This is us – S05E16

Épisode 16 – The Adirondacks – 15/20
Je ne devrais pas l’écrire ici car c’est déjà un spoiler, mais sachez que j’ai tellement envie de mettre une mauvaise note à cet épisode que c’est dur de rester neutre. Une sorte de darkest timeline semble se mettre en place dans cet épisode qui, à une exception près, nous propose franchement une tournure décevante pour les intrigues qui me plaisaient le plus cette année. Bon. On verra ce que donnera la dernière saison de la série, mais elle part mal.

Spoilers

Le jour du mariage de Kevin et Madison est enfin arrivé.

I need inside air.

C’est l’heure du mariage de Kevin, et l’air de rien, c’est un jour très important pour la série. Ca l’est aussi pour Kevin, de toute évidence, parce qu’il est clairement stressé : on le suit devant son miroir en train de répéter ce qui sera probablement ses vœux de mariage.

En flashback, la série continue de nous spoiler bien des choses, avec cette fois une fin de saison culte de Dynasty apparemment. Malheureusement pour Rebecca, elle ne pourra pas voir l’épisode puisque Jack a eu la bonne idée d’enregistrer son match par-dessus. Ah le temps horrible des VHS et des magnétoscopes partagés.

J’ai eu beaucoup de peine pour Rebecca, et ça m’a rappelé des choses – les mauvais souvenirs de partager des VHS dans une maison avec deux grandes sœurs. C’était bien vu de la part des scénaristes, surtout que la dispute qui suit entre Rebecca et Jack-plus-si-parfait finit inévitablement par inquiéter les Big Three. Pour les rassurer, ils décident de montrer la vidéo de leur mariage aux enfants.

L’idée est géniale, mais ça vire à la catastrophe lorsqu’ils se retrouvent à s’engueuler à nouveau puisque Jack a oublié ses vœux de mariage et ose spoiler Dinasty à Rebecca. La pauvre ! Il est horrible, franchement ! Pardon, je m’investis trop dans tout ça. Cela finit par les enfants demandant aux parents de se marier à nouveau. Cela se termine en week-end sympathique pour la famille, franchement.

Un autre flashback nous ramène dans le passé de Madison, et ça, c’est surprenant. Je crois bien que c’est la première fois qu’on repart sur son enfance, mais c’est fait pour nous montrer les doutes qu’elle a dans le présent. Sa mère l’a abandonnée en lui souhaitant de se trouver un meilleur mari que le sien. C’est super sympa à balancer à une gamine, ça.

Madison s’enferme toute la journée dans ses souvenirs douloureux, alors qu’elle se prépare à son mariage. Elle se souvient par exemple d’une rupture douloureuse avec un de ses copains, la plongeant dans la dépression, la glace et ses problèmes alimentaires. C’est ce qui la mène finalement à ses réunions d’anonymes où elle rencontrera Kate, mais ça lui fait surtout prendre conscience qu’elle a envie de se marier avec quelqu’un capable de l’aimer vraiment. Et la question de Kate doit y être pour quelque chose.

En tout cas, le mariage approche, et ça force tout le casting à se préparer à faire la fête… Sauf que ça se fait avec une mauvaise surprise pour Kate. Tout cela commence bien avec Toby qui a la bonne nouvelle d’être accepté pour le job de San Francisco… Sauf que ça suppose de passer trois jours à San Francisco par semaine.

Kate est loin d’en être ravie, surtout quand il lui balance qu’il adore leurs enfants, mais. Après une conversation avec Madison, Kate se rend soudainement compte toutefois que son mariage vaut plus que ça. Dans ses vœux, elle a promis de tout faire pour lui, après tout. C’est donc ce qu’elle décide de faire : elle appelle aussitôt son employeur pour quitter son travail qu’elle adore.

Bizarrement, son collègue refuse toutefois de la voir démissionner. Même si ce Philip ne voulait pas d’elle comme collègue, il s’est rendu à l’évidence : elle est exceptionnelle et les étudiants l’adorent. Pas question de la voir démissionner donc. Kate en arrive à la conclusion qu’ils vont devoir trouver un nouvel équilibre avec un Toby à San Francisco la moitié de la semaine. Cela va faire beaucoup de billets d’avion, tout de même.

Toby est toutefois prêt à le faire, il semblerait. Elle lui explique alors qu’elle a repensé à leurs vœux de mariage et que même si elle n’a rien écouté de ce qu’il a dit ce jour-là, elle est prête à faire tous les efforts nécessaires pour que la relation fonctionne malgré tout. Et j’ai envie d’y croire, ce qui rend cet épisode parfaitement détestable par la suite.

De son côté, après avoir hésité un bon moment, Rebecca finit par demander à Randall comment était son voyage à la Nouvelle-Orléans pour en apprendre plus sur sa mère biologique… sauf que… Il n’a pas l’air d’en avoir très envie, lui. C’est triste car ça fait deux épisodes qu’il en est question pour Rebecca, mais Randall l’évite. Après, elle ne lui demande pas au meilleur moment non plus.

Il finit par s’en confier à Kevin, le jour de son mariage. Meilleur moment, franchement. Rebecca aussi choisit le meilleur moment pour le forcer à lui montrer des photos de la mère biologique, surtout que ça lui fait bien mal d’apprendre tout ça. Malgré tout, elle se retrouve à forcer Randall à l’écouter lorsqu’elle veut enfin s’excuser.

La scène est super touchante, mais comme bien souvent, c’est grâce à Randall. L’acteur fait un job merveilleux – mais le scénario doit l’être aussi. C’était très chouette de voir Randall et Rebecca s’entendre à nouveau comme à l’origine de la série et parler de la mère biologique.

Autrement, pour le jour du grand mariage, Nick prend la décision de tout filmer de la journée de Kevin. Il souhaite lui enregistrer tous les souvenirs possibles de cette journée… sauf que ça m’a tout de suite mis la puce à l’oreille sur ce qui allait se passer. Cela ne pouvait pas bien se terminer, et plein de signes nous le font comprendre, notamment lorsque l’arche florale dessinée par Madison s’effondre le jour du mariage et force Kevin à tout faire pour que Madison puisse avoir sa journée parfaite par la suite.

Kevin stresse comme jamais toute la journée et il a de quoi stresser le pauvre, surtout que tout le monde lui tombe dessus. Normal, c’est le marié. Il voit bien que Randall et Toby ont des problèmes, ou que Nick pète un câble avec un cadeau très cool – des chaises de bois magnifiques.

Il n’empêche que ça fait beaucoup à gérer pour Kevin. Sa volonté de prendre l’air alors qu’il est dehors est la meilleure idée des scénaristes pour bien nous montrer la panique de voir la journée parfaite qu’il souhaite pour Madison s’effondrer peu à peu. Et ça va loin dans les détails, avec Tess qui n’a pas l’air ravie de sa robe de demoiselle d’honneur. Heureusement Beth s’en rend compte et elle trouve enfin un moyen de se réconcilier avec elle en lui permettant d’avoir une robe qui ressemble plus à sa personnalité. Elle demande tout de même à Kevin hyper stressé ce qu’il en pense – et ce que Madison risquerait d’en penser – mais c’est vraiment pour la forme.

Beth prouve une fois de plus qu’elle est une mère exceptionnelle, faisant tout pour que sa fille soit la plus à l’aise possible dans sa robe et s’assurant aussi de parler d’Alex de la même manière qu’elle parle de Malick. Il faut dire qu’ils sont tous fiers des résultats académiques de Malick dans cet épisode, parce qu’il obtient de beaux résultats positifs pour toutes les facs dans lesquelles il souhaite se rendre. Oui, oui, toutes. Même celles dont il n’a pas parlé à Déjà.

Malick obtient Harvard, et ça laisse Déjà complètement bouche bée, parce que c’est à Boston cette université. Pas la porte à côté. Comme sa tante, elle va devoir composer avec une relation à distance, de toute évidence. La série nous balance ça et le laisse aussitôt de côté, pour que ça se termine par une Tess ravie de voir sa mère faire tant d’efforts pour elle. C’était chouette de prendre le temps d’une réconciliation entre elles.

Une fois que c’est fait, on peut donc en arriver au saccage qu’est la fin de cet épisode. J’ai envie de m’arrêter là et d’oublier tout le reste, franchement. Finalement, Madison est tellement stressée qu’elle finit par aller voir Kevin, même si elle est prête et habillée. Cela porte malheur, et ça ne met pas longtemps à se concrétiser puisqu’elle fait tout ça pour… demander à Kevin s’il l’aime. Le problème, c’est que Kevin est incapable de lui dire que c’est le cas.

Alors. Non. Ils ont beau nous faire croire qu’il ne l’aime pas, je refuse cette situation, parce que les deux derniers épisodes ont servi à construire le fait qu’il était bien en train de tomber amoureux d’elle – et aussi que cette conception de l’amour à l’américaine n’est pas forcément la clé d’un mariage heureux. Ce que fait Kevin à vouloir rendre la journée parfaite pour Madison – et pour sa famille, certes – c’est de l’amour.

Madison lui fait alors une très jolie déclaration d’amour, avant de lui expliquer son passé, sa mère qui l’a abandonnée et le conseil qu’elle a décidé de lui donner en guise d’au revoir. Si elle est amoureuse de Kevin, si sa famille lui a donné tout ce dont elle a toujours rêvé, elle ne veut pas se marier avec quelqu’un qui ne l’aime pas vraiment. Et elle a bien raison. Mais pourquoi ne lui dit-il pas ? Je ne comprends pas les scénaristes sur ce coup-là.

Madison prend donc la décision de ne pas se marier avec lui, insistant sur le fait qu’il sait très bien lui aussi qu’ils ne sont pas prêts à se marier dans ces conditions, parce que ce serait un mensonge pour leur famille. C’est parfaitement horrible.

Tout ça se termine donc sur Kevin assis sur sa chaise à contempler cette journée désastreuse. La scène est très sympathique, en vrai, je l’ai beaucoup aimée ce moment entre les triplés et leur mère. Tous sont là pour soutenir Kevin dans l’épreuve et pour contempler une année bien difficile. Rebecca se retrouve à essayer d’imaginer ce que Jack aurait fait.

C’est Randall qui est le meilleur sur ce coup-là, à savoir que son père ne quitterait pas Kevin comme ça, alors que Kate craint qu’il ne se mette à boire. Pour se redonner de l’espoir et nous prévoir la saison 6, Rebecca demande alors à Kevin de lui construire la maison que Jack voulait lui construire, et ça se fait sur la meilleure des chansons. Un petit Way down we go, cela faisait longtemps honnêtement.

C’est une très belle scène finale pour la série qui réussit à nous provoquer quelques émotions fortes, même en l’absence de mariage. Tout ça grâce aux flashbacks du deuxième mariage de Jack et Rebecca, mais aussi grâce aux plans sur la famille Pearson qui résiste malgré tout.

On en revient alors à Kevin s’entraînant pour son discours de mariage… Nous voilà dans le futur à nouveau, donc, et aux préparatifs d’un mariage. Ce n’est toutefois pas celui de Kevin, ni celui de Madison, qui est toujours dans l’équation. Très franchement, tant mieux. J’ai encore espoir d’une issue positive pour la relation Madison/Kevin. C’est clairement une relation amoureuse qui fonctionne, ils ont passé la saison à construire ce couple génial, je ne comprends pas pourquoi ils ont pris cette décision !

Je veux dire, ça sent le truc écrit à l’avance et dans lequel ils se sont bornés alors que ça ne fonctionnait plus. Non ? Forcément, ça baisse beaucoup la qualité et la note de cet épisode : je n’arrive pas à comprendre ce qu’ils ont voulu faire, ça ne me convainc pas du tout. BREF. Le futur… Comment dire ? C’est encore plus décevant. On découvre en effet que ce jour-là, il écrit ses vœux sur un papier au logo de sa société (?) Big Three Homes… Et surtout que c’est le mariage de Kate. WHAT THE FUCK ?

Franchement, je suis déçu. Depuis le temps, je commençais à vraiment apprécier Kate, grâce à Toby, mais aussi grâce à certaines décisions scénaristiques depuis deux ans. Là, en revanche… Qu’elle quitte Toby, je ne sais pas si ça va passer. Même si la série nous fera probablement le cas de nous révéler qu’en fait, c’est Toby qui déconne ; même si la série paraît bien plus réaliste avec un divorce… c’est naze. Ils ont foutu des flashbacks du mariage de Kate dans cet épisode, pourquoi nous faire un tel flashforward ?

Il ne reste qu’une saison sérieux, on n’a pas le temps pour un divorce et un mariage (enfin, deux, car Nick aussi va y passer) ? En plus, elle va se marier avec son collègue là, Philip. Ma réaction ? Pour de vrai, un bon gros : « Oh FUCK ». They’re the worst, si vous me permettez le jeu de mots avec le CV de cet acteur.

EN BREF – La fin de saison me laisse un goût hyper amer qui fait que je ne sais pas trop ce que je pense de la saison en elle-même. J’ai trouvé qu’ils avaient super bien géré les choses du côté de la pandémie et du covid. Tout est intégré à l’histoire de manière crédible, on suit vraiment la vie américaine et la vision d’une pandémie qui a atteint un pic horrible avant de se calmer et permettre un retour à la quasi-normale (peut-être un peu trop normal, d’ailleurs, ils auraient pu garder une petite touche de gel hydro-alcoolique pour le principe).

Les flashbacks ont réussi à retrouver du souffle, aussi, alors que ce n’était pas gagné. Si parfois, cela réécrit trop les personnages, cette année, ils parviennent dans l’ensemble à être crédibles et à fonctionner. Par contre, vraiment, toute une saison à construire le couple Madison/Kevin et à mener à leur mariage pour nous pondre que Kevin n’aime pas Madison alors qu’on l’a vu construire son amour pour elle mois après mois… Et Kate qui se marie à Philip ?

Franchement, la saison 6 va devoir sortir les rames pour me récupérer, et ce n’est pas l’intrigue sur Kevin construisant la maison des rêves de Rebecca qui va me convaincre, hein. Je mise beaucoup sur Tess et sur la carrière pro de Beth pour me motiver, mais les scénaristes semblent plutôt vouloir se concentrer sur Randall écrivant un article ?

Il va falloir attendre un moment avant de voir la saison 6, puisqu’elle ne reviendra qu’à la mi-saison, mais les scénaristes ont clairement du boulot pour me faire avaler la pilule de cette fin de saison qui me déçoit à bien des égards.

 

This is us – S05E15

Épisode 15 – Jerry 2.0 – 16/20
Un épisode très sympathique qui prépare le terrain pour une fin de saison en plantant un peu partout la graine du doute et des possibilités scénaristiques. Chaque personnage semble être sur le point de se lancer dans une grande étape, l’air de rien, et ça fonctionne bien comme préparation pour la suite. Du coup, je vais enchaîner tout de suite avec l’épisode 16, désolé pas désolé, c’est l’avantage d’être en retard.

Spoilers

Les enterrements de vie de jeunes de nos futurs mariés sont très… familiaux.

Would Madison and I have ended up together if life hadn’t thrown us together in some weird way ?

Il est plus que temps de me remettre aux séries et de rattraper mon retard dans celle-ci. Elle est tellement chouette ! C’est parti pour un épisode qui se concentre sur Kevin, puis sur un épisode de fin de saison et tant pis si jamais je ne termine pas à temps pour publier l’article du jour avant minuit. Il sera publié à minuit trente et puis voilà. Il est temps pour moi de lâcher du lest avec ce blog, après tout.

L’épisode reprend par un flashback nous montrant Kevin se rendant au cinéma avec son père pour le meilleur des films. Soit. Il s’agit de Jerry Maguire que je n’ai jamais vu, ma foi.

Un autre flashback nous ramène après la mort de Jack : on y suit Kate, Rebecca, Sophie, Kevin, Randall et Beth se préparer pour un week-end dans la cabane familiale. Ils y vont en permanence dans ce chalet, c’est fou… Et ça ne se passe pas à merveille de passer tout le week-end en famille comme ça, qui l’aurait cru ?

C’est Kevin qui fout le plus la merde, l’air de rien, à assurer à Randall et Beth qu’ils se feront vite à leur relation à distance… Le problème, c’est qu’il dit ça devant Sophie qui, elle, a très mal vécu leur relation à distance et n’est pas rassurée de découvrir que cela risque de se reproduire avec la carrière d’acteur de Kevin. Forcément.

Celui-ci ignore toutefois la crise de sa femme, préférant revoir Jerry Maguire avec son frère. Euh… OK ? Je comprends un peu Beth qui n’a pas envie de rester sur tout le film et préfère papoter avec sa belle-mère. OK, je ne comprends pas l’idée de parler avec sa belle-mère, mais ça lui réussit en tout cas.

Après le film, Kevin, lui, se sent l’humeur d’un discours pour rassurer Sophie avec des objectifs de vie très sympathiques. Rebecca, elle, reçoit un appel de Miguel qui s’inquiétait pour elle et… c’est super mignon, à vrai dire. La série en a tellement fait sur la relation entre Rebecca et Jack qu’on en oublie trop souvent Miguel. Il n’est pourtant pas qu’une ombre de passage dans la vie de Rebecca, franchement.

Dans le présent, Beth se remet de la fin de son rêve de studio de danse avec l’enterrement de vie de jeune fille de Madison. Elle n’est plus si jeune avec ses bébés, mais bon. De son côté, Randall est parti pour l’enterrement de vie de jeunes garçons de Kevin. Bien sûr, Kate est à fond aussi dans les préparatifs de la fête pour Madison, mais avec le résumé du début d’épisode, on se doute bien que ça va mal finir.

Chez Rebecca et Miguel aussi l’ambiance est aux préparatifs, même si ce dernier est stressé de devoir se séparer de Rebecca. Il a peur de ce qu’il pourrait advenir de sa femme, en fait, et ça se comprend après l’épisode de l’an dernier où nous l’avons vue totalement perdue. Ils s’y font malgré tout.

Enfin, les futurs mariés se préparent aussi à devoir passer la journée loin des bébés. Cela dit, Sophie appelle Kevin pour le féliciter de son mariage et de sa nouvelle paternité, et clairement, ça va tout remettre en question. On a bien senti dans les épisodes précédents que ça allait partir en vrille cette affaire des ex de Kevin qui s’en mêlent…

Sophie a ainsi changé de numéro, et ça sent la rupture pour elle. Il est temps pour moi de séparer la critique en deux, avec d’un côté l’enterrement de vie de jeune garçon et de l’autre celui de jeune fille. Commençons par Kevin tant que nous y sommes, et ça commence mal d’ailleurs, parce que tout ce que Randall a prévu, c’est un week-end dans leur chalet familial, sous la pluie et… devant Jerry Maguire.

Forcément, je n’ai pas vu le film, alors ça me spoile totalement, mais bon, on sent que c’est un classique tout de même. Le problème, c’est que Nick souligne à la fin du film que Kevin est digne d’un Jerry Maguire 2.0 : il est tombé amoureux de l’idée d’avoir des enfants plutôt que de Madison. Tout le monde semble vouloir souligner le fait que la relation de ces deux-là est sortie de nulle part. C’est gênant, surtout que Kevin a toujours considéré ce film comme un chef-d’œuvre particulièrement parce que Jerry Maguire décide ce qu’il veut et se donne la peine d’avoir ce qu’il veut.

J’imagine que le but de cet épisode est de nous montrer les doutes des mariés pour mieux les mettre de côté, mais tout de même, c’est délicat à mettre en avant comme ça. Kevin s’énerve donc de voir que son oncle ose lui balancer un truc pareil, mais vous savez ce qu’on dit : il n’y a que la vérité qui blesse ?

Clairement, oui. Et cela donne l’idée à Randall d’une belle conversation autour du feu – il n’a pas dû pleuvoir tant que ça ? – où chacun doit soudainement raconter très sérieusement ses problèmes. Entre temps, Kevin a eu le temps de lui confier ses doutes vis-à-vis de l’appel de Sophie plus tôt dans l’épisode.

C’était un peu longuet comme scène, mais ça fonctionne bien, car chacun finit par en arriver à parler de destinée, de ce qui est écrit dans les étoiles et dans les doutes vis-à-vis des relations amoureuses. Et celui qui a le plus douté parmi les présents ? C’est clairement celui qui n’a pas eu la romance parfaite comme Jack et Rebecca, après tout. Pas besoin de destinée pour lui : ça ne sert à rien d’avoir une histoire écrite dans les étoiles quand on peut l’écrire ensemble.

C’est merveilleux comme manière de formuler les choses, je dois dire. Je ne m’y attendais pas de Miguel, mais j’aime beaucoup ce que ça donne. Je suis moins convaincu par Nick se mettant à la recherche de ce qu’est devenue Sally ou par Toby se décidant à demandant à être pris en compte pour un poste à… San Francisco. Ah. La fin de saison se rapproche.

Du côté des filles, on est sur un enterrement de vie de jeune fille plutôt marrant : à défaut d’un stripteaseur, Kate a eu l’idée d’embaucher un top model acceptant de se déshabiller devant elles pour être peint par Rebecca, Beth, Madison et Kate. Le problème ? Maddison et Joe se connaissent, car il est un type qui l’a ghosté par le passé.

C’est assez fou comme coïncidence, mais c’était marrant… Et puis quand Rebecca balance « The latter » quand il demande s’il doit garder son caleçon ou non ? Pardon Rebecca ? Elle m’a fait mourir de rire. La scène est géniale, en plus, parce que finalement, c’est une bonne chose : c’est une parfaite revanche pour Madison. J’ai eu tellement de peine pour le type qui se retrouve à poil devant elle pendant qu’elle parle de son mari et tout.

Par contre, il y a un problème tout de même : cela fait prendre conscience à Madison que Kevin n’était pas loin de la ghoster non plus. Sans la grossesse surprise, il n’aurait pas eu la bonne idée de rester avec elle quand même. Après, c’est la vie, ça : on devient amoureux peu à peu, non ?

Le seul problème, c’est que ce n’est qu’un élément parmi d’autres. Alors que Kate a la mauvaise idée de jouer à un jeu où Kevin a dû répondre à des questions et où Madison doit deviner ce qu’il a dit – les Z’Amours, quoi –, Madison ne comprend pas ce que vit sa meilleure amie : Kate prend en effet conscience que Kevin n’est peut-être pas tout à fait aussi amoureux de Madison qu’il ne l’était de Sophie. Il s’imaginait vieux avec Sophie, il l’avait dit lors d’un week-end dans le fameux chalet… Mais il ne s’imagine pas vieux avec Madison.

Cela force Kate à avoir des doutes sur la relation entre Kevin et Madison, alors elle prend le temps de demander à sa meilleure amie si elle est vraiment heureuse et… C’était une superbe idée, je trouve.

Autrement, Rebecca comprend toutefois que Beth ne va pas aussi bien qu’elle le dit lorsqu’elle celle-ci reçoit un mail sur ses perspectives professionnelles. J’ai aimé voir la relation entre ces deux-là, parce que Rebecca est une très chouette belle-mère avec Beth. Et Rebecca en est contente, puisque cela lui fait du bien d’avoir quelqu’un qui ne s’inquiète pas de son état de santé et arrête de la considérer comme une patiente.

Rebecca était super touchante à être heureuse d’être à nouveau une maman, franchement. Par contre, cela ne m’a pas empêché de m’inquiéter pour elle en fin d’épisode quand elle se retrouve à rentrer seule et à être au téléphone avec Miguel devant chez elle. On ne sait jamais, quoi. Tout semble pourtant bien finir pour elle comme pour Miguel.

En revanche, si Kevin se décide à supprimer de son portable le numéro de Sophie, rassuré sur son histoire avec Madison, Madison, elle, se repasse en boucle ce moment où Kevin explique ne pas vouloir devenir vieux. Franchement, Kate, idée de merde, ces questions !

 

Lucifer revient dans moins de 12h sur Netflix !

Salut les sériephiles,

Pin by Julia Moriarity on lucifer ༄ | Lucifer morningstar, Lucifer wings,  LuciferTwitter va être une zone dangereuse demain matin ! Entre la fin de saison de Grey’s Anatomy et la sortie d’une nouvelle demi-saison de Lucifer sur Netflix (enfin !), autant dire que ça va être l’enfer d’éviter les spoilers. En plus, je sais d’avance que je n’aurais pas le temps de voir les épisodes tout de suite… Ce qui ne m’empêche pas de vous proposer à nouveau mes services pour vous remettre en tête le dernier épisode diffusé de la série aux coulisses plus palpitants que ses épisodes.

Lucifer – Saison 5 Partie 1 – Blog livres et séries
L’intrigue de la saison 5 était donc celle de Michael, le frère (et jumeau) maléfique de Lucifer, qui débarquait à Los Angeles et s’amusait à prendre sa place.

Ainsi donc, la saison 5 partie 2 s’apprête à commencer et ne sera toujours pas la dernière, puisque nous aurons une saison 6 également. On verra bien ce que ça donne, mais la série va s’étaler sur dix ans, à ce rythme. Quitte à ne plus rien avoir à raconter ? C’est ma grande crainte depuis l’épisode 8 de cette saison 5, qui s’appelait Spoiler alert.Lucifer – Saison 5 Partie 1 – Blog livres et séries

Ma critique est toujours disponible, d’ailleurs.

Oui, avec cet épisode, j’ai eu un drôle de sentiment. D’un côté, on nous enfermait Ella dans une intrigue digne de Plus belle la vie, avec un tueur au Modus operandi très similaire à celui de l’Enchanteur dans la série de France 3.Lucifer': Top Five Ella Lopez Moments | Nerds and Beyond Elle était donc en couple avec un type parfait qui abusait totalement de sa confiance pour mieux trouver ses victimes et les tuer au nez de la police. C’était sympa, mais pas bien dingue et ça se terminait sans se faire plus de remous que ça pour la série. Juste, le personnage d’Ella avait pris cher, pour mieux disparaître sans vraie conclusion après avoir promis à Pete qu’il irait en Enfer. Bon.

LUCIFER GIFS — The fight scene in the final episode of Lucifer...

Du côté de Lucifer… Aïe, on se terminait la saison sur l’apparition de Dieu pour interrompre un combat entre Lucifer/Amenadiel et Maze/Michael, le jumeau de Lucifer, de l’autre. Et c’était tellement WTF d’avoir un Dieu sous forme humaine que je n’ai pas du tout accroché à ce cliffhanger. J’ai peur que la série aille trop loin dans ses prochains épisodes, diffusés à 9h01 demain, donc.

Lucifer – Saison 5 Partie 1 – Blog livres et séries
Cette intrigue d’enlèvement par Michael, le jumeau maléfique, avait été plutôt sympathique, aussi

Logiquement, on devrait reprendre pile sur cette scène-là, au cours de laquelle le monde est figé. Le problème, c’est que ça commençait au pire moment possible pour Lucifer et Chloé. Depuis qu’elle le savait roi de l’Enfer, Chloé avait du mal à ajuster sa relation avec Lucifer, et là qu’il en était enfin question entre eux et qu’il allait lui dire être amoureux d’elle… bim, elle s’est figée.

https://media.melty.fr/article-4237853-raw/media.gif
Le happy end n’est pas pour tout de suite avec ces deux-là

Le combat entre Lucifer, Amenadiel, Maze et Michael a ainsi pu commencer. C’était une jolie prouesse d’effets spéciaux et je n’ai pas accroché plus que ça au retournement de veste de Maze. Elle a eu l’occasion de dire à Lucifer ce qu’elle avait sur le cœur contre lui qui la maltraite tout le temps, c’est déjà ça… mais Lucifer continue de la négliger malgré tout, ce qui était on ne peut plus énervant !

La saison 5 de Lucifer arrive le 21 août ! - Jaïne & Co
Linda et son bébé sont là aussi, figés. J’ai même eu peur pour leur survie !

Dieu débarque donc pour arrêter le combat entre ses trois fils, et j’imagine bien une scène où Lucifer disparaît à nouveau de la vie de Chloé. Difficile à dire sans avoir vu la bande-annonce, en tout cas. Ah, et sinon, Eve n’est pas revenue dans la saison 5, croisez les doigts pour moi !

Lucifer – Saison 4 – Blog livres et séries
Sa bonne humeur communicative me manque !

Be A Dragon — “Never fear, Lucidan is here. Or is it Douchifer,...Quant à Dan, je ne le supporte toujours pas, mais il a découvert le vrai visage de Lucifer… Ce qui n’a mené à rien, pour le moment. J’imagine une montée de haine à venir contre notre héros ? Tout le monde est au courant désormais, c’est malin.

En attendant demain matin, il n’est pas trop tard pour relire mes critiques de la saison 5

Top 20 Moments From Lucifer Season 5 Part 1 | Tell-Tale TV
La série joue un peu à ça avec nous, parfois !

(ou pour revoir Chernobyl sur M6 ce soir).

NCIS S18E16 (express)

Épisode 16 – Rule 91 – 14/20
Pardon, mais alors quelle déception. D’accord, cet épisode a réussi à me laisser bouche bée à un moment donc c’est probablement une bonne fin de saison, mais il se passe quelque chose qui semble avoir été écrit avec les pieds. Je ne comprends pas trop comment certaines décisions ont pu paraître à quelqu’un être une bonne idée.

Spoilers

Les capacités de tir de Bishop surprennent Torres et McGee alors que Gibbs continue de faire équipe avec sa journaliste préférée.

Par où commencer ? Le meilleur, probablement, à savoir l’intrigue fil rouge de Gibbs, qui continue de m’intéresser. C’est inattendu de le voir explorer une nouvelle facette de sa personnalité comme cela et il y a de bonnes idées dans cette intrigue de serial killer. En revanche, je ne comprends pas à quel moment il s’est dit qu’ils étaient peut-être sur écoute. C’était surtout pour donner quelque chose à faire à Kasie dans cet épisode final ?

Si c’est ça, j’ai bien une idée de scène qui aurait pu être possible, hein. Bon. Je suis furax, je ne vais pas pouvoir le cacher très longtemps, autant l’écrire tout de suite. Avant d’y arriver, je finis sur Gibbs, donc, et son bateau qui finit par exploser. On ne saura jamais comment il est sorti de sa cave, mais il n’aura pas fait long feu en tout cas, surtout qu’il brûle sur l’eau.

Le cliffhanger est très efficace. Je n’aurais pas aimé qu’on nous lâche sur un Gibbs possiblement mort, parce que ça n’aurait convaincu personne. Là, au moins, son soubresaut et ce moment où il se met à nager, c’est efficace. J’imagine qu’il feint sa mort pour mieux coincer le serial-killer à un moment ou un autre, et ça peut me donner envie de revenir. Un tout petit peu.

Après avoir abandonné la série des années à cause du départ de Ziva, je suis à deux doigts de faire la même chose pour le départ de Bishop. Je m’en veux de m’être laissé avoir une fois de plus. En tout cas, la saison 19 se met bien dans la merde avec les départs successifs de Jacqueline et Bishop, en plus d’une présence à l’écran réduite pour Gibbs. Et puis, les femmes, cette saison ! La femme de Palmer, Jacqueline, Emily, Bishop… Vont-elles toutes quitter le navire Rule 91 qui explose ? 

Ce n’est pas nouveau que j’ai du mal avec le traitement des personnages féminins de la série, mais là, on marque encore un beau tournant dans la série qui se sépare de Bishop après sept saison sans la moindre raison claire ? L’actrice confirme le départ de son personnage, les autres acteurs aussi, ça ne semble pas être juste un teasing pour qu’on regarde la saison 19.

Elle se fera sans mon personnage préféré, sans raison. BON. Be careful what you wish for ? Cela fait plus d’un an que j’attends que la série traite ENFIN cette fameuse intrigue cachée pour le personnage, avec ce mystérieux SMS en fin de saison dernière et plein de sous-entendus de temps à autres. Cela finit par sortir de nulle part dans cet épisode, lorsqu’on découvre que Bishop aurait fuité volontairement des dossiers de la NSA.

Mouais. Personne n’y a cru, évidemment, pas même lorsqu’elle avoue, et on comprend donc qu’il s’agit surtout d’une grosse affaire qu’elle monte de toute pièce pour s’enfuir suivre de nouvelles aventures ailleurs, avec l’alliée de Ziva. Mais ? Enfin, l’épisode nous la présente comme vraiment coupable et comme capable de cacher bien des choses à ses équipiers… Ce qui est presque pire qu’une affaire montée de toute pièce pour prendre le large.

Certes, elle suit le conseil de Gibbs au passage, et ça donne davantage de relief aux scènes entre les personnages dans l’épisode précédent et celui-ci. Il n’empêche que c’est énervant ! Je ne comprends pas qui a pu se dire que c’était une bonne idée de se séparer du personnage en entachant sa réputation auprès de ses collègues, à l’exception de Torres. Et si je suis bien content qu’elle obtienne sa scène avec McGee en cours d’épisode pour s’enfuir, elle ne lui laisse aucune explication. Elle n’adresse même pas un au revoir à Kasie ou à Jimmy ? Après l’année qu’ils viennent de passer ? Après le covid ? PARDON ? 

Je veux bien qu’elle poursuive sa carrière dans une mission sous couverture en secret et tout, pas de souci, mais un peu de cohérence avec le personnage, bordel. Et donc, elle a également une scène avec Torres pour nous dire à demi-mot qu’il s’est peut-être passé quelque chose entre eux lorsqu’ils ont eu cette fameuse conversation. Bishop n’avait pas prévu que Torres et elle arriverait. AH. Ben quand même, pardon, mais elle est censée être plus maligne que ça !

Le baiser, c’est vraiment du fan service qui ne sert à rien. Les gens sont restés huit ans pour avoir droit à un au revoir bâclé ? Merci bien. Et le pire, c’est franchement que ça faisait un an que je voulais voir se dérouler l’intrigue autour de Bishop. J’avais l’impression qu’on allait avoir un truc énorme la concernant, un arc super sympa… tout ça pour avoir trois pauvres scènes bâclées où on la voit dégager sans ménagement ?

Pire que tout, on lui donne plus de scènes avec sa remplaçante qu’avec ses coéquipiers, finalement. Parce que, oui, pour ne rien arranger, on nous ramène l’agent Knight, dont le bureau semble situé exactement au même endroit que celui des agents de la B team, portée disparue dans l’épisode alors que ça aurait pu être l’occasion. Je n’aime toujours pas l’agent Knight qui fait vraiment pièce rapportée maladroitement, là. Quant à l’actrice, j’ai trop l’impression qu’elle joue mal, désolé !

Et pourquoi on nous fait un spin-off à Hawaii et pas un spin-off sur Bishop ? Pourquoi Emily Wickersham décide-t-elle de quitter la série ? Pourra-t-on au moins la revoir un jour comme Ziva ? Même pas sûr… La série changera l’an prochain de case horaire après avoir perdu près de la moitié de son casting principal en un an ; deux tiers de son casting féminin.

Cela fait beaucoup, même pour un mastondonte comme NCIS.

EN BREF – Une saison raccourcie par le Covid, mais qui évite de traiter la pandémie pendant trop longtemps, pour finalement l’expédier très brièvement lorsqu’elle est enfin traitée… Ce n’était pas glorieux. Les scénaristes semblent être débordés par la pandémie, par les départs des acteurs et par des décisions qui les dépassent, mais ça donne un ensemble sacrément en-dessous de ce qu’était la saison 17.

Pas l’ombre d’une Ziva alors qu’elle devrait encore être dans l’équation et une Bishop qui reproduit le schéma ? C’est frustrant ! Un premier fil rouge peu intéressant, une deuxième partie de saison qui s’en tire mieux sans parvenir à remonter le niveau, à défaut d’un fil rouge.

La saison 19 sera celle du renouveau… mais pas forcément pour le meilleur : le départ de Bishop dans une mission sous couverture va nous laisser un grand vide que l’agent Knight ne va peut-être pas réussir à combler. Pour l’instant, je n’accroche pas à son personnage qui a vite oublié son équipe partie en fumée. Quant à Gibbs, il semble suspendu pour un long moment à présent, et son intrigue solo (avec la femme de l’acteur, OK) pour coincer un serial-killer ne lui attirera probablement pas les faveurs du NCIS lorsqu’on découvrira qu’il est encore en vie.

Non, parce que j’imagine qu’il va se faire passer pour mort un moment…