Mes meilleurs et pires épisodes de 2022

Salut les sériephiles,

Vous savez quoi ? Je me suis dit que si je n’étais plus capable de publier un article par jour avec les bugs de WordPress, j’étais quand même capable de tenir le rythme d’un podcast toutes les deux semaines (dit-il alors qu’il y a déjà problème pour dans un mois). Partant de là, il est temps d’inaugurer un peu plus officiellement ce qui a déjà existé par le passé : la 43e minute, celle où je publie un article en rapport avec le podcast.

Ce soir, l’épisode s’intitulait sobrement « Les meilleurs et pires épisodes de 2022 ». Je n’en ai pas vu beaucoup cette année, mais ça ne m’a pas empêché d’en trouver cinq géniaux et trois catastrophiques… Comme j’avais l’habitude d’écrire cet article pour le TFSA ces dernières années, je me suis dit que j’allais tout simplement continuer la tradition. Voilà donc mes notes du podcast… et peut-être un peu plus. Pour une fois que je le prépare…

Voir aussi : Vous avez 42 minutes devant vous ?

Les meilleurs de 2022

Quelques petits spoilers dans l’article, notamment à cause des images utilisées.

  1. The Orville – 3×06 – Twice in a Lifetime

Il était improbable de ne pas évoquer un épisode de cette saison 3 de The Orville. Déjà, parce que j’ai adoré cette saison et ensuite, parce que j’adore faire hurler de rage et désespoir Aurélien. Mais voilà, moi, j’ai trouvé que la saison 3 fonctionnait vraiment bien avec ses épisodes de la durée d’un film et, avec le recul, l’épisode dont je me souviens le plus est celui-ci. C’est probablement grâce à sa guest parfaite qu’était Leighton Meester – même si avec elle, il n’y a pas que des bonnes affaires, on en reparlera dans mes pires épisodes.

Le synopsis ? C’est la seconde chance pour Gordon d’avoir un amour qui brise toutes les lois temporelles.

Si l’épisode – et la saison – s’écoute beaucoup parler, moi, je l’ai adoré. Il a réussi à me faire aimer un personnage que je n’ai jamais apprécié plus que ça et il racontait une histoire complète et sympa. Dans le même temps, il m’a fait apprécier un autre personnage que je détestais depuis son introduction en début de saison, et ça a permis de continuer de développer Isaac. Tout bon pour moi.

  1. Westworld – 4×07 – Metanoïa

J’ai beaucoup hésité entre les deux derniers épisodes de la saison – et donc de la série, pour finalement me rabattre sur celui-ci. La raison ? Le dernier épisode me frustre encore aujourd’hui, précisément parce que c’est le dernier alors qu’on sentait bien qu’il y avait possibilité pour une dernière saison épique. L’autre raison, c’est que l’épisode 7 m’a beaucoup plus pris par surprise : j’ai compris qu’on se dirigeait vraiment vers la fin de la série avec celui-ci. Les rebondissements étaient bons et inattendus parce qu’ils ont surgi plus vite que je ne l’aurais pensé.

Le synopsis ? L’épisode présente une opportunité de mettre un frein au monde de Charlotte Hale – mais il faudra pour ça que la résistance s’organise bien.

Je n’en dis pas plus pour ne rien spoiler. Franchement, la série a perdu de sa superbe avec le temps et avait plus de mal à nous retourner le cerveau, mais il n’y a pas à dire, cet épisode faisait son taf. La musique et l’image sont sublimes, on passe un vrai bon moment avec ces personnages et on ne sait plus qui on déteste ou qui on adore. En tout cas, ce fut mon ressenti, moi.

  1. Resident Alien – 2×08 – Alien Dinner Party

J’ai eu tellement de ne pas aimer cette saison 2 qui commençait mal que ça me fait plaisir de la citer finalement dans ce top 5 des  meilleurs épisodes de l’année – et à une bonne position en plus ! En effet, j’ai adoré l’épisode de mi-saison de cette année, qui était tellement bien fait que tout le monde a cru que c’était la fin de la saison.

Le synopsis ? Tout Patience se réunit pour célébrer l’anniversaire d’Harry. Le hic, c’est qu’il n’est pas au courant et qu’il y a évidemment un invité très dangereux qui se balade librement chez lui…

Cet épisode touche au sublime parce qu’il a tous les ingrédients que j’adore dans les séries : il réunit tout le casting au même endroit et pour tout l’épisode, en mode bottle episode, déjà. Ensuite, il propose un tas d’interactions entre des personnages, parfois avec des personnages que l’on ne voit jamais ensemble d’habitude. L’humour y était excellent (désolé, mais le coup du saladier, je ne m’en remettrais jamais, j’en ris encore en écrivant ça), le drama aussi. On avait des confrontations, de l’humour, des intrigues qui avancent en se dénouant à vitesse grand V, juste ce qu’il faut de suspense et un cliffhanger aussi improbable qu’attendu. J’adore, quoi.

MAJ 21h36 : Comme quoi, après un début de saison moyen, tout peut arriver quand on est patient… à Patience !

  1. Tales of The Walking Dead – 1×02 – Blair/Gina

Oui, alors là, même moi, je n’en reviens pas de la place que j’accorde dans ce top à un épisode d’un énième spin-off de The Walking Dead. A nouveau, c’est marrant de savoir à l’avance que ça va faire réagir dans le podcast, déjà. Ensuite, c’est un épisode tellement clivant que ça m’amuse aussi de le mettre si haut. Enfin, c’est juste qu’il a tellement réussi à me prendre par surprise que c’est pour moi l’épisode le plus surprenant que j’ai vu en 2022… Et par chance pour lui, dans le bon sens du terme. Bref, je m’en souviens, il m’a marqué et c’est bon signe pour lui !

Le synopsis ? Une réceptionniste qui déteste sa boss et la boss en question sont coincées ensemble alors que la ville d’Atlanta fait face à l’apocalypse de zombies – pardon, de rôdeurs.

Le synopsis ne me disait rien qui vaille, parce que ça semblait être une énième redite du début de l’apocalypse avec zéro réponse dedans… Seulement, les scénaristes sont partis en vrille totale, ont proposé de faire de la comédie en tordant totalement le cou aux règles de base de la série et de la logique, et en ajoutant un twist de science-fiction que j’adore à la sauce Walking Dead. Bref, ce n’était pas du Walking Dead, c’était totalement un OVNI, mais ça donnait du piment à la saison qui promettait de vraiment être une anthologie diversifiée. Bon, finalement, elle fut plus classique que ça, mais j’ai bien aimé l’ensemble de la saison. Quant à cet épisode, ben, j’en garde vraiment un très bon souvenir et ça doit être le seul de la franchise que j’ai vu plus d’une fois au cours des cinq dernières années.

  1. Euphoria – 2×03 – Ruminations : Big & Little Bullys

Définitivement mon épisode coup de cœur de 2022, rien que pour ses vingt premières minutes… La qualité se dégrade au fur et à mesure de l’avancée de l’épisode, mais ce n’est vraiment pas grave tant tout y est : la surprise initiale, le changement d’avis sur un personnage que je détestais, de la chanson, du wtf, du LGBT… et surtout du drama.

Le synopsis ? Rue se lance dans une nouvelle entreprise, Jules et Elliot se rapprochent malgré eux, Cassie s’installe dans une routine, Lexi veut monter une pièce de théâtre, la flamme renaîtra peut-être entre Nate et Maddy.

Franchement. Le premier quart d’heure (un peu plus) propose la meilleure histoire LGBT possible, avec la naissance surprise des sentiments sur une bande-son que j’adore. C’était une telle surprise que l’épisode commence si longuement par ça, et c’était tellement réaliste et bien foutu !, que ça m’a marqué plus qu’aucun autre épisode de la série. Dès janvier 2022, j’avais donc déjà mon épisode préféré de l’année. Zendaya nous livre l’une de ses meilleures prestations (musicales, en plus !) de la saison, et toutes les intrigues de la saison se dévoilent. Vraiment, on ne s’en rend pas compte au premier visionnage, mais toute la saison est là : les intrigues s’y côtoient toutes et les graines sont semées pour mener à l’excellente suite.


Voilà donc pour mes épisodes préférés de cette année. Le truc triste dont je me rends compte ? Il semblerait que pour me plaire vraiment en 2022, il fallait qu’un épisode soit capable de vraiment me surprendre, quitte à s’affranchir totalement des règles de la série… C’est pourtant l’inverse de tout ce que j’aimais avant ? En se concentrant sur des personnages inconnus (ou dont on ne comprend l’identité qu’après), en dynamisant une routine trop bien établie ou en avançant à toute vitesse pour aller vers une fin (de mi-saison, de série) inattendue, les scénaristes ont su me provoquer et me faire avoir un rush d’adrénaline. Ce sont des rares moments où je me rappelle que j’aime être sériephile… Espérons que ça se reproduise en 2023 !


Les pires de 2022

Ces épisodes-là, par contre, on s’en passerait bien en 2023 !

  1. Riverdale – 6×03 – Mr Cypher

Autant j’ai bizarrement accroché au twist de ce début de saison 6 qu’était Rivervale, autant l’épisode 3 fut le concentré de tout ce que je détestais dans la série. Une fois mis de côté le jeu de mots vite fait marrant sur le nom du personnage qui donne son titre à cet épisode, on se fait chier sec. Les personnages n’ont aucune réaction logique, l’histoire proposée est un mauvais remake et n’apporte rien – zéro surprise, zéro twist. Et en plus, le jeu d’acteurs était à côté de la plaque. Au secours.

Le synopsis ? Face à l’arrivée du sinistre M. Cypher, les habitants de Rivervale pèsent le pour et le contre. De son côté, Betty rencontre une soi-disant force du mal.

Franchement, je ne me souviens même plus de l’épisode tellement il était naze, mais le simple fait que le synopsis lui-même reconnaisse que c’est une « soi-disant » force du mal en dit long. Bon, par contre, l’épisode a été diffusé le 30 novembre 2021. My bad. Je l’ai quand même vu en 2022… le 3 janvier. L’année commençait si bien… Et on s’étonne que ça termine par une panne de séries, après !

  1. Walker – 3×05 – Mum’s the Word

Ah, justement quand on parle de panne de séries… et de début d’année pas ouf pour les séries, parce que j’ai repris hier les séries avec celle-ci ! Cet épisode était nul, mais nul ! Déjà que les intrigues ne volent jamais bien haut, je n’ai pas compris comment il était possible de proposer cet épisode avec un personnage principal qui faisait tout le contraire de ce qu’il a toujours fait. Le voir autant à côté de ses pompes, c’était ridicule – et énervant au moment du cliffhanger où les rôles semblaient s’inverser sans raison. Entre temps, on a des personnages qui vont à une fête de famille en plein milieu de leur service (wtf ?) et des intrigues parfaitement improbables…

Jared Padalecki Series Walker Season 3 Episode 5: Walker And Cassie-centric  EpisodeLe synopsis ? Walker et Cassie examinent où ils en sont et ce qui les attend dans un roadtrip qui paraissait simple, alors qu’August fait de la merde.

Purée, j’ai failli oublier de parler d’August ici… Il a détrôné Stella en tant que personnage le plus insupportable de la série, et ce n’était pas gagné. AH, et n’oublions pas non plus qu’Abby n’est même pas dans l’épisode. Un comble pour un épisode qui s’appelle Maman ? De toute manière, je n’aimais pas les mamans en 2022, si j’en crois le pire épisode de l’année…

  1. How I met your father – 1×05 – The Good Mom

Dire que la série revient dans à peine deux semaines, j’ai hâte dis donc… Dans cet épisode, Sophie retrouve sa mère. Je crois que c’est le pire épisode de cette saison. Il est symptomatique de tout ce que j’ai détesté : les personnages sont insupportables, les gags sont tous plus lourds et rétro les uns que les autres, on passe à côté des rares blagues qui pourraient fonctionner et on sous-utilise des acteurs brillants jusque dans les guest stars – Paget Brewster et Leighton Meester sous-exploitées ? Déprimant.

Le synopsis ? La visite surprise de la mère de Sophie augmente les inquiétudes de Val pour sa meilleure amie. Charlie aide Jesse et Sid à faire face à un trauma – mon dieu – et Ellen a besoin de se racheter des tomates.

Purée, l’intrigue d’Ellen là ? Cela n’avait aucun sens de se prétendre la meilleure amie, c’est si débile que je ne comprends même pas comment l’idée a pu être proposée. Pas étonnant que les acteurs rament à jouer ça, en tout cas… C’est triste pour Hillary Duff, elle enterre définitivement sa carrière, je crois. Et à ce sujet, ne me lancez pas sur la gênance de Kim Cattrall, d’ailleurs.


Voilà donc tout ce que j’avais sous les yeux pendant le podcast… Non, je n’ai pas tout lu exactement comme ça, évidemment, et rien ne vaut nos interactions avec Aurélien et Morgane. Pour découvrir les classements et les réactions face aux miens, rien ne vaut le podcast, d’ailleurs… alors faites play :

A dans deux semaines pour une nouvelle 43e minute ?

Espérons-le. En attendant…

Voir aussi : Mes cinq épisodes les plus marquants de 2021 | 2020

 

Vus cette semaine #31

Ce RDV se contente de reprendre l’ensemble de mes avis sans spoiler sur les épisodes vus au cours de la semaine. C’est donc un simple copier-coller de ce qui se trouve déjà dans la colonne de droite et qui est mis à jour quotidiennement. Le titre de chaque épisode mène à la critique plus complète et avec spoilers. Les épisodes sont reclassés par ordre chronologique de diffusion, en J+1… 

Lundi

Westworld – S04E06 – Fidelity – 17/20
Je suis un peu moins passionné par cet épisode, à vrai dire, même si je ne saurais trop expliquer pourquoi. Peut-être qu’il était un brin plus prévisible, peut-être que je n’ai pas été assez attentif à certains détails sur le moment, mais en tout cas, ça fonctionnait un peu moins. C’était tout de même hyper qualitatif, ça ne changera jamais ; c’est juste que je m’attendais à avoir le cerveau retourné une fois de plus, et ce ne fut pas le cas.

Mercredi

High School Musical The Musical The Series – S03E02 – Into the Unknown – 17/20
Eh bien, je n’ai eu que des bonnes surprises devant l’épisode, je crois. Les chansons originales sont toujours un plaisir à découvrir – surtout la dernière on ne va pas se mentir, mais cette saison renouvelle également une partie du casting. Bien sûr, il y a des personnages qui manquent, mais les nouvelles recrues ont des voix très prometteuses (et pour l’un d’entre eux une carrière solo qui me plaît déjà). Côté scénario, il n’y a pas tellement de surprises pour l’instant, mais je n’en demande pas plus à la série de toute manière.

Jeudi

The Orville – S03E10 – Future Unknown – 14/20
Il est difficile de noter cet épisode qui était beaucoup plus bavard et plat que d’habitude, parce qu’il avait une bonne raison de l’être : il s’agit probablement de la fin de la série. Les scénaristes et la production ont donc mis le paquet sur toutes les intrigues des personnages encore ouvertes pour proposer une conclusion de série qui puisse être satisfaisante, tout en laissant ouvert la possibilité d’une suite, mais ça donne une fin de saison un peu décevante. On finit au moins en paix avec cette saison, et possiblement la série, mais sans que ce ne soit pour autant un épisode aussi dingue que le précédent . Cela fonctionne bien dans l’ensemble, la série me manquera, mais si elle devait ne pas avoir de suite… eh bien, je m’en remettrais.

Dimanche

Evil – S03E09 – The Demon of Money – 17/20
La série continue de nous proposer de très bons épisodes, et comme on s’approche de plus en plus de la fin de saison, je pense que c’est vraiment bon signe. Si comme d’habitude, ça a tendance à partir en vrille et surprendre par sa construction, l’épisode nous propose des intrigues sérialisées qui donnent envie de revenir, tout en apportant des réponses encore cette semaine. Reste juste à voir où elles nous mèneront, donc.

Resident Alien

S02E03 – Girls Night – 14/20
J’ai toujours un peu de mal avec ce début de saison, malgré les quelques mois depuis mon dernier visionnage. Mon problème ? Il vient principalement de l’excès dans le jeu des acteurs et dans les répliques. Cela me faisait rire en saison 1, mais je trouve que le dosage est moins bon. Et en même temps, en fin d’épisode, ça passait déjà mieux, alors peut-être que le problème vient de moi. Je n’ai qu’à me réhabituer. En attendant, l’épisode reste sympa et le message féministe est toujours bienvenu.
S02E04 – Radio Harry – 15/20
Le dosage humour/suspense est bien mieux maîtrisé dans cet épisode avec un équilibre qui se fait assez naturellement et permet à l’intrigue d’avancer – ou de reculer selon le point de vue – de manière assez fluide. C’est une bonne chose, et ça donne envie de continuer la série franchement, parce qu’elle réussit bien à tracer de nouvelles pistes pour la suite de la saison.
S02E05 – Family Day – 16/20
Je retrouve bien le rythme de la série qui donne parfois l’impression que ses intrigues s’entremêlent comme elles le feraient sur une feuille de brouillon. Pourtant, à chaque fois, ça fonctionne bien et ça donne lieu à de bonnes scènes ou de bons gags ! Ceci étant dit, c’est un épisode que j’ai trouvé frustrant dans sa manière de retarder l’intrigue fil rouge de la saison. Je sais que c’est le principe même des séries, mais là, c’était vraiment frustrant.
S02E06 – An Alien in New-York – 16/20
Même dans les épisodes où l’intrigue avance, il y a encore des scènes pour ralentir le rythme en développant les personnages secondaires, mais ces développements sont intéressants et permettent de mieux les cerner, donc tant mieux. Surtout, ils apportent une touche d’émotions bienvenue dans un monde d’humour brut – et bordel, qu’est-ce que j’ai ri face à certaines scènes de l’épisode. La série part en vrille tellement souvent.
S02E07 – Escape From New-York – 18/20
J’ai adoré cet épisode qui proposait des dynamiques intéressantes à suivre et des scènes qui changeaient vraiment du ton léger et décalé habituel. Si je le dis autrement, j’aime que même dans les situations de gros suspense et de tension dramatique, la série parvienne à être hyper originale dans ce qu’elle propose comme twist. Vraiment, c’était top à voir.
S02E08 – Alien Diner Party – 20/20
Enfin ! Je retrouve avec cet épisode ce que j’avais adoré en saison 1, et même un peu plus. Tout est hyper fluide dans les intrigues qui se réunissent enfin, il y a plein de révélations, d’humour et une intrigue qui avance à toute vitesse. C’est un épisode de mi-saison franchement réussi, et je suis content de ne pas avoir à attendre plusieurs mois pour voir la suite : le prochain épisode est dans une semaine.

Rattrapage

Walker – S02E17 – Torn – 13/20
Les scénaristes ne semblent pas savoir ce qui est bon pour la série – et l’audience – quand on voit certains des choix effectués dans cet épisode. Toujours pas vraiment d’action et d’enquête, beaucoup de mauvaises décisions dans les dramas familiaux et un retour au fil rouge qui s’effectue de manière bien maladroite ne donne pas beaucoup de points positifs à l’épisode. Heureusement, il est sauvé par un personnage central quand bien même il devrait être accessoire et par quelques moments assez divertissants pour que je ne massacre pas l’épisode.
9-1-1 – S05E09 – Past is Prologue – 14/20
Des mois après avoir vu l’épisode précédent, je reprends ici mon visionnage avec un volet on ne peut plus classique de la série. C’est un épisode qui fonctionne bien, comme toujours, mais qui n’a rien d’exceptionnel, avec des avancées vraiment peu importantes pour les personnages. Je m’y attendais de toute manière, et il me reste une dizaine d’épisodes pour les intrigues majeures. J’ai hâte d’y arriver, par contre.
9-1-1 Lone Star – S03E08 – In the Unlikely Event of an Emergency – 14/20
Typiquement, c’est le genre d’épisode que je déteste. Il ne gagne des points que parce qu’il a la bonne idée de se concentrer sur un de mes personnages préférés de la série. Après plusieurs mois sans voir d’épisode de la série, par contre, je suis un peu frustré par les absences ou les tous petits rôles de bon nombre de personnages. C’est comme ça, j’imagine. 

J’ai aussi vu un épisode de New-York Unité Spéciale, parce que non, je n’ai toujours pas terminé la saison non plus et le premier épisode de la saison 4 de Stranger Things (mais la critique n’est pas terminée donc pas publiée encore).

> Vus en 2022 

 

The Orville – S03E10

Épisode 10 – Future Unknown – 14/20
Il est difficile de noter cet épisode qui était beaucoup plus bavard et plat que d’habitude, parce qu’il avait une bonne raison de l’être : il s’agit probablement de la fin de la série. Les scénaristes et la production ont donc mis le paquet sur toutes les intrigues des personnages encore ouvertes pour proposer une conclusion de série qui puisse être satisfaisante, tout en laissant ouvert la possibilité d’une suite, mais ça donne une fin de saison un peu décevante. On finit au moins en paix avec cette saison, et possiblement la série, mais sans que ce ne soit pour autant un épisode aussi dingue que le précédent . Cela fonctionne bien dans l’ensemble, la série me manquera, mais si elle devait ne pas avoir de suite… eh bien, je m’en remettrais.

Spoilers

Isaac observe Bortus et Klyden renouveler leur union, et ça lui donne une idée.

 

The only life considered poor is one that’s wasted on apathy.

Je ne me suis pas jeté sur l’épisode aujourd’hui parce que j’avais peur d’en découvrir la durée, mais finalement, il ne dure pas beaucoup plus longtemps que les autres : 1h21, c’est envisageable, non ? Il va bien le falloir de toute manière. Je suis vraiment curieux de ce que la fin de saison nous réservera, parce que cette saison a fait un quasi sans faute pour moi, mais il me semble que tout est à peu près réglé.

Je suis encore triste de la mort de Charlie, bien sûr, mais il faut pourtant s’en remettre : cet épisode est possiblement le dernier de la série. Il me semble que les acteurs ne sont plus sous contrat et la saison 4 n’a pas encore été annoncée, alors comme le dit le titre de cet épisode, le futur est incertain.

Ce début d’épisode nous suit Isaac se baladant dans tout le vaisseau et passant d’un personnage à l’autre pour finalement amener une banane à Claire. Hum, sans jeu de mots graveleux, promis. Ce voyage dans l’ensemble de l’Orville n’est pas sans rappeler le début de saison qui voyait le fils de Claire courir partout pendant une bataille – cette fois, tout est bien plus calme.

Il faut dire que maintenant que la paix intergalactique est revenue, ils n’ont plus grand-chose à faire à bord – ce n’est pas comme s’ils étaient censés être un vaisseau d’exploration. L’exploration du jour ? La culture Moclan, une fois de plus. J’espérais qu’on puisse les laisser de côté maintenant qu’ils étaient des adversaires de l’Union, mais non, ce n’est pas le cas malheureusement.

À la place la culture Moclan continue de faire la pluie et le beau temps au sein de l’Orville : Bortus et Klyden veulent renouveler les vœux de leur mariage à travers une cérémonie nommée Kazh’gahl. Si ça doit être le dernier épisode de la série, je suis un peu déçu que ça soit ça le début de l’épisode, parce que franchement, il est difficile d’apprécier Klyden, et parce que les Moclan ont une mentalité de merde tout de même.

La cérémonie est en plus particulièrement débile et gênante à observer : Klyden doit donc s’échapper dans la forêt, à moitié nu, et devant des témoins. Les témoins du jour ? Leur fille et tous les collègues de Bortus, évidemment. Si Bortus parvient à rattraper Klyden dans les bois, ils auront une union prospère et tout ira pour le mieux. Ils pourront coucher ensemble dans les bois, toujours avec tous les témoins à proximité. Si Klyden triche et se laisse attraper, alors ils seront maudits dans leur union.

OK ? Ben l’épisode passe donc huit minutes sur la cérémonie, avec une scène bien longue voyant Bortus courir à moitié à poil après un Klyden lui balançant un rocher. Pas trop de suspense et pas d’accident : Klyden et Bortus renouvellent leur union devant les témoins – dont Isaac.

Celui-ci observe la tradition et la cérémonie, et apparemment, il est touché dans son esprit logique par cet aspect de l’union. Il entame donc des recherches sur les traditions terriennes et finit par demander Claire en mariage au beau milieu de la cafétéria. Oui, bien sûr, un robot qui souhaite s’engager dans le mariage ? Il n’a pas dû voir les statistiques du divorce, lui, ça va un peu à l’encontre de son obsession de la performance quand même.

Claire est totalement choquée par la situation, et ça finit plutôt en engueulade entre eux. Le pauvre souhaitait pourtant bien faire, et il finit par bien faire en expliquant à Claire que son choix est certes un calcul, mais qu’il a déjà « pensé » au futur : une fois Claire morte, il entend donc continuer de surveiller Ty et Marcus. Et les enfants de Ty et Marcus. Et les enfants des enfants. Et… Bref, vous avez compris.

Par conséquent, Claire passe du choc et de l’énervement à la réflexion : elle se rend compte qu’elle est vraiment amoureuse de son robot, et elle s’en confie à Kelly et Talla. Les trois femmes se bourrent complètement la gueule à se faire un pour/contre le mariage, et c’était plutôt marrant de les retrouver comme ça.

Par contre, pas une d’entre elles ne pensent à Ty et Marcus ? Heureusement qu’Ed est là pour être « l’homme sobre » de la situation et parler d’eux. Par contre, sa solution de leur laisser la décision finale n’est pas exceptionnelle. Claire se décide donc à parler à ses fils, mais bien sûr, ils sont déjà au courant de ce qu’il se passe dans la vie de leur mère. C’est bien logique, c’est un petit vaisseau après tout.

Les fils de Claire sont apparemment prêts à lui pardonner, et puisqu’ils voient leur mère heureuse, ils lui conseillent vraiment d’aller voir Isaac pour se marier. Tout est bien qui pourrait donc bien se passer… mais ce n’est pas si simple, évidemment.

De son côté, Isaac est très patient et attend la décision de Claire, mais John finit par lui faire remarquer que ce n’est peut-être pas une bonne idée de se marier avec sa première partenaire. Il lui conseille carrément de faire des rencards et d’avoir des relations avec d’autres personnes avant de se marier, ce qui est à mon avis un peu débile comme idée. C’est toujours bien d’essayer et tout, mais s’il n’a pas de raison de rompre avec Claire, pourquoi donc irait-il essayer avec d’autres au lieu de se marier avec elle ?

C’est un vieux débat tout ça, ce n’est pas la première fois que je l’entends et chacun a son opinion dessus, de toute manière. Toujours est-il que Claire est prête à se marier avec Isaac désormais, mais que celui-ci a sûrement l’équivalent de doutes, même s’il ne dit rien à Claire. Il accepte la réponse de Claire, il lui dit prêt à se marier… et demande à Kelly de lui faire l’amour. Allons bon.

Il ne le dit pas comme ça, évidemment. Kelly se renseigne sur ce qu’il se passe et parvient à lui expliquer que John n’a raconté que de la merde, mais elle est quand même suspicieuse d’un coup par rapport au mariage à venir. Elle demande à parler à Claire, se retrouve heureuse d’être demoiselle d’honneur de Claire qui la considère comme sa meilleure amie dans l’univers entier, mais… elle doit tout de même lui expliquer ce qu’il s’est passé avec Isaac.

Une fois de plus, Claire se retrouve à faire la morale à Isaac et lui expliquer comment les relations fonctionnent, avant qu’on enchaîne sur une scène ridicule où elle engueule John devant tous ses subalternes. Vraiment, ce n’était pas super comme scène : j’ai trouvé que les acteurs sonnaient faux, franchement. Et c’est gênant quand à côté de ça j’ai trouvé sympa et réussi de voir Gordon être demandé comme témoin d’Isaac.

Le robot le souhaite comme témoin car l’équipage le trouve drôle, mais comme Bortus se trouve drôle, il réussit à pirater cette demande et devenir lui-même le témoin. C’est n’importe quoi, franchement, et je suis presque déçu d’Isaac sur ce coup. Il se rattrape vite à mes yeux en invitant à son mariage le Premier Kaylon et, pour faire bonne mesure, l’ensemble de la flotte des Kaylon ensuite. Pourquoi pas, après tout ?

En tout cas, Gordon ne se remet pas de la situation et de Bortus qui lui pique sa place, une situation qui l’énerve même plus que l’invasion des Kaylon apparemment. Charlie ? Elle n’est même pas mentionnée dans l’épisode, je trouve ça vraiment abusé. Après, rassurez-vous, Gordon retrouve vite le sourire quand il voit son sandwich de l’épisode de voyage dans le temps apparaître soudainement dans l’Orville. Je me doutais bien qu’il arriverait à un moment dans cet épisode, mais je m’attendais plutôt à ce que ce soit la dernière scène.

Ce n’est donc pas le cas. On enchaîne avec l’enterrement de vie de jeune… robot masculin ? d’Isaac, organisé par un Bortus qui décide de se prendre pour Elvis. Allez comprendre, il faut croire que le fun s’est arrêté avec notre siècle ? Ils passent tout leur temps à parler du XXIe siècle, tout de même. Ils auraient pu prendre des références d’une autre époque de temps en temps, aussi. Bon, peu importe, la soirée tourne au désastre et à l’ennui total, à part pour Klyden, plus amoureux que jamais.

À l’inverse, l’enterrement de vie de jeune fille de Claire est excellent niveau fun et amusement. Kelly et Talla organisent une soirée dont elles se rappelleront, grâce notamment à un faux Isaac dans le simulateur pour faire le show. Le lendemain, Claire continue de rusher les préparatifs en essayant des robes. Allez savoir pourquoi, Ed est là pour assister à ça, et si ça ajoute un peu d’humour, ça ne changera pas grand-chose.

Finalement, 4 000 vaisseaux Kaylon arrivent à proximité de l’Orville pour faire flipper tout le monde, avant qu’Isaac n’explique la situation. Toute la planète est donc invitée au mariage de Claire et Isaac, et ça ne pose problème à personne.

Pendant ce temps, le vaisseau met le cap vers Sargas Four, une visite déjà visitée par le passé dont le nom ne me disait toutefois rien. Cependant, une fois qu’ils sont de nouveau en contact avec Lysella, ça m’est revenu. Il s’agit donc de la planète où toutes les décisions étaient prises en votant pour ou contre – en likant ou non – et de la planète où John a failli se faire tuer car tout le monde le voulait mort.

C’est intéressant de ramener cette planète dans l’équation car l’ère des réseaux sociaux ne s’est toujours pas arrêtée dans notre présent, contrairement à la promesse de la série. Lysella était celle qui avait aidé John à s’en sortir et elle a trouvé désormais le moyen de recontacter l’Orville pour demander l’asile et rejoindre l’Union.

Elle n’en a rien à faire que personne d’autre de sa planète ne soit dans l’espace, elle ne veut plus vivre dans sa société complètement nulle où tout le monde décide de voter à l’encontre de tout le monde, car c’est le seul moyen d’avoir un peu d’union. L’Union dans l’espace, c’est autre chose. Ed et Kelly ont un entretien assez profond avec elle pour tester sa motivation, et sa motivation est jugée valable en genre trois minutes. Vraiment, un entretien profond, vous voyez ?

Kelly passe alors une bonne partie de son épisode à expliquer à Lysella les règles de l’Union et de l’Univers. C’est limite frustrant : ça aurait été bien d’avoir tout ça dès le premier épisode de la série, parce que finalement, elle ne fait qu’expliquer des choses que l’on connaît déjà depuis, comme le simulateur (vraiment, j’ai hâte qu’on invente un truc comme ça autrement qu’avec la réalité virtuelle) ou le réacteur.

C’était toutefois intéressant d’avoir une description de ce qui fait la richesse dans l’Union : le salaire n’est pas une nécessité quand un synthétiseur peut te donner tout ce que tu veux, alors la richesse, c’est la valeur que tu as dans la société. C’est vraiment utopique comme système, de pouvoir faire tout ce que tu veux de ta vie sans être jamais mal vu ou considéré comme un poids pour la société, tant que tu fais quelque chose. Mon métier dans l’Union serait probablement de regarder tout plein de séries produites sur Terre au XXIe siècle, depuis le simulateur pour voyager au passage. Tant qu’à faire.

Bien sûr, Lysella a rapidement des tas de questions à poser à Kelly : elle ne comprend vraiment pas pourquoi l’Union ne partage pas ses avancées technologiques qui pourraient sauver des millions de vies sur son monde. Malheureusement, la série avait déjà fait le tour de la question pour nous, alors c’était un peu redondant d’avoir Kelly lui expliquant, plutôt deux fois qu’une, que son monde n’était pas prêt.

C’est frustrant car la leçon est également pour nous qui regardons la série, mais bon, admettons. Lysella a bien du mal à comprendre pourquoi tout de même, et c’est lourd qu’elle ne puisse pas le comprendre toute seule. J’entends bien la culpabilité de survivante qu’elle retire de tout ça, mais ça paraît assez évident que des avancées technologiques trop importantes dans son monde finiraient inévitablement entre de mauvaises mains.

Malgré tout, Lysella demande à quitter l’Orville pour retourner chez elle, et Kelly semble penser que c’est une bonne idée. Il est pourtant évident que le but est simplement d’aller sur sa planète avec tout ce qu’il faut pour recréer un synthétiseur et un simulateur. Bien sûr, l’équipage de l’Orville n’est pas totalement débile, et ils découvrent bien vite qu’elle a dans son sac tout ce qu’il faut pour ça. Kelly se retrouve donc à devoir lui réexpliquer une fois de plus que ce serait une catastrophe, mais cette fois-ci avec le simulateur. Elle aurait pu commencer par-là, parce que c’est tout de même plus parlant.

Lysella semble ainsi prendre la décision de rester, et elle assiste ainsi au mariage de Claire et Isaac, se démerdant, allez savoir comment, pour se retrouver au deuxième rang. C’est un peu abusé. Si la robe de Claire (l’option C si je ne m’abuse ?) est chouette, je suis un peu déçu de voir que le reste de l’équipage est juste avec un uniforme blanc. C’est nul, zéro effort n’est fait. Il en est de même pour les Kaylon, mais ça, c’est moins surprenant, et ils m’ont fait rire à copier l’équipage de l’Orville.

Le mariage ? Il est on ne peut plus simple : dans le simulateur, histoire d’avoir une petite forêt sympathique, Claire et Isaac, sous son apparence humaine, peuvent ainsi échanger leurs vœux. J’aime beaucoup ceux d’Isaac, très raccord avec le personnage.

Ce mariage apporte une conclusion assez classique à la saison/série, avec en plus la possibilité d’apporter une belle scène où Ed constate le chemin parcouru au cours de la saison avec les Kaylon. Mieux encore, les scénaristes ont bien compris qu’il n’y aurait peut-être pas de saison 4, alors ils ont eu la bonne idée de nous ramener Alara !

J’étais très content de la voir, et très surpris aussi. Je m’attendais un peu à ce que ce soit elle la surprise d’Ed, parce que c’est l’une des rares intrigues laissées ouvertes par la série. Son départ était triste et avec une explication originale, rendant sa présence d’autant plus surprenante. Il restera la fille d’Ed de toute évidence, mais on verra bien si une saison 4 aura l’opportunité de se faire ou non. En attendant, la série se termine avec son humour décalé habituel, grâce au discours de Bortus, gênant comme tout, rattrapé heureusement par Gordon, sur décision d’Isaac, capable de comprendre que c’est une catastrophe d’avoir Bortus comme témoin faisant un discours sur tous les défauts de leur couple.

Le discours est un peu cliché et l’humour est forcé parce qu’il y a trop de gens qui rient en arrière-plan pour que je ris moi aussi, mais eh, c’est très sympa. Et la série se termine par une petite chanson de Gordon, avec Lysella rejoingnant le reste du casting, allez savoir pourquoi, et les scénaristes prenant le temps de faire un clin d’œil à Yaphit, dont l’interprète est mort, tout en laissant une porte ouverte pour Kelly et Ed qui se tiennent la main.

Ils me manqueront, vraiment, malgré ce dernier épisode trop plat pour ce qu’était la saison – et la série. Difficile de se dire que c’est terminé, probablement pour de bon.

EN BREF – La dernière saison de la série est vraiment particulière parce qu’elle effectue un virage à 180° par rapport aux précédentes. L’accent est mis sur le sérieux des intrigues plutôt que sur le côté humoristique, voire parodique, voulu les premières années. Elle fonctionne toutefois particulièrement bien, malgré la longueur de ses épisodes, en nous permettant une immersion vraiment complète dans cet autre univers.

Dans le fond, j’ai l’impression que cette saison vers de nouveaux horizons s’est surtout concentrée sur les horizons que l’on connaissait déjà, en développant le potentiel qu’avait toujours eu la série. C’était plus ou moins réussi et l’épisode final est un étonnant exercice d’au revoir/adieu pour boucler autant de choses que possible tout en laissant des portes ouvertes.

En définitive, c’est une saison que je suis vraiment content d’avoir eu après autant d’attente. Je sais qu’elle a divisé, mais je serais de ceux qui la défendront. Au revoir ou adieu The Orville, merci de me laisser en paix avec les intrigues en cours et les personnages, pour me remettre de la décision qui sera prise de la continuer ou non.

La série quitte Hulu, ça semble indiquer un possible renouvellement en vrai… Nous verrons !

Vus cette semaine #30

Ce RDV se contente de reprendre l’ensemble de mes avis sans spoiler sur les épisodes vus au cours de la semaine. C’est donc un simple copier-coller de ce qui se trouve déjà dans la colonne de droite et qui est mis à jour quotidiennement. Le titre de chaque épisode mène à la critique plus complète et avec spoilers. Les épisodes sont reclassés par ordre chronologique de diffusion, en J+1… 

Lundi

Westworld – S04E05 – Zhuangzi – 18/20
Après les révélations de l’épisode précédent, les scénaristes peuvent passer à la vitesse supérieure, ou au moins à l’étape suivante du plan qu’ils suivent, et ça se sent dans cet épisode. S’il est moins bouleversant ou renversant, il n’en reste pas moins une histoire palpitante apportant bien des pièces du puzzle de cette saison. Tout se met en place un peu plus clairement désormais, mais il reste encore à comprendre où les scénaristes veulent vraiment aller avec tout ça. En tout cas, c’est un plaisir d’être encore du voyage.

Mercredi

High School Musical The Musical The Series – S03E01 – Happy Campers – 18/20
La transition vers la nouvelle saison est très visible, donnant même l’impression de changer complètement de série… Et je suis 100% pour. J’ai passé un excellent moment devant cet épisode qui me donne envie de partir en vacances et qui promet un bel été. J’aime beaucoup ce début de saison qui pose beaucoup de questions pour la suite, tout en étant toujours au niveau musicalement parlant. Que demander de plus à ce stade ?

Jeudi

The Orville – S03E08 – Midnight Blue – 15/20
Je suis un peu déçu par l’épisode qui tombe à plusieurs reprises dans un certain nombre de facilités, alors qu’ils auraient pu se les éviter, assez facilement, je pense. Il n’empêche que ce mini-film reste un excellent divertissement et que j’ai passé un bon moment devant ce qui finira par être un moment charnière dans la géopolitique de la série. Curieux de voir ce que donnera la suite de la saison désormais.
The Orville – S03E09 – Domino – 18/20
Pour un épisode durant plus d’une heure dans une saison où tous les épisodes durent plus d’une heure, je trouve presque que l’intrigue proposée ici va trop vite en besogne et prend des raccourcis qui étaient désagréables au départ. Ils mènent toutefois à un épisode très réussi, à nouveau, et donnent une bonne compréhension de la structure de la saison, qui a mené assez logiquement à ce point, en prenant le temps de faire évoluer ses personnages aussi. Bref, c’est un épisode sacrément réussi, surtout après le précédent.

Vendredi

Uncoupled – S01E01 – Chapter 1 – 14/20
Comme trop souvent avec Netflix, la comédie n’a rien de bien comique – ce n’est pas la série qui me fera rire aux éclats. Cependant, Neil Patrick Harris reste une valeur sûre et tout le casting est vraiment sympathique. On sent passer les 30 minutes, mais ça reste divertissant ; c’est exactement ce que j’en attendais, sans grande surprise pour le moment. Pas désagréable, pas incontournable. J’aurais aimé que ce soit le cas.

Dimanche

Evil – S03E07 – The Demon of Cults – 17/20
La saison continue sur sa très bonne lancée cette semaine, avec un autre épisode qui nous laisse entrevoir des réponses… tout en posant plein de nouvelles questions au passage. Je sors du visionnage avec une chanson en tête dont je me serais bien passé et avec l’impression que l’épisode n’apporte pas vraiment de conclusion à ce qui était proposé cette semaine. Pas grave, la série est renouvelée pour une saison 4 de toute manière.
Evil – S03E08 – The Devil of Parenthood – 18/20
Les scénaristes n’ont vraiment pas oublié la saison 2, et ils ont clairement gardé certaines intrigues de côté pour que la fin de cette saison 3 soit impressionnante. C’est une bonne chose, et j’aime bien la tournure de cet épisode. D’un côté, on nous donne des réponses, de l’autre, cela nous fait surtout nous poser d’autres questions, mais de manière plus guidée qu’avant. J’aime beaucoup le rendu et l’ensemble est réussi.

Rattrapage

Walker – S02E16 – Champagne Problems – 12/20
C’est vraiment une bonne chose que ce reboot se soit donné la peine de retirer « Texas Ranger » de son titre, parce qu’une fois de plus, la série raconte la vie d’une famille dont l’un des fils s’avère être un ranger, mais sans que ce ne soit de grand intérêt pour ce qui est raconté. Et ça reste sans ça un soap plutôt moyen, alors voilà, c’est un épisode moyen et pas si intéressant, qui réussit toutefois à proposer quelques intrigues nouvelles pour boucler prochainement la saison.
HSMTMTS – S02E07 – The Field Trip – 16/20
Je ne sais pas pourquoi je mets tant de temps à voir cette saison. J’aime vraiment beaucoup la série, son humour passe bien même dans les moments les plus gênants et c’est un délire bon enfant en permanence. Puis, bon, le casting est vraiment talentueux en chant et danse (à défaut de l’être, parfois, dans l’acting) donc ça aide bien à accrocher tout de même.
HSMTMTS – S02E08 – Most Likely To – 13/20
C’est bien mignon les dramas entre lycéens et l’humour habituel de la série, mais je trouve qu’on perd beaucoup trop de vue le côté musical de la série cette saison. Ce n’est pas que je n’aime pas leur choix de musique, en plus, c’est juste que les épisodes sont plus longs avec des chansons plus courtes, alors bon, ça finit par se sentir. C’est un peu dommage. Heureusement qu’Olivia Rodrigo et Joshua Bassett portent une grosse partie de la saison.
HSMTMTS – S02E09 – Spring Break – 15/20
C’est déjà mieux, même si l’épisode gagne encore du temps par rapport aux préparatifs du spectacle qui est supposé être au cœur de la saison. De toute manière, à partir du moment où on fait chanter mes personnages préférés, ça va toujours mieux ; mais là, en plus, je trouve que les quelques intrigues de l’épisode sont bien menées pour faire évoluer chacun. Et c’est chouette.
HSMTMTS – S02E10 – The Transformation – 15/20
L’épisode parvient assez bien à faire le tour des relations qui devaient encore évoluer à ce stade de la saison, malgré une idée de départ qui m’inquiétait un peu du côté des clichés qui risquaient d’en sortir. La musique reste bien sympathique, avec une scène qui fait surtout date pour son originalité dans l’univers Disney – même si elle n’est pas la meilleure scène ou la meilleure chanson de la saison. Un bon moment, donc.
HSMTMTS –  S02E11 – Showtime – 16/20
On sent que c’est un double épisode de fin de saison dès les premières minutes, mais je ne m’y attendais tellement pas que je me suis senti pris au piège par le début d’épisode. Une fois la surprise passée, on retombe sur la série que l’on connaît déjà bien. La demi-heure est hyper divertissante et j’aime bien le spectacle qui est proposé par les Wildcats. Je pense que ça aide d’avoir revu le film la semaine dernière, parce que j’ai encore les chansons en tête de toute manière.
HSMTMTS – S02E12 – Second Chances – 16/20
C’est une note généreuse parce que c’est la fin de saison, mais on sent vraiment que les scénaristes n’avaient pas de quoi faire un épisode complet : il est beaucoup plus court et ne fait que traiter la fin des intrigues entamées dans le précédent. J’ai limite l’impression de voir simplement la fin de l’épisode précédent, qui faisait donc un peu plus de 45 minutes, plutôt que de voir un épisode indépendant. Après, on s’en fiche : on a une bonne chanson et une belle conclusion pour cette saison, c’est un peu tout ce qui compte.

J’aime les vacances et je me suis remis du Covid, yay.

> Vus en 2022