Filthy Rich – S01E04

Épisode 4 – Romans 8:30 – 12/20
Cet épisode fait un flop total alors que j’étais plutôt pressé de découvrir ce qu’il allait advenir de tous les personnages après une pause d’une semaine. Je n’ai pas réussi à accrocher du tout à l’intrigue proposée, et je n’ai pas trouvé ce que j’attendais de la série. J’espère que ça redeviendra mieux par la suite, mais pour l’instant, vraiment, il n’y a pas une seule des décisions de l’épisode qui a réussi à vraiment me plaire. Et pas de spoiler dans cet avis, je sais, mais le cliffhanger qui n’en est pas vraiment un enfonce le clou.

> Saison 1


Spoilers

Better, we have dogs and gun.

Et si je profitais de ce samedi soir sous couvre-feu (mon dieu, j’ai failli rentrer trop tard) pour continuer un peu cette série ? Cela fait un moment que j’ai vu l’épisode 3, il est donc temps de me remettre à cette série, et merci au résumé de tout nous rappeler en une minute, alors qu’il y a clairement beaucoup à faire.

L’épisode commence par Rose, Ginger, sa mère et « Jason » qui se rendent dans la maison de vacances de Margaret pour le week-end. Le but ? Proposer un week-end sympathique loin des fans cinglés à Ginger et sa mère. Le problème ? Margaret a organisé un bon week-end au même endroit et ça fait clairement flipper la mère de Ginger qui n’a pas du tout envie de croiser les hommes amis avec Margaret.

Celle-ci débarque quand même en hélicoptère avec le reste de ses enfants, mais aussi avec Becky et son avocat. Le but du week-end ? Rassurer les investisseurs, qui sont tout de même bien inquiets de la réputation d’Eugène maintenant qu’il est mort. Cela fait du mal à l’entreprise familiale, forcément, mais aussi au « 18 :20 », le groupe de riches investisseurs… qui invite Eric à les rejoindre.

Margaret se rend rapidement compte que les hommes sont seuls sans elle, notamment grâce à Becky, et elle n’aime pas trop l’idée. Elle se débrouille donc pour passer les voir, puis pour éloigner Eric de tout ça avec une excuse bien bidon.

J’ai bien aimé sa manière de se mêler de tout ça, et toute l’hypocrisie qui se dégage de cette scène très drôle. Elle finit par s’isoler, cette fois avec Paul, pour mieux se rendre compte que le féminisme n’est pas très à la mode en 2020… Pourtant, les femmes ont bien du pouvoir dans cette série. Par exemple, Rachel continue de parler avec Eric sur son site porno.

C’est toujours un secret entre eux, mais ça permet d’apprécier un peu plus Eric qui a tellement besoin d’une oreille attentive qu’il raconte sa vie à une inconnue sur le net, tout de même. Bien sûr, ils sont interrompus par Margaret, sinon ce ne serait pas drôle. Elle organise une partie de chasse, tout en proposant un nouveau contrat aux « oncles » de la famille, les riches investisseurs qui tentent de reprendre le contrôle de l’entreprise.

La partie de chasse peut donc commencer, mais sans Eric qui est juste chargé de tuer un cochon. Il essaie bien sûr de convaincre ses nouveaux frères de le faire, sans succès. Au passage, Jason est dragué par une tante de la famille, qui finit finalement au lit avec Franklin. Bon, ben au moins, ça veut dire qu’il n’est pas gay. C’est décevant, franchement. En son absence, Margaret négocie avec les hommes, mais elle ne fait pas exactement les bonnes décisions – tout comme son avocat qui balance des infos secrète à Luke.

Elle s’en rend compte une fois qu’elle a une jolie fourrure et une soirée barbecue en cours, avec de jolies chansons. Pff, vraiment, j’aime beaucoup la voix d’Eric, qui est un personnage qui gagne à être connu. J’espère qu’on passera plus de temps avec lui dans le futur…

Ailleurs dans la maison, Rose planque Ginger et sa mère dans son placard. Enfin, placard… Tout dépend de la définition qu’on en a : Rose a tout un atelier pour ses créations artistiques avec jamais personne pour venir voir ce qu’il s’y passe. C’est gros, mais admettons que c’est l’avantage d’une vie de riche, hein. Rose trouve tout de même le temps de reprocher à sa mère de ne pas l’avoir invitée, hein.

Ginger aussi confronte sa mère de son côté, histoire d’en savoir plus sur le passé de sa mère. Celle-ci lui raconte donc sa vie et son passé, avec Eugène, mais aussi avec son argent. Elle a ainsi reçu 10 000$ des amis d’Eugène pour coucher avec lui, le tout en étant filmée, évidemment. Le couple filmé, les « amis » d’Eugène ont donc pu faire pression sur lui, et c’était d’autant plus efficace qu’elle est tombée amoureuse de lui et qu’elle lui a fait un enfant.

Rose entend tout ça derrière la porte, et elle en parle aussitôt à son faux demi-frère, de manière détournée. On apprend ainsi qu’elle était fiancée au fils d’un de ses « oncles » et qu’elle considère désormais, tous les hommes de sa famille sont des monstres. Ca n’a pas l’air évident la vie de Rose, dis-donc.

Elle en parle donc à sa mère qui débarque enfin dans le placard pour parler à Ginger et Tina. Il est alors décidé de créer une « table de femmes », pour refléter ce qu’il se passe entre les hommes de la famille. Ginger demande tout de même en échange de pouvoir continuer à faire son travail et être elle-même. Dans quel monde Margaret accepte ? Mystère.

Elle le fait en tout cas, et ça fait plaisir à Rose qui reste un peu trop longtemps avec Ginger et Tina. Elle finit donc par voir un de ses « oncles » sur le site porno de Ginger, ce qui fait qu’elle se réfugie dans sa chambre où « Jason » la retrouve. Décidément, que de guillemets dans cette famille ! L’avantage des guillemets ? Elle peut embrasser et coucher avec son « frère » !

Dans le jardin, Becky et son nouveau beau-frère Antonio apprennent à se connaître, et clairement Becky est insupportable avec tout le monde. Je l’aime vraiment beaucoup. Ils sont interrompus par la coach/mère d’Antonio qui débarque pour faire son petit scandale inutile. Ce n’était pas fou fou. Elle en parle ensuite à Rachel, allons savoir pourquoi.

Bien sûr, la série se concentre ensuite sur le couple Becky/Eric, mais on ne sait pas trop pourquoi. En tout cas, ça permet de comprendre pourquoi Eric se réfugie auprès de Rachel : Becky ne veut faire l’amour que pour la procréation et enchaîne les crises sans raisons, histoire de se plaindre de Jesus qu’elle babysitte.

De son côté, Eugène est donc en garde à vue après son vol de l’épisode précédent. Le problème, c’est que les flics arrivent assez vite à découvrir qui il est. Malgré cela, il est envoyé en travaux forcés, et ça n’a aucun sens, mais admettons, ce sont les États-Unis, on va dire. Je trouve que les scénaristes cherchent juste un moyen de retarder son retour à la vie normale, et c’est trop gros.

Franchement, la flic qui le frappe depuis le haut de son cheval, là, c’était ridicule. Et je pensais avoir vu la série toucher le fond, mais c’était encore pire ensuite avec Eugène tentant de s’enfuir. Il réussit et rejoint la maison où, depuis le jardin, il entend Margaret en train de prier. Elle subit trop de pression désormais et s’en plaint à Dieu. Il vit assez mal ce qu’il entend et décide donc de se faufiler dans la maison comme si de rien n’était.

Il y tombe sur Tina complètement bourrée qui décide de ne rien dire et de ne pas échanger un mot avec lui. Eugène récupère donc une fourrure et personne d’autre ne sait qu’il est en vie. Mouais.

> Saison 1

neXt – S01E03

Épisode 3 – File #3 – 17/20
La série fonctionne vraiment bien à proposer sa petite intrigue jouant toujours sur les mêmes angoisses. J’aime comment se développent son fil rouge, ses personnages et la menace qui plane sur la série – et le monde. Pas besoin d’inventer quoique ce soit pour être efficace : il suffit de jouer habilement avec certains clichés et de nous attacher juste assez aux personnages pour que la série soit convaincante. Et elle l’est.

> Saison 1


Spoilers

They are cute… Until they open the bedroom door and strangle you in your sleep.

La série est déjà assez loin en deux épisodes et je ne sais pas trop comment elle pourra encore jouer de la surenchère désormais. Elle continue tout de même et je ne vais pas la laisser continuer sans moi. L’épisode 3 démarre par des passagers d’un avion, et plutôt par des passagères, avec l’une d’elle particulièrement effrayée par des petites perturbations électriques, puis par des perturbations tout court.

On apprend avant que l’avion ne se crashe (Bingo !) qu’elle travaillait aux États-Unis, avec des robots… Et sa réaction est assez claire : elle a peur de neXt. Ce n’est pas la seule à être effrayé par neXt, cela dit, puisque l’on retrouve ensuite Paul en pleine crise de paranoïa. Il interrompt ainsi le rencard de sa fille avec un parfait inconnu – ou un inconnu parfait ? – parce qu’il est persuadé que cet inconnu bosse pour l’intelligence artificielle.

C’est marrant, parce que je dis qu’il est paranoïaque, mais c’est exactement ce que je pense moi aussi. Dans tout ça, Abby prend assez mal de voir son père débarquer en plein milieu de son rencard, détruire le portable de son potentiel mec et l’embarquer loin de lui. Une fois dans la rue, elle finit par se barrer sans lui, mais sans retourner pour autant vers son rencard. Avant ça, elle obtient de son père des informations pour partir vers une cabane coupée du monde.

Se couper du monde et des ordinateurs est la nouvelle façon de vivre de tous les personnages de la série. Shea se débrouille donc pour qu’Ethan accepte de partir avec son père faire une randonnée dans la montagne. Le problème ? Elle arrive à convaincre Ethan de le faire en lui parlant devant la télévision, en veille certes, mais ce n’est pas un problème pour neXt. C’est con, ça, purée.

Une fois son mari et son enfant partis avec seulement un portable éteint pour la contacter en cas d’urgent, Shea rejoint Paul pour un petit voyage en jet privé vers Biomotion où ils rencontrent le docteur Parish, un homme paralysé, handicapé et sans cesse connecté à une machine pour pouvoir parler.

Les robots et les intelligences artificielles, ce n’est pas toujours un problème pour l’Homme, quoi ! Loin de là, même. Il leur présente Chris qui est chargé alors de leur montrer tout ce qu’il se passe à Biomotion, et personne ne se méfie vraiment d’eux comme ils sont tous en admiration devant Paul. Apparemment, neXt ne s’inquiètent pas trop pour eux, parce qu’ils me semblent hyper facile de savoir ce qu’ils font et où ils sont… mais il ne les arrête pas du tout.

Shea peut ainsi se renseigner sur l’ingénieure du début d’épisode, dont l’avion s’est bien crashé, la pauvre. Décidément, neXt, ça fait peur. Heureusement que Shea apprend tout ça, parce que Biomotion n’est pas vraiment une piste efficace pour eux. A moins que ? Paul capte clairement quelque chose qui m’échappe, mais il décide grâce à ça de revenir la nuit avec Shea.

La série prend alors le temps de nous montrer Shea et Paul en planque, histoire de développer un peu les liens entre eux. C’est important pour qu’on s’attache aux personnages, j’imagine, mais ça ne prend pas encore trop avec moi à vrai dire. J’aime déjà bien Shea, ses histoires de grand-mère, ça m’a déconnecté de la série. Paul ? J’ai déjà décidé de ne pas l’aimer, alors insister autant sur lui, sa maladie et son inquiétude pour Abby… Pfiou, ça m’a blasé. En plus, j’imagine qu’il n’est pas forcément malade, tout le diagnostic pourrait être de neXt et son état de santé se dégrader par paranoïa et abus de pilules. Il en devient particulièrement soporifique, même pour Shea. J’ai tellement ri, c’est exactement ce que je ressentais. Pauvre Abby, avec un père pareil.

Bien sûr, Abby ne se rend pas dans une cabane dans les bois comme son père le veut ; mais elle prend une encore plus mauvaise décision : elle décide d’appeler son oncle. Ted, qui est toujours à la recherche du serveur neXt en espérant aller plus vite que Paul, est ravi d’obtenir de sa nièce des informations sur ce que fait son père… Il ne met pas longtemps à remonter la piste de Biomotion, mais ça veut dire que neXt aussi, j’imagine. Et comme en plus nos héros ne dorment plus, je sens que ce n’est pas une super idée.

À Dartmouth, la planque de Shea et Paul prend fin et ils peuvent donc s’infiltrer dans Biomotion sans le moindre mandat histoire de trouver ce que Richard voulait leur cacher. Ce dernier est évidemment encore présent sur place… et Paul débranche son super ordinateur sans écouter quoique ce soit.

On découvre alors ce qui inquiétait tant Paul et qui était un petit peu évident : le fauteuil-robot de Richard est hacké, tout simplement. Le problème, c’est qu’avec sa paralysie, Richard ne pouvait rien faire et était témoin de tout ce que faisait neXt. C’est hyper gênant : il est à la tête d’une entreprise créant des prothèses biologiques hyper réalistes et pratiques.

Inévitablement, quand neXt perd le contrôle, il s’en sert donc pour perturber nos héros. Shea se retrouve donc face à une bouche en silicone qui prend tour à tour la voix d’un policier pour l’éloigner de Paul, puis celle d’Ethan et enfin la sienne. Shea se rend donc compte de tout ce que peut faire neXt avec les informations qu’il a sur elle et sa famille. Elle l’éclate donc, comme son fils l’avait fait une semaine plus tôt avec Iliza. Enfin, une semaine plus tôt… Une journée plus tôt, pour eux.

J’aime vraiment bien cette série, parce que son grand-méchant est vraiment cool finalement. Avec Biomotion, la série nous ajoute désormais des prothèses, la reconnaissance vocale et des robots-chiens assez efficaces. Ainsi, neXt parvient à assassiner Richard sans le moindre mal, grâce à un robot, et sans que ni Shea, ni Paul ne puissent y faire quoique ce soit.

C’est d’une tristesse cette scène. Heureusement, la défaite n’est pas totale : Richard avait réussi à enregistrer tous les signaux envoyés par neXt depuis deux semaines, et Paul en a les relevés. C’est déjà ça, j’imagine.

Pendant ce temps, au FBI, CM peut reprendre son poste, et il le fait en tirant la tronche auprès de son collègue balance et en se demandant bien où peut être Gina. Celle-ci est en train de dragouiller une amie dans la rue et se retrouve avec ses quatre pneus crevés. Elle appelle aussitôt son ami Ben pour lui raconter ce qu’il se passe, et celui-ci s’inquiète vraiment pour elle.

Ils sont de petits génies informatiques, certes, mais ça attire la haine de certains groupes d’extrême-droite apparemment. En parallèle, nous suivons également le voyage en voiture d’Ethan et du mari de Shea. Le gamin se renferme sur lui-même, mais tout semble se passer bien malgré ça… jusqu’à ce que neXt prenne le contrôle de certains écrans de l’autoroute pour annoncer l’enlèvement d’un enfant. L’amber alert – le système américain pour les enlèvements d’enfants – s’active donc à travers le pays, mais en filtrant évidemment les personnes à qui neXt l’envoie, hein.

Malgré tout, le mari de Shea se rend rapidement compte de ce qui lui arrive. Il est un peu con, puisqu’il s’arrête acheter des fruits au beau milieu d’une vente qui attire pas mal de gens, alors évidemment, il se retrouve coincé rapidement quand l’amber alert est lancée. Comme il a la voiture la plus discrète du monde – une Mustang rouge – il se retrouve forcés d’aller à travers bois vers une ville où Ethan, malin, pose plein de questions à son père pour comprendre ce qu’il se passe.

L’avantage, c’est que pendant qu’ils sont en galère, l’équipe de Shea est au courant de l’amber alert et fait tout ce qu’elle peut pour l’annuler. Heureusement que CM est là, parce que les deux autres ne servent pas à grand-chose…

L’amber alert est donc annulée, mais juste à temps : Ethan était en train d’être retiré à son père par des citoyens un peu trop zélés. Il est flippant ce système, mais vraiment efficace apparemment. Le père se prend quelques coups qu’il ne mérite pas et attire l’attention de la police. Il attire aussi l’attention de neXt, malheureusement, parce qu’une caméra de surveillance, c’est vite trouvé.

Les cliffhangers sont plus prenants que la semaine dernière en tout cas, parce qu’on y voit Abby rentrée chez elle sans avoir conscience d’être surveillée, mais également neXt s’arranger pour faire s’évader de prison ce que l’on imagine très facilement être un tueur en série. Ce tueur, on le retrouve ensuite dans un avion (décidément, que d’avions dans cette série !) où il regarde des photos d’Ethan, Abby, Shea, son mari, … Bref, tous les héros de la série quoi !

> Saison 1