Blablacar et moi

Salut les sériephiles,

Puisque je n’ai pas eu l’occasion de regarder des séries ces derniers jours, je vous propose de changer totalement de sujet avec cet article du jour, afin d’évoquer un peu mon expérience de Blablacar.

Cela fait quelques années déjà que j’ai un compte dessus, mais, depuis un mois, j’ai eu plus que l’occasion de m’en servir avec quatre trajets trouvés franchement au dernier moment.

Et ça vaut le coup. Je sais que beaucoup sont frileux pour plusieurs raisons, et je l’entends, surtout que c’est toujours plus facile dans ces cas-là d’être un garçon, mais bon, je recommande vraiment de penser à regarder si un trajet correspondant à votre besoin existe avant d’aller réserver un train hors de prix.
Le vrai problème avec Blablacar, c’est que c’est souvent de la dernière minute. On peut trouver des trajets des semaines à l’avance, mais il est rare que ça corresponde à nos besoins. Ça, c’est valable pour les passagers.

Si vous voulez tenter en étant conducteur, ben… n’hésitez jamais à mettre vos trajets en ligne, même quelques heures seulement avant de les faire. C’est grâce à ça que j’ai pu prendre un covoiturage à 16h pour 20h alors que le conducteur l’avait mis en ligne à 14h30.

Là-dessus, il n’y a pas photo, c’est hyper pratique. Alors pourquoi c’est tant décrié ? Principalement parce que vous ne savez pas exactement à qui vous avez à faire avant d’être dans la voiture. Sur ma douzaine de trajets, le pire que j’ai ou vivre, c’est un trajet avec un couple qui ne m’a pas adressé un mot de tout le voyage… alors qu’ils se disaient bavards sur leur profil. C’est tout. Pas exactement un vrai problème, donc.

Vous l’aurez compris, il y a un principe de profil qui permet de savoir un peu à qui on aura affaire : les conducteurs notent les passagers à chaque voyage, les passagers notent les conducteurs.

Autrement dit, il n’y a que les gens avec qui ça se passe bien sur cette appli, les autres se retrouvent avec des profils qui vous font passer l’envie de voyager. En gros , si vous trouvez quelqu’un avec moins de 4/5, méfiez-vous.

Ceci étant dit, il reste un problème de taille : les longs trajets avec des inconnus, ça peut vite finir en silence gênant. Certains conducteurs indiquent qu’ils ne parlent que peu et préfèrent la musique. D’autres indiquent qu’ils sont prêts à faire des pauses régulières pour la clope (de manière globale, j’ai toujours eu peu de conducteurs fumeurs et jamais dans la voiture, mais ça aussi, c’est précisé sur le profil). Quant aux chauffeurs qui aiment parler (c’est quand même la base sur BLABLAcar), ils savent généralement trouver un sujet de conversation.

De quoi peut-on bien parler avec des inconnus comme ça ? Il y a quelques bases : la raison du voyage pour chacun, la météo, les conditions de route. Avec ça, vous avez déjà 30 min à une heure de trajet. Oui, vraiment. Il faut être un peu l’as au small talk, mais ça marche bien.

Regardez le profil de la personne avec qui vous partez avant, vous y trouverez parfois une info qui fait une autre possibilité de conversation : un hobby, un job particulier, etc. De mon côté, je mets que je suis prof, c’est toujours un ice breaker de dingue (ceux qui n’aiment pas les profs marchent sur des oeufs pour pas avoir une mauvaise note, c’est rigolo et à moi de leur montrer que nous ne sommes pas si inhumains, les autres ont plein de questions). Bref, ce n’est pas compliqué.

Et quand la conversation s’épuise vraiment, je sors généralement la carte du “vous faites souvent du covoiturage ?”. Ça permet d’échanger sur les pires expériences de certains, les meilleures rencontres des autres, etc. Et si vous avez encore peur d’être seul(e) avec un(e) inconnu(e), privilégiez les trajets où il y a déjà un autre passager.

N’oubliez pas non plus qu’il est toujours possible de demander poliment à changer certains aspects (les points de rdv et dépose principalement). En tant que conducteur, il faut savoir que ça rembourse grosso modo l’essence, mais ça peut faire perdre environ 5 à 15 min par passager, surtout quand c’est sur plusieurs villes. A mon sens, c’est rentable.
Peut-être parce que je suis passager et que j’ai été dépose pile en bas de mon immeuble, après…

Bref, un vrai plus, surtout que j’ai économisé près de 40 euros par rapport au train en trouvant un covoit au dernier moment. Ce n’est pas rien. Certes, c’est moins pratique pour planifier, mais ça peut servir pour pimenter sa vie au dernier moment… ou pour faire face à certaines difficultés inattendues de la vie, tout simplement en tant que passager comme en tant que conducteur pour rentabiliser un trajet. J’ai déjà eu un conducteur qui avait prévu d’annuler son trajet si je n’étais pas arrivé pour réserver car c’était de son côté l’occasion d’un week-end pour le fun.

Vous l’aurez compris, je suis pour le covoiturage pour tout un tas de raisons, avant même de parler écologie… et vous ?

Ps: cet article a été partiellement publié dans un blablacar… Et ne s’est pas publié depuis celui-ci non plus, je suis dégouté, je pensais que c’était en ligne 😨