The Rookie – S03E03

Épisode 3 – La Fiera – 16/20
L’épisode tient les promesses faites avant la reprise de cette saison, et il le fait tellement bien qu’il y a tout un pan qui finit par être angoissant et vraiment énervant vis-à-vis de la réalité. De mon côté, ça passe donc très bien pour cette partie de l’intrigue, mais j’ai trouvé le reste moins efficace… en comparaison. C’est ironique, donc, la série devient moins bonne par moments car elle est meilleure qu’avant à d’autres.

> Saison 3


Spoilers

Look, whatever Officer West is telling you, I stand with him.

Ah, John a encore sa mère ? Il serait temps de nous le dire en saison 3, surtout que j’aime bien cette actrice ! Le personnage ? Beaucoup moins. Elle s’incruste sans prévenir chez son fils et compte y rester, dans sa chambre en plus, puisqu’elle vient de se faire larguer.

Nolan s’en plaint aussitôt à ses collègues bleus qui lui proposent une place sur le canapé de leur appart de dingue. Je ne comprends pas trop où ils sont, par contre, parce que pour s’éviter un tournage au commissariat pas très covid-safe, ils se retrouvent dans une grange. L’excuse trouvée est bonne, avec un entraînement où tout le commissariat doit s’amuser à vider son chargeur.

Bon, d’accord, ce n’est pas un amusement, c’est plutôt important de savoir le faire pour protéger sa vie. Par contre, avec la police, tout se transforme en jeu. Le nouveau tuteur de West, Stanton, demande aussitôt aux autres tuteurs de parier sur leur poulain. Pfiou, je le déteste vraiment, à force, il est vraiment caricatural… et ce n’est que le début de cet épisode, qui ira beaucoup plus loin. Lucy est finalement celle qui tire le plus vite, de tout le commissariat. Elle ne s’en remet pas pour le reste de l’épisode, toute heureuse de ce résultat.

Tamara – la jeune fille de l’épisode précédent – redébarque aussi dans la vie de Lucy, mais elle a besoin d’une signature, donc c’est uniquement pour ça. Il lui faut une preuve que la voiture de Lucy est bien à elle, et très clairement, j’imagine qu’elle va la revendre. Et ça ne manque pas : en patrouille, Tim & Lucy tombent sur un homme tentant de l’ouvrir qui promet qu’il vient de l’acheter, à un sacré rabais. J’aime ça.

Elle est maligne, parce qu’elle le fait pour s’acheter des fringues – de manière à avoir un semblant de vie normale – et un ordinateur, pour ses études. Et ça tombe bien, elle fait de la psycho, comme Lucy. L’intrigue était sympathique, j’aime bien cette relation, mais je me demande vers quoi ça se dirige quand même, surtout qu’elles ne se font pas encore tout à fait confiance l’une et l’autre.

Pendant ce temps, on découvre aussi que Gray envisage la retraite, ce qui n’est pas très bon pour l’évolution de son personnage. Déjà, je suis triste parce que je ne le vois pas si vieux, et ensuite, je n’ai pas trop envie qu’il se fasse tuer juste au moment de partir. Ah, et pour ne rien arranger, Luna (sa femme ?) lui affirme que les policiers ont tendance à mourir dans les sept ans après la retraite. Ce n’est pas une bonne chose.

En plus, la retraite est vraiment pour bientôt : il veut juste voir ses bleus devenir de vrais flics avant de tout arrêter. Et comme il ne reste qu’un mois à Nolan, ça va être vite fait, en théorie. En attendant, il continue de bosser comme il se doit, notamment avec Angela qui fait du bon travail de détective. Comme tout se passe en bureau, j’ai un peu décroché de ce qu’elle racontait, alors que c’était important pour la suite.

En effet, c’est elle qui est au cœur de l’intrigue qui donne son titre à cet épisode. Plus exactement, ce qui donne son titre, c’est une femme d’affaire trempant dans des histoires illégales, mais ne chipotons pas. Elle est là pour enquêter sur un meurtre, meurtre dont le cadavre a été surveillé par West et Stanton, comme par hasard. C’est l’occasion de nous montrer une fois de plus que Stanton ne réfléchit qu’avec le filtre des gangs et qu’il ne plaît pas tellement à West.

Autrement, la mère de Nolan est complètement dingue et provoque tout un tas de remous dans la vie professionnelle de son fils. Elle l’appelle alors qu’il est au travail, le forçant à rentrer chez lui pour mieux découvrir qu’elle a brisé des assiettes (décidément, cette maison doit lui revenir cher !) et que son ex-futur mari est là. Comme elle a vendu la bague de fiançailles, Nolan et l’ex comprennent que la femme est juste une arnaqueuse, et l’ex décide de porter plainte auprès de la police.

Et oui, Nolan accepte de prendre la plainte, parce qu’il sait que l’homme est dans son droit. Si c’était marrant, cette intrigue n’est bien que ça, et je trouve ça dommage, parce que ça nous fait perdre du temps sur le reste, plus intéressant. Nolan retourne finalement auprès de Nyla, qui prend bizarrement la défense de la mère. Après tout, elle a passé sa vie à devoir être dans l’attente de la décision des hommes cette femme.

Nyla continue d’être sacrément géniale dans cet épisode, apportant toujours un éclairage très juste à toutes les situations, que ce soit celle-ci ou celle d’une femme qui fait le choix de ne pas accoucher à l’hôpital – mais qui n’a pas trop le choix d’y retourner aussi, pour tomber sur un gynécologue légèrement raciste. Comme trop souvent, son racisme n’est pas explicite et affiché, il est dans l’image qu’il se fait de la femme sans même la connaître, se persuadant qu’elle est hystérique. Il se persuade aussi que Nolan va pouvoir calmer Nyla, d’ailleurs. Outch.

Là-dessus, la série est claire : elle veut traiter du racisme ordinaire qui est absolument partout. Après deux saisons sans vraiment le mentionner dans une série qui était quasiment totalement colorblind, c’est déroutant. Et surtout, c’est terrifiant : il y a tellement d’endroits et de situations de la vie courante où ça existe que c’est angoissant. Par contre, j’ai peur de l’effet catalogue vers lequel se dirige la série avec cet épisode et le précédent. Bon, c’est le problème des procédural, mais quelque chose de plus suivi serait bienvenu.

C’est finalement le cas, avec l’intrigue Stanton/West. Stanton prend en effet la décision peu rationnelle d’arrêter violemment un jeune homme qui n’a rien fait, si ce n’est qu’il ne l’a ni vu ni entendu quand il voulait procéder à une vérification. C’est super gênant à voir et ça dérape quand il le fait devant la maison où habite le jeune homme. Toute la famille sort pour protester et l’effet de groupe, avec tout le monde qui hurle, fait câbler Stanton qui sort son flingue et pointe tout le monde.

La situation dérape si vite… West a le bon réflexe en appelant des renforts. Heureusement, Tim est celui qui débarque sur les lieux, et comme il est aussi le supérieur de Stanton, il peut aisément lui dire d’arrêter malgré la frustration que ça provoque chez ce collègue avec qui il pariait le matin même. Il est si dérangeant Stanton, à ne toujours pas reconnaître qu’il fait de la merde.

Et pour West, c’est d’autant plus dur qu’il est traité de traître par la famille du jeune homme. Evidemment, j’oublie l’essentiel dans cette critique, à savoir de préciser que le jeune homme en question est noir, ce qui fait que Stanton est persuadé qu’il est coupable quand il est évident que non pour tout un tas de raisons que West tente de souligner à Stanton avant que ça dérape.

Après tout ça, les seuls conseils de Lucy pour West ? Prévenir Gray, ou au moins Tim. Le problème, c’est que Tim a déjà été prévenu, et que ça n’a rien donné. En fait, Lucy est même choquée de la réponse de Tim, parce qu’elle est loin de convenir à la situation – et loin d’être ce qu’on attend en tant qu’audience, aussi. West n’en mène pas large, forcément, et il est bien triste de ce qu’il se passe. On voit clairement qu’il envisage d’en parler à Gray, mais il choisit finalement de rester à sa place de bleu. C’est franchement frustrant, à ce stade.

Le soir, Nolan retourne à la grange de tir et tombe sur la raison de son échec au test du matin – ah, oui, il a échoué en fait ! La raison ? Il a vu le matin un homme avec un tuba en train de tirer, et ça l’a perturbé. Le soir, il retourne donc à la grange, allons savoir pourquoi ?, et retombe sur cet homme, qui n’hésite pas une seconde à lui tirer dessus dès qu’il se dit de la police.

Nolan survit, de manière incompréhensible, parce que l’homme prend la fuite. Avec Nyla, ils peuvent rapidement l’identifier comme étant Guillermo Sandoval, un mafieux lié à l’affaire d’Angela, bien évidemment. L’arrestation est rapide, et ça permet à Angela de découvrir qu’elle a face à elle… un autre flic. C’est gênant. Il a toutefois le temps d’envoyer un SMS pour demander la mise en place d’un plan B pour s’en prendre à la Fiera.

Oui, la Fiera, businesswoman et trafiquante, est donc en ville, et pas n’importe où en plus : elle est sur un campus universitaire pour le faire visiter à son fils. Comme elle est la cible de tentative de meurtres, ça ne rassure personne de savoir que ça va finir en fusillade, encore… Et Stanton souligne que de toute manière, pour l’instant, il n’y a pas de victime, car la seule victime est un membre de gang. Quel homme merveilleux, ce flic. Ce qui est le plus dérangeant, c’est encore qu’il soit le flic le plus crédible et réaliste de la série, par contre – enfin, pour autant que je puisse en juger, je ne suis jamais allé aux États-Unis, mais c’est ce genre de flics que l’on voit tout le temps aux infos, pas ceux de la série, hein.

Le système a bien besoin d’un peu de changement, et c’est sympa que la série prenne le temps de le montrer. Sympa, oui, mais angoissant, donc. Sur le campus, Tim prend bizarrement la défense de Doug Stanton face à Lucy qui l’épingle comme raciste, parce que c’est ce qu’il est. Quelle horreur de se dire qu’il est un tuteur et qu’il enseigne, mais c’est bien plus réaliste et crédible comme ça.

Angela est celle qui trouve la Fiera en premier. Elle lui file un gilet pare-balle, mais un seul, alors qu’elle savait très bien qu’elle serait avec son fils et alors qu’elle voit bien qu’ils sont nombreux avec elle. C’est n’importe quoi, ça. Evidemment, la mère protège son fils et ça se fait juste avant qu’un homme lui tire dessus. Angela les protège et les mets à l’abri. Trop forte.

La Fiera devine bien vite qu’Angela est enceinte, et je l’aime beaucoup. C’est une excellente mafiosa, il faudrait que la série pense à la faire revenir plus souvent. C’est une possibilité puisque Diego a bien aimé cette université, sur laquelle il a créé une fusillade donc… pas sûr qu’il soit vraiment accepté ? En tout cas, cette intrigue est clairement laissée ouverte : en fin d’épisode, Angela reçoit un cadeau de la Fiera pour la remercier d’avoir protégé son fils, et pour qu’elle puisse à son tour protéger l’enfant d’Angela. Ca craint, ça, elle a réussi à déposer le cadeau sur la table de salon d’Angela et Wes, sérieux.

Pendant ce temps, les officiers sont loin de cette papote de la détective et la mafiosa. Ils sont sur les toits à la recherche d’un type qui n’hésite pas à leur tirer dessus, même s’il ne sait pas très bien viser. Nolan et Lucy sont meilleurs que lui, heureusement – enfin, Lucy surtout. Désarmé par une balle dans la main, l’homme fait alors le choix de se suicider. Affaire réglée, donc.

La fin d’épisode a réussi à me surprendre, parce que West prend la décision d’aller voir Gray pour se plaindre de son tuteur, qui est problématique à plus d’un égard. J’ai trouvé sa plainte bien peu claire et fluide, avec des exemples peu probants par rapport à tout ce qu’il a vécu. On va mettre ça sur le compte de son énervement, mais je comprends la réponse policée de Gray sur ce coup-là. Tim aperçoit toutefois l’échange entre les deux hommes, et il décide d’aller appuyer la plainte de West.

Cela fait plaisir de voir Tim évoluer dans le bon sens, mais ça n’arrange pas les affaires de Gray qui est forcé de mettre au placard Stanton. Il décide de le réaffecter au bureau – ah, un nouveau tuteur pour West ? – et j’ai hâte de voir les conséquences que ça aura. C’est juste frustrant que Gray n’écoute West que parce qu’il est soutenu par Tim, parce que ça fait un chouilla white savior, tout de même. Cependant, c’est la hiérarchie de la série, donc il ne pouvait en être autrement, j’imagine. Quant à Gray, ça lui fait reconsidérer sa retraite, parce qu’il n’y a pas eu les changements qu’il s’était promis de réussir à mettre en place en entrant dans la police.

Finalement, West se fait virer du bureau de Gray parce que le garder dans la police n’est toujours pas une punition suffisante aux yeux de West – il a bien raison, mais ce n’est pas si simple) et c’est sur Tim qu’il finit par passer ses nerfs, lui expliquant qu’il a donné la permission à des flics comme Stanton d’être racistes en ne disant rien. Bref, le message est clair : disons aux gens qu’ils sont racistes quand ils le sont. Espérons juste que ça puisse permettre à tous de progresser et s’améliorer. Je pense que ce ne sera pas le parti pris de la série avec Stanton, mais ça pourrait continuer de l’être avec Tim…

Ca le sera peut-être aussi avec Nolan qui est témoin de ce qu’il se passe avec Stanton et avec la femme qui était maltraitée par le docteur. Nyla lui explique aussi que son propre accouchement a failli mal tourner à cause de ça… C’est intéressant, vraiment, d’aborder ces sujets, mais comme je le disais plus haut, j’espère que ça ne finira pas simplement en effet catalogue. Il va falloir des vraies explications et progressions par rapport à tout ça, dans la série d’abord, dans la réalité ensuite. On peut toujours rêver que la série parvienne à faire passer quelques messages, même si en coulisse, tout n’a pas toujours été rose non plus de ce côté-là.

En attendant, Nolan va devoir repasser son test de tir, même si sa distraction a permis d’éviter un meurtre. Nyla est encore un personnage génial qui le recadre parfaitement. La toute fin d’épisode nous montre une dernière confrontation entre John et sa mère, parce que c’est nécessaire à ce stade. Celle-ci l’attend pour faire semblant d’être prête à partir, mais il voit clair dans son jeu. Ce n’est pas une intrigue passionnante, mais c’est bien de voir Nolan demander à sa mère de se comporter normalement avec lui.

> Saison 3

Riverdale – S03E22

Épisode 22 – Survive the Night – 12/20
C’est bien quand la série balaie tout le reste pour faire un bon épisode histoire de finir sa saison. Je suis beaucoup trop optimiste pour la suite car les dernières scènes contredisent tous mes espoirs, mais l’épisode en lui-même, si on le prend indépendamment de tout ce qui n’allait pas dans la série, l’épisode était plutôt cool, avec ses petits moments de suspense qui donnent envie de regarder. Oui. Je vois ça comme un point positif. C’est dire où j’en suis. Il paraît que la saison 4 sera mieux. En tout cas, elle sera plus courte, ouf.

> Saison 3


Spoilers

I’d start running if I were you.

OUI ! J’y suis ! Je vais finir cette saison, et tant pis si j’ai sacrifié au passage beaucoup trop de temps libre et d’autres épisodes. Pour conclure la saison, on reprend par Toni qui fait confiance à Pénélope et lui raconte tout ce qui lui est arrivé. POURQUOI ELLE ? Pourquoi pas Jug, son serpent sûr ? CA N’A PAS DE SENS PUTAIN. EVIDEMMENT QU’ELLE SE FAIT EMPOISONNER PAR SA BELLE-MERE HOMOPHOBE.

Je suis si mort de rire. Et bien sûr, Pénélope se sert aussitôt de ce qu’elle apprend pour aller réclamer à Edgar un sac d’organe… qui n’est autre que Betty. LOL. Elle ne sera donc pas charcutée par son beau-père, finalement. Face à la disparition de Betty, Edgar ment bien sûr à Alice et l’informe que Betty s’est enfuie, le tout étant entendue par Cheryl, apparemment libre de ses mouvements malgré sa tentative de fuite ? Ca n’a aucun sens, surtout qu’Edgar annonce que l’Ascension se rapproche – ça sent le suicide collectif à ce stade.

Bref, Cheryl n’en a plus rien à foutre de son Jason, et elle décide de montrer à Kevin et Fangs les organes prélevés par Edgar… sauf que ceux-ci ont changé de place. Finalement, Cheryl découvre que toute la Ferme est désormais déserte, avant de tomber sur un corps inanimé qui la fait hurler, comme toujours. Ca n’a pas intérêt à être Toni.

C’était finalement Jason, ce qu’elle peut révéler dans le bureau d’Edgar face à une Alice qui retrouve bizarrement une once de logique, soudainement, sans raison. Elle décide donc d’aider Cheryl à s’enfuir avec sa petite fille, puis retourne à la Ferme pour sauver Polly. Mais. Pourquoi ce revirement ? Ca fait 22 épisodes qu’elle ne dit plus rien, quel est le sens de tout ça ?

Du côté de Veronica, nous y sommes : elle est co-propriétaire de Pops, pour de bon cette fois, avec sa mère. C’est si ridicule cette éviction soudaine d’Hiram, je ne comprends pas pourquoi ou d’où ça sort. Pendant ce temps, Archie et Jug reçoivent un colis chacun, avec des messages qui leur demande de se rendre à un dîner organisé par Pénélope. Les voilà tous réunis, avec Veronica et Betty, dans la demeure de chasse des Blossom. Avant ça, Jug a eu confirmation qu’un homme roux avait été vu plusieurs fois auprès de Pénélope… et non, ce n’était pas Archie.

Il est révélé d’un coup que finalement, Agatha, la sœur cinglée du couvent, bosse pour Pénélope depuis le départ. Cette Dahlia noire bosse aussi avec Hal, qui est donc toujours dans l’équation… C’est elle qui a cultivé ses motivations meurtrières d’après elle. Je trouve ça si drôle. Le Roi-Gargouille ? Il s’agit de Chic !

Hal ne l’a pas tué, il s’est teint en roux, et voilà comment Jason est de retour. Son lien à la ferme ? Ne cherchons pas. Chic est donc le disciple de la Cagoule noire, mais il est devenu Roi Gargouille grâce à Pénélope. Euh… Soit ? A grand renfort de flashback, la série décide de nous faire croire que tout était savamment organisé depuis deux saisons pour en arriver là, mais comme ça n’a de toute manière pas beaucoup de sens que Pénélope puisse avoir autant de liens et de pouvoirs, je trouve ça surtout drôle.

Je suis sûr qu’il y a plein de bugs dans leur logique, mais j’ai la flemme de chercher. Ce qui me plaît dans tout ça ? On se débarrasse de la majorité des intrigues en cours. Plus qu’à tuer Pénélope, et hop, on peut repartir sur autre chose. Laissez-moi espérer.

En attendant, on a droit à un petit Hunger Gamers plutôt sympathique. Enfin, ce n’est pas exactement ça, chacun des adolescents va être testé et va risquer sa vie dans l’épisode : Archie se retrouve à se battre contre un monstre masqué, face à qui il triomphe après une petite dérouillée supplémentaire.

Ensuite, on a une nouvelle épreuve de calices, avec Veronica et Betty qui vont mourir, obligatoirement, avec du poison mortel dans une des coupes.

Veronica décide de se suicider pour sauver Betty… mais finalement, il n’y avait aucun poison mortel et rapide dans les calices. Oh, il y avait du poison, mais un antidote attend les filles à la fin de la nuit, si elles survivent. Avant ça, Archie décide d’avouer ses sentiments à Veronica. MDR. Les deux se retrouvent à s’embrasser alors qu’ils doivent juste mourir et qu’elle a sûrement encore du poison plein les lèvres, mais avec la petite musique et tout, on nous assure que c’est censé être mignon et romantique.

La scène suivante voit Jug se battre contre Chic, et ils survivent sans mal à cette épreuve. Ensuite, il faut que Betty soit testée, et elle doit ainsi tirer sur son père avant qu’il ne le fasse. Comme celui-ci est un piètre serial killer, il se laisse tirer dessus par sa fille, mais il survit tout de même… juste assez longtemps pour que ce soit finalement Pénélope qui se débarrasse de lui, en lui tirant dessus.

C’était marrant à voir, j’ai bien aimé, même si c’est triste pour Betty. En plus, elle n’est pas aidée dans cet épisode avec ensuite l’Ascension et Kevin, laissé derrière par Edgar, qui lui révèlera qu’elle ne verra plus jamais Alice et Polly. Ca ne ressemble pas à un suicide collectif, cela dit, puisqu’ils se sont tous barrés… On verra.

Avant d’en arriver là, il faut encore que Pénélope décide de faire tuer les quatre adolescents afin de se venger de la ville – à qui elle en veut alors qu’elle est celle qui aurait introduit le G&G d’après les révélations de cet épisode ?. Ils s’en sortent sans la moindre surprise, en grande partie grâce à Cheryl et Toni qui ont pu rallier les Serpents et les Pretty-je-ne-sais-plus-quoi au dernier moment. Toni ? C’est la grand-mère de Cheryl qui lui indique que Pénélope organise la Chasse depuis des mois, alors qu’on ne la voit pas du tout depuis des plombes.

L’épisode peut ainsi se terminer avec tous nos héros en vie grâce aux talents d’archers des serpents entraînés par Cheryl il y a une bonne dizaine d’épisodes. Une vie plus tôt, donc. Le retour de la voix-off n’est pas une bonne chose, pas plus que le départ de Pénélope qui est la seule à ne pas être arrêtée, comme par hasard.

De son côté, Cheryl est partie en vrille et se met à parler au cadavre de son frère qu’elle a pu retrouver à la Ferme grâce à Edgar (????). Kevin, on ne saura pas ce qu’il devient après cette lobotomie, mais il semble finir célibataire, une fois de plus. Enfin, Hermione se fait arrêter, à cause d’Hiram qui décide de la trahir et de la faire tomber pour tentative de meurtre. PFF. C’est blasant, débarrassez-vous de vos méchants.

Le FBI vient finalement chez Betty pour apprendre à celle-ci qu’Alice est en fait en train de travailler pour le FBI depuis tout ce temps. La blaaaaaague. C’est vraiment les scénaristes qui se disent que bon, si ils veulent garder Alice une saison de plus, il faut trouver une excuse, donc faisons ça même si ça contredit les 21 épisodes précédents.

L’agent du FBI ? Il s’agit de Charles, qui n’est finalement pas mort. Je. Sortez-moi de là ! Le demi-frère de Betty, le demi-frère de Jug, super comme addition au casting, ça. Veronica nous affirme que tout ça fait sens, mais non. Vraiment pas. Et il reste encore une année de lycée pour la saison 4 ? Oh lala, ils vont être longs ces dix-neuf épisodes. Pour nous donner envie de les voir, on nous révèle donc au moment d’un toast aux milkshakes du quatuor de tête qu’au printemps suivant, Archie, Veronica et Betty seront en sous-vêtements dans les bois, à brûler leurs vêtements, mais aussi le bonnet de Jug.

Plein de sang, ils font le pacte de ne plus jamais parler de « tout ça » et de ne plus jamais se revoir. Ah ben super. Ai-je vraiment envie de voir ça ? Eh, je n’ai pas le choix, on me force. Et puis, mon compteur aura quelques points de plus avec ce flashforward !

Compteur d’Archie à poil : +1, merci le flashforward

EN BREF – J’ai la flemme d’écrire une conclusion pour cette saison. Étonnant, non ? C’était mauvais. Ça part dans tous les sens, ça fait demi-tour, ça réécrit des trucs en cours de route sans prévenir, ça modifie tout; ça dégage des persos présents depuis le pilot sans vraiment prévenir… Ça n’a pas de sens, et je ne vais pas faire semblant d’en trouver maintenant, sérieusement. Tant pis. Il paraît que la saison 4 est mieux !

Ce ne sera pas dur, car cette saison 3, vraiment, elle n’a ni queue ni tête, elle enchaîne les arcs sans rapports entre eux et elle tente de donner du sens à l’ensemble, mais non, ce n’est pas possible, en fait. Ils forcent tellement. Bon, de toute manière, la saison 4 sera plus courte, elle part déjà avec un point positif pour elle. Être à jour pour la saison 5 ? C’est mal barré. M’enfin, j’avance, quand même.

> Saison 3