To The Lake – S01E05

Épisode 5 – 19/20
Cet épisode est hyper prenant, et hyper stressant, et hyper réussi, en fait. Certes, il y a un moment où j’ai un peu décroché de ce qu’il se passait par manque d’intérêt pour quelques personnages, mais dans l’ensemble, vraiment, je suis surpris par cet épisode. Et vous l’aurez compris, c’est une surprise très positive.

> Saison 1


Spoilers

Anton est donc abandonné au bord de la route, et personne ne s’en rend compte. Ira et Sergey s’occupent de Pavel, Boris, qui conduit la voiture où est Anton, pense qu’il est en train de dormir sous les couvertures. J’ai de la peine pour Anton, parce que même si c’est un gamin et que les gamins sont insupportables dans les séries, il est plutôt débrouillard là.

On le suit donc traverser la forêt jusqu’à la ville la plus proche – bon, OK, pas malin de s’éloigner de la route – où il voit des militaires tuer des gens. Le pauvre est habillé en rouge, donc même s’il est habillé en rouge, il est rapidement grillé. Un soldat est chargé de le poursuivre et le retrouver, et là Anton nous montre qu’il est plus que malin que prévu en se cachant plutôt bien.

Il est trahi par ses empreintes malheureusement, et un soldat le retrouve, lui demande de se retourner et braque son arme sur lui… Ailleurs, notre groupe de héros passent un barrage de l’armée sans trop de problème, mais en voyant la population être embarquée en bus. Ils entendent aussi à la radio qu’on demande de les laisser tranquille.

C’est plutôt bon signe, mais ça pose problème quand Boris se rend enfin compte que son petit-fils n’est pas dans la voiture. J’ai de la peine pour lui, et tout le groupe veut aussitôt faire demi-tour. Enfin, aussitôt… Ira et Sergey se précipitent pour sauver leur enfant, inévitablement, mais Anya n’est pas du tout de cet avis. Elle craint pour leur survie s’ils recroisent l’armée qui ne les laissera pas passer dans une zone de quarantaine.

Finalement, c’est Misha qui parvient à résoudre ce problème sans souci : grâce à quelques maths d’Asperger, il en vient à la conclusion qu’ils ont deux heures pour retourner chercher Anton. Ils s’exécutent aussitôt et je dois avouer que c’est un brin stressant, c’est vrai : tout le groupe arrive à l’hôpital grâce à Boris repérant ses empreintes dans la neige (décidément !) et on ne sait pas ce qui est arrivé à Anton.

Il n’est plus là, mais Sergey trouve la pièce où il aurait dû être exécuté. Ils auraient dû trouver son corps, mais il n’y a qu’une flaque de sang et un extincteur. Tout est dit, je pense. En-dehors de l’hôpital, Ira finit par péter un gros câble quand elle découvre un tas de cadavres énorme, laissés là par l’armée. Cela craint : tous les patients et médecins de l’hôpital ont donc été tués par l’armée. Une manière comme une autre de limiter la contagion, j’imagine.

Pavel fout en tout cas une bonne baffe à Ira qui était inconsolable jusque-là, et je trouve ça super efficace. Il lui rappelle que c’est bon signe de ne pas trouver Anton parmi les cadavres et parvient à la convaincre de bouger. Un hélicoptère leur délivre alors des tracts pour leur dire que la zone est en quarantaine et qu’il faut se rendre à la gare routière la plus proche pour se rendre aux autorités qui les emmèneront vers des centres de soin.

Super. Persuadés qu’Anton s’y trouve désormais, ils se rendent donc à proximité de la gare où tout un tas de gens sont réunis et embarqués dans des bus. Là, la situation escalade rapidement vers une situation encore pire : Ira est persuadée de voir Anton et se précipite dans un bus pour mieux se rendre compte que le gamin en question n’est pas le sien. Ce n’est même pas le même pull, sérieux, bigleuse.

Le problème, c’est que l’armée ne veut plus les laisser partir. Boris se sacrifie donc et sort un fusil à proximité d’un soldat pour le menacer et permettre à son fils et ex-belle-fille de s’enfuir ensuite. Ils sont arrêtés par un autre soldat qui n’hésite pas à les menacer aussi.

Cela force Lyonya à agir aussi… mais Marina refuse de le voir partir et lui vole son fusil. La tension est vraiment bonne et à son comble, il est donc temps de… nous taper un flashback. Raaah.

Six heures plus tôt. Whaaaat ? Non merci. On en revient à Anton sous son lit d’hôpital, et c’est inattendu. Ce qui est attendu en revanche, c’est le soldat mis KO par un coup d’extincteur. On avait bien vu qu’il y avait un extincteur au sol quand Sergey passe dans la pièce. Anton est donc sauvé de justesse par une médecin qui décide de l’aider ensuite et de s’enfuir avec lui.

Son plan ? S’enfuir dans les bois. Anton se tord la jambe au passage, lui raconte toute sa vie et atterri dans la maison de cette médecin qui en a beaucoup trop vu à mon goût. On enchaîne les clichés qui n’en sont peut-être pas avec aussi un mari ivre mort et un ami évanoui sur la route. Honnêtement… J’ai ri.

Elle organise aussitôt un grand QG pour prévenir la population de son village de ce qui est en train de se passer en ville. Elle le fait juste à temps puisque l’armée débarque pour les retrouver. Ils ont la présence d’esprit de se cacher dans une cave et sont sauvés de justesse par un homme ronflant dans une pièce à côté. Si tout le monde dans le village n’était pas encore convaincu de la nécessité d’aller se planquer et de fuir l’armée, les choses deviennent claires quand l’homme ronflant se fait tuer par l’armée, juste pour éviter d’avoir à le déplacer.

C’est rassurant. L’armée russe a vraiment une belle image dans cette série, dis donc. Tout le village se met alors en marche vers la barraque d’un ermite que connaît la médecin et qui peut leur fournir des armes. On les voit alors s’entraîner à tirer, sans grand-succès, puis se remettre en marche avec chacun un fusil pour aller confronter l’armée. Avant ça, la médecin prend encore le temps de prévenir Anton qu’elle va s’en aller elle aussi, en le laissant sous la surveillance de Sveta et des autres

Pendant la marche, il y a encore un homme qui considère que ce plan est de la folie, mais un petit chant plus tard et tout le groupe arrive au village et à la gare. C’est pile à temps : ils arrivent au moment où Ira et Sergey font de la merde.

Sergey soulève le fusil d’un soldat et ça vire aussitôt à l’émeute générale. Ainsi, les habitants du village sont tous là avec des armes pour tuer les soldats, qui ne s’attendaient pas à ça L’effet de surprise fonctionne bien, et la médecin peut même prévenir Ira et Sergey qu’elle a leur fils.

On oublie légèrement la moitié du casting, mais on se concentre sur le couple super chelou de la médecin et de son voisin. Quand la médecin ramène Ira chez elle, c’est toutefois trop tard. Anton a été chassé par les autres enfants, parce qu’il est moscovite et que la maladie vient de Moscou. Ah, les gosses je vous jure.

Heureusement, Ira finit par retrouver Anton dans une grange, et tout est bien qui finit bien, malgré un racisme anti-moscovite très présent. Qui finit bien ? C’est sans compter sur Anya qui se met à tousser dans sa voiture au moment où la médecin propose à Anton d’envoyer un texto à Dieu. C’est malin, ça. Le cliffhanger final est inattendu et bien triste, purée, j’aime bien Anya moi, c’est naze de la voir tousser du sang devant Misha et à proximité de Sergey. Vas-y, faut pas les contaminer !

> Saison 1

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.