Resident Alien – S02E09

Épisode 9 – Autopsy – 16/20
Si l’épisode n’a pas la qualité du précédent, il offre une bonne reprise en lançant cette deuxième partie de saison vers de nouvelles pistes. C’est un peu abusé d’oublier certains personnages après une pause si longue, mais comme pour moi la pause n’a été que d’une semaine, tout va bien. Pour le reste, l’épisode me donne envie de rester à jour et me rend impatient de voir le prochain épisode. Tout va bien, donc.

Spoilers

Asta est désormais une meurtrière, et le premier réflexe de D’Arcy n’est pas de s’inquiéter pour la blessure d’Harry, mais bien de les aider à planquer le corps.


How is he even like breathing in there?

J’ai dit lors de ma critique de l’épisode précédent, vendredi dernier, que j’étais pressé de voir cet épisode… et voilà que ça fait deux jours qu’il est disponible et que je ne suis toujours pas à jour. Il est temps de m’y mettre, surtout que mon WESéries pue déjà l’échec à plein nez franchement. Il fait trop chaud pour être sérieux, de toute manière.

Pourtant, ce début d’épisode est déjà pas mal sérieux : on en revient à Asta qui vient de tuer un homme, donc, et qui a dû mal à s’en remettre. Harry est tout content de lui dire que l’homme est bien mort, tandis que D’Arcy fait tout ce qu’elle peut pour la rassurer – et il n’y a pas grand-chose à faire pour ça. Elle est quand même prête à la couvrir quand le shérif, juste à côté, débarque pour voir ce qu’il se passe, après avoir entendu deux coups de feu.

Contre toute attente (ou pas ?), ils arrivent à le convaincre qu’il n’y a rien à voir et que c’est D’Arcy qui a tiré pour tuer un raton-laveur. La scène était digne de la série, avec toujours le même comique et une D’Arcy qui se donne bien de la peine à faire partir Mike. Avec succès. C’est toujours plaisant quand D’Arcy arrive à faire quelque chose, surtout après sa remise en question d’il y a deux ou trois épisodes.

Sur le lac, on découvre que l’homme tué par Asta avait aussi deux complices. C’est assez con pour eux : ils sont rapidement tués eux aussi, mais par le bébé alien.

Voilà qui est réglé et qui met fin à la fête de l’épisode précédent. Asta peut ainsi s’occuper d’Harry une fois qu’ils retournent à la cabane. Il s’est fait tirer dessus après tout, il faut bien s’occuper de lui : la blessure ne l’a pas tué, heureusement, mais c’était moins une. Le fait qu’il soit un alien l’aide bien sûr à guérir vite (et D’Arcy ne semble pas se poser beaucoup plus de questions que ça sur le sujet), mais il faut quand même le soigner avec son sang violet là.

Quand D’Arcy revient, elle ne voit tout de même pas le sang violet, trop préoccupée à l’idée de savoir qu’un homme est mort. Harry balance aussitôt que le type a tué Sam. D’Arcy n’était pas vraiment là pour ça, mais elle découvre toute l’effrayante vérité. Au moins, ça lui justifie pourquoi Asta était si distante avec elle, tout en protégeant le secret d’Harry. Je suis un peu triste, j’aurais aimé que le secret soit pété pour Asta aussi. J’imagine qu’il faudra attendre encore un peu.

Pendant qu’Asta soigne Harry et prend conscience qu’elle ne peut pas prévenir la police de ce qu’il s’est passé (en légitime défense après tout), dans le bois, D’Arcy s’occupe du cadavre… en lui faisant les poches. Elle récupère ainsi sa voiture et sa clé de motel. Cela lui permet de trouver le plan parfait pour cacher le cadavre. Elle en parle de manière si détachée que ça fait presque peur. Le regard d’Asta est plutôt un bon résumé de ce que devrait être la réalité de cette situation : elle vient de tuer un homme et elle s’en veut. Plutôt logique, non ?

Malgré tout, elle accepte le plan de D’Arcy (mais pas l’ajout d’Harry : mettre des documents incriminant le type pour le meurtre de Sam), qui est on ne peut plus intelligent en vrai. Je veux dire, la réceptionniste du motel est Judith, évidemment qu’elle se laisse endormir par D’Arcy qui lui ramène les fameux œufs d’Olivia à manger au lieu de regarder ce qu’il se passe du côté de son jacuzzi. Oui, D’Arcy a trouvé que c’était une bonne idée de jeter le corps dans le jacuzzi pour éliminer certaines preuves, notamment du côté de l’ADN.

C’est hilarant surtout avec la scène du lendemain où Judith est celle qui retrouve le corps… sans capter que le type est mort. C’était tout à fait raccord avec le personnage, et ça ma bien fait rire comme scène. L’avantage de ce plan ?

Il risque de bien fonctionner, parce qu’en parallèle, Mike et Olivia sont en train d’enquêter sur le groupe Powell et de les relier possiblement à la mort de Sam. Ainsi, quand ils sont appelés sur le lieu du crime (ils sont heureux d’un autre meurtre à Patience), ils finissent par découvrir que l’homme mort est un des noms de la liste.

Bon, avant ça, Mike doit se faire draguer par une Judith qui a besoin d’attention – et d’aller aux toilettes, donc l’enquête est un peu ralentie. Elle leur parle tout de même d’un van avec deux types étranges dedans, qu’elle aurait vu la veille. Bref, c’est bien parti pour qu’Asta soit innocentée. Comme en saison 1, la police n’est pas aidée non plus par le fait que le médecin de la ville est désormais… Harry. Et oui, il a eu la bonne idée d’aller voir Ben pour être sûr d’être le docteur qui ferait l’autopsie.

Malheureusement, cette bonne idée n’est peut-être pas suffisante : le maire remarque que le jacuzzi du motel n’est en fait pas à Patience, mais à Jessup. Ah. Il fallait bien que l’intrigue de la ville voisine revienne au centre de l’attention : Lena Torres, une policière de Jessup, débarque donc pour récupérer la voiture de la victime.

Pendant ce temps, Asta culpabilise totalement du meurtre commis la veille. Elle ne parvient pas à s’en remettre et continuer à vivre sa vie comme le fait D’Arcy (elle n’en a clairement rien à faire ?) ou comme le fait Harry, d’ailleurs. Bon, Harry redevient le médecin de la ville, et il se retrouve donc à devoir jouer les psys pour le maire. Et pour Kate qui débarque pour une thérapie de couple. La thérapie était marrante parce qu’Harry est le pire des psychologues évidemment.

Pourtant, son absence de méthode fait de sacrés effets sur le couple : ils parviennent ainsi à progresser dans leur communication grâce à Harry qui balance toutes les critiques du maire pour sa femme. C’était marrant, mais ça fait perdre trop de temps à Harry : à cause de ça, il ne fait pas l’autopsie et le corps est finalement emmené à Jessup. C’est problématique car ça suppose une enquête bien plus précise et meilleure que ce que Patience aurait pu donner.

C’est une belle nouvelle pour notre maire : il a beaucoup à célébrer le soir entre le fait que Jessup devienne une ville avec meurtre ou le fait qu’Harry soit de nouveau le médecin de Patience. Auprès de qui se rend-il pour faire la fête ? Harry, bien sûr ! Notre alien essayait pourtant de récupérer le bébé toujours dans le lac, alors il n’est pas si ravi de le voir revenir. Quelques bières plus tard, il peut toutefois s’en débarrasser et se concentrer sur un autre problème : faire en sorte que le meurtre revienne à Patience et non à Jessup.

C’est problématique parce que pendant ce temps, le bébé alien court toujours. Et il vomit des papiers d’identité en-dehors de Patience. Du coup, c’est bête : Harry arrive à ramener l’enquête du côté de Patience en proposant aux shérifs des deux villes une théorie selon laquelle le tireur était à Patience. Sa théorie fonctionne : Harry récupère la douille de l’arme dont Asta s’est servie (pas sûr que ce soit une si bonne idée) tandis qu’il jette celle de l’homme mort dans le lac. Et hop, il récupère le corps pour l’autopsie. Il s’en dit heureux, d’ailleurs. Son comportement hyper étrange devrait vraiment le mettre directement sur la liste des suspects, mais non.

Sinon, vous vous souvenez quand je disais que D’Arcy n’avait aucun mal à continuer sa vie comme s’il ne s’était rien passé ? Eh bien, c’est tellement le cas qu’elle se rend en rencard avec le type à qui elle a foutu un lapin il y a quelques épisodes. Et tout se passe bien entre eux, alors il va falloir que j’apprenne son nom à l’occasion, comme j’ai appris celui de Judith (même si ça, c’est aussi parce qu’elle me fait mourir de rire à se foutre à poil dans le jacuzzi dont l’eau n’a pas été changée).

Asta a plus de mal, par contre, et elle se rend carrément auprès d’Olivia pour lui confesser son meurtre. Heureusement, au moment de le faire, elle aperçoit son père et se rappelle qu’Harry a eu la bonne idée de la mettre en garde contre les répercussions que la vérité pourrait avoir sur ses proches. Le groupe qui a tué Sam n’apprécierait probablement pas qu’Asta tue l’un des leurs. Ils pourraient décider de tuer ses proches, par exemple.

Si Asta ne dit finalement rien, elle doit tout de même aider Harry à faire l’autopsie, pour proposer la mauvaise heure de crime ou la mauvaise distance pour le coup de feu fatidique. Autant dire que ce n’est pas la meilleure heure de travail d’Asta, ni son moment de gloire. Elle est totalement dans la culpabilité et n’arrive pas à se remettre du fait qu’elle a tué un homme. Je trouve ça plutôt bien écrit de la part des scénaristes : c’est un détail qui est trop souvent oublié dans les séries.

Oui, oublié. C’est exactement la solution dont Harry a besoin : il est capable de lui faire oublier ses problèmes quand elle se confie à lui pour lui avouer son incapacité à vivre comme si de rien n’était. Malheureusement, Harry lui efface la mémoire de sa soirée… Et ainsi Asta se retrouve sans le savoir à poser un lapin à Jay. Je suis dégoûté pour elle après tous les efforts faits pour la récupérer. C’est un excellent cliffhanger, franchement, et j’ai hâte qu’Asta le comprenne et s’en prenne à Harry.

Elle lui a souvent fait remarquer que ça ne se faisait pas, et il le fait sans lui demander la permission, en plus. Peut-être qu’elle aurait dit oui, et qu’elle aurait précisé qu’elle voulait voir Jay le lendemain quand même, hein. Dans le même genre, Olivia continue d’essayer d’enquêter sur les extraterrestres d’ailleurs, mais ça ne mène pas à grand-chose que des scènes marrantes pour l’instant.

Contre toute attente, la série nous donne également des nouvelles du militaire qui s’est fait tirer dessus dans l’épisode précédent. Comme il avait toujours la boule de l’extraterrestre sur lui, eh bien… Il n’est pas mort. Et la blessure est carrément guérie ? C’est vraiment hyper inattendu, mais ce n’est pas tout : il n’est pas mort et il recommence à bosser avec la militaire qu’il détestait – et déteste toujours.

Celle-ci n’hésite pas à le droguer pour savoir ce qu’il lui cache, et retrouver la boule de l’alien, mais malgré ça, il continue de bosser pour elle quand même. Il faudra voir ce que donne cette intrigue par la suite, mais pour l’instant, je suis moyennement convaincu.

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.