Films vus en 2021 #11 : Breaking Fast (2020) 🏳️‍🌈

Salut les cinéphiles,

Mon ordinateur fait complètement des siennes et j’ai bien eu peur de ne pouvoir sortir cet article dans les temps. D’ailleurs, il ne l’est pas tout à fait, parce que dans l’idée, j’aurais aimé le sortir cet après-midi. Espérons que ça ne me fasse pas le coup la semaine prochaine pour la réouverture des cinémas (même si je ne pense pas y aller dès le 19).

Breaking Fast - Film (2021) - SensCritique
« Who’s got you ? »

En tout cas, en cette soirée de l’aïd, j’ai voulu parler d’un film qui l’évoque lui aussi, même si pas du tout de la manière habituelle : il s’agit en effet d’un film LGBT, Breaking Fast. Et c’est un vrai coup de cœur.

Le film nous raconte le ramadan de Mo, un gay musulman pratiquant vivant à West Hollywood (connu pour son ouverture d’esprit et sa tolérance). Franchement, le synopsis m’a rendu curieux, parce que c’est un personnage qu’on ne voit pas souvent tout de même.

C’est largement suffisant pour rendre le film hyper intéressant à mes yeux, parce que j’aime ce genre de personnages complexes… Et ça fonctionne notamment parce qu’il vit la plus simple des histoires : une romance. Malgré la simplicité de la romance à laquelle on assiste, Mo nous donne une vraie leçon sur la tolérance et sur les fondements de l’Islam, sans pour autant que le film ne ferme les yeux sur certaines réalités difficiles.

J’adore précisément ce point-là du film : les scénaristes ne sont pas timides sur le sujet de fond de leur film et ils savent très bien comment aborder les questions religieuses en rapport avec l’acceptation de soi. La galerie de personnages du film est hyper attachante – le meilleur ami de Mo est génial (Cary de Good Trouble), tout simplement – et évolue tout au long du film. Des personnages bien écrits, ça fait toujours la différence. J’ai eu le sentiment que je pourrais parfaitement les croiser dans ma vie, eux, et que les problèmes qu’ils rencontraient étaient des problématiques à la fois singulières et très communes. Bref, ça donne l’impression de pouvoir avancer nous-mêmes dans nos réflexions sur des sujets qui nous touchent plus ou moins.

Breaking Fast
Attention, c’est un film qui donne faim ! Il porte bien son titre pour le coup…

Je ne veux pas spoiler le film, parce qu’il vaut vraiment le détour. Une fois de plus, son principal défaut est… de ne pas être une série. Je me suis retrouvé hyper investi dans chacun des personnages et j’ai passé un vrai bon moment devant ce film, parce qu’il parvient à être drôle et touchant à la fois. J’aurais bien eu envie de retrouver ces personnages chaque semaine, surtout qu’il y a énormément à raconter sur ce sujet que j’ai rarement vu abordé – religion et homosexualité, c’est compliqué.

Et comme c’est bien traité, ça donne vraiment envie d’en voir plus, surtout que le script est truffé de répliques hyper pertinentes. Tant pis, je vais me contenter de le revoir, tout simplement. Du côté du casting, c’est impeccable aussi, avec une tendance au recyclage d’acteurs de séries qui n’est pas pour me déplaire. A première vue, le seul que je connaissais d’avance est Michael Cassidy (vu tout récemment dans Resident Alien – je n’aimais pas du tout son rôle par contre – ou The Rookie, et avant ça dans Newport Beach par contre).

https://tetu.com/wp-content/uploads/2020/12/breakingfast.jpg

Après, l’acteur principal, Haaz Sleiman, est dans deux séries que j’ai envie de regarder (Nikita et Covert affairs, pas Jack Ryan, hein), un autre a participé à toutes les saisons de Flash (Captain David Singh) et un des personnages féminins qui m’a fait le plus rire avait évidement un rôle dans Unreal (Shia, que j’adorais). C’est un signe, ce film est fait pour les sériephiles, je ne pouvais pas ne pas en parler sur le blog !

Breaking Fast

Je pense que peu de gens l’ont vu, alors je ne vais certainement pas en dire plus ici… Je vous conseille de le regarder, vraiment, et on pourra en parler avec plaisir dans les commentaires. Vraiment, c’est un film qui vaut le détour, parce qu’il fait passer de beaux messages et a des personnages aussi attachants que réalistes.

Un peu de douceur pour casser une dernière fois le jeune du ramadan, donc, en comprenant aussi ce que c’est exactement que le ramadan. Malheureusement, le film a été descendu sur tous les sites proposant aux gens de le noter, parce que ça n’a pas plu à une partie de la communauté musulmane de voir la représentation d’un musulman homosexuel. Ils existent pourtant… Alors ne vous fiez pas à la note, regardez et passez un bon moment 🙂

Breaking fast film review

Films vus en 2021 #10 : Ces femmes qui se vengent

Salut les cinéphiles,

J’ai failli oublier de revenir pour l’article du jour, vous imaginez ? Rien ne va plus ! Bon, donc, où en étais-je de mes films vus en 2021 ? Je n’en suis toujours pas à 50 cette année, mais comme je suis passé en mode un par semaine, c’est moins grave… Malgré tout, je pense qu’il est temps d’en évacuer quelques-uns de ma liste, parce que je n’ai pas forcément de quoi faire 500 mots sur chacun d’entre eux, et surtout parce qu’il était facile de m’en faire un article thématique.

Nous sommes donc partis pour quelques films sur le thème de la femme vengeresse… Et il y a de quoi faire, il y en a tellement !

Léon: Amazon.fr: Jean Reno, Gary Oldman, Natalie Portman, Danny Aiello,  Peter Appel, Maïwenn Le Besco, Samy Naceri, Luc Besson, Jean Reno, Gary  Oldman: DVD & Blu-rayLéon

Grand classique qui fait même partie du poster des 100 films à voir, je le procrastinais depuis un moment ce visionnage, parce que ça ne me disait rien qui vaille un film ayant le même nom que mon neveu… Plus sérieusement, c’est la réputation du film qui me faisait un peu peur, avec une association fréquente avec Lolita et la pédopornographie.

Force est de constater qu’il y a des moments bizarres dans le film de ce point de vue-là si on veut les chercher, mais j’ai trouvé que c’était tout de même beaucoup moins marquant que ce qu’on m’avait vendu. Il y a certaines personnes que je vais regarder différemment maintenant que j’ai vu le film, parce que je me dis qu’elles ont projeté des choses dessus, ce n’est pas possible autrement.

Plus sérieusement, le film est vraiment prenant et je m’attendais à m’ennuyer beaucoup plus que ça comme il s’agit d’un film commençant à accumuler quelques années. Finalement ça donne un film avec beaucoup d’adrénaline, d’actions et de moments très chouettes. Et puis, cette fin, que j’aurais aimé différente pour ne pas tomber dans certains clichés. Ce fut un bon moment !

Nikita, un film de 1990 - Vodkaster

Nikita

Difficile de faire l’impasse sur une autre héroïne culte de Luc Besson dans un article sur les femmes vengeresses des films. On ne va pas se mentir, je n’en connaissais pas grand-chose que l’adaptation en série, que je n’ai pas regardée d’ailleurs !, et je m’attendais à un film américain… J’étais donc très loin du compte.

Pourquoi on n’en fait pas plus des films comme ça ? Il m’a même donné envie de m’intéresser un jour à la série, tellement j’étais dedans. Le coup de la femme qui est une espionne prise bien malgré elle dans un engrenage qui la dépasse, ça fonctionne toujours sur moi depuis Alias, et il n’y a pas de raison que ça change !

En plus, c’est un film français qui se passe dans Paris en grande partie, et je l’ai vu à Paris… Que des bons points pour ce film, donc, que j’ai préféré au premier de cet article. En revanche, je n’ai pas fait le fier quand on a eu une coupure d’électricité en plein dans le film. Finalement, j’ai survécu, Nikita n’est pas venue me zigouiller, c’est juste EDF qui faisait des siennes !

Achat Anna en DVD - AlloCinéAnna

Quitte à avoir vu les deux précédents, cela semblait une suite logique de regarder cet autre film de Besson avec pour thème la femme espionne trop badass dans un engrenage qui la dépasse… mais, comment dire ? C’était naze ? Beaucoup des twists du film sont prévisibles et il ne tient pas du tout la comparaison avec les deux précédents. Le scénario est beaucoup moins bon, bien plus capillotracté et surtout, surtout, beaucoup trop américain.

C’est un comble venant de moi, je sais, mais le film m’a déçu à enchaîner les clichés comme ça. J’attendais autre chose et je comprends vraiment pourquoi Besson est de plus en plus critiqué. Il y a des choses qui pouvaient passer aussi dans l’époque de ces premiers films et qui ne vont plus du tout aujourd’hui ; pourtant, il continue. C’est moche de vieillir sans suivre son temps ; et j’ai peur que ça m’arrive un jour.

Forcément, ça m’arrivera. En attendant, ne regardez pas ce film !

Kill Bill vol.1 et 2

Achat Kill Bill: Volume 1 en DVD - AlloCinéEt pour ne pas m’arrêter à Luc Besson, il va de soi que la référence la plus culte en matière de femme prenant sa vengeance, c’est l’héroïne de Kill Bill. Tarantino nous fournit un très bon film d’action avec tout ce qu’il faut là où il faut. Du moins, pour le premier volume. Bon. Là encore, zéro twist surprenant, le cliffhanger, je l’ai vu venir dès le tout début du film et il y a PLEIN de moments qui ne tiennent pas la route quand on s’y attend.

La cohérence n’est pas géniale non plus, avec une héroïne qui guérit en deux secondes et qui se retrouve embarquée dans des combats qu’elle gagne quand elle devrait les perdre… Oui, mais justement : le spectacle est magnifique à regarder dans le premier film, il y a des actrices que j’aime et tout un tas de moments vraiment bien foutus.

Achat Kill Bill: Volume 2 en DVD - AlloCinéJ’ai attendu un peu avant de voir le deuxième, et heureusement ! J’avais peur d’être déçu, je me suis dit qu’avec des jours séparant les deux films, mes attentes retomberaient. C’est une bonne chose, parce que j’ai détesté le second film. Exit les scènes d’action hyper bien foutues du premier (qui justifient largement le culte autour de cette œuvre de Tarantino), bonjour les interminables dialogues qui ne mènent nulle part et les backstories peu intéressantes – eh, attendez, ce n’est que mon avis, désolé, je me suis emmerdé, ça ne veut pas dire que ce n’est pas bien… Je veux dire, le film a eu son public.

J’ai trouvé que l’ensemble était déséquilibré, avec un premier film beaucoup plus survitaminé et mystérieux quand le deuxième bavarde et tourne autour du pot pour finalement apporter une conclusion décevante et peu crédible, tout en modifiant ce qui était présenté dans le premier et qui m’avait plu. Allez, il y a quand même cette affaire de serpent qui était plaisante, je m’attendais à autre chose (au résultat similaire cela dit).

Promising Young Woman – Stu Loves Film
Et sinon, il y a toujours Promising Young Woman dont la sortie française est désormais prévue pour le 26 mai, parce que les cinémas vont rouvrir, alléluia !

Bon, en conclusion, il y a dans cet article quelques films qui valent le détour… et d’autres bien plus décevants. Un point commun entre toutes ces héroïnes, en revanche, c’est qu’elles sont increvables et évoluent dans un monde sans la moindre cohérence. Logique, puisque ce sont des films d’action !

Voir aussi : Films