Films vus en 2021 #11 : Breaking Fast (2020) 🏳️‍🌈

Salut les cinéphiles,

Mon ordinateur fait complètement des siennes et j’ai bien eu peur de ne pouvoir sortir cet article dans les temps. D’ailleurs, il ne l’est pas tout à fait, parce que dans l’idée, j’aurais aimé le sortir cet après-midi. Espérons que ça ne me fasse pas le coup la semaine prochaine pour la réouverture des cinémas (même si je ne pense pas y aller dès le 19).

Breaking Fast - Film (2021) - SensCritique
« Who’s got you ? »

En tout cas, en cette soirée de l’aïd, j’ai voulu parler d’un film qui l’évoque lui aussi, même si pas du tout de la manière habituelle : il s’agit en effet d’un film LGBT, Breaking Fast. Et c’est un vrai coup de cœur.

Le film nous raconte le ramadan de Mo, un gay musulman pratiquant vivant à West Hollywood (connu pour son ouverture d’esprit et sa tolérance). Franchement, le synopsis m’a rendu curieux, parce que c’est un personnage qu’on ne voit pas souvent tout de même.

C’est largement suffisant pour rendre le film hyper intéressant à mes yeux, parce que j’aime ce genre de personnages complexes… Et ça fonctionne notamment parce qu’il vit la plus simple des histoires : une romance. Malgré la simplicité de la romance à laquelle on assiste, Mo nous donne une vraie leçon sur la tolérance et sur les fondements de l’Islam, sans pour autant que le film ne ferme les yeux sur certaines réalités difficiles.

J’adore précisément ce point-là du film : les scénaristes ne sont pas timides sur le sujet de fond de leur film et ils savent très bien comment aborder les questions religieuses en rapport avec l’acceptation de soi. La galerie de personnages du film est hyper attachante – le meilleur ami de Mo est génial (Cary de Good Trouble), tout simplement – et évolue tout au long du film. Des personnages bien écrits, ça fait toujours la différence. J’ai eu le sentiment que je pourrais parfaitement les croiser dans ma vie, eux, et que les problèmes qu’ils rencontraient étaient des problématiques à la fois singulières et très communes. Bref, ça donne l’impression de pouvoir avancer nous-mêmes dans nos réflexions sur des sujets qui nous touchent plus ou moins.

Breaking Fast
Attention, c’est un film qui donne faim ! Il porte bien son titre pour le coup…

Je ne veux pas spoiler le film, parce qu’il vaut vraiment le détour. Une fois de plus, son principal défaut est… de ne pas être une série. Je me suis retrouvé hyper investi dans chacun des personnages et j’ai passé un vrai bon moment devant ce film, parce qu’il parvient à être drôle et touchant à la fois. J’aurais bien eu envie de retrouver ces personnages chaque semaine, surtout qu’il y a énormément à raconter sur ce sujet que j’ai rarement vu abordé – religion et homosexualité, c’est compliqué.

Et comme c’est bien traité, ça donne vraiment envie d’en voir plus, surtout que le script est truffé de répliques hyper pertinentes. Tant pis, je vais me contenter de le revoir, tout simplement. Du côté du casting, c’est impeccable aussi, avec une tendance au recyclage d’acteurs de séries qui n’est pas pour me déplaire. A première vue, le seul que je connaissais d’avance est Michael Cassidy (vu tout récemment dans Resident Alien – je n’aimais pas du tout son rôle par contre – ou The Rookie, et avant ça dans Newport Beach par contre).

https://tetu.com/wp-content/uploads/2020/12/breakingfast.jpg

Après, l’acteur principal, Haaz Sleiman, est dans deux séries que j’ai envie de regarder (Nikita et Covert affairs, pas Jack Ryan, hein), un autre a participé à toutes les saisons de Flash (Captain David Singh) et un des personnages féminins qui m’a fait le plus rire avait évidement un rôle dans Unreal (Shia, que j’adorais). C’est un signe, ce film est fait pour les sériephiles, je ne pouvais pas ne pas en parler sur le blog !

Breaking Fast

Je pense que peu de gens l’ont vu, alors je ne vais certainement pas en dire plus ici… Je vous conseille de le regarder, vraiment, et on pourra en parler avec plaisir dans les commentaires. Vraiment, c’est un film qui vaut le détour, parce qu’il fait passer de beaux messages et a des personnages aussi attachants que réalistes.

Un peu de douceur pour casser une dernière fois le jeune du ramadan, donc, en comprenant aussi ce que c’est exactement que le ramadan. Malheureusement, le film a été descendu sur tous les sites proposant aux gens de le noter, parce que ça n’a pas plu à une partie de la communauté musulmane de voir la représentation d’un musulman homosexuel. Ils existent pourtant… Alors ne vous fiez pas à la note, regardez et passez un bon moment 🙂

Breaking fast film review

Chris Carmack (#74)

Salut les sériephiles,

On est dimanche, j’ai vu quelques épisodes cette semaine – et même plus que ces derniers temps – mais il faut tout de même que je vous avoue que je n’ai pas trop eu de scènes qui valait vraiment que j’écrive un article « performance de la semaine ». Pourtant, je n’ai pas envie de faire un trait sur une tradition qui remonte à plus d’un an, alors j’ai décidé de tout de même choisir quelqu’un à mettre en avant ici.

6DFD1D7F-DA10-4F7A-8C60-D6D9D873B6B7

La performance de la semaine :
Chris Carmack

La série concernée : Grey’s Anatomy
L’épisode : S16E11 – A Hard Pill to Swallow – 15/20


Pourquoi ? Pour sa performance de l’épisode de la semaine dernière à vrai dire ! Je sais que c’est un peu de la triche du coup, mais comme j’ai vu ça ce midi, je pense qu’on peut dire que ça compte, non ? Au cours de cet épisode, le personnage de Lincoln, que l’acteur interprète depuis deux ans, apprend qu’il n’est peut-être pas le père de l’enfant qu’il attendait avec sa copine depuis quelques semaines désormais.

Le twist a mis son temps à exploser puisqu’on le sait depuis décembre, mais c’est à peu près bien amené par les scénaristes qui n’hésitent pas à faire souffrir le personnage avec cette nouvelle. Link réagit plutôt bien à la nouvelle, restant muet et prenant le temps d’y réfléchir, mais il finit par annoncer qu’il veut un test de paternité avant d’aller plus loin. Ainsi, il fait pleurer Amélia pour la première fois, et il endosse les responsabilités qu’elle fuit depuis un moment. J’ai beaucoup aimé ce twist pour le personnage.

4A26AC84-048A-490D-8CE5-162B579CBDB7

Niveau interprétation, ça doit être plutôt compliqué à jouer : Lincoln se renferme dans un silence qui ne doit pas passer pour de l’indifférence, mais bien comme une réflexion et un changement profond de ce en quoi il croit. Là-dessus, Chris Carmack s’en tire bien, je trouve : on lit dans ses yeux la panique et le fait qu’il est perdu par l’annonce que lui fait Amélia.

À vrai dire, c’est bien parce que l’acteur parvient à paraître extrêmement perturbé tout en étant impassible en apparence que je le choisis comme performance de la semaine. Et pourtant, je n’aime pas tellement l’acteur honnêtement, pas plus que je n’ai vu d’un bon œil l’arrivée du personnage que j’ai eu beaucoup de mal à aimer. Je trouve que sa relation avec Amélia et son amitié avec Jo le subliment bien, et cet épisode 11 le voyait justement interagir quasi exclusivement avec ces deux actrices. Tant mieux !


0857B2CC-27F9-443E-AB20-0F3426C2F835Vu aussi dans : Les sériephiles le connaissent principalement pour son rôle dans la première saison de Newport Beach, une série à côté de laquelle je suis étonnamment passé lors de sa diffusion. On ne peut pas tout voir et le marketing ne me visait pas vraiment, c’est comme ça. Outre ce rôle assez populaire, merci la réplique culte ci-dessus, qu’il avait quitté faute de promesses de développement de son personnage la saison suivante, on a pu le voir dans plein de petits rôles.

C’est par exemple un cousin de Susan Mayer dans Desperate Housewives, un rôle dans lequel il a assez brillé pour me marquer, c’est dire. Je ne l’aime pas, mais c’est un bon acteur quand même. Cela lui a permis d’obtenir un rôle plus conséquent dans la série Nashville où il interprétait un chanteur country, par exemple. Et ça aussi c’est un rôle marquant à côté duquel je suis passé parce que bizarrement le pilot ne m’avait pas convaincu alors qu’il y a pas mal d’éléments pour me plaire dans cette série. Vraiment, on ne peut pas tout voir, je pense.

Et du coup, je n’aime pas l’acteur sans avoir de vrais arguments contre lui, ce qui explique aussi peut-être pourquoi je suis en train de changer d’avis sur lui avec Grey’s Anatomy.


9D839C24-F053-417E-9F35-99F8A9CC4ABCL’info en + : Comme son personnage dans Nashville, Chris Carmack est aussi connu pour être un chanteur. Il a ainsi sorti son propre album il y a quelques années et il continue de poster régulièrement des vidéos de lui avec sa guitare sur ses réseaux sociaux.

Franchement, c’est plutôt pas mal pour un type qui a commencé sa carrière comme mannequin qui n’avait rien de particulier le démarquant des autres… à part le talent, de toute évidence !


Voir aussi : Les performances des semaines précédentes