Films vus en 2021 #11 : Breaking Fast (2020) 🏳️‍🌈

Salut les cinéphiles,

Mon ordinateur fait complètement des siennes et j’ai bien eu peur de ne pouvoir sortir cet article dans les temps. D’ailleurs, il ne l’est pas tout à fait, parce que dans l’idée, j’aurais aimé le sortir cet après-midi. Espérons que ça ne me fasse pas le coup la semaine prochaine pour la réouverture des cinémas (même si je ne pense pas y aller dès le 19).

Breaking Fast - Film (2021) - SensCritique
« Who’s got you ? »

En tout cas, en cette soirée de l’aïd, j’ai voulu parler d’un film qui l’évoque lui aussi, même si pas du tout de la manière habituelle : il s’agit en effet d’un film LGBT, Breaking Fast. Et c’est un vrai coup de cœur.

Le film nous raconte le ramadan de Mo, un gay musulman pratiquant vivant à West Hollywood (connu pour son ouverture d’esprit et sa tolérance). Franchement, le synopsis m’a rendu curieux, parce que c’est un personnage qu’on ne voit pas souvent tout de même.

C’est largement suffisant pour rendre le film hyper intéressant à mes yeux, parce que j’aime ce genre de personnages complexes… Et ça fonctionne notamment parce qu’il vit la plus simple des histoires : une romance. Malgré la simplicité de la romance à laquelle on assiste, Mo nous donne une vraie leçon sur la tolérance et sur les fondements de l’Islam, sans pour autant que le film ne ferme les yeux sur certaines réalités difficiles.

J’adore précisément ce point-là du film : les scénaristes ne sont pas timides sur le sujet de fond de leur film et ils savent très bien comment aborder les questions religieuses en rapport avec l’acceptation de soi. La galerie de personnages du film est hyper attachante – le meilleur ami de Mo est génial (Cary de Good Trouble), tout simplement – et évolue tout au long du film. Des personnages bien écrits, ça fait toujours la différence. J’ai eu le sentiment que je pourrais parfaitement les croiser dans ma vie, eux, et que les problèmes qu’ils rencontraient étaient des problématiques à la fois singulières et très communes. Bref, ça donne l’impression de pouvoir avancer nous-mêmes dans nos réflexions sur des sujets qui nous touchent plus ou moins.

Breaking Fast
Attention, c’est un film qui donne faim ! Il porte bien son titre pour le coup…

Je ne veux pas spoiler le film, parce qu’il vaut vraiment le détour. Une fois de plus, son principal défaut est… de ne pas être une série. Je me suis retrouvé hyper investi dans chacun des personnages et j’ai passé un vrai bon moment devant ce film, parce qu’il parvient à être drôle et touchant à la fois. J’aurais bien eu envie de retrouver ces personnages chaque semaine, surtout qu’il y a énormément à raconter sur ce sujet que j’ai rarement vu abordé – religion et homosexualité, c’est compliqué.

Et comme c’est bien traité, ça donne vraiment envie d’en voir plus, surtout que le script est truffé de répliques hyper pertinentes. Tant pis, je vais me contenter de le revoir, tout simplement. Du côté du casting, c’est impeccable aussi, avec une tendance au recyclage d’acteurs de séries qui n’est pas pour me déplaire. A première vue, le seul que je connaissais d’avance est Michael Cassidy (vu tout récemment dans Resident Alien – je n’aimais pas du tout son rôle par contre – ou The Rookie, et avant ça dans Newport Beach par contre).

https://tetu.com/wp-content/uploads/2020/12/breakingfast.jpg

Après, l’acteur principal, Haaz Sleiman, est dans deux séries que j’ai envie de regarder (Nikita et Covert affairs, pas Jack Ryan, hein), un autre a participé à toutes les saisons de Flash (Captain David Singh) et un des personnages féminins qui m’a fait le plus rire avait évidement un rôle dans Unreal (Shia, que j’adorais). C’est un signe, ce film est fait pour les sériephiles, je ne pouvais pas ne pas en parler sur le blog !

Breaking Fast

Je pense que peu de gens l’ont vu, alors je ne vais certainement pas en dire plus ici… Je vous conseille de le regarder, vraiment, et on pourra en parler avec plaisir dans les commentaires. Vraiment, c’est un film qui vaut le détour, parce qu’il fait passer de beaux messages et a des personnages aussi attachants que réalistes.

Un peu de douceur pour casser une dernière fois le jeune du ramadan, donc, en comprenant aussi ce que c’est exactement que le ramadan. Malheureusement, le film a été descendu sur tous les sites proposant aux gens de le noter, parce que ça n’a pas plu à une partie de la communauté musulmane de voir la représentation d’un musulman homosexuel. Ils existent pourtant… Alors ne vous fiez pas à la note, regardez et passez un bon moment 🙂

Breaking fast film review

Le guide ultime des séries (Diverti Editions)

Salut les sériephiles,

Le guide ultime des séries - Collection Pop Up 04 -  Diverti EditionsJe l’ai promis hier en story sur Instagram, je viens vers vous aujourd’hui pour vous présenter le petit dernier des éditions Diverti Store, qui ont encore eu la gentillesse de me faire parvenir leur magazine. Et celui-ci, il m’intéressait particulièrement parce qu’il a un nom qui m’intéresse vraiment beaucoup : Le Guide ultime des séries. Autant dire que ça paraissait fait pour moi !

Comme toujours, ce magazine de 196 pages (en comptant la couverture, OK) est hyper complet et propose de faire le tour rapide sur 182 séries. Nous avons aussi quelques dossiers thématiques plutôt intéressants qui nous montre l’évolution de la télévision depuis les années 90 jusqu’à aujourd’hui, avec des focus plus particuliers, notamment sur HBO ou sur les séries françaises. Le guide ultime des séries - Collection Pop Up 04 -  Diverti Editions - sommaire 1Parce que oui, il y a aussi quelques séries françaises cultes dans la sélection de ce magazine.

Impossible d’être exhaustif sur un sujet pareil avec environ 400 séries par an désormais, alors il y a évidemment une sélection qui est faite. C’est peut-être là que ça manque de clarté, parce qu’on ne sait pas exactement quel est le choix qui est opéré pour expliquer certaines absences (au hasard, Unreal passe encore car peu connue, mais Scandal, ou plus simplement les spin-offs, parfois cités quand même dans l’article sur la série-mère, c’est surprenant). Le guide ultime des séries - Collection Pop Up 04 -  Diverti Editions - sommaire 2Je pense que la rédaction a fait le choix de ses séries préférés, en y ajoutant des incontournables… Mais on sent quand même ce qu’ils aiment, soit par la longueur de l’article, soit parce qu’il y a de petites boulettes (Charmed ne se déroule pas à Los Angeles, quand même).

Bon, c’est aussi un problème personnel, j’en connais parfois un peu trop et je vais tiquer sur des détails. On y ajoute une déformation professionnelle, parce que j’ai repéré plusieurs fois des phrases sans verbe ou composée d’une simple proposition subordonnée, sans proposition principale… et ça m’a surpris, parce que j’étais habitué aux magazines précédents où c’était bien plus rare d’avoir ces problèmes. En même temps, ça me dérange en tant que prof de français, mais vu le nombre de fois où je me retrouve à corriger ces fautes dans les copies, ça ne doit pas gêner grand-monde.

En plus, ça n’empêche pas le magazine d’être la mine d’or que j’en attendais par ailleurs. Le sommaire est tout de même sacrément intéressant, avec une classification des séries dans l’ordre chronologique et une légende qui permet de reconnaître au premier coup d’œil le genre des séries évoquées grâce à des petits logos et une légende claire.

Le guide ultime des séries - Collection Pop Up 04 -  Diverti Editions - A la croisée des Mondes
En bas à droite, vous voyez ce petit cadre bonus qui me plaît tant avec les récompenses, les acteurs, l’accès à la série ou les séries similaires…

Chaque série est ensuite présentée en quelques mots, suffisamment pour nous donner les informations clés qui donnent envie de la regarder (ou non, d’ailleurs, car il y en a qui ne sont pas pour moi). Une photo, une présentation de l’histoire, du casting et/ou des conditions de production suffisent parfois ; une longue explication sur la réception de la série sont nécessaires pour d’autres (difficile de faire moins d’une page sur LOST ou Game of Thrones, par exemple). C’est très bien comme ça. Ah, et on a aussi le nombre de récompenses (ou nominations) de chaque série.

Comme souvent, il y a également une petite touche qui rend le magazine vraiment pratique et qui le valorise vraiment à mes yeux : on nous explique où trouver chaque série pour la regarder en 2021 (même si ça, c’est une prise de risque de leur part, parce que les contrats varient souvent) et surtout, on nous donne des exemples de séries du même genre qui pourraient nous plaire si on en a aimé une. C’est un petit détail à l’échelle du magazine, mais je trouve ça vraiment sympa pour naviguer d’une série à l’autre et pour se décider à en commencer une nouvelle, ou juste pour en découvrir.

Bref, c’est un magazine que je recommande vraiment aux néophytes, qui se retrouvent alors avec un univers de possibilités à découvrir. Pour les sériephiles les plus aguerris, il est un outil plutôt pratique qui compile une bonne somme de détails. Sans être forcément aussi indispensable que je l’espérais, il est utile et vraiment agréable à feuilleter, entre les souvenirs de certaines séries qui remontent et les découvertes à faire avec d’autres.

Vous pouvez acheter le magazine en librairie à 14€50 en France s’il vous intéresse… ou le commander en ligne, par ici.

Cet été sur le blog

Salut les sériephiles,

Je me suis piégé tout seul avec cet article dont j’ai écrit le titre il y a quelques semaines déjà en le casant ici parce que c’était la date parfaite pour évoquer l’été avec vous, et notamment l’été sur le blog. Pourquoi ça ? Eh bien, c’est les vacances, les amis, ça y est, on les a attendues un certain temps, mais elles sont là, et ça fait plaisir d’être limite pris par surprise par leur arrivée !

Recap 'UnREAL' Season 1 To Relive The Series' Most Outrageous Moments

Généralement, à chaque période de vacances, je me prévois un petit planning de visionnage et de choses à faire sur le blog. En ce qui concerne le blog, c’est plutôt facile : j’ai déjà lancé la saga des premières fois chaque samedi, j’ai quelques articles pour le lexique du sériephile, tout va bien. En ce qui concerne les visionnages, c’est autre chose : j’ai énormément de mal à m’y mettre en ce moment. Du côté des hebdos, ça va à peu près, même si je ne sais pas si je verrai dès aujourd’hui les deux épisodes qu’il me reste. J’arrive en tout cas à rester à peu près à jour, et heureusement vu le nombre de séries diffusées en ce moment.

En revanche, là où cet article est un piège, c’est que j’ai plein de séries à rattraper sur mon planning, mais vraiment plein, et je n’arrive donc pas à m’y mettre, n’arrêtant pas de les décaler. Certes, la rentrée sera maigre en séries vu que la Californie est encore confinée en ce moment et que la situation aux États-Unis est loin d’être idéale, mais ça n’empêche pas que j’aimerais bien avancer dans tout un tas de choses. Ainsi, je mets la priorité sur les fins de saisons qu’il me reste, même si j’ai du mal à trouver des séries qui me motivent en ce début de vacances.

The Definitive Ranking Of All "Veronica Mars" Episodes

Allez, je liste quand même, sans vous dire précisément ce qu’il en sera, comme ça, je ne m’aventure pas dangereusement. Pèle-mêle, voilà tout ce que j’essaie de caser dans mon planning en ce moment et que j’espère avoir vu d’ici septembre. Pour certaines, ce sera redondant de certains articles précédents ou du podcast d’hier soir… pour d’autres, il y aura peut-être quelques surprises :

The Affair: Season 2 Episode 4 | Cinema Freak

Finir les saisons de The Outpost, The Other Two & The Affair : C’est une vraie catastrophe, je me les trimballe depuis l’été dernier, avec pour certaines même pas une heure à caser. C’est dans mes cordes, c’est sûr… mais il faut juste que je me motive. Après, pour The Outpost, je me dis que ça peut limite atteindre la fin de l’été comme ça j’aurais encore tout en tête à la reprise en octobre…

Top 100 Séries – Places 50 à 26 | Smells like Chick SpiritFinir les saisons de 9-1-1, The Rookie, God Friended Me & American Horror Story : voilà des séries pour lesquelles ça va encore à peu près en ce moment. L’idée est de me mettre à jour avant mi-juillet sur ces séries que je voulais suivre de manière hebdomadaire tout au long de l’année. Ca avance ces derniers jours et vous allez continuer d’en voir quelques articles si tout va bien. Une fois que ce sera fait, il me restera encore Stumptown et All Rise

Gentleman Jack Anne Lister GIF - GentlemanJack AnneLister Sigh ...Finir la saison 1 de Gentleman Jack : Je n’y arrive pas et je ne sais pas pourquoi. J’adore la série, vraiment. Cela va faire huit mois que j’ai les DVDs chez moi, généreusement prêté par Pauline (à force, on va finir par croire que c’est un don)… et j’adore la série, pourtant, mais je n’arrive pas à la bingewatcher. Un par semaine, ça passe bien pour l’instant. Plus que trois épisodes, j’y crois !

Poursuivre Riverdale : Toujours dans le cadre du Challenge Séries, je compte bien essayer d’avancer quelque peu plus rapidement dans cette série. C’est un objectif qui devrait être facile à atteindre, honnêtement. Il s’agit toutefois de commencer une nouvelle saison, et j’hésite pour l’instant à me garder de côté les nouvelles saisons tant que je n’aurais pas terminé toutes celles en cours. C’est ambitieux comme pari, je ne suis pas sûr de réussir à le faire !

https://static1.purebreak.com/articles/4/17/02/24/@/659770-riverdale-saison-3-ces-choses-qui-n-ont-950x0-1.gif

Voir les fins de Club de Cuervos et Suits : parce que c’est honteux de ne pas être à jour dans ces séries que j’adorais et qui sont terminées depuis plusieurs mois maintenant… Bien sûr, cela signifie aussi essayer de me caser Pearson dans le planning.

suits #s9 #darvey #harveyxdonna #finalepisode #meantforeachother ...
En vrai, à peu près sûr que ce gif est un spoiler pour moi, mais toutes leurs scènes sont tellement toujours les mêmes, je ne sais plus !

Du côté des surprises pour le Challenge Séries, je me dis que Years & Years est toujours dans mes stocks (j’ai vu un épisode pour l’instant), même si j’ai peur de la déprime qui va l’accompagner, et que Superstore pourrait être un switch vraiment intéressant. Voilà donc pour l’été tel que je l’imagine. Oh, il y a bien aussi des nouveautés qui vont surgir, comme The Rain, Lucifer ou tout simplement Warrior Nun qui me fait de l’œil (rien que pour son titre), mais dont j’attends aussi les premiers retours pour me faire une idée de si ça vaut le coup ou non. Si j’arrive vraiment à voir tout ça, on pourra sortir le champagne, et… j’aurais à peine fait la moitié de mon Challenge Séries !

Quelles séries pour la Génération Netflix ? - Beabilis, le ...

Non, ce n’est pas gagné, je sais… Et encore, je n’ai pas parlé de 9-1-1 Lone Star. Bonnes vacances !

Ce que c’est que le Peak TV

Salut les sériephiles,

Il est tard pour un article du jour ? Désolé, c’est que j’ai eu un peu de travail encore aujourd’hui. Tout va bien pour autant et c’est avec plaisir que je reviens avec un article qui va à nouveau venir compléter le lexique du sériephile. Oui, je grille toutes mes cartouches d’articles pour celui-ci en ce moment, mais je n’avais pas spécialement envie de réfléchir à un autre sujet ou de revenir sur les récentes annonces Netflix déjà lues partout (pour l’instant… je trouverais bien un angle d’attaque à un moment). Bref, dans le lexique aujourd’hui, on va parler de ce qui explique que je sois si en retard dans mes rattrapages de saison dernièrement : le concept de Peak TV !

Blog de La-Folie-des-seriesTv - Page 3 - La Folie des Séries ...

Alors c’est quoi le Peak TV… la Peak TV ? Concrètement, c’est ce qui désigne la période actuelle de production de séries télévisuelles. Par « période actuelle », j’entends les cinq dernières années, où l’industrie télévisuelle hollywoodienne est montée à près de 500 productions annuelle, un nombre qui augmente encore et toujours.

Series: This Week's TV MVPs - Week 1 ~ Just About WriteLe concept est simple : il y a tellement de séries que l’on va finir par atteindre un sommet, un pic, dont on ne pourra pas revenir. C’est une sorte de plafond de verre qui fait que ça risque de s’effondrer : à multiplier les produits et les acteurs sur le marché, on se dirige vers un phénomène compliqué où le gros succès est difficile à obtenir, parce que les spectateurs se répartissent trop sur différentes œuvres. On peut remercier Netflix pour ça, parce qu’ils ont ouvert le chemin avec leurs productions originales et que tous les services de streaming ont embrayé ensuite : Amazon, Disney +, Hulu, Apple TV… Même Quibi, sérieux !

Voir aussi : Quibi ou l’histoire d’un échec ?

Get Your First Look At "Unreal" Season 2

C’est quoi ce nom ? Franchement, rien de bien compliqué encore cette semaine. « Peak » veut dire « pic » et « tv » veut dire… ben… TV. C’est donc un « pic télévisuel », tout simplement, c’est-à-dire que la télévision est au sommet de son art en ce moment. Par conséquent, il faut comprendre, vu la traduction, que c’est plutôt une appellation à utiliser au masculin en français. Pourtant, tout le monde ne semble pas d’accord et, à l’origine, on trouvé surtout des articles la référençant au féminin, parce que pour des français, « TV » ça sonne féminin et « peak » comme un adjectif. Encore une histoire de la covid, le covid. Les américains diraient potato, tomato (une sombre histoire de prononciation et d’accentuation différente du « a »).

Quelle origine ? On commence à parler de « peak TV » en 2015, lorsque John Landgraf, président de la chaîne FX (celle derrière la saison 1 de You’re the worst par exemple) l’emploie pour analyser son obsession de la quantité astronomique de séries produites chaque année. À l’époque, on approchait simplement des 400… Pas de quoi s’affoler, on pouvait donc faire encore beaucoup plus ! Le problème, c’est que déjà à 400 séries, personne ne peut tout regarder et ça commence à poser des soucis, notamment lors des grandes cérémonies de récompenses où des séries sont oubliées, puisque tout le monde ne peut être récompensés.

jimmy shive overly | Tumblr

Bon, après, ça, c’est jamais qu’une excuse plutôt mauvaise si vous voulez mon avis. Tous les fans de Buffy savent qu’elle n’a pas eu les Emmy Awards qu’elle méritait (concrètement, aucun acteur n’en a eu, mais ils ont eu ceux de musique et maquillage… pas exactement de quoi les distinguer parmi les gagnants, et puis, ça vieillit mal du côté du maquillage).

7 things you never knew about Buffy The Vampire Slayer | bloggy balboa
Aujourd’hui, tout le monde sait que Sarah Michelle Gellar mérite au moins une récompense des Emmy pour cet épisode, sérieux.

Et aujourd’hui ? Cela fait cinq ans que l’on évoque un pic télévisuel qui n’arrive pas et chaque année voit la production de séries augmenter… à moins que ! En 2020, nous avons donc un trimestre de production à jeter à l’eau à cause du coronavirus, ce qui fait que le nombre diminuera peut-être. En plus, une crise économique est à craindre pour la suite, alors 2021 va peut-être mettre un frein à tout ça… surtout que bon nombre de séries se terminaient en 2020.

 

À titre personnel, je le sens passer ce pic télévisuel. Je sais que c’est aussi lié à mon âge et à mes activités diverses, mais j’ai tout de même l’impression de n’avoir plus du tout le temps de regarder tout ce que je voudrais et je sais pertinemment que je passe fréquemment à côté de pépites que j’adorerais (coucou Dark). C’est d’autant plus paradoxal que j’en continue d’autres pour aller jusqu’au bout alors que je les trouve médiocres (coucou 13 reasons why), mais ça, j’imagine que l’on fait tous nos propres choix. Je préfère m’investir jusqu’au bout dans les histoires commencées, en général.

24h après : la fin de 13 Reasons Why (#4) | Just One More Episode
It didn’t.

Avec toutes les séries que je termine en ce moment il faudra de toute manière que je me renouvelle un jour ou l’autre… alors je profiterais des stocks fournis par ce pic télévisuel. Quant à savoir si le plafond est atteint, j’imagine que l’avenir nous le dira, mais il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, ça n’a pas réussi à John Langdraf !