9-1-1 Lone Star – S01E04

Épisode 4 – Act of God – 17/20
La série ne fait pas dans la subtilité du côté des développements de personnages et est souvent lourde, mais les catastrophes mises en scènes le sont avec beaucoup de brio. Le budget est là, les idées aussi. Et ça donne du grand spectacle à regarder, donc je dois dire que je ne boude pas mon plaisir devant cet épisode, qui est leur meilleur pour l’instant.

> Saison 1


Spoilers

I don’t think I’m there anymore.

Ils ne font pas les choses à moitié au début de cet épisode, avec une tornade qui s’abat sur une maison où un père célibataire fait ce qu’il peut pour s’occuper de ses enfants. Il a une gamine insupportable qui le force à retourner dans le salon pour retrouver le chat, et j’espère qu’elle le regrettera toute sa vie cette gosse mal élevée, parce que son père s’éclate la tronche contre la table du salon, juste pour elle. C’est malin. L’épisode propose de bons effets spéciaux, nous met à fond dans sa tornade…

Et repart douze heures en arrière. Pff. Je n’aime pas cette structure d’épisode, surtout que l’épisode précédent se terminait sur cette tornade, donc techniquement, on avait vu ce qu’il se passait dans la journée de nos pompiers en théorie. Bon, finalement, non… Et je m’en serais passé. Genre, on reprend sur la chimio d’Owen et… Je ne sais pas, je n’accroche pas à cette intrigue.

Pourtant, j’aime bien Rob Lowe et je continue de penser qu’il est un excellent acteur. Il gère très bien les scènes de faiblesses liées à la chimio – dans l’épisode précédent, une difficulté à porter ses altères ; ici des tremblements et des nausées – mais les scènes où il y est… ce n’est pas ça. Il obtient une nouvelle leçon de morale du vieil homme en chimio avec lui et il est traité en héros ; ce qu’il est après le 11 septembre. Mouais quand même.

On est censé être douze heures avant la tornade, mais on enchaîne aussi avec une scène où Judd préfère jouer aux jeux vidéos que suivre sa femme à l’Eglise. C’est vrai qu’elle citait des textes religieux dans l’épisode précédent et qu’elle s’appelle Grace, c’est a little on the nose, mais je ne m’attendais pas à une telle scène où elle prêche carrément pour que son mari revienne avec elle à l’Eglise.

Toujours dans la nuit de la tornade – alors à quoi bon remonter douze heures plus tôt si c’est pour passer tout notre temps d’épisode durant la soirée ?, Michele explique à sa mère, qui refait sa vie, qu’elle a une nouvelle piste. Sa mère n’a pas trop envie d’y croire ou de faire semblant, s’inquiétant plus de voir sa fille coincée comme ça. N’appréciant pas la leçon de morale de sa mère, Michèle décide donc de repartir au travail, voyant bien qu’une tempête se prépare.

À la caserne, tout le monde se prépare à la tempête à venir avec un bon repas préparé ensemble, mais Michele et Owen se croisent avec chacun leur secret à porter. La scène est plutôt intéressante, sans que ça n’apporte une évolution pour autant. Les évolutions des personnages ne sont pas trop l’intérêt de cet épisode – à part peut-être Judd et la foi, ce qui est facilité aussi par la présence de Marjan et de plusieurs tornades s’apprêtant à les frapper.

Il y a quelques moments intéressants à la caserne, bien sûr, notamment ce moment où Judd couvre une des nausées d’Owan ou celui où le bleu manque de mourir en s’envolant, mais le plus intéressant, c’est encore quand on voit les tornades au loin. Il y en a au moins trois d’après le centre d’appel, et il y a vraiment de quoi faire pour nos pompiers qui se sont d’abord confinés. Quant aux gens du centre d’appel, ils sont en panique face à ce qu’il se passe, mais reste zen. Et ils ne s’inquiètent pas pour les proches, aussi.

Grace a enfin une scène marrante comme ont pu avoir Abby et Maddie dans la série-mère, scène durant laquelle elle aide une petite-amie à libérer son copain d’un coffre-fort parental dans lequel il s’est enfermé. La scène était pleine d’humour, avec un code ridicule à mes yeux car sportif, mais bon, le fils finit par survivre et les pompiers ne sont pas vraiment dérangés. Quant au centre d’appel, j’aime vraiment bien ce que ça donne.

Du côté des interventions des pompiers, il y a franchement de très bonnes choses. La femme de l’épisode précédent finit coincée dans sa voiture, entre deux murs… et genre au trois ou quatrième étage. La scène est impressionnante, comme toujours, avec du budget dans les effets spéciaux. Marjan se colle au sauvetage, dans l’espoir d’être filmée et… C’est contraire à ce que j’imaginais du personnage. Jusque-là, elle aimait le buzz, OK, mais c’était toujours dans le but de sauver des vies. Là… c’est plutôt le besoin de gloire qui la prend, et je trouve ça bizarre.

Bon, je vois ce qu’ils en font, avec une dernière intervention où elle demande aux journalistes d’arrêter de filmer, mais je n’ai pas aimé. La femme est sauvée de justesse, tout est bien qui finit bien de ce côté-là ; et la foi n’est pas remise en cause pour Marjan.

Du côté de la tornade de ce début d’épisode, en revanche, les choses dérapent bien plus. Après de forts moments de suspense, Owen parvient à sauver les enfants de la maison qui s’est écroulée – et plutôt deux fois qu’une – mais pas Michele ne sauve pas la vie du père des enfants, qui n’a rien dit de ses blessures, préférant s’assurer qu’il pouvait sauver ses enfants. C’est triste, parce que s’il avait parlé, il aurait survécu… mais la douleur physique est sûrement moindre dans ces cas-là, quoi. C’est donc là que Marjan prend la décision d’empêcher les caméras de filmer le deuil des enfants, alors que le bleu est celui qui termine finalement aux infos, même s’il n’a fait que distribuer des bouteilles d’eau.

Bon. Les enfants survivent, mais pas le père, et la leçon à en tirer n’est pas des plus subtiles : Owen s’est imposé face à TK pour aller fouiller la maison, parce qu’il a peur pour la vie de son fils… Seulement, la leçon à retenir, c’est que, ben, Owen ferait mieux de dire toute la vérité à son fils. Judd essaie de le convaincre de le faire, mais le capitaine n’en trouve pas le courage. C’est un peu triste, surtout que TK, lui, trouve les pilules de son père dans son bureau.

Comme son père n’arrête pas de tousser et qu’il pend des médicaments de patients en chimio, TK ne met pas longtemps à comprendre ce qu’a son père. Il est encore forcé de le confronter, se vexe d’être vu comme une petite chose par son père… mais tout ne tourne pas toujours autour de TK, et la vraie petite chose, c’est Owen qui n’osait rien dire à son fis. Allez, admettons. C’était lourd, un peu.

C’était un peu lourd aussi que l’épisode se termine à l’Eglise – la maison de crétin selon Judd – mais en même temps, son couple avec Grace est plutôt cool. Et puis, il a vu des miracles, alors il peut être celui de Grace. Il l’aide aussi à remettre en ordre l’Eglise.

Enfin, alors que Michele félicite son équipe – dont on ne sait pas grand-chose, c’est à croire que les scénaristes viennent de prendre conscience qu’il néglige deux personnages – sa mère l’appelle aussi en urgence, pour lui montrer… le cabanon dans le jardin. Il est encore debout et ça prouve sa force. La série ne fait pas dans la subtilité. Par contre, à l’intérieur du cabanon, il y a les affaires d’Iris, qu’elles peuvent fouiller en sympathisant autour d’une conversation sur le yoga. Quant aux affaires, elles y trouvent notamment… une photo d’Iris, assise sur un pick-up bleu. Ah.

> Saison 1

 

9-1-1 Lone Star – S01E03

Épisode 3 – Texas Proud – 14/20
C’est un épisode moins prenant que la série propose, même si c’est intéressant de voir d’autres personnages être développés peu à peu. À ce stade, je sais que je vais accrocher à la série pour la continuer de toute manière, et la fin d’épisode aide bien. J’aime principalement le fait que la saison possède un fil rouge, ce que la série-mère n’a jamais vraiment eu et qu’il me manque parfois chez elle. En revanche, côté personnages, il y a des caricatures qui ont vraiment besoin d’être affinées.

> Saison 1


Spoilers

I’m a cop, I’m used to crazy.

Heureusement que Judd est là pour expliquer aux pompiers comment procéder sur les urgences propres au Texas. C’est clairement le fil rouge de l’épisode, et ça permet de justifier l’utilisation du filtre d’en faire des caisses comme ça sur le Texas. Par contre, ça ne me donne pas envie d’y aller. La première intervention voit donc les pompiers devoir intervenir pour sortir un ado coincé dans un silo à maïs agissant comme du sable mouvant sur lui.

Ma foi, je ne connaissais pas du tout ce principe, c’est assez délirant, mais apparemment, il y a vraiment des gens pour en mourir. Les pauvres. L’épisode nous montre comment faire pour sauver l’adolescent sans ruiner la récolte, mais histoire d’ajouter du stress, on manque d’y perdre TK, qui plonge dans le maïs dans l’espoir de sauver Marjan, tombée dedans suite à un câble lâchant sous la pression. Marjan, c’est donc son nom. Il faut que je retienne.

La pauvre survit, mais elle perd son hijab dans le grand plongeon du maïs… et elle est filmée au passage, ce qui la dérange énormément, évidemment. Ce n’est pas le seul problème de cet épisode, par contre. TK refuse d’écouter un ordre de Judd dans le silo, ce qui provoque quelques remous, créé des dangers et finit en dispute quasiment avec les poings une fois de retour à la caserne. Ce n’était pas exceptionnel, franchement. Et pour passer ses nerfs, TK décide… d’aller provoquer un combat dans un bar.

L’avantage, c’est qu’au moins, il tombe sur Carlos au poste. Celui-ci apprend donc son véritable nom, puis lui donne des conseils – comprenant bien qu’il a fait ça intentionnellement. Ne sont-ils pas choux ces deux-là ? TK reconnaît ses failles face à Carlos, lui apprenant qu’il est un ancien addict et qu’il traverse une rupture difficile… Eh bah, ça avance vite entre eux, finalement, pour des personnages qui ne cherchaient pas à se mettre en couple.

Heureusement qu’il n’y a que dix épisodes dans la saison, sinon, ils finiraient mariés, avec des enfants et divorcés avant la fin de cette première saison. Bon, j’exagère un peu et ce n’est pas le but de la critique. Revenons-en à Carlos, donc, qui continue d’enquêter sur la disparition d’Iris sur son temps libre et d’aider Michèle à trouver des pistes. C’est intéressant comme duo, même si je ne comprends pas trop leur amitié.

Et au moment où je mets ça dans mes notes, que se passe-t-il ? Carlos se plaint justement de l’absence d’amitié de la part de Michele. Elle lui conseille finalement de ravaler sa fierté vis-à-vis de TK, puisque c’est le conseil qu’il lui donne. Elle ravale donc sa fierté en allant parler à l’ex de sa sœur pour s’excuser et tenter d’avoir des informations supplémentaires… mais tout ce qu’elle gagne, c’est qu’il la reporte à nouveau auprès des autorités, parce qu’elle ne respecte pas l’injonction qui la force à rester à distance de lui, en théorie.

À la caserne, Marjan nous fait un petit cours de respect de base sur le hijab, et sur la raison pour laquelle elle le porte. Elle est triste du buzz qu’elle fait à nouveau sur Instagram, avec pas moins de six mille vues sur Instagram. C’est embêtant, et surtout ce #FireFox qui lui colle à la peau ne convient pas aux habituées de sa mosquée, qui lui reproche son manque de modestie et lui demandent de changer de mosquée. L’angoisse.

Elle s’en confine finalement à un de ses collègues dont je ne connais pas encore le nom, mais ça va venir petit à petit, je vais les retenir. Il le faut. Bref, il lui demande si elle se pense vraiment trop fière – et elle sait qu’elle l’est, mais elle a honte en même temps.

En parallèle, dans le même bar, on trouve Judd qui passe une soirée avec sa femme lui conseillant d’aller s’excuser auprès de TK, qui passe sa soirée à mal le regarder. Il faut savoir ravaler sa fierté, on va finir par le savoir. TK ? Il passe sa soirée dans le bar avec Carlos qui l’a invité pour un rencard et n’obtient qu’une soirée à entendre parler de Judd en boucle.

L’avantage, c’est que Carlos parvient à faire prendre conscience à TK que Judd avait raison de le traiter de fils à papa à qui personne n’ose rien dire, et le lendemain, ces deux-là peuvent se réconcilier, reconnaissant chacun leurs erreurs. Oui, Judd aussi, parce qu’il projette des choses sur TK qui n’y es tpour rien dans le trauma qu’il a vécu quelques mois plus tôt.

Autrement, on retrouve Owen à l’hôpital pour sa chimio. Il y sympathise avec un vieil homme, au stade 4 de son cancer. Cela lui permet de se faire un ami qui peut l’aider à annoncer son cancer à son fils, au moins. Il est plein de bons conseils ce patient sur son lit de mort – enfin, pas encore, il est plutôt en forme pour un stade 4.

Le soir, Owen finit au bar, comme tout le reste de la caserne, et tombe sur Michèle qui lui raconte sa vie à elle. Je ne sais pas, ils viennent à peine de se rencontrer, tous, et ils en sont déjà à des confessions de dingue, ça me paraît si bizarre. Le problème, c’est qu’Owen a bu tellement d’alcool qu’il finit par aller voir Dustin lui-même, pour lui demander d’excuser Michele et de lui parler.

Il finit par vomir sur les pompes de Dustin et… le menacer ? Genre, il le plaque contre un mur et l’agresse ? Euh ? Il ne va pas bien lui ? Je veux bien que ce soit le héros de la série et tout, mais… non, quoi. Bon, il raconte tout à Michele au moins, et il s’en excuse, surtout que c’est une attitude sexiste de merde…

Seulement, voilà, les scénaristes sont de son côté. Ainsi, Dustin débarque à la caserne pour parler d’Iris avec Michele. Par contre, le message ne va pas trop plaire à notre deuxième capitaine de la série : il lui explique qu’elle ne connaissait pas Iris, mais qu’elle l’idéalisait beaucoup trop. En plus, sur la fin, quelque chose en elle avait changé, elle voyait de nouvelles personnes qu’il ne connaissait pas et il ne savait plus grand-chose d’elle. Il a tout raconté aux flics, certes, mais pas à Michelle qui l’accusait de meurtre. Il est assez logique quand il s’y met, lui.

Face à de telles confidences, Michele finit par révéler que sa sœur a tenté de l’appeler la nuit de sa disparition. Plusieurs fois. Ah. La scène finit sur un câlin peu probable, car trop rapide, mais tant mieux.

La deuxième intervention de l’épisode n’est pas exceptionnelle, avec un concours de bouffe (au secours, devait-on y passer tant de temps franchement ?) qui tourne mal puisque la gagnante boit beaucoup trop et finit par uriner sur l’ensemble du mur de la fierté sur lequel elle voulait être affichée.

La troisième intervention est plus intéressante, avec une influenceuse yoga assez fière d’elle pour tenter une position qu’elle appelle l’opossum et qui consiste à tenter de se suspendre à son balcon depuis le sixième étage. Pas étonnant qu’elle s’écrase sur la voiture d’un type au sol… Et qu’elle finisse paralysée. Je vais me le noter au cas où pour le Bingo Séries, mais j’espère trouver mieux ailleurs pour ce point.

L’épisode se termine sur un cliffhanger parfaitement inattendu, avec une femme roulant tout droit vers une tornade. Pardon ? Mais… C’était l’épisode 3 ?

> Saison 1