Ma rentrée des networks

Vous ne rêvez pas, c’est bien un article 500 mots sur… qui sort aujourd’hui. Rédigé en mai dernier, je me suis dit qu’il était temps de le mettre en ligne uniquement parce que c’est la rentrée, enfin. Bon, d’accord, pas uniquement : demain soir à 21h, il y aura un nouveau podcast consacré à la rentrée des séries… Alors hop, d’une pierre deux coups : voilà un peu de promo pour le podcast et déjà les premières pistes de ce que j’évoquerai pendant la soirée.


Salut les sériephiles,

La période des upfronts bat son plein et je suis frustré comme jamais de ne pas réussir à publier tous mes articles dans les temps. Cela me tient à cœur malgré tout de faire comme si et de préparer mon planning de la rentrée séries, même si objectivement, c’est d’une stupidité sans nom : soyons francs, jamais de la vie je ne vais respecter le planning ci-dessous. Je suis en retard dans une centaine de séries au moins, les séries d’été approchent à grands-pas et je ne vois pas cinq épisodes par jour.

Cette dernière partie de phrase est franchement problématique, d’ailleurs, parce que clairement, si je fais mon planning comme d’habitude, j’ai quatre épisodes à voir le mardi et six le vendredi. Improbable, je sais, mais les autres jours se sont vidés avec le pétage de câble de la CW. Voilà donc ce que ça donne pour cette année :

Lundi

The RookieJe déteste tout bonnement la saison en cours depuis son premier épisode, au point d’avoir laissé plus d’une dizaine d’épisodes s’accumuler. Cependant, je me connais : je la reprendrai pendant l’été, quitte à arrêter d’en écrire toutes les critiques. Elle passait bien en saison 1 quand j’avais enchaîné tous les épisodes, alors pourquoi pas ?

Note du 11/09 : Pourquoi pas ? Parce que. Je n’ai pas repris la série pour le moment… Cela ne veut pas dire que je ne le ferai jamais, mais pour l’instant, l’envie n’est pas venue.

Mardi

NCISEncore une saison pour les agents, et je pense bien rempiler. C’est l’une des rares séries dans lesquelles j’arrive à rester à jour, parce qu’elle se regarde simplement : pas besoin d’écrire la critique en même temps, je mange ou je fais mon trajet de RER devant, puis j’écris vite fait un petit article dessus et hop, c’est en ligne (quand ça ne plante pas). La saison précédente n’est pas encore achevée à l’heure où j’écris, mais je ne doute pas de mon envie de la reprendre en septembre ou octobre.

NCIS Hawai’iJe crois que je suis tombé dans le piège de la franchise, et ça me fait peur parce que je finis par me dire que je vais regarder NCIS LA aussi si je continue comme ça. Cela dit, j’aime beaucoup cette série pour des raisons bien différentes : on y suit beaucoup plus la vie des perso, c’est agréable. Les enquêtes se regardent bien, les scènes d’action sont chouettes, Hawai’i est un lieu vraiment beau à regarder.

Note du 11/09 : La franchise me manque énormément depuis la rentrée scolaire, j’ai hâte de la retrouver !

9-1-1 – C’est un peu le même délire que The Rookie ci-dessus, sauf qu’elle, j’ai aimé le début de saison. Je n’ai jamais repris à la mi-saison, mais je sais que c’est tout à fait le genre de séries que je me mate en regardant trois ou quatre épisodes d’un coup. Bref, ce sera l’affaire de quelques soirées normalement, tout va bien.

Note du 11/09 : Plus que sept épisodes, j’ai encore envie de croire que je peux être à jour pour la semaine prochaine (même si j’ai une semaine méga chargée).

The Cleaning LadyBon, là, c’est le suspense : est-ce que je vais vraiment regarder la fin de saison 1 cet été, ou est-ce que je laisse tomber ? J’adore l’actrice principale, alors ça donne envie de continuer… mais en même temps, j’ai plein d’épisodes en retard et elle n’est pas ma priorité. Peut-être qu’en laissant tomber la critique par épisode pour une critique de saison, ça vaudra le coup ? Affaire à suivre.

Note du 11/09 : Ca valait le coup, j’ai bien accroché à la saison en bingewatch finalement.

Mercredi

The Rookie Feds – Première nouveauté de ce planning, premier gros doute sur la nécessité de cette série. L’idée d’une bleue trop âgée pour être là chez les agents fédéraux est plutôt marrante, les différents entre FBI et police dans la série-mère promettent des crossovers marrants, le choix de casting du personnage principal est bon pour être un peu novateur. Je vais lui laisser sa chance.

Jeudi

Pas une seule série ? C’est triste, mais bon, j’ai eu droit à quelques annulations alors forcément, ça dégage du temps. Il y a fort à faire pour voir tout le reste de toute manière, et au pire, je ne doute pas que Netflix ou Disney+ sauront me donner des envies d’aller voir ailleurs.

Vendredi

So Help me Todd – Le synopsis me blasait énormément et je ne comptais pas lui laisser la moindre chance. Et puis, j’ai vu que Skylar Astin était casté dans le rôle principal et j’ai complètement changé d’avis. Pour lui, je peux bien tenter de regarder et voir si la mayonnaise prend. Il y a de grandes chances que la série ne soit pas exceptionnelle, mais le trailer fonctionne à peu près. On suit dans cette série la vie d’un détective privé qui travaille pour sa mère, avocate. Et ce n’est pas par choix.

WalkerEncore une série dans laquelle je ne suis pas à jour, mais elle occupera certains repas solitaires de cet été, donc les quelques épisodes de retard seront vite rattrapés. La série a réussi à survivre au départ de son actrice principale, ça restera un procédural peu prise de tête à regarder.

Walker Independance – Je ne devrais même pas laisser sa chance à cette série qui va raconter la vie d’Abby, l’ancêtre de Cordell Walker, interprété par Katherine McNamara dont j’ai adoré détester la performance dans Shadowhunters. Oui, mais voilà, le casting m’intrigue. Ce sera vraiment la série que je ne regarde que d’une oreille en corrigeant des copies, je crois.

Grey’s AnatomyJ’ai quelques épisodes à rattraper et la saison commencera, si j’ai bien compris, sur son 401e épisode. Je ne vais pas m’arrêter en si bon chemin, ce sera toujours un plaisir de la retrouver. Je l’ai écrit il y a peu, de toute manière.

Station 19Si je n’étais pas convaincu par les choix opérés en saison 2, ça va quand même beaucoup mieux depuis la saison 4. Je suis même plutôt extrêmement fan de la série et de ce qu’elle propose désormais, du côté des personnages, des évolutions et des messages qu’elle veut faire passer. C’est important, et rien que pour ça, je reste !

Law & Order SVUEncore une série que je ne regarde que de loin, mais maintenant que j’ai pris le pli de la regarder, je dois avouer qu’il m’arrive d’avoir vraiment envie de la regarder. Bref, je vais la continuer, c’est certain.

Note du 11/09 : Autant je suis à jour dans les séries Shondaland, autant il me reste toujours une petite poignée d’épisodes pour celle-ci. Ca ne m’inquiète pas, c’est mon rythme habituel.

Samedi

Fire Country – Il faut bien tenter quelques nouveautés, et au moins, celle-ci n’est pas un reboot ou un spin-off ? Par contre, c’est sacrément redondant avec d’autres séries que je regarde déjà. Franchement, je ne pense pas la regarder, mais on ne sait jamais : si les audiences sont en rendez-vous, si Twitter m’en dit beaucoup de bien… peut-être que je regarderai ? Peu probable, je sais.

Dimanche

Et rien le dimanche, mais ça, c’est déjà plus habituel.

Voilà donc pour le planning de rentrée… Et c’est franchement déprimant. Je sais que j’ai déjà écrit que je trouvais les networks trop fades (et c’était déjà le cas en 2020 !), mais ça se confirme. À l’heure où les plateformes de streaming proposent de sacrées séries événements et des projets qui me tentent, je suis bien triste de me rendre compte que les networks peinent tant à trouver encore un moyen de m’attirer.

Il faut toutefois contraster cette conclusion avec l’espoir de la mi-saison : une fois n’est pas coutume, c’est elle qui m’inspire plus et que j’attends impatiemment. Il n’y aura que 9-1-1 Lone Star pour les retours, mais un paquet de nouveautés qui me font de l’œil. Le problème, c’est que d’ici là, je ne sais pas si j’aurais le temps pour True Lies (en critique express), Not Dead Yet, Accused ou l’animé Krapopolis (c’est du Dan Harmon, je vais lui laisser sa chance).

Le temps nous le dira (si je regarde mes séries d’ici là – et si WordPress me laisse publier mes articles). Pas sûr, donc !

9-1-1 Lone Star – S03E11

Épisode 11 – Prince Albert in a Can – 18/20
Forcément, quand la série se concentre d’une part sur mes deux personnages préférés et offre d’autre part un rôle de taille à mon actrice préférée (bon, une d’entre elles en tout cas), ça ne peut que me plaire. Il y a bien des défauts dans l’épisode et des moments où j’ai levé les yeux au ciel parce que c’était prévisible ou moins cohérent, mais j’ai été scotché à mon canapé pendant un bon moment. Je pense de nouveau marquer une petite pause dans mon visionnage, mais je suis content de terminer sur un épisode qui annonce de meilleures intrigues.

Spoilers

Le 9-1-1 est victime d’un canular qui tourne mal, Catherine découvre qu’elle a quelques ennemis.

.

It looks like the whole thing was a prank.

L’épisode commence par un appel assez perturbant pour Grace : elle essaie de venir en aide à une femme qui est paniquée car son bébé et elle sont cachés dans un placard pendant qu’un homme qui veut foutre le feu à leur maison est à leur recherche. La bonne nouvelle avec cet appel ? Carlos est enfin de retour dans la série.

C’est clairement une affaire pour la police, mais aussi pour les pompiers : il y a une possible fuite de gaz dans la maison. Tout le monde s’affaire aussi vite que possible pour venir en aide à la mère de famille… Sans y parvenir. Alors que le SWAT entre dans la maison, Carlos remarque finalement un homme en train de s’enfuir par les jardins de la résidence.

Il le poursuit, pendant que dans la maison, Owen comprend qu’il n’y a jamais eu de bébé dans la maison. C’est bien étrange, mais l’ensemble serait un canular. Après, pour un canular, c’est violent : l’homme que poursuit Carlos a un couteau dans la main. Forcément, il le tazze… et cet abruti tombe sur son propre couteau, s’égorgeant au passage. Carlos a beau faire tout ce qu’il peut, Tommy et TK aussi quand ils arrivent sur place, c’est trop tard : l’homme meure à cause d’un canular.

Bon, il s’enfuyait quand même face à la police : il était dealer de drogue, et apparemment, c’est ce qui explique sa fuite autant que l’appel reçu par Grace. C’est Grace qui nous l’explique quand elle rentre chez elle, en congés. Bien qu’aucun soupçon ne pèse sur elle dans ce qu’il s’est passé, elle ne peut s’empêcher de s’en vouloir de ne pas avoir compris qu’il s’agissait d’un faux appel, persuadée d’avoir été distraite par les pleurs du bébé. Certes.

Judd la réconforte comme il peut, mais ce n’est pas évident, car elle culpabilise de manière bien peu rationnelle. La conversation les mène assez naturellement à Carlos, puisqu’il a tué le suspect bien malgré lui et est tout aussi arnaqué par ce faux appel que Grace.

Cette dernière débarque donc chez TK et Carlos, afin de leur parler. Elle a surtout envie de partager sa colère à Carlos, qui lui répond qu’il est plutôt frustré par la situation. Je comprends pourquoi Grace est furieuse, mais TK est clairement en plein déni de ce qui est en train de se passer. Il se réfugie dans le sport, comme il peut, et Grace se retrouve à avoir le discours que Judd lui a tenu, à peu de choses près.

Elle demande toutefois à Carlos de lui venir en aide pour comprendre ce qu’il s’est passé. Ben oui. Elle ne travaille plus car elle s’est mise en congé ; Carlos ne peut pas travailler tant qu’il n’est pas clarifié de tous soupçons, mais les voilà qui se mettent à enquêter ensemble.

Et TK les encourage ? C’est pourtant la pire des idées possibles. Carlos, bien qu’en arrêt, réussit à avoir quelques dossiers de la police d’Austin sur des personnes passant de faux appels au 9-1-1 pour se venger d’autres dealers. On en découvre tous les jours avec les séries… Malheureusement, il s’agit là d’une fausse piste pour eux, parce que tous les faux appels se ressemblent et ne correspondent vraiment pas au professionnalisme de l’arnaque de celui reçu par Grace.

À court de pistes, Carlos et Grace reçoivent finalement l’aide de Judd : il les oriente vers la piste du jeu vidéo, parce que l’homme mort était un streamer avec pas mal de personnes le regardant. Ils se mettent donc eux aussi à regarder les lives du type, même si Carlos ne peut s’empêcher d’être dans l’incompréhension la plus totale face à cette activité. Il est presque décevant.

Bref, Grace et Carlos finissent par mener l’enquête ensemble en regardant tous les haters de ce streamer. L’enquête est rapide à mener, mais ils passent trois plombes bizarrement. Leur victime avait un hater plus violent que les autres, ce qu’ils auraient pu trouver bien vite : il y a carrément des vidéos où l’autre, Megalo16, insulte, menace et s’amuse de ce qu’il pourrait faire à la victime de cet épisode. Quelques recherches sur les réseaux sociaux plus tard, Grace a son identité alors que Carlos trouve une vidéo où il confesse totalement ce qu’il est en train de faire.

Voilà donc le soi-disant crossover dont on nous avait parlé et qui fait que je regardais encore les deux séries en parallèle sans avoir forcément besoin de le faire ? Le type est à Los Angeles, ce qui fait que c’est Athena qui l’arrête. La scène était marrante à voir, mais franchement, c’est un canular qui tourne vraiment mal toute cette affaire. Après, je rappelle que j’adore Grace et Carlos qui sont mes personnages préférés dans cette série – donc forcément, avoir droit à une intrigue pour ces deux-là, c’est top. Les voir tout souriant au téléphone, c’était génial aussi. Oh le « god’s plan bitch » de Grace est presque en trop pour la crédibilité de l’ensemble, mais ce n’est pas grave. J’ai passé un vrai bon moment avec ces personnages, alors c’est un crossover que j’approuve même s’il est parfaitement inutile.

Carlos et Grace sont peut-être mes personnages préférés, mais j’apprécie vraiment le casting et les centres d’intérêt de cet épisode. Quel plaisir de voir que la série n’oublie pas non plus l’embauche d’Amy Acker avec cet épisode ! Elle est de retour dans le bar habituel de la série où elle partage un verre et une petite danse avec Owen. La bonne soirée est toutefois gâchée par un hater de Catherine : elle bosse pour un gouverneur qui n’a pas que des fans, ce qui fait qu’elle finit par se faire insulter.

Catherine demande deux fois à Owen de laisser l’affaire se tasser d’elle-même, répondant elle-même aux menaces et insultes du type… mais Owen ne supporte pas de la voir se faire insulter. Il frappe donc le type contre l’avis de Catherine et c’est le pire des moves possibles. Elle n’a pas envie d’être la demoiselle en détresse, ce qui est assez raccord avec Amy Acker, ma foi. La pauvre rentre donc chez elle raccompagnée par un Owen qui tente de lui expliquer ce qu’elle devrait ressentir. Bref, le couple connaît sa première dispute.

Bien qu’il ne soit pas forcément fier de lui et cherche à cacher au travail ce qui lui est arrivé, il finit par en parler à Paul et Tommy. Cette dernière est plutôt de bons conseils pour expliquer le point de vue de Catherine à Owen et pour lui proposer de lui envoyer des fleurs et/ou du chocolat pour se faire pardonner.

Par contre, quand on voit Catherine recevoir des fleurs à son travail, j’ai tout de suite su que c’était mauvais signe, surtout après avoir eu toute une scène avec un hater et une autre où elle certifiait à Owen qu’elle n’avait pas demandé son aide. Elle la demande bien vite au 9-1-1 : elle ouvre l’enveloppe avec les fleurs… et aussitôt de la poudre lui explose au visage. Alors. J’ai un passif avec Amy Acker se prenant de la poudre au visage et je n’aime pas ça du tout.

Elle panique immédiatement et appelle le 9-1-1, ce qui mène aussi le FBI à venir se mêler de l’affaire, parce que bon, on parle d’une attaque terroriste dans les bureaux du gouverneur. Avec autant de moyens développés, c’est presque étonnant de voir les pompiers être ceux qui interviennent pour faire les prélèvements de la poudre blanche, mais on comprend aussi l’empressement d’Owen a vouloir aider Catherine.

La pauvre est auscultée par Tommy qui n’a pas que des bonnes nouvelles : certes, elle n’a aucun symptôme, mais elle pourrait encore être empoisonnée à l’anthrax – ou pire. Catherine prend étonnamment bien la nouvelle, mais bon, que faire d’autre ? Bien que terriblement inquiète, elle ne peut s’empêcher de répéter qu’elle aurait préféré que les fleurs viennent d’Owen. Je peux la comprendre – et lui aussi. Il doit se sentir encore plus con de ne pas l’avoir fait.

A l’extérieur de l’immeuble, tout le monde s’affole pour retrouver le livreur de fleurs qui pourrait être le terroriste. Mateo est celui qui finit par le repérer et le faire arrêter alors il est tout heureux… mais il s’agit pourtant bien d’un simple livreur. Ça, il ne le sait pas immédiatement : il faut d’abord que le gamin se mette à saigner du nez (par stress) et s’évanouisse, faisant croire à tout le monde que la poudre est bien pire que de l’anthrax.

Finalement, c’est le laboratoire mobile qui finit par déterminer que Catherine n’est pas empoisonnée du tout et qui permet à toute cette intrigue d’avoir un happy end. Elle a pourtant détourné l’attention de la première intrigue pendant un long moment, alors les scénaristes décident de ne pas la laisser tomber tout de suite.

En fin d’épisode, Catherine et Owen rentrent totalement réconciliés chez lui. Au moment de passer à une jolie nuit d’amour par contre (à croire qu’ils ne sont pas épuisés par cette journée de malade mental qui mérite bien des séances chez un psy ???), ils sont perturbés par le fait qu’un cochon mort et ensanglanté soit sur le lit d’Owen. Vraiment, des chochottes.

Non plus sérieusement, le cochon est accompagné d’un charmant message (t’es un cochon toxique ??) qui n’est pas sans rappeler celui qui allait avec les fleurs reçues par Catherine, insistant pour dire qu’elle est toxique désormais. C’est un problème de taille… Elle le prend pourtant avec humour, signe que la série est vraiment écrite pour faire rire parfois. Owen soupçonnait déjà le hater du bar juste avant, la piste semble se solidifier. Ce ne sera probablement pas ça… mais qu’importe, il faudra commencer par-là.

De mon côté, et comme je l’indiquais dans l’avis sans spoiler de cet épisode, j’envisage d’arrêter ici mon visionnage de la série pour le moment. Ma priorité va être pour la série-mère, histoire de tenter de rattraper mon retard avant la reprise de la série dans une quinzaine de jours. Ce n’est pas gagné, même s’il ne me reste qu’une poignée d’épisodes, parce que c’est aussi la rentrée. 9-1-1 Lone Star ne revenant elle qu’en janvier, je me dis que j’ai le temps de la voir plus tard – peut-être aux prochaines vacances ou dans les pauses de diffusion de la série-mère. On verra bien !

9-1-1 Lone Star – S03E10

Épisode 10 – Parental Guidance – 13/20
Ce n’est toujours pas grandiose pour cette saison dis-donc. Je ne sais pas, je trouve le scénario trop flemmard et le manque de cohérence dans ce qu’il se passe de plus en plus visible. Pire encore, les personnages ont eu tendance à m’énerver dans cet épisode parce qu’ils sont incapables de se parler comme des êtres humains normaux, et ça ne se justifie pas vraiment. C’est dommage, j’ai parfois l’impression d’être de retour en saison 1 – et ça ne m’aide pas à me mettre à jour dans la série.

Spoilers

Mateo reçoit un étrange coup de fil d’un barman, Paul ne sait pas s’il pourra reprendre du service.

.

I think Captain Strand and I are going on a quest.

Comme c’est surprenant : l’épisode reprend sur la famille de débilos de l’épisode précédent, et j’avoue que j’ai rigolé de les retrouver. Le soldat rassure sa femme comme elle peut, assurant que ce n’est pas de sa faute si elle l’a écrasé (alors si, le téléphone au volant, hein) et il le fait tellement bien qu’elle se retrouve impliqué dans un autre accident. Cela faisait de bonnes blagues pour la suite, avec Grace qui reconnaît sa voix, puis bien sûr, les pompiers qui reconnaissent très bien le couple.

Finalement, tout ça mène à une petite quête pour la première impression parce qu’elle renverse un chevalier en armure qui insiste pour retrouver la princesse Arabella en danger selon lui. Grace, Owen et Tommy unissent toutes les forces et la logique qu’ils ont pour trouver finalement un restaurant qui pourrait correspondre au délire médiéval du type. Et ça ne manque pas, ils retrouvent tous les clients d’un restaurant médiéval, en plein jeu de rôle grandeur nature, et en pleine intoxication au gaz. Gênant.

C’était une bonne première intrigue, mais comme souvent avec la franchise, ils en font un pataquès pour finalement évacuer bien vite l’intrigue. En tout cas, ma conclusion reste la même : gardez vos yeux sur la route quand vous êtes au volant, putain.

Une fois cette intrigue mise de côté, on peut reprendre sur celle de l’épisode précédent, à savoir la dispute entre Paul et Marjan. C’est assez dingue de voir que Paul s’attendait à la voir débarquer à sa soirée de retour dans son appartement alors qu’il l’a dégagée comme une malpropre de l’hôpital. Les autres pompiers et ambulanciers qui font ce qu’ils peuvent pour la couvrir bien mal quand elle décide de ne pas y aller, mais j’ai du mal à saisir ce que Paul attendait d’elle.

La soirée est tout aussi vite mise de côté par les scénaristes, parce que Mateo est appelé par un bar afin d’aller récupérer son père complètement bourré. Il se doute bien qu’il ne s’agit pas de son père, mais il s’y rend quand même pour comprendre ce qu’il se passe : Mateo y retrouve finalement le capitaine Tatum, le capitaine de la caserne 129 dont il a fait partie quelques mois. Si le capitaine est complètement bourré, c’est parce qu’il a perdu récemment un de ses hommes, le lieutenant Darby.

L’ensemble semble peiné Mateo qui décide aussitôt de prendre soin de son ancien boss… Le truc, c’est qu’il est tellement bourré que ça finit avec Mateo forcé de ramener Tatum chez son boss actuel, pour la nuit. C’est très gros comme intrigue, mais admettons. Il y a des situations dans la vie qui sont comme ça, c’est vrai.

Le lendemain, Owen est ravi de retrouver un collègue bourré sur son canapé, mais il en est vite débarrassé : Tatum doit se rendre faire un éloge funéraire pour Darby. Il est bien trop bourré pour ça, mais il ne s’en sort pas si mal que ça quand il commence à le faire, sous la supervision de Mateo. Bon après l’alcool fait des ravages, l’éloge est donc un peu gênant à voir. On peut faire passer ça sur le dos du chagrin de Tatum cependant, et Mateo fait son possible pour le sortir de l’embarras. Je ne sais pas trop ce que les scénaristes essaient de nous raconter avec cette intrigue, par contre. On termine sur un Tatum qui est clairement victime d’un Alzheimer.

Malgré tout, il n’oublie pas ce qu’il doit à Mateo. Il n’attend même pas une journée pour rendre visite à Owen afin de lui expliquer qu’il souhaite offrir une promotion à Mateo et en faire un lieutenant de la 129. Mateo n’hésite pas longtemps à changer de famille – surtout qu’il vient de se faire engueuler par Marjan sans comprendre pourquoi. Je sais pourquoi, bien sûr : il lui pose des questions théoriques sur ce qu’il faut faire concernant un état de santé problématique d’un collègue… et Marjan s’énerve immédiatement, se sentant prise d’assaut.

Il faut dire que le matin, c’est finalement Judd qui s’est décidé à confronter Marjan pour savoir la raison pour laquelle elle n’est pas venue la veille à la soirée de Paul. C’est une occasion pour elle de rétablir la vérité, parce qu’en fait, absolument personne ne savait ce qu’il en était de leur dispute : tout le monde imaginait donc que Paul voulait revoir Marjan, quand c’est probablement l’inverse. En tout cas, tout ça inquiète Judd, puis Owen : ils perdent en peu de temps Matteo et Paul.

Ils ne sont pas bêtes, ils voient bien que Paul se laisse aller complètement et vire Marjan de sa vie, et ça fait beaucoup pour eux. Trois jours après la fête du retour de Paul chez lui, Owen et Judd décident donc de lui rendre visite. Ils trouvent un Paul complètement au bord de la dépression, persuadé de n’avoir aucun réflexe et de ne pouvoir faire confiance à son pacemaker.

Pour le rassurer, ils le forcent donc à se lever tôt le lendemain pour aller faire plein de sport dans la salle d’entraînement de la caserne. Le tout se fait sous la surveillance de Tommy, donc médicalement, ça permet de vérifier que Paul est toujours capable de faire son travail. Bon, avec le risque d’un défibrillateur interne pour permettre à son cœur de s’en remettre. Franchement, il s’en sort beaucoup trop bien pour un type qui vient d’avoir une chirurgie à cœur ouvert. J’ai mis tellement de temps à me remettre d’une simple anesthésie générale, il ne faut pas abuser comme ça là. Bon, tout le monde est heureux de voir Paul réussir son test là… mais moi, je lui en veux encore pour ce qu’il a fait à Marjan dans l’épisode précédent ?

En parallèle, Marj débarque chez Mateo (enfin chez Owen) pour engueuler ce dernier, une fois de plus. Je la comprends : elle est dépitée de voir que Mateo quitte la caserne sans même un au revoir pour elle alors qu’un an plus tôt, il a voulu l’empêcher (à raison cela dit) d’aller se marier à Miami. Pourtant, assez vite, Mateo trouve le moyen de retourner la situation. Il n’explique pas exactement pourquoi il tient se rendre auprès de Tatum faire son job et ça se termine en reproches – quoiqu’il en dise – parce qu’elle ne va pas aider Paul ?

Eh, mais vraiment, ils sont tous insupportables dans cette série quand ils s’y mettent ! Ne sont-ils pas capables de communiquer avec des mots ? Apparemment, non. Mateo débarque donc en tant que lieutenant à la 129, pour mieux tomber sur un Tatum qui ne se souvient plus ce qu’il fait là. Bien sûr, il fait semblant de blaguer quand Mateo lui rappelle ce qu’il en est, mais il est assez évident que tout le monde devrait remarquer le problème.

Je veux dire, il n’en est pas à de petits symptômes, hein : il se met à confondre des prospectus de pizza avec des rapports pour son travail ? Mateo n’en dit rien à personne, lui venant en aide pour trier l’ensemble avant d’embarquer avec lui sur une intervention – un incendie dans une usine de sauce pimentée.

C’est du grand n’importe quoi. Le pire est toutefois évité grâce à Mateo : quand Tatum demande à Owen, venu en renfort, d’envoyer ses hommes sur un toit qui risque d’exploser à cause des épices, il empêche le pire d’arriver. Il empêche Judd de mourir de peu sur ce coup-là, parce qu’Owen fait plus confiance à Mateo qu’à Tatum. C’est une bonne chose et ça se passe devant tout le monde, ce qui fait que Marjan comprend soudainement les raisons pour lesquelles Mateo a changé de job.

Elle peut enfin prendre du recul, et il en est de même pour Owen. Autant ce dernier en voulait à Mateo de l’avoir trahi en changeant de job, autant ça paraît évident que c’est ce qu’il fallait faire désormais. Durant la nuit, Owen réconforte donc son colocataire pour qu’il fasse enfin ce qu’il fallait. Et en tant que capitaine, il ordonne à Mateo d’aller reporter Tatum à leur hiérarchie. Et oui, Mateo se fait rembaucher à la 126, parce que Tatum l’a viré de toute manière.

C’est amusant comme manière de changer de job tout ça, je n’imagine pas la paperasse derrière, hein. L’épisode peut alors se terminer sur Paul essayant de passer à nouveau son examen physique pour prouver qu’il peut être pompier, mais de manière officielle cette fois. Allez savoir pourquoi, Marjan décide alors de se pointer et de le pardonner ; et Paul aussi ? Genre ? Il ne répond pas à ses SMS et il est content de la voir se pointer ? Mais en fait, y a pas à se comporter comme un gamin comme ça.

Le test physique ? Paul doit le passer devant toute la caserne, ce qui me paraît encore plus angoissant. C’est un peu sans surprise qu’il se prend donc une décharge de son défibrillateur en plein milieu de son test. Cela ne l’achève pas pour autant : il se relève et compte bien terminer le test. Après avoir perdu quasiment une minute ? Et alors qu’il avait réussi à quelques secondes près dans l’épisode ?

La toute fin d’épisode concerne toutefois Mateo plutôt que Paul : alors qu’il culpabilise d’avoir dénoncé Tatum, ce dernier débarque dans le bar où il se bourre pour le remercier d’avoir fait ce qu’il fallait. Grâce à lui, il n’a tué personne. Mieux encore, Tatum lui donne son porte-bonheur préféré pour lui prouver sa confiance.

Vus cette semaine #32

Ce RDV se contente de reprendre l’ensemble de mes avis sans spoiler sur les épisodes vus au cours de la semaine. C’est donc un simple copier-coller de ce qui se trouve déjà dans la colonne de droite et qui est mis à jour quotidiennement. Le titre de chaque épisode mène à la critique plus complète et avec spoilers. Les épisodes sont reclassés par ordre chronologique de diffusion, en J+1… 

Lundi

Westworld – S04E07 – Metanoia – 19/20
C’est bien simple, cet épisode ressemble déjà énormément à une fin de saison. Pourtant, il nous reste encore un épisode (un seul, malheureusement) la semaine prochaine, ce qui fait que j’ai été bien surpris du rythme, des révélations et des avancées dans les intrigues. Parfois, ça semblait presque être trop rapide, mais en même temps, c’est tant mieux, car la dernière partie de cet épisode est ainsi incroyablement cool. Curieux de voir ce que proposera le dernier épisode maintenant.

Mercredi

High School Musical The Musical The Series – S03E03 – The Woman in the Woods – 16/20
Je me suis fait surprendre par une des révélations de l’épisode, et je me demande si ce n’est pas la première fois que la série le fait ? C’est bien la preuve que j’ai laissé mon cerveau de côté avant de partir en vacances, je crois. Ou alors, c’est juste que je me laisse bercer par les chansons originales de la série qui sont toujours aussi chouettes à écouter, même si l’une d’entre elles était spéciale tout de même cette semaine.

Jeudi

Resident Alien – S02E09 – Autopsy – 16/20
Si l’épisode n’a pas la qualité du précédent, il offre une bonne reprise en lançant cette deuxième partie de saison vers de nouvelles pistes. C’est un peu abusé d’oublier certains personnages après une pause si longue, mais comme pour moi la pause n’a été que d’une semaine, tout va bien. Pour le reste, l’épisode me donne envie de rester à jour et me rend impatient de voir le prochain épisode. Tout va bien, donc.

Dimanche

Evil – S03E10 – The Demon of the End – 19/20
Je pensais que la saison durait treize épisodes, alors je n’étais vraiment pas prêt à voir un épisode final. Et pourtant, c’est bien ce que propose la série, et son titre aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Je suis trop endormi en ce moment, ce n’est pas possible autrement. C’est un épisode de conclusion très efficace, en tout cas, au point que c’en est incroyable tant il met tout en place par lui-même. J’ai adoré, tout simplement, et je suis tellement impatient de découvrir la suite à présent !
Tales of the Walking Dead – S01E01 – Evie/Joe – 16/20
Je n’attendais rien de la série, à part possiblement de l’ennui ou un échec, le tout saupoudré de l’univers habituel de la franchise. Finalement, s’il n’y a aucun doute sur le fait que ça fasse partie de la franchise, l’épisode a ses bons moments. Les personnages sont plutôt attachants pour des personnages que l’on ne connaîtra que trois quarts d’heure, l’histoire proposée finit par être intéressante à défaut de l’être dès le départ et la conclusion m’a fait sourire. En fait, l’épisode est plus réussi qu’un certain nombre de la série-mère, parce qu’il fait rire et parce qu’on s’attache aux personnages, tout en sachant qu’ils peuvent mourir à n’importe quel moment puisque c’est une anthologie. Tout n’est pas parfait, ce n’est pas forcément ce que j’aurais fait de ce premier épisode, mais ça fonctionne.
Tales of The Walking Dead – S01E02 – Blair/Gina – 20/20
Cet épisode va diviser et sera soit adoré, soit détesté. Moi, il est tout à fait mon genre de bon gros délire, donc je l’ai adoré, vous l’aurez compris. Les scénaristes sont en roue libre et tentent des choses qu’ils n’auraient jamais pu faire dans aucune des séries de la franchise, pour un rendu qui aura réussi à me faire rire – sans être pour autant entièrement de la comédie. C’est particulier, d’accord, mais c’était l’éclate cet épisode !
 

Walker

Walker – S02E18 –  Search and Rescue – 14/20
Certains personnages sont tellement débiles que l’épisode a pris une tournure comique en cours de route à laquelle je ne m’attendais pas… Les scénaristes non plus ne s’y attendaient pas, ce n’était absolument pas volontaire, les pauvres. Par contre, l’ensemble reste assez intéressant et le fil rouge se développe enfin, yay ! On approche de la fin de saison. Très doucement, mais en brûlant les étapes quand même. Ils sont forts.
Walker – S02E19 – A Matter of Miles – 15/20
La fin de saison se met en place et ce n’est pas toujours fait avec subtilité, mais il faut reconnaître que les scénaristes s’en sortent plutôt bien puisqu’ils ont forcément dû réécrire une partie de la saison après ce qu’il s’est passé en coulisses (le départ dans le casting). J’imagine que ça aurait pu être bien pire, et j’ai quand même un peu hâte que certaines intrigues prennent fin pour lancer une nouvelle saison dans un mois et demi.
Walker – S02E20 – Something’s Missing – 16/20
Rien de bien surprenant dans les « révélations » de l’épisode, car il était facile de tout deviner depuis plusieurs épisodes, mais j’ai bien aimé la manière dont tout se dénouait dans l’épisode. Tout ? Bien sûr que non, évidemment, la série a quelques pistes ouvertes pour la saison suivante. Je n’en attendais pas moins, je suis content de ne pas avoir eu plus : l’attente de deux mois (ça a du bon d’être en retard) sera parfaitement gérable. Une bonne fin de saison, donc, avec juste ce qu’il fallait où il fallait.

Rattrapage

9-1-1 – S05E10 – Wrapped in Red – 15/20
Beaucoup d’interventions pour l’épisode, mais tout de même des avancées et des surprises dans l’intrigue. Toute la saison semble aller dans le même sens et c’est assez clair à présent. Je me demande ce que donnera la deuxième partie après tout ça, mais le cliffhanger de mi-saison est assez efficace, en vrai, même si très différent de ce que fait la série habituellement.
9-1-1 Lone Star – S03E09 – The Bird – 14/20
La série continue sur sa lancée, et je finis par me demander si la saison 2 était un accident de parcours à proposer des épisodes aussi bien écrits avec des développements intéressants pour les personnages. Là, on a bien une intrigue intéressante, mais elle va à toute vitesse, contrairement à l’intrigue principale de l’épisode qui est, elle, particulièrement longue et peu intéressante à suivre.
Manifest – S03E05 – Water Landing – 14/20
C’est légèrement moins pire que dans mon souvenir, même si les personnages sont toujours pas mal débiles, à commencer par une certaine scientifique. Franchement, la moitié de ce qui arrive aux personnages pourrait ne pas leur arriver s’ils réfléchissaient tous dix minutes avant d’agir, mais cet épisode était un peu plus convaincant que dans mon souvenir en ce qui concerne le rythme. En plus, j’avoue que je ne m’attendais pas à cette fin.
Manifest – S03E06 – Graveyard Spiral – 15/20
Je vais finir par regretter de ne pas avoir vu la saison plus tôt : j’ai bien aimé cet épisode. Il y a toujours les moments un peu débile où les personnages font des trucs qui n’ont pas de sens et des facilités scénaristiques énormes, évidemment, mais l’épisode était divertissant. En plus, pour une fois, on sent une vraie avancée concernant l’intrigue globale de la série, avec quelques questions supplémentaires. J’aime bien quand ils proposent des épisodes comme ça, où toutes les intrigues sont vraiment liées entre elles.

J’ai aussi vu un épisode de New-York Unité Spéciale et cinq épisodes de I am Groot. Enfin, si on peut appeler ça des épisodes, quinze minutes en tout, sérieusement ?

> Vus en 2022