The Rain – S01E01

Épisode 1 – Restez à l’abri – 20/20
Je savais que j’allais forcément adorer cette série, mais pas de là à ne pas voir le temps passer et être à fond dedans malgré un énorme spoiler de Netflix dès le résumé de la série qui nous indique ce qu’il se passe à la, genre, trentième minutes… C’est pourtant ce qu’il s’est passé, et j’adore, tout simplement, c’est rythmé et bien joué, et les deux-trois défauts qui m’ont un peu déçu sont loin d’être suffisant pour justifier de retirer un point à ce premier épisode palpitant. On verra si ça tient la route par la suite !

Saison 1


101

Ouais, bon, Netflix me sort les titres français et flemme de chercher l’originale. Comptez pas non plus sur moi pour les citations comme je fais habituellement. L’intro de cette série est assez bonne tout de même : en cinq minutes, on est plongé dans l’ambiance, passant d’une petite série tranquille sur le stress d’adolescents devant passer un examen à une série mettant en place son apocalypse.

Contrairement à The Walking Dead, nous avons rapidement des réponses qui surgissent puisque le père de l’héroïne, Simone, est un scientifique qui sait avant tout le monde que la pluie qui s’apprête à tomber est super dangereuse. Il l’empêche donc de passer son examen, mais conduit comme un dingue, provoquant un accident qui les bloque et devrait les tuer si on en croit le père.

Oh, ils ne sont pas blessés, mais la pluie se rapproche ; or, la pluie est ce qui promet de tuer tout le monde si on en croit la radio. Plutôt que de rester dans leur voiture pour s’abriter comme des gens censés, ils décident de quitter la route pour traverser la forêt.

Au sein de celle-ci, ils retrouvent le bunker d’Apollon, que le père connaît bien apparemment. C’est donc un scientifique qui informe rapidement sa femme, puis sa fille, que la pluie contient un virus qui peut tuer plein de monde, qu’il est le seul au monde à pouvoir trouver un remède ET qu’il faut absolument protéger Rasmus, le petit frère de Simone, parce qu’il est la clé de tout ça. Bien. Le père se barre ensuite et on en sait pas beaucoup plus.

Oh, dehors, il pleut et c’est l’apocalypse : Simone s’en rend compte grâce à son portable. Toutefois, elle décide de suivre l’exemple de sa mère et de ne pas craquer devant Rasmus. Rapidement, quelqu’un frappe toutefois à la porte du bunker, provoquant une bonne situation problématique. Si leur mère dit clairement de ne pas ouvrir car ce n’est pas leur père, Simone ne l’entend pas de cette oreille.

Elle embarque donc son petit frère à la porte du bunker derrière laquelle se trouve un homme qu’on ne connaît pas, sous la pluie, en train de mourir. Et dans son agonie, il veut apparemment embarquer avec lui le petit. Pourquoi faut-il toujours que dans ce genre de séries les mourants ne veuillent pas mourir seuls, hein ? Qu’il veuille entrer dans le bunker, je veux bien, mais pourquoi vouloir tuer Rasmus ?

Qu’importe : la seule solution que la mère trouve à ce moment de panique, c’est de se sacrifier pour son fils, plongeant sous la pluie et mourant dans d’atroces souffrances face à ses deux enfants qui se retrouvent donc seuls dans un bunker qui ressemble fort au sous-sol de l’institut Xavier pour ceux qui connaissent.

Et c’est là, après treize minutes, que nous nous retrouvons face à un générique. C’est déjà bien intense tout ça. Il n’y a pas à dire, j’adore ce début, ça promet une très bonne série. Post-générique, on nous introduit également l’idée de flashbacks, avec les parents des deux se disputant à propos d’un sérum à donner ou non à Rasmus. Bien, il doit donc être immunisé à la pluie, ce dont on aura probablement la confirmation bien plus tard dans la série, parce qu’il ne faut pas aller trop vite en besogne.

Pour l’instant, nos deux héros en sont à chercher de quoi contacter leur père pour annoncer la mort de leur mère. Y a du boulot. Comme par hasard, ils trouvent une radio qui leur permet de contacter un certain Philip, promettant de faire ce qu’il peut pour retrouver leur père, Frederik. Mouais. C’est louche d’être si gentil, je n’y crois que moyen. En plus, ils laissent la radio qui capte super bien, ça sent mauvais genre géolocalisation ou quoi.

Pendant la nuit, Rasmus se lève et Simone s’en rend compte. Elle ne le prend toutefois pas au sérieux quand il dit qu’il y avait quelqu’un dans le bunker, ce qui me semble être une erreur de débutant. On notera aussi qu’elle développe la mauvaise habitude, qui va vite me lasser, de parler à son père qui n’est pas là en s’adressant à des costumes jaunes pour éviter d’être infecté.

C’est avec l’un de ces costumes que Simone prend d’ailleurs la décision de sortir du bunker, malgré le refus de Rasmus et parce qu’elle a reçu un appel écourté de Philip lui indiquant que les survivants se rassemblaient à l’hôpital du coin. Elle est sûre de pouvoir y aller toute seule. Oh, il lui dit bien de ne pas le faire, mais ils sont interrompus par une coupure de courant.

Si Simone a pris la décision de quitter le bunker, elle n’y parvient toutefois pas à cause d’une crise de panique qui la motive à finalement rester seule au bunker, avec Rasmus. Très vite, on les retrouve donc à prendre soin de leur survie en faisant pousser des plantes et en attendant leur père ; ce qui permet aussi d’ajouter quelques flashbacks où on voit que le petit Rasmus a une maladie nécessitant un traitement médical avec des machines Apollon.

Histoire de vraiment marquer tous les bons points qu’il doit marquer, cet épisode prend aussi le temps d’une scène plus légère entre le frère et la sœur, avec de la danse. Le seul problème, c’est que c’est un montage qui leur permet de grandir et de voir les plantes pousser, et je n’aime pas trop cette idée du temps qui passe si vite. C’est toutefois assez brillant de voir Simone prendre le temps de gérer tout ce qu’il faut gérer : le rationnement de la bouffe, les infrastructures du bunker, les coupes de cheveux pour elle et son frère… Tout quoi.

Ils passent clairement de bons moments dans ce bunker, mais rapidement on en arrive à ce que le résumé Netflix m’avait largement spoilé sans vergogne : ils passent cinq années dans le bunker, Rasmus grandit vite et finit par péter un câble, voulant bien sûr sortir.

Jusque-là, ce n’est pas trop surprenant. Cinq ans coupé du monde avec juste sa sœur à qui parler ? Ce doit être ennuyant. Simone se rend alors à l’évidence : il faut sortir… et elle le fait de nuit, parce que fuck la logique de sortir quand tu vois ce qu’il se passe ou genre, juste, l’état du ciel. Allez, pour sa défense, elle n’a pas encore été trop idiote et elle le fait pour éviter que Rasmus ne la suive. Il est assez grand désormais pour enfiler une combinaison lui aussi.

Simone se retrouve donc en forêt, avec une biche pas du tout effrayée par une humaine, et se rend ensuite vers l’hôpital, largement fléché par des signes indiquant un point de ralliement. Malheureusement, tout l’hôpital est désert, avec des cadavres squelettiques dans les lits et… un loup. Oups !

Elle parvient à s’échapper et retourner au bunker où elle annonce à Rasmus, désormais plus grand qu’elle quand même, et aussi plus musclé parce qu’il est malin et fait de la muscu pour pas s’ennuyer, qu’elle a pris la décision de quitter le bunker pour aller en trouver un autre. Ouep, ils ont toute une carte des bunkers quand même.

Je disais donc que Rasmus avait fait de la muscu, et c’est une bonne chose, parce qu’ils se retrouvent pendant la nuit à court d’oxygène. C’est un drôle d’incident qui force Rasmus à ouvrir comme il peut la porte du bunker – à l’ouverture heureusement automatique, finalement. Bon, ça suffirait de simplement ouvrir la porte, mais non, il décide de carrément sortir avec sa sœur, quand bien même il est en slip – eh, c’est déjà pas mal d’avoir trouvé des affaires à sa taille j’imagine.

Le problème, c’est que l’incident n’avait rien d’un incident : il s’agissait en fait d’un groupe extérieur faisant ce qu’il fallait pour les faire sortir du bunker afin de mieux… les y faire rerentrer, le pénétrant de nouveau avec eux. C’est un bon cliffhanger, ma foi !

Saison 1

6 commentaires sur « The Rain – S01E01 »

  1. Si tu as autant aimé ce premier épisode, tu devrais adoré la suite. J’ai vu cette saison à sa sortie, je lisais beaucoup d’avis mitigés ou négatifs et finalement, j’ai été prise par la série. Bon, il y a quand même beaucoup d’incohérences et Rasmus est un personnage qui m’insupporte !
    Ils sont forts à survivre cinq ans seuls dans un bunker mais j’aimerais bien Simone et la manière avec laquelle elle s’occupe de son frère.

    J'aime

  2. Je n’ai pas lu ton résumé comme je n’ai pas vu la série, mais ton 20/20 me donne carrément envie de regarder alors que beaucoup ont dit que c’était pas terrible.

    J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.