2020 sur Just One More Episode

Salut les sériephiles !

À mon tour de fêter aujourd’hui les cinq ans d’activité du blog ! Comment ça, cinq ans ? Dans ma tête, j’allais sur ma quatrième année, mais non, non, depuis le 3 janvier 2016, il y a bien eu cinq ans. Si ce blog était une série, il commencerait à se faire sacrément vieux, mais bon, ça va, je n’ai pas encore l’impression qu’il perde de son intérêt – ou en tout cas, du mien. Merci à l’ensemble d’entre vous qui lisez ceci, et merci aussi à ceux qui ne liront pas cet article mais sont passés sur le blog à un moment durant ces cinq années. Un merci tout particulier aux plus fidèles, évidemment, et à tous ceux qui ont déjà laissé un commentaire. Après, je ne me leurre pas, je sais que certains sont des lecteurs silencieux, qui ne postent rien, mais qui passent par-là quand même.

Comme chaque année, je respecte donc aujourd’hui la tradition de l’anniversaire du blog, qui consiste à revenir sur l’année qui vient de s’écouler… On a vécu un drôle de 2020, mais j’ai plein de choses à en dire !

500 copie

Janvier

L’image qui accompagnait les articles du mois était tirée de You. Je la trouvais sympathique pour ces couleurs un peu froides, mais j’ai regretté de l’avoir utilisée une fois confiné, parce qu’elle aurait été pas mal non plus. À croire que j’avais imaginé ce worst case scenario dès janvier !

L’année a commencé doucement avec une panne de série (seulement 26 épisodes durant le mois) suite au visionnage intensif de The Leftovers fin 2019. Cela s’est traduit par une baisse dans les stats, mais pas dans ma productivité, avec toujours les articles 500 mots. Côté séries, en revanche, il y a eu de nombreux remous avec l’annonce d’un départ d’un acteur de Grey’s Anatomy et la fin d’Arrow. Rien que ça ! Et sinon, ben, c’est le mois où on a commencé à enregistrer des podcasts, même si je n’avais pas encore conscience que Geeleek voulait vraiment qu’on fasse un épisode toutes les deux semaines. On ne s’est plus arrêtés depuis de blablater pendant 42 minutes chaque quinzaine de l’année !

wp-1580558266737..jpg

Février

Comme en janvier, j’ai tendance à privilégier sur le mois de février des couleurs un peu froides. Cette année, j’ai pioché dans The Magicians, forcément, parce que la série est revenue sur la toute fin janvier. Une nuit perpétuelle avec deux lunes, c’était très joli, ça invite un peu au voyage, je trouve.

Je reprends des forces dans les visionnages après la fin de The Good Place avec la saison 5 de The Magicians, mais aussi des reprises de séries abandonnées il y a un moment. Avec tout juste 64 articles publiés, février est en revanche le mois de l’année où j’ai le moins posté sur le blog, ce qui s’est vu dans les stats où l’algorithme Google m’a clairement oublié. Le mois de février est par contre super loin dans ma tête, parce que bon, le mois de mars a tout bouleversé pour tout le monde. Je n’en oublie pas pour autant que j’ai passé une bonne St Valentin et le cap des 27 ans, c’est tout de même pas rien comme souvenirs pour février 2020 !

500 copie

Mars

Pas d’image qui sent bon le printemps ? C’est que ce mois de mars ne s’annonçait pas très positif dès le départ avec la perspective d’un changement de poste au boulot. J’ai donc voulu continuer de voyager avec cette très belle image d’Altered Carbon. Là encore, pas de regret : s’échapper, c’était nécessaire en mars dernier !

Comment se douter en début de mois que le monde allait basculer dans une nouvelle page de l’Histoire ? Une pandémie à l’ère de la mondialisation, on l’avait vue dans les films et les séries, mais on ne s’attendait pas à la vivre pour autant ! Dingue de me dire que ce mois a marqué l’annulation de The Magicians quand tout ce à quoi je l’associe aujourd’hui, c’est le confinement. Avec ce dernier, les stats ont commencé à remonter, bien aidés aussi par des séries géniales comme les saisons 1 de Council of Dads ou Zoey’s Extraordinary Playlist et les saisons 3 de Westworld ou Les Bracelets rouges. Très différentes ces séries, mais elles ont rythmé mon confinement. Contrairement à beaucoup, cette période n’a pas été si difficile pour moi d’ailleurs, je me suis vite fait aux nouvelles règles et je n’ai pas eu de proches malades. Il faut savoir prendre les bonnes choses où elles sont.

500 copie

Avril

Cette image de Westworld sentait bon la claustrophobie, je trouve, mais c’est un peu le sentiment à avoir pendant un confinement. Voilà donc deux personnages face aux portes d’un ascenseur qui ne s’ouvrent pas encore : voyez ça comme une métaphore de notre 2020.

La fin de The Magicians, le débarquement en France de Disney + (enfin !!), la diffusion de Why Women Kill à la télévision française… Autant de raisons pour lesquelles le blog a prospéré encore, avec sa meilleure fréquentation depuis… avril 2019 ! Un meilleur rendement dans la publication des articles, un #WESéries qui conclue le mois en force et Quibi qui gonfle artificiellement les stats du nombre d’épisodes vus ; le mois m’offre un bilan assez positif. Si j’ajoute à ça que j’ai eu un peu plus le temps de lire, qu’on a eu le retour d’In the Dark et que le confinement a vu se multiplier les petits projets geeks à suivre parce que les acteurs s’ennuyaient chez eux, je dirais qu’effectivement, c’était plutôt positif. L’ennui, c’est que tout ça, c’était de l’artifice avant la tempête, hein.

500 copie

Mai

Dans 9-1-1, les portes de l’ascenseur sont entrouvertes ! Il y a espoir d’enfin voir le monde extérieur avec la promesse d’un déconfinement tout proche… Tout simplement ! Oui, je suis toujours super subtil dans mes choix d’images d’articles du jour, c’est une vraie qualité !

Le déconfinement qui approchait peu à peu, c’était l’assurance de reprendre le chemin du travail… mais le blog a continué de bénéficier d’un sacré nombre de visites. Pourquoi ça ? Eh bien, j’ai continué de rattraper mes séries en retard, j’ai dit au revoir à mes séries de confinement et adieu à How to get away with murder, alors que pas mal de séries débarquaient pour une dernière saison. Non, vraiment, 2020 a marqué la fin de bien trop de séries. En plus, ce mois de mai avait une saveur particulière car on prenait conscience de l’impact du coronavirus sur la production américaine : pas d’upfronts et une rentrée qui s’annonçait bien fade… Avec 125 articles au compteur, ce mois est celui où je me suis montré le plus prolifique ; uniquement parce que plein de séries revenaient, en fait.

500 copie

Juin 

Le monde extérieur ! Le soleil ! L’été est presque là, et The 100 nous permet de nous en rendre compte plus que jamais !

Vous avez dit déconfinement ? Bim, on repasse sous les 15 000 visites pour ce mois de juin pourtant rythmé par 95 articles. Il y avait de quoi lire, mais je crois qu’on s’est tous laissés débordés par les conditions assez chaotiques du déconfinement. Sur le blog, l’arrivée de l’été a marqué le commencement d’une saga de l’été sur mes premières fois de sériephiles, alors que mes visionnages étaient principalement tournés vers Netflix et la fin de 13 Reasons Why. Pas un mois que je garde particulièrement en mémoire, donc.

500 copie

Juillet

Après quelques mois enfermé, j’avais trop envie d’évasion à nouveau ! Impossible de trouver une plage dans mes séries du moment, cela dit, et clairement un choix discutable parce que les plages en 2020, bon, ce fut compliqué (et je n’y ai pas mis les pieds). Je suis malgré tout reparti chercher dans mes archives avec cette image de Grand Hotel.

Les vacances étaient attendues, mais ce mois marque donc les derniers épisodes de Blindspot, Council of Dads ou In the Dark. Je continuais aussi mes rattrapages, notamment de 9-1-1 ou Gentleman Jack, donc autant dire que l’été fut pour le moins hétéroclite. Pas étonnant que le nombre de vues du blog ne suive pas vraiment et s’essouffle un peu. Après, si on me dit juillet 2020 et essoufflement, je pense surtout à la dernière saison de The 100 qui était totalement à coté de la plaque. Pour passer mes nerfs et me faire à l’absence de vrai Comic Con cette année, le blog a fait peau neuve pour la première fois en quatre ans, une décision que je suis loin d’avoir regretté. Pour moi, ce nouveau design a donné un coup de jeune au blog, et surtout l’a rendu beaucoup plus lisible. Juillet fut également le mois où la vie a pu reprendre un tout petit peu son cours – je suis allé au cinéma ! Et bien sûr, impossible de ne pas avoir une pensée dans cet article pour Naya Rivera, décédée dans un accident tragique l’été dernier.

500 copie

Août

Pour la canicule, rien de tel qu’une petite ambiance désertique trouvée au sein d’un épisode de The Rookie particulièrement génial (et stressant, certes).

Le mois débute par un anniversaire symbolique, puisque c’est le 1er août 2017 que j’ai écrit le premier article du jour du blog. L’arrivée d’un nouveau #WESéries fut marquée par une canicule, mais aussi par un pic de vues pour le blog. Et pour cause, Netflix nous a régalé : The Rain, Trinkets, Lucifer, 3%Bien des saisons sont revenues au cours du mois. Cela a bien compensé un été mort sur les networks américains, merci le coronavirus. Avec tout ça, on repasse au-dessus des 15 000 vues et je dis adieu à Agents of S.H.I.E.L.D.

500 copie

Septembre

Les Trinkets qui reviennent au lycée, c’est quand même la photo parfaite pour la rentrée… Avec un petit filtre violet pour mieux coller au nouveau design du blog qui change régulièrement depuis juillet dernier !

Malgré les annonces d’une rentrée fade, on a eu quelques surprises pour rythmer la rentrée scolaire, avec notamment Strike ou Julie and the Phantoms. De mon côté, j’ai pris mon temps à tout regarder, mais c’est parce que je lisais beaucoup pour le Mois de la BD et que j’avais un nouvel environnement à apprivoiser. Quand je regarde les articles du jour, je me dis que j’ai un peu abusé : je parlais films, jeux toutes les semaines, lecture… mais très peu séries. À l’image de cette année, finalement. Le confinement m’a déphasé, aussi, et l’actu était au point mort avec le coronavirus. D’ailleurs, j’ai aussi eu une quinzaine de jours bloqué chez moi en attendant de savoir si j’étais positif ou non à ce satané coronavirus. Je ne l’étais pas, et je ne comprends toujours pas comment c’est possible avec les contacts que j’avais. De là à ce que je sois le patient zéro asymptomatique, il n’y a qu’un pas… Super.

500 copieOctobre

Peut-être pas ma plus grande réussite ce dégradé vers le violet, mais j’aime les couleurs automnales qui se dégagent de cette image de Strike, et ça marchait bien avec les deux designs de ce mois !

C’est le mois choisi pour les retours de séries, et finalement, la rentrée n’aura été décalée que d’une trentaine de jours. Si je n’ai pas vu beaucoup d’épisodes, j’ai eu l’impression de retrouver un sentiment de normalité dans mes visionnages, avec des séries à voir de manière hebdomadaire. Ca me manquait beaucoup ! Pas de Comic Con, un couvre-feu qui pourrit les vacances, l’annonce d’un reconfinement parfaitement artificiel en ce qui me concerne… Enfin, si moi, je le cherche encore, force est de constater que certains ont repris les anciennes habitudes : un retour de beaucoup de lecteurs sur le blog est à signaler du côté des stats. Avec l’arrivée des moins beaux jours et le changement d’heure, on est entré dans une spirale de flemme peu agréable. Je n’ai même pas participé au #WESéries 16, c’est dire !

500 copie

Novembre

Le retour de la subtilité avec un filtre marron pour l’automne et une grille qui ressemble fort à une cage dans cet épisode de Fear the Walking Dead alors que le reconfinement était là. Reconfiné, oui, mais avec bien des trous pour s’échapper si on en croit cette photo…

Ce mois m’a paru interminable et épuisant, mais le blog me redonnait souvent de l’énergie. Je n’ai jamais eu d’aussi bonnes statistiques qu’en ce mois de novembre 2020, à part peut-être en décembre 2018, mais ça remonte à loin et les stats WordPress sont mal fichues. Une chose est sûre, le blog a cartonné, en grande partie grâce au retour de séries cultes (coucou Grey’s) qui, en plus, parlaient du coronavirus. Ca a fait couler de l’encre, et j’ai tapé bien des mots sur le sujet. La télévision française a aussi profité de ce novembre morose pour diffuser pas mal des séries en stock de cette année 2020, ce qui a créé un joli cocktail sur le blog.

500 copie

Décembre

Dix pour Cent m’a fait un cadeau de Noël à l’avance avec cette image dans son dernier épisode pile quand je commençais à chercher mon illustration pour Noël 2020. J’aime beaucoup le design de Noël qui accompagnait cette capture… mais profitez-en, il vit ses dernières heures !

Et enfin, le dernier mois de l’année, qui me laisse perplexe : est-ce que c’est passé plus vite que d’habitude ? Probablement : le fait de n’avoir eu aucune vie sociale ces derniers mois a grandement impacté sur mon humeur et sur ma perception du temps, je crois. Habituellement quand je pense à une année, j’ai des sorties marquantes pour la rythmer, alors que là… Bon, toujours est-il que ça y est, le dernier mois était là. J’en ai profité pour tenter de redonner un coup de fouet à mon Challenge Séries, en vain. Au moins, j’ai vu de chouettes séries de Noël. J’ai publié plus de cent articles – merci le calendrier de l’avent – et je termine l’année sur une bonne vibe, avec l’impression que le blog est dans une bonne période. On verra si janvier casse tout !

En tout cas, les vacances m’ont fait beaucoup de bien, mais j’appréhende tout de même la reprise… Si seulement je pouvais m’en passer ! Pourtant, d’habitude, j’ai hâte. Remettre un masque plus de cinq heures par jour, j’avoue, ça ne me motive pas du tout (puis, aérer autant que je le faisais avant alors que la neige est prévue, c’est un grand non).

Bref, on verra bien, j’ai envie de terminer par une note plus positive, donc encore merci pour cette belle année et à très vite pour plus de critiques séries… Il est temps de m’y remettre, non ?

Mes cinq résolutions pour 2021

Bonne année les sériephiles !

2020 s’achève enfin – ou déjà. Difficile à dire tant l’année est passée vite à rester chez nous tout le temps, mais en même temps si lentement quand on repense qu’elle commençait par les annonces d’une troisième guerre mondiale. On a survécu en 2020, en tout cas ! C’est déjà ça de pris pour bien débuter 2021. J’espère que vos réveillons étaient à la hauteur de vos attentes pour dire au revoir à cette année si particulière.

2020

Et à chaque début d’année, je fais le point sur mes résolutions de l’année précédente, avant de tenter d’en trouver cinq nouvelles. Ce n’était pas simple, et ce n’est pas Instagram qui m’a spécialement aidé à vouloir survivre ou maigrir.

Voir aussi : Mes cinq résolutions pour 2020

En 2020, je voulais donc :

Image associée

  1. Lire (au moins) un livre par semaine : alors… Je ne sais pas comment présenter les choses. Avant le confinement, c’était très clairement un fail, puisque j’ai terminé mon premier manga le 22 février et le roman que j’étais en train de lire le 1er janvier en… mars. Ce ne sera pas beaucoup mieux cette année où je suis en pleine lecture d’un roman de plus de 900 pages. Pour autant, l’échec n’est pas total : avec le Mois de la BD, j’ai finalement terminé 54 livres au cours de l’année… mais est-ce que les comics doivent vraiment compter ? Je vous laisse juger, moi, j’ai envie de dire que c’est pas si mal quand même !

Voir aussi : Le Bilan du mois de la BD !

Résultat de recherche d'images pour "watching movies"2. Voir 100 films dans l’année : alors là, j’ai carrément explosé l’objectif, et tout le monde s’en est rendu compte. J’ai terminé l’année à 271 films… heureusement que je m’étais dit 270 pour faire rond mercredi dernier. Est-ce que j’ai eu mes deux derniers coups de cœur pour arriver à 30 coups de cœur ? Franchement, pas loin. Il y en a eu un de plus, c’est sûr, et un autre, peut-être. Je me retrouve en revanche dans l’embarras : j’ai envie de faire des articles sur un seul film parfois, mais ça ne va pas aider mon retard dans les chroniques. En plus, mercredi prochain, je ne parlerai exceptionnellement pas de film. Pfiou. En tout cas, clairement, content de moi !

Voir aussi : Films vus en 2020 – bilan et coups de cœur

Résultat de recherche d'images pour "bullet journal tvshow"3. Me réorganiser, avec un bullet journal : la victoire est totale. Certes, mes tableaux préimprimés ressemblent plus à un agenda qu’à un bullet, mais c’est ce que je voulais en faire. J’ai un peu foiré certaines pages de celui de 2021, mais je l’ai aussi amélioré sur certains points. Je teste certaines choses, on verra bien. Je dis adieu à ma double (devenue quadruple) page sur les films en revanche, histoire d’y réserver un encart par mois. Je ne sais pas, on verra ce que ça donne, je tâtonne encore sur les détails, mais je suis tout content de mon carnet !

Voir aussi : Comment tu fais pour tenir un blog ? Ben, j’ai un agenda.

4. Résultat de recherche d'images pour "tony ziva"Réussir le Challenge Séries 2020 : L’échec est total cette année. Je vous proposerai prochainement un article récapitulatif de tout ça et, malgré l’échec, je vais continuer d’envisager un challenge en 2021, par habitude. Je n’ai pas trop d’espoir, en revanche. On verra bien, écoutez, j’ai des idées et plein de séries à découvrir après tout, et puis, ce serait dommage de rester sur un tel échec.

Voir aussi : Mon Challenge Séries 2020

Résultat de recherche d'images pour "alias transformation sydney"5. Rester malléable : AHAHAHA. « Le mot d’ordre sera donc de continuer à m’adapter à toutes les situations ». Si j’avais su l’année qu’on allait avoir ! Dans l’ensemble, je considère avoir réussi plutôt bien à gérer tout le stress et les angoisses de 2020, mais ça m’a tout de même coûté de l’énergie bien des fois. Et puis, j’ai découvert que Twitter a beau être mon réseau social préféré, il n’est pas toujours mon allié quand il est question du boulot, de décisions prises à la dernière minute par le gouvernement et de tout un tas de news comme ça. On en reparle de toute façon dans mes résolutions de cette année, mais dans l’ensemble, je suis content de moi sur ce cinquième point, parce que je me suis adapté à bien des choses en 2020 – comme tout le monde.

Voir aussi : Bref, je suis cas contact Covid19

2021

Toujours plus haut, toujours plus fort !

Pin by Anita (AniTiger) on a life in a day | The magicians syfy, The  magicians, The magicians quentin1. Lire dix pages par jour minimum : 3640 pages dans l’année, donc, même si mon objectif n’est pas tant le nombre de pages, mais bien la régularité. Lire un peu tous les jours autre chose que des articles ou Twitter, ça me paraît tout de même plus que bénéfique dans ma vie quotidienne. Je le fais surtout pendant les vacances, j’ai réussi à le faire sur la fin de cette année (novembre/décembre), mais le problème, c’est de tenir le rythme. Puis, il y a un enfant en moi qui risquerait autrement d’être déçu de l’adulte qu’il est devenu, et ça, c’est motivant. Ce n’est pas pour rien que cette résolution lecture est présente depuis 2018, hein ; mais je note un progrès sur ce front-là chaque année, c’est faisable !

Cuervos-netflix GIF | Gfycat2. Varier les langues pour progresser : Non, il n’est pas question de French kiss ici, mais bien des langues de tout ce que je regarde. Si vous suivez le blog, vous savez que j’ai vu pas mal de films dans divers langages (avec pas mal de coréen ou indien), mais maintenant, j’aimerai pouvoir progresser aussi dans ma pratique de ces langues. Je bredouille toujours en espagnol, ça va, mais j’aimerais être capable de progresser au moins un peu dans d’autres langues européennes (coucou l’allemand), et je sais que ça ne peut pas passer que par Duolingo. A défaut de voyager en ce début d’année, si au moins je peux réussir à voyager avec des séries ou des films, tout en progressant… Franchement, sur un an, c’est un objectif qui peut être atteint, je le sais.

In which we review "Dark" from Netflix and retract our criticism of a  maligned media figure — Crime Writers On...Histoire d’avoir des buts : voir pour la première fois Dark en allemand sous-titré (c’est du suicide, je sais), comprendre ce que je lis en allemand, (re)voir au moins un épisode de Club de Cuervos sans sous-titres (c’est facile : j’ai vu un film hispanophone l’autre jour sans problème), avoir de vagues notions dans au moins une autre langue en fin d’année. Va falloir le planifier, ça !

Phone Bed GIFs | Tenor3. Plus de portable au lit, du tout : Il y a deux ans, j’étais vraiment content de la balance que j’avais et je pensais vraiment ne pas perdre de temps. Depuis, les choses ont quelque peu changé. Mon portable, c’est mon réveil. Le matin pour aller au boulot, pas de problème ; mais dès que je fais une sieste ou si je suis en vacances… C’est beaucoup plus dur. Rien que ce matin, après une trop courte nuit, impossible de ne pas aller faire un tour sur les réseaux sociaux. Twitter me servant (aussi) de sources d’infos, c’est souvent que je traîne dessus au lieu de m’activer. En plus, ce n’est pas bon pour les yeux, puisque j’ai rarement mes lunettes au lit (en revanche, j’allume une lumière, faut pas abuser non plus). Va falloir que je me surveille sur cette résolution, ce n’est pas gagné… mais je perds du temps, et ça, ça m’énerve.

God Friended Me GIF by CBS - Find & Share on GIPHY4. Rester à jour dans mes séries : je reprends le challenge séries cette année, mais je n’en fais pas une résolution pour autant, parce qu’il me paraît bien plus important d’être honnête avec moi-même, j’ai un vrai problème sur ma passion principale. Je n’arrivais plus, l’an dernier, à tout voir. Le Covid freine les tournages et les diffusions, ce qui me permet d’être à peu près à jour sur la saison en cours. Si j’ai vu ce que je voulais voir là de la saison 2020-21, j’ai vraiment envie que ça puisse continuer par la suite (et aussi de finir de rattraper la précédente). Pour cela, il va falloir accepter de diviser les saisons Netflix, sacrifier quelques films (pas de résolution à ce sujet : j’ai atteint mes objectifs)… mais aussi peut-être sacrifier des critiques d’épisodes. Je suis face à un vrai dilemme : j’adore écrire, sauf que ça me prend tellement de temps et d’énergie que je remets parfois à plus tard des épisodes que j’aurais dû pouvoir regarder autrement.

Pin by .✝ angie on ♡♏phoebe halliwell | Book of shadows, Charmed, Clothes  design5. Tenir un album photo : Instagram, c’est bien, mais ça fait au moins trois ans que j’ai vraiment envie de me faire un album photo, que je procrastine, que je me dis que je le ferai sur les vacances de décembre et guess what ? Je n’ai toujours pas mon album ! Mieux qu’un album, je me dis qu’un cahier dédié à l’année, ce serait parfait : j’y colle quelques photos, des souvenirs (genre, des tickets de ciné… enfin… on peut toujours espérer ?), je peux écrire deux trois trucs parfois, et ça fait un souvenir impérissable. Je m’étais dit que la nouvelle décennie était l’occasion parfaite pour ça, et j’ai raté le coche en 2020 (qui n’a pas trié ses photos encore ?). L’année étant toute nouvelle, ça peut être jouable en 2021. Bon, en revanche, ma vie ces derniers mois me fait me dire qu’il n’y aura peut-être pas grand-chose à remplir malgré les trois mariages prévus cette année (prévus ou reportés à cette année, pour être plus exact).

Sinon, ben comme d’hab, tenir mon rythme sur le blog, réussir à rester constant sur Twitter et Insta, et réussir à reprendre les TFSA, ce serait quand même vachement cool ! Et vous, des résolutions ? Pour rappel : il paraît qu’il faut tenter de les tenir au moins 21 jours pour créer de vrais habitudes… Pas gagné !

Voir aussi : Mes cinq résolutions pour 2019 Mes cinq résolutions pour 2018

Willow (au pays des merveilles ?) – #1-5

Salut les sériephiles,

Il est peut-être temps que je fasse le point sur les derniers comics qu’il me reste à évoquer pour faire le tour de tout ce que j’ai lu durant le Mois de la BD de Ludo. J’attendais d’en avoir fini avec l’ensemble de ce premier run de comics consacrés à Willow, et maintenant que c’est chose faite puisque j’ai lu le dernier numéro dans le bus ce matin, je peux le faire ! Alors… Une fois de plus, je suis mitigé face à ce reboot, pour tout un tas de raisons.

Voir aussi : Le Bilan du mois de la BD !

Du côté du synopsis, nous retrouvons donc le personnage de Willow qui quitte Sunnydale après un accident ayant eu lieu dans l’arc Hellmouth des comics. Pendant celui-ci, en effet, Xander, qui avait une partie de l’âme de Willow depuis qu’il était devenu vampire (c’est compliqué, ouais, là-dessus, ils sont à peu près fidèles à la série comme ça, même si ce choix était hyper perché) est mort. C’est embêtant, et ça dévaste Willow qui a besoin de s’aérer l’esprit, quitte à tirer une croix sur sa copine – qui se console dans les bras de Kendra, parce que pourquoi pas.

La voilà donc qui s’évade et finit par atterrir dans une étrange communauté de sorcières qui va lui apprendre bien des choses sur la magie… mais qui cache inévitablement sa part d’ombre, sinon, il n’y aurait pas d’histoire à raconter. Qu’en ai-je pensé alors ?

Voir aussi les critiques du reboot de Buffy : #1 #2 #3 #4 | #5 #6-8 | #9-12 | #13-17

C’est peut-être la meilleure partie de ce reboot, parce que le personnage de Willow a quand même gagné un look bien plus classe durant ce reboot. Son pull des derniers numéros est génialissime. En revanche, vous vous doutez bien que si comme point positif, le premier truc qui me vient, c’est le look d’un personnage dessiné, c’est qu’il y a un problème. Ou plusieurs mêmes.

Le premier problème évident, pour moi, c’est l’intrigue elle-même qui n’est pas très originale et n’apporte pas grand-chose au délire de culte parfois associé aux sorcières. Pourtant, le scénario essaie de faire croire que si et fait quelques références non précises à des œuvres sur les sorcières, pour faire comme si les personnages étaient critiques de tout ce mouvement qui rend les sorcières cool dans la pop culture alors que c’est ce qu’elles font elles-mêmes.

Ensuite, le personnage de Willow, bon. La voir quitter ses amis et sa copine parce que Xander est mort, c’est bizarre. C’est un reboot d’accord, mais il surfe sur les personnages que l’on connaît en leur rendant les mêmes caractères… alors pourquoi ce virage à 360° pour le personnage de Willow ? On est toujours sur l’équivalent de la saison 1, en théorie, mais on en est déjà à la Willow de la saison 8 : elle finit cet arc avec énormément de magie, une copine cheloue et un caractère bien trempé. C’est dommage. Tout ce reboot semble vouloir profiter du fait qu’on connaît l’évolution de ces personnages, mais sans jamais faire ce travail d’évolution, et c’est frustrant.

Dans les frustrations aussi, j’ai eu l’impression que les scénaristes voulaient nous ramener le personnage de Tara. Ils n’arrêtent pas de ramener tous les personnages de la série, alors ça me paraissait logique quand j’ai vu débarquer une sorcière qui bégaie et qui ressemble très vaguement à Amber Benson qu’on tenait la nouvelle Tara… Finalement, c’est juste une sorcière voulant s’enfuir de ce clan sans qu’on ne sache bien pourquoi, et qui finira… Ben on ne sait pas non plus, parce que Willow semble complètement l’oublier au cours du dernier numéro qui se veut déstabilisant à téléporter les personnages toutes les deux pages.

Bref, c’était étrange comme construction et, pire encore, ça n’avait pas de sens au sein même de l’univers de ce reboot. Ainsi, Willow était déjà de retour à Sunnydale dans les derniers numéros de Buffy, alors que son aventure n’était pas encore terminée. C’est bizarre à lire, même si bien sûr, on est capable de savoir dans quel sens tout se passe. C’est juste que ça donne le sentiment d’être spoilé, puisqu’on savait déjà dans quel état Willow rentrait et qu’il ne fallait pas être sorcier pour comprendre pourquoi et comment.

Ce reboot continue d’être franchement médiocre par rapport à la série. Si j’y suis attaché, c’est parce que j’aime les personnages et que je me rattache à mon souvenir de la série et à mes habitudes de lire les comics des saisons 8 à 12, mais clairement Boom nous sort une fanfiction sacrément perchée et multiplie autant que possible les titres pour se faire du fric auprès des fans nostalgiques comme moi. C’est une stratégie qui marche, après tout.

Les 150 liftings de Buffy et Joyce (reboot)

Salut les sériephiles,

Une chouette couverture, un comic pas ouf auquel je ne suis pas sûr d’avoir tout pigé franchement. Et un lifting flippant.

Il est temps pour moi de revenir sur mes lectures du mois de la BD, parce que c’était il y a deux semaines tout de même que ça s’est terminé. Je reprends donc cette semaine avec mon avancée sur le reboot de Buffy, dans lequel je suis enfin à jour – j’ai même lu celui de la semaine dernière avant d’écrire cet article. Il est donc temps de faire le point sur les comics 13 à 17 et… oups, j’ai déjà tout oublié.

Voir aussi : Le Bilan du mois de la BD !

J’exagère, évidemment, mais soyons clairs, plus on avance, moins j’accroche à ce reboot. Evidemment, les décisions des débuts font que la série n’a plus rien à voir avec l’originale, mais le vrai problème, c’est surtout que je trouve les personnages très peu développés. En fait, il est assez clair qu’on essaie de nous vendre un produit dans lequel on connaît déjà les personnages et les caractères, donc on ne cherche pas à les développer plus que ça… sauf qu’en contrepartie, les histoires changent du tout au tout, et les caractères aussi, sans explication. Parfois, je retrouve totalement certains personnages… et parfois je ne les reconnais pas du tout. Le tout dans le même livre. C’est gênant.

Voir aussi les critiques des autres numéros : #1 #2 #3 #4 | #5 #6-8#9-12 | #13-17

L’autre détail qui me gêne de plus en plus, et ça me gênait déjà avant le reboot dans les saisons 8 à 12, c’est que les dessinateurs changent régulièrement. Parfois, on a vraiment des planches où Buffy EST Sarah Michelle Gellar, c’est évident. Et puis parfois, on a des planches où… hum, le dessin est totalement différent et ne fait pas l’effort de ressembler au moins à ce qu’il se passait dans le comic précédent ? Je ne dis pas que je veux que Buffy ressemble toujours comme deux gouttes d’eau à SMG, juste qu’un peu de suivi d’un comic à l’autre serait appréciable. Bon, ça, déjà, mais aussi juste qu’il soit possible de vraiment distinguer les personnages. Dans le numéro 17, il y a une planche où je n’étais vraiment pas sûr de moi, mais si, c’était bien Buffy et Joyce, sa mère :

A ce stade, je ne sais vraiment pas comment on a pu en arriver là ?

Sérieusement ?! Elles ont le même âge sur cette planche, c’est de pire en pire – pourtant, il y a eu un comic où ce n’était pas le cas plus tôt. Bref, il est difficile de s’accrocher avec ces personnages qui changent d’apparence et d’âge à chaque fois.

On partait de ça quand même… C’était top, même si cette fois, c’est SMG qui ne paraît pas du tout avoir 17 ans.

Du côté de l’histoire, j’accroche énormément au personnage de Robin rajeuni. Il n’a à mes yeux absolument plus rien à voir avec le Robin que l’on connaît, mais alors plus rien du tout… Ca le rend quand même cool. Son couple avec Buffy est bien plus sympathique que ne l’était Buffy/Angel, comme je n’ai jamais vraiment accroché à ce ship… par contre faire un reboot de Buffy sans ce couple mythique, c’est un peu bizarre.

Dans le genre bizarre, nous avons aussi Willow qui s’est barrée de Sunnydale à la mort de Xander, histoire de faire sa vie dans ses comics solo dont je parlerai dans un autre article quand les cinq tomes prévus seront parus (d’ici un mois, donc)… mais qui est revenue avant que ne s’achève son arc solo ? Cela représente quand même plusieurs mois pour Buffy, mais on doit donc suivre deux Willow, et je trouve ça dommage pour le suivi au sein de l’univers… Sans compter que ça nous spoile totalement une des intrigues en cours et un gros échec sentimental de plus pour Willow.

Du côté des bonnes trouvailles (ou pas) de ce reboot, j’aime bien voir Xander, parce que non, finalement, il n’est pas vraiment mort. Le voilà donc devenu l’équivalent d’Angelus, mais je trouve ça assez fou qu’en si peu de temps, il puisse devenir un grand méchant avec plein de gens sous son pouvoir. C’est Xander quoi, même en vampire, ça n’a pas de sens de le voir devenir si méchant. En plus, tout le monde lui tourne le dos et même Willow est prête à le tuer désormais… alors qu’elle lui avait donné un bout de son âme pour le sauver tout de même !

Quand tu as envie de revoir l’épisode Passion parce que sa réécriture n’est pas si ouf.

Enfin, si j’aime beaucoup voir Kendra être développée en tant que personnage parce que la série était frustrante sur le sujet, je trouve assez schématique de la faire sortir avec Rose. Paradoxalement, ce sont peut-être deux personnages parmi les plus développés, même si on voit de moins en moins Rose au fur et à mesure des comics. Après, il y a tellement de personnages à gérer que Cordelia ou Anya ont disparu de la circulation, et c’est quand même dommage. Il n’y a plus qu’à attendre l’arrivée de Tara maintenant. Comme pour faire vendre, Boom semble vouloir ramener tout le monde aussi vite que possible dans ses séries de comics, je ne doute pas qu’elle finira par apparaître assez vite – j’ai déjà eu un gros doute à la fin du Willow du mois de septembre, mais je n’ai pas encore lu celui d’hier. C’est en tout cas grâce à cette stratégie qu’on s’est retrouvé avec tout un comic consacré à Wesley qui semblait n’avoir rien à foutre là. Tant qu’on m’introduit rapidement Faith comme ça semble être la perspective, ça me va !

Au moins, ça me validait sans problème le point bibliothèque du mois de la BD ça :’)

C’est juste un peu chiant de se farcir tout un comic sans Buffy quand c’est le titre, surtout que tu ne sais jamais à l’avance à quoi t’attendre en commençant un nouveau numéro. Puis, ce Wesley aussi est rebooté, bien moins maladroit et avec Ethan qui le hante allez savoir pourquoi. Franchement, le duo est intéressant, mais ça n’a pas trop de sens, même dan la manière dont on nous les présente. J’ai peur pour Faith !

Bref, je continue à lire parce que j’aime retrouver les personnages, mais Jordie Bellaire s’éclate à l’écriture et semble faire un peu n’importe quoi. J’ai lu des fanfics plus efficaces que ça… Je continue par habitude, en fait, et puis maintenant que j’ai lu 17 tomes, autant continuer. Non ? En tout cas… J’ai trouvé la suite de cases parfaite pour exprimer mon ressenti face à ces comics depuis le tome 1 :