Blindspot – S05E11

Épisode 11 – Iunne Ennui – 20/20
Cette note n’est pas tout à fait mérité, mais c’est un épisode final qui m’a beaucoup plu dans la manière qu’il avait de dire adieu à la série. Je n’en dirais pas plus dans cet avis court pour ne pas spoiler, je vous laisse lire la critique si vous voulez savoir comment tout ça se termine et si la série a réussi à me faire verser une larme ou non. Quelle fin de semaine du côté de série, les amis ! J’ai eu tellement peur avec le titre de cet épisode, mais finalement, l’épisode contient tout ce que j’ai détesté et tout ce que j’ai adoré avec cette série !

> Saison 5


Spoilers

511.jpg

‘mam, is this your trash can ?

Blindspot se termine donc aujourd’hui, sur son centième épisode qui a la bonne idée de nous indiquer clairement dès le départ que c’est la fin maintenant que la syndication est effective. C’est un joli générique de départ, donc, qui nous présente le réveil de Jane après avoir reçu une nouvelle dose de ZIP, encore.

La bonne blague, c’est que Patterson a donc eu le temps entre deux missions et une fausse mort de préparer un antidote contre le ZIP, ce qui fait que Jane se souvient de tout parce que l’antidote est évidemment efficace même si nous n’en avons jamais entendu parler. La série repart donc sur un dernier cliffhanger parfaitement zappé comme si de rien n’était et nous sort de sa manche une carte facilité, comme elle a toujours eu l’habitude de le faire. C’est abusé, mais ça passe pour lancer l’épisode vers autre chose, avec Ivy qui a réussi à s’enfuir.

La nouvelle directrice du FBI leur présente en tout cas les félicitations du président, mais elle ne leur redonne pas pour autant leur job. C’est n’importe quoi ce nouveau départ du FBI. Ils ont tous une immunité et un nouveau départ à organiser, mais elle les met à la retraite aussitôt. Ils ne pourront plus jamais bosser pour une agence gouvernementale.

Superbes ces félicitations ! Au moins, ça permet à tout le monde de faire ses adieux au FBI et à la série. C’est excellent de voir leurs réactions ensuite. Kurt veut protester, mais l’ordre vient du Président, alors que voulez-vous faire ? Patterson et Rich ont du mal à imaginer une vie sans les tatouages, quoiqu’ils en disent.

Ce qui est bien, c’est qu’ils ont déjà un plan : Patterson a son application, Rich a une envie de recherches et nous tease totalement en nous disant qu’il est prêt à faire son spin-off avec Patterson. C’est précisément ce que l’on cherche tous et qu’on attend désespérément, ça ! Une nouvelle (et dernière) mission leur est présentée cependant.

Ivy est toujours dans la nature et elle a encore une bombe ZIP contrairement à ce qu’ils pensaient. Kurt et Patterson s’arrangent donc aussitôt pour demander à la directrice du FBI de récupérer leurs accès et être une dernière fois les héros du FBI qu’ils ont toujours été. Bien sûr, elle accepte, à la condition qu’ils respectent les règles… mais ça se saurait s’ils en étaient capables.

En plus, ils ont affaire à une terroriste qui les dépasse : elle est trop douée et sait comment se cacher, même si elle laisse tout de même une trace derrière elle lorsqu’elle contacte un autre terroriste spécialisé dans la création de bombe. Ouep, elle veut amplifier la bombe ZIP qu’elle a déjà de manière à pouvoir attaquer toute la ville d’un coup.

Jane prend la décision d’indiquer qu’Ivy est à tel endroit sur une carte. Cela fait vriller la nouvelle directrice du FBI qui refuse de voir l’équipe partir en intervention, et les scénaristes révèlent pourquoi ils ont voulu utiliser le ZIP une dernière fois sur Jane : elle peut se mettre à avoir des hallucinations d’anciens directeurs lorsque la directrice l’engueule.

Je m’y attendais un peu, puisqu’en lançant l’épisode j’ai vu une photo de Roman. Oui, il est de retour pour ce dernier épisode, et c’est vraiment tant mieux ! Bien sûr, Jane commence d’abord par avoir une hallucination de Roman, avant d’enchaîner avec une d’Oscar, l’occasion pour moi de confondre à nouveau les deux acteurs interprétant Roman et Oscar parce que, désolé, ils ont un air de ressemblance tout de même (jusque dans la voix) et que le coup de la barbe n’a pas suffi immédiatement à me faire capter le changement aha. Je me suis senti moi-même en hallucination en ayant l’impression qu’Oscar avait été là depuis le début, et non Roman !

Jane a en tout cas peur d’être en train de mourir, mais elle se laisse tout de même manipuler par son frère qui parvient à la convaincre qu’elle sait très bien où est Ivy et qu’il est temps pour elle d’agir si elle ne veut pas qu’Ivy détruise New-York avec sa bombe ZIP.

Par contre, Jane est vraiment en plein délire dans cet épisode : elle papote ensuite avec Oscar, puis monte dans sa voiture pour aller arrêter Ivy, mais se retrouve dans un garage entouré de tous les méchants de la série, y compris Madeline, putain. Même si elle n’a pas eu son gros plan tout de suite, j’étais dépité de la savoir encore là. Moi qui me pensais débarrassé d’elle !

Tous les méchants, ça inclue la mère de Jane, mais aussi Roman. Ca me fait plaisir comme tout, même si ça ne dure pas longtemps. Jane finit par se mettre en route, Tasha et Kurt sur ses traces, et prend le temps de papoter avec… Reade ! C’est intéressant de le revoir, mais ça m’embête de me dire que si, si, il est vraiment mort comme ça pour lancer cette saison et n’a pas eu le droit à la dernière saison.

Je m’en suis remis bien sûr, et Jane aussi. De toute manière, elle a autre chose en tête, puisqu’elle doit retrouver Ivy et l’empêcher de faire exploser sa bombe. En parallèle, Rich ne se remet pas du fait qu’ils soient en train d’enchaîner leurs dernières fois. Les scénaristes gèrent toujours à merveille le duo et les répliques de celui-ci, particulièrement en fin de scène (the last got it, the last shup up !). Ils finissent par déterminer qu’Ivy est effectivement à l’endroit qu’indiquait Jane.

Celle-ci arrive justement dans l’Eglise en question. Elle y voit Patterson et Tasha en train de se marier, parce que ses délires au ZIP continuent. On a même le droit au mariage de Roman, puis à celui inattendu de patterson avec son amour du touuuuut début, puis Tasha enceinte ! On enchaîne sur une excellente scène d’action avec une chorégraphie de combat magnifique, en un seul plan, impliquant des flammes et une alarme anti-incendie.

Tout ça permet à Jane d’arrêter et tuer quelques terroristes, mais toujours pas Ivy qui s’est enfuie avec la bombe. Cela reste donc la merde pour eux, et Kurt et Tasha découvrent donc que Jane a de nouveau des hallucinations. Le médecin du FBI comprend que les dosages de l’antidote de Patterson ne sont pas les bons.

Hop, Jane est mise de côté pour la fin de cette enquête et c’est le reste de l’équipe qui s’occupe de retrouver Ivy et d’empêcher l’amnésie de millions de personnes. Pendant ce temps, Jane reçoit une nouvelle dose d’antidote et prend le temps de parler un peu avec son psy préféré. Oui, Borden est de retour lui aussi (en fait, j’ai l’impression qu’il ne va manquer que Mayfair, on a même eu droit à Blake se mariant avec Roman !), et c’est toujours très cool à voir.

Il lui permet de comprendre que l’on n’a pas tout vu en fin d’épisode précédent : Jane a entendu le plan d’Ivy et son complice, et c’est comme cela qu’elle a su où les trouver. C’est aussi comme cela qu’elle peut faire confiance à ses hallucinations pour savoir où est la bombe qu’Ivy n’a pas encore fait exploser… Le problème, c’est que si Jane fait ça et ne prend pas l’antidote, elle risque de mourir. Ah. Elle prend tout de même la décision de se sacrifier, parce que c’est Jane et qu’il ne peut en être autrement. Si je comprends pourquoi elle a besoin de temps avec ses hallucinations, je ne comprends pas pourquoi elle se balade sans surveillance dans le FBI franchement.

Cela lui permet de tomber nez à nez avec Nas ! J’avoue que j’avais oublié son existence, mais que je suis content quand même que la série la ramène pour cette dernière enquête. Elle n’est en effet pas une hallucination, elle veut vraiment revenir aider l’équipe. Et tant de retours, ça permet à l’épisode d’avancer à toute vitesse. Pendant que l’équipe, en compagnie de Nas, comprend que la bombe a désormais la taille d’une poubelle, Jane suit le lapin qui n’est pas blanc et qu’elle hallucine.

Cela la mène à nouveau à tous les grands méchants de la série avec qui elle doit communiquer pour obtenir l’information cruciale dont elle a besoin. Les méchants lui montrent ainsi une carte qui lui permet de se souvenir du moment où elle a été zippée. Elle se retrouve ainsi sur Time Square avec son sac.

Ouep, Ivy a prévu de mettre la bombe sur Time Square, mais ça on s’en doutait tous, non ? C’est évident que la série a besoin de faire sa boucle. Plutôt que de retourner à l’infirmerie du FBI pour son antidote, Jane se rend avec le reste de l’équipe sur place. L’avenue touristique n’est même pas évacuée pour l’occasion, contrairement au pilot de la série. Ce n’est pas grave : l’avenue est aussi pleine d’hallucinations pour Jane, avec un bon nombre de personnages marquants (ou pas pour certains) des saisons précédentes.

Ils lui indiquent tous la direction à suivre. J’ai trouvé que l’idée était excellente pour marquer un dernier épisode de série. Ce ne sont pas les premiers à nous faire un coup du genre, mais là ça marchait bien avec le suspense autour de l’explosion ZIP qui risquait d’arriver, même si je n’y ai jamais cru. Jane finit par retrouver la bombe au moment où Tasha met la main sur Ivy et parvient à la mettre K.O en deux temps, trois mouvements (littéralement, cette fois). C’est un peu décevant comme fin pour Ivy présentée jusque-là comme une mastermind, mais bon, admettons. Cela donne son dernier moment de gloire à Tasha qui a ensuite pour ordre de vider Time Square. Oui, bien sûr, EASY.

Comme il reste une dizaine de minutes, j’ai trouvé brillamment drôle d’avoir Kurt qui lui balance ça tout en regardant la bombe avec Jane. Ce dernier épisode en profite tout de même pour balancer plein de pubs : être sur Time Square, ça doit être l’occasion de placements de produits pour payer tous les acteurs que l’on a vu. Le temps de vider le lieu touristique, il ne reste plus que trois minutes pour désactiver la bombe. Rich en profite pour être heureux de leur travail en unisson avec Patterson et de toutes ces dernières fois.

Patterson est toute heureuse de la dernière engueulade qui suit, lorsqu’ils ne sont pas d’accord sur les fils à couper. Finalement, ils se mettent d’accord sur le fait que Patterson a raison, à quelques secondes de l’explosion. Jane et Kurt coupent ensemble sur un baiser ces derniers fils verts… Et on est bon pour le dernier acte. Ivy est arrêtée, la bombe stoppée, Jane a son antidote « juste à temps » et toute l’équipe peut se faire applaudir dans le hall du FBI. Si tout est bien qui finit bien, la scène est assez triste tout de même : si c’est certes une victoire, c’est aussi un adieu. Ils sont tous forcés de partir à la retraite par le Président après tout, puisqu’ils viennent de terminer leur dernière mission.

Mouais. Un revival sera toujours possible dans quelques années avec un nouveau tatouage, mais bon. En attendant, il faut dire adieu à la série. Les personnages sont bien tristes de devoir se réinventer et se disent de jolis adieux, même si l’on sait qu’ils se reverront quoiqu’il arrive.

J’ai aimé la scène où Rich, Tasha et Patterson s’avouent leur amour devant les portraits de Mayfair (ah quand même !) et Reade. C’était chouette à voir, et ça faisait monter les émotions. De son côté, Jane s’enferme dans la scène d’interrogatoire où Kurt vient la voir pour un dernier moment ensemble au FBI. Eh les cocos, vous êtes en couple, vous auriez pu être n’importe où et vous choisissez la salle d’interrogatoire du FBI ?

Heureusement, Kurt en arrive à cette même conclusion et les portes de l’ascenseur se referment sur l’équipe, avec chacun son carton symbolique des employés virés de séries américaines, entendant la nouvelle directrice emmener la nouvelle meilleure équipe du FBI sur l’arrestation de deux terroristes. La vie continue.

D’ailleurs, au Noël suivant (ou Nouvel An ?) on peut retrouver tout le casting en train de faire la fête. Tout le casting, ça comprend notre équipe de base, mais aussi le bébé de Tasha, le père de Patterson, la fille de Kurt (et son ex-femme bien sûr), mais aussi Boston par exemple. Ce dernier est en couple avec Rich, yaaay, alors que Rich et Patterson mettent au point une machine pour créer de l’or. Tasha est devenue détective privée (un spin-off que je peux regarder aussi, ma foi), alors que Kurt et Jane sont heureux.

Trop heureux pour les scénaristes apparemment. Contre toute attente, vraiment, Jane a en effet une hallucination à ce moment-là : elle se retrouve sur Time Square avec Kurt, au moment de couper les fils. J’ai crié, pour de vrai, parce que je ne m’y attendais pas du tout. La série nous a tellement habitué aux retournements permettant des fins heureuses à chaque épisode (y compris celui-ci) que pas une seconde je ne me suis dit qu’ils allaient nous manipuler pour la fin. Pour moi, la série ne pouvait avoir qu’un happy end.

Ce n’est pas la voie choisie par les scénaristes. Loin d’avoir reçu l’antidote à temps, Jane s’effondre donc sur Time Square et décède devant Kurt, impuissant. Ce sacrifice pour sauver le monde (enfin, New-York, quoi), c’est très Jane et c’est une fin osée pour le personnage. Osée, mais logique : elle finit dans un sac mortuaire sur Time Square, pour boucler la boucle de la série. Les scénaristes avaient leur idée en tête, c’est clair.

La série m’a complètement eu sur ce coup-là. Le happy end était ce que j’en attendais, mais en fait… Jane est morte. Ou pas. Comme il s’agit d’un choix osé pour une fin de série, les scénaristes laissent la porte ouverte à l’interprétation : le dernier plan voit Jane sourire auprès de Kurt dans un chalet à la montagne entouré du casting heureux. À nous de choisir si l’hallucination est cette fin joyeuse, au moment où elle meure (voire si c’est ça son paradis) ou si l’hallucination est ce moment où elle s’imaginerait mourir sur Time Square lors de sa dernière mission, par manque d’adrénaline probablement et parce que Kurt vient de lui dire qu’il est incroyable que tout finisse bien pour eux. Il y a un monde quelque part où la fin n’est pas heureuse pour eux…

Mon choix est fait, surtout que j’ai fini l’épisode au moment où une église à proximité marquait les douze coups de midi : Jane est morte et on nous ferme toutes tentatives de revival. J’espère… Cela nous bloque aussi les spin-offs, qui forceraient à faire un choix, cela dit. Et si mon choix est celui-ci, c’est parce que Jane est vraiment paniquée à cette idée… or si elle a eu son antidote anti-ZIP, il n’y a pas de raison de paniquer si longtemps après coup, hein. Je préfère cette fin triste, parce que j’ai toujours préféré les fins tristes et que c’est bien plus marquant comme ça !

511-2

EN BREF – Je ne m’attendais certainement pas à un tel épisode final et c’est bien pour cela que j’ai décidé de le faire aller jusqu’au 20/20. La dernière scène m’a retourné le cerveau comme la série n’avait plus réussi à le faire depuis longtemps !

Concrètement, la série se termine sur une note très positive, la dernière saison étant pour moi sa meilleure, puisqu’elle ne perd plus le temps avec les petites intrigues à l’épisode, tout servant de manière beaucoup plus évidente le fil rouge. De série que je suivais de manière peu attentive sur une pause déj seul il y a cinq ans en sirotant un coca au McDo (véridique, c’est un de mes premiers souvenirs de la série aha) à cet épisode final prévisible jusqu’au dernier acte incroyable, Blindspot est une série qui marquera ma carrière de sériephile en étant une série vraiment capable du meilleur (cette fin osée, je l’adore tellement !) comme du pire. Elle m’aura ennuyé plus d’une fois, donné le mal de mer sur ses premières saisons caméra à l’épaule, fait péter des câbles sur certains épisodes (la mort de Patterson, oh !) et même fait verser une petite larme pour sa dernière minute.

Jamais une série au format procédural ne m’avait gardé sur un tel niveau d’incertitude : selon les épisodes, je pouvais avoir l’impression d’être devant une série géniale ou devant une série que je déteste. Elle a eu son ventre mou (la saison 2 surtout), elle a eu ses moments d’égarement (hum la saison 4), mais les personnages sont restés constamment ce qui donnait envie de revenir avec des répliques géniales.

Et contre toute attente… Elle me manquera, je crois !

511-3.jpg
Belle ironie que cette fin tragique soit sponsorisée par une petite pub Disney + quand même.

> Saison 5

4 commentaires sur « Blindspot – S05E11 »

  1. Franchement, confondre Luke Mitchell et François Arnaud, tss tss ! Même moi qui ne suis pas physionomiste j’arrive à les distinguer 🙂 Ceci dit, je t’accorde qu’ils se ressemblent énormément. Pour ce qui est de l’épisode, je l’ai trouvé très bien, j’ai adoré le retour des anciens personnages et tous ceux qu’on voit (et dont je n’ai pas reconnu le quart) sur Time Square. Pour ce qui est de la fin, je choisis la fin optimiste. Pourquoi ? Parce que dans cette scène finale, Patterson et Rich parlent de leur quête pour la machine à faire de l’or et Jane n’était pas là quand ils en ont parlé au cours de l’épisode. Et donc pour moi, au cours de ce dîner, elle pense à ce qu’il aurait pu se passer si elle n’avait pas été soignée à temps. Après, je suis sûre que c’est la version pessimiste qui est la bonne mais comme Martin Gero (qui fait une apparition en officiant du mariage Patterson/David) ne veut pas se prononcer, ce sera comme pour Inception on pourra spéculer pendant des années et avoir nos certitudes, on ne saura jamais :)) Bon sinon, ils nous le font ce spin-off sur Patterson et Rich ? Même eux le veulent, alors…

    J'aime

    1. Ahaha, ben je suis encore moins physionomiste que toi, il faut croire… Je me fie aussi souvent aux voix, surtout que je prends des notes devant les épisodes… donc là, il y a eu une seconde d’inattention au moment du changement et c’est resté fluide dans la scène, ce qui fait que je me suis retrouvé à me dire « hein ? Mais c’était pas Roman depuis le départ ? ». La fatigue :’)

      Il faudrait que je regarde à nouveau la scène de Time Square pour les compter et voir si j’en reconnais plus du quart haha !

      J’ai pensé aussi à l’affaire Patterson/Rich, mais je trouve que le jeu de l’actrice penche vraiment vers la fin pessimiste… Puis, ils ont pu lui en parler à un moment, quoi.
      Je ne savais pas que c’était Martin Gero pour le mariage Patterson/David (impossible de retrouver son nom au moment de la critique, bouuuuuuh), merci !
      Par contre pour Inception… Tout se joue dans l’alliance, pas dans la toupie, zéro spéculation 😉

      Merci de continuer de me montrer les infos pour le spin-off 😛

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.