Loki – S01E06

Épisode 6 – For All Time. Always. – 16/20 
Ben là, c’est problématique : je suis au bout de la saison, de la série, du temps, et je ne sais toujours pas ce que je pense de tout ça. D’un côté, c’était hyper bavard et explicatif ; de l’autre, je trouve que ça manque d’explications et de logique sur les voyages temporels. Faut-il que je regarde à nouveau pour me faire une meilleure idée ? Je ne sais pas trop. Je vois ce que ça lance pour le reste de la phase 4, je vois l’impact que ça aura… mais je ne vois pas tellement d’où ça vient, finalement. Ni où ça ira avec cette scène post-générique ?? WTF.

Spoilers 

Après le Vide au Bout du Temps, il y a la Citadelle du Bout des Temps et les réponses qu’elle contient.

We can’t take away people’s free-will.

Pas de générique du Marvel Studios pour ce dernier épisode, mais tout autant de frissons garantis avec un merveilleux montage audio des phrases cultes des divers films des dix dernières années, puis des discours cultes – de Martin Luther King à Greta Thunberg. Etonnant mix, franchement, mais l’idée est de nous introduire un tout nouveau lieu clairement important pour la mythologie du MCU.

Nous voilà donc après le Vide de la fin des temps… et Loki et Sylvie prennent encore le temps de papoter devant la porte de l’immense manoir où ils arrivent. C’est qu’elle a envie de défoncer la porte mais aimerait bien quand même qu’on la retienne et l’empêche de faire une connerie. Ce n’est pas exactement ce qui finit par se produire.

La porte s’ouvre toute seule et derrière elle, dans la Citadelle au Bout du Temps, se trouve… Miss Minutes. Allez, putain, je ne lui faisais pas confiance ! Elle assure à Loki et Sylvie que leur long voyage L’impressionne en tout cas, Lui, Celui qui reste à la fin de tout. C’est tellement… chelou. Miss Minutes est un hologramme après tout.

Elle a toutefois les bons mots pour Loki et Sylvie. Au premier, elle promet la victoire à New-York et la victoire contre Thanos ; à la seconde, elle promet une vie heureuse où elle pourrait vivre avec de joyeux souvenirs aux côtés de Loki. Elle leur promet une jolie place dans la timeline, avec des mensonges qui ne peuvent clairement convaincre personne et certainement pas Loki. Nos héros ne se laissent donc pas berner et se débarrassent de Miss Minutes, pour pouvoir continuer de progresser dans la citadelle.

C’est un peu longuet comme exploration, mais c’est bien logique après tout, il faut maintenir le suspense. J’imagine qu’une bonne centaine de théories au moins a dû exister sur l’identité de la personne derrière tout ça. Et finalement…

Ce n’est qu’un homme comme les autres, a priori. Il pourrait être un Loki que ça ne m’étonnerait pas. En tout cas, il n’a pas l’air de vouloir se battre avec Loki et Sylvie. Il mange sa pomme tranquillement, se cure limite le nez et n’en a rien à foutre de la présence d’une même personne en deux exemplaires pour le tuer.

Sylvie tente évidemment d’en profiter, en vain. On ne s’attendait pas à autre chose : chaque fois qu’elle est sur le point de l’attaquer, il disparaît, tel un hologramme. Oh, nos héros continuent de se méfier de lui, mais c’est en vain, là aussi. Au moins, cette fois, ce n’est pas bavard. Enfin, pas trop. L’idée est évidemment que l’homme en face d’eux sait déjà tout ce qu’il va se passer. Il a un script avec toutes les répliques de Loki et Sylvie et un TimePad qui sait déjà quand le téléporter et où.

Adieu le libre-arbitre, Il explique à nos héros qu’Il est celui qui a pavé le chemin pour eux. Il a fait en sorte qu’ils arrivent jusqu’à lui, mais Il a pris soin de leur tracer un chemin mouvementé capable de les changer. Et une fois que c’est expliqué, il leur montre qu’il les connaît bien en faisant douter Sylvie.

Une fois que c’est fait, Il explique la mythologie à découvrir et retenir pour comprendre le multivers : au 31e siècle, une version de lui était donc un scientifique qui a découvert l’existence des mondes parallèles. Si au départ, ça se passait bien avec des rencontres entre des variants très polis, ça s’est rapidement transformé en catastrophe et en guerre entre les univers.

Seulement, à force de détruire et conquérir des mondes, Alitoh a fini par être créer. Il s’agit d’un monstre capable de manger le temps et l’espace… mais ça n’effraya pas notre scientifique qui l’apprivoisa et stabilisa le sort du monde en mettant fin à la guerre des univers. Et malgré tout, il affirme avoir des variants bien plus maléfiques que lui !

Cela laisse nos héros face à un dilemme problématique : ils ont le choix entre laisser cet homme au pouvoir avec une TVA qui semble efficace ou le tuer… et craindre le pire pour le remplacer. Sylvie remarque bien qu’il risque de mentir, mais pour les convaincre, il leur explique qu’il est prêt à les laisser au contrôle de tout son empire, eux deux. Pfiou. C’est inutilement compliqué tout ça, mais c’est intéressant d’imaginer Loki et Sylvie en maîtres du temps, je reconnais. Après, ça ne plaît pas trop à Sylvie de se sentir comme un jouet dans les mains de ce Scientifique.

Tu m’étonnes. On est loin de la baston attendue pour du Marvel, en tout cas, et la conversation finit par être interrompue par le passage d’un seuil. Ce seuil, c’est celui après lequel il ne sait plus du tout ce qui va se produire. De toute manière, il s’en fiche : soit ils le tuent et d’autres variants de lui recommenceront la guerre des différentes branches temporelles jusqu’à ce que l’un d’entre eux arrive au pouvoir et recommence tout le cycle ; soit ils prendront sa place et il pourra vivre en liberté.

Le dilemme est intéressant, en vrai, mais je ne vois toujours pas précisément où la série va s’inscrire dans le MCU. Et bien sûr, le dilemme divise Sylvie, qui veut tuer l’Homme, et Loki, qui a peur qu’il dise la vérité et préfère réfléchir à sa proposition de prendre le trône. Enfin, bien sûr, il affirme qu’il n’en a rien à faire du trône et qu’il s’inquiète surtout pour l’univers – alors que de nouvelles branches temporelles commencent à se créer.

Franchement, autant j’adore les séries sur les voyages dans le temps, les multivers et tout, autant cette histoire me paraît compliquée à cerner. On ne sait pas trop d’où elle vient, où elle commence, où elle va, où elle se termine. Je sais bien que c’est tout le but de la saison, mais les enjeux peinent à me convaincre. Peut-être que c’était trop court ?

Non parce que Loki a beau dire à Sylvie « après tout ce temps, tu me prends pour ça », moi, je trouve que le temps est passé vite dans cette série. Par contre, les acteurs sont toujours aussi brillants, clairement. Les voilà qui se mettent à se battre dans une bonne scène d’action, jusqu’à ce que Loki empêche Sylvie de tuer Celui qui reste et lui affirme une fois pour toute qu’il ne veut pas le Trône, mais juste savoir qu’elle ira bien.

C’est l’heure d’un bon gros baiser entre eux, avant une trahison que je voyais venir depuis longtemps : Sylvie renvoie Loki à la TVA et achève Celui qui reste d’un bon coup d’épée. Sa réaction lui fait toutefois comprendre qu’elle s’est probablement trompée, parce qu’il ne change absolument pas de discours.

En parallèle, à la TVA, nous retrouvons Ravonna papotant avec Miss Minutes. Elle ne lui donne pas les fichiers qu’elle avait demandé, mais les dossiers qu’Il pense capable de lui plaire davantage. Humph. Elle fait en tout cas ses bagages après tout ça, mais elle est interrompue par Mobius qui vient se venger d’avoir été désintégré par elle.

Et la vengeance est un plat qui se mange (sans sauce) froid : il s’attaque directement à son autorité en envoyant B-15 révéler qu’elle n’était qu’une directrice d’école dans la timeline sacrée. Soit. Ravonna révèle en tout cas qu’elle en sait bien plus qu’on ne le pensait : elle sait que le seul avec du libre-arbitre est le Créateur, elle sait très bien tout ce qu’elle fait… mais elle part malgré tout à la recherche du libre-arbitre une fois Mobius neutralisé.

Non, vraiment, elle, je n’arrive pas à la cerner, pas plus que Celui qui reste à la fin de tout. La série mène à la mort de ce dernier et à la destruction de la Timeline sacrée aussitôt après. À la TVA, on assiste donc à la création d’une multitude de branches temporelles à tous les stades de la chronologie et, franchement, ça nous mène à de belles migraines si l’on commence à se demander comment le passé peut être altéré ainsi, hein.

En tout cas, c’est une sacrée performance d’acteur pour les héros de cette série, avec un Loki-2012 qui se sent trahi par Sylvie et déprime un temps. Une fois que c’est fait, il se précipite vers les archives pour expliquer à Mobius et B-15 tout ce qu’il vient de se passer… mais ceux-ci ne le reconnaissent pas. Pire, en lieu et place des Time-Keepers trône désormais une statue de Celui qui reste. Humph. Il aura forcément son rôle à jouer dans le reste du MCU, du coup ?

Et la scène post-générique ? COMMENT CA IL N’Y A PAS DE POST-GÉNÉRIQUE ET IL Y AURA UNE SAISON 2 ? Pfiou. QUAND ? Pourquoi ? Comment ? Je suis paumé.

EN BREF – J’attendais une série sur les voyages temporels et le multivers, un peu à la Endgame dans son exécution avec des branches et des rencontres d’alter-égos de personnages. Un bon gros fourre-tout plein de easter-eggs aux films passés et à venir, ça me convenait à 100%. La série m’a dérouté bien rapidement à ouvrir cette branche temporelle de la TVA, on ne va pas se mentir.

J’ai passé les six épisodes à tenter de cerner les enjeux de la série, les intérêts et motivations de la plupart des personnages et, à la vérité, j’ai l’impression d’avoir échoué à comprendre ce que voulait raconter la série. Alors oui, évidemment, la création du multivers à la fin avec toutes les branches temporelles est nécessaire pour la suite de la phase 4… mais Endgame nous avait déjà introduit l’idée des différentes branches temporelles, et WandaVision aussi en soi.

Là, on a une série qui reste déconnectée du MCU – je veux dire, ça commence en 2012, donc pourquoi est-ce que ça n’aurait un impact sur la timeline que dix ans plus tard ? Et pourquoi pas cent ? Et pourquoi pas un effet rétroactif ? Ou ça en a ?

La série pose plus de questions qu’autre chose, je suis paumé. En revanche, merveilleuse esthétique tout du long, casting au top, rien à redire sur le produit global. Juste, je ne sais pas quoi faire de ce scénario. Je m’attendais pourtant vraiment à ce que la série soit la plus complète et la plus proche du MCU… Verdict, je ne sais pas à quoi m’attendre. Une saison 2 ? Hell yes, je veux revoir ces personnages !

Par contre, pour raconter quoi ? Mystère.

Loki – S01E05

Épisode 5 – Journey into Mystery – 17/20 
Je n’arrive vraiment pas à savoir où la série souhaite aller avec cette intrigue, surtout si on doit l’inscrire dans l’univers plus global de Marvel, mais en tout cas, j’aime beaucoup l’humour présent dans cet épisode. C’est divertissant, les scènes d’action sont géniales et ça continue de surprendre de bien des manières, même si ça ne parvient toujours pas à me convaincre. Je ne sais pas, je n’arrive pas à m’expliquer ce qui me pose problème avec la série. Une chose est sûre : pas son casting, les acteurs sont géniaux ! Et son esthétique aussi. Tout va, sauf un bout du scénario, en fait…

Spoilers 

Loki rencontre de nouveaux variants, Sylvie change de plan.

Don’t die is not a plan, it’s a general demand of living.

Je ne me lasse vraiment pas du générique de Marvel Studios. Je sais que je le dis dans un tas de critiques cette année, mais c’est important de le souligner, je crois. L’épisode reprend de manière surprenante par l’accueil de la TVA et nous mène peu à peu vers l’ascenseur permettant d’accéder aux faux Time-Keepers. Et c’est un élément important à retenir !

En effet, Ravonna est frustrée de voir qu’on lui ment et elle n’hésite pas à se confier à Sylvie. Certes, Sylvie est aussi en train de la torturer, mais elles ont un point commun désormais : elles veulent comprendre le monde dans lequel elles vivent et savoir qui leur ment. Elles doivent donc faire équipe pour mieux comprendre ce qui arrive, et ça tombe bien : ça permet à Sylvie de savoir que Loki est peut-être en vie.

Oui, il a été désintégré, mais Sylvie apprend que tout ce qui est désintégré est en fait envoyé dans un Vide à la fin des temps. Ben voyons. A la fin des temps, tout finit par disparaître, mais personne ne sait pourquoi. Et c’est donc là que se trouve notre Loki-2012 et ses alter-égos étonnants, dont un alligator. Rien que ça. Pour le look, c’est dans une métropole dévastée que Loki se réveille. Les effets spéciaux sont vraiment beaux, mais on nous introduit rapidement un univers peu reluisant : le Vide. Pff. Toutes les séries nous font le coup, on se croirait dans le Charmed d’origine !

Et donc, dans ce Vide, il y a plusieurs variants de Loki, et rien que ça. Personne d’autre ne survit alors ? Il faut dire qu’il y a Alioth, une sorte de monstre qui s’assure que rien ne fasse demi-tour. Cela dit, les Loki sont trop habitués à survivre pour se laisser berner si facilement. Les Loki ? Nous avons un vieillard, un ado qui a tué son Thor, un noir et un alligator, qui est lui aussi un Loki.

J’imaginais tellement de choses pour le multivers dans cette série que je ne peux m’empêcher d’être déçu de voir tant de Loki être coincés dans un monde pseudo-apocalyptique avec un QG digne d’une tanière d’ados. Pfiou. Je suis super critique avec la série, je sais. Je passe un bon moment devant, mais je ne sais pas, j’ai l’impression qu’on passe à côté de plein de possibilités et ça me fait peur pour l’ensemble de la Phase 4.

Voilà donc notre Loki coincé avec d’autres variants de lui-même qui racontent parfois des cracks sur leur Nexus event, sont tristes de ne plus pouvoir parler à Thor et ne semblent pas tellement se poser de questions sur le libre-arbitre. Moi, je continue d’avoir du mal à comprendre ce qui provoque les variants, franchement. Loki-2012 lui-même ne semble pas se poser la question. Il se contente d’exposer son plan de détruire Alioth et de retrouver Sylvie pour réussir à venir à bout de la TVA.

Comme tous ses interlocuteurs se contentent de rire, Loki-2012 sort donc du repaire du roi-ado et… découvre une dizaine d’autres Loki qui l’attendent ! Quel enfer. Sans trop de surprise, l’ensemble des Loki passe son temps à se trahir et à tenter d’être le roi dans le Vide. Je reconnais à la série une bonne dose d’humour grâce à ça, et ça manquait.

L’alligator nous mange une main de Loki et otus les Loki s’en prennent les uns aux autres dans une scène bien trop marrante…et presque trop courtes, finalement. Tout ça déprime pourtant la vieille version de Loki, parce qu’il se rend compte qu’ils ne changeront jamais. Malgré ça, le vieux, l’ado et l’alligator décident de venir en aide à Loki-2012.

Tous les quatre se décident donc à aller se rapprocher d’Alioth pour mieux comprendre comment le tuer, et ce n’est pas gagné quand il lui faut moins d’une minute pour détruire tout un navire de guerre le bombardant…

De son côté, Ravonna demande à Miss Minutes des informations sur le début du monde, puis sur la fin des Temps quand Sylvie s’en mêle. C’est l’occasion pour les deux femmes de faire équipe définitivement : elle décide d’aller dans le Vide avec un vaisseau capable d’y résister, de retrouver Loki et de détruire la personne qui serait derrière le temps. Mouais. Quel est le putain d’intérêt de faire tout ça ? Vivez vos vies de variants en paix, non ?

Retrouver Loki, OK, pour Sylvie. Le reste, je n’arrive pas à cerner les motivations des personnages. Sylvie non plus, apparemment : elle comprend que Ravonna est en train de la manipuler et n’a pas vraiment l’intention de trahir la TVA. Voilà qui me rassure. Sylvie a toutefois le temps de prendre le TimePad de Ravonna avant l’arrivée des hommes.

Ensuite, sans trop de surprise, elle se « suicide » en utilisant de quoi se désintégrer et rejoindre le Vide. Ma foi, c’est une sacrée foi dont elle fait preuve là : je n’aurais pas eu confiance en Ravonna sur l’ensemble de ce qu’elle lui avait appris. Par chance pour nous, elle n’a pas menti, Ravonna, et il existe bien un Vide. Quant à Sylvie, elle était cernée de toute manière.

Dans le Vide, elle n’atterrit pas du tout au même endroit que Loki-2012 par contre. En fait, elle manque de se faire bouffer par Alioth, mais elle est sauvée de justesse par… Mobius. Top. On nous dit que seul Loki survit dans le Vide, mais paf, on nous sort Mobius avec une voiture qui a survécu au moins une bonne journée. Le temps est confus dans la série. S’il n’y avait que ça de confus… Les scénaristes aussi semblent l’être parfois, avec une Sylvie qui décide de faire demi-tour et s’approcher d’Alioth.

Elle fait bien, car ça lui permet rapidement de retomber sur Loki. Elle ne parle pas du tout du TimePad qu’elle a encore avec elle, préférant affirmer que son plan est meilleur que celui de Loki. Elle ne veut pas tuer Alioth, mais l’enchanter. Son but ? Atteindre ce qu’Alioth garde, un passage vers l’après de la fin des temps. Mouais.

Avant de faire ça, ils prennent le temps de se séparer. Mobius reste avec le vieux Loki pour parler des variants et de sa surprise de découvrir un Loki-Alligator alors que Sylvie et Loki ont le temps pour un petit tête à tête. C’est l’occasion d’aborder la théorie de Mobius selon laquelle la relation un brin romantique entre eux – ça reste très platonique cela dit, ça peut encore être des jumeaux ? Je suis perturbé par tout ça – pourrait être un Nexus.

Bien sûr, il est aussi question d’une possible trahison de Loki envers Sylvie… mais je m’attends plutôt à l’inverse. C’est clairement la série de Sylvie à ce stade, je veux renommer cette série ! Sinon, niveau théorie, la série semble vouloir se diriger vers une multitude de branches temporelles créée par ce couple improbable de Loki qui se tiennent au chaud sous la même couverture.

Et pendant ce temps, à la TVA, on retrouve encore Ravonna en train de faire de la merde. Je n’arrive pas à voir quelles sont ses vraies motivations ni quel est son but à vouloir savoir qui est derrière tout ça – c’est clairement son Google hologramme là, je ne lui fais pas confiance. Bref, Ravonna interroge B-15, mais là encore, j’ai du mal à voir où ça veut en venir.

On se dirige en tout cas vers une fin d’épisode plutôt cool : Loki et Sylvie font équipe pour passer à travers Alioth en charmant le monstre alors que les trois autres Loki décident de faire demi-tour et de rester dans le Vide. Des Loki, quoi, ils font ce qu’il faut pour survivre. Mobius ? Il décide plutôt de repartir vers la TVA pour tout détruire. On verra ça au prochain épisode j’imagine. Peut-être. Je me suis planté sur toutes mes théories avec cette série.

Il est en tout cas intéressant de voir Loki et Sylvie faire face à Alioth. Malheureusement pour eux, ils ont bien du mal à détourner l’attention du monstre assez longtemps pour l’enchanter. Loki-2012 tente bien de faire distraction, mais ça manque de tuer Sylvie. Ils peuvent heureusement compter sur le vieux Loki qui a bien plus de pouvoirs qu’eux. Il est ainsi capable de créer toute une ville-leurre qui trompe le monstre.

C’est un véritable sacrifice de sa part, parce qu’il énerve Alioth au point se faire bouffer par lui… mais il kiffe ça le temps que ça dure, au moins. En parallèle, Loki-2012 apprend à faire comme Sylvie et à enchanter le monstre. À eux deux, ils parviennent donc à faire ce qu’ils voulaient : un portail s’ouvre devant eux et leur permet d’accéder à ce qu’il y a après le Vide de la fin des temps. Voilà qui me rend curieux.

Bien content de ne pas avoir à attendre pour voir le dernier épisode !

Loki – S01E04

Épisode 4 – The Nexus Event – 16/20 
Cette série continue vraiment de me surprendre en allant à chaque fois là où je ne l’attends pas, mais sans que ce ne soit 100% positif pour autant. En effet, autant j’adore les surprises en temps normal, autant là j’ai vraiment l’impression que cette saison va toujours là où je n’ai pas envie de la voir aller. C’est un peu perturbant. Je vais aller lire des fics quand j’aurais tout fini, je suis sûr qu’il y aura un variant de scénario pour me plaire. Non ? Il sera sûrement moins bavard que ces épisodes !

Spoilers 

Loki et Sylvie sont sur le point d’assister à l’apocalypse… La TVA pourra-t-elle les sauver à temps ?

That’s where I grew up : the ends of a thousand worlds. And now, that’s where I’ll die.

Allez, je me replonge ce soir dans la série. J’en ai plein d’autres à voir, en théorie, mais j’ai vraiment envie d’avancer dans celle-ci, parce que le MCU est top et parce que j’ai vraiment peur d’être spoilé. Je n’arrête pas d’entendre parler de la série, ça relève du miracle d’être encore totalement dans l’incertitude de la manière dont ça va finir.

Avant d’en arriver à la fin, il faut toutefois en arriver au début, avec Sylvie lorsqu’elle s’est fait enlever d’Asgard. Elle n’était alors qu’une enfant et ça fait de la peine de la voir subir tout ce que Loki-2012 a subi lors du premier épisode. On découvre toutefois que la responsable de l’évasion de Sylvie est celle que l’on connaît désormais comme la juge, mais qui n’était à l’époque qu’une gardienne. Voilà qui change tout, surtout quand dans le présent nous la voyons faire face aux trois Time-Keepers.

Nous ne les verrons pas vraiment parler, mais ils blâment toutefois la juge pour tout ce qu’il se passe. De mon côté, je blâme ces Time-Keepers pour tout ce qu’il se passe : le système n’a pas l’air trop stable, ni très réglo. On est bien avec notre libre-arbitre, non ? En tout cas, il y en a qui y tient, c’est Mobius. Il réclame à la juge de pouvoir parler à C-20, la gardienne qu’elle avait enlevé et torturé, mais la juge nous affirme soudainement que C-20 est décédée des séquelles de la torture.

Je ne sais pas pourquoi, j’ai du mal à y croire. On nous demande pourtant de faire comme si… On verra bien ce qu’il en est par la suite, écoutez. En attendant, B-15, la gardienne qu’on suit depuis le premier épisode s’inquiète de savoir ce qu’il advient de C-20. Forcément.

Pendant ce temps, Sylvie et Loki sont parfaitement dépités par la destruction à venir de Lamentis. Ils prennent le temps de se retirer pour continuer de papoter d’Asgard, parce que de toute manière, il n’ont plus grand-chose à faire. En tout cas, il est curieux de voir que Sylvie annonce qu’elle est née fille – n’a-t-elle pas changé, du coup ?

Une chose est sûre : elle n’est pas censée exister et la TVA s’applique pour bien lui faire savoir. L’avantage, c’est qu’avant de mourir, ils ont le temps de philosopher sur les défaites prédéterminées qu’ils vivent tout en observant un magnifique spectacle… La mort est toute proche pour eux, mais heureusement, la TVA finit par les localiser pile à temps et leur envoyer un portail pour rentrer. On était à deux doigts d’une scène gênante où les deux Loki semblaient tomber sous le charme l’un de l’autre.

Autant dans l’épisode précédent, ils pouvaient passer pour frère et sœur, autant là, ça semblait weirdly romantic comme fin pour ces personnages, avec un regard langoureux. Et là, contre toute attente, Loki et Sylvie sont faits prisonniers par la TVA et Loki n’est pas désintégré, mais renvoyé à… Asgard. Ou plutôt, dans un souvenir d’Asgard. C’est l’occasion pour nous de retrouver Sif.

J’ai trouvé ça génial de revoir l’actrice dans un rôle où elle est bien meilleure que Jane Doe. Par contre, la boucle temporelle où Loki est incapable d’éviter les coups de Sif ? Arrêtons trente secondes ! Je me les prends une fois, je fuis le reste du temps ! Il finit par avoir le temps de la supplier et d’éviter les coups, mais le dernier coup n’est pas physique : il est psychologique. Sif affirme ainsi à Loki qu’il sera toujours tout seul… et je crois bien qu’elle a raison, pour tout ce qu’on en sait.

Pendant que Loki est attaqué par Sif en boucle, Mobius demande à la juge d’interroger Sylvie, mais c’est en vain. Il croise ensuite la gardienne TVA qui est intriguée de savoir que Loki a affirmé à Mobius que la TVA mentait… mais la petite graine devra pousser plus tard dans son esprit, car on a d’autres choses à voir nous.

Ainsi, Mobius retourne interroger Loki et le libère de Sif, essayant d’en savoir plus sur le lien entre lui et Sylvie. Il est persuadé que ce variant et lui font équipe, alors que c’est loin d’être le cas. Cela dit, si Loki refuse de parler à Mobius de l’événement Nexus de Lamentis, il change d’avis quand Mobius menace de le renvoyer à Sif. Cela me fait bien rire de retrouver Sif comme ça. Une chose est sûre : Loki ment à Mobius, qui n’hésite pas à se moquer de lui et à lui tendre un piège lui aussi.

Il lui fait donc croire à la mort de Sylvie, avant de souligner que ce qui a provoqué l’événement Nexus qui a permis de les localiser est justement leur relation. Et je ne suis pas le seul à être perturbé par cet inceste narcissique, de toute évidence. Quand Loki apprend finalement la vérité sur la survie de Sylvie, il décide d’avouer toute la vérité à Mobius.

Seulement voilà, celui-ci refuse de voir qu’il est peut-être un variant lui-même. C’est pourtant bien logique que la TVA soit constituée de variants, surtout qu’ils n’ont pas de noms pour la plupart… et ça travaille Mobius. Il essaie donc d’interroger la Juge pour en savoir plus, insistant pour s’entretenir avec Sylvie. Tout ce qu’il obtient, c’est de pouvoir assister à la suppression des variants… mais ça ne suffit toujours pas à Mobius. Il revient à la charge sur C-20, du coup, et se laisse manipuler par la Juge. Qu’est-ce que c’est bavard !

Par contre, Mobius se débrouille pour voler l’équivalent du portable de la juge – Ravonna, puis pour regarder l’interrogatoire de C-20. Elle dit exactement la même chose que ce que lui a dit Loki, alors forcément, ça perturbe Mobius. Cette fois, il est prêt à bosser pour lui et il nous libère Loki de sa boucle temporelle… pour rien.

En effet, les deux compères tombent aussitôt sur Ravonna et ses hommes, parce qu’elle n’est pas conne. Elle a vite compris que Mobius était « infecté » par le variant. Elle demande donc à ses hommes de le détruire, tout simplement. Putain, je ne m’y attendais pas ! Mobius se fait désintégrer, juste pour ça ?

En parallèle, B-15 est vraiment perturbée par les vérités énoncées par Loki. Elle décide donc de remettre en question tout ce qu’elle sait, et pour ça, rien ne vaut un petit détour dans la cellule de Sylvie, qu’elle n’hésite pas à libérer. C’est intéressant : ce n’est pas tellement les vérités de Loki qui perturbent B-15, c’est ce que Sylvie lui a montré quand elle était dans sa tête lors de l’épisode précédent.

En effet, on découvre qu’elle a pu voir quelques images de sa vie avant d’être enlevée par la TVA, et ce n’était vraiment pas quelque chose dont elle avait conscience avant. En tout cas, peu importe désormais : elles rentrent à temps pour le moment où Ravonna souhaite emmener Sylvie aux Time-Keepers.

B-15 a le temps de s’enfuir, cependant, et ça embête Ravonna qui demande aussitôt à ce qu’elle soit retrouvée. Ce n’est toutefois pas si simple que ça de la retrouver au sein de la TVA, mais peu importe : Ravonna veut gagner du temps et aller plus vite à l’exécution de Sylvie et Loki. Elle les emmène ainsi auprès des Time-Keepers, et c’est clairement une erreur de débutant de sa part. En effet, B-15 ne met pas longtemps à débarquer, libérer nos deux variants et les réarmer.

La bataille qui s’ensuit est sympathique, mais assez expéditive. B-15 est mise à terre, tous les MinuteMen aussi et Sylvie parvient à se débarrasser de Ravonna avant de nous décapiter un des Time-Keepers. Je n’étais pas bien convaincu par ces Time-Keepers et d’un coup, j’ai su pourquoi : ils n’étaient que de simples robots. Ah. Ce ne sont donc pas eux qui ont créé la TVA ? Ou alors, ce ne sont que des avatars de Time-Keepers ?

Cela ouvre un univers de possibilités pour la suite, mais ça nous laisse surtout Loki et Sylvie tous les deux. Il est alors temps pour Loki de faire une jolie déclaration d’amour à Sylvie. Seulement voilà, il n’a pas le temps de l’embrasser que Ravonna le désintègre à son tour. Oh bordel. Cela fait un sacré cliffhanger avec Sylvie qui reprend malgré tout le dessus sur Ravonna pour l’interroger.

Ce n’est toutefois pas fini : après un générique sympa (mais rien ne vaut cette chanson en version française ?), on a ainsi droit à une scène post-générique nous révélant que Loki-2012 a survécu dans un monde où d’autres variants l’attendent. Bordel, un peu déçu pour le coup. J’étais choqué qu’ils osent détruire Loki, mais je trouvais ça vachement intéressant pour la suite ! Là, c’est moins exceptionnel. On verra ce qu’ils en feront.

Loki – S01E03

Épisode 3 – Lamentis – 19/20 
Les bavardages de la série continuent bien sûr dans cet épisode, mais cette fois-ci, Loki a en effet un interlocuteur à la hauteur pour que ce soit pleinement prenant. L’épisode n’est qu’un énorme détour qui prend son temps – et le nôtre avec – mais il possède les meilleures scènes d’action de la saison pour le moment, énormément d’humour et de vraies avancées dans la réflexion. Et puis, il est très LGBT sans en faire tout un foin pour autant ; et c’est parfait comme ça ! 

Spoilers 

Loki apprend à connaître la grande méchante de la saison, qui ne l’est pas tant que ça. 

Love is an imaginary dagger. 

Le début de l’épisode nous emmène ailleurs et je sens que ça va devenir une habitude. C’est super bien fait, cela dit, parce que nous sommes en fait dans la torture mentale subie par C-20 lors de l’épisode 2. Elle était avec notre variant Loki, piégée dans son esprit à croire qu’elle était sa meilleure amie. Et c’est ainsi qu’elle a fini par donner l’information capitale de l’emplacement des Time-Keepers. 

C’est un chouilla gênant, parce que la méchante a aussitôt pour but de se rendre à la TVA pour les trouver. Elle découvre au passage que ses pouvoirs n’y fonctionnent pas et n’hésite pas à désintégrer quelques gardes (les pauvres !), avant d’être stoppée par Loki qui n’apprécie pas trop ce nouveau personnage qui se fait passer pour lui. 

Un combat se produit rapidement entre eux, mais ils sont interrompus par la juge qui pousse Loki à les téléporter hors de sa portée. Le problème, c’est que les deux personnages se détestent toujours quand ils atterrissent ensemble sur Lamentis-1, une lune sur le point d’être détruite par sa planète. Cela mène enfin à une bonne scène d’action dans la série, même si ça ne laisse pas beaucoup de chance de survie aux personnages, en théorie. 

En pratique, ce sont les héros et les interactions entre eux sont géniales. On découvre ainsi que le Variant Loki déteste cet autre Loki. Elle a décidé de se faire appeler Sylvie désormais, et c’est juste génial pour la représentation de se dire qu’un variant de Loki a décidé de devenir femme au beau milieu d’un plan machiavélique visant à détruire le Temps – parce que c’est comme ça que je comprends tout ça, on l’a appelé “un Loki” pendant tout l’épisode 2, et ce n’est pas pour rien. Reste à savoir pourquoi elle déteste tant la timeline sacrée.  

Pour le savoir, il faut être patient cela dit, surtout que les personnages ont autre chose à faire, clairement : ils sont coincés sur Lamentis avec un timepad incapable de les faire voyager dans le temps, faute de batterie. C’est pire qu’un téléphone portable, tout ça. Cela dit, ça fonctionne plutôt pas mal pour l’épisode d’avoir le duo qui se met en quête d’une source d’énergie et est forcé de travailler ensemble. 

Oh, on sent bien que la saison se gagne du temps et que tout cet épisode aurait pu représenter à peine cinq minutes d’un film, mais ce qui est fun, c’est que ça permet de voir la série développer vraiment sa mythologie avec Lamentis. Bon, Loki et Sylvie s’inquiètent de ne trouver personne à proximité, mais quand ils tombent enfin sur une femme, ils apprennent – avec pas mal d’humour – qu’un train leur permettra de s’échapper. 

Il faut encore réussir à entrer dans le train, mais bon, à eux deux, ils n’ont aucun mal : Loki se fait passer pour un garde, Sylvie en charme un autre avec sa magie, et hop, il n’en faut pas plus pour qu’ils puissent entrer dans le train et avoir une petite conversation émouvante sur le passé. Ils sont ainsi enfin sur la même longueur d’onde, et c’est génial à voir. J’ai toujours beaucoup aimé Loki, me voilà donc logiquement à aimer aussi Sylvie. J’aime les variations dans le personnage, j’aime la surprise de la voir femme, j’aime les voir parler d’amour. L’amour n’est pas la haine, mais il pourrait être une sottise. En tout cas, Sylvie comme Loki sont des personnages bisexuels qui font ici leur coming-out de la manière la plus charmante possible. Le sourire des deux acteurs, c’est juste kiffant. La douleur qu’ils ont de n’avoir pas trouvé l’âme sœur, c’est juste touchant. Tu parles d’antihéros ! 

Tout ça ne les empêche pas non plus d’enchaîner les verres d’alcool, nous révélant un penchant certain de la boisson pour Loki 2012, là où le variant Sylvie est beaucoup plus modérée. Ce serait sympathique de savoir à quel moment exact elle a varié, parce qu’ils ont des points communs, d’accord, mais ces deux personnages sont quand même super différents ! Et pourquoi le nom Sylvie ? Bref, alors que Sylvie s’endort finalement, Loki charme tout le wagon-bar en chantant un petit air de musique. Il n’a même pas besoin de garder son uniforme, en fait. 

Cela ne plaît pas à Sylvie qui a passé sa vie à fuir la TVA et est sûre et certaine qu’il a attiré l’attention. Elle ne se trompe pas, mais on ne le découvre qu’après une métaphore faussement poétique où Loki affirme que l’amour est une dague – dague imaginaire. J’ai ri, j’avoue. Quant à la scène d’action qui suit, il est sympa de la voir mener à Loki qui est jeté hors du train et à Sylvie qui est forcée de le suivre puisqu’il a le timepad. 

Malheureusement, ce dernier est brisé. Loki et Sylvie se retrouvent alors condamnés à mort sur Lamentis, mais ça ne casse toujours pas l’humour qui existe chez ces deux personnages. C’est fort. Ils sont mignons comme tout dans les échanges de regard et les plans qu’ils construisent pour s’en sortir, franchement. Très rapidement, donc, ils en arrivent à l’idée de détourner l’arche de sa route : l’arche est censée être détruite, mais avec eux à bord, ils arriveront peut-être à la sauver. Pourquoi pas, allez. 

Malgré tout, en chemin, ils échangent encore quelques sympathies sur les avantages tactiques que Loki a donné à Sylvie et qui pourraient lui permettre de le tuer… avant de se rendre compte que les Minutemen de la TVA n’ont aucune idée de qui ils sont. En effet, Sylvie révèle que C-20 n’est jamais qu’un variant d’une personne normale sur Terre qui a finalement été détournée avant de devenir agent, il y a des années – et en même temps, elle nous dit des années, mais elle semble venir des années 2000 au moins début de cet épisode. 

Ils n’ont pas vraiment le temps de s’en remettre cela dit : ils arrivent à l’arche avec la ferme intention de s’en sortir. Cela dit, on voit clairement la planète s’écraser sur l’Arche, alors autant dire qu’ils sont mal barré. Tous deux savent qu’il n’y a normalement aucun survivant… mais ça ne les empêche pas d’essayer de rejoindre l’arche. Des soldats veulent les en empêcher, bien sûr, et ils leur sauvent la vie ce faisant, parce que l’arche est explosée avant même le décollage. Les effets spéciaux et les travellings dans cette scène sont absolument géniaux. C’était magnifique à voir, tout simplement. 

Bien, nous assistons ainsi à une apocalypse, et ça nous laisse les personnages dans une sacrée merde pour survivre à présent. L’épisode se termine là, cela dit, alors il va falloir faire avec ce suspense, de toute évidence. Cette fois, je vais aller me coucher et me garder pour plus tard la deuxième mi-saison.  

Sinon, désolé pour la critique qui est courte par rapport à d’habitude. Il faut être honnête, la série se savoure pour ses bavardages ; et il est difficile de résumer des longues conversations, je l’ai toujours dit sur les épisodes qui s’y aventurent.