C’était qu’une panne de série ou un new normal ?

Salut les sériephiles,

Meilleurs GIFs Loki | GfycatVous avez dû le remarquer, j’enchaîne les épisodes cette semaine et je suis en train de vivre mon meilleur mois de mai en plein juillet. Station 19, Grey’s, Debris, Loki… Autant de saisons que je voulais terminer depuis quelques semaines sans en avoir le temps, et paf, c’est désormais fait. Après deux mois à ne voir qu’une poignée d’épisodes, j’ai aussi pu me mettre à jour dans In the Dark et Evil, et comme la semaine n’est pas encore tout à fait terminée, la franchise 9-1-1 et mes quatre épisodes de retard dedans vont normalement avoir l’honneur d’y passer elle aussi d’ici demain.

Pin on charactersOui, ça fait beaucoup d’épisodes d’un coup, mais je l’avais prévu depuis le départ. Par contre, non, ça ne règle toujours pas l’ensemble de mes retards. On s’en approche, comme toujours, mais c’est une tâche interminable, je le sais bien. Je n’oublie pas mes zombies préférés (et après tant d’épisodes, j’ai parfois l’impression de ressembler à Alicia ci-contre quand je vais me coucher), je n’oublie pas les conteurs de minuit (surtout que la saison commençait super bien pour de l’horreur), je n’oublie pas les séries estivales, y compris celles qui ont (re)commencé pendant ma panne de séries, mais… je ne sais pas si je les regarderai tout de suite pour autant.

Cette semaine, j’avais du temps pour moi – en partie malgré moi, en partie car je l’ai dégagé pour le ménage, pour bosser un peu et pour les séries. Normalement, ce ne sera plus le cas ce week-end et la semaine qui suit. Il y aura moins de critiques et d’articles, même si je vais essayer de ne pas faire un arrêt total quand même, parce que maintenant que je me suis relancé, j’ai envie d’en voir plus. cry baby; — Amelia Shepherd; the strongest person I know.Une vraie drogue.

Franchement, mon gros rattrapage de cette semaine, ça me montre que les séries restent vraiment quelque chose auquel je suis accro. Une fois lancé, il est difficile de m’arrêter, que ce soit pour des soirées avec la même ou des créations de petits rituels à courte échelle. D’ailleurs, pour ça, j’adore la diffusion à la semaine, bien sûr… mais enchaîner les épisodes, j’aime aussi. C’est d’ailleurs encore plus visible quand la qualité de la série n’est pas dingue : Plus Belle la Vie, je n’en pouvais plus de l’intrigue dans laquelle on était bloqué, mais là que j’ai pu en voir plein d’un coup, ça passe mieux. Parce que oui, j’ai aussi vu pas mal d’épisodes en parallèle de mon rangement de tous les cours et papiers de l’année 😉

Sci Fi Mystery GIF by NBC – Lab GifsBref, avec cette saison de séries qui se termine un brin en décalé pour moi, je me rends compte que j’ai changé aussi dans mon approche des séries. Et c’est paradoxal, alors accrochez-vous.

D’un côté, je trouve que je suis mille fois plus sensible qu’avant face à certaines intrigues. Cette saison, j’ai eu l’impression de verser plus de larmes que d’habitude alors que bon, ce n’était pas forcément beaucoup plus triste. C’est peut-être le miroir tendu par la crise sanitaire reflétée dans un certain nombre de séries qui en est responsable, mais je ne crois pas que ça explique tout. Je m’investis mille fois plus dans certains personnages et certaines intrigues – alors que le reste va me lasser. Fox – Just One More EpisodeEt les questions de représentations me tiennent de plus en plus à cœur, preuve s’il en faut encore que c’est super important (et que la vie privée doit jouer dans mes critiques). Inévitablement, ça provoque quelques déséquilibres dans mes articles, et je me sens d’un avis plus tranché et de moins en moins neutre avec le temps. Les notes restent beaucoup trop élevées par contre, on ne se refait pas.

À l’inverse, d’un autre côté, j’ai l’impression de multiplier les séries sans plus jamais parvenir à retrouver des séries qui me donnent envie de m’investir à fond comme d’autres ont pu le faire avant – Orphan Black, Agents of S.H.I.E.L.D, The 100, The Magicians ou Community pour les plus récentes ; Buffy, Charmed ou LOST pour les moins récentes, sans oublier Fringe ou How I met your mother évidemment. Et la saison qui arrive semble vraiment manquer de sel, en plus, en tout cas sur les networks.

https://media.melty.fr/article-4363005-raw/media.gifBien sûr, cette année, j’ai aimé les séries Marvel, et particulièrement WandaVision… mais il s’agissait d’une mini-série, c’est déjà terminé. J’attends la série qui me redonnera le grain de folie que j’ai pu avoir à regarder des épisodes à 4h du matin malgré la fatigue, juste parce que je voulais les voir ; ou la série que j’aurai envie de commenter non-stop, quitte à en parler des heures ou pouvoir la regarder autrement que seul. Après, c’est peut-être ça de devenir adulte, au fond, je me suis empêché un gros nombre de fois de voir des épisodes un peu trop tardivement cette année et on galère à trouver des moments pour les séries entre amis.

Et parfois, il faut bien le dire, j’ai juste eu la flemme de lancer un épisode en sachant que ça allait devoir s’accompagner d’une critique. don't pretend to be dead, it's bad manners — veronica-lodge: “Magic brought me to Fillory but...J’adore écrire, mais c’est fatigant parfois, on ne va pas se mentir. M’enfin, tout de même, je me rends compte avec cette semaine que j’en tire vraiment du plaisir et des émotions fortes : l’écriture comme les séries sont indissociables de ma personnalité… mais depuis trois ans que j’ai commencé à bosser, ma personnalité change un peu aussi. Je ne me reconnais pas toujours dans d’anciennes critiques ou d’anciens articles datant d’avant mes années en tant que prof (par contre, dans les blagues pourries, si, toujours !).

C’est encore plus vrai depuis un an et demi, d’ailleurs ! Un vrai journal intime, ce blog, pour ceux qui savent (ou peuvent) lire entre les lignes. rupert giles GIFs - Primo GIF - Latest Animated GIFsEt comme je n’arrive plus depuis quelques mois à me contenter uniquement de séries et d’écriture, d’où la diversité des sujets évoqués parfois sur le blog, je m’aperçois que je n’ai plus autant besoin des séries qu’avant dans mon équilibre. Promis, elles restent une partie de moi quand même. Il y en a juste une autre qui se développe.

Bref, pour répondre au titre que je viens seulement d’ajouter car je n’avais aucune idée de comment nommer cet article, ce n’était qu’une panne de séries, mais ça ne veut pas dire non plus que ce n’était pas un new normal. Laissez-moi le temps de trouver comment ajuster tout ça… en septembre.

À quoi bon le faire avant, de toute manière, je rechange d’établissement et d’emploi du temps dans un peu plus d’un mois (quoi, déjà ?).

Eh, en fait, je déménage ! (1/10)

Salut les sériephiles !

Les plus fidèles d’entre vous étaient déjà là l’an dernier et s’en souviennent probablement bien : à l’été 2018, j’ai dû déménager plutôt précipitamment à 500 kilomètres au sud de chez moi, pour venir m’installer dans la région de Bordeaux où j’avais été muté pour ma première année en tant que prof ayant le concours. Pour les nostalgiques, cette « saison 1 » est par là :

Épisode 1 : Mon concours, mon déménagement, ma vie
Épisode 2 : Exil au soleil (et blog au ralenti)
Épisode 3 : La première fois que… (aka nouvel appartement)
Épisode 4 : Déménager, c’est fun (non)
Épisode 5 : Kafka n’a qu’à bien se tenir
Épisode 6 : Comment dire adieu à sa maison d’enfance ?
 Épisode 7 6 conseils pour emménager sereinement
Épisode 8 : Depuis le train
Épisode 9 : Fin du déménagement

Et si tout s’est bien passé cette année, j’ai obtenu ma titularisation, ce qui signifie, n’ayant absolument pas les points nécessaires pour rester dans cette région parfaite beaucoup demandée par les collègues, que je suis muté en septembre à… 500 kilomètres au nord de chez moi.

Image associée

Oui, c’est ce qu’on appelle un aller-retour express, un retour à l’envoyeur et non, je n’ai demandé ni le premier déménagement (qui m’arrangeait, certes), ni le deuxième ; donc ne venez pas m’accuser de creuser vos impôts, hein. De toute manière, sur le premier, je n’avais pas le profil pour obtenir des aides. Ceci étant dit, c’est parti pour la saison 2 ?

Résultat de recherche d'images pour "tv show moving"Je m’y attendais à ce nouveau déménagement, j’ai eu le temps de le voir venir et je me suis dit que, tout comme l’an dernier, je pouvais bien vous en faire une petite saga de l’été sur le blog. Je me suis donc préparé une petite liste d’articles à vous pondre sur le sujet, un par semaine jusqu’en septembre, en espérant que j’aurais bien le temps de tout vous publier. C’est mal parti : je pensais publier chaque mercredi, et nous voilà samedi. De toute manière, l’an dernier, mon déménagement a été fait de pas mal d’imprévus ; pas de raison que ça change cette année !

J’espère que ça vous plaira de retrouver cette saga sur le déménagement, même si évidemment, je n’ai pas encore trouvé une accroche aussi géniale que ma poubelle-panda et qu’il a fallu que je trouve des thèmes différents de ceux de l’an dernier !

500 kilomètres au Nord ? Pour être parfaitement honnête avec vous, je ne sais pas encore où je vais. Ma mutation est d’une précision remarquable : je serai en région parisienne, à l’Ouest de Paris, mais j’ai une zone d’environ cent kilomètres sur laquelle je peux être affecté et, pour l’instant, je n’ai pas d’info, et je n’en aurais peut-être pas (probablement pas) d’ici août. Je peux être en poste à l’année (fin août à début juillet), ou pour de simples remplacements allant de quelques semaines à quelques mois. Bref, c’est l’incertitude la plus totale, mais eh, faut le prendre avec philosophie :

Image associée

De toute manière, je ne peux pas vraiment rester à Bordeaux avec une prérentrée fin août en région parisienne quoiqu’il arrive. Les vacances vont donc être un mix entre incertitude, cartons et préparation vaine de quelques cours, au cas où (je ne sais pas non plus quel niveau de classe j’aurais). Après, on ne va pas se mentir, comme je suis justement en vacances, je vais aussi en profiter de temps à autres pour me sentir en vacances, hein. Il paraît que les profs ne foutent rien des vacances d’été, mais en fait, c’est surtout que je suis en chômage technique tant qu’on ne me file pas ces infos. Il n’empêche que pour l’article d’aujourd’hui, je voulais surtout vous faire ce point rapide sur ma vie plutôt que de conforter un cliché loin d’être vrai.

Résultat de recherche d'images pour "dunno charmed"

Je me suis rendu compte en relisant ce que j’avais écrit l’an dernier que je vous en avais dit beaucoup. Je ne sais pas si j’entrerai autant dans les détails cette année, parce que j’ai aussi prévu des articles plus « pratiques » ou bilan sur le déménagement. Après tout, un français sur dix déménage chaque année. J’ai la chance de le faire deux fois de suite (et qui sait, peut-être trois l’an prochain, parce que jamais deux sans trois, pas vrai ?), alors autant que ça serve quelque peu le blog !

En attendant, je me prépare psychologiquement à encore pas mal de fatigue, en espérant que je m’en tire mieux que l’an dernier encore, maintenant que j’ai un peu de recul et de pratique sur comment faire !

Résultat de recherche d'images pour "seriously  tv show"
(c’est faux)

Saga de l’été 2019 :

Épisode 1 : Eh, en fait, je déménage !
Épisode 2 : Comment refaire sa vie à 500 km ?
Épisode 3 : 5 points positifs au retour en région parisienne
Épisode 4 : Les leçons de mon 1er déménagement (ne sont pas toutes apprises)
Épisode 5 : Entre deux cartons
Épisode 6 : Sept clichés TV sur… le déménagement
Épisode 7 : La dernière fois que
Épisode 8 : Le jour du déménagement
Épisode 9 : Recréer sa zone de confort après un déménagement
Épisode 10 : Trucs & astuces en vrac sur le déménagement, aka ce que j’ai oublié de vous dire