Grace & Fury (1) – Tracy Banghart

Salut les sériephiles,

Comme promis en début de semaine, je n’ai pas arrêté de lire ces derniers temps et j’ai des livres dont j’ai envie de vous parler pour vous les faire découvrir. Aujourd’hui, il va être question d’un autre roman, le premier tome d’une « série » de deux (ça va), que Ludo (oui, encore lui) a eu la sympathie de m’offrir en début de mois. J’ai nommé Grace & Fury de Tracy Banghart. Et si je l’ai lu en anglais, il existe aussi en version française, alors pas d’inquiétude, vous pouvez vous y mettre aussi !

Pour faire les choses dans le bon ordre, commençons par le résumé : le roman raconte l’histoire de Serina et Nomi, deux sœurs élevées dans un monde fictif où les femmes n’ont pas le moindre droit, à part celui de se taire et de se conformer à ce que la monarchie impose. L’une, Serina, est élevée pour devenir une Grâce, une femme que le roi choisit pour sa perfection (élégance, beauté… mais certainement pas intelligence, puisque les femmes sont opprimées dans ce monde fictif). L’autre, Nomi, est élevée pour être la servante de la première. Au début du roman, elles se rendent ensemble dans la capitale, Viridia, où finalement ce n’est pas le roi qui choisira une Grâce, mais le prince héritier, Malachi… En effet, il faut commencer à préparer la succession au trône.

Voilà, voilà, il ne faut pas être sorcier pour comprendre rapidement que le roman met en scène une dystopie où les femmes sont opprimées en se concentrant sur le point de vue opposé de deux d’entre elles. Ainsi, Serina espère devenir une Grâce pour enrichir sa famille, alors que Nomi n’en peut plus de l’oppression et aimerait trouver un moyen de changer les choses… peut-être grâce à sa sœur, si elle est choisie par le prince héritier.

Cela dit, il y a de bonnes surprises aussi au sein de ce roman : loin de se contenter d’une intrigue très clichée de deux sœurs opposées, il propose bien au contraire de nous montrer comment l’amour des sœurs va les motiver à sortir du pétrin dans lequel elles vont chacune se retrouver. Le roman alterne leur point de vue, un chapitre sur deux, ce qui permet d’avancer vite dans l’histoire. Je ne suis pas forcément fan de cette construction, mais comme les chapitres sont courts, ça va. En plus, si ça vous dérange, rien n’empêche de lire tous les chapitres de Serina d’une part, puis tous ceux de Grace (enfin après les cinq ou six premiers chapitres qui expliquent tout de même l’univers dans lequel on évolue).

Bien sûr, l’idée est aussi de faire écho à notre monde d’aujourd’hui : la rébellion annoncée des femmes dans le roman se fait pour rappeler qu’elles ont aussi du pouvoir et de la force. Quant au titre, il désigne bien sûr les deux sœurs, et la colère va être le moteur du roman, vous l’aurez compris, parce qu’elles vivent dans un monde révoltant.

S’il y a des surprises, je suis plutôt content de ne pas m’être laissé totalement embobiner et d’avoir su voir clair assez vite dans le plan du roman. J’ai eu une première grosse surprise que je n’avais pas vu venir et j’ai beaucoup apprécié la découverte de l’univers de Viridia, mais une fois que l’histoire était lancée, c’était assez évident qu’on se dirigeait vers cette fin… Résultat de recherche d'images pour "queen of ruin"Ce qui n’empêchait pas de savourer les différents rebondissements et l’évolution.

Et la fin, parlons-en, justement ! Je suis super frustré, parce qu’elle s’arrête un chapitre avant celui auquel je m’attendais, et du coup ça me donne énormément envie de vite me procurer la suite. Pourtant, quand je l’ai mis dans ma wishlist, c’était plutôt en mode « bon, on verra bien ce que ça donnera, ça pourra être génial ou vraiment bof ». Finalement, ce fut vraiment génial, ça se dévore tout seul et le tome 2 (ci-contre) sortant en juillet en VO, je pense que je ne trainerai pas trop à le découvrir. Et je viendrai vous dire si la conclusion me plaît ou non dans un autre article, probablement !

Voir aussi : Queen of Ruin – Mon avis sur le tome 2

6 commentaires sur « Grace & Fury (1) – Tracy Banghart »

  1. J’avais déjà vu la couverture mais je ne pensais pas que ça valait le coup 🙈 maintenant j’hésite entre français et anglais

    J'aime

    1. Oups, désoléééé. Je crois qu’on en avait parlé, il y a du vocabulaire un peu « technique » en anglais et des passages d’action peut-être un peu compliqué… Maintenant, si t’es prête à t’accrocher, je pense que ça peut le faire 🙂

      J'aime

  2. La couverture américaine est tellement plus jolie que la couverture française ! Ce roman a de très jolies idées et propose quelque chose de sympa, mais en même temps il reste très cliché et ressemble beaucoup aux dystopies young adult classique. Je pense que si j’avais lu ce roman beaucoup plus tôt dans ma vie de lectrice, je pense que ce roman aurait pu devenir un vrai coup de coeur.

    J'aime

    1. On est bien d’accord sur les couvertures, c’est ce qui a achevé de me convaincre de le lire en anglais 🙂
      Oui, c’est très cliché, mais comme c’est fluide et bien écrit, je trouve que c’est assez peu dérangeant, on se laisse bien embarquer, même quand on devine déjà où ça va ! Après, je reconnais que c’est difficile d’en faire un coup de coeur total quand on connaît déjà ce style-là.

      Aimé par 1 personne

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.