Debris – S01E13

Épisode 13 – Celestial Body – 19/20
La fin de saison est vraiment réussie. Elle contient pile le bon équilibre entre les réponses qu’on attendait depuis treize épisodes et les nouveaux mystères, c’est-à-dire pile le bon équilibre pour lancer agréablement la saison 2 l’an prochain. Malheureusement, il n’y aura pas de saison 2. Le potentiel était là, il était maîtrisé ; la qualité était là ; tout était génial avec cette série ! Je suis vraiment déçu.

Spoilers

Finola et Bryan récupèrent George pour se rendre auprès du débris qu’il a localisé en fin d’épisode précédent.


It’s emotional convergence

Quelle tristesse, l’annulation de cette série, franchement ! Je passe une très bonne soirée devant ces derniers épisodes, moi. J’en veux d’autres ! Je me répète, je sais. Le début d’épisode est un brin mystérieux avec le réveil d’une femme qui semble contrôlée par les débris quand elle se lève sans réveiller son conjoint et rejoint d’autres gens, comme hypnotisée, vers un canyon.

Tous sont venus en voiture, tous ont abandonné leur voiture, tous sont en larmes. On ne sait pas ce qu’ils regardent et ils ne semblent pas partis pour un suicide collectif, bizarrement, alors que ce serait la suite logique. Ah ce générique. J’adore. J’adorais. Humph.

Après le générique, Bryan et Finola sont prévenus par Maddox de l’évasion d’Ash, réalisée grâce à de nombreux débris ingérés en lui. Ils n’ont pas trop le temps de parler cela dit, parce qu’ils arrivent au laboratoire de George et que celui-ci, entouré d’aluminium, a très envie de fuir le plus vite possible de ce laboratoire. Et pour cause ! Il a remarqué l’approche d’une étrange silhouette constituée de débris.

Bryan et Finola l’emmènent alors avec eux pour retrouver le débris que George a localisé à la fin de l’épisode précédent. Et comme on s’y attendait, ça les amène tout droit sur leur prochaine affaire, le canyon où sont toujours alignés tous les gens vus au tout début de l’épisode. Ils sont debout, fixes, ne bougent pas, pleurent, regardent l’Est… et sont bizarres.

On passe dans la cour des grands pour ce débris : il a fait venir des gens de beaucoup plus loin que d’habitude. Ils sont tous venus en voiture. Finola et Bryan s’inquiètent de ne pas avoir de combinaisons, parce que ces gens se comportent comme les scientifiques de l’épisode précédent, qui ont rapidement commencé à mourir.

Ceux-ci se comportent un peu différemment par contre : ils ont une convergence émotionnelle. Ils pleurent en même temps. Ils ont un fou rire en même temps. Ils s’énervent en même temps. Purée, ce sont de sacrés figurants, en vrai, ils sont bons à enchaîner les émotions. Et ça donne envie de voir les cas que la saison 2 auraient pu nous ramener, parce que cette nouvelle phase des interventions est prenante.

Bon, ce n’est peut-être pas l’avis de Bryan et Finola par contre, parce qu’ils se retrouvent à devoir faire le tour des différentes voitures pour savoir qui est qui, alors que George trouve rapidement le débris qu’ils recherchaient. Du côté des figurants, tous sont de jeunes parents et habitent dans un certain périmètre quand même, ce qui permet de théoriser leur lien commun et leur hypersensibilité. De là, la théorie la plus logique serait que le débris se nourrit de leurs émotions.

Le problème, c’est qu’il y a de plus en plus de gens qui arrivent sur le canyon, et ça fait peur à Finola qui ne veut pas que Maddox retrouve son père. Effectivement. George éloigne toutefois Bryan pour un tête à tête avec sa fille. Il veut lui expliquer qu’elle peut toucher le débris sans souci, mais aussi qu’il pèse le poids d’un immeuble à cause de la connexion sentimentale entre tous les figurants et lui.

Pour bouger le débris, il faudra donc accepter de couper cette connexion, et tant pis si couper cette connexion signifie que tous les figurants perdent leur mémoire. Oui, oui, tous les souvenirs de tout le monde vont disparaître. Et Finola n’aura pas le choix d’accepter ça, parce qu’Influx arrive. Comment George le sait-il ?

Parce qu’il a appelé Influx, bien sûr. Arf. Je ne le sentais pas, lui ! Finola est pertubée par ce qu’il lui dit, et je suis bien d’accord avec elle, ça n’a pas trop de sens tout ça. Le père révèle alors à sa fille qu’il a fait exprès de mourir pour pouvoir renaître. Il est totalement perché, et il a l’idéologie d’Influx : il refuse que les débris soient donnés aux différents gouvernements les transformant en armes. Non, il veut les donner au peuple pour qu’ils se protègent des gouvernements.

Oula. C’est qu’on part en vrille super vite dans cet épisode, avec George qui explique à sa fille que ce nouveau débris ne permettra pas de construire une carte, mais offrira à l’humanité la possibilité de transcender vers un plan supérieur. Oula, bis. Ce choix de mots, je ne l’aime pas du tout, ça ne m’évoque pas de bons souvenirs de l’été dernier.

En ce qui concerne Influx, on en revient rapidement à Ash qui se retrouve à bosser avec… John Noble. Ah ben effectivement. Il joue ici un terroriste carrément flippant dans la manière dont il tue les gens : il met fin à la vie de clients d’une station essence (mais pourquoi les américains continuent-ils d’utiliser ces boutiques quand on voit le nombre de films et séries où ça tourne mal une fois dedans ??) en les tordant dans tous les sens. Franchement, ça fait froid dans le dos. À 72 ans, il gère de fou cet acteur.

Et les choses empirent quand ces terroristes arrivent dans le dos de Finola alors qu’elle parle à son père. Celui-ci utilise une métaphore subtile, lui expliquant qu’il a dû la pousser dans la piscine pour qu’elle apprenne à nager seule. Nous voilà donc au moment où il la livre aux bras des terroristes pour qu’elle apprenne à penser comme lui.

Il continue d’occuper Bryan au téléphone, puis papote un peu avec John Noble. On découvre que George en sait beaucoup plus que prévu, parlant d’une télésphère créée par les débris la veille à Orbital. Pendant ce temps, Finola tente de gagner la confiance d’un des terroristes en parlant avec lui. C’est en vain. Elle réussit bien à en mettre un à terre, mais Ash est plus rapide qu’elle et lui rappelle qu’il est là aussi.

Comme elle ne parvient pas à s’enfuir, elle assiste impuissante aux actions d’Influx. Et ce n’est pas glorieux. Le personnage de John Noble – Otto – serait prêt à tuer tout le monde lié au débris, mais pas George : il demande au terroriste de simplement inverser la fréquence pour que tout le monde survive… sans souvenirs. C’est terrible pour Finola, parce qu’elle comprend que Bryan aussi va perdre ses souvenirs. Noooon. On n’a même pas eu la moindre petite avancée de ship entre eux.

Finola est forcée aussi par son père de manger une pilule qui lui permet de garder ses souvenirs, et ça me rend bien triste pour elle parce qu’elle résiste en vain à un truc qui lui ferait du bien. Elle finit par bouffer sa pilule et le débris est désactivé. Tant pis pour tous les jeunes parents qui perdent la mémoire. Tant pis pour Bryan.

Celui-ci parvient pourtant à se relever et se souvient de Finola… Mais il souffre malgré tout de la charge qu’il a pris de plein fouet. Comme il se souvient de tout et que c’est étrange, les terroristes interrogent Otto sur ce qui a pu se produire. Et celui-ci a rapidement la réponse : il reconnaît Bryan comme le coéquipier de Garcia et Ming. Tous les trois sont des agents qui ont été heurtés par un débris. Les injections que prennent Bryan doivent donc l’empêcher de développer quelque chose qui pourrait lui faire du mal à cause d’un débris.

Seulement voilà, ça semble aussi donner à Otto le pouvoir de lui faire mal à distance. C’est étrange. Finola a tout juste le temps de renier son père avant qu’il s’en aille, puis se retrouve avec Bryan à comprendre qu’il va falloir appeler au plus vite Maddox pour lui expliquer tout ça. Seulement voilà, Maddox a autre chose en tête.

La série recommence aussi à se concentrer sur Dario, le fils de Maddox et Julia. Celui-ci ne semble plus en mesure de parler ou comprendre ce qu’il se passe, mais vu l’insistance qui est faite sur celui-ci, j’imagine que ça ne durera pas.

De son côté, Maddox bosse donc avec une russe, encore et toujours, en lui livrant des débris. Allez comprendre. J’espère que la fin d’épisode me permettra de voir l’intérêt de cette intrigue. En plus, il lui donne des débris avant de lui dire qu’il ne peut pas la laisser partir et qu’il lui propose une autre voie.

Finalement, Maddox rentre chez lui, retrouve sa femme qui ne s’est pas suicidée même si elle n’était pas loin de le faire et redonne à son fils la capacité de parler. En effet, il a utilisé des débris pour le soigner, comme je m’en doutais depuis le début. Vraiment, cette intrigue aura été une plaie jusqu’au bout.

Le bout, nous y sommes justement, avec deux cliffhangers plutôt bien foutus. Le plus intéressant à mon sens consiste à voir George et un autre terroriste apercevoir à nouveau l’étrange silhouette qui les suit à pied, à la manière de It Follows, ma foi. Ce pourrait être la mort ? On ne saura jamais, mais ça a l’air d’être un compte à rebours vraiment prenant.

Le deuxième cliffhanger se concentre à nouveau sur Dahkeya, l’amérindien qu’on avait vu il y a deux épisodes et qui est rejoint ici par la boule de lumière. Alors que je le pensais détaché de l’intrigue, on nous révèle qu’il bosse finalement avec Influx, qui a aussi dans une caverne une copie de Finola. Allez comprendre ! On ne saura jamais.

EN BREF – Une excellente saison 1, maîtrisée de bout en bout, avec peu d’épisodes en-dessous du lot. Vraiment, c’est un regret que ce soit une série de network, car elle méritait vraiment d’avoir le temps de s’installer et se constituer une fanbase solide. Elle n’a rien à envier à Fringe par exemple. Je dirais même que j’ai préféré cette première saison à la première de cette série Fox que j’adorais pourtant. C’est dire.

Je regrette vraiment énormément l’annulation de cette série, j’ai eu l’occasion de le dire des dizaines de fois, parce qu’elle apportait vraiment une touche de science-fiction réussie qu’il me manquait beaucoup ces dernières années. J’espère retrouver assez vite quelque chose avec la même efficacité, mais ce n’est pas gagné.

Quant aux cliffhangers… Vraiment, j’aurais adoré savoir de quoi il en retourne et suivre la série quelques années de plus. Il faut se faire une raison, malheureusement.

 

Debris – S01E12

Épisode 12 – A Message from Ground Control – 17/20
Eh bien, je suis toujours aussi fan de la série, même après plusieurs mois. Je n’ai aucun doute, c’était l’une des meilleures nouveautés de la saison et c’est vraiment dommage de la voir annulée car les mystères et complots qu’elle renferme sont géniaux. J’espère trouver d’autres informations sur ce qu’aurait été la série en cas de saison 2, et je vais tout de suite me jeter sur le dernier épisode de la saison !

Spoilers

C’est bien de collecter les débris dans le même hangar, mais faut pas s’étonner quand ça part en vrille après.


They are weaponizing Debris !

Je continue mon masochisme dans mes visionnages en terminant cette première saison de Debris ce soir. On ne va pas se mentir, j’ai longuement hésité, surtout que j’ai plein d’autres saisons à terminer… mais j’ai tellement adoré l’ensemble de cette saison que je me dis qu’il est temps pour moi de la terminer. Bien sûr, je vais regretter de replonger dans les aventures de Finola et Bryan pour ne finalement pas avoir de conclusion, mais en même temps, je regretterais de ne pas voir la fin de saison, je me connais trop.

Bref, c’est parti pour une soirée déprime devant une série géniale qui méritait vraiment d’avoir sa saison 2, mais qui ne l’aura pas. C’est bien dommage. L’épisode commence par un scientifique en train de faire l’inventaire des débris à Orbital, l’immeuble du gouvernement, et ça me donne déjà tellement d’idées de ce que la série aurait pu proposer sur du long terme. C’est frustrant, vraiment.

Le pauvre scientifique chargé de faire cet inventaire, Kelso, se rend compte que certaines boîtes de débris se mettent à bouger seule… avant de se faire exploser le crâne par un débris transperçant une boîte pour aller rejoindre un morceau plus important du vaisseau. Oups. C’est un brin flippant de bosser comme laborantin pour le gouvernement dans ces cas-là. On enchaîne sur l’excellent générique de cette série qui me manquait et qui clairement me manquera encore plus à partir de demain maintenant.

Après le générique, nous retrouvons le père de Finola qui retrouve lui son laboratoire – probablement secret d’ailleurs. Finola et Bryan se rendent également auprès de lui pour l’aider à reprendre ses marques et pour lui reprocher d’avoir fait le voyage seul alors qu’il est toujours recherché par le reste des agents fédéraux du monde entier. Et on les comprend, parce que George a une information capitale : il se souvient qu’Influx voulait cartographier les différents débris ; ceux trouvés et ceux qu’ils restent.

Un morceau de débris leur permettrait en effet de trouver l’ensemble des débris. Eh, ça accélèrerait vachement le rythme ! Tout ça est le fruit du travail de Laghari, qui est celui qui permettait à George d’avancer tout ça. Soit. Finola s’interroge quand même sur les capacités cérébrales de son père, parce qu’elle se demande bien pourquoi il se souvient de ça et pas des raisons pour lesquelles Maddox veut le tuer.

Bryan interrompt toutefois ses inquiétudes avec ce qu’il s’est passé à Orbital. Il faut dire que c’est inquiétant, parce que des débris de n’importe où dans le monde pourraient aussi être appelés jusqu’à Orbital. Ce serait gênant, surtout à cette vitesse. Nos héros ont aussi un autre problème : tous les scientifiques d’Orbital sont dans une sorte de transe.

Certains regardent le mur, d’autres déplacent des boîtes avec des débris pour les aligner tranquillement dans un entrepôt. Le but ? Les boîtes s’envolent vers un portail et reviennent après l’avoir traversé, sans débris. C’est gênant : nos héros se sont donnés du mal pour récupérer les débris tout de même, alors ce n’est pas cool de les voir disparaître ainsi. Quant aux scientifiques, ils sont tous emmenés en urgence en infirmerie.

Comme d’habitude, la série prend son temps pour mettre en place ses mystères, mais elle ne lésine pas non plus sur les hypothèses et explications, avec une poche dimensionnelle. Finola n’arrive pas à la désactiver, par contre, et les scientifiques sont tous rappelés hors de l’infirmerie. Ils convulsent tant qu’ils sont retenus sur place, ils marchent sans se presser vers l’entrepôt d’Orbital dès qu’ils le peuvent ; le tout pour s’aligner à nouveau face à un mur.

C’est un brin étrange cette série quand elle s’y met, mais ça marche bien. Pour ne rien arranger, Lester, un des scientifiques bossant avec Finola, se fait projeter en arrière quand il tente de bouger l’une des boîtes de la ligne s’étant formé pour aller vers la poche magnétique. Quand il se relève du choc, il est aussi possédé que les laborantins d’Orbital, et il finit tout simplement par aller s’aligner avec eux. Cette fois, Bryan et Finola se sentent dépassés, parce qu’il ne semble pas y avoir d’activité des débris sur place, et ça ne fait que commencer.

En effet, un des laborantins meurt après quelques convulsions supplémentaires. Par chance, George peut aider sa fille avec quelques bonnes théories, comme d’habitude. Par contre, lui aussi il est dans une situation inquiétante, parce qu’il y a une étrange brume blanche autour du laboratoire quand il y remet l’électricité…

On verra plus tard, j’imagine. En attendant, l’idée qu’il a donnée à Finola fonctionne : le portail ne parvient plus à retirer les débris des boîtes. Mieux encore, ça permet à Finola de comprendre qu’il se passe quelque chose en-dessous d’eux. Et effectivement, en sous-sol, ils trouvent un amoncellement de débris au plafond d’un autre laboratoire.

Ce n’est pas n’importe lequel : c’est celui dans lequel nous voyons régulièrement Maddox. Cette fois, ça y est, Finola et Bryan découvrent que Maddox a pour but de transformer en armes les débris. Et ça énerve particulièrement Finola de se rendre compte qu’ils le font en utilisant les notes de George en plus. Elle est tellement énervée que pour une fois elle va confronter directement Maddox, qui répète à qui veut l’entendre que tout est de la faute d’Influx quand il fait la même chose qu’eux.

Maddox affirme aussi que les autres gouvernements font de même et, très franchement, je le crois quand il accuse les anglais d’en être au même stade que lui. Cela dit, Finola est rapidement forcée de retourner dans Orbital, parce que tous les « possédés » se mettent à bouger à nouveau pour aller s’en prendre aux bornes neutralisant le portail. Le problème, c’est qu’en les touchant, il se désintègre. C’est peu rassurant pour les possédés : ils ont le choix entre mourir de l’intérieur ou être désintégré pour l’instant.

Pour ne rien arranger, Bryan finit par avoir à nouveau des visions. Il peut enfin entrer en communication avec les débris, yay. Cela lui permet d’avoir un orgasme sur place – ou d’après ce qu’il dit à Finola de tout comprendre. Il comprend donc qu’il doit protéger tous les scientifiques qui sont possédés en les laissant faire ce que les débris doivent faire. Ouep, Bryan se range du côté des débris et assure avoir la foi en eux. Même Finola n’est pas aussi folle et craint le pire : elle a désormais peur des débris… mais c’est Bryan qui lui demande de croire. Dingue.

Elle fait toutefois confiance à Bryan et elle laisse donc le portail se rouvrir pour que les dernières boîtes le traversent. Ce n’est toutefois pas suffisant : il manque encore un débris selon Bryan, qui fait en sorte de le retrouver. Cela permet la constitution finale de la machine que les débris étaient en train d’assembler… et ça ressemble à une petite lune capable d’hypnotiser Finola. Elle reste admirative devant la boule de lumière qui se créé.

Ah, la fameuse boule de lumière, on y arrive. Oh lala, ça va être tellement frustrant que la série s’arrête dans l’épisode suivant. Finola rappelle alors son père pour tout lui raconter, mais celui-ci est occupé autrement : il a trouvé le débris qu’il recherchait. Pas de bol, les espions (russes ?) de Maddox l’ont trouvé aussi apparemment.

Contre toute attente, nous retrouvons aussi Ash, le terroriste que j’avais oublié et qui est capable de voir ce que voient les gens qu’il a touché lui-même. Grâce à ça et un petit examen médical qu’il réclame, il parvient à s’enfuir. Il connaît les codes, après tout. Il s’enferme finalement dans l’infirmerie où il utilise des défibrillateurs pour… se téléporter, emprunter gentiment la voiture d’une pauvre femme qui n’a rien demandé et rejoindre enfin un autre terroriste d’Influx. La fin de saison sera donc une course poursuite vers ce débris.

 

 

Mes derniers coups de… #41

Salut les sériephiles,

Mais où est passée cette journée ? Je n’en ai rien fait, à croire que les vacances approchent vraiment à très gros pas pour moi ! Je suis frustré de constater qu’il est déjà 23h. Je m’étais dit que je regarderais des séries pourtant… Ce sera pour demain. En attendant, pour cette fin de mois, je me suis dit que je pouvais une nouvelle fois sortir cet article que vous aimez bien d’habitude. Allez, trêve de blabla, à présent, je tente de vous parler sans spoiler et en coup de vent de mon dernier…

Evil – Page 2 – Just One More EpisodeCoup de cœur : Je n’ai pas vu grand-chose ce mois-ci, comme vous le savez déjà probablement puisque ça fait un mois que je suis en boucle sur ce refrain. Par conséquent, ça laisse toute la place à Evil qui est revenu avec sa saison 2 la semaine dernière. C’est toujours aussi génial, j’adore, tout simplement. Et ça reste un coup de cœur pour ce début de saison 2 !

younger gifs | WiffleGifCoup de mou : Je n’ai toujours pas vu grand-chose, alors c’est sûrement pour ça que je vais citer cette série-là plutôt qu’une autre, mais… la toute fin de Younger probablement ? Je ne peux pas dire que c’était mauvais ou que je me suis ennuyé devant les épisodes, surtout que j’ai ri plusieurs fois ! Seulement, il faut bien se rendre à l’évidence, la fin n’est pas celle que j’attendais ; ou plutôt elle est exactement ce que j’attendais de la saison 7 ! Sauf que j’aurais aimé qu’on commence la saison par-là.

Coup de poing : C’est un peu moins visible que d’habitude comme coup de poing, et c’est peut-être même plutôt un coup de couteau dans le dos, mais franchement, le drama autour de Supernatural et son spin-off cette semaine, c’était un vrai coup de poing tellement c’était choquant. Ainsi donc Jensen Ackles (Dean dans la série) et sa femme préparent un spin-off sur la jeunesse des parents Winchester… Sans prendre la peine de prévenir Jared Padalecki, qui s’en est plaint sur Twitter. Coup de massue pour tous les fans, je crois. Dire que la série reposait sur l’entente entre ce duo, je me demande ce qui a bien pu se passer pour en arriver là.

Supernatural Sam GIF - Supernatural Sam Dean - Discover & Share GIFs

Coup de blues : Ce mois de juin a fini par accorder la météo à mon humeur, avec beaucoup de grisaille et pluie depuis une semaine. C’est super frustrant ! Et c’est bien logique d’être frustré par la météo quand je le suis aussi par mon planning de visionnage des derniers jours. C’est comme ça, je sais, mais le fait de n’avoir vu quasiment aucune série et d’avoir délaissé le Bingo, ça m’a fichu un coup de blues cet aprèm. J’ai donc passé pas mal de temps sur Twitter, merci à toutes les personnes qui ont partagé des photos de la pride et des anecdotes twitteresques, c’était une belle journée à ne rien faire comme ça. L’avantage, c’est que ça m’a rappelé qu’il fallait que j’écrive cet article.

Tom Welling Smallville GIF - TomWelling Smallville Superman - Discover &  Share GIFs

Coup de vieux : Dingue ! J’ai découvert cet après-midi qu’il y allait avoir une saison 11 pour Smallville ! C’est un coup de vieux parce que ça me rappelle à quel point j’ai tout oublié de la fin de la série… et parce que les acteurs ne reprennent pas vraiment les rôles qu’ils avaient : ils se contenteront de faire les voix, car la saison 11 sera en dessin-animé. Je me demande qui ils choisiront pour remplacer Alison Mack, parce que bon, elle a mal vieilli, elle…

multi fandom gif series 2 - RIVERDALE ⤵️ - WattpadCoup de barre : Mes épisodes de retard s’accumulent. Je pensais vraiment les regarder partiellement ce soir, mais bon, le nombre a dû me décourager inconsciemment. Nous en sommes tout de même à 85 épisodes de retard à voir là, en comptant Riverdale, mais sans compter Le Caméléon, sans compter le reste du Challenge Séries, sans compter la saison 2 de The Circle, sans compter tous les hebdos d’été qui arrivent. Bon. L’été ne va pas suffire, finalement.

Surprise Bitch - American Horror Story GIF - Ah - Discover & Share GIFsCoup de bol : Il y a tout de même une bonne nouvelle au milieu de tous ces épisodes à rattraper, c’est qu’American Horror Story n’est toujours pas diffusée. Et pour cause, la saison 10 débarquera seulement le 26 août. Purée, ce sera plus d’un an après mon visionnage de la précédente, que j’avais vu plusieurs mois après la diffusion, pourtant ! 

Coup de gueule : NBC nous aura fait durer le suspense bien longtemps pour finalement nous annuler toutes les séries qui étaient encore en attente, c’est juste du foutage de gueule. Ni Debris, ni Zoey’s Extraordinary Playlist, ni Good Girls ne continueront donc l’année prochaine. Et c’est vraiment dommage. Pour la dernière, je n’ai jamais commencé, au moins, donc s’il n’y a pas de fin, je pourrai m’éviter ça. En tout cas, je trouve ça fou de faire durer le suspense comme ça et de ne pas les sauver. Ca m’énerve, ce manque de respect pour les audiences ! Enfin, pour nous, donc.

Zoeys Playlist GIF by NBC - Find & Share on GIPHY

Coup de tête : Alors que je devais regarder plein de séries ce soir, un retweet de Poluss faisant encore la promotion du documentaire Faut qu’on parle m’a donné envie de le voir. Je suis donc devant en écrivant ces quelques lignes. C’est un documentaire permettant à plusieurs athlètes de faire un coming-out à l’écran, en expliquant leur histoire… Et c’est touchant comme tout. C’est bien ce qu’il me fallait ce soir, parce que je suis quelque peu claqué.

Coup tordu : Je peux m’expliquer ce coup de tête par un petit coup de fatigue ce soir, et ce coup de fatigue, il est totalement dû à la 2e dose du vaccin que j’ai reçue cet après-midi, vers 16h. Toujours pas de 5G, toujours pas d’antenne qui me pousse, mais juste des coups de chaud ou fatigue, donc. C’est tordu, je trouve, parce que ça me laisse également en attente de possibles autres effets secondaires dans la nuit quoi. On verra bien.

Coup de pub : Allez voter demain, les amis ! Je sais que j’évite de trop parler politique sur le blog habituellement, mais ça va peut-être changer un peu avec les présidentielles qui approchent et une évolution politique avec laquelle j’ai de plus en plus de mal quand je vois les paroles peu appréciables qui se libèrent ces dernières années. Zahid Atypical GIFs - Get the best GIF on GIPHYBref, c’est pas le sujet, je sais ; mes intentions de votes se devinent très aisément avec mes articles, et encore plus avec mes tweets. Votez bien, on va dire. Je trouve ça triste toute cette abstention.

Coup de grâce : Atypical revient dans 13 jours ! C’est bien la peine de me réjouir du retour le 26 août d’AHS si c’est pour que Netflix me fasse ça, encore. Déjà que Lucifer est encore en train de m’attendre…

 

Résultats du Bingo Séries #50

Salut les sériephiles,

Il y a un mois, j’expliquais qu’il n’y avait pas eu grand-chose sur le blog depuis quelques jours… Et c’est bien triste de voir que rien n’a changé ces derniers temps. Les épisodes s’accumulent, il va falloir que je les attaque un jour. Je dis ça chaque jour, cependant, mais la vérité, c’est que j’ai encore une bonne centaine de copies devant moi, puis les appréciations. Merci le confinement, tous les contrôles tombent en même temps.

Passionnant, non ? C’est qu’il faut que je comble pour qu’on ne se rende pas trop compte que c’est ma pire grille ever. Dire que j’étais motivé de voir qu’il s’agissait de la cinquantième aha

Cinquante (3/4)

Younger - série 2015 - TV Land / Paramount Network - Au fil des sériesL’avantage de ce genre d’articles, c’est que je prends le temps de redécouvrir tous les points que je devais valider… et que je me rends compte que j’avais oublié d’en noter certains sur mon carnet alors que j’ai bien vu les épisodes dans le mois. Ouf, ça fait du bien d’en voir un de plus, même si ça ne me sauve pas du tout, comme vous allez le voir ensuite. Bref, je valide le point cinquante personnes à l’écran grâce à The Nevers, je viens d’aller vérifier car devant la scène, j’étais trop à fond pour compter, mais je m’étais fait une note mentale de vérifier. Certes, ce sont des figurants créés par effets spéciaux, mais qu’importe, à l’écran, l’illusion passe. Quant à la note mentale, ce fut un échec. Sinon, j’ai eu plusieurs 500 dans Walker avant de tomber sur un 50 à l’arrière-plan, ouf, et bien sûr, Charles a la cinquantaine dans Younger. Pas de demi-siècle… mais j’ai pu le rater !

Armageddon (3/4)

Pin by klaudia on Zoey's extraordinary playlist | Skylar astin, Classic tv,  PlaylistEh, un épisode de The Nevers me sauve encore la mise sur ce point-là, puisque concrètement, on a bien un personnage qui insiste lourdement pour sauver la vie d’un autre, quoiqu’il en coûte ! Très clairement, je ne pensais pas du tout au Bingo quand j’ai vu les deux épisodes en question, mais c’est abusé de ma part. Cela me rassure, cependant. Mon score remonte au fur et à mesure que j’écris l’article. Bon, autrement, j’ai eu un Harry très prévisible dans Charmed et une NASA inattendue dans Zoey. Pas de météorite, en revanche.

Dead (4/4)

Hbo | Explore Tumblr Posts and Blogs | TumgirC’est bien moins catastrophique que je ne le pensais : j’avais carrément écrit dans la critique que j’avais un point… mais j’ai oublié de le reporter dans mon carnet. Il y avait donc un enterrement dans… The Nevers. J’ai compris, j’arrête de regarder mes séries le dimanche soir, je suis beaucoup trop à l’ouest ! Bref, carton plein pour ce thème avec un « dead » à l’écran dans 9-1-1, une peur de mourir dans Station 19 et un objet tout aussi mort dans Debris. C’était le principe de la série… qui mérite vraiment d’être revenir d’entre les morts, elle.

Suspense (4/4)

Post [188983216621] - rrrogah-taylaa.tumblr.com - TumbexVous allez dire que j’abuse, je peux vous mentir et vous dire que c’était pour conserver le suspense comme demandé dans le point 20, mais la vérité, c’est que j’étais moi-même en plein suspense parce que je n’ai rien noté du week-end en séries, puis j’ai oublié. Du coup, évidemment que je ne comprends rien à certaines scènes de l’intrigue de The Nevers, surtout dans l’épisode 5. A peu près sûr que je l’avais écrit dans une critique d’une autre série avant aussi… mais impossible de retrouver. Je n’avais pas non plus noté que le stress avant une annonce pouvait fonctionner avec Lucy attendant un résultat professionnel dans The Rookie. Sinon, ben, j’ai eu du suspense avec une annonce de Station 19 et une altercation qui reste toujours incertaine dans les deux derniers épisodes de Walker (je sais que ça ne se devine pas à la note que j’y ai mise, mais promis, je me suis rassis sur le canapé au début de l’épisode, je n’étais pas prêt !).

Action (2/4)

Here's a gif of Keith David's eyebrows. #CommunityLivesOn  #sixseasonsandamovie | Community, David keith, Community livingEh bien, je n’ai pas à rougir de mon résultats, finalement. Non, je n’ai pas vu d’épisode 50 car je me sentais très à la bourre. En revanche, j’ai pris le temps d’écrire un article hommage en fin de semaine dernière, histoire d’avoir un point dans les actions définitivement vide. Est-ce que dimanche soir, j’ai écrit mon article du jour devant un épisode de Community avec Keith David ? Parfaitement. J’avais autorisé les rewatchs sur les derniers jours… Et vraiment #ANDAMOVIE, même si ce n’est pas mon personnage préféré.

J’arrive donc à 16/20 pour ce mois-ci, mais je n’avais noté que onze points sur mon carnet. C’est débile, parce qu’à seize points, j’aurais pu dire que je gardais le suspense et me valider un point de plus. D’ailleurs, je suis hyper énervé de constater que WordPress ne m’a pas publié mon commentaire pour le point bonus : j’avais répondu à Melifog que moi non plus, je n’allais pas valider le point 4. Le commentaire a tout simplement disparu et je me rends compte que ce n’est pas le seul.

Il faut que j’arrête d’écrire des commentaires dans le train ! Bref. J’aurais pu avoir 18, facilement. Il faut juste que je sois plus rigoureux et discipliné. Allez, je retourne écrire ça sur les copies de mes élèves aussi !