Mais pourquoi les séries parlent-elles du coronavirus ?

Salut les sériephiles,

La semaine dernière, je vous parlais de ces séries qui évoquent le Covid19 dans leurs intrigues, mais je passais à côté du vrai sujet que je voulais traiter. C’est un comble, tout de même. Le vrai sujet ? Je n’arrête pas de voir passer des tweets se désolant et se lamentant (non, je ne suis jamais dans l’excès) de ces séries qui parlent encore du Covid alors qu’on en bouffe à toutes les sauces depuis le mois de mars (enfin, cela dit, évitez de le bouffer, vous finiriez par être testé positif).

Voir aussi : Alors, le coronavirus dans les séries, ça donne quoi ?

Je réponds que c’est précisément pour ça que c’est important d’en parler dans les fictions ! Alors évidemment, pas toutes les fictions. Je ne vois pas trop l’intérêt qu’une série comme Supergirl évoque le coronavirus, parce qu’elle n’a pour postulat de base de nous parler de la réalité et du quotidien. Aux dernières nouvelles, aucun super-héros n’existe dans notre monde et, dès lors, Kara et tous ses amis n’ont pas à vivre notre quotidien… et même, ça ferait du bien de pouvoir s’échapper de la morosité du quotidien grâce à des séries de ce genre (mais peut-être pas Supergirl, parce que bonjour la qualité quoi).

Supergirl' 3x07 Review: 'Wake Up' | Fangirlish

En revanche, si je ne suis pas blasé de cette situation, au contraire même, c’est parce que des séries qui évoquent notre quotidien dans l’ADN même de leur synopsis ont pour moi tout intérêt à aborder le sujet de la pandémie mondiale en cours. Déjà, c’est important pour la mise en place d’une catharsis moderne qui a besoin d’exister. La catharsis, c’est à l’origine la purgation des passions par la terreur, la crainte et la pitié que l’on ressent face à un spectacle théâtral. De nos jours, ça passe par la violence des films et séries qui permet de se libérer de certaines contraintes et angoisses pour mieux les vivre dans notre quotidien. Et franchement, quand on parle contrainte et angoisse en 2020, je pense que le premier truc qui vient en tête, c’est le coronavirus.

Au-delà de cette catharsis nécessaire, il ne faut pas oublier que les séries évoquant notre monde quotidien jouent le plus souvent avec nous et avec un procédé d’identification aux personnages. Alors bien sûr, nous ne sommes pas les policiers de New-York vu dans Unité Spéciale et nous ne sommes pas les brillants chirurgiens de Seattle dans Grey’s Anatomy… mais nous sommes leurs victimes et patients, nous sommes dans le même monde, nous sommes des humains comme eux, et ça suffit déjà à s’identifier à eux.

mine:-grey's-anatomy | Tumblr

Par conséquent, les séries seraient tout de même nettement moins passionnantes si elles ne traitaient pas elle aussi le coronavirus : elles se priveraient totalement d’une grosse partie de l’identification, pourtant importante dans leur composition, en nous montrant que les personnages ont la chance de mener une vie dénuée d’un paquet de soucis auxquels nous, on fait face. Et ça le fait d’un coup beaucoup moins Grey’s si on a une vie plus merdique que Meredith Grey !

Pour s’en convaincre, je me tourne vers ceux qui regardent Plus Belle la Vie ou NCIS : dans la première, les personnages parlent parfois de l’épidémie, vite fait, comme si tout était déjà terminé… et ça n’a pas trop de crédibilité quand nous, on en est encore à porter des masques et tenter d’avoir notre mètre de distance. D’ailleurs, vraiment, la série française a raté le coche et s’est planté dans les grandes lignes, alors qu’elle avait une intrigue sur le Sars au tout début du confinement ! Pour une série qui a toujours suivi l’actualité de très près, avec des hommages et tout, c’est super dommage (et la qualité est franchement sur le déclin depuis son retour en juin).

Cote de Pablo returns to television with 'The Dovekeepers' | The StarPour la seconde, les scénaristes font le choix du flashback pour ne pas se prendre la tête. Pas d’épidémie à l’écran, donc, mais des contraintes énormes sur le tournage, avec des distanciations physiques à tenir et des figurants moins nombreux. Conséquence ? La crédibilité de l’intrigue se voit amoindrie parce que ça ne fait plus tout à fait vrai.

Et tout le sujet de l’article réside là-dedans, finalement : ces séries visent à nous donner l’impression du vrai, et comment faire vrai en 2020 sans le Coronavirus ? C’est bien trop complexe… Autant l’aborder, donc, et nous permettre de purger nos angoisses en voyant nos personnages préférés se prendre de plein fouet l’épidémie.  Oui, dans certaines séries, c’est difficile à vivre parfois, oui, il y a eu des scènes anxiogènes depuis la rentrée, oui, ce n’est pas toujours agréable… mais c’est donc que ça fonctionne et que ces séries font bien leur boulot.

Certaines permettent aussi de prendre un peu de recul sur certaines situations, comme This is us. Je cite celle-ci parce qu’il est important aussi de souligner qu’il n’y a pas que les séries médicales ou policières qui sont légitimes sur le sujet. J’ai également de très bons échos de la saison 6 de Superstore par exemple (au point que ça me donne envie de la reprendre, c’est dire à quel point il est important de parler de l’épidémie). En plus, elle fait bien son travail si elle arrive à nous faire rire d’absurdités liées au Covid – et on a tous besoin de rire ! 

Voir aussi : Quel protocole sanitaire pour les plateaux de tournage de séries ?

Les séries ont toujours été et sont encore le reflet de la société américaine – et d’ailleurs c’est amusant, en quelque sorte, de voir les différences du protocole par rapport à la France – et aux dernières nouvelles, la société américaine se prend de plein fouet la pandémie. Par contre, je comprends que ça puisse déplaire… Surtout que je reconnais qu’avoir une saison 3 de The Outpost qui traite (par accident, en plus !) d’une épidémie, ça m’a blasé.

Ca déplait aussi parce que par moment, ça paraît trop détaché de notre quotidien : nous sommes des blasés de la pandémie, déjà, et certaines scènes écrites il y a plusieurs mois n’ont plus l’effet escompté, particulièrement quand il s’agit de célébrer comme il se doit les soignants par exemple. On sait désormais toute l’hypocrisie qui peut se cacher derrière des applaudissements à 20h quand dès le déconfinement venu, tout le monde s’est baladé sans masque, par exemple.

Bref, quoiqu’annonce Macron ce soir, s’il vous plaît, continuez de faire attention à vous et aux autres, avec un masque, des gestes barrières et une bonne distance entre vous !

 

Upfronts 2020 (#1) : une rentrée bien fade

Salut les sériephiles déconfinés,

Hook ABC upfront (nononononoNONONONO!!!!!! That face ...

Je vous l’annonçais hier, je suis bien embêté par les upfronts de cette année, parce qu’ils bousculent toutes mes petites habitudes qui est d’y consacrer deux semaines complètes d’articles du jour. Cette année, pandémie mondiale oblige, tout est chamboulé et la traditionnelle semaine d’annonces des networks américains s’en retrouve tout bonnement anéantie. Ainsi, CBS a fait ses annonces en avance, mais ne donnera sa grille de fin septembre que le 19 mai, ABC a décidé de ne rien communiquer avant la fin du mois et la Fox a joué le jeu et annoncé bien malgré elle la couleur d’une rentrée qui sera fade.

Voir aussi : Ce que sont les upfronts

Par conséquent, j’ai décidé de consacrer plusieurs articles à cette rentrée. Ils seront répartis comme je le peux dans les semaines à venir et formeront un seul gros dossier à consulter. C’est parti avec le peu qu’on a à se mettre sous la dent pour le moment.

Les renouvellements

In the Dark : le récap saison 1 | Just One More Episode

Comme c’est à la mode depuis quelques années, il y a assez peu de suspense cette saison du côté des renouvellements. En effet, la CW a pris la décision d’annoncer le renouvellement de toutes les séries de sa grille, à l’exception de celles dont c’est la dernière saison, dès le mois de janvier. De quoi sécuriser une improbable saison 3 à In the dark, malgré des audiences catastrophiques (elle mérite bien mieux !)…

CBS nous a un peu fait le même plan cette année, avec des renouvellements très tôt dans la saison (coucou Evil) et une avalanche de quinze renouvellements la semaine dernière, parmi lesquels on retrouve toute la franchise NCIS et All Rise, qui s’est fait remarquer en proposant le premier épisode tourné pendant le confinement, à distance. Autrement dit, avec cette chaîne, il est plus simple d’être exhaustifs en parlant…

Des annulations

god friended me | Tumblr

Pour le moment, je suis largement épargné puisqu’aucune des séries que je regarde ne semble être vraiment annulé. Même God Friended me qui s’achève à l’issue de sa saison 2 semble le faire avec une fin convenable.

L’avantage de l’épidémie et du confinement, c’est aussi que ça nous permet de limiter les annulations de séries. En effet, les chaînes n’ont pas trop envie de se séparer des séries en ce moment, et certaines aux audiences fragiles risquent fort de revenir rien que parce qu’elles sont déjà installées auprès du public, et dans les studios. Ce n’est pas trop le moment pour lancer…

Des nouveautés ?

Elles se comptent en effet pour le moment sur les doigts de la main. Les chaînes se montrent frileuses puisque les pilots n’ont pas pu être tournés en temps et en heure pour les démos qui déterminent largement ce qui naîtra ou non. C’est là qu’on en arrive au cœur du problème : comment choisir les séries de demain ?

New trending GIF on Giphy August 10 2017 at 12:56PM | Giphy ...

La majorité des networks, à l’instar d’ABC, a pris la décision de zapper la phase pilots pour directement commander, après une possible mise en ligne pour tester la popularité.

Bien sûr, certaines nouveautés vont présenter moins de risques que d’autres : un spin-off pour Younger (CBS) centré sur Kelsey (oh mon dieu !) et pour New-York Unité Spéciale (NBC), les reboots (The Equalizer sur CBS), les revival (Superman & Lois ainsi que Walker Texas Ranger sur CW), les suites improbables (Clarice sur CBS, un procédural pour faire suite au Silence des agneaux)… Autant de projets qui sont plutôt sûrs de trouver leur public… mais pas forcément de les séduire. Et puis, ça n’empêche qu’on a le problème des tournages non commencés.

Du recyclage

Pour faire face à la pénurie de séries, les chaînes semblent toutes se tourner vers un principe que les français connaissent bien : le recyclage de séries des chaînes câblées. À l’instar de M6 qui vient de commencer à diffuser This is us après Canal +, Amazon Prime Video et 6ter en la présentant comme une « nouvelle série événement », les grands networks américains se tournent donc vers des séries déjà existantes pour combler les grilles.

D’une part, il faudra donc compter sur des nouveautés qui étaient originellement prévues pour une diffusion cet été – ce qui a tendance à me laisser frileux, parce qu’une série d’été, ça n’a parfois rien à voir avec une série d’automne. Fox a ouvert le bal en proposant neXt – dont j’ai déjà parlé l’an dernier, on n’en finit plus de l’attendre ! – et Filthy Rich dans sa grille. L’avantage, c’est que les deux me tentaient plutôt bien, mais qu’on sait bien que je n’aurais pas eu le temps de les voir en ce moment !

D’autre part, des séries déjà connues des amateurs pour avoir été diffusées sur des chaînes câblées vont débarquer à heure de grande écoute… C’est par exemple le cas de LA’s finest que la Fox a décidé de propulser dans sa grille de rentrée… Alors même que nous, en France, on en a déjà eu une diffusion sur M6. La CW aussi s’est lancée, en annonçant la diffusion des deux saisons de Tell Me A Story, qui se fait sauvagement annulé au passage, allez savoir pourquoi. Bref, les networks font ce que tous les sériephiles s’apprêtaient à faire : ils vont farfouiller dans les séries qui attendent bien au chaud…

9-1-1 on Fox

Et des retours ?

Les retours des séries qu’on adore tant et qu’on suit habituellement dès fin septembre ne sont pas du tout garantis pour l’instant… Enfin, du moins, pas dès octobre. En effet, la mode du recyclage ne s’explique pas uniquement parce qu’il n’y a pas de nouveautés, mais aussi parce que les tournages des séries plus anciennes ne sont pas encore garantis. Jouant la prudence, la FOX a ainsi décidé de décaler à la mi-saison la grande majorité de ses séries habituelles. Exit 9-1-1, donc… Et moi qui voulais justement continuer de la rattraper ce soir, je me dis que j’ai intérêt à faire durer cette saison finalement !

Voilà, je pense que j’ai fait le tour des premières informations tombées ces derniers jours. N’hésitez pas à me suivre sur Twitter (@ShipouJG) où je réagis généralement « en direct » dès que je vois les informations tomber avant de tout compiler dans des articles. Le prochain sur les upfronts, je l’écrirai dès qu’on en saura suffisamment pour que je me lance…

Quant à moi, l’avantage, c’est qu’à la rentrée, j’aurai un peu moins de séries à regarder, donc du temps en plus, peut-être, pour sauver du naufrage complet mon Challenge Séries 2020. Ouais, bon, ce n’est pas gagné. N’empêche que ça tombe bien tous ces bouleversements l’année où j’ai pris du retard dans (presque) toutes mes séries ! Je reste prudent dans mes pronostics, parce qu’il y a aussi énormément de lectures de scripts et de réunions de casting à distance en ce moment…