9-1-1 – S03E18

Épisode 18 – What’s Next ? – 18/20
Les scénaristes concluent plutôt très bien un sujet épineux qu’ils ont eu à gérer pendant près de deux saisons, et ça se fait de manière si fluide qu’on sent qu’il y a eu beaucoup de réflexions sur le sujet et de relecture de script pour s’assurer que tout soit parfait. En revanche, on sent aussi que le reste est un peu rushé en comparaison de cette intrigue, mais ça n’est pas bien grave, parce qu’il était nécessaire d’avoir enfin cet épisode. Une belle fin de saison, donc !

> Saison 3


Spoilers

318.jpg

He stopped waiting for me a long time ago.

ENFIN ! Abby est enfin de retour, après deux années d’attente. Elle semble voyager dans un train du futur et a pris un sacré coup de vieux, peut-être à cause de ses nouvelles lunettes, mais elle est toujours aussi cool autrement. Cela fait plaisir de la revoir à l’écran et de l’entendre parler de Buck avec lucidité, sachant très bien qu’il a arrêté de l’attendre. D’accord, mais son départ a fait tellement de ravages au personnage qu’il y a encore pas mal de choses.

Bref, elle a bien voyagé à travers l’Europe et elle en est heureuse, mais elle est désormais de retour à Los Angeles. Sans surprise, son retour se fait avec un joli plan de la part des scénaristes qui en profitent pour lui faire un retour en fanfare, avec un énorme accident de train.

En attendant, Maddie a poussé Josh à témoigner au procès, mais quand elle relit son témoignage, elle n’est pas satisfaite du travail effectué. Elle trouve en effet que ça a plutôt l’air d’être formel et de ne pas être ce qu’il ressent vraiment. De toute manière, l’appel sur le train qui se crashe interrompt bien vite tout ça.

Le train déraille et explose quelques maisons au passage, dont celle d’un homme qu’on suivait histoire d’avoir un point d’attache supplémentaire, parce qu’on allait vite détester Abby.

Oui, revenir dans la série avec un accident de train, c’est cool. Revenir avec un fiancé, c’est parfait pour le drama. Ses retrouvailles avec Buck étaient autrement absolument parfaites, puisqu’elle parle d’abord avec Eddie, avant d’annoncer, hystérique, qu’elle veut retrouver son fiancé qui était dans le train lui aussi.

Ah les batards de scénaristes ! Comme si Buck n’avait pas déjà assez douillé, il faut qu’il apprenne ça comme ça. Elle n’y met vraiment pas les formes. Bien sûr, Eddie et Buck se mettent aussitôt en quête de Sam, son fiancé, qui n’a qu’une question à la bouche quand on le retrouve : comment va sa fiancée ?

C’est charmant. Son fiancé, en plus, on l’a aperçu plus tôt dans l’épisode et c’est évidemment un chic type, lui aussi.

Le problème, c’est que les pompiers ont le choix de l’aider… ou de sauver une adolescente, coincée elle aussi. C’est l’un ou l’autre, et Bobby n’a aucune idée de qui est Sam pour l’instant. Buck en profite pour se renseigner discrètement sur celui qu’il ne peut que voir comme un rival. Le mariage est en juin, et il a deux petites filles. Il se sert de ces arguments pour tenter de convaincre Bobby de sauver Sam, mais ce n’est pas si évident, surtout quand Eddie raconte que c’est le fiancé d’Abby.

Forcément, face à cette information, Bobby finit par changer d’avis et accepter que Buck risque sa vie pour sauver Sam, en risquant d’être écrasé sous le train. Bien sûr, Abby voit tout ça depuis le sol et comprend bien ce qu’il se passe. Par chance, elle a eu le temps de raccrocher le téléphone avant, parce qu’elle était quand même avec la fille de Sam au téléphone.

La première à être sauvée du train est toutefois l’adolescente, alors on garde du suspense pour un moment… mais finalement, Sam s’en sort et découvre que son sauveur est Buck quand il est en présence d’Abby. Cette dernière s’en va après un dernier merci et on est très loin de ce qu’on voulait tous voir, à savoir, quelques explications entre les deux autour d’au moins un café, quoi. Allez, ça arrache le pansement d’un coup, au moins.

Pendant ce temps, Hen et Chimney se retrouvent à essayer de faire ce qu’ils peuvent sur le terrain pour soigner un maximum de blessés. La série ne lésine toujours pas sur les moyens avec de sacrés effets spéciaux et des intrigues toujours aussi dingue. De son côté, Hen commence l’épisode en poursuivant ses envies de devenir médecin, ce qui n’est pas gagné ; donc c’est sans surprise qu’elle se retrouve à examiner le fils de l’homme qui était sur le lieu du déraillement. Celui-ci a une partie de la colonne qui n’est plus connectée à son cerveau sans être détruite pour autant, ce qui signifie qu’il finit par arrêter de respirer. Pour le sauver, il faut donc quelques procédures médicales qu’Hen réussit à faire sans grandes difficultés, mais avec pas mal de stress tout de même.

Enfin, mais c’est bien moins prenant que le reste dans une fin de saison, Athena rentre chez elle pour découvrir que Michael et Bobby ont détruit la cheminée pour passer leurs nerfs. J’ai oublié de parler de ça, effectivement. Cela énerve Athena qui voulait organiser la fête de fin de lycée de May chez elle et qui se retrouve à devoir demander à Hen de le faire chez elle. Elle passe le reste de l’épisode hors-jeu. Elle est sacrément blessée après tout, et elle est aussi traumatisée par ce qu’il s’est passé dans l’épisode précédent et par l’attaque du violeur.

Pas de bol pour elle, elle se retrouve à être aidée par une psy qui prétend vouloir s’occuper des victimes du violeur, alors que la patiente dont elle veut s’occuper, c’est Athena, évidemment. Celle-ci dit qu’elle n’est pas prête, mais l’échange la confronte à ce qu’il s’est passé, avec de moches flashbacks pour accompagner tout ça. Le problème, c’est qu’ils vont nous traiter dans cet épisode ce qui aurait pu faire une partie de la saison 4, parce que concrètement sa fin de saison 3, c’était l’épisode précédent hein.

Athena recontacte donc la psy le lendemain et lui avoue qu’elle s’en veut de n’avoir pas attendu des renforts avant d’entrer dans le bâtiment où le violeur se trouvait.

Le choix est fait du happy end sur certaines intrigues, cependant : Josh témoigne enfin contre « Greg » et lui fait bien comprendre qu’il se venge et est heureux de le voir pourrir en taule. De son côté, Michael apprend que la taille de son cancer a réduit naturellement, ben voyons, et peut même retrouver son futur mec, qui est un médecin, tant qu’à faire. Cela permet d’élargir le champ des intrigues possibles pour la saison 4.

Finalement, la conclusion la plus douloureuse est peut-être celle qui est réservée à Buck. Sam s’en tire sans problème et aura une belle guérison… Il peut donc demander des explications à Abby et lui faire comprendre qu’il lui en veut. Il est surtout curieux de savoir à quel moment elle a choisi de rompre avec lui, ce qui est une question plus que naturelle. Les scénaristes s’en tirent bien sur l’évolution du personnage qui explique qu’elle avait peur de perdre celle qu’elle est devenue en Europe si elle revoyait Buck trop vite.

Quel dommage ! La scène est très jolie et Buck pardonne à Abby… ce qui était plus qu’important pour qu’il tourne enfin définitivement cette page, et nous avec. Abby est donc en couple, fiancée, et heureuse. Tout va bien pour elle, c’est une sorte de happy end tout de même, avec Buck qui lui pardonne, en plus. C’est… beau. Il n’y a que lui pour faire ça, quelle évolution, quand même !

La fin de saison voit tout le monde être heureux à la fête de fin d’année de May, pleine d’adultes, franchement. C’est toujours marrant ces fêtes de lycéens qui finissent en fêtes d’adultes parce que le casting ne comporte pas d’adolescents. Je suis tout de même curieux de savoir ce que May peut bien avoir à dire à Maddie, mais on ne le saura pas avant la saison 4.

C’est finalement sur une chanson que j’adore que la saison se termine avec de nouvelles perspectives : Hen veut donc donc devenir médecin et reprend ses études, Christopher s’en va (pour des vacances ? nouvelle école ? j’aurais aimé une scène entre Abby et son infrimière), Buck est à l’aise dans sa vie, Michael a un rencard avec son médecin, Athena et Bobby restent heureux en amour alors que Maddie… comprend qu’elle est enceinte avant Chimney, qui est deux de tension. Wow. Onze mois et un bébé, allez, c’est parti !

318-2

EN BREF – Il faut vraiment que je me fasse une raison : je n’arrive pas à rester à jour dans cette saison et je préfère largement la voir par groupe de deux à quatre épisodes. Ou plus. Pourquoi ? Eh bien, parce qu’il n’y a pas, dans l’écriture d’une saison de la série, un vrai fil conducteur… Les personnages vivent une succession de drames improbables à une vitesse tellement toujours plus rapide que la cohérence en prend un coup à chaque fois.

Du coup, tout enchaîner m’en fait prendre conscience, mais ça me permet aussi de faire le tour des mini-arcs prévus pour chaque perso : concrètement, en trois à quatre épisodes, les intrigues concernant un seul personnage sont résolus et hop, on passe à autre chose. Côté spectacle, la série continue de valoir le détour, côté personnages, elle propose du bon et du moins bon, mais dans l’ensemble, c’est clair que c’est prenant et que l’adrénaline est là.

Par conséquent, je serai de retour pour la saison 4, en 2021 (ouille), parce que je suis attaché au casting (dans l’ensemble) et que j’aime bien les retrouver. C’est une série qui ne prend pas la tête, tout comme elle ne se prend pas la tête dans l’écriture de ses intrigues, oubliant même parfois certains personnages pour quelques épisodes où les acteurs font à peine de la figuration. On finit par s’y faire.

318-3.jpg

> Saison 3

9-1-1 – S03E17

Épisode 17 – Powerless – 17/20
L’épisode joue bien sur son thème, qui est efficace pour le suspense et pour nous investir dans l’intrigue, parce que c’est vrai que c’est inquiétant tout de même d’être impuissant. Bref, il y a de bonnes trouvailles et ça rend tout ça passionnant à suivre ! Sans parler, évidemment, du fait que cet épisode fait une jolie transition vers la conclusion de la saison, qui promet elle aussi de belles choses !

> Saison 3


Spoilers

317.jpg

You didn’t cut power off, did you?

Oh, le retour d’une actrice qui a eu une grande carrière avant et qui a disparu progressivement des écrans ! Une fois de plus, l’épisode commence par un cas de la semaine où un parent (une mère, ici) entraîne son enfant dans une mauvaise idée : un tour en montgolfière. C’est superbe comme idée en vrai, mais dans une série comme ça, on sait que c’est mauvais. Et ça ne manque pas. Un petit accident plus tard, la fille, Sophie, se retrouve seule dans la montgolfière attirée par les vents alors que le moniteur est inconscient au sol. Tout est bien qui finit bien, évidemment, mais ce thème d’épisode risque de ne pas me plaire.

Ben oui, ce n’est jamais agréable de se sentir impuissant, et clairement, cette mère se sent impuissante. En parallèle, on reprend l’intrigue Hen et Karen pour les voir tenter d’entretenir leurs flammes, alors qu’elles sont constamment dérangées par les enfants et que Karen se met à la soupçonner de la tromper, malgré de bonnes excuses de la part d’Hen.

Au centre d’appel, Maddie tombe sur Josh énervé par un coup de téléphone et lorsqu’elle se renseigne, c’est pour mieux comprendre qu’il est à nouveau question de la prise d’otage. C’est vrai que l’on n’a pas eu de retour sur cette affaire, zéro choc post traumatique, rien quoi. Toujours est-il qu’on lui demande de témoigner et que maintenant il prend conscience que « Greg » a encore trop de pouvoir et d’influence sur lui.

C’est une bonne intrigue et le fait qu’il s’en confie à Maddie, qui en connaît un rayon sur le sujet, est une bonne chose, mais les scénaristes n’en profitent pas assez, je trouve. Ils gardent peut-être ça pour la suite.

On en revient évidemment à l’épisode précédent et à l’intrigue du violeur, qui ne s’est pas attaquée qu’à une seule femme, mais à plusieurs. Athéna et son collègue se retrouvent à interroger plusieurs de se victimes afin de trouver des preuves contre lui, parce que malheureusement, ils n’ont rien de concret contre lui, puisqu’il est masqué sur les vidéos.

Par contre, ils découvrent qu’ils volent peut-être des trophées. De toute manière, ils n’ont toujours pas réussi à le retrouver, malgré l’aide de l’assistante d’Athena. Ou de la bleue ? Ce n’est pas bien clair.

Pendant qu’Athena travaille à fond sur le cas du violeur de l’épisode précédent, Michael et Bobby se retrouvent à gérer les enfants et May a fini par se faire à la tumeur de son père, au point d’apprécier l’humour qu’il utilise autour de sa situation. Franchement, c’est inconscient à force : il a une tumeur, bordel, depuis sept épisodes ! Il prend enfin les choses en main avec un IRM dans cet épisode, cependant.

Cela le conduit à attendre ses résultats en étant légèrement énervé et dans un ascenseur en panne… avec un pur beau gosse (selon ses goûts). Comme ça tombe bien. Le jeu de séduction est évident entre eux avant même la coupure de courant, provoqué par un incident sur lequel nos pompiers travaillent en parallèle (sans que ça vaille vraiment la peine d’être raconté dans une critique ici, en revanche). Allez, c’est mignon, on va dire, même si ce n’est pas bien subtile comme écriture.

La coupure de courant s’étendant à la moitié de la ville, les scénaristes proposent aussi une intrigue pour Maddie, au téléphone avec Gordon, un homme qui se retrouve enfermé dans un réfrigérateur géant. Sans électricité, impossible de s’en sortir. Elle lui donne tous les conseils qu’elle peut grâce à ces fiches d’informations, mais tout de même, ce n’est pas évident.

Heureusement, nos pompiers arrivent à temps pour sauver l’homme et une fois de plus pour la série, tout est bien qui finit bien. Je sais que ce n’est pas toujours le cas, mais ça fait quelques épisodes qu’il ne se passe plus rien de grave.

Oh, les scénaristes s’en sont rendus compte eux aussi, et la panique envahit tout le casting quand Athena se retrouve en intervention et est seule à trouver le violeur, qui l’attaque par derrière. Le combat qui s’ensuit est violent, mais surtout très long pour Maddie qui entend tout au téléphone, impuissante pour venir en aide à Athena autrement qu’en appelant du renfort, qui tarde à arriver. Bobby et les pompiers aussi sont envoyés sur les lieux, mais sans savoir si elle va bien. C’est évidemment le cas, mais elle est salement blessée quand même.

Bien sûr, elle a mis fin aux agissements du violeur, et tout est bien qui finit bien, encore, toujours… sauf pour Michael qui s’enfuit en courant en apprenant la nouvelle, sans laisser son numéro à l’homme avec qui il était coincé. Pas de quoi s’inquiéter. Finalement, tout le monde se dirige vers l’hôpital en fin d’épisode, sauf Karen qui trouve un étrange papier bleu dans les affaires d’Hen. Elle se rend donc chez Chimney pour lui faire part de ses doutes sur sa femme qui est encore en train de la tromper.

Chimney est énervé d’être sa couverture quand elle ment, mais il est finalement révélé qu’Hen est simplement en contact avec la chirurgienne de l’épisode où elle a commencé une opération dans le camion de pompiers. Bref, elle envisage de devenir chirurgienne. Ben oui, évidemment. Karen se sent bien bête, Chimeny aussi et la conclusion est bele.

J’ai bien aimé la manière dont Maddie s’occupe ensuite de la gueule de bois de Chimney, alors que Karen fantasme tout de suite sur le Dr Hen. De son côté, Athena voit sa fille se préparer à aller au bal de promo et rencontre la fierté dans ses yeux ; alors que de retour au travail, Maddie reçoit un appel d’une voix que l’on reconnaît immédiatement. Difficile de ne pas avoir été spoilé avant, bien sûr, mais oui, Abby est de retour dans la série de la meilleure des manières, avec un train qui a déraillé et qui promet une très jolie fin de saison.

> Saison 3