9-1-1 Lone Star – S03E09

Épisode 9 – The Bird – 14/20
La série continue sur sa lancée, et je finis par me demander si la saison 2 était un accident de parcours à proposer des épisodes aussi bien écrits avec des développements intéressants pour les personnages. Là, on a bien une intrigue intéressante, mais elle va à toute vitesse, contrairement à l’intrigue principale de l’épisode qui est, elle, particulièrement longue et peu intéressante à suivre.

Spoilers

D’après son testament, Gwynn laisse à Owen son perroquet et il n’est pas exactement ravi.

.

Paul, what are you doing?

L’épisode reprend alors que l’équipe revient d’une intervention où un rencard avec une hache s’est mal déroulé. Vraiment, c’est surprenant. C’est l’occasion pour Mateo de balancer à tout le monde qu’Owen a un rencard le lendemain avec Catherine. Je devrais n’en avoir rien à faire, vraiment, mais comme je sais qu’il s’agit d’Amy Acker, je suis tout content. Owen l’est un peu moins quand toute la caserne est sur son dos à lui donner des conseils pour qu’il soit moins chiant en rencard (vraiment, qu’ils se mêlent de leurs affaires ?).

Cela dit, ce n’est rien par rapport à ce qui l’attend dans la caserne. Il découvre en effet que Gwyn lui a laissé dans son testament son perroquet qui balance des insultes à tout va. Owen fait tout ce qu’il peut pour s’en débarrasser, contactant l’avocate de Gwyn… en vain. C’est vraiment son testament. Dingue. C’est très marrant comme ce genre d’intrigue ne semblent exister que dans des séries, franchement.

Je veux dire ? Gwyn lui lègue l’oiseau, je veux bien, mais il peut toujours le revendre ou le donner à des fans d’oiseaux, non ? C’est assez dingue, mais bon, il s’obstine à se faire à l’idée de ce nouveau colocataire. Allez comprendre pourquoi. Bien sûr, Mateo est fan de l’oiseau et tout se passe très bien quand c’est lui qui s’en occupe, hein. Tout se passe très bien aussi quand c’est Catherine qui le fait.

Ben oui, bien évidemment, elle est fan d’oiseaux et elle en connaît un rayon sur l’oiseau spécifique d’Owen, lui expliquant qu’il est réputé pour sa bonne mémoire et ses relations sociales – autrement dit s’il critique Owen, c’est parce qu’Owen le déteste lui aussi. Après, sincèrement, c’était une intrigue particulièrement chiante de voir Owen parler à un oiseau tout du long là. Déjà que j’ai du mal à accrocher quand ils parlent à des chiens, alors des perroquets ?

Heureusement, l’animal est plutôt joli et fait passer quelques messages de Gwynn au passage, surtout quand il s’arrête avec les insultes et passe au « je t’aime chéri ». C’est mignon comme tout. Parler du testament de Gwynn et du deuil d’Owen, c’est bien, mais bon, Tommy s’inquiète surtout de savoir comment va TK. C’est un de ses collègues les plus proches après tout, et elle aimerait lui parler du groupe qu’elle fréquente pour gérer le deuil de son mari, histoire qu’il puisse le faire lui aussi.

Il est hyper motivé à cette idée et se rend donc au même groupe que sa boss pour parler de sa mère décédée. C’est important d’en parler, je ne dis pas, mais en parler de cette manière devant sa boss ? C’est juste bizarre, désolé. Quant à la fin de l’épisode, j’ai juste halluciné : Owen et Catherine retrouvent l’oiseau mort dans la cage alors qu’Owen venait de se décider à le garder. Non mais sérieusement ?

La première intervention de l’épisode voit ENCORE une idiote au téléphone alors qu’elle conduit, mais là on touche vraiment au sublime : la nana est en vision avec son bébé A L’ARRIERE de la voiture, FACE à la route. Limite, le bébé regarde plus la route qu’elle. Du coup, ce qui devait arriver arriva : elle fait un écart à cause d’une voiture… et écrase son mari mdr.

Pardon, ça n’a rien de drôle parce que son mari est un militaire qui allait rencontrer son bébé pour la première fois et tout, mais bon, sérieusement, c’est complètement mérité ce qui leur arrive. Il est au téléphone avec elle alors qu’elle est au volant et ne lui dit rien ? PUTAIN MAIS BIEN FAIT. Pardon. Il y a des moments, hein, où on n’a pas le choix d’être au téléphone, je peux à peu près l’entendre (même si perso, ça m’est jamais arrivé ?), mais là, ce n’en était pas un.

Et puis, lui faire la surprise de son retour alors qu’elle conduisait ? Evidemment que ça n’allait pas fonctionner. Bon, bien sûr, la série joue énormément du faux suspense : l’homme fait un arrêt cardiaque et meurt… jusqu’à ce que sa femme lui présente sa fille et que les cloches de l’Eglise sonnent. Si ce n’est pas un joli petit miracle, tout ça.

La deuxième intervention est moins intéressante à mon sens : une vieille femme aigrie en fauteuil roulant s’en prend à un vendeur qui draguait une autre cliente, présente avant elle. Genre, tu n’as qu’à attendre ton tour, hein. Insupportable, la vieille, et hyper énervée. Finalement, les scénaristes la dédouanent de tout ce qu’elle a fait : ce n’est pas de sa faute, mais de celle de ses chats qui lui refilent une maladie la faisant être rageuse comme ça. Finalement, elle est toute gentille une fois dans les mains de Tommy qui la diagnostique correctement.

Allez, je vais lui pardonner, donc, mais on connaît tous des personnes aussi désagréables que ça dans la vie, non ? En tout cas, elle a de la chance, elle a eu une bonne excuse pour détruire tout un magasin, et c’est un peu le rêve quand même. On ne va pas se mentir. Finalement, tout est bien qui finit bien, youpi !

Une autre intrigue de l’épisode s’intéresse de nouveau au personnage de Paul. Cela faisait longtemps que ça n’avait plus été le cas, et ça reprend avec un étrange cauchemar où il se fait écraser par le camion de Judd. Pourquoi pas ?

Les cauchemars sont finalement le signe d’un problème cardiaque, avec également une arythmie violente qui aurait dû être détectée bien avant. Que Marjan s’occupe de lui la nuit à la caserne, je veux bien, c’est logique, ils dorment ensemble. Qu’elle l’emmène chez le médecin ? Pourquoi pas. Qu’elle soit dans le bureau du médecin avec lui ensuite ? C’est du grand n’importe quoi. C’est toutefois nécessaire vu le caractère de Paul.

Il apprend qu’il risque de mourir avant 40 ans s’il ne se fait pas opérer, mais l’opération lui laisserait ensuite un pacemaker, et ce n’est pas évident de rester pompier avec un pacemaker. C’est ce qui fait que Paul s’obstine à ne pas avoir d’opération : il indique à Marjan qu’il est hors de question pour lui de ne pas rester pompier. Il est prêt à mourir comme son père (à 36 ans ??) s’il le faut. Et il ne fait absolument pas attention sur les interventions de l’épisode, n’hésitant pas à soulever un des rayonnages du magasin.

Heureusement, Marjan ne lâche pas Paul pour autant. Si lui refuse de lui parler pendant une partie de la soirée, elle ne lâche pas l’affaire et elle fait bien : il fait un malaise cardiaque dans son appartement et c’est elle qui le retrouve, en arrêt cardiaque. Elle réussit heureusement à le retrouver à temps, lui sauve la vie en appelant le 911 et les médecins lui mettent évidemment un pacemaker pour le sauver.

Le problème, c’est qu’il ne voulait pas. A son réveil, il est apparemment suffisamment en forme pour en vouloir à Marjan de ce choix : il lui reproche de ne pas avoir été capable d’arrêter les médecins pour respecter ses vœux. N’importe quoi, franchement.

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.