Council of Dads – S01E03

Épisode 3 – Who Do You Wanna Be ? – 15/20
Si elle n’est pas du tout au niveau de This is us qu’elle aimerait bien être, cette série s’en tire plutôt bien pour l’instant : je m’attache à ses personnages et certains d’entre eux me plaisent vraiment beaucoup. Ceux que je n’aime pas ne sont pas insupportables, et à vrai dire, l’ensemble est tellement sympathique que je n’ai pas envie de me concentrer sur les quelques faiblesses de l’épisode. Bref, j’aime bien, c’est divertissant.

> Saison 1


Spoilers

103.jpg

Are my finances that bad?

L’épisode commence par JJ interrogeant sa mère sur la raison pour laquelle elle garde sa bague de fiançailles, me titillant immédiatement pour hésiter à valider un point du Bingo Séries. Robin a clairement du mal à faire son deuil, ce qui la rend d’autant plus attachante, alors que ses enfants ont déjà commencé à reprendre leur vie, notamment Theo en pleine crise d’adolescence. Robin met en avant le problème de Theo restant enfermé dans sa chambre à Oliver, histoire qu’il s’en occupe.

C’est pratique ce conseil des papas, franchement, et Robin s’appuie beaucoup dessus au point de… Demander à Larry de regarder ses finances. C’est tellement abusé, comme intrigue. La série s’appelle Conseil de Papas, pas Conseil de Mari. Là-dessus, j’ai eu du mal honnêtement, malgré une bonne scène d’introduction. J’aurais aimé un autre sujet de réunion pour le Conseil, afin d’être convaincu. Là, ça me paraît sorti d’un autre temps de voir Larry débarquer pour jouer les chevaliers servants, franchement.

On retrouve aussi Anthony en cuisine et Oliver dans sa cuisine en famille, mais pas pour longtemps : rapidement présents au Conseil, ils apprennent en même temps que Robin que Larry propose de vendre le restaurant de Scott. Selon lui, vendre le Crab Shack serait un moyen de renflouer les caisses vidées par les frais médicaux de Scott et de payer les factures pour les études des enfants.

Cela nous révolte Anthony en un rien de temps, mais il n’a encore rien entendu : Robin n’a en effet que 48h pour prendre sa décision. C’est compliqué. J’aime beaucoup le fait qu’elle en parle aussitôt à Oliver, car c’est une amitié solide à laquelle je m’attache bien, mais beaucoup moins les scènes entre Anthony et Larry. Pour l’instant, ce sont les maillons faibles de la série, ceux à qui j’ai du mal à m’attacher.

Pas de bol, ce sont eux qui sont là pour faire visiter le restaurant, et Anthony en profite clairement pour faire bonne impression à l’acheteuse potentielle qui veut aussitôt coucher avec lui, ça se voit, alors qu’il est hyper froid auprès d’elle. Et cassant, aussi. Du coup, elle revient le voir le soir, histoire qu’on nous serve une scène toute romantique entre eux, sur le ponton, avec les petites lumières et tout. Les acteurs doivent tellement se faire bouffer par les moustiques, au secours !

Comme prévu, cet épisode s’attarde sur le personnage de Theo en pleine crise d’adolescence, ce qui permet de chouettes répliques pour Robin et une scène où Oliver continue d’être le plus cool des trois papas de substitution… au détriment de sa vie de famille, ce qui ne plaît pas tellement à Peter, son mari.

Ce n’est pas bien subtile comme intrigue, surtout que ça se fait à l’américaine, avec une jolie obsession d’Oliver pour le foot américain. Je passe toujours à côté de ce genre d’intrigue, c’est plus fort que moi. Heureusement, il y a le côté sentimental qui fonctionne bien : Theo est vraiment heureux de jouer au foot, Oliver est tout content d’avoir un lien avec lui et bon, c’est un peu touchant quand même. Par contre, ça sent le différend qui est là pour durer entre lui et Peter, surtout quand Oliver commence à défiler face à ses obligations familiales alors qu’il n’hésite jamais à s’arranger pour aider Robin. Affaire à suivre.

Pendant ce temps, Luly s’est mise comme prévu à écrire sur son père. Elle se rend à un cours d’écriture de mémoire pour lire un extrait et obtenir les conseils d’une prof qu’elle semble admirer, mais ce qui était évident finit par arriver : son texte est d’une platitude terrible et n’intéresse personne. Il faudra bien qu’elle creuse pour avoir quelque chose d’intéressant, et pour découvrir qu’en fait son père est Anthony.

En attendant, elle consulte Robin pour savoir si son père avait des faiblesses, et elle découvre que c’est bien le cas et qu’avec le cancer, il a eu peur et s’est remis à boire. C’est aussi dans cette scène qu’elle découvre que sa mère envisage de possiblement vendre le restaurant. Qu’est-ce que j’aime le personnage de Robin ! Je n’arrive pas à savoir si je suis aveuglé parce que j’aime l’actrice ou si le personnage est vraiment cool, mais en tout cas, elle arrive à me convaincre et la série commence déjà à m’avoir avec ses petits rituels.

Robin se rend ainsi dans le magasin de glaces préféré de ses enfants pour leur demander leur avis après les avoir mis dans de bonnes conditions, et aussi pour me faire marquer le point bague de fiançailles du Bingo Séries. Par contre, les enfants ne sont pas du tout convaincus par la vente possible du restaurant, et ça finit en conflit quand Robin apprend que Theo envisage de se mettre à jouer au foot américain, alors qu’elle voit ça comme un sport super dangereux. Elle confronte Oliver à ce sujet, et il parvient à la convaincre que Theo a besoin d’exprimer sa violence dans le sport. Allez, admettons.

Robin finit par accepter de faire plaisir à son fils, et c’est touchant de les voir se réconcilier sans même s’être vraiment engueulés, parce que ça aurait pu être pire. La série est plutôt douée.

En parallèle, Luly continue de remuer les choses bien dérangeantes concernant son père. Après 23 ans de sobriété, il a donc craqué pour un verre d’alcool et ça l’intéresse beaucoup. Elle se rend donc auprès de son parrain, Larry, pour savoir ce qu’il s’est passé. Celui-ci n’a pas du tout envie d’en parler et envoie bouler Luly qui rentre chez elle pour mieux se plaindre à Evan.

De son côté, Evan recommence ses études, auprès d’une prof qui est clairement en train de le draguer. Le seul problème, c’est qu’il a un prêt financier vraiment trop important sur le dos. Comme d’habitude, Luly ne l’écoute pas vraiment, préférant en fait qu’il la conseille sur son livre – et il la conseille bien en lui proposant de parler de son père avec Anthony.

Elle suit aussitôt ce conseil, ce qui permet directement des scénaristes s’amusant de la situation : elle va voir son père biologique sans le savoir pour l’interroger sur son père adoptif, qu’elle ne sait pas adoptif. Et le tout se fait avec une visite en bateau, histoire de multiplier les très jolis plans. Luly obtient en tout cas ce qu’elle veut : Anthony lui raconte qu’elle a été adoptée pendant deux mois à la naissance et que Scott s’est battu pour la récupérer, après avoir changé d’avis en la voyant. Il était juste trop apeuré. Ses pauvres parents adoptifs qui l’ont perdue bébé, voilà une histoire qui a dû être atroce et qui fait un bon chapitre. Par contre, la ressemblance Anthony/Luly, je ne la vois pas du tout.

En tout cas, Luly finit par réussir à écrire un chapitre passionnant, alors qu’Evan revient à ses origines. Le truc, c’est qu’Evan, pour l’instant, il est trop en-dehors des histoires pour qu’on l’apprécie vraiment ou pour qu’on soit touché. Il décide de ne pas passer son diplôme et d’expliquer à Luly qu’il veut mettre en chantier son quartier d’enfance et lui redonner sa vie. Nope, vraiment pas touché autant qu’il le faudrait, désolé.

Par contre, la série a réussi à me toucher bien plus avec Robin annonçant sa décision de vendre le restaurant. C’est tout triste, parce que le Crab Shack est effectivement un lieu que l’on n’arrête pas de voir dans la série. Il ne s’en va nulle part, de toute manière : Anthony reste un an pour s’assurer que la transition soit bonne. Un an, c’est peut-être ce qu’il aurait fallu pour qu’on soit autant attaché que les personnages à ce lieu : la décision vient trop tôt dans la série et tout le monde est forcément convaincu par Robin que c’est une bonne décision. Après tout un épisode d’hostilité, je trouve que c’est rapide, mais il n’y a plus le temps d’avoir vraiment l’avis de chacun sur la question…

Luly profite de ce nouveau conseil de famille pour remercier Anthony de ce qu’il lui a fait écrire et du requin en quête de vérité qu’elle est en train de devenir. Moui. Il est inévitablement apeuré et il se rend aussitôt auprès de Michelle pour l’informer que Luly cherche la vérité… Mais il n’y a vraiment pas de quoi flipper honnêtement, elle n’a aucun moyen de savoir qu’Anthony est son père pour l’instant, tant qu’elle n’a pas un petit accident et le besoin d’une greffe. J’ai trouvé la scène en trop, on sent que les scénaristes cherchent du drama là où il n’y en a pas…

Comme il faut bien aussi introduire les épisodes suivants, Robin finit par accepter son deuil en passant sa bague de fiançailles autour d’un collier et Larry tombe nez à nez avec sa fille, alors qu’il est en train de garder JJ. Evidemment, sa petite-fille est une amie de JJ et évidemment, la fille de Larry trouve ça bien ironique de voir son père s’occuper des enfants d’un autre, parce qu’il lui a fait vivre l’enfer quand elle était petite. Voilà qui promet.

J’aime les cliffhangers doux de la série, je trouve que ça passe bien pour ce genre de séries, alors que l’ensemble de cette saison est pour l’instant un brin prévisible, mais avec juste le bon dosage pour que ce ne soit pas désagréable de deviner ce qu’il va se passer.

> Saison 1

2 commentaires sur « Council of Dads – S01E03 »

  1. La série reste bien agréable à regarder. En revanche, je n’arrive pas du tout à retenir le nom du personnage de Sarah Wayne Callies ! Ni celui de J. August Richards. Donc c’est Robin et Oliver. Ok. Au début de l’épisode, quand je ne sais plus qui (Larry je crois ou peut-être Robin plus tard) dit qu’il faut vendre le restaurant car on ne sait pas ce qu’il peut se passer, j’avais envie de crier « ouiii, vendez, car le Covid-19 va arriver et vous allez devoir fermer pendant de longues semaines et vous perdrez tout votre argent !!! » 😀 Moi vivre intensément les épisodes ? Allons donc ! 😉

    J'aime

    1. L’avantage d’écrire les critiques, c’est que la majorité des prénoms rentre bien vite… Après, il y en a toujours sur lesquels je doute, même après plusieurs saisons (Reade de Blindspot par contre). Pour l’instant, je crois que j’ai intégré absolument tous les noms de Council of Dads en un seul épisode… Dingue !
      Ahahaha excellent ton envie de crier, je n’y ai pas pensé une seule seconde ! Moi, oublier tous les problèmes devant les épisodes ? Allons donc ! 😉

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.