouvelle, ou juste pour en découvrir.

Bref, c’est un magazine que je recommande vraiment aux néophytes, qui se retrouvent alors avec un univers de possibilités à découvrir. Pour les sériephiles les plus aguerris, il est un outil plutôt pratique qui compile une bonne somme de détails. Sans être forcément aussi indispensable que je l’espérais, il est utile et vraiment agréable à feuilleter, entre les souvenirs de certaines séries qui remontent et les découvertes à faire avec d’autres.

Vous pouvez acheter le magazine en librairie à 14€50 en France s’il vous intéresse… ou le commander en ligne, par ici.

Stats de la semaine #15

Salut les sériephiles,

J’ai eu l’occasion de le dire à plusieurs reprises depuis hier, mais je n’ai pas du tout assuré mon suivi des hebdos la semaine dernière, avec pas mal de retards dans certaines séries… Cela s’est senti dans les stats avec des baisses de vues pour certaines séries qui auraient autrement pu se retrouver dans le top des articles les plus lus de la semaine. Si c’est un peu triste, je peux tout de suite vous rassurer sur le reste des statistiques : en effet, la semaine dernière marque un joli pic de vues sur le blog.

C’est bien simple, il s’agissait de la meilleure semaine du blog depuis début février, et ça, définitivement, c’est l’effet confinement. Cela devrait donc continuer cette semaine, surtout que les vacances scolaires ont pu débuter pour les élèves. Et pour certains profs peut-être, mais en ce qui me concerne, j’ai beaucoup trop de travail en retard de la semaine dernière, plus toute une période à préparer et des copies à corriger, alors vous ne me verrez pas beaucoup plus ici.

Enfin, d’un côté, je dis ça, de l’autre, j’ai bien conscience qu’il y a beaucoup de séries qui reprennent après une pause, ou qui commencent, alors il y aura peut-être plus d’articles ici quand même. On va bien voir, mais ça ne prendra pas le chemin si je continue cette introduction encore et encore, donc vous ne m’en voudrez pas, je vais la stopper ici !

Les articles les + lus de la semaine :

Bingo – Une grille qui commence en fanfare ce mois-ci ! Le côté anniversaire aide énormément cette grille, parce qu’il y a un vent de nostalgie qui s’empare de certains joueurs alors que d’autres ont envie de tenter pour la première fois. Tout le monde est le bienvenue pour jouer de toute manière, mais ça fait plaisir de voir que malgré le temps qui passe, vous êtes toujours là pour venir regarder ce qu’il se passe et à quelle sauce je vais vous manger ! Bon appétit 🙂 116 vues

The 100 – La saison 5 n’est toujours pas celle qui vient d’être mise sur Netflix, mais comme je le disais la semaine dernière, je n’ai pas mis le bon titre pour attirer des vues sur le résumé de la saison 6. En revanche, toujours pas d’essoufflement du côté des vues de la saison qui attire énormément de lecteurs. J’espère que la déception des personnes qui finissent la série n’est pas trop vive – ou en tout cas qu’elle est moins vive que la mienne. Pourquoi The 100 foire-t-elle sa dernière saison ? 103 vues

Lexique – Même si j’ai proposé une nouvelle définition cette semaine sur le blog – celle de fandom – c’est encore et toujours cet article qui s’impose comme l’un des plus consultés du blog. Une persistance à toute épreuve, mais c’est que les shippeurs sont des gens plutôt persistants en général… Il faut quand même parfois attendre cinq saisons complètes pour voir certains couples se former, ça forge aussi le caractère, je pense. 101 vues

Euphoria – La série continue sa lente chute dans les audiences du blog, mais persiste tout de même avec cette critique d’épisode qui est en passe de devenir l’une des plus lues du blog ! Elle sera bientôt dans le top 10 si elle continue à ce rythme… et ça me fait un peu plaisir, pour une fois que ce n’est pas un article qui date d’il y a cinq ans ! C’est un peu rassurant pour ce que j’écris aujourd’hui. 99 vues

The 100 – Je parlais de cet épisode la semaine dernière en me lamentant de n’avoir toujours pas de nouvelles d’un éventuel spin-off pour la série. C’est malheureusement encore le cas aujourd’hui, et on ne sait toujours pas si la CW laissera un jour sa chance aux personnages de cet épisode. C’est dommage, parce qu’il y avait de quoi faire – et parce que ça nous a occupé tout un épisode de la saison finale ; alors ça fait un peu perte de temps maintenant. 94 vues

500 mots – Je suis responsable de la présence de cet article dans ce top, parce que la majorité des vues dessus a eu lieu lundi ou mardi dernier, juste après la diffusion de l’article des stats où j’évoquais cet article. Après, il semble également être remonté dans l’algorithme des recherches, donc ça doit l’aider à transporter des lecteurs sur le blog. Oui, transporter, c’est pour le jeu de mots avec le titre de l’article. Pas subtile du tout, je sais. 86 vues


Pas grand-chose de neuf à raconter du côté des réseaux sociaux, mais j’ai tout de même envie de mettre en avant mon thread de ce matin sur Twitter, parce qu’il est passé inaperçu alors que je fais des rêves de dingue quand même.

En gros manque de sommeil la semaine dernière, je me suis fait quelques très longues nuits ce week-end, et voilà donc que je me retrouve plongé dans un rêve suivi qui n’a pas de sens mais qui me développe une véritable saison 8 de Scandal. Comme si on en avait besoin !

Je suis toujours bluffé quand mon cerveau me fait des coups comme ça, parce que vraiment ça n’a pas de sens : la série ne me manque pas du tout et je n’y ai pas repensé depuis plusieurs semaines… mais paf. Si vous voulez vous marrer un coup, mon cerveau droit est donc en pleine activité en ce moment, n’hésitez pas !


Peu importe les possibles dramas entre eux et la très probable rupture qu’ils ont vécu en début d’été dernier, Olivia Rodrigo et Joshua Basset me régalent vraiment beaucoup en ce début d’année en sortant bien des chansons que j’adore.

Le second single d’Olivia me plaît bien plus que le premier – qui a fait carton plein cela dit – et l’EP de Joshua Basset est d’avance celui que j’aurais le plus écouté en 2021 – je préfère sa voix à celle d’Olivia, sorry not sorry.

Du coup, j’en oubliais presque que j’attendais encore la saison 2 de leur série. Elle est pourtant prête à être diffusée, plus qu’un petit mois à attendre. J’ai déjà hâte, ça veut dire encore plus de chansons à écouter avec ces deux voix que j’adore.




the other two c bien?

Oui. Regardez cette sitcom, elle est marrante, j’attends une suite. Il y avait autrement d’autres recherches sympathiques menant au blog, mais il s’agit un peu toujours des mêmes choses qui reviennent, notamment des scènes érotiques dans Westworld. On tourne en rond !

Il y a un an, la série battait son plein pour le confinement. Elle me manque un peu en ce moment, surtout que Tequi vient de commencer la saison 3 :

Westworld (S03)

Synopsis : Dolores s’en va en guerre contre le monde des humains, avec cinq « piles », les disques durs contenant le cerveau des robots, sur elle. Elle nous recréé Bernard et un robot à l’effigie de Charlotte pour lui venir en aide. Saison 1 | Saison 2 | Saison 3 Pour commencer, je n’ai pas… Plus


Quelques infos-clés :

  • 19 articles publiés la semaine dernière (+1) 
  • 81 commentaires échangés ensemble (+44, merci le reconfinement !)
  • La performance de la semaine est Jeffrey Dean Morgan
  • +10 épisodes critiqués sur le blog
  • Je me demande sincèrement si je vais venir un jour à bout de Riverdale, parce que les critiques m’empêchent d’avancer trop vite et que là, j’ai plein de séries s’apprêtant à débarquer !

Trois autres saisons qui cartonnent :

Station 19 – On dirait qu’on m’écoute : je disais la semaine dernière que la série méritait d’avoir plus de vues parce que sa saison 4 était vraiment très chouette, et paf ! Il s’agit clairement de la meilleure saison, je pense, alors je suis content de voir le dernier article fonctionner sur le blog. Quant à la série, elle vient de débarquer en France sur Prime Video pour une deuxième diffusion. L’occasion de la commencer : au cas où, mes critiques de la saison 1 sont dispos par ici.

Grey’s Anatomy – Comme chaque semaine, la série de Shonda Rhimes (et principalement de Krista Vernoff désormais) cartonne sur le blog ! Elle vaut vraiment le détour cette saison 17, parce qu’elle traite intelligemment le covid19 et les diverses thématiques que la pandémie fait émerger. Je ne peux que la recommander… et espérer un renouvellement parce que je refuse de la voir s’achever dans cinq épisodes. Je ne suis psychologiquement pas prêt !

The Walking Dead – C’est probablement la dernière fois qu’elle sera là avant un long moment, puisque la série ne reviendra qu’en août pour sa saison 11 – un retour plus rapide que ce que j’imaginais cependant, avec une très petite pause par rapport à celle de l’an dernier. Les épisodes bonus étaient très inégaux, mais bon, la série me manquera dans l’intervalle… J’ai déjà hâte de me remettre à Fear ce soir !


Et avant de partir, ne manquez pas…

J’en parlais plus haut dans l’article, mais si jamais vous êtes passés à côté, le lexique a repris du service cette semaine :

Ce que c’est qu’un fandom

Voir aussi : Le lexique du sériephile Alors c’est quoi exactement un fandom ? Comme son nom ne l’indique pas forcément, le fandom (oui, oui, c’est masculin) désigne toute la sous-culture propre à un ensemble de fans. Sous-culture ? Le terme est large, ça va des échanges sur les réseaux sociaux aux rencontres dans les conventions, en passant par les fanfictions : tout ce qui va toucher aux fans d’un même univers va automatiquement devenir une partie du fandom. Autrement dit, le fandom, ça désigne à la fois, par abus…

Cliquez pour lire la suite de cet article

Bonne semaine à tous !

 

Y a-t-il une Olivia Pope dans la salle ?

Salut les sériephiles,

Très franchement, j’avais prévu aujourd’hui d’écrire un petit article sur les élections américaines, parce que je pensais quand même qu’après deux jours de décompte, on aurait le vainqueur… Il semblerait que certains états soient plus en galère que moi devant mes exercices de maths en seconde malheureusement. C’est dommage, ça aurait été sympa de faire un petit tour d’horizon des réactions d’Hollywood. Après tout, on a eu de très bonnes choses pendant la période d’élection – mais moins quand même qu’il y a quatre ans, malheureusement. De très bonnes choses ? J’ai partagé sur Twitter, mais pas ici, un micro-épisode de Community en Zoom Call qui est franchement délicieux, et qu’il faut vraiment que je partage une fois de plus :

OK, d’accord, ce n’est pas Community, parce qu’ils n’avaient pas les droits pour ça, mais avouez que ça le fait. J’étais replongé dans la série grâce à ça… et maintenant, avec tout ce foutoir autour des résultats, j’ai l’impression d’avoir été plongé dans un épisode de Scandal. Et non, pas un épisode de la bonne période de la série, plutôt un épisode des dernières saisons où on a qu’une envie : que ça s’arrête, et plus vite que ça, parce que ça urge à force ! Bordel, mais APPELEZ-MOI OLIVIA POPE pour tout régler de ces élections catastrophiques.

Olivia Pope GIF - Olivia Pope Scandal - Discover & Share GIFs

Vous savez ce que c’est le pire ? C’est que je sens qu’on finira par avoir droit à une nouvelle saison d’American Horror Story aussi naze que la saison 7. Pour la défense de Ryan Murphy, il y a toutefois de quoi faire avec l’année 2020, entre Trump qui balance ses mensonges sur Twitter, le Covid, le Black Lives Matter… Les États-Unis (et le monde) sont devenus une série d’horreur. OK, OK, j’exagère un peu, mais comprenez-moi : il faut bien que j’arrive à 500 mots pour justifier la catégorie de cet article.

There Was A HUGE Plot Twist On "AHS: Cult" And Fans Are Losing Their Sh*t - PopBuzz

Twitter est depuis hier un véritable aspirateur à temps libre, à un point que je n’imaginais pas. C’est simple, je n’arrive plus à décrocher entre Trump qui n’arrête pas d’être censuré et les démocrates qui sont accusés de tricher avec les votes par courrier. Chaque fois que je me connecte, je suis happé pour dix bonnes minutes par tout ce qu’il se passe. En plus, ça n’aide pas que je suive quelques acteurs très investis politiquement ; comme Yvette Nicole Brown ou, de manière plus surprenante, Alycia Debnam-Carrey. Ouep, Lexa a appris la leçon et ne veut pas d’un tyran pour gouverner son peuple, c’est fou.

En tout cas, vraiment, ils ont réussi à rendre ces élections aussi historiques que dingues. Les américains ont toujours eu le sens du show et du suspense, mais trois jours d’attente, ça devient trop, surtout quand toutes les heures il y a un nouveau scandale qui éclate, une nouvelle attaque de l’équipe de Trump, une nouvelle manifestation pour dire que chaque vote compte, un nouveau projet de Biden pour quand il sera président… Même Olivia Pope n’a jamais réussi à faire ça, mais en un mot comme en cinq-cents (parce que oui, on y est) : STOP. Juste, STOP.

the last fight discovered by ㅤ on We Heart It

(oui, c’est tout. Voyez ça comme un billet d’humeur)

Year of Yes – Shonda Rhimes

Salut les sériephiles – et surtout les lecteurs,

Year of Yes: Amazon.fr: Rhimes, Shonda: Livres anglais et étrangersBon, la soirée est un peu particulière en France avec une surenchère des sites de news pour tenter de deviner ce que nous dira Macron demain soir, alors que lui-même n’en sait probablement rien à l’heure qu’il est. C’est compliqué et ça bouleverse un peu le planning. Je voulais à l’origine vous proposer cet article jeudi, mais ça me paraît bien de le sortir maintenant histoire de me libérer un emplacement jeudi aha ! Bref, je vais donc vous parler de Year of Yes, le livre de Shonda Rhimes sorti il y a un peu plus de cinq ans.

Pour rappel, Shonda Rhimes, c’est la créatrice de tout un tas de séries – et à l’époque de Grey’s, Private Practice, Scandal et How to get away with murder, principalement. Elle n’est plus à présenter dans le monde des séries, et si elle a rédigé ce livre, c’est pour deux raisons. D’abord, c’est parce qu’elle s’est lancée un pari fou : dire oui à toutes les propositions qu’on lui ferait, pendant un an, alors qu’elle avait l’habitude de dire non à tout et de ne jamais sortir de sa zone de confort. Ensuite, parce que ça lui a clairement réussi, à tous les points de vue, ou presque.

gifs women work feminism emotions play TED shondaland shonda rhimes  refinery29 •

Voir aussi : Ce que c’est que le #TGIT

Moi, j’ai voulu lire ce livre pour deux raisons aussi. D’abord, parce que c’est Shonda Rhimes et qu’elle me divertit depuis plus de quinze ans avec ses séries. Bon, un peu moins au moment où Laura m’a acheté le livre, OK, mais j’ai mis tellement de temps à lire ce livre… J’y reviens après. La deuxième raison, c’est que ce pari m’a paru dingue et trop génial à la fois. De ce point de vue-là, je n’ai pas été déçu d’ailleurs, Shonda Rhimes nous embarque dans un an de sa vie où elle a commencé à mettre de côté ses peurs intimes et à s’exposer davantage au monde.

S’exposer davantage, c’est accepter les interviews, les galas, les cérémonies de remise de prix, les talkshows, les photoshoots… et c’est super intéressant de découvrir tout ça du point de vue de quelqu’un le vivant. Côté développement personnel, le livre est intéressant à proposer un projet de vie sympa où il faut chaque fois considérer ses peurs les plus personnelles et les surmonter en se forçant à y aller. « Fake it until you make it », c’est un proverbe que l’on connaît : faire comme si jusqu’à ce que ça ne soit plus un « comme si » mais ce qu’on est.

If you love Shonda Rhimes shows, you're really going to love The Catch
C’est un peu un spoiler du livre et du dernier chapitre particulièrement, donc ne lisez pas si vous ne voulez pas savoir ; mais ouais, le livre nous raconte évidemment les coulisses de ce photoshoot !

Là-dessus, rien à redire, j’ai eu ce que je voulais, et même un peu plus, parce que j’ai découvert que c’était aussi à l’occasion de cette année folle qu’elle avait décidé de perdre son poids et de faire face à plein de choses qui la bloquaient… même ce dont elle n’avait pas conscience, parfois. En revanche… Ah, lala.

J’ai détesté ce livre. Pardon. Plus exactement, j’ai détesté Shonda Rhimes – plus encore que quand elle tue mes personnages préférés. Pourquoi ? Elle est insupportable, tout simplement.

refinery29: “ Shonda Rhimes is living proof that women can shout their  accomplishments Rhimes refers to this rush of love as “… | Shonda rhimes,  Herstory, Work hard

Disons que l’on achète son livre pour voir ce qu’elle a à dire et parce que son « Year of yes » intrigant nous intéressait, mais qu’elle, elle se sent le besoin de se justifier en permanence. C’est lui accorder beaucoup d’importances, mais en fait, j’avais parfois l’impression d’être en train de lire du Rousseau, en pire. Shonda Rhimes passe tout son livre à se justifier et à se défendre face à que l’on pourrait dire ou penser de négatif sur elle… Alors que pas une seconde, on ne pense à mal ?

Un petit peu, ça peut se comprendre… mais sur tout un livre, à chaque page, c’est très, très lourd. Shonda Rhimes décide que nous sommes là pour la juger et la critiquer, en permanence, mais en même temps, elle n’a pas envie qu’on le fasse et s’en défend. Puis, après, il faut voir la personnalité qu’elle a même lorsqu’elle ne se défend pas : un bon complexe de supériorité, un orgueil à toute épreuve et un alcoolisme dont elle est fière. Bon, ça, on le savait déjà avec Scandal, mais quand elle se vante d’avoir préféré s’acheter une bouteille de vin plutôt que du PQ alors qu’elle était étudiante et n’avait plus d’argent…

L’anecdote pourrait être drôle, et je pense que c’est pour ça qu’elle nous la raconte. Pourquoi je juge alors ? Précisément parce qu’elle fait tout pour qu’on ne la juge pas et que ça donne envie de le faire. Parce qu’elle fait passer ce qui paraît être une erreur de jeunesse pour un truc dont elle est super fière et qu’elle referait maintenant qu’elle est richissime. Parce qu’elle est dans cet orgueil permanent. Parce qu’elle est insupportable comme narratrice de sa vie.

gifs women work feminism emotions play TED shondaland shonda rhimes  refinery29 •
J’adore son honnêteté. J’aime le fait qu’elle sache ce qu’elle vaut, qu’elle dise ce qu’elle est et qu’elle soit capable de savoir ce qu’est une « First Only Different ». … Seulement, ça ne lui donne pas pour autant la supériorité qu’elle s’accorde sur plein de sujets. Et même quand ça lui donne, ça ne la rend pas sympathique pour autant d’insister trop longuement dessus.

Bref, c’était désagréable à lire, alors que le contenu m’intéressait. Il y a des chapitres qui se dévorent – notamment tout un tas sur la fin de saison 10 de Grey’s, avec le départ de Cristina et les choix de montage fait pour sa dernière scène (des choix que je n’avais pas trop aimés d’ailleurs, mais que je comprends mieux désormais) – et le projet en lui-même est inspirant. Oui, oui, inspirant, ça remet en question nos propres peurs et notre zone de confort, ça donne quelques clés pour réussir à la dépasser et je ne suis jamais contre. Par contre, il y a trop de passages où j’ai trouvé Shonda antipathique, voire toxique dans la manière dont elle parlait de son entourage et dont elle se vantait de se comporter. C’est hyper bizarre, du coup, de prendre des conseils de sa part…

A vous de faire votre choix, en tout cas, mais c’est rare que je trouve une lecture aussi désagréable… même si elle était utile et intéressante par ailleurs ! Sur la fin, j’aimais bien, je dois l’avouer. Peut-être que comme le bon vin qu’elle boit, elle s’améliore avec le temps et comme elle a écrit le bouquin au fur et à mesure… Enfin bon, les relectures n’empêchent pas de réécrire normalement, et il y a un sacré narcissisme, ou juste un complexe de supériorité et de mégalomania qui se dégagent parfois de ces pages de livre.

Pff. C’est chiant, j’avais vraiment envie d’aimer ce livre. Raaaaaaaah.