Evil – S03E02

Épisode 2 – The Demon of Memes – 17/20
C’est de nouveau un très bon épisode, ça ne fait aucun doute. J’aime beaucoup le thème de l’épisode et la manière dont les personnages évoluent tout au long de ces cinquante minutes, tout en étant frustré de tout ce qu’on ne voit pas et de ce qui reste implicite dans l’intrigue. Pour l’instant, cette saison 3 reste plus linéaire et logique, cependant, je garde donc espoir pour la suite.

Spoilers

Un fantôme sur Street View traumatise quelques adolescents.

If you say yes you will be a friend of the Vatican, and that is a burden

Il est plus que temps que je me mette à jour dans la série avant de me sentir vraiment en retard. Et l’épisode débute par une scène déjà bien marrante où David semble complètement regretter son choix de vie : c’est sympa d’être prêtre, mais entendre les confessions de femmes qui n’ont pas pris le temps de le faire depuis au moins toute une journée ou assurer les messes de 6h du matin, en passant par les repas obligatoires avec d’autres prêtres… Cela ne semble pas fun.

Heureusement, sa vie est sur le point d’être pimentée par L’Entité, les services secrets du Vatican qui n’existent pas officiellement. Il est en effet contacté par Victor LeConte qui, au lieu de répondre à ses questions, préfère lui poser d’étranges questions. Qui demande à un prêtre pourquoi il l’est ou s’il pense servir Dieu ?

La série prend presque des allures de Preacher sur cette scène, c’était inattendu. En tout cas, Victor propose à David de devenir un allié du Vatican car il est évident qu’il est en train de s’ennuyer dans sa vie – même sans le surveiller vraiment. David rate un peu son entretien d’embauche sur le moment, voulant absolument parler de cet entretien à son supérieur. Finalement, le doute s’installe et on ne saura pas immédiatement s’il a accepté (c’est évident que oui). Pour être un ami du Vatican, il faut encore qu’il accomplisse une étrange dernière tâche.

On n’en saura pas plus pour l’instant, et lui non plus. Le lendemain, il reprend sa vie habituelle et se retrouve à devoir gérer des adolescents. En confessionnal, deux ados se mettent à crier que le captain Kirk est le Christ et aussitôt après, son supérieur lui demande de mener une enquête sur un même qui s’installe et qui pourrait bien coûter cher à l’Eglise : « Praise Wandering Jack ». Alors qu’il se met sur le cas, apprenant qu’un adolescent s’est suicidé, il ment aussi à son supérieur, refusant de reconnaître qu’il a rencontré Victor la veille. Intéressant.

L’épisode reprend aussi sur la vie personnelle de Kristen et d’Andy. Maintenant qu’il est revenu, il vend son entreprise et les comptes ne sont pas très rassurants pour la famille. Il y a quatre enfants à gérer tout de même, et elles sont toujours parfaitement insupportables les gamines. Pourtant, je m’y fais petit à petit. Vraiment.

Pendant ce temps, les toilettes de l’étage fonctionnent toute seule quand la plus petite est dans la salle de bain à s’appliquer une crème hydratante. Elle me paraît presque trop jeune pour ça, mais c’est sûrement une bêtise de sa part. En tout cas, les toilettes débordent, et elles débordent de sang plutôt que d’eau. Tant qu’à faire.

Bien sûr, quand Kristen se confronte au problème, en appelant Ben, il n’y a absolument pas de sang ; mais les gamines paraissent presque adorables dans leur manière de coller la mère et de lui apporter les informations dont elle a besoin pour le boulot. David l’appelle en effet à propos du même, et bien sûr, elles connaissent le même dont il est question dans l’épisode, Visiting Jack.

C’est Lynn, l’aînée, qui y est le plus confrontée : l’un de ses amis – petit-ami ? – Ren a en effet vu le même et a sombré dans la folie depuis. Mais la folie pure, à ne pas sortir de sa chambre et assurer qu’il doit terminer d’accomplir sept tâches s’il ne veut pas mourir. J’aime beaucoup l’idée, avec Lynn qui se met à bosser avec sa mère pour venir en aide à Ren et pour mieux comprendre tout ce qu’il se passe. Malheureusement, je ne peux qu’être d’accord avec elle aussi : pourquoi chercher à voir à tout prix dans l’historique de Ren le fameux Visiting Jack ?

Autant l’aider autrement, quitte à accomplir les fameuses tâches avec lui, non ? Je suis trop prudent dans la vie, je crois. Ben ne l’est pas lui, et il se débrouille donc pour enfin voir la photo de l’étage d’une maison sur une vue à la Google Street View. La scène était marrante – et il y voyait un démon, aussi.

Forcément, le trio se rend alors sur place pour voir ce qu’il en est. Ben y voit une silhouette et décide d’aller voir ce qu’il s’y passe, suivi par Kristen… et par David. Seulement, David est appelé par le Vatican au même moment. Il est forcé de se rendre à une autre adresse dans les vingt minutes et abandonnent ainsi ses amis alors qu’ils pénètrent dans la maison abandonnée.

Elle n’est cependant pas si abandonnée. Ben et Kristen rentrent dans la maison, alors qu’ils ne devraient vraiment pas. Sans renfort, sans personne pour leur venir en aide ou s’inquiéter d’eux, c’est presque du suicide. Ils finissent par tomber sur un homme nommé Phoebus. Il est plutôt charmant le type à expliquer qu’il est là parce qu’il n’a nulle part d’autre où aller… avant de révéler qu’il est là pour nourrir Visiting Jack.

Le problème, c’est que Ben comprend assez vite que Phoebus n’est qu’un étudiant passant pour un démon afin d’arnaquer des ados et de rester tranquille dans la maison abandonnée. Cela pourrait fonctionner comme explication… sauf que très rapidement, Ren explique qu’il y a six autres photos de Visiting Jack sur la Street View. Et effectivement, c’est le cas : Ben et Kristen les découvrent assez vite grâce au gamin qui leur donne afin d’aider Lynn. Il est en effet convaincu que Lynn est en danger maintenant qu’elle a vu la première photo. Visiting Jack ? Un type au visage flou.

David revient pour découvrir que ses amis ont bien avancé sans lui. Le visiting Jack est vraiment visible, venant de plus en plus près de la caméra. Tu m’étonnes que Lynn ne souhaite pas rester pour voir ça. Malheureusement, l’histoire la prend aux tripes : elle décide d’accomplir les tâches, qui sont loin d’être toutes aussi faciles que de dire à un prêtre que Kirk est le Christ. Elle doit grosso modo frapper un prof (elle trouve une parade grâce à sa sœur), boire l’alcool de sa mère (et elle le fait), coucher avec un vierge ou se faire une cicatrice… Rassurant.

De son côté, Kristen ne surveille pas sa fille parce qu’elle est occupée à enquêter sur Visiting Jack. L’enquête la ramène chez Leroux. Cela faisait longtemps, tiens ! Elle se retrouve à devoir parler à la veuve d’Orson, parce qu’elle est sur une des photos : le fantôme n’apparaît que devant des maisons où des crimes ou suicides ont eu lieu. Elle est d’une aide précieuse, Emily, la veuve : elle informe Ben et Kristen que le chauffeur Street View est repassé plusieurs fois devant la maison. David ? Il n’est de nouveau pas avec eux.

La première mission de David, qui empêche d’être avec son duo habituel quand ils entrent dans la maison abandonnée, consiste à aller récupérer une Bible auprès de Victor. Il reçoit de nouveaux ordres et la promesse d’un autre appel. Cela arrive donc devant la maison d’Orson : on lui demande de se faire passer pour le père Michael et d’aller pratiquer une dernière prière avant la mort d’un patient dans un hôtel.

Il se retrouve dans une pièce pleine de personnes asiatiques qui l’ignorent grandement. Il faut dire qu’il y a un homme qui est en train d’y mourir et une femme éplorée, alors il y a d’autres chats à fouetter. Cela lui permet au moins d’effectuer le reste de sa mission sans mal : il récupère une carte postale et laisse la porte ouverte, conformément aux instructions.

Quand il rentre chez lui, c’est pour mieux tomber sur Kristen. Elle lui explique que le chauffeur Street View, non flouté dans les reflets de vitres (genre), se rend à la même université que Phoebus, soupçonnant aussitôt un lien entre ces deux-là pour monter une arnaque. L’affaire étant réglée, Kristen souhaite surtout parler à David car elle le sent s’éloigner de lui et ne plus être son ami, à cause de ce qu’il ne s’est pas passé entre eux en début d’épisode précédent.

David se retrouve ainsi à réconforter Kristen, qui se dit seule. Euh ? Son mari vient juste de rentrer et tout allait bien entre eux au début de l’épisode, c’est tout de même bizarre. Il reste assez de temps pour que tout ça parte en vrille de toute manière. Avant tout, il faut encore que David découvre qu’il est constamment surveillé et constamment à respecter un planning, parce qu’il bosse désormais pour le Vatican.

Victor lui explique ainsi que l’homme a bien été empoisonné, parce qu’il devait livrer une carte postale. Apparemment, ça permet de vaincre le mal… mais les méthodes douteuses paraissent déjà maléfiques à David. Il demande donc davantage d’informations et la série nous lance sur une théorie du complot intéressante : le Vatican voudrait sauver une ancienne… euh ? Patiente ? de David, Kristen et Ben, déportée en Chine depuis. C’est intéressant d’avoir un tel lien qui se créé dans la série entre les saisons.

En parallèle de tout ça, la série n’oublie pas le cas de Sheryl et Leland. On les retrouve dans cet épisode alors que Sheryl se retrouve employée par Leland – mais dans une étrange boîte dont on ne sait pas grand-chose. Le job de Sheryl ? Être un troll sur Internet. Leland lui donnera des missions pour répandre le mal un peu partout en ligne. Y a-t-il vraiment besoin d’un job pour ça ?

Apparemment, oui. Les deux sont toujours aussi diaboliques en tout cas : ils s’arrangent pour être l’acheteur de l’entreprise d’Andy, et ils posent des conditions bien compliquées pour lui, notamment celle de retourner à l’étranger pour montrer les tenants et aboutissants des affaires sur place. Bref, Andy se retrouve à devoir faire un autre trek de trois mois, parce qu’évidemment, il a besoin de l’argent et même Kristen ne voit pas comment dire non à un tel montant pour la revente de l’affaire.

L’épisode s’arrête alors ici, avec toujours les toilettes de l’étage de chez Kristen qui ont un souci. Le problème de canalisation devient bruyant, digne d’un démon… mais nous n’en saurons pas plus. Lynn affirme tout de même à sa mère qu’elle ne croit plus en Visiting Jack. Tout étant réglé hors écran, c’est difficile de se faire une idée. Comme toujours avec la série, il se passe presque plus de choses dans ce qu’on ne voit pas.

 

 

The Orville – S03E03

Épisode 3 – Mortality Paradox – 18/20
La série propose vraiment une saison de qualité, même si c’est grandement au détriment de l’humour qui était dans son ADN d’origine. Malgré tout, cet épisode a quelques moments pour rire, et beaucoup pour être à fond dans son intrigue. J’aime vraiment énormément le concept de l’épisode et le paradoxe qu’il souhaite développer, même si le titre en dit presque trop et même si la conclusion était un peu trop abrupte à mon goût. Ce n’est pas la première fois avec eux, cependant.

Spoilers

Une planète déserte est soudainement habitée, d’après les scans de l’Orville.

We never should have left the ship.

Quitte à être forcé de rester dans le noir parce que la canicule est violente, je me suis dit que je pouvais bien me faire une soirée dès cet après-midi. Pas d’article du jour, donc, mais un petit épisode de The Orville qui fait bien plaisir à voir par ces temps chauds. Ecoutez, on fait ce qu’on peut comme on dit.

L’épisode commence par un retour de Talla à bord de l’Orville après une petite permission chez ses parents. Cela continue d’être un peu compliqué de savoir comment ils font un aller-retour d’un bout à l’autre de la galaxie, ou de plusieurs galaxies d’ailleurs, mais écoutez, c’est ce qu’il se passe malgré tout.

Talla revient donc de vacances, mais en avance et avec un rapport pour Kelly et Ed : elle a repéré un signe d’activité Kaylon dans une zone normalement habitée par les alliés de l’Union, ce qui n’est vraiment pas rassurant. De toute manière, l’information est vite laissée de côté pour passer à autre chose : Talla a aussi ramené des cookies locaux à tout le monde.

Et alors que tout semble se passer pour le mieux à bord de l’Orville, avec un retour à l’humour habituel de la série sur le summer body de Bortus (juste ce qu’il faut pour culpabiliser de ne pas en avoir un), Isaac alerte tout le monde qu’il capte de la vie sur une planète qui devrait pourtant être inhabité. Et pas qu’un peu, en plus. Définitivement, la série laisse tomber l’humour pour quelque chose de bien plus sérieux cette saison, mais ça lui réussit à merveille.

Gordon, Kelly, Talla, Ed et Bortus se rendent aussitôt en exploration sur la planète Narran 1, censée être une coquille déserte, mais désormais peuplée par une population qui en serait au vingt-cinquième siècle à peu près. Rien que ça. On note que c’est désormais Charly qui récupère la place d’Ed et Kelly quand ils vont en mission d’exploration. J’ai raté quelque chose là.

Nos personnages aussi ont raté quelque chose : le temps d’atterrir, ils arrivent sur une planète remplie de forêts au lieu des villes précédemment scannées par l’Orville. Au milieu de la forêt, il y a toutefois une forme de vie : ils tombent ainsi sur ce qui ressemble à une école, ou plus précisément un lycée de style XXIe siècle selon eux. Ils sont sacrément bien renseignés sur notre siècle une fois de plus. Ce qui pose problème au groupe est toutefois qu’il ne devrait rien y avoir sur cette planète, pas même des forêts. En plus, cette fois, le bâtiment n’est pas sur les cartes, alors ce n’est pas rassurant.

C’est encore moins rassurant quand Oakwood, ce lycée, stransforme soudainement en prison pour notre équipe : ils ne parviennent plus à contacter le vaisseau, n’arrivent pas à ouvrir la porte ou casser les fenêtres.

Et puis, le lieu choisi est parfait pour une prison : nos héros se retrouvent en plein lycée, peuplé par des adolescents qui font leur vie sans s’inquiéter outre mesure de la présence de Bortus, un extra-terrestre. C’est plutôt marrant à voir au départ, mais ça devient juste super bizarre très rapidement quand tous les lycéens retournent en cours et que l’équipe se sépare une fois de plus pour enquêter et analyser ce qu’il se passe. Depuis l’Orville, il n’y a plus de signe de vie, mais sur place, les capteurs identifient comme humains les élèves et les profs.

Bortus et Talla ont ainsi droit à un petit cours d’histoire après avoir demandé l’année en cours (ça m’arrange pour le Bingo ça), Kelly et Ed font leur vie sans qu’on en sache beaucoup plus et Gordon… se fait harceler. C’est assez violent, parce qu’un groupe de brutes lui tombent dessus et ne lui laissent absolument pas le temps de répondre qu’ils le frappent déjà. En plus, Bortus et Talla essaient de le rejoindre dans les toilettes des hommes, mais en vain.

Bref, il ne fallait pas se séparer. Après un passage par la cuvette des toilettes, Gordon découvre donc qu’il doit de l’argent à un certain Randall. Au moins, cela donne une piste à notre équipe qui se rend à la cafétéria du lycée pour tenter d’en savoir plus. Tout ce qu’ils apprennent, c’est qu’il y a bien une brute qui a l’habitude d’harceler absolument tout le monde au lycée, et qu’il vaudrait mieux payer Randall.

Gordon est vraiment blessé pour le coup, et ça inquiète nos héros. Ils comprennent qu’ils peuvent être blessés par ce lycée finalement, et ils espèrent pouvoir en sortir. Par chance, la sonnerie retentit et ils n’ont qu’à suivre les élèves pour ça, après tout. Ils tentent évidemment de sortir du lycée en fin de journée, et quand ils le font, ils sont bien embêtés de se rendre compte qu’ils n’ont plus de vaisseau sur place et que la forêt a disparu au profit de tout un véritable campus. C’est original comme idée, et ça les emmène rapidement sur un terrain avec des gradins.

Cela tombe bien, ils ont justement besoin d’y retrouver Randall. Seulement voilà, Randall est loin d’être un lycéen comme les autres. Non, non, Randall, c’est un monstre gigantesque qui n’en a rien à faire des pistolets laser de l’équipe. C’est intrigant comme tout, et ça mène à une scène de combat intéressante. Gordon est à ça d’y passer, mais dans les mains de Randall, il semble soudainement lui arriver quelque chose, comme si son cerveau était gelé – d’après ce qu’il décrit ensuite. Ses yeux deviennent blancs, pour nous.

Nos héros retournent aussi vite que possible à l’intérieur du lycée… pour mieux se retrouver au sein d’un avion. C’était beaucoup drôle à voir après une sacrée scène d’action comme celle-ci.  Forcés de rejoindre les sièges qui leur sont attribués, nos héros ne sont clairement pas rassurés d’être dans un avion du XXIe siècle. Ils prennent malgré tout la décision de jouer le jeu.

Cela dit, tout ça ne dure qu’un temps : rapidement, Gordon se rend compte que les pilotes de l’avion semblent faire exprès de se diriger vers les pertubations et l’orage. Et pour cause : quand Talla défonce la porte du cockpit, toute l’équipe découvre qu’il n’y a pas de pilotes. Il y a juste une insupportable hôtesse de l’air, mais elle ne résiste pas vraiment au point de Kelly, elle.

En sortant de l’avion, nos héros se retrouvent à nouveau dans un nouvel endroit, moins reconnaissable cette fois. Eclairés par de la lumière rouge, ils ne peuvent bien sûr pas sortir de l’endroit comme ils le veulent. Les détecteurs qu’ils ont sur eux permettent au moins de savoir qu’ils peuvent se diriger vers une chambre vide un peu plus loin.

Ed en profite pour se confier à Gordon : il a senti lui aussi son cerveau se geler. Assez clairement, on nous propose un épisode où chaque personnage a le droit de vivre certaines de ses plus grandes peurs, je pense. En effet, ce nouvel endroit où nos héros arrivent n’est autre qu’une morgue Moclan. C’est donc au tour de Bortus de prendre cher, j’imagine. Et quand Talla ouvre les cercueils, il n’y a plus aucun doute.

Kelly se retrouve en effet nez à nez avec le cadavre du conjoint de Bortus, qui l’étrangle juste assez longtemps pour que Bortus se sente en-dehors de son corps et cerveau gelé lui aussi. Il avertit les autres, et hop, une nouvelle porte apparaît. Ils n’en ont pas trop envie, mais nos héros n’ont d’autres choix que de se lancer à l’exploration de ce nouveau territoire qui s’ouvre à eux : un escalier descendant vers… un grand vide noir.

Ils finissent néanmoins sur Xelayah grâce à un portail. Xelayah, c’est la planète d’origine de Talla. Au moins, ils ont de la chance : la planète n’est qu’une illusion car la gravité sur place devrait théoriquement les tuer. Comme ce n’est pas le cas, ils décident d’explorer davantage encore : Kelly refuse qu’Ed, blessé à la tête, soit leader sur cette exploration. Elle prend donc un radeau de fortune avec Talla et Gordon pour se rendre au près d’une lumière clignotant sur la rive en face d’eux.

Pas de chance, c’était une mauvaise idée : un monstre sous-marin gigantesque s’attaque évidemment à eux et attire Kelly au plus profond du lac. Étonnamment, c’est donc elle qui est face à l’une de ses peurs… Cependant, ça fonctionne aussi avec celle de Talla qui doit avoir peur de perdre quelqu’un, j’imagine, parce qu’elle dit l’avoir senti aussi. Bien ?

Ils ont donc tous eu peur et tous eu le cerveau gelé. Une nouvelle porte apparaît malgré tout, mais Ed refuse de s’y engouffrer. Il est à bout de nerfs, clairement, et il préfère indiquer à la personne qui s’en prend à eux qu’il préfère encore être tué. Mouais, faut peut-être pas exagérer. Comme rien ne se passe, nos héros décident de s’éloigner de la porte. Ne la franchissant pas, ils se lancent dans une randonnée pour ne pas tomber dans un piège.

Pourtant, ils tombent bien dans un autre piège, suivant soudainement une source d’énergie dans une cave. Cela ne me paraît pas la meilleure des idées dans ces circonstances, franchement. Et pourtant, c’est une bonne idée : ils tombent sur un générateur d’illusion puissant et projetant très loin ses illusions. Bortus désactive le bouclier qui protège ce générateur, Ed le détruit et… nos héros se retrouvent sur Narran 1, le désert que la planète est censée être, avec les blessures toujours là hein.

Pendant ce temps, sur l’Orville, c’est Lamarr qui est aux commandes. Quand il se rend compte que toute son équipe a disparu, il décide d’envoyer une autre équipe de secours sur la planète, quitte à perdre tout le monde. Je dois avouer que même si j’adore les personnages coincé dans le lycée, moi je suis team Isaac sur ce coup : il souligne que c’est une mauvaise idée d’envoyer d’autres personnes sur place. Charly l’accuse d’être égoïste comme un Kaylon, mais bon… Envoyer Claire sur une planète dont elle risque de ne pas revenir, c’est n’importe quoi.

Une fois sur place, Isaac, Claire et deux randoms en red shirt (bye bye ?) se retrouvent au beau milieu d’un désert. La planète semble avoir repris la forme qu’elle devait avoir originellement. Le plus inquiétant, c’est qu’ils trouvent bien la navette de nos héros – qui pendant ce temps-là expérimentent quelques turbulences dans l’avion. Et à bord de la navette, rien ne permet d’indiquer ce qui est arrivé.

Forcément, Claire et Isaac retournent sur l’Orville morts d’inquiétude. Par chance, ils finissent par être rassurés de l’arrivée de toute l’équipe quand ils détruisent le générateur. Et tout ça finit par permettre aux héros d’analyser le générateur, ou ce qu’il en reste. Claire nous explique ce qu’il s’est passé technologiquement parlant : le générateur est l’équivalent de leur producteur d’hologramme et de leur salle de simulation, mais sans la sécurité qui fait qu’ils ne peuvent s’y blesser. Rassurant.

De son côté, Lamarr n’est pas plus rassurant cela dit : il fait le lien avec la première scène de l’épisode. En analysant le générateur, il s’est rendu compte qu’il était clairement une création des Kaylon. Cela n’est absolument pas surprenant, contrairement à la suite de l’épisode.

Ed et Kelly contactent rapidement le supérieur en chef pour l’avertir de ce qu’ils ont trouvé. Celui-ci leur donne rendez-vous pour le récupérer, mais Isaac informe toute l’équipe que les vaisseaux qui approchent ne sont pas des vaisseaux de l’Union. Ce sont des vaisseaux Kaylon. Forcément. Cette partie-là, je m’y attendais : la conclusion de l’épisode était vraiment trop simple avec la destruction du générateur là. En attendant, Charly remet encore en question l’expertise d’Isaac, évidemment. Je veux bien l’apprécier, moi, la Charly, mais elle est sacrément insupportable et elle a une fois de plus complètement tort évidemment. Elle s’en rend compte quand l’Orville est sous attaque.

Le problème, c’est que l’épisode décide à ce moment précis de nous indiquer qu’il est en train de complètement nous balader depuis le début. Je me suis fait avoir comme un bleu : tout ce beau monde est encore dans une illusion, évidemment, et le plus inquiétant, c’est qu’on le découvre quand nous revenons sur l’Orville, le vrai, où tout le monde est inquiet pour Ed, Kelly, Gordon, Bortus et Talla. Pourtant, ils reçoivent justement une communication de Talla.

Celle-ci attend à son point de rendez-vous de retour de permission depuis trois heures sans que l’Orville ne soit là pour venir la récupérer. Oui, nos héros ne sont donc pas avec Talla depuis le début de l’épisode. C’est… inquiétant ? L’illusion va encore plus loin que prévu et l’Orville de la simulation est vraiment en sale posture. Ed est forcé d’annoncer l’évacuation de l’Orville, un vaisseau Kaylon fonce sur eux pour les détruire et…

Rien ne se passe. Charly et Isaac restent complètement figés, contrairement à Ed, Kelly, Gordon et Bortus. On ne voit pas Talla immédiatement, mais quand celle-ci se lève, il est révélé qu’elle est en fait Dinal, une étrange femme extraterrestre. Je dis étrange, parce que son look est horrible. Dinal est super zen pour le coup, proposant même du thé à l’équipe.

Cette fois, l’illusion s’arrête pour de bon, et j’ai énormément aimé la scène qui suit. Dinal explique, de manière très bavarde, tout ce qu’il s’est passé. Elle est une entité venant de la planète où Kelly a été vénérée comme une déesse pendant quelques siècles, et j’aime l’idée de faire un tel lien avec un des épisodes les plus marquants de la série. Depuis tout ce temps, par contre, on découvre que 50 000 années se sont déroulées pour les habitants de cette planète qui sont désormais immortels.

Plus que ça encore, ils ont trouvé un moyen de diriger l’évolution et de ne faire qu’un avec l’univers et le cosmos. Le moment où les personnages avaient le cerveau gelé ? Eh bien, c’était le moment où Dinal partageait leur esprit afin de ressentir la même chose qu’eux. En effet, ils ont eu l’expérience d’une mort très prochaine, et c’est exactement ce que Dinal voulait ressentir par curiosité scientifique.

Ma foi, ça se tient, même si ça reste décevant comme conclusion pour l’épisode, car je me voyais déjà à kiffer une invasion Kaylon par une arme si puissante. Là, Dinal nous explique qu’elle peut créer des univers sans souci et qu’elle reverra l’équipage de l’Orville de toute manière, parce qu’elle les trouve intéressant.

Une fois qu’elle disparaît, notre équipe peut rejoindre l’Orville comme si de rien n’était. Ed n’est toujours pas convaincant dans les explications qu’il fournit quand il reprend contact par radio par contre, c’est abusé. Je n’aimerais pas être Lemarr pour le coup. Bon, finalement, tout ça signifie que les Kaylon ne passent finalement pas du temps dans des zones de l’Union et que tout est bien qui finit bien. Ed déclare même qu’il aimerait vivre pour l’éternité afin de voir ce qu’il va se produire. Mouais. C’est logique étant donné la série, mais ce n’est pas une conclusion à la hauteur de l’épisode je trouve.

The Orville – S03E02

Épisode 2 – Shadow Realms – 19/20
La série surprend toujours par sa capacité à toucher à tous les genres et à le faire très bien. On est loin de la saison 1 qui prenait son temps sur des épisodes classiques désormais : les bases sont posées et l’univers de la série ne cesse de s’étendre dans tous les sens. Cela se fait avec de bons guests, un rythme d’écriture efficace et des effets spéciaux vraiment au point. Bref, les deux ans d’attente sont déjà largement justifiés par la qualité des deux premiers épisodes de la saison.

Spoilers

L’Orville accueille à son bord le vice-amiral Christie pour des négociations diplomatiques… et il débarque avec un passé partagé par un membre de l’équipage.

We will not stop you, but do not expect us to save you.

L’épisode commence directement dans le vif du sujet : il est nécessaire d’en revenir enfin à l’exploration, parce que c’est supposé être une série d’exploration, mince. Pour cela, l’équipage va pouvoir aller chercher le vice-amiral Christie afin de l’amener négocier avec les Krill un traité qui leur permettrait de se rendre dans de nouvelles régions inexplorées de l’espace. Rien que ça.

On sent bien que tout ne se passera pas si simplement et rapidement que ça… et ça commence par la surprise de l’acteur choisi pour jouer le vice-amiral. Il y a des acteurs dont on oublie l’existence, mais ça fait plaisir de les retrouver. Voilà donc le papa des sœurs Halliwell qui débarque sur le vaisseau. James Read vieillit bien, ça m’a fait un choc, je le trouve plus énergique et limite plus jeune que dans Charmed.

Bref, ce n’est pas la question. Il est donc là pour négocier avec les Krill, mais on découvre très rapidement aussi qu’il a un passé avec Claire. Il est surpris – et très clairement déçu – de découvrir qu’elle a des enfants, tente d’abord un jeu de séduction qui ne semble pas totalement la laisser insensible puis s’excuse avec vingt-cinq ans de retard.

Il est évident qu’il y a plus à en savoir, mais avant d’en arriver là, il faut faire un détour diplomatique par les Krill qui rappellent à Ed et Kelly que l’alliance avec les terriens n’est vraiment que temporaire pour eux. Vous savez ce qui fut temporaire aussi pour le vice-amiral Christie ? Son mariage avec Claire. Oui, oui, Claire propose à Kelly de boire une petite bouteille de vin pour lui annoncer qu’elle était mariée avec leur invité du jour.

Le mariage remonte à plusieurs années, évidemment, puisqu’il était à l’époque son professeur. Elle est tombée sous son charme avant de regretter de découvrir qu’il n’était pas là pour autre chose qu’une femme-trophée, en gros. D’où le divorce. Soit.

L’épisode retourne ensuite aux négociations avec les Krill et tout semble bien se passer, avec des Krill qui insistent pour avoir plein d’autorité sur l’Orville quand il explorera l’espace qui fait partie de leur territoire. Ils imposent donc les chemins à suivre et laissent un traqueur GPS sur le vaisseau, avant d’expliquer qu’une partie de l’espace que l’équipage souhaite visiter est un territoire maudit. Là, clairement, l’avertissement pose problème.

Les Krill sont terrifiés par le Kalarr Expanse, un endroit interdit par leur religion car elle le décrit comme un endroit plein de monstres rampants et prêts à les attirer en Enfer… mais ce sont des Krill. Qu’en penser, donc ? Les Krill quittent l’Orville sur une prière pour ceux étant proches de la mort, alors les capitaines du vaisseau et le vice-amiral débattent un court instant sur la suite à donner à leur expédition. Sans trop de surprise, ils décident d’aller tout de même sur le territoire risqué, et le vice-amiral Christie décide de les suivre plutôt que de rester en retrait comme prévu.

C’est un sacré risque tout de même, mais bon, Christie a l’esprit ailleurs que sur sa mission tout de même : il balance ainsi à Claire qu’il pense toujours à elle et qu’il a encore son alliance sur lui. C’est malin ça : il est responsable de la rupture car il n’a pas respecté son ultimatum, mais il espère encore des sentiments de la part de Claire. Décidément, elle a une vie romantique trépidante ! Le vice-amiral le sait bien d’ailleurs : il se renseigne et apprend bien vite qu’elle a une relation avec Isaac.

Il décide donc de rencontrer le Kaylon pour comprendre comment rendre Claire heureuse et peut-être raviver la flamme entre eux. C’est amusant, parce qu’Isaac se laisse manipuler bien simplement : c’est un robot qui ne voit pas le mal à partager ses données. Il en partage même un peu trop, c’est flippant pour Claire de savoir qu’il est prêt à raconter sa vie sexuelle à tout le monde mais bon.

Tout ça est bien sympa, mais il n’y a pas que Claire dans la série, parce que l’Orville s’apprête à entrer dans une partie de l’espace inexplorée jusqu’à présent. Ce n’est pas rien, tout de même. Le départ se fait avec une petite référence à Star Wars de la part d’Ed, ce qui est bien sympathique, et très vite on est plongé dans une expédition pleine de suspense.

Le secteur Neklav n’a jamais été exploré auparavant par l’Union, ce qui fait que nos héros s’aventurent dans ce qu’ils comparent à une maison hantée quand ils pénètrent le Kalarr Expanse. Ils n’ont pas le choix de le faire, car ils reçoivent ce qui ressemble à un signal de détresse depuis un point qu’ils n’arrivent pas à scanner de loin. De près, il s’agit d’un vaisseau qui ressemble un brin trop à une araignée pour mon goût.

Cela n’empêche pas nos héros de se lancer dans l’exploration : Ed, Kelly, l’amiral, Claire et John prennent une navette pour s’approcher… et pour entrer dans le vaisseau. Ils n’ont pas froid aux yeux sur ce coup-là honnêtement. Je sais que je ne suis pas explorateur, mais je ne le ferai pas à leur place.

L’intérieur du vaisseau ? Il est fait d’une matière qui paraît presqu’organique à Claire, et l’on comprend bien pourquoi les Krill trouvent l’endroit flippant. Il n’y a pourtant aucune forme de vie à l’intérieur… mais comme les portes se sont ouvertes pour eux, l’exploration continue. Comme dans n’importe quel film d’horreur, les personnages décident alors de se séparer en duo. Ce n’est pas la meilleure des idées à mon avis, mais Kelly fait encore pire en décidant de toucher à main nue l’un des murs. Sans rien y connaître à l’avance, ça ne me paraît pas une bonne idée.

Talla et John, eux, se rapprochent du signal de détresse, sans en comprendre l’intérêt. Ed et le vice-amiral, eux, trouvent d’étranges cocons qui pourraient être des sources d’énergie selon Ed. Moi, je le sentais vraiment comme un cocon contenant des extra-terrestres… mais ce n’est finalement pas le cas. L’un de ces cocons s’ouvre comme une fleur devant l’amiral qui le regarde.

Cela motive Ed à rentrer au vaisseau, mais comme rien ne semble se passer de mal, tout le monde oublie ce qu’il s’est passé… jusqu’à ce qu’il s’effondre au sol au beau milieu du pont. Et pour cause : son ADN est en train d’être réécrit, il se développe un troisième œil sur le front et… j’adore l’idée ? Les scanners de l’Orville n’ont rien détecté, ça tombe évidemment sur le seul personnage non récurrent de la série ce qui laisse le doute sur une mort potentielle et le personnage est amené à se transformer en un nouvel extraterrestre.

Le maquillage de la série est assez impressionnant : Claire fait tout ce qu’elle peut pour ralentir le processus, sans savoir si elle peut l’arrêter. Et le ralentissement n’empêche pas la transformation de se faire rapidement : autant l’acteur vieillit bien, autant le personnage prend super cher avec des yeux qui lui poussent de nulle part. Dans tout ça, Claire prend le temps de papoter avec son ex-mari et de le rassurer, en lui promettant une survie qu’elle ne peut garantir.

Pendant ce temps, Ed, John et Talla retournent faire des prélèvements dans le vaisseau inconnu, pour voir s’ils peuvent en découvrir plus. Ils récupèrent bien des nanoparticules, mais aussi un signal de détresse différent de ce qu’il était avant : désormais, le vaisseau envoie ses coordonnées sans l’espace. Cela décide Ed à rentrer au plus vite à l’Orville, mais ils arrivent trop tard car le film d’horreur a commencé pour eux.

C’est presque bien fait à ce stade. Le trio arrive sur le vaisseau pour y découvrir une panne de courant générale plutôt flippante. Pendant que Bortus et Isaac sont forcés par Kelly de quitter le pont pour tenter de rétablir le courant manuellement, Claire s’en va s’occuper de ses enfants. Elle a en effet découvert que le vice-amiral n’était plus dans son lit. En fait, la coupure de courant vient de là : Christie a les codes pour tout couper et prendre le dessus informatique sur les membres de l’équipage.

C’est con quand même que le truc se soit attaqué directement au membre le plus haut gradé. Sinon, je parlais de film d’horreur et je le souligne, c’est vraiment l’ambiance qu’ils donnent à l’épisode. Claire ne retrouve donc pas ses gamins, parce que Marcus a vraiment décidé d’être un adolescent chiant cette saison. Il refuse donc de rester sagement chez lui comme il est censé le faire, et il se retrouve ainsi avec Ty nez à nez avec la créature qu’est devenu Christie.

Avant ça, il a eu l’occasion de s’attaquer aussi à son infirmier alors je soupçonnais déjà qu’il l’avait possiblement transformé… mais c’est confirmé assez rapidement quand Marcus et Ty sont retrouvés par Woodson, un employé de l’Orville qui prend bien cher. Malgré l’avertissement des deux gamins qui lui affirment qu’il y a un monstre, il prend le risque de ne pas les croire et finit par se faire cracher dessus une substance qui le transforme lui aussi en monstre.

Voilà donc les démons qui prennent possession de l’âme des gens : des microbes et une forme de vie qui décide de transformer les espèces vivantes pour se reproduire. C’est charmant comme tout, ça se fait dans la douleur et ce n’est pas beau à voir. En revanche, ça fait un excellent épisode, avec Claire qui s’acharne à essayer de trouver un antidote et d’autres personnages qui finissent par être confrontés aux extraterrestres bien dégueulasses de cet épisode.

C’est kiffant. Ty et Marcus sont rapidement sauvés et sur le pont à tout raconter aux autres, mais malheureusement, John est loin d’eux à réparer le courant comme il peut. Il se retrouve ainsi poursuivi par une créature dans les tuyaux de ventilation du vaisseau, et ça ne fait pas rêver du tout cette affaire. Vraiment, la course poursuite prend des allures de film d’horreur car les créatures ont une manière de se déplacer peu agréable à regarder.

Très vite, John se met en sécurité en allant tout simplement dans une cellule de prison. Heureusement, il a pu rétablir le courant avant ça. Talla débarque à sa rescousse également, et nous découvrons ainsi que les monstres relâchés par l’équipage de l’Orville ne sont pas des enfants de chœur, du tout. Ils sont tout simplement terrifiants car bien plus forts que la moyenne, et surtout plus agiles.

C’est une bonne chose qu’ils soient face à Talla qui est bien forte elle aussi, et qui réussit à en neutraliser deux. Cela permet d’aider Claire à trouver une vraie solution face au problème de l’épidémie qui se répand déjà : elle lui emmène un spécimen à étudier. Le spécimen en question ? Il permet à Claire de trouver une solution temporaire pour éradiquer cette espèce : tant que la mutation n’est pas complète, ils ne survivent pas à la présence du moindre petit virus.

Cela suppose toutefois de tuer tous les membres de l’équipage infectés, et ce n’est pas idéal comme proposition. Malheureusement, l’alternative n’est pas beaucoup plus réjouissante. Claire se propose tout de même d’essayer de parler à l’amiral Christie avant de tuer tous les monstres à bord de l’Orville. Le temps presse, en plus, parce qu’un autre vaisseau approche d’eux à grande vitesse pour les infecter.

Contre toute attente, Christie reconnaît bien Claire et écoute ses arguments, préférant toutefois la menacer que de céder au chantage qu’elle lui fait. Christie n’a toutefois pas d’autres choix que de sonner la retraite quand il voit que Claire ne fait pas qu’un chantage : elle envisage vraiment de le tuer. Il n’en faut pas plus pour que les nouveaux ennemis de l’Union s’échappent de l’Orville, que l’exploration de cette partie de l’espace soit interdite et qu’Isaac s’inquiète de savoir comment va Claire en fin d’épisode.

Et même si elle affirme que tout va bien et qu’on la sent secouée par ce qu’il vient de se passer, personne ne semble prendre le temps ou la peine de prendre conscience qu’ils viennent de nous libérer une nouvelle espèce menaçant complètement la galaxie. Les Kaylon sont presque des bisounours à côté de cette nouvelle espèce qui promet de revenir et de s’en prendre aux humains…

Les Krill seront ravis de savoir que l’Orville a réveillé cette espèce, en plus. En attendant, nous, on a eu un très bon épisode là.

The Orville – S03E01

Épisode 1 – Electric Sheep – 18/20
Je suis surpris de voir à quel point je suis vite retombé sous le charme de la série. Son format étendu me fait même plaisir tellement ça fait longtemps qu’on l’attendait. Tout est visuellement parfait, même si l’intrigue a ses longueurs et ses nouveautés qui ne me plaisent pas toutes – pour l’instant en tout cas. L’épisode manquait d’exploration, un côté de la série qui est toujours une réussite, mais explorait beaucoup la psychologie de certains personnages, au détriment d’autres. Ce léger déséquilibre est surprenant pour un premier épisode, mais je ne peux pas trop en tenir rigueur à la série pour autant.

Spoilers

L’Orville a besoin de réparations matérielles… mais l’équipage lui-même a besoin de se reconstruire après l’attaque des Kaylon.

May we resume standard interactions?

Après deux ans de pause, ça paraît assez normal que cet épisode commence par un encart « in memoriam », parce qu’il fallait bien que ça arrive… Je ne m’attendais tout de même pas au décès de la voix de Yaphit. Oui, j’ai googlé, oui j’entame l’épisode en étant triste, avant d’être parfaitement bluffé par la scène d’ouverture qui nous plonge dans l’espace en haute définition. J’avais oublié que la série était si magnifique.

J’avais un peu tout oublié de toute manière. Les effets spéciaux sont très bons en tout cas, et l’on se retrouve plongé dans une bataille aérienne assez impressionnante. Cela fuse de tous les côtés, ça explose et… L’Orville est pris dans la bataille. Ce n’est pas bien rassurant, surtout quand on commence par suivre le fils ainé de Claire, Marcus, qui court dans un vaisseau où tout le monde explose.

Plus que jamais, on se rend compte de l’immensité du vaisseau, d’ailleurs. On est replongé dans cet univers de la meilleure manière qui soit et la série prend des allures de série catastrophe comme elle a rarement réussi à le faire. Pourtant, tout ça n’est qu’un rêve, ou plutôt un cauchemar de Marcus qui galère bien à retrouver son petit frère, Ty, avant d’être surpris par Isaac, qui n’est pas Isaac évidemment.

Ce cauchemar se terminant, on peut en revenir à un début d’épisode plus habituel et calme, où l’on voit John interagir avec Isaac. Ce dernier semble avoir toujours du mal avec certaines interactions humaines, et ça me remet toute l’intrigue sur son espèce en tête. Quand il arrive à la cafétéria, par exemple, Isaac fait fuir absolument tout le monde. Il faut dire qu’il fait partie des Kaylon, qui veulent un peu détruire la galaxie – ou en tout cas éradiquer l’humanité de celle-ci. Une broutille.

Tout cela nous remet peu à peu les intrigues en tête, même si j’aurais aimé le générique. Tout ce à quoi on a droit, c’est une nouvelle scène dramatique de vaisseau de la flotte terrienne en train d’exploser. Malheureusement, cette fois-ci, ce n’est pas un cauchemar, mais un flashback. La série nous introduit une nouvelle personnage qui semble détester Isaac, et pour cause.

Charly, c’est son prénom, appartenait à un autre vaisseau que l’Orville – vaisseau détruit donc. Au passage, elle a perdu tout l’équipage, mais également sa meilleure amie, restée en arrière sur le vaisseau pour fermer les portes et permettre à Charly de s’enfuir. Bref, Charly déteste vraiment Isaac, et elle le lui fait savoir de manière bien froide et crue, sous les yeux d’une Talla restant étonnamment muette.

Elle n’est pas la seule : Isaac est aussi la cible de tag qui l’accuse d’être meurtrier, par exemple. Il est alors enfin temps d’en venir au générique et… bordel, la série me manquait tellement ! Je découvre qu’elle s’appelle désormais « The Orville New Horizons », mais ce n’est qu’un détail face à la beauté de ce générique.

Après le générique, nous découvrons que le vaisseau est en pleine réparation avant d’enfin en revenir au poste de pilotage du vaisseau. Quel plaisir de retrouver ce décor, même si Charly y est désormais à contrôler le vaisseau. Allez, on va se faire à sa présence, elle est au générique désormais, et elle a rapidement sa scène avec Ed et Kelly. En effet, ces deux-là se retrouvent à enquêter sur le responsable du tag l’accusant d’être un meurtrier.

Le couple dirigeant l’Orville découvre alors l’évidence : l’équipage de l’Orville n’est pas exactement heureux de retrouver Isaac tous les jours et de bosser avec un Kaylon. Bref, Talla a du boulot pour contenir l’émeute qui se trame, et Kelly comme Ed aussi. Charly a au moins l’honnêteté de leur expliquer clairement ce qu’il en est : les Kaylon ont détruit une bonne partie de la flotte terrestre et tué beaucoup d’amis de l’équipage, alors bosser avec l’un d’eux est insoutenable pour beaucoup.

La xénophobie a donc toujours de beaux jours devant elle dans ce futur lointain. Et Kelly et Ed ont beaucoup de travail. Ce ne sont pas les seuls : John et Gordon aussi travaillent dur aux réparations de l’Orville, avec notamment l’aide de Yaphit. On peine à voir vers quoi se dirige cette intrigue, mais elle permet en tout cas de multiplier les points de vue du vaisseau depuis l’espace et c’est magnifique. Vraiment, je retombe sous le charme de la série, et pourtant, pourtant, il va falloir supporter Charly.

Oui, elle est encore là : elle débarque pour séduire Gordon, assez clairement. Contre toute attente, on découvre alors que Gordon serait du côté de Charly. C’est ce qu’il lui dit, et elle lui conseille aussitôt de rester énervé à la présence d’Isaac. Une part de moi ne peut qu’espérer que ce soit du bluff, mais comme je n’ai jamais trop aimé le personnage de Gordon, ben, je me dis que peut-être il est assez con pour tourner le dos à Isaac.

Je ne sais pas non plus comment je réagirais à sa place, après. Je veux dire, clairement bosser avec Isaac ne doit pas être simple. Claire y arrive pourtant toujours assez bien, n’hésitant pas non plus à venir le voir avec Ty. Ben oui, ils ont des liens particuliers après tout. Isaac n’en a rien à faire d’être harcelé par tout l’équipage, mais ce n’est pas forcément le cas de ses proches.

Ce n’est qu’après cette scène, et surtout après 20 minutes complètes, qu’on retrouve Bortus à son poste, où il aide John et Charly à piloter des drones que Gordon doit détruire lors d’un entraînement. Le but de la scène est de nous montrer quelques améliorations à bord de l’Orville, quoi, avant d’en revenir assez vite à l’intrigue du tag. La surprise est totale quand on découvre que la peinture vient en fait de… Marcus, le fils de Claire.

Oh non, je t’adore Marcus, tu ne peux pas faire ça ; ne deviens pas un adolescent insupportable, s’il te plaît. Merde, quoi ! C’est évidemment raté, il nous fait sa crise d’adolescence et déteste à présent son beau-père, contrairement à Ty. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si l’on enchaîne sur Marcus qui se dispute avec Ty, puis Marcus qui explique clairement à Isaac qu’il le souhaite mort quand Isaac tente de s’excuser, sous les bons conseils de Claire.

La pauvre est complètement dépassée par son adolescent à ce stade, et ça fait de la peine à voir. La musique nous suggère qu’Isaac aussi a de la peine, et pourtant, ce n’est techniquement pas possible. Il semble toutefois entendre le message de Marcus : personne ne veut de lui à bord ? Très bien, Isaac décide de se suicider en effectuant une mise à jour importante pour le vaisseau et en disant tout de même, à sa manière, adieu à Claire, Ty et Marcus.

La mise à jour est appréciée par le commandement du vaisseau, mais personne n’apprécie vraiment le suicide d’Isaac dans le casting, à part probablement Gordon et Charly. John, lui, est pessimiste en plus : il demande à Yaphit de venir en aide à Isaac, pour le principe, mais il sent bien que Yaphit ne pourra rien faire. C’est vite confirmé : Isaac s’est suicidé, pour de bon.

Reste à Claire la tâche d’annoncer à ses enfants la mort d’Isaac et gérer les conséquences de ce qu’il vient de se passer, car ce suicide est inévitablement la faute de Marcus aux yeux de Marcus lui-même, contrairement à ce qu’elle annonce. Bon, bien sûr qu’Isaac a fait son choix et que le suicide reste une action personnelle, mais son choix était guidé à distance par les mots horribles de Marcus à son égard. Quant à Claire, elle n’est pas au… clair avec la situation. Elle doit en effet gérer son deuil comme elle peut, parce qu’elle n’avait pas encore réussi à pardonner complètement Isaac.

C’est compliqué : il a tenté de la tuer, de tuer ses enfants et tout l’équipage. Ce n’est pas rien tout de même. Elle s’en confie à Kelly, qui gère la situation comme elle peut en étant là pour son amie, tandis qu’Ed gère l’éloge funéraire. Pas évident de faire un éloge pour Isaac, en plus. Pas évident non plus de gérer son deuil.

Sans trop de surprise, Claire retrouve ainsi Ty dans le simulateur du vaisseau : c’est tentant de retrouver Isaac tout de même, il en a la possibilité, même si sa mère lui assure le contraire, préférant qu’il gère son deuil plutôt que de le voir rester coincé dans des souvenirs. La pauvre se retrouve ainsi à gérer son fils au cœur brisé en plus de sa propre peine, et la scène qui suit est tout de même brillante. On y voit Claire relancer la simulation de son rencard avec Isaac, mais sans Isaac cette fois. La pauvre.

Elle nous tient éloignée du reste de l’équipage un temps, mais les réparations du vaisseau continuent et vont un poil plus rapidement que prévu : John et son équipe finalisent les dernières réparations, permettant à l’Orville de décoller à nouveau et de s’en aller vers de nouvelles aventures. Avant. C’est ce que l’on attendait tous, je pense, mais malheureusement, ça semble devoir se faire sans Isaac pour le moment.

Isaac manque très clairement à Ed au moment du départ, mais tout le monde en est à faire son deuil l’air de rien. Même John se retrouve à en parler à sa copine du moment, une extra-terrestre qui est étonnée de découvrir qu’Isaac a offert à John une fourchette pour son anniversaire. Elle est toutefois plutôt utile pour John, parce qu’elle lui parle de la mort sur sa planète qui est bien différente de la manière dont les terriens la gère.

L’air de rien, dans la conversation, elle finit par donner à John une solution qui pourrait possiblement ressusciter Isaac. Je me disais bien que c’était trop rapide et bizarre de s’en débarrasser dès le début de saison. Ce retournement de situation est à la fois sympathique, crédible et marrant puisqu’on voit John courir dans tout le vaisseau en peignoir. Il aurait pu au moins s’habiller, ce n’était pas si urgent que ça.

Cependant, sa trouvaille est révolutionnaire. Elle se heurte encore à un dernier problème : pour tenter de ressusciter Isaac, l’équipage se rend compte qu’il va falloir l’aide de… Charly. Evidemment. Elle est parfaitement insupportable depuis le début de l’épisode, donc il fallait bien qu’on arrive à une scène où elle était confrontée à son attitude détestable. Il fallait juste compter sur Ed pour trouver une manière de lui dire qu’elle était une rageuse bloquée sur la mort de son amie Amanda un peu en vain. Il le fait avec plus de subtilité que moi, heureusement.

Malheureusement, ils sont interrompus dans la conversation par le débarquement inattendu d’un vaisseau Kaylon. C’est une attaque catastrophe qui manque de tuer tout le monde à bord, mais une bonne stratégie d’Ed permet de faire croire au vaisseau ennemi que l’Orville a explosé dans la tempête d’une planète hostile. Le problème, c’est que ce détour dans une tempête abime déjà les capacités de l’Orville : pour ressusciter Isaac, il ne reste plus que quelques heures.

Ed ordonne donc à Charlie d’aller réparer Isaac, avant de la virer quand elle refuse de manière bien prévisible. Charly est dépitée de perdre son job, évidemment, mais elle ne change pas d’avis pour autant ; refusant même de venir en aide à Isaac quand Marcus le lui demande. Oui, oui, Marcus : il culpabilise du suicide qu’il est sûr d’avoir provoqué.

Cette conversation étonnante finit par convaincre Charly d’aller aider John à réparer Isaac. Bim, une petite résurrection a donc lieu, laissant Charly en plein débat interne. Ce n’est pas la seule, cela dit : Isaac aussi a son propre débat interne selon Claire. Elle est psychologue, alors elle est sûre que ce suicide ne peut venir de nulle part. Elle n’a pas tout à faire tort : Isaac lui annonce qu’il s’est suicidé pour améliorer les performances de l’équipe, parce qu’il a remarqué que tout l’équipage de l’Orville était moins performant depuis son retour sur le vaisseau.

C’est une excellente scène, à nouveau, où Claire a l’occasion de s’énerver contre Isaac. C’est finalement elle qui avait besoin d’une séance de psy, je crois ; mais la scène fonctionne terriblement bien. En effet, ce qu’elle dit concerne bien sûr Isaac le robot, mais collerait parfaitement au suicide d’un être humain aussi. Elle parvient à faire admettre à Isaac qu’il faut prendre en compte le changement de perception de l’équipage, une donnée qu’il ne peut avoir à l’avance. Il pourra la constater par lui-même maintenant qu’il est en vie, mais il faudra encore du temps : Marcus semble content de savoir le robot de nouveau actif… mais il ne va pas lui parler pour autant.