Eh, j’ai soif de connaissances ?

Salut les sériephiles,

C’est à croire que j’aime me faire du mal et me stresser, mais voilà, il est 23h48 et l’article du jour n’est toujours pas commencé. J’ai eu un énorme coup de barre tout à l’heure et je me suis donc autorisé une soirée de procrastination totale, ce qui fait que je n’ai clairement pas le temps pour les sept clichés TV… On fera ça demain ?

De l’importance de la télévision

J’ai envie de les écrire sur la télévision dans les séries, mais il faut une fois de plus que je vérifie demain la liste des articles clichés déjà écrits pour ne pas trop me répéter. Et en attendant, je suis coincé sur une absence de sujet pour cet article. Par conséquent, je me suis mis à lire un article sur les bienfaits et les inconvénients de la télévision sur les enfants, et ça m’a donné envie de papoter sur le sujet.

Après tout, j’ai eu une télévision dans ma chambre dès mes 12 ans, avec pour but de me responsabiliser et de me la retirer si ça dérapait à l’école. Comme ça n’a pas dérapé, j’ai pu la garder et ouais, j’ai cassé souvent mon couvre-feu pour me faire des soirées ALIAS/The Inside ou, au pire, Sex & the City. C’est vrai. Je ne m’en suis pas si mal sorti qu’on essaie parfois de nous le faire croire avec les risques d’inactivité, d’obésité ou de gros soucis cognitifs.

Comment je me l’explique alors que je suis le premier à constater que des élèves au collège ont parfois des nuits trop courtes et une tendance à zapper même le contenu d’un cours comme s’ils étaient devant la télévision ? Je crois que j’ai eu de la chance d’avoir développé très vite un intérêt pour l’écriture même des télévisions, pour les références culturelles, pour les effets spéciaux, pour, en fait, la critique.

Les séries pour apprendre

Eh oui, déjà petit, j’étais embarqué dans la critique des épisodes de Charmed que je regardais. Je me suis fait tout Buffy sur ma 3e et Angel sur ma 2nde. J’ai eu des soirées entières de visionnage de LOST en lieu et place de révisions du Bac. Eh, la veille d’une épreuve orale de bac, j’ai préféré me mater les deux derniers épisodes de LOST enfin disponibles pour être sûr de ne pas être spoilé. Vous savez ce qui fait que je n’ai pas fini avec des troubles cognitifs majeurs ensuite ?

Voir aussi : J’ai besoin d’une nouvelle série préférée

L’apprentissage. Je reliais ce que je regardais à ce que j’apprenais, et je ne parle pas ici simplement de la langue anglaise. Concrètement, je regardais ces séries, mais je faisais le lien entre le Drame romantique d’Hernani et la saison 6 de Buffy, je cherchais les références culturelles cachées dans LOST, qu’elles soient philosophiques ou scientifiques…  Combien de fois ai-je fini sur Wikipedia (au pire) ou dans des manuels pour me renseigner sur points précis évoqués dans des épisodes ? Pas étonnant que je finisse en bac de littérature après ça, mais le vrai propos de cet article, c’est de me rendre compte que je n’ai plus tout ça récemment ?

Du surplace dans l’apprentissage ?

Autant avec The 100, j’arrivais encore à dresser des parallèles, autant plus on avance dans le temps, moins les séries ne m’apportent la satisfaction qu’elles m’apportaient. Est-ce que je vieillis mal ? Est-ce que les séries sont écrites avec moins de références ? Est-ce que les références sont moins poussées ? Est-ce que je ne prends plus le temps de me faire ce plaisir, de la même manière que je me prends moins de temps pour lire ?

Je ne sais pas trop, mais il est clair que j’apprenais beaucoup avec les séries à une époque, et que c’est de moins en moins le cas. Et ce n’est pas avec les superproductions grand public que ça va changer, j’imagine ?

À la recherche des séries perdues ?

Voilà, cette dérive blabla est courte, mais elle mène à un point important : je me suis rendu compte que c’est ma soif de savoir qui n’est plus tellement satisfaite avec les séries ces derniers temps. Si Grey’s me plaît à nouveau, c’est parce qu’elle parle de questions sociales de manière intéressante et percutante. C’est original et ça permet de réfléchir ; et c’est ce que j’aime quand je regarde la télévision finalement.

Voir aussi : De l’importance de Station 19 et Grey’s Anatomy

Maintenant, il me faudrait des séries à la Fringe, à la Orphan Black, des séries capables de faire réfléchir et d’enrichir ma culture. Ce n’est pas gagné, surtout quand j’ai prévu de me voir deux épisodes de Riverdale demain avant le prochain podcast. SOS. Après, vous verrez que le prochain podcast de demain surfe aussi sur cette problématique… Oui, c’est de la pub déguisée tout ça (non, c’est un hasard heureux, promis).

Greg Grunberg (#150)

Salut les sériephiles,

Vous aurez les stats de la semaine dernière demain, parce qu’aujourd’hui, je voulais rattraper l’article que je n’ai pas pu publier pour cause d’anniversaire des articles 500 mots. et si J’ai vu tellement d’épisodes en une semaine qu’on pourrait croire que le choix aurait été difficile, c’est finalement assez naturellement que je me suis dirigé vers un… Guest-star. Il le mérite largement, cependant :

Meilleurs GIFs Greg Grunberg Gif | Gfycat

La performance de la semaine :
Greg Grunberg

La série concernée : 9-1-1 Lone Star
L’épisode : S02E13 – One Day – 19/20

Pourquoi ?  C’est un acteur que je suis depuis des années et je trouve qu’il mériterait vraiment de retrouver un rôle d’envergure. À la place de ça, on le voit en ce moment beaucoup en tant que guest-star, et trop souvent largement sous-exploité. Seulement, dans cet épisode, l’acteur a eu l’occasion de révéler l’étendue de son talent. Et c’est tant mieux !

9-1-1: Lone Star' 2x13 Review: "One Day" | FangirlishBon, j’exagère, on n’a pas trop eu l’occasion de voir ce qu’il valait en tant que comique, alors qu’il est excellent. À la place, on le découvre dans le rôle dramatique de Georges, un père pas exceptionnel apparemment puisqu’il n’a pas vraiment le droit de voir son fils mourant à l’hôpital. Il est d’abord hyper touchant dans son dialogue avec Tommy, à qui il ne révèle pas la raison pour laquelle il n’a pas vu son fils depuis l’hospitalisation. C

e n’est pas si évident en plus, parce que nous sommes plutôt à nous remettre de ce qui est arrivé à Charles. En vrai, qu’est-ce qu’on en a à foutre de ce type larmoyant ? Sans son talent d’acteur, la réponse serait rien. Avec, et bien… On se prend au jeu, et ça rend violent le moment où il se révèle être un preneur d’otage qui n’hésite pas à sortir un pistolet en plein milieu d’un hôpital. Cela permet à l’acteur de révéler une autre facette de son jeu d’acteur, avec énormément de colère contenue qui se libère d’un coup. La scène est réussie en grande partie grâce à ce jeu crédible.

9-1-1: Lone Star Season 2 Episode 13 Review: One Day - TV FanaticLe reste de l’intrigue le met bien sûr un peu de côté, puisqu’il est surtout là pour refléter le deuil que traverse Tommy au même moment. Il n’en reste pas moins un personnage-clé pour ce moment précis de l’histoire, puisque c’est son deuil à lui, qui devient finalement des retrouvailles avec son fils pas si mourant, qui permet à Tommy d’accepter pleinement le sien.

Et là encore, le passage des larmes au sourire d’avoir réussi son coup est tout de même sacrément chouette à observer, prouvant que l’acteur en a à revendre en lui. Un rôle pas évident, donc, dans lequel une fausse note n’est pas vraiment possible.


44 Alias ideas | michael vartan, melissa george, sydney bristowVu aussi dans : Par où commencer avec cet acteur ? Je pense que la première fois que j’ai eu l’occasion de le voir, c’était dans Alias. Après tout, il est un des acteurs qui gravite souvent autour de JJ Abrams, avec également un petit rôle dans LOST ou dans Star Wars The Rise of Skywalker par exemple.

Au cinéma, on a pu le voir aussi dans A Star is born dans le rôle du chauffeur, alors qu’à la télévision, il s’est aussi fait un nom grâce à Heroes. Heroes - Heroes ABC Gif Game #1 Gifs Galore - Fan ForumD’ailleurs, quand on cherche un peu des infos ou des gifs le concernant, on en revient toujours à son personnage de Matt, qui est donc probablement son rôle le plus marquant.

Après une longue période où je ne le voyais plus trop sur mes écrans, je trouve qu’il redevient assez actif ces derniers temps. Outre Lone Star, il a donc aussi eu un petit rôle à jouer dans un épisode de The Rookie.Greg Grunberg GIFs - Get the best GIF on GIPHY Là, il faisait plus un détour clin d’oeil qu’autre chose, mais ça confirmait qu’il avait la carrure pour l’humour.

Bref, j’espère que les américains lui redonneront rapidement un rôle quelque part, parce qu’il déchire à chaque fois et interprète toujours des personnages que j’aime bien.


9-1-1: Lone Star Season 2 Episode 13 Review: One Day - TV FanaticL’info en + : En vrai de vrai, il aurait pu ne pas être ma performance de la semaine parce que je voulais aussi souligner le talent de Gina Torres. Concrètement, Greg Grunberg sert ici de renfort à son rôle en faisant le parallèle de son deuil, mais quel talent de dingue de la part de Gina Torres quand elle doit jouer une phase interminable de déni à travers lequel on lit encore son deuil.

Et puis, inévitablement, on la voit également craquer quand elle sort du déni, et c’était terriblement touchant et crève-cœur. C’est un duo que j’étais bien content de voir fonctionner ensemble – le début des années 2000 a vraiment révélé de sacrés talents l’air de rien ! Dingue de me dire que je connais ces deux-là depuis près de vingt ans !

En tout cas, j’ai fini par choisir Greg Grunberg parce que lui, j’aurais moins l’occasion de refaire des articles sur son talent, alors que Gina Torres, j’ai encore plein d’épisodes avec elle qui m’attendent 🙂

Voir aussi : Les performances des semaines précédentes

Films vus en 2021 #2 : Triangle (2009)

Salut les cinéphiles,

Je n’arrête plus de vous dire que j’ai envie de changement dans les articles cinéma pour 2021, mais j’ai commencé la semaine dernière avec un article tout classique. J’ai toutefois pris la décision de faire désormais passer mes coups de cœur en priorité sur le blog, de manière à pouvoir vous en parler dans des articles dédiés – donc plus longs – et en ayant encore en tête tous les éléments de l’intrigue… parce que c’est bien beau dire de que j’ai aimé un film, mais c’est tout de même mieux d’être encore capable d’expliquer pourquoi précisément. Ce n’était pas toujours le cas en 2020.

Triangle (2009) - www.cinecritiker.chBref, c’est dans cette optique que j’ai très envie de vous parler du film Triangle, sorti en 2009, mais que je n’ai découvert que ce week-end. Cela n’a d’ailleurs aucun sens : l’actrice principale du film est Melissa George, une actrice que j’aime beaucoup depuis Alias. Parmi les seconds rôles, on trouve Liam Hemsworth, que j’ai bien aimé aussi dans Most Dangerous Game et qui, étant un Hemsworth, est tout de même pas mal connu. Enfin, le film prend une tournure assez jouissive de jeu avec la temporalité et les périodes, un élément que j’adore, surtout dans les films. Et il est bien foutu ! Autant de raisons qui font que c’est un coup de cœur et que j’aurais dû en attendre parler avant.

Bon, et ça parle de quoi ? Un groupe d’amis compte profiter du beau temps pour faire un tour en mer à bord du yacht de l’un d’entre eux. Pris au piège par une mystérieuse tempête, ils se retrouvent forcés de monter sur un bateau tout aussi mystérieux – et sur lequel ils sont en danger. Cela dit, ce n’est pas bien grave, ils sont tous chiants !

Triangle - Beyond The FrontiersOn me l’a vendu comme un film d’horreur et ce n’est clairement pas ce que c’est. Pour moi, c’est surtout un film de science-fiction, plus qu’un slasher. Et pour être tout à fait honnête, j’y vais un peu fort quand je dis coup de cœur : il y a la première demi-heure du film qui n’est pas exceptionnelle et rejoint les débuts chiants de film d’horreur où l’on apprend à connaître les groupes de personnages. D’ailleurs, dans le groupe de personnages aussi il y en a une qui me paraît bien chiante à être en boucle sur un même élément et espérer l’impossible.

Ceci étant dit, je peux vous conseiller le film malgré tout, parce que je l’ai déjà vu une deuxième fois alors que je l’ai découvert ce week-end. Ce début chiant contient en effet quelques indices capitaux pour la suite, et j’ai eu envie de revoir afin de confirmer que tout tenait la route. Comme c’est le cas, je peux parler de coup de cœur.

Si vous n’êtes pas encore convaincu, je peux entrer un peu plus dans les spoilers et vous révéler que ce film présente en fait une histoire de boucle temporelle se répétant sur le bateau chaque fois que tous les passagers meurent. Mais alors… L’héroïne parviendra-t-elle à quitter le bateau tranquillement ?

Si j’aime le film, c’est principalement parce qu’ils réussissent à bien gérer la boucle, alors même qu’elle est compliquée à mettre en place et à démêler en tant que spectateurs : je vais enchaîner sur un spoiler donc attention à la suite si vous n’avez pas vu le film – attention aussi aux gifs, donc. Si vous l’avez vu et que vous voulez des explications, pour tout comprendre, il faut prendre en compte que plutôt que d’en fournir une, le film fournit deux boucles temporelles qui se croisent.

Why you should see Triangle, a mystery / horror thriller that could probably blow your mind : gifs

Ainsi, il y a quatre versions de Jess, fonctionnant deux par deux… La première que l’on suit est nécessairement la troisième à monter sur le bateau : elle jette par-dessus bord la première à être montée, tire dans la tronche de la deuxième et voit la quatrième finir à la hache la deuxième. Le tout avant d’être celle qui se fait jeter par-dessus bord par la cinquième. Rien que ça. Le gif ci-dessus ? La troisième braque la quatrième pour l’empêcher de venir à bout de Vic, accidentellement. J’aime surtout le fait que la boucle sorte du cadre du bateau pour aller s’étendre à toute la vie de Jess – même si à mes yeux, ça s’étend surtout à sa mort.

cinemagraph gif cinemagraph dream triangle youre | Cinemagraph gif, Cinemagraph, Triangle 2009

Sa mort ? Ben oui, ce n’est pas pour rien que le film fait allusion dès le départ à Sisyphe. Jess, à la fin, ment au chauffeur de taxi en lui promettant de revenir. Elle ment donc à la mort et se retrouve prisonnière de la boucle où elle est forcée de tuer en boucle ses amis et de se débarrasser des corps – à l’exception de la reloue qui cherche Heather.

Certaines choses sont suggérées sans être montrées, et ça m’a frustré au départ, parce que j’aurais aimé voir l’ensemble de la boucle de la deuxième/quatrième Jess également (notamment la mort de Vic). Triangle (2009)Sur le moment, j’ai cru qu’il nous manquait un morceau du film… et c’est bien pour ça que je l’ai relancé pour mieux comprendre que les éléments principaux y étaient bel et bien.

Il n’y a qu’une chose que je ne m’explique pas, c’est le buffet avec les fruits qui pourrissent de plusieurs semaines en quelques heures. Tout le reste trouve une explication logique si l’on part du principe que Jess est morte et coincée dans une sorte d’enfer.

Triangle 2009 GIF on GIFER - by Kashakar

Certes, elle tue une version plus ancienne d’elle en fin de film, ce qui ressemble bien à un paradoxe temporel (on n’a ainsi pas de début à la boucle) mais ça tient la route si l’on se dit que justement, Jess est morte dans l’accident de voiture la toute première fois, et qu’ensuite son âme a dérivé vers cette boucle temporelle dont elle sortira le jour où elle arrêtera de mentir au chauffeur de taxi. C’est toujours compliqué d’entrer dans une boucle temporelle de toute manière, et le point d’entrée du film est particulièrement cool parce qu’il nous donne l’impression que Jess découvre tout alors qu’on voit bien au deuxième visionnage qu’elle sait très bien ce qu’il en est. Son amnésie passagère est juste due au choc de la mort de son fils – et à la réalisation qu’elle est coincée dans une boucle où elle tue un nombre incalculable d’êtres vivants.

HORROR CONNOISSEUR — TRIANGLE (2009) (Australia)

Bref, le film fonctionne vraiment bien et prend la tête, réussissant même à nous retourner le cerveau pour tout comprendre à sa chronologie. Si le début de mon premier visionnage m’a laissé un peu sceptique et s’il y a des scènes qui sont un peu blasantes à (re)voir, l’ensemble est cohérent et un brin addictif. Il devrait y avoir plus de films de ce genre, et ils devraient être plus populaires surtout. J’aime me prendre la tête, moi !

Films vus en 2020 #58

Salut les cinéphiles,

C’est une grosse journée qui s’achève pour ma part, alors je ne suis pas sûr de voir aujourd’hui l’épisode inédit de This is us. Ca attendra probablement demain après-midi, sorry ! En attendant, il y a encore quelques films vus en 2020 dont je n’ai pas eu l’occasion de parler sur le blog avant, alors il est temps de m’y mettre !

Into the Wild

Résultat de recherche d'images pour "into the wild gif"Je n’avais toujours pas vu ce film avant et quand je suis tombé dessus sur le catalogue de streaming légal à ma disposition, je me suis dit qu’il était temps de m’y mettre. Il était étrangement classé comme un film LGBT, mais pas vraiment, hein.

Grosso modo, l’histoire du film est assez connue : on a donc un type qui a un parcours de vie étonnant, à prendre la route et vivre seul en pleine nature, et je dois dire que ce fut long d’arriver à la fin… C’est pourtant un chef-d’œuvre, assurément, et je me suis fait avoir comme tout le monde par les dernières minutes du film.

J’en garde donc un souvenir mitigé : c’est un film qui a réussi à profondément m’ennuyer tout en me captivant à d’autres moments. C’est le genre de films que j’aurais aimé découvrir au cinéma, mais bon, 2020, ce n’est pas l’année pour parler cinéma de toute manière. Au moins, on pouvait encore y aller parfois en 2020… Il me tarde vraiment que ça rouvre, là !

Fin de siglo

Résultat de recherche d'images pour "fin de siglo gif"À défaut d’avoir eu un film LGBT juste avant, j’ai regardé ce qu’il y avait donc dans le catalogue et je suis tombé sur ce film argentin qui m’a intrigué. J’aime bien les films argentins parce qu’on y parle espagnol, et je ne me suis pas trompé dans le choix de ce film, puisque j’ai eu le plaisir d’y retrouver Mia Maestro que je n’avais pas dû voir depuis Alias. J’ai même eu un doute, mais si, c’était bien elle.

Côté histoire, c’était… étrange. Un Argentin vivant à New-York, un Espagnol vivant à Berlin, une rencontre à Barcelone, un plan cul apparemment sans lendemain… mais une histoire qui s’étale pourtant sur des décennies. Que c’était bizarre comme film ! La chronologie m’a perdu comme rarement film n’arrive à me perdre.

Il y avait de bonnes idées, des moments sympathiques… mais dans l’ensemble, j’en ressors avec un grand problème : je n’ai pas aimé du tout les personnages principaux, qui sont de plus en plus antipathiques au fur et à mesure que le film avance. Et m’ennuie. Tant pis.

PS : on trouve facilement des gifs de ce film, c’est dingue ?? Cette scène est la meilleure du film.

Résultat de recherche d'images pour "ton nom en plein coeur gif"

Ton nom en plein cœur

J’ai eu à peine fini le film précédent que je suis tombé sur un tweet faisant la promotion de ce film sur Netflix. Bon. Pourquoi pas ? Cela ne pouvait pas être pire et je ne connais rien au cinéma taïwanais, ni à l’histoire du pays d’ailleurs. Ce fut un petit problème, parce qu’il y a des moments du film qui ont manqué d’impact sur moi à cause de ça : je n’avais pas trop idée de ce qu’il s’y passait.

Autrement, on se retrouve à nouveau avec une histoire LGBT sur plusieurs années et une chronologie large, mais cette fois, c’était beaucoup plus compréhensible, même si frustrant de voir les personnages se tourner autour dans une société où leur amour est trop mal vu pour pouvoir exister.

C’était très chouette, les personnages étaient attachants et la dernière scène m’a vraiment beaucoup plu… Après, est-ce que ça vaut le coup d’aller jusqu’à la dernière scène ? Probablement, si c’est le genre de films que vous voulez voir ou pour la curiosité de voir un film taïwanais… même si ça ne change pas grand-chose en vrai, c’est un bon film !

Les aventures de Roborex

Résultat de recherche d'images pour "roborex gif"Ah, bon, là ce n’est pas un bon film, je le case juste parce que j’ai donné le nombre de films que j’avais vu en 2020 et que je ne veux pas qu’on m’accuse de mentir si quelqu’un d’autre que moi s’amuse à compter. Si c’est le cas, il faut vous trouver un autre hobby. Concrètement, c’est un film que j’ai trouvé sur Youtube et qui faisait un bon fond sonore, c’était rigolo comme film pour enfants, très drôle, très prévisible… Passez votre chemin, mais en même temps, je doute qu’il soit un jour sur votre chemin.

Warrior

Résultat de recherche d'images pour "warrior 2011 gif"Passez votre chemin aussi ? C’est techniquement le tout dernier film vu en 2020 en ce qui me concerne, mais j’en garde d’autres que j’ai beaucoup aimé pour un autre article. En attendant, j’évoque donc celui-ci qui était loin d’être palpitant. Tom Hardy, Joel Edgerton, Nick Nolte… Cherchez les femmes, vous ne trouverez que Jennifer Morrison (avec qui j’entretiens une relation compliquée car j’aime ses projets mais pas l’actrice ?) au casting ; et ça manquait clairement.

Le film pue la testostérone à des kilomètres à la ronde : un ancien marine rentre de la guerre et demande à son père de le préparer pour un tournoi d’arts martiaux, alors qu’il ne parle plus à son père depuis des années. En parallèle, son frère est prof le jour et combattant le soir, histoire de se faire de l’argent parce que prof est un boulot mal payé (sans déc ?)… On voit assez vite vers quoi on se dirige, non ?

Le film est très sympathique – de là à mériter les excellentes notes qu’il semble avoir un peu partout, je ne sais pas, parce que c’était long et très cliché. En fait, je ne m’attendais à rien d’autre que ça et le côté combat pour terminer 2020, c’était bienvenu. M’enfin, je n’en garde pas un souvenir impérissable, et si c’est le meilleur film de ce genre-là, je ne suis pas sûr de vouloir voir les moins bons aha !

Je m’arrête là pour ce soir, allez, bonne soirée 🙂

 

> Films